La Plume d'Aliocha

13/05/2014

Hexagones veut réinventer le journalisme

Filed under: Invités,questions d'avenir — laplumedaliocha @ 17:44

20140512_173416Un nouveau site de presse en ligne est sur le point de naître dans le paysage français : Hexagones. Le titre se définit ainsi : « Hexagones est un site d’information national implanté en régions, payant et sans publicité. Hexagones propose de l’investigation, des enquêtes et des reportages aux citoyens pour révéler la France telle qu’elle est, et mieux décrypter les enjeux à venir ». Les fondateurs ont réuni un capital de départ mais aussi fait appel au financement participatif des internautes (crowdfunding) via le site KissKissBankBank, essentiellement pour fédérer une communauté de lecteurs autour du projet. Ils ont déjà récolté 4000 euros soit près d’un tiers de leur objectif. L’idée est née en 2007 d’une rencontre entre plusieurs journalistes, puis elle a été mise en stand by en raison de la crise et elle vient de redémarrer sous l’impulsion de Thierry Gadault. Thierry Lévêque (en photo ci-contre), ancien journaliste police justice chez Reuters, aujourd’hui indépendant fait partie de l’aventure. Il nous explique l’esprit de ce projet.

Le projet Hexagones réunit combien de personnes?

Nous sommes aujourd’hui une vingtaine de journalistes dans toute la France ainsi que des webmasters. Hexagones fonctionne pour l’instant sous la forme d’un réseau de journalistes indépendants. C’est un média que nous souhaitons nourrir de nos contacts, de nos idées, pour le construire tout en continuant nos activités professionnelles en parallèle. Il n’y a pas de salariés et surtout pas de chefferie. Nous sommes tous des journalistes old school aguerris et nous avons vu les ravages occasionnés par le modèle autoritaire consistant pour une poignée de directeurs de presse et de rédacteurs en chef à dicter d’en haut l’agenda médiatique, c’est-à-dire les sujets que les journalistes doivent traiter et que les lecteurs doivent lire. Notre ambition est d’ouvrir les portes et les fenêtres de la vieille citadelle de la presse pour associer le public à l’information.

Les pure players du web se répartissent en deux catégories. Mediapart, Arrêt sur images ont opté pour le payant. Slate, Atlantico, Rue 89, le Huffington Post misent sur la gratuité. Quel est le modèle économique d’Hexagones ?

Nous avons opté pour un modèle payant sans publicité. L’abonnement coute 5 euros par mois, sachant que ceux qui le souhaitent peuvent donner plus pour nous soutenir. Les personnes qui acceptent de participer au lancement d’Hexagones via l’opération de crowdfunding auront droit à une durée d’abonnement équivalente au montant versé.

Hexagones est un projet purement web ou bien comporte-t-il un volet papier ?

Je ne sais pas qui se rend encore le matin à l’aube au kiosque pour acheter un journal qui lui parle de ce qui est arrivé la veille, en tout cas pas moi ! Ce modèle est fini et je ne serais pas surpris qu’on assiste à son effondrement brutal. En revanche, il suffit d’observer autour de soi dans la rue, le métro, les magasins, au bureau, chez soi pour constater que tout le monde a son téléphone à la main. Il est évident que face à cette soif de connexion, il y a des places à prendre, des modèles à inventer dans le traitement de l’information. Hexagones est une aventure risquée, nous en sommes tous conscients, mais on ne pouvait pas laisser passer le train. Evidemment, nous aurions préféré avoir des investisseurs, un capital de départ de plusieurs millions comme Médiapart, une structure, des salariés…. Plutôt que d’attendre en vain, il nous paraît préférable à nous journalistes de nous prendre par la main pour réinventer la manière d’exercer notre métier. L’intérêt du web, c’est que les investissements sont beaucoup moins lourds que pour lancer une publication papier. C’est une chance formidable. Et puis nous avons un public potentiel sur la planète entière, c’est aussi une opportunité formidable. La seule limite c’est la langue.

Qu’allez-vous proposer aux lecteurs ?

Avant tout, il y a à la base de notre démarche, un état d’esprit, une conviction il faut rompre avec le traitement de l’information actuel. Nous pensons qu’on arrive au bout de la non-information qui tourne en boucle. Par exemple la polémique sur le fait que Christiane Taubira n’a pas chanté la Marseillaise. Un politique la lance, la ministre se défend, on fait réagir d’autres politiques, et le résultat, c’est que ce fait qui n’intéresse absolument personne occupe tous le temps d’antenne des chaines d’information et toute l’actualité ou presque sur Internet. Les sondages nous montrent que les français se désintéressent de la politique et on pense vraiment qu’en leur servant de la sous-politique on va les mobiliser ? Et le pire, c’est que l’agenda politique finit par se caler sur la roue infernale médiatique qui commande d’organiser des événements sans aucune consistance, simplement pour obtenir une visibilité médiatique. Nous pensons qu’il y a une vraie demande pour une information approfondie, via des articles longs, réfléchis, rédigés avec recul. Il y aura donc du magazine, des reportages et de l’investigation, à Paris, dans les régions car l’une de nos convictions est qu’il faut lutter contre le parisiannisme et à l’international.

L’intérêt de votre projet est aussi sa faiblesse potentielle, on comprend à vous entendre que c’est un rêve de journalistes. Or, les éditeurs de presse disent depuis toujours que les rêves des journalistes ne sont pas rentables. Et il faut croire en effet que la malbouffe médiatique attire le clic…

Peut-être, mais je suis convaincu qu’à côté de ce modèle, il existe une demande pour une autre information. La preuve, les fondateurs de XXI qui à l’ère de l’immédiateté, du court et du gratuit ont lancé un trimestriel papier de grands reportages qui tire à 40 000 exemplaires ! Personne n’aurait misé sur un tel projet à l’ère numérique et pourtant…Idem pour Mediapart qui jouit d’un grand succès avec un site payant et sans publicité. Notre époque est très difficilement lisible, même les sociologues, les philosophes et les économistes s’y perdent. D’où la nécessité pour notre profession d’observer et de rendre compte des événements pour tenter de tirer le fil et d’en saisir le sens profond. J’ai réalisé il y a peu de temps un reportage sur l’électroménager intelligent pour Sud-Ouest. Au départ, le sujet ne m’enchantait pas et puis en creusant, je me suis aperçu que le frigidaire numérique évite le gaspillage alimentaire ; or ce gaspillage représente 500 milliards chaque année dans le monde. De même le lave-linge électronique permet d’éviter de gâcher de l’eau. Sans compter les économies d’électricité. Derrière ces apparents gadgets censés nous faciliter la vie, il y a des enjeux colossaux qui touchent tout simplement l’avenir de l’humanité ! Je suis certain que des articles qui prennent le temps d’observer et de comprendre trouveront un public. De toute façon, nous n’avons pas le choix, il faut arrêter cette course folle des médias, mais aussi de chacun d’entre nous et prendre le temps de lire, réfléchir, penser.

Quand aura lieu le lancement ?

D’ici quelques semaines. Nous avons déjà plusieurs articles de fond qui sont prêts à être mis en ligne. Par exemple, j’ai réalisé un reportage sur le quartier juif de Budapest. Hanté par le génocide juif qui y a fait 600 000 morts, ce quartier est aujourd’hui la capitale de la « picole » dans les fameux comkosma, littéralement les bistrots de ruine. J’ai aussi fait un reportage sur la prostitution chinoise à Paris et un autre sur le départ massif des juges à la retraite. Une consoeur signe un reportage sur l’Afrique du Sud, nous avons aussi une interview assez cash d’un responsable de l’UMP ou encore un article sur la Banque de France. Bref, des sujets variés, mais toujours creusés.

 

Pour lire une présentation détaillée du projet et devenir membre de la communauté, c’est par ici. Nous avons réalisé cet entretien lundi en fin de journée, il y avait 4 000 euros de collectés, le lendemain à la même heure 5 000. Bravo et longue vie à Hexagones !

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.