La Plume d'Aliocha

19/05/2014

Douze idées fausses sur l’affaire Kerviel

Filed under: Affaire Kerviel,Coup de griffe,Eclairage — laplumedaliocha @ 21:21

Alors que l’affaire Kerviel a trouvé ce week-end un dénouement provisoire avec l’incarcération de l’intéressé, on peut encore lire ici et là des déclarations de colère et d’incompréhension.

Voici les éléments de réponse aux arguments qui reviennent le plus souvent.

Mon but n’est pas de convaincre les défenseurs aveugles du trader, moins encore de défendre la banque (j’ai autre chose à faire dans la vie),  mais d’éclairer tous ceux qui s’interrogent et en arrivent à douter de la justice, des politiques et des banques à cause de cette affaire. Non, tout n’est pas pourri. La justice n’est ni folle ni à la botte, elle avait des raisons  de juger comme elle l’a fait. Quant à la banque, elle est au minimum coupable d’une effroyable négligence, mais là encore, il faut se garder de sombrer trop vite dans le complotisme absurde. Ce qui me révolte dans le traitement médiatique approximatif de ce dossier, c’est qu’il contribue à alimenter un dégout généralisé pour les institutions, sur la base d’éléments parfaitement erronés et de simplifications hâtives. Ceux qui font cela, politiques et médias, portent une très lourde responsabilité dans le climat actuel de défiance. Non seulement ils agitent de faux ennemis, mais ils empêchent de lutter contre les vrais problèmes.

Voici donc quelques éléments pour éclairer un dossier plus simple et moins scandaleux qu’on ne le croit :

 » La banque soutenait son trader tant qu’il gagnait et l’a lâché quand il a perdu ». Faux. Entre mars et juillet 2007, le trader investit 30 milliards d’euros sur les marchés. Sa position début juillet est perdante à hauteur de plus de 2 milliards. Si la banque savait, alors c’était le moment de stopper le trader. Elle ne l’arrêtera que le 18 janvier suivant en raison d’une série d’alertes que JK ne parviendra pas, cette fois, à désactiver.

« Quand j’ai 300 euros de découvert la banque m’appelle et là elle n’aurait pas vu passer les 50 milliards, de qui se moque-t-on ? » On ne se moque de personne, simplement cette comparaison est erronée. En réalité, c’est comme si le client était plus compétent en matière financière que son conseiller, entrait lui-même ses opérations dans les systèmes de la banque, pouvait changer la nature des opérations, en inventer de fausses pour dissimuler les vraies etc…Quant aux montants concernés, ils sont faramineux mais doivent être mis en contexte avec l’activité d’une banque internationale où travaillent des centaines de traders. Les sommes brassées collectivement, pour compte propre et pour les clients, se chiffrent en centaines de milliards.

« La justice est folle, elle condamne à des montants absurdes ».  En droit français, dans le cas de figure concerné (dommage volontaire aux biens), on considère que le préjudice doit être réparé intégralement. Sauf qu’ici le montant du dommage, c’est-à-dire de la perte de trading, est faramineux. L’application de la règle de droit aboutit donc à un effet aberrant. C’est la perte qui est folle, pas la justice qui essaie de traiter comme elle peut les pathologies en perpétuelle évolution de la société.

« Le préjudice a été calculé par la banque, aucune expertise indépendante n’est venue confirmer l’existence ni le montant de la perte alléguée ». En effet, il n’y a pas eu d’expertise indépendante. Juste des montagnes de documents examinés par la commission bancaire et les commissaires aux comptes et versés au dossier, autrement dit placés entre les mains de deux juges d’instruction de la galerie financière. Alors on peut toujours se demander qui contrôle le contrôleur, mais c’est un questionnement infini.

« Jérôme Kerviel n’a pas eu droit à un procès équitable ». Variante :  » justice expéditive, enquête bâclée, système judiciaire aux ordres du grand capital ». En réalité, il y a eu une enquête de la brigade financière, puis deux juges d’instruction dont Renaud Van Ruymbeke, puis trois juges spécialisés dans ce type de dossiers lors du premier procès devant le tribunal correctionnel de Paris pendant un mois en 2010, puis trois autres juges spécialisés devant la cour d’appel de Paris pendant un mois en 2012, puis la Cour de cassation dans une formation élargie. Par ailleurs, le trader s’est offert les services des meilleurs avocats de Paris. J’ajoute que les procès ont eu lieu en public devant des dizaines de journalistes, s’il y avait eu un scandale à révéler, ils l’auraient fait avec délectation ! Il n’y a pas que le public qui déteste les banques.

« Le système est pourri, la banque manipule tout, les médias, les politiques, le gouvernement etc… ». Si la banque avait autant de pouvoir, elle n’aurait pas laissé le trader et ses supporters se répandre dans tous les médias comme ils l’ont fait ces dernières années jusqu’au point d’orgue qu’à constitué le show invraisemblable du week-end. Si la banque verrouillait tout, jamais Kerviel n’aurait été suivi en live par BFM TV. Il n’aurait pas non plus accédé au Journal de 20 heures. Jamais ses supporters, comme Roland Agret par exemple, n’auraient pu se répandre en invectives. Jamais Eva Joly ni Jean-Luc Mélenchon ne lui auraient tapé dessus à bras raccourcis en toute impunité. Jamais la Cour de cassation n’aurait procédé à un revirement de jurisprudence en décidant finalement de revenir sur le principe de la réparation intégrale du préjudice. Jamais Jérôme Kerviel n’aurait pu se promener tranquillement sur les routes d’Italie sous l’oeil complaisant des médias alors que sa condamnation était devenue définitive. Et jamais non plus je n’aurais pu sortir un livre sur cette affaire sans avoir à aucun moment informé officiellement la banque de mon enquête. A y regarder de près, la banque est plutôt d’une incroyable impuissance médiatique, politique et judiciaire dans cette affaire.

« Société Générale savait et l’a encouragé, c’est elle qui est responsable, lui n’est qu’un lampiste » : si ses supérieurs lui ont dit  « vas-y Jérôme, tu es génial, fonce, mais tache de ne pas attirer l’attention des contrôles »,  alors pourquoi cache-t-il son gain de 600 millions fin juillet ? Cacher ses activités, à la rigueur, ses pertes, certainement, mais ses gains ? Alors que justement on l’encourage à faire ça, on le pousse à faire n’importe quoi pour gagner toujours plus, selon ses propres dires ? Et pourquoi cache-t-il le gain de 800 millions fin novembre (Total 2007 : 1,4 milliards d’euros) ? Et pourquoi, alors qu’ils sont au courant, ses supérieurs ne jugent pas utile d’enregistrer ce gain miraculeux dans les comptes 2007, ni de l’annoncer à la direction, et même pas de demander des bonus en conséquence ? Réponse la plus plausible : parce qu’ils ignorent tout des activités parallèles et occultes du trader. Ce que confirme le fait que Jérôme Kerviel se donne un mal fou pour dissimuler ses activités et  ne demande pas de bonus proportionnel à ce gain mirifique, mais un bonus indexé sur son résultat officiel de 50 millions. Il sera découvert début janvier pour avoir maladroitement dissimulé son gain de 1,4 milliards alors  que la banque au même moment ne voit rien de la position de 50 milliards qu’il est en train de construire…

8  « L’affaire est bonne pour l’image de la banque ». Au contraire,  elle est calamiteuse. Car pour le monde de la finance, c’est la preuve qu’elle a des failles de contrôle interne et qu’un autre scandale de même nature peut surgir n’importe quand. Non seulement la banque aurait pu disparaître ou être absorbée par une concurrente lorsqu’elle a annoncé le sinistre, mais l’affaire a si durablement nuit à l’établissement que pendant la crise de la dette souveraine au cours de l’été 2011 son titre a chuté plus que celui des autres banques françaises. Les analystes financiers à l’époque ont avancé  la perte de confiance durable consécutive à l’affaire Kerviel pour expliquer le phénomène.

« Certains témoins ont été écartés sans explication par la justice ». Les témoins  présentés en appel l’ont été dans des conditions procédurales très discutables et surtout ils n’apportent aucun témoignage direct et ni aucun élément matériel. Juste des supputations fondées sur leur connaissance de la finance pour certains, de la Société Générale pour d’autres. Malgré cela, trois d’entre eux ont été entendus,  tandis que le témoignage écrit du quatrième  a été  versé au dossier.

10 « Tout le monde sait que la thèse de l’aveuglement ne tient pas ». J’ai été interroger les professionnels de la finance qui s’élevaient publiquement pour soutenir cette thèse. Ils n’ont rien de plus à dire que « c’est pas possible ». L’un d’entre eux m’a confié qu’à son avis, la banque avait passé un deal avec JK et lui avait ouvert un compte dans un paradis fiscal dont il bénéficierait en sortant de prison. Je vous laisse juges…Personnellement, quand j’observe la détermination avec laquelle le trader attaque son ancien employeur en particulier et la finance en général, j’ai du mal à penser que tout ceci serait une comédie orchestrée de concert par les deux adversaires. Voilà ce qu’il y a derrière les fameux « professionnels de la finance qui n’osent pas témoigner à visage découvert mais seraient détenteurs d’informations prouvant l’innocence du trader » : des doutes, des supputations, des interrogations et surtout une belle envie de faire parler de soi en montrant que, hein, bon, on est malin, on ne se laisse pas enfariner.

11 « Ses supérieurs ont été grassement payés pour se taire ». Non.  Le management ne pouvait pas rester en place après une telle catastrophe. Certains ont démissionné, d’autres ont été licenciés. Dans les grands groupes, il est d’usage de transiger, autrement dit de verser au salarié plus que ce qu’il lui est dû pour qu’il parte sur le champ (ce qui évite de garder un poids mort et permet d’embaucher un productif) et s’abstienne d’aller aux prud’hommes. Ces transactions contiennent classiquement une claude de confidentialité concernant les termes de l’accord. Clauses qui ne s’opposent en rien à un témoignage en justice dans une affaire pénale.

12 « La banque a dénoué les positions de Kerviel en urgence dès le lundi matin et aggravé les pertes artificiellement. Si elle avait attendu, elle aurait gagné de l’argent grâce à Kerviel ». Faux. Le président de la banque, Daniel Bouton à l’époque, a informé dès le dimanche 20 janvier  l’AMF et la Banque de France de la situation. Ses autorités de tutelle lui ont donné jusqu’au jeudi suivant 9 h pour dénouer la crise et en informer le marché. La position était illégale et mortelle pour la banque, ce qui imposait de la couper dans les plus brefs délais et dans la plus absolue discrétion car à la moindre fuite, la planète financière aurait joué contre Société Générale et risqué de tuer la banque.

 

Et pour finir, je vous invite à lire cet article salutaire de Pascale Robert-Diard du Monde sur la pantalonnade de ce week-end.

Advertisements

41 commentaires »

  1. point 8 : Au contraire, c’est elle est calamiteuse.

    Le Phrase n’a ni queue ni tête.

    Sinon, merci pour cette intéressante mise au point

    Commentaire par ϕlippe — 19/05/2014 @ 21:31

  2. Merci de poser les bonnes questions et d’y apporter les réponses éclairées. Après, seulement, on peut se faire son opinion. Mais vous avez raison sur l’image de la Banque, complice ou pas : la SG, jamais de la vie.

    Commentaire par Tinkerbell — 19/05/2014 @ 21:54

  3. Moi les seules questions qui me viennent et que j’entends autour de moi c’est ‘pourquoi Kerviel semble le seul à trinquer ?’ et ‘est-ce à kerviel que l’on a prêté de l’argent ou est-ce à la SG? Qui est garant de l’argent que je met en banque : est-ce un obscure trader ou est-ce avec la banque que j’ai un contrat ?

    Que kerviel paie pour ses conneries. Que la SG fasse de même !

    Commentaire par Fken — 19/05/2014 @ 22:14

  4. Bonsoir Aliocha,

    J’attendais votre reaction ! Merci pour cette mise au point claire et nette. J’espere que beaucoup la liront.

    Deux petites remarques. 
    Point 2, beaucoup n’arrivent pas a saisir l’abime qu’il y a au sein d’un meme groupe bancaire entre banque de reseau et banque d’investissement.
    Point 8. Le plus drole, si je puis dire, c’est qu’a ce que j’ai cru comprendre, il  y avait bel et bien une banque qui avait un enorme probleme de liquidites juillet 2011, Dexia !  Mais comme vous le dites tres bien, quand une banque a des problemes, depuis Kerviel, ce ne peut etre que la SG.

    Ah, si je puis me permettre, vous avez oublie de repondre au fameux « les cinq milliards ont servi a camoufler des pertes subprimes pour extorquer pres de deux milliards au contribuable francais ».

    Vous ne vous sentez pas moins seule en ce moment ? Vous avez vu tous ces journalistes, blogueurs etc  qui maintenant se mettent a denoncer le cirque mediatique Kerviel (evidemment je ne pense pas a vous ni a P. Robert Diard et autres, qui tenez depuis un certain temps ce discours et de maniere moderee). Que doit-on penser, que beaucoup se reveillent ou qu’ils retournent leur veste ? En tout cas, quel  revirement ! Il faut  dire, il a fait fort ce weekend JK, trop fort sans doute pour l’opinion publique. 

    Alors, oui, tout ca devrait me rejouir mais meme pas …  Il y a un cote piloris mediatique pas tres plaisant.
    Arx Tarpeia Capitoli proxima

    Commentaire par Maelle — 19/05/2014 @ 22:20

  5. Vous avez raison, PRD à raison (et son papier est très bon) : Kerviel est coupable, les comparaisons avec Dreyfus sont insensées, et tout ce battage médiatique est absurde. Mais Sapir n’a pas tort : la finance et la politique s’adonnent à des pratiques hautement critiquables et à côté desquelles celles de Kerviel sont à tout prendre pardonnables. La faute de Paul ne blanchit pas Pierre de la sienne, mais tout de même.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 19/05/2014 @ 22:21

  6. Ce n’est plus réel que vous édulcorez pour rétablir une version Kerviel crédible. C’est vous que vous tentez d’amnistier. Pourquoi pas ? Bref, le pire, peut-être, car je ne suis pas sûr, c’est que vous seriez mal stipendiée par la banque. Bonne poursuite de carrière, « journaliste ». Aux confrères, aux consœurs, à une époque que vous n’avez pu connaître, on disait « ami·e ».

    Commentaire par Jef Tombeur — 19/05/2014 @ 22:36

  7. Bonsoir Denis,
    Je suis d’accord JK est pardonnable (bon, encore faudrait-il pour qu’il y ait vraiment pardon qu’il reconnaisse sa faute) et la SG hautement critiquable.
    En revanche ce que moi je ne peux pas pardonner ce sont tous ceux dans l’entourage de Kerviel, souvent intéressés au demeurant ne serait-ce que par un rayon de célébrité, qui ont voulu faire de ce rogue trader un héros des temps modernes. Quand je pense qu’une grande partie de l’opinion publique s’est laissée manipuler ainsi, quelle misère ! Puisse-t-elle commencer à voir clair enfin. Et les media (je généralise, mais bon) , qui sont très, très grandement responsables ! A eux j’ai encore plus de mal à pardonner !

    Commentaire par Maelle — 19/05/2014 @ 22:44

  8. Il y a trop de théories du complot en général mais il faudrait tout de même expliquer comment pendant des mois et des mois des positions « clandestines » sont prises sans que la banque ne le sache, puis dénouées avec des mouvements cash et à aucun moment la banque ne se pose la question du non appariement de ces mouvements cash avec des positions recensées ? Je dois dire que j’ai du mal à imaginer que ce soit possible …
    Sauf à imaginer qu’à la SocGen ils soient d’une nullité d’anthologie …

    Commentaire par remseeks — 20/05/2014 @ 00:21

  9. @Fken : Kerviel n’est pas le seul à trinquer. Mais différentes natures de fautes entraînent différentes sanctions. JK est reconnu coupable d’avoir commis un abus de confiance et des faux. Cela relève de la justice pénale, donc il passe en jugement pour des faits qui encourent la prison. La banque en tant que personne morale a été sanctionnée par son autorité de tutelle (commission bancaire, aujourd’hui ACP) à hauteur de 4 millions d’euros (sur un maximum de 5 millions à l’époque, aujourd’hui 50 millions). Motif de la sanction ? Non respect de ses obligations de contrôle interne. Aucun élément ne démontre une complicité interne, donc la hiérarchie n’a a priori pas commis de faute pénale susceptible de l’envoyer en correctionnelle. En revanche, elle est coupable de n’avoir pas arrêté le trader à temps : négligence. Donc tous sont démissionnés de force. Son supérieur direct n’a jamais retrouvé de job, Bouton finit une carrière brillante d’une bien mauvaise façon, Mustier qui était considéré comme un financier brillant traînera cette casserole à vie. Personne ne pleure sur leur sort, mais il ets faux de dire que JK subit tout et que les autres pataugent dans le bonheur.

    C’est la banque qui est garante de votre argent puisque vous avez une relation contractuelle avec elle. Et c’est justement la raison pour laquelle elle est surveillée de près par des autorités de tutelle et soumise à des contraintes d’organisation, contraintes qui n’ont pas été ici respectées, ce qui a entraîné ce que j’évoque au-dessus. Sa défaillance est évidemment gravissime, mais vous voyez bien que pour le comprendre, il faut écarter les hypothèses de complot et les idées fausses que j’évoque dans le billet.

    Commentaire par laplumedaliocha — 20/05/2014 @ 09:32

  10. @Maelle : le retournement de l’opinion publique a été très brutal, si j’en crois le petit échantillon que constitue Twitter. Samedi, c’était l’enthousiasme ou l’indifférence. Dimanche, l’irritation face au traitement médiatique et aux hésitations du trader. Il a été trop loin, comme toujours. Quant aux confrères, ils ont été effarés de voir JK en boucle sur BFM TV puis au 20 heures, ce qui kes a forcés à sortir de leur réserve. Il était temps. Je ne comprends toujours pas comment les chaines di’nfo, qui ont d’excellents chroniqueurs judiciaires, peuvent se livrer à une opération de com’ sans interroger le journaliste qui pourrait apporter un peu de contradictoire dans le délire. Si j’ai le temps je ferai un billet là-dessus parce que c’est une défaillance grave du système.

    @Denis Monod Broca : je ne pense pas qu’on puisse mettre les fautes sur le même plan. Vous avez d’un côté un homme reconnu par la justice comme un délinquant, de l’autre vous pointez avec raison les excès d’un système. JK tente pour se dédouaner de mêler les sujets, à tort. Il s’est découvert une addiction très violente et a caricaturé le métier qu’il exerçait. La Defense, c’est pas Wall Street, faut arrêter. De fait, en assimilant les deux problèmes, il coince son interlocuteur dans l’alternative : soit tu me défends, soit tu es un suppôt du grand capital. Non, on peut à la fois n’avoir aucune envie de défendre un délinquant et pas plus d’envie de soutenir le système. Quant au système financier, je veux bien qu’on dezingue, mais ça me fait sourire quand on demande en même temps un crédit à la conso pour s’acheter le dernier écran plat….

    @remseeks : vous avez bon : nullité d’anthologie. ça vous étonne ? Moi quand j’observe le monde professionnel et ses approximations, je ne suis pas surprise. La fraude est rare, la bêtise est affreusement courante…

    Commentaire par laplumedaliocha — 20/05/2014 @ 09:43

  11. Bonjour,

    On lira avec intéret le papier d’Arrêt sur image.
    Il pointe quand même certaines questions:

    http://www.arretsurimages.net/chroniques/2014-05-19/Kerviel-sous-les-clameurs-la-question-reste-entiere-id6780

    Exemple:
    Reste que Martine Orange, dans ses papiers antérieurs, a scrupuleusement pointé tous les « éléments troublants » du dossier, ignorés ou semi-ignorés par la Justice (et les chroniqueurs judiciaires). A commencer par les très confortables indemnités de licenciement versées par la banque à tous les supérieurs de Kerviel, en échange de leur silence. Scène éclairante, relatée par Orange, au procès en appel. Après qu’un des supérieurs de Kerviel, Martial Rouyère, ait expliqué qu’il n’avait rien vu, rien entendu des manipulations de Kerviel, l’avocat du trader, David Koubbi, l’interpelle : « que se passera-t-il si vous parlez ? » Rouyère : « je dois rendre l’argent ». Tout est dit. Pourtant, dans les compte-rendus du Monde, le nom de Rouyère n’apparait pas.

    Bonne journée à tous.

    Commentaire par araok — 20/05/2014 @ 09:50

  12. @Araok : c’est un tas de merde. Désolée, mais c’est la formule la plus polie qui me vient à l’esprit. L’introduction de ce billet la vise directement. Quant à DS, je me souviens d’un temps pas si lointain où il faisait la différence entre les faits et les insinuations. Mai sc’était avant son partenariat avec Mediapart et sa réconciliation avec Plenel.

    Commentaire par laplumedaliocha — 20/05/2014 @ 09:55

  13. @laplumedaliocha

    C’est pas nouveau. DS a commencé à revêtir les habits du procureur au moment du psychodrame du référendum sur l’Europe de 2005, et ne sait plus depuis quand les laisser au vestiaire. Son émission a depuis été brouillée par une attitude volontiers inquisitrice, et a perdu souvent sa valeur quand il y eut l’ambition de porter un message plutôt que le patient examen des faits et des idées qui avait assuré la renommée d’ASI

    Commentaire par Switz — 20/05/2014 @ 10:25

  14. @ Aliocha :

    « le trader s’est offert les services des meilleurs avocats de Paris ».

    Euh, vous ne parlez quand même pas de Koubbi, j’espère, mais bien de feu Metzner ?

    « Quant à DS, je me souviens d’un temps pas si lointain où il faisait la différence entre les faits et les insinuations. Mai sc’était avant son partenariat avec Mediapart et sa réconciliation avec Plenel »

    Ah, vous aussi vous avez remarqué… Ca me rassure, je ne suis donc pas le seul.

    Commentaire par VilCoyote — 20/05/2014 @ 10:27

  15. Il n’est absolument pas courant de payer plus cher pour faire partir un point mort et réengager un productif… quand le dit poids mort a commis une faute grave évidente.
    Etrange de tourner Eva Joly en soutien abruti, alors qu’elle est avant tout une ancienne juge qui connait ce monde et pose des interrogations légitimes pour replacer l’affaire dans ce qui devrait être sa juste perspective.

    Commentaire par Quentin K — 20/05/2014 @ 10:51

  16. @Aliocha 10
    Oui, en effet, à BFM on dirait parfois qu’il y a deux rédactions qui ne se parlent pas, les anchor – men alertes aux jolis costumes cintrés qui brillent et -women fort affables habillées en néo-sexy Sandro bleu électrique d’un côté, les « journalistes experts » de l’autre (de façon amusante Oudea était passé à BFM business vendredi 16). L’interview servage de soupe enamouré samedi de « Jérôme » m’ a fait sortir de mes gonds, c’était du Gala.
    Vous etes indulgente avec vos confreres, je ne vous en blâme pas. Mais ne croyez-vous pas qu’ils ont aussi senti le vent de l’opinion publique changer ? Et le lâchage public de Kerviel par la droite et la gauche traditionnelles (au passage, J.-L. Mélenchon ne s’est pas rendu à Menton), ca n’a pas aussi pu jouer un rôle ? J’ai me bien M. Sapin, l’ami de l ‘ancien ennemi de la finance, qui a traité Jérôme Kerviel d’escroc, alors que ce dernier n’a pas été condamné pour escroquerie. Vous croyez que Me Koubbi va traduire le Ministre des Finances en justice comme il avait promis qu’il attaquerait tous ceux qui oseraient traiter son client d’escroc ?
    En tout cas, cette histoire risque de ternir Mediapart …

    Commentaire par Maelle — 20/05/2014 @ 12:26

  17. On croule sous les papiers denoncant le plan com’ Kerviel. Je me permets de mettre en lien un qui sort du lot selon moi, la charge assez violente mais tres juste de P. Bilger.

    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/05/20/31003-20140520ARTFIG00170-la-charge-de-philippe-bilger-contre-le-show-mediatique-de-jerome-kerviel.php

    Commentaire par Maelle — 20/05/2014 @ 12:46

  18. J’ai lu avec interet votre article.

    Ce que je pense de tout cela :

    – JK ne se defausse pas de SES responsabilités, il entend les assumer et refuse, du reste, la grace presidentielle…. Il ne dit pas qu’il est innocent, il dit qu’il a été le jouet d’un systeme… dont il a maintenant honte d’avoir PARTICIPE …. Nuremberg a du reste ‘tranché’ sur la manière de se defausser à la question « j’ai obei aux ordres »….. et cela est juste ! et JK entend bien assumé SA responsabilité.

    – On dit que ‘pas vu, pas pris’ et que ‘SI’ cela avait été le cas, il serait toujours trader à faire ses ‘operations’ sans scrupule…. Exact, c’est ce que lui meme dit, lui meme avoue. Il dit qu’il a été un connard… Sauf qu’une situation ne se juge pas avec des ‘si’, mais sur les faits…. Et les faits montrent que d’un mec ambitieux et arrogant, encouragé par une hierarchie qui le surnommait ‘la gagneuse’, apres 6 ans de coups sur la tete (et ce n’est pas fini… il faut etre lucide !), il est devenu un autre homme. Pour juger un homme, il faut porter ses chaussures sinon, ça n’a pas de sens. On juge sur des faits et non sur des suppositions. JK a su se remettre en cause. Mais derrière cette remise en cause, il y a d’autres questions: l’ambition et l’arrogance du trader ne font aucun doute, certes, mais il n’y a eu aucun detournement de fond, aucun enrichissement personnel….. Vous parlez de ‘gains cachés’, mais comment est-ce possible ? Tout est enregistré ! Je veux bien croire sur une opération à ‘très court terme? (24/48 heures maxiiiiiiiiiii), mais pas sur des semaines ou des mois…. Ce n’est pas crédible ! Les gains qu’il a fait ne sont pas des espèces que l’on cache sous le matelas….. Et les pertes idem…..Non, je ne crois pas au faux et usage de faux de la SG. Meme si je peux comprendre que ce soit sa ‘seule’ defense pour des questions d’image ! Néanmoins, ‘trader’ n’est pas une profession illicite, donc combien encore font ils ce qu’à fait JK avec encore +/- plus de subtilités ? A la SG, dans d’autres banques française, européenne ou mondiale…… ????

    – Je fus présente à Menton le 17 mai…… On parle d’un ‘cirque’…..Ah oui, pour etre un cirque, ce le fut….. Je vais vous dire ce que je retiens de cette journée : aucun service d’ordre (donc une grande, TRES grande confusion, mais surtout le fait que ‘ce’ passage n’était pas un évènement, il y eu un embouteillage monstre pendant +/-30 mn, un papy-cycliste a faillit se faire pietinner par les journalistes, des journalistes qui ne comprenaient pas la presence sur les lieux de gens ‘normaux’ tels que mères de famille, enfants , touristes qui passent et flux normaux de la frontière… Ils devatent faire leur job et la populace – sic- n’avait pas sa place….), si on enlève les journalistes ‘pour faire le buzz’ (propos entendus….) et le ‘PG’ et ‘Nouvelle Donne’ venu pour leur propagande, on a enlevé 70% des personnes présentes…. (j’enlève aussi les ‘bimbos’ de service qui pensaient passer à la TV pour un ‘BA’ afin d’esperer (en vain) de’ se retourver dans le lit de JK ou de son avocat – parce que c’est quand meme un bel homme… – …..oui oui, je fus aussi témoin de ce genre de comportements), dois-je aussi ‘oublier’ les propos des journalistes/pigistes parlant par telephone avec leur redaction en disant : « ouais ok, j’ai compris, je resume ce qu’il vient de dire….. ouais ouais ….. hmmmm ouais…… ok, bon , je vais faire dans ce sens là….. Mais ce n’est pas ce qu’il…… ah ouais ….ok, je te fais le truc et je te l’envoie…… ». Donc d’où vient la nausée televisuelle, de JK ou des médias ???. Dans les gens de ‘base’, il y avait present des gens de gauche, de droite, apolitique….. bref très loin du ‘cirque’ médiatique…. J’ai vu des gens qui était là non pas pour ‘sanctifier’ JK, mais pour demander une vraie justice !

    Commentaire par criliguria — 20/05/2014 @ 12:51

  19. J’adore votre n°6 : “Si la banque avait autant de pouvoir, elle n’aurait pas laissé le trader et ses supporters se répandre dans tous les médias…“ Dans cette réalité féroce où tous les coups sont permis pour faire chuter l’un de ses concurrents, chaque établissement joue d’influence en sous main pour que ”l’autre“ se plante ne serait ce qu’un peu en espérant récupérer au final quelques parts de marché… Je connais bien ce monde qui se délecte du “On va les niquer… » et qui s’étonne ensuite de produire en son sein des petits monstres qui ne ferait même pas en bon méchant au cinéma. C’est le monde des médiocres ou pas un des protagonistes n’a eu un geste noble comme le suicide par exemple.

    Commentaire par Polymechanikos — 20/05/2014 @ 13:02

  20. Deux points :
    1- Je ne comprends pas comment un seul homme est parvenu à cacher aussi facilement à ses supérieurs ses prises de positions délirantes. Il n’y a donc pas de procédure de contrôle, de vérification, de sécurité dans le monde de la banque ? Les banques françaises ont-elles mis en place des systèmes de contrôle permettant d’éviter ce Fukushima financier ?
    2- Pourquoi ne pas parler de la réduction d’impôts dont a bénéficié la SG dans les années qui ont suivi ? D’une certaine manière il me semble que le préjudice a été remboursé par l’état non ?

    Commentaire par Pringles — 20/05/2014 @ 15:01

  21. @ laplumedaliocha

    Vous avez raison, le « système » c’est nous, nous tous, et se défausser sur la finance, ou sur les politiques, est un peu facile. Mais quand même… Leurs comportements insensés vous rendraient révolutionnaire…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 20/05/2014 @ 19:39

  22. A reblogué ceci sur Curation exclusivement en françaiset a ajouté:
    Les sources de ces informations ?

    Commentaire par plerudulier — 21/05/2014 @ 05:51

  23. Complot ou pas, ça va saigner pour les riches le moment venu :
    « A vous maintenant, riches ! Pleurez et gémissez, à cause des malheurs qui viendront sur vous. Vos richesses sont pourries, et vos vêtements sont rongés par les teignes. Votre or et votre argent sont rouillés; et leur rouille s’élèvera en témoignage contre vous, et dévorera vos chairs comme un feu. Vous avez amassé des trésors dans les derniers jours! Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et les cris des moissonneurs sont parvenus jusqu’aux oreilles du Seigneur des armées. Vous avez vécu sur la terre dans les voluptés et dans les délices, vous avez rassasié vos coeurs au jour du carnage. Vous avez condamné, vous avez tué le juste, qui ne vous a pas résisté. » (Jacques 5:1-6)

    « Ecoutez ceci, vous qui dévorez l’indigent, et qui ruinez les malheureux du pays ! Vous dites : Quand la nouvelle lune sera-t-elle passée, afin que nous vendions du blé ? Quand finira le sabbat, afin que nous ouvrions les greniers ? Nous diminuerons l’épha, nous augmenterons le prix, nous falsifierons les balances pour tromper ; Puis nous achèterons les misérables pour de l’argent, et le pauvre pour une paire de souliers, et nous vendrons la criblure du froment. L’Eternel l’a juré par la gloire de Jacob : Je n’oublierai jamais aucune de leurs œuvres.» (Amos 8 :4-10)

    Commentaire par Daniel PIGNARD — 21/05/2014 @ 12:59

  24. Sur cette affaire, j’ai lu deux livres :
    – « l’engrenage, » de Jérôme Kerviel. Je suis conscient de l’aspect plaidoyer pro-domo de l’exrcice
    – « la semaine où Jérôme Kerviel a failli faire sauter le système financier mondial. L’auteur en est Hugues Le Bret, qui était directeur de la communication de la SG au moment des faits.
    La mise en regard des deux ouvrages est extrêmement instructive. C’est un exercice que je vous invite à faire.
    Concernant le point 6, la gestion de la communication : ne pas oublier le rôle de la BNP qui s’est appliquée à savonner la planche de la SG.
    Point 11 : il y a une copie des transactions dans le livre de Kerviel.
    Point 12 : Dixit Hugues Le Bret, le débouclage mal géré pouvait conduire à un effondrement systémique (TOUTES les banques de TOUTES les places financières : retour au XIII ème siècle en termes de système monétaire) par la faillite de la Société Générale. Une fois le pot aux roses découvert, la Société Générale ne pouvait que dégonfler la baudruche en essayant de ne pas la faire exploser.

    Commentaire par Popeye — 21/05/2014 @ 16:03

  25. Les psychologues et sociologues se sont récemment penchés sur le cas des traders, et ont observé que ceux-ci souffraient de troubles psychopathiques à une fréquence très élevée, 10 fois plus que dans l’ensemble de la population. Mais la contagion médiatique qui transforme ce genre d’affaires en folie collective nous apprend aussi beaucoup de choses sur nous-mêmes, comme dans l’affaire DSK et autres :
    * aveuglement du système sur son propre fonctionnement, nous sommes désormais en roue libre dans tous les domaines : politique, financier, écologique, etc. ;
    * rejet par les journalistes de tout principe moral : ne plus informer, ne plus vérifier, mentir ; la réalité s’est évanouie, nous n’avons plus prise sur le réel, l’intellect contemporain bat la campagne ;
    * incapacité à tirer des leçons de quelque nature que ce soit : chacun est de toute façon toujours bien certain d’être dans son droit, même si on lui montre qu’il a tort ; tout idée d’entraide sociale est par conséquent frappée de nullité : autrui = celui dont la vérité me nuit.
    * délires individuels de nature complotiste et défaite de l’esprit critique ; les Lumières, c’est finit.
    * destruction lente mais efficaces des institutions les plus à même de garantir la démocratie, en particulier la justice ;
    * frénésies en tout genre : économiques, sexuelles, il n’y a plus de limite. Un commentaire ci-dessus parle des « bimbos » en quête de coucheries avec des célébrités comme Kerviel…
    * rejet de toute espèce d’honorabilité : d’abord l’argent, la gloire, les plaisirs, et il n’y a plus aucune honte à se donner en spectacle dans toutes la laideur de ses instincts.
    * inversion du sens mots : par exemple, la voracité passe pour une vertu, summum de l’affirmation individuelle.

    S’il y a encore quelqu’un sur Terre dans 200 ans, ce qui n’est vraiment pas gagné, l’affaire Kerviel, parmi d’autres, témoignera sans doute de ce que l’être humain n’est qu’une bête incroyablement stupide et de mauvaise foi, soumise compulsivement à ses pulsions, et qu’elle nomme ses turpitudes les plus sordides : liberté.

    Commentaire par Albert D. — 21/05/2014 @ 16:37

  26. Chacun a compris que Kerviel avait monté un casino dans lequel il usait de martingales.
    Personne n’accepte que ce soit possible si cher et si longtemps dans une salle de marché aussi « bruyante » soit-elle.
    Bouton était un patron invasif et très acide. Le scénario n’est pas crédible.
    Je ne tente aucune explication.

    Commentaire par captainluck — 21/05/2014 @ 17:30

  27. Daniel Bouton etait assurement un patron acide, invasif j’en suis beaucoup moins sure, il aimait trop les boiseries et le golf pour passer sa vie dans des tours a La Defense. Et en tout cas c’etait un enarque inspecteur des finances ( le plus jeune jusqu’a un temps recent) qui pouvait certes disserter des heures sur le systeme de Law mais ne comprenait pas grand chose a la banque d’investissement hautement mathematisee de ces deux dernieres decennies.

    Commentaire par Maelle — 21/05/2014 @ 18:04

  28. Très bon point de vue. Merci

    Commentaire par cypher7th — 21/05/2014 @ 21:20

  29. J’apprécie particulièrement le commentaire d ´Albert D en 25 il résume assez bien le fond des problèmes d’une civilisation en chute libre.

    Commentaire par Scaramouche — 22/05/2014 @ 08:18

  30. Bonjour, sur le point n°2 votre comparaison me parait erronée : l’homme n’aurait pas été plus rusé qu’un conseiller moins qualifié, il aurait berné une armée de contrôleurs (commissaires aux comptes compris) et une batterie de logiciels au moins aussi sophistiqués que ceux qui permettent de passer des millions d’ordres à la seconde sur les marchés (sans parler des procédures de vérifications avec les contreparties et les places de marché) ! On parle de combien de personnes, de combien de contrôles informatiques ? Allez demander aux salariés de la SG si on peut se faire rembourser des notes de frais fictives compte tenu des procédures en vigueur ! En somme, votre homme serait James Bond ?

    Cet argument ne tient pas la route 2 secondes. Qu’il soit en pratique très difficile de démontrer par a + b que la hiérarchie de la SG ait délibérément choisi de fermer les yeux en même temps qu’elle encourageait JK car il était très « bankable » est juste la preuve que les N+1, N+2, … ont parfaitement couverts leurs arrières. En l’absence de preuves irréfutables qu’ils étaient tout à fait conscients des agissements de JK, il suffisait de les inciter à garder le silence. De plus, j’imagine que cette affaire a déjà beaucoup nui à leur carrière, reconnaitre une passivité complicité leur aurait sans aucun doute été fatal.

    Commentaire par Julien — 22/05/2014 @ 09:00

  31. @Albert D : Non, l’affaire Kerviel, restera dans l’ombre parce qu’elle n’est qu’un signe parmi d’autres des convulsions d’une décadence rapide de l’occident. Peut-être disait-on la même chose avant la guerre de 14 ou de 39, avant la révolution française ou au XV ème siècle?
    Non, l’être humain n’est pas que violence, turpitudes, cynisme, égoïsme. Il est capable de bien et de bon, mais les médias ne montrent que sa face noire et embourbe à plaisir son image.
    Non, l’être humain n’est pas qu’une bête : il est fait d’instinct mais aussi de spirituel.
    Non, les Lumières ne sont pas une référence. 200 ans après, on peut en voir les conséquences.Elles ont donné une image déviante de l’homme et la construction qui s’est opérée à partir de ce faux humanisme tend à cloner l’homme sur tous les plans.
    Pour vous rassurer sur les fondements de l’humanité et sa beauté potentielle, je vous conseille de lire en son entier le Cantique des Cantiques.

    PS : je me moque comme d’une guigne de Kerviel et de la société générale. Ils sont tous deux issus du monde de l’argent, dévastateur et indispensable, Janus qui trompe en permanence le petit peuple.

    Commentaire par Dorine — 22/05/2014 @ 09:48

  32. Ce billet aurait pu s’intituler « 12 façons d’accréditer les théories de la SG ». Si je regardais en détail les dépenses de com’ de cette vénérable institution, aurais-je une chance de vous y retrouver ?

    Commentaire par Julien — 22/05/2014 @ 11:01

  33. @ Dorine

    Bien dommage si l’affaire Kerviel reste dans l’ombre et n’est qu’une anecdote parmi d’autres. C’est le signe de la banalité donnée à une escroquerie qui devrait servir sinon d’exemple du mois à une réflexion générale (ne serait-ce que pour en éviter d’autres. )

    Non l’Homme n’est pas qu’une bête et là je diffère du point de vue d’Albert D mais justement parce qu’il n’est pas que cela il a des devoirs envers sa descendance et les autres créatures, puisqu’il a des ambitions il doit montrer de quoi il est capable.

    Les »lumières » auxquelles il est fait allusion sont comme »les lendemains qui chantent » ou « le changement c’est pour maintenant » .. un leurre pour le « petit peuple » car tous autant que nous sommes nous vivons avec l’espérance et le « toujours plus » et pour arriver à nos fins que ce soit pour les biens matériels ou spirituels nous agissons chacun avec nos armes en bien ou en mal . ..il arrive que suivant le cas on tutoie les étoiles comme en lisant le Cantique des Cantiques » et sinon on se casse la figure ..comme Kerviel.
    Mais nul doute qu’il aura maintenant tout le temps de lire..

    Commentaire par Scaramouche — 22/05/2014 @ 11:13

  34. Aliocha : « Quant au système financier, je veux bien qu’on dezingue, mais ça me fait sourire quand on demande en même temps un crédit à la conso pour s’acheter le dernier écran plat…. »
    Ça sent le mépris du peuple, cette réflexion.
    Dans notre société de consommation, il n’est pas toujours facile pour les agents économiques que sont les salariés ordinaires (de tous niveaux), les chômeurs, les petites gens, d’échapper à l’injonction (publicitaire) de consommer toujours plus. Et donc de vivre à crédit quand on n’a pas les moyens. Il ne faut pas prendre les gens pour des abrutis, ce n’est pas une tare de ne pas avoir le recul nécessaire pour échapper aux sollicitations de la publicité. Ce n’est pas non plus évident de se marginaliser quand tout nous pousse à « faire comme tout le monde », à « faire société » et donc à consommer comme tout le monde.
    Oui, même si ça peut paraître contradictoire, on peut avoir le recul nécessaire pour voir que le système financier est complètement dingue ou perverti… tout en demandant un crédit à la consommation parce qu’on en a besoin. Parce que nous sommes dans une société où le choix de s’endetter n’en est plus un forcément, de choix. L’endettement, c’est le cœur même du système capitaliste actuel. Un conseil de lecture :
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7089

    Commentaire par Gilbert Duroux — 22/05/2014 @ 15:14

  35. @ Julien — 22/05/2014 @ 11:01 : les attaques à la personne ne déshonorent que ceux qui les professent.

    Commentaire par Pouet — 22/05/2014 @ 18:55

  36. Dans cette affaire hors normes et en raison des aveux spontanés de J. Kerviel, on doit admettre que la seule stratégie de défense judiciaire possible face à une puissance économique financière, ici, son ex-employeur, c’était se servir du procès comme tribune, l’accusé se fait alors accusateur et rejette la compétence de ses juges pour mieux prendre l’opinion à témoin.

    Ainsi, l’arme du droit de la défense est le procès qui n’est plus celui du délinquant (qualifié à l’époque de terroriste par son patron) mais celui de la victime du système de la finance mondiale et des marchés, donc celui de la « bancarisation » de la société qui permet à J. Kerviel, grâce au relais des medias de se faire, en quelque sorte, le représentant des victimes de leur propre banque.

    Cette stratégie de « rupture » appelée aussi « défense de connivence » calquée sur les procès politiques s’achève donc, temporairement, et pour reprendre le titre du livre de J.F Khan, sous forme d’« horreur médiatique ».

    En effet, l’entreprise de com où tous les chemins devaient mener à Rome a engendré, in fine, un faux suspens orchestré dans une théâtralisation outrancière s’apparentant, le temps d’un week-end, à tous les « codes scénarisés d’un mauvais télé-réalité show 48 h chrono ».

    Le supposé « acte de contrition », parfaitement respectable au demeurant, a alors laissé place à un double discours avec le sentiment d’assister à la gesticulation d’un « manipulateur manipulé » dans une farce pathétique où la marionnette guignol en représentation défie gendarme dans un théâtre pour enfants.

    Comment J. Kerviel, sans vergogne, pouvait-il affirmer la veille je cite : « Je ne suis pas coupable. Je ne me mettrai jamais à genou face à une décision qui a été inique » dénoncer être victime du système puis, le lendemain, prétendre que sa démarche était rédemptrice à la suite d’un examen de conscience mais qui laissait douter de la sincérité ?

    La responsabilité pénale c’est d’abord, individuellement, répondre de ses actes et en assumer les conséquences c’est-à-dire l’emprisonnement ou l’amende en vertu d’une décision définitive, souverainement, rendue et à plusieurs reprises contradictoirement débattue.

    Chacun sait aussi que l’imputabilité de l’obéissance aux ordres iniques relève de la responsabilité personnelle de l’individu et non à un système déviant.

    La compassion pourquoi pas ! L’aménagement de la peine probablement ! La demande de grâce présidentielle – à titre individuel – depuis sa révision de 2008 (art. 17 de la Constitution) certainement….

    L’ inversion des valeurs et sa perversion absolue c’est la réussite de J. Kerviel mais ça reste que manipulation comme les agissements délictueux d’un « loup solitaire » sauf preuve contraire selon la formule consacrée !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 23/05/2014 @ 12:19

  37. L’élément de langage à retenir de ce billet est « complotistes ».
    Ceux qui ne croient pas sont des complotistes.

    Commentaire par Tortuga — 23/05/2014 @ 21:24

  38. @ Tortuga : ouf, un moment j’ai eu peur de devoir me servir de mon cerveau pour me faire un avis, mais heureusement tu es là pour nous dire quoi penser ! C’est une bénédiction que des gens comme toi pullulent sur internet…

    Commentaire par Gatutor — 24/05/2014 @ 14:33

  39. […] La Plume d’Aliocha […]

    Ping par Contre-Regards » Kerviel ! Un piège à com , suite ! — 13/09/2014 @ 15:05

  40. A la lumière des récentes révélations, avez vous des commentaires à apporter concernant vos prises de positions sur la culpabilité démontrée de J. Kerviel, le traitement impartial de l’affaire par la Justice et le préjudice ignoble subi par la SG ?

    Commentaire par JulienB — 28/05/2015 @ 21:48

  41. […] Douze idées fausses sur l’affaire Kerviel […]

    Ping par Jérôme Kerviel attaque | Intime Conviction — 22/08/2015 @ 12:18


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :