La Plume d'Aliocha

16/09/2019

Reductio ad buzzum

Filed under: Réflexions libres — laplumedaliocha @ 09:21

« La PMA pour toutes sera « notre malédiction » estime François-Xavier Bellamy ». Ainsi titrait hier le site Internet de Europe 1. Interloqué par le titre choc (c’est fait pour ça les titres choc), on clique. Voici les premières lignes de l’article :

Dans un entretien au Journal du dimanche, l’ex-tête de liste aux élections européennes dénonce une « fuite en avant perpétuelle dans l’insatisfaction ».

L’ouverture de la PMA à toutes les femmes sera « notre malédiction », estime le député européen LR François-Xavier Bellamy qui ira manifester le 6 octobre contre cette « fuite en avant perpétuelle dans l’insatisfaction et la frustration ».

Ah que c’est délectable, l’affreux élu LR qui non content d’être catholique (pardon, mais moi je dis « catholique » et pas « catho » parce que nombre de désagréments de la vie en société naissent d’une excessive familiarité) donc l’intéressé, avec sa tête de premier communiant et son regard bleu porcelaine, se révèle ouvertement anti-égalité, vraisemblablement homophobe, et aussi facho, ce que l’on comprend à la discrète allusion à la manifestation du 6 octobre organisée par….l’épouvantable Manif pour tous. On s’en lèche les babines tant on tient là un cas chimiquement pur de l’incarnation de la France rance, facho, réactionnaire, omniphobe qu’il convient d’éradiquer sans relâche.

Mais plus bas, voici que les choses deviennent un peu moins simplistes : « Depuis son apparition, la médecine a pour but de remédier à la maladie. Dans ce cadre, la loi autorisait la PMA pour pallier une infertilité pathologique, qui devait être médicalement constatée. Si nous supprimons ce critère, la technique médicale ne servira plus à rétablir l’équilibre de la condition humaine, mais à dépasser ses limites ». Ah, mais dites donc il se pourrait que ce soit une vraie question, ça. Une question qu’il n’y a aucun déshonneur à soulever. Bien vite, cependant on nous remet dans le droit chemin.  En fait, la question est forcément sotte et réac, puisque celui qui la pose « a conduit la liste Les Républicains aux élections européennes, pour un score catastrophique de 8,48% des voix« .

Au paragraphe suivant, nous arrivons enfin à la phrase qui justifie le titre « Une fois cette nouvelle logique acceptée (de la médecine non plus de soin mais d’augmentation et de transformation de l’humain), je ne vois pas ce qui nous arrêtera : elle nous conduit directement au transhumanisme, par la transformation technique de nos corps (…) rompre avec la condition humaine parce que ses limites frustrent nos désirs. Je crois que ce choix sera notre malédiction« . 

Reductio ad phobos, reductio ad cathoreac

Voilà un splendide exemple de ce qu’on pourrait appeler une reductio ad buzzum. Le propos de François-Xavier Bellamy consiste à mettre en garde sur le fait que l’on est en train d’opérer un basculement de civilisation qui va accélérer la marche vers le transhumanisme. La PMA ne mène au transhumanisme que lorsqu’elle concerne les homosexuels, ironisait hier un twittos réputé pour sa mauvaise foi. C’est le procédé bien connu de ce que j’appelle la reductio ad phobos.  Tout propos peut être disqualifié, il faut et il suffit d’accuser son interlocuteur d’une phobie quelconque. Je ne sais pas si à l’époque de sa découverte, la PMA soulevait déjà ces craintes, j’étais née mais pas en âge de réfléchir à ces questions, ce que je sais en revanche, c’est que la Silicon Valley travaille à l’heure actuelle sur un grand nombre de projets destinés à faire naitre un homme augmenté, voire à vaincre la mort et que ça représente un marché potentiellement énorme.  Pour tout intellectuel attentif à ces sujets, le problème se pose bel et bien, c’est même l’une des questions les plus cruciales qui se pose à notre époque. On lira avec profit à ce sujet de nombreux ouvrages dont ceux du philosophe Eric Sadin, en particulier La siliconisation du monde, mais aussi Olivier Rey Leurre et malheur du transhumanisme, ou encore Jacques Testart et Agnès Rousseaux, Au péril de l’humain. La liste est non exhaustive, il en sort tous les jours ou presque.

Le biomarché

A ce stade et pour tenter de s’extraire de la reductio ad cathoreac, voici quelques auteurs qui partagent les inquiétudes de François-Xavier Bellamy sur la post-modernité. Ils ont en commun de mener une critique très argumentée de l’ultra-libéralisme et d’apercevoir assez nettement à quel point le marché s’infiltre jusqu’au plus intime de nos vies, dévastant des siècles de culture et de civilisation dans le but d’isoler les individus pour mieux les tenir en son pouvoir. En ce sens, un certain socialisme se révèle l’idiot utile du capitalisme le plus brutal. On lira à ce sujet utilement Christopher Lasch pour sa splendide description de « La culture du narcissisme » dans l’Amérique des années 70 car il plante le décor en quelque sorte. Plus près de nous, je renvoie à  son disciple, Jean-Claude Michéa, aussi et surtout connu en raison de sa fascination pour Orwell (eh, oui, tout est cohérent), mais aussi Dany-Robert Dufour, philosophe des sciences de l’éducation, grand pourfendeur du marché dont il démontre brillamment qu’il est devenu la nouvelle religion qui nous tient sous son emprise (lire notamment l’ouvrage à mon avis fondateur Le Divin marché). Sans oublier le professeur de droit Alain Supiot, membre du Collège de France, dont les travaux sont régulièrement cités par les philosophes contemporains (son ouvrage majeur est La gouvernance par les nombres, mais il vaut mieux commencer par l’excellent Homo Juridicus). Concernant précisément la PMA, on peut également citer Sylviane Agacinski dont je n’ai pas souvenir qu’elle soit facho-catho-reac (voir « L’homme désincarné » Tracts Gallimard, mais surtout « Le tiers-corps » au Seuil). Aussi et surtout, pour prendre vraiment la mesure de la situation non plus seulement à travers l’analyse des philosophes, mais en se fondant sur une minutieuse analyse de la réalité, je recommande d’ouvrage de référence qu’est devenu en quelques années Le Corps marché, de la sociologue Celine Lafontaine, sorti en 2015 au Seuil. Voici une interview dans laquelle elle explique ce qui nous attend si nous ne prenons pas conscience du fait que le marché de nos données personnelles n’est rien comparé au biomarché qui va s’attaquer à nos cellules, organes, etc….

Voilà. Alors on peut continuer à réduire toutes ces questions qui interrogent rien moins que l’avenir de l’humanité à une poilade sur le dos d’un candidat qui n’a fait que 8,5% aux européennes et s’amuser en tordant ses propos à le faire passer pour un moine prédicateur hystérique sorti du fond des âges. Ou bien se dire qu’on en a assez des manipulations médiatiques qui aboutissent à confisquer des débats aussi majeurs. C’est au choix.

Ah, j’oubliais. Europe 1 n’est coupable en l’espèce que de complicité d’intoxication intellectuelle. C’est le JDD qui a choisi ce titre (puis a fini par le modifier). Et toute la presse hier a embrayé. Je ne saurais trop recommander la lecture de la vraie interview que FX. Bellamy a mis en ligne lui-même pour rétablir la réalité de ses propos. Et puisque vous êtes là, jetez un oeil la prochaine fois que vous irez en librairie à son livre Demeure, dans lequel il pose notamment cette amusante question : être perpétuellement en mouvement pourquoi pas, mais pour aller où ?

Publicités

02/09/2019

Selon que vous serez médiatique ou misérable…

Filed under: Coup de griffe,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 14:13

Savez-vous qui a écrit de l’Abbé Pierre « Il est petit, épais comme un Juif version Buchenwald, porte des binocles pour mieux voir le fric (…) et une barbe de père Noël pouilleux qui serait resté trop longtemps à distribuer des cadeaux aux pensionnaires d’Auschwitz. Faut dire, vu le nombre de cheminées qu’il y avait là-haut, il devait y avoir du pain (grillé) sur ces planches qui ont servi à casser du Youpe, etc. » ?

Ou bien encore à propos de la famine en Ethiopie « Après les six millions de Juifs soi-disant morts dans les camps en carton pâte que la Metro Goldwyn Meyer a fait construire un peu partout en Europe pour le compte (en banque) de quelques Juifs avides de pognon, on réinvente l’actualité pour renflouer les caisses de quelques dictateurs nègres dont le roseau de 30 cm ne suffit plus à aguicher les putains d’Adis-Abeba. »

Et c’est encore le même qui a dit  « En fait, ces nègres maigres n’existent pas. Ce ne sont que les négatifs des photos truquées par les Juifs sur les prétendus camps de la mort. » 

Ces propos sont des écrits de jeunesse de Yann Moix. Révélés lundi par l’Express, ils étaient déjà   pardonnés dimanche par toute la communauté germanopratine, à commencer par son protecteur et mentor, BHL lui-même. La larme à l’oeil, tous n’ont voulu voir que le splendide exercice de rédemption de l’intéressé, invité vedette de l’émission de service public On n’est pas couché qui entamait samedi dernier une regrettable nouvelle saison. Mieux, on a même donné au bas peuple des leçons d’élégance morale. Ce serait à hurler de rire si l’on n’était pas si occupé à juguler une rage tellurique.

Ainsi donc, cet individu  agressif et méchant (1), mascotte d’une petite coterie médiatique qui fait et défait les gloires littéraires depuis des décennies sans que l’on n’aperçoive jamais aucun lien entre les heureux élus et le talent, s’est-il rendu en toute impunité coupable d’un crime qui aurait socialement désintégré n’importe qui d’autre à sa place.

On ne saurait trouver illustration contemporaine plus saisissante de la célèbre Fable de La Fontaine, Les animaux malades de la peste. Rappelons-nous de la leçon du génial fabuliste. La peste décime les animaux, « ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés ». C’est alors que le lion expose lors d’un conseil que cette épidémie est une punition du ciel qui nécessite que l’un des animaux se sacrifie pour expier. Vraie noblesse ou suprême habileté, le lion lui-même donne l’exemple en avouant qu’il a mangé des moutons et même un berger.  Puis il invite chacun à avouer aussi ses fautes. Sur ce le renard, habile rhéteur, affirme au lion qu’il n’a commis aucune crime car, dit-il,  le mouton est sot et le berger l’avait bien mérité. On feint ensuite de n’apercevoir  aucune faute non plus chez le tigre et l’ours. En revanche quand l’âne vient avouer qu’il a volé un peu d’herbe dans un pré voisin, voilà que l’assemblée lance le fameux cri « haro sur le baudet ».

« Sa peccadille fut jugée un cas pendable.

Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !

Rien que la mort n’était capable.

D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.

Selon que vous serez puissant ou misérable,

Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».

Et c’est ainsi que les petits marquis médiatiques se protègent entre eux en trouvant toujours un pauvre baudet à livrer à la foule pour faire oublier que la peste qui décime la société, c’est eux. Mais lorsque malgré le subterfuge, l’un des leurs commet une faute impossible à dissimuler, elle est alors immédiatement et bruyamment pardonnée au nom d’un commandement dont le nom n’avait jusque là jamais franchi leurs lèvres ni même vaguement effleuré leur esprit : la bienveillance. On se répand même en dégoulinants exercices d’admiration, non sans menacer des pires châtiments ceux qui ne se rallient pas suffisamment vite à la cause. Car il y a visiblement un bon antisémitisme, même si l’on ne comprend toujours pas ce qui pourrait bien le distinguer du mauvais. A part les enjeux de pouvoir et de vente de livres, bien évidemment. Comme l’écrit Anne Rosencher dans l’Express, « l’indulgence pour l’erreur de jeunesse, il faut la plaider pour tous ou se taire ».

Cette affaire répugnante (ajoutée aux dégoutantes polémiques familiales), qui au passage permet à l’intéressé d’occulter médiatiquement en cette rentrée littéraire tous ses concurrents sans doute plus talentueux et certainement moins méchants, a un mérite et un seul, à condition que l’on s’en saisisse : interdire à ses défenseurs de prononcer à l’avenir un quelconque jugement moral sur qui que ce soit. Jamais. Quoiqu’il advienne.

On notera au passage la fascination des médias pour les personnalités toxiques. Car il ne faut pas s’y tromper. On ne pardonne pas ici à l’intéressé ses dérapages sous prétexte que ses qualités seraient telles ( Humaines ? Littéraires ? Dans les deux cas elles nous auront échappées) qu’elles justifieraient de fermer les yeux sur ses défauts. Non, ce sont précisément ses épouvantables tares qui ont fait son succès. C’est bien l’homme méchant, vindicatif, hargneux que l’on a vendu aux téléspectateurs tous les samedis soirs pour orchestrer d’abjects jeux du cirque qui n’avaient d’autre objectif que de faire de l’audience le jour même et du buzz les jours suivants.

 

 

(1) La policière s’est suicidée.

14/08/2019

Les riches enseignements de la non-affaire Woerth

Filed under: Réflexions libres — laplumedaliocha @ 13:36

Il est des petites agitations sur les réseaux sociaux qui ne mériteraient pas que l’on s’y appesantisse si elles ne représentaient un terrain d’observation privilégié de la manière dont fonctionnent les phénomènes d’emballements. Ainsi la minuscule affaire de la photo d’escalade d’Eric Woerth est particulièrement représentative du fonctionnement des médias au sens large (incluant les réseaux sociaux) et facile à observer car elle est simple, courte et que tous les éléments de sa compréhension sont publics. Voyons donc cela de plus près.

Eric Woerth (LR), ancien ministre  des gouvernements Fillon, actuellement député et président de la commission des finances de l’Assemblée nationale poste le 12 aout à 13h37 une photo sur laquelle on le voit un piolet à la main, encordé, à flanc de glacier.  Il n’y a aucun commentaire. C’est dans un tweet suivant qu’il précise qu’il s’agit du Glacier du milieu à l’aiguille d’Argentière. Une photo de vacances parmi des centaines de milliers d’autres, et donc un tweet parfaitement anodin. Seulement voilà, il émane d’un homme politique. C’est ainsi que le député LREM Bruno Questel commente à 18h51 sur Twitter : « Cher collègue, je mesure mieux votre incapacité à appréhender les courbes d’amélioration de notre économie en ce que vous semblez confondre horizontal et vertical    @LaREM_AN ». Pour mémoire, Eric Woerth est président de la commission des finances de l’Assemblée nationale et l’une des rares personnalités de droite à ne pas avoir rejoint LREM. Le tweet est accompagné de la photo sur laquelle on a entouré une deuxième corde emmêlée à droite de la photo. A 17h48 Gaspard Gantzer, énarque et ancien conseiller aux relations presse de François Hollande, commente à son tour « La route est longue visiblement, mais la pente est surtout très plate   » …Notez l’utilisation de horizontal et de très plate, cela sera important par la suite. A 18h14, Eric Woerth lui répond « Les grincheux le sont même en été. La photo est vraie et dans le bon sens! Demandez donc à mon ami guide de Chamonix qui l’a prise. Bonnes vacances à tous les internautes! ». Ce à quoi l’intéressé répond à 19h02 « En tout cas, vous nous avez bien fait rire en ce mois d’août. Merci 🙏🏻 ». Entre temps, le réseau social a fait monter le hashtag en tête des tendances et chacun y va de son détournement de photo pour moquer tant le montage supposé que son auteur. Car les internautes s’en sont rapidement persuadés, la photo est prise à l’horizontal, l’intéressé est donc selon eux à quatre pattes dans la neige et a publié le cliché après lui avoir fait subir une rotation pour faire croire qu’il se trouvait sur un glacier abrupte.

Au soutien de leur « analyse », les internautes font observer que :

  • la fermeture du blouson pend vers le sol, ce qui indique que l’homme est parallèle au glacier et non accroché dessus ;
  • en bas à droite de l’image, on peut apercevoir en agrandissant la photo deux personnes qui se déplacent debout sur la même pente;
  • une corde à droite de la photo interroge quant à sa position.

L’ambiance à ce moment-là sur Twitter est partagée entre deux types de réactions. Il y a les éternels virulents qui ont trouvé là une preuve supplémentaire de ce que Eric Woerth en particulier et les politiques en général sont tous des faussaires doublés d’imbéciles qui pensent que leurs tromperies grossières passeront inaperçues. Et puis il y a les plaisantins, nombreux, qui  ont saisi l’occasion pour rivaliser d’inventivité dans les montages photos ridiculisant l’intéressé en le mettant en scène dans d’impossibles prouesses physiques. « L’affaire » prend une telle ampleur que quelques médias professionnels jugent nécessaires de relayer « l’information ». En réalité, ils aperçoivent surtout la bonne affaire en termes de clics : les internautes adorent lire du mal des politiques et rire de leurs travers, autant qu’ils apprécient les articles qui parlent de leurs aventures virtuelles.  On aurait pu s’attendre à ce que les sites de presse fassent leur travail et donc enquêtent pour déterminer si la photo est vraie ou fausse. En réalité, pas du tout. Les premiers papiers qui sortent ne consistent pas à informer sur le point de savoir si l’ancien ministre et actuel député a menti ou non sur sa pratique sportive comme il en est accusé, mais à relayer le buzz. Et à le faire en montrant que l’on penche nettement en faveur du mensonge. Pour faire bonne mesure, les articles se terminent par les dénégations de l’intéressé, lesquelles ne peuvent convaincre personne tant il est dans l’ordre des choses qu’un individu accusé publiquement d’un forfait commence toujours par démentir les accusations (voir à ce sujet, les Inrocks BFM et même Le Figaro ). Le résultat en l’espèce c’est que la presse professionnelle a confirmé le bien fondé des accusations sur la seule foi des arguments des internautes.  Notons au passage que l’on pourrait attendre du Figaro classé à droite non pas qu’il soutienne par principe un élu LR mais qu’à tout le moins il ait le réflexe de vérifier la véracité des attaques à son endroit. En fait, non, il est même celui qui continue de douter après les mises au point opérées le 13 aout.

Ouvrir la fenêtre pour vérifier le temps qu’il fait

Comme le disait un professeur de journalisme : si quelqu’un dit qu’il pleut et un autre qu’il fait soleil votre rôle n’est pas de relayer les positions des uns et des autres mais d’ouvrir la putain de fenêtre et de dire le temps qu’il fait. Parfois c’est compliqué voire impossible, mais ici il suffisait d’appeler le guide ou de solliciter à défaut des alpinistes professionnels. Personne n’a ouvert la fenêtre, ce qui met en lumière un travers  des médias : on donne les version des uns et des autres et on laisse le lecteur se débrouiller avec tout ça. Un journalisme de paresse qui se double ici d’un journalisme de consanguinité entre médias professionnels et réseaux sociaux. Nous sommes dans la caverne de Platon où les ombres du réel sont tenues pour le réel lui-même. Dit autrement, les médias évoluent vers un fonctionnement en vase clos où ils ne parlent plus du réel mais d’eux-mêmes et donc de leur représentation du réel. Ils sont devenus leur propre sujet. Ce n’est au fond guère surprenant. La soi-disant ère de la connexion est en réalité une ère de la déconnexion : la finance s’est détachée largement de l’économie réelle, la communication remplace l’action en matière politique, et l’information ne s’intéresse plus guère aux faits. L’ennui c’est qu’on attendait au contraire des professionnels de l’information qu’ils maintiennent leur lien avec le réel quand tout le monde largue les amarres et constituent ainsi un repaire. C’est ce qu’ils ambitionnent de faire, simplement on observe que la pratique et en particulier les contraintes économiques de remplissage pourraient les faire déraper vers le contraire. 

Des éclaircissements qui tardent

Mais revenons à notre mini-affaire. Le lendemain à midi, en tapant le nom de Eric Woerth sur google, on ne trouve encore que des articles sur le buzz dont le ton indique clairement que les auteurs sont convaincus que l’ancien ministre et député a manipulé une photo de vacances. Pendant ce temps sur Twitter, une foule vient d’émerger qui expertise, dénonce, critique et moque, multipliant les montages photos destinés à ridiculiser le supposé faussaire. Il faut attendre le décodeur du monde Gary Dagorn le lendemain à 11h01 sur Twitter pour obtenir enfin des informations  « Vous serez heureux d’apprendre que selon un guide de haute montagne connaissant bien le glacier du milieu, la photo semble cohérente. La pente est assez raide dans les dernières centaines de mètres avant l’aiguille de l’argentière » puis « Les deux randonneurs en bas à droite semblent debout mais peuvent tout à fait être en train de redescendre debout grâce à une pente plus douce, et pris du dessus. Selon un guide, ça sent la fin de l’ascension en début de matinée ». Enfin à 13h14 le service de fact checking de Libération publie le résultat de ses investigations : oui, la photo est réelle, tout au plus est-elle légèrement penchée car le photographe s’est incliné dans le sens de la pente pour ne pas tomber. A 13h21, Eric Woerth twitte pour sa part la confirmation de son guide Jean-Franck Charlet publiée sur Facebook. En début d’après-midi, en tapant le nom de Woerth dans Google, on tombe enfin sur le décryptage de Libération. Encore faut-il y être abonné ou ne pas avoir épuisé son crédit d’articles gratuits…

Par la suite, plusieurs internautes vont tenter de se dédouaner en expliquant qu’ils n’ont jamais affirmé que la photo était un fake, mais simplement qu’il avait exagéré l’inclinaison de la pente qu’il descendait. Sauf que lorsqu’on reprend les articles parus avant le travail de check news ce n’est pas du tout de cela qu’il est question. Ainsi Marianne écrit :

« Une ascension façon Monty Python. Ce lundi 12 août, Eric Woerth a posté sur Twitter une carte postale de vacances à la verticale : on y voit l’ancien ministre du Budget, et actuel député de la 4e circonscription de l’Oise, harnaché et casqué sur une pente glacée, piolet en main. « Glacier du milieu à l’aiguille d’Argentière. Toujours sur les pointes avant… », a légendé l’élu dans un second tweet. Las, il s’agit d’une mise en scène… »

On distingue en effet, au second plan en bas à droite de l’image publiée par Eric Woerth, deux personnes se tenant debout dans une pente, qui ne semble donc pas si raide que ça. De nombreux internautes ont en outre souligné que la lanière qui pend de la parka du cadre des Républicains pointe perpendiculairement au sol, et non parallèlement, comme elle devrait le faire si l’alpiniste se tenait effectivement à la verticale. Autrement dit : Eric Woerth s’est simplement allongé pour prendre la pose dans ce massif du Mont-blanc, tandis que le photographe tournait l’appareil ».

Même son de cloche chez les Inrocks :

« Le député Les Républicains (LR) de l’Oise, Eric Woerth, est devenu la risée du web ce 12 août. En cause, une photo de lui, qu’il a postée sur Twitter, le montrant en pleine séance d’alpinisme, piolet en main, sur une pente vertigineuse. Apparemment, l’homme politique, adepte d’escalade, est en train de gravir un glacier (le Glacier du Milieu de l’aiguille d’Argentière, un sommet du massif du Mont-Blanc). Seulement voilà, en arrière-plan de la photo, deux personnes sont en train de marcher tranquillement sur cette pente abrupte. La photo a donc été truquée pour faire passer Eric Woerth pour un cador. Ces détails qui interpellent. D’autres détails n’ont pas échappé aux internautes, comme la lanière de son sac à dos, qui ne connaît vraisemblablement pas les lois de la gravité. Cette photo est donc devenue instantanément l’objet de moqueries sur Twitter, qui n’a pas manqué d’épingler cette erreur de communication ».

En fin de journée le lendemain, seul l’hebdomadaire Marianne avait présenté ses excuses aux lecteurs.  « Cet article a été modifié pour tenir compte des précisions d’Eric Woerth et de l’Office de haute-montagne, qui réfutent toute retouche du cliché. Nos excuses aux intéressés et à nos lecteurs ». Sans même aller jusqu’aux excuses (dignes d’être saluées), il était assez facile de procéder à la mise à jour des articles publiés en précisant que le guide et auteur de la photographie confirmait que la photo rendait compte d’une réalité et que personne ne l’avait trafiquée. Rien aux Inrocks. Du côté de BFM on ne corrige pas l’article initial, mais on en publie un deuxième avec les explications du guide. Chacun peut donc selon ses convictions, notamment politiques, s’en tenir au premier article ou préférer le second. Si les médias n’ont pas inventé la post vérité, convenons qu’ils la cultivent en y mettant tout leur poids. Une troisième type de réaction, observable chez France Info a consisté à actualiser l’article en modifiant l’attaque pour préciser que la photo, moquée, était vraie.  

La fabrique des foules

L’affaire a beau être minuscule, elle est absolument passionnante dans la façon dont elle met à nu les mécanismes médiatiques. Ainsi, la facilité et la rapidité avec laquelle le réseau social s’est enflammé contre un homme politique au seul motif qu’il avait posté une photo de vacances en dit long sur la possibilité via les réseaux sociaux de mobiliser un grand nombre de personnes très rapidement contre un individu. Ici, on a cru que l’intelligence et l’expertise partagées des internautes permettaient de déjouer une lamentable  tentative de manipulation de la part d’un homme politique. Le sous-jacent de tout ceci est le mépris des politiques qui joue  à la fois le rôle de la flaque d’essence et du briquet. Comme le faisait observer Gustave Le Bon, les foules pensent par images, préfèrent la croyance au savoir, sont émotives, manipulables et se sentent également investies d’un sentiment de toute puissance. Surtout, elles ne sont pas une addition d’intelligences comme on le pense sur Internet mais plutôt une soustraction. En clair, dans une foule, on n’est pas plus intelligent que seul, mais beaucoup plus bête. Or, les réseaux sociaux sont des machines à fabriquer ces foules, ce qu’illustre de façon particulièrement nette cette petite affaire. A chacun d’en tirer les conclusions sur le fonctionnement des institutions démocratiques….

L’information abrutissement

La mini-affaire met également en lumière la tendance des médias professionnels à contribuer au populisme quand on attendrait d’eux, au contraire, qu’ils le contiennent. Ici, le mépris des politiques sur les réseaux sociaux a contaminé les journalistes qui ont embrayé sans réfléchir ni vérifier. Cela est dû à la fois aux contraintes économiques et à l’endogamie grandissante entre médias professionnels et réseaux sociaux. Le résultat, c’est que les deux univers interagissent de plus en plus au risque de se déconnecter totalement de tout ce qui n’est pas eux. C’est ainsi qu’une agitation sur un réseau social est considérée désormais de façon habituelle comme un événement en soi, suffisamment important pour mériter d’être relayé, même et surtout lorsqu’il s’agit de plaisanteries potaches en lien avec un événement d’actualité. Les articles de presse sur la mini affaire Woerth n’étaient qu’un « metadiscours » se rajoutant à des discours dans une sidérante virtualité.  Au point qu’il a fallu attendre que les spécialistes du fact checking  se mettent en mouvement pour avoir le fin mot de l’histoire.  En réalité, ils n’ont réalisé qu’un banal travail de journalistes et les autres rien. Plus précisément, les autres ont produit du « contenu » pour divertir l’internaute. Le plus triste dans cette histoire c’est que ces articles dénués d’intérêt sont aussi ceux qui suscitent le plus de clics. L’information est parfois une activité démocratique, mais c’est de plus en plus souvent un business aux effets très toxiques.

Des conséquences durables….

Autre enseignement, ces attaques étaient toutes parées d’une soi-disant expertise de l’alpinisme, de la photo et des lois de la gravité. Au pire de l’emballement, pas une voix, en tout cas par une voix audible n’a contré ces pseudos analyses d’experts. Pour plusieurs raisons. D’abord parce que lorsqu’on n’est pas soi-même expert on a tendance à croire celui qui prétend savoir. Ensuite parce que le coût social encouru lorsqu’on s’interpose dans ce genre de situation est beaucoup trop élevé. Cela montre que contrairement à ce qu’on affirme souvent concernant Internet, une fausse information peut parfaitement prospérer et que non, la toile ne s’autorégule pas. Pas plus que la finance. Alors les fact checkers sont intervenus, c’est vrai. Pour qui cherche la vérité en toute bonne foi, elle est devenue accessible par leur travail environ au milieu de la journée du lendemain. Mais le mal était fait. D’abord, gageons qu’il subsiste une proportion non négligeable de personnes qui n’ont pas eu accès à la véritable information. Ensuite, il y a tous ceux qui restent accrochés au mensonge parce qu’il est plaisant. Sans oublier ceux qui ne voient pas le mal et ont bien rigolé, confortés au passage dans leur conviction que les politiques sont vraiment tous des guignols. D’ailleurs, au fil de la journée il se trouvait des personnes  pour tenter de maintenir leurs accusations (et sans doute s’exonérer de toute responsabilité dans le bad buzz) en affirmant que ce qui était reproché n’était pas d’avoir trafiqué la photo mais seulement accru l’inclinaison de la pente. Pire, cela devenait la faute d’Eric Woerth en raison du fait qu’il était mis en cause dans plusieurs affaires judiciaires (un non-lieu, deux relaxes, deux affaires en cours) et que sa parole n’était donc plus crédible. Préférer un mensonge qui convient à une vérité qui contrarie, c’est humain, mais à grande échelle ça mène à ce qu’on appelle la post vérité et très certainement aux pires dérives populistes.

Il est regrettable à ce titre que des personnalités comme un député LREM ou encore membre du PS rompu aux médias aient pu contribuer à faire naître ces fausses accusations. Et l’on se prend à songer que les scandales politico-judiciaires ne sont, pour certains d’entre eux, pas plus consistants que ces fausses accusations d’avoir manipulé une photo. Ah, les préjugés, les affirmations péremptoires, les faux experts, les vengeances secrètes, les fumigènes….Paradoxalement, ceux qui se sont trompés, ou ont menti, en tout cas ont diffusé une fausse information s’en sortent très bien. Celui qui restera marqué c’est Woerth, parce qu’il n’y a pas de fumée sans feu, n’est-ce pas ? …. Pour l’heure, certains en sont à regretter que cette non-affaire prenne la place dans les moteurs de recherche des vraies affaires judiciaires en cours. Eric Woerth y aurait même gagné en e-réputation. C’est certain que se faire accuser de faussaire est très valorisant et que la psychologie humaine étant ce qu’elle est, personne ne songera lorsqu’on évoquera de nouveau les affaires judiciaires (non encore jugées par la justice mais déjà tranchées par les médias) à se souvenir que l’intéressé fut accusé de trafiquer ses photos de vacances. 

Il y en a au fond des leçons précieuses dans cette minuscule non-affaire de photo de vacances….Au point que l’on serait tenté d’appeler « effet Woerth » le fait d’être victime d’un bad buzz sur Internet en raison de la diffusion d’une information exacte mais perçue par les internautes comme fausse. On a surtout là un très bel exemple de fabrique du populisme, mais qui s’en soucie  ?

22/06/2019

Vers l’obsolescence judiciaire ?

Filed under: Justice,questions d'avenir — laplumedaliocha @ 17:41

Les médias  au sens large, y compris les réseaux sociaux, ont acquis une telle puissance ces dernières années, qu’on peut se demander s’ils ne sont pas en capacité d’imposer leur loi à la société. Les premiers signes inquiétants apparaissent dans le domaine judiciaire. A ce titre, l’affaire Sauvage est sans doute le cas le plus emblématique d’une justice mise en échec par la pression de l’opinion publique. Dans ce dossier en effet, deux cours d’assises ont considéré que Jacqueline Sauvage méritait dix ans de prison pour avoir tué son mari violent de trois balles dans le dos alors qu’il était assis sur sa terrasse. Mais c’est une toute autre histoire qu’on a racontée au public, celle d’une femme battue depuis plus de trente ans par un mari qui en plus violait ses filles, une femme qui n’a eu d’autre choix que de tuer pour sauver sa vie. Et sur la foi de ce récit tronqué, l’opinion publique a exigé et obtenu sa libération. Tant mieux pour Jacqueline Sauvage. Mais comment ne pas s’inquiéter de voir que l’institution judiciaire peut désormais être neutralisée par la pression médiatique ? Qu’est-ce donc que cette victoire de la foule ignorante et illégitime sur l’institution légitime et au fait du dossier, si ce n’est l’expression la plus pure de ce qu’on nomme populisme ? Et comment ne pas s’inquiéter aussi de constater à quel point le public est de plus en plus intoxiqué par une information de mauvaise qualité qui l’amène à opérer des choix erronés ?

Mais il y a pire. Il suffit d’observer les réseaux sociaux pour voir surgir la tentation d’une justice privée. Dénoncer publiquement son agresseur est perçu par beaucoup comme bien plus simple et plus rapide que d’introduire une action en justice. Alors sous prétexte que la police et la justice seraient lentes et inefficaces, on décide de se faire justice soi-même en réinventant la sanction du pilori, voire en initiant de véritables chasses à l’homme dans la vie réelle.

Tels sont les sujets abordés dans Justice et médias, la tentation du populisme. J’y évoque les affaires Kerviel, Sauvage, Merah, Tron, Fillon, Barbarin et d’autres. Chacune est l’occasion d’observer comment fonctionne un emballement médiatique, à quel moment s’opère la rupture entre le bruit médiatique dominant et la réalité du dossier, comment les médias imposent peu à peu leurs valeurs à l’institution judiciaire au point que le secret de l’enquête, la présomption d’innocence, le temps judiciaire, le contradictoire et même la liberté d’expression dans un prétoire sont en passe de disparaître. Au fond, on en vient à se demander si ce n’est pas l’institution elle-même qui est menacée d’obsolescence dès lors que l’on peut se faire justice avec son smartphone.

Le judiciaire apparait au fil des pages comme un terrain privilégié d’observation de la fabrique de ce populisme que nous redoutons tant.  Il n’est pas encore trop tard pour réfléchir et agir.

05/05/2019

Notre-Dame, le coup de force médiatique

Filed under: Réflexions libres — laplumedaliocha @ 08:13

Il faut se préparer dès maintenant à faire une deuxième fois le deuil de Notre-Dame. Il y a peu de chances en effet qu’elle puisse échapper au « geste architectural contemporain » voulu par Emmanuel Macron et détaillé par Edouard Philippe le 17 avril dans le cadre de la promesse présidentielle «Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore, et je veux que cela soit achevé d’ici cinq années » (E. Macron, allocution du 16 avril).

Tout pourtant s’y oppose. Comme l’explique  Maryvonne de Saint-Pulgent  il ne s’agit ni de rebâtir ni de reconstruire mais de restaurer : 

« Clairement, ce chantier est une restauration ! Parler de reconstruction n’est pas du tout conforme aux principes du patrimoine. Dans le patrimoine, on ne ravale pas, on ne reconstruit pas, on restaure selon les principes de la charte de Venise et en respectant les procédures mises en place par la loi de 1913 et inscrites dans le Code du patrimoine. Suivant ces principes, il faut chercher autant que faire se peut à restaurer le dernier état cohérent connu et certain. Ce qui ne veut pas dire une restitution à l’identique dans ses moindres détails ».

On peut aussi l’entendre dans un extrait vidéo très rapidement devenu viral, montrant à quel point parfois sur les réseaux sociaux, l’intérêt pour une parole juste peut susciter autant d’intérêt qu’une ânerie (ce qui est un peu réconfortant). Elle y explique que ce n’est pas une construction neuve, de sorte qu’on n’y fait pas ce qu’on veut, que le clergé aura son mot à dire et que la flèche de Viollet-le-Duc est classée aussi. Elle en sait quelque chose. Cette femme très cultivée est conseiller d’Etat et notamment ancienne directrice du patrimoine au ministère de la Culture et de la Caisse nationale des monuments historiques et des sites. C’est elle qui a piloté la restauration du Parlement de Bretagne dont la toiture avait brulé. On lira aussi utilement les nombreux articles consacrés au sujet par La Tribune de l’Art et en particulier celui-ci.

L’imparable argument du progrès

Seulement voilà, à l’ère de la communication et de l’instantanéité, il faut réagir vite et fort, ce qui exclut d’interroger les professionnels et de lire les textes. Est-ce une bourde de communicant préparant en urgence une intervention flatteuse pour Emmanuel Macron où l’expression d’une vraie décision présidentielle prise en connaissance de cause ? Toujours est-il qu’on a balayé toutes les règles et tous les savoirs en annonçant une reconstruction en 5 ans et le lancement d’un concours international d’architectes pour la flèche.  Lorsque les premiers spécialistes, émus, commencent à expliquer que la question ne se pose pas car tout contraint à restaurer à l’identique, les médias servent sans le vouloir la cause l’Elysée en parlant improprement d’un débat.  C’est à peu près comme si le président avait affirmé que l’eau ne mouillait pas et qu’on lise dans les journaux : le fait que l’eau mouille suscite le débat. Qu’importe, il a suffit que les médias commencent à mettre en scène le débat pour qu’une proposition et sa réfutation deviennent soudain deux affirmations d’égale valeur.  Belle opération de blanchiment. A l’heure de la post-vérité et du relativisme généralisé, il n’y a pas lieu d’en être surpris, mais comment ne pas s’affliger face à un si bel exemple de mépris de la réalité ? Plus de 1000 professionnels (d’abord 1170 puis 1186) ont eu beau ensuite signer une tribune dans Le Figaro pour rappeler les règles, les contraintes, les savoir-faire, il était trop tard. Puisqu’il y avait débat alors tout était soutenable, et puisque le changement incarne toujours le progressisme,  soudain tout le droit existant se retrouvait catalogué, ainsi que les sachants, dans le camp infamant du conservatisme. Le progrès c’est un peu comme l’atout à la belote, ça bat tout le reste, la loi, la raison, le bon sens, l’esthétique, tout !  Le faible 7 devient plus fort que l’as. Rien ne résiste à l’argument du progrès. 

Une flèche pour non-croyants ?

Une fois l’impossible débat instauré de force, on a vu éclore toutes les idées les plus excentriques au nom du fameux « geste architectural contemporain ». La palme revient sans doute à Cedric Villani expliquant qu’il fallait construire une flèche ou les non-croyants puissent se reconnaître.

Ah ? A supposer qu’il faille se livrer à cette excentricité contraire à la loi, au bon sens et à l’opinion des professionnels, il resterait à définir ce que peut être une flèche  pour non-croyants sur un édifice religieux. Un clitoris géant rappelant que Notre-Dame était une femme et portant le combat féministe cher à notre époque en lieu et place de l’ancienne flèche par trop phallique ? A ce niveau de stupidité, l’argument par l’absurde cesse de passer pour absurde et c’est bien ce qui doit nous inquiéter le plus. Toit rétractable, terrasse, forêt, flèche en verre….chacun s’amuse. Il ne manque que le centre commercial, mais je ne doute pas qu’il viendra. C’est l’époque. Tout doit être divertissant, tout est rigolade, spectacle médiatique. C’est à peine si l’on se souvient qu’il s’agit d’un lieu de culte et d’un monument historique. D’ailleurs s’agissant du lieu de culte, on le gomme le plus possible, c’est si embarrassant d’être obligé de pleurer malgré soi  un haut lieu de cette religion qu’il est de très bon ton de moquer. Le catholicisme est même la dernière chose que l’on moque en toute impunité en France. Notons que dans son allocution du 16 avril, le président a cité tout le monde, depuis les pompiers jusqu’aux journalistes, des parisiens aux étrangers sauf …..les catholiques. Ce début d’expropriation symbolique de l’un de leurs plus beaux édifices, toujours consacré et vivant n’en déplaise à l’industrie touristique et au marché, n’est pas un détail. Ils sont le seul vrai caillou dans le soulier présidentiel, ceux dont il faudra recueillir l’avis et qui ne laisseront pas faire n’importe quoi. Parallèlement, le gouvernement a préparé une loi d’exception en cinq jours, qui, sans surprise a été adoptée par la commission des lois et le sera par le Parlement. On s’autorise à déroger à tout pour satisfaire la volonté présidentielle.

Le combat est déjà perdu

Les pétitions qui fleurissent, les sondages d’opinion négatifs, la spectaculaire tribune signée par 1170 professionnels, tout ceci pourrait donner le sentiment que l’on va sauver Notre-Dame du fameux « geste architectural contemporain ». L’opposition à cette folie semble si puissante et unanime qu’on pourrait l’imaginer invincible. Tout porte à croire au contraire qu’elle  a déjà perdu.  D’abord parce que ce gouvernement ne cesse de montrer depuis son entrée en fonction que plus l’opposition à ses réformes est forte et plus il se sent conforté dans ses choix. On a rarement vu une majorité si convaincue de son génie et de son droit absolu à imposer ses décisions. Les gens de justice en ont fait la cruelle expérience à l’occasion de la réforme de la justice, ils ne sont pas les seuls. Ensuite parce que rien ne peut empêcher l’idée de progrès de s’imposer. D’ailleurs, les articles présentant les projets se multiplient dans des médias ravis. Il est vrai que  rappeler la réglementation est beaucoup moins fun et vendeur que de publier les projets excentriques d’architectes toujours en quête de business et de renommée. Voir ici l’article du Parisien intitulé « Les 10 projets fous pour Notre-Dame de demain » qui distrait le lecteur en lui proposant de choisir son préféré. Et c’est ainsi qu’après avoir, par inconséquence, acclimaté l’opinion à l’idée qu’il pouvait y avoir débat sur une restauration ou non à l’identique, voici qu’on la conditionne à la vision d’autres représentations de Notre-Dame. Je gage que si le matraquage est assez intensif, même les plus radicaux s’habitueront à l’idée d’une nouvelle flèche, pour peu que l’on choisisse la moins moche. 

Evidemment, on pourrait se rassurer en songeant  que l’UNESCO va défendre ce joyau du patrimoine de l’humanité contre l’avidité des uns et des autres. Rien n’est moins sûr, car il est dirigé par Madame Azoulay, ancienne ministre de la culture de Monsieur Hollande. Voici ce qu’elle explique au JDD le 20 avril  :

Faut-il restaurer à l’identique les monuments anciens qui témoignent de la richesse du passé?

La doctrine n’est pas figée. L’Unesco a publié en mai dernier, lors d’une rencontre internationale à ­Varsovie qui a regroupé 200 experts de 30 pays, des recommandations pour la meilleure reconstruction possible en respectant l’authenticité et l’intégrité des sites. À Mossoul, par exemple, nous nous sommes ­demandé s’il fallait reconstruire le minaret légèrement de travers, comme il était avant d’être détruit, ou tout droit. Mais les principes de Varsovie encouragent également chaque génération à participer à ce travail d’édification et ­d’inclusivité. Cela ne peut se faire, selon nous, qu’au terme d’un débat sur les ­valeurs qui ont conduit à la construction du monument.

Inclusivité….L’infernale novlangue commence à circonvenir la cathédrale, ce n’est pas bon signe.

Il n’est pas inutile à ce stade de citer un article de la tribune de l’Art rappelant utilement que l’intéressée avait connaissance d’un rapport sur la fragilité à l’incendie de la charpente. C’est dire s’il y a de quoi être en confiance du côté de l’UNESCO.

Au moins pourrait-on espérer que le pilote des opérations soit suffisamment savant pour contenir les errances. Pas davantage. C’est un …..militaire qui a été choisi. Jean-Louis Georgelin aura nous dit-on, son bureau à l’Elysée. Va-t-on confier la défense du pays à un architecte des monuments historiques ? Ce serait un minimum me semble-t-il.

Reste la mobilisation des professionnels et de l’opinion. Les premiers jusqu’ici ont été tenus à l’écart, on ne voit pas que cela puisse changer. Quant à l’opinion, le ministre de la culture nous annonce une grande consultation nationale, mais il prévient   : c’est le gouvernement qui aura le dernier mot. C’est la spécialité de celui-ci, il consulte pour finalement s’en tenir exactement à ce qu’il avait décidé avant la consultation. A ceux qui protestent, il rappelle qu’ils ont été consultés. Et s’ils continuent de protester, alors le ministère concerné leur explique  que soit ils sont idiots, soit ils font exprès de ne pas comprendre. L’intérêt de consulter dans ces conditions relève du mystère le plus épais. Non seulement on perd du temps et de l’argent, mais à l’arrivée le procédé suscite colère et déception quand  ceux qui s’y sont investis découvrent qu’ils ont été bernés. En l’espèce, on sait déjà que l’opinion des citoyens comptera pour rien puisque le dernier mot reviendra au gouvernement sur le fondement du résultat du concours.  De quoi s’agit-il alors ? D’un exercice d’onanisme intellectuel pour distraire le citoyen ?Dans ce contexte, ce n’est pas faire preuve d’un pessimisme excessif que de considérer que le combat pour une restauration à l’identique de Notre-Dame était perdu à la fraction de seconde où l’on nous annonçait un geste architectural contemporain. La cathédrale va bruler une deuxième fois. Cette fois sur le bucher de la vanité, d’un progressisme de pacotille, et d’intérêts financiers bien compris. Car la vraie ligne de fracture qui se dessine ici n’est pas entre conservateurs et progressistes, mais entre culture et marché, entre le savoir d’un côté, l’ego et l’argent de l’autre. 

Ici la volonté politique soutenue à leur insu par les médias – en ce qu’il a suffi de laisser le système fonctionner comme à son habitude –  a de fortes chances de triompher du droit, du savoir, de l’esthétique, de la raison et de l’opinion. Voilà une situation à méditer tant elle révèle un inquiétant dévoiement des mécanismes démocratiques….

23/01/2019

Sous le signe du mépris

Filed under: Non classé — laplumedaliocha @ 21:16

Ainsi donc, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, animera avec Cyril Hanouna vendredi soir prochain un numéro spécial de Balance ton poste consacré au Grand débat sur C8. Les plus de 20 ans frissonnent. Quand on a connu Apostrophes, Les Dossiers de l’écran, le Grand Echiquier, 7 sur 7 ou l’Heure de vérité, de toute façon on trouve la télévision actuelle à peu près in-regardable. Mais les plus jeunes aussi, visiblement, sursautent. Il y a de quoi. La chaine (propriété de Vincent Bolloré) rémunère chaque année à hauteur 50 millions d’euros la société de production de Cyril Hanouna pour Touche pas à mon poste et quelques autres prestations. L’animateur aux 6 millions d’abonnés sur Twitter défraie régulièrement la chronique. Vulgaire, mégalomane, gourou, homophobe, sexiste, colérique….on ne compte plus les accusations dont « Baba » est l’objet, la principale étant qu’il anime l’émission la plus incontestablement décébrante du PAF. Au point que C8 a écopé d’une amende de 3 millions d’euros du très peu répressif CSA à cause d’un de ses canulars  homophobe et de trois semaines d’interdiction de publicité en raison de deux autres blagues douteuses (ces décisions ont été partiellement annulées par le Conseil d’Etat). Le CSA hurle, la caravane Hanouna passe. L’animateur continue de séduire son (très nombreux) public à coups de plaisanteries aussi fines que de mettre des nouilles dans le slip d’un invité.

Audimat

Mais que va faire Marlène Schiappa dans cette galère ? Est-ce le rôle d’une secrétaire d’Etat d’animer non pas une émission de télé mais la pire émission de télé du PAF,  la plus vulgaire, la plus décérébrante ?  Cette question en appelle une autre :  que va faire la secrétaire d’Etat à l’égalité Hommes femmes dans une émission régulièrement stigmatisée pour des prises de positions sexistes et homophobes ? Et que dire du fait d’aller parler de la difficulté de vivre de son travail chez un zozo qui fait fortune en servant de la malbouffe médiatique au plus grand nombre ? On aimerait savoir quel communicant a recommandé pareille extravagance. L’association de l’image d’un ministre à cette horreur médiatique est une bourde sidérante. En tout cas aux yeux de tous ceux qui ont ce qu’on appelle des « valeurs » et qui pensent que la politique a de la dignité, de sorte qu’elle ne saurait se vautrer dans le divertissement. Mais si l’on se place sur le terrain de la pure stratégie de communication, cela prend du sens. L’émission est très suivie, beaucoup commentée, bref, elle jouit d’une audience exceptionnelle. Or le gouvernement doit vendre son grand débat national. Et quand on a quelque chose à vendre, on va chercher son public là où il se trouve. Un auteur de roman se rend à La Grande Librairie, un acteur en promotion de son film chez Ruquier, un ostreiculteur breton accorde une interview au Télégramme ou à France 3 région, un politique mis en cause dans un scandale s’explique au JDD, un lanceur d’alerte aura tout intérêt à s’exprimer dans Médiapart etc….

Vous avez dit mépris de classe ?

Interpellée au Sénat sur sa participation à cette émission, la secrétaire d’Etat a accusé ses détracteurs de mépris de classe, expliquant en substance que ceux qui regardent Hanouna sont des citoyens au même titre que ceux qui regardent Arte et qui écoutent France Culture. Par un splendide exercice de rhétorique d’inversion (plus connue sous la formule : c’est celui qui dit qui l’est), elle a accusé ses détracteurs d’être à l’origine, par leur mépris, du mouvement des gilets jaunes, se donnant au passage le beau rôle de celle qui a compris comment parler au peuple.  Et de conclure : je crois qu’on ne répond pas à des problème de 2019 avec des solutions de 1999. Ainsi donc Hanouna constituerait la pointe de la modernité en termes de communication politique. Voilà qui promet. Un peu avant, la secrétaire d’Etat s’était comparée à Galilée, conspué parce qu’il était trop en avance sur son temps. Comprendre que participer à Balance ton poste, ça ne dérange que le bourgeois réactionnaire accroché à ses certitudes moisies. Vive la politique du futur accessible sur tous vos écrans dès vendredi prochain ! Benjamin Griveaux quant à lui a volé à son secours pour affirmer qu’il n’y a pas de lieu de débat interdit dans la République.  En réalité, personne n’a évidemment parlé d’interdiction. Ce qu’aucun d’eux ne veut admettre, c’est que le problème réside dans le fait de mêler le sérieux de la politique avec un divertissement potache, tendance vulgaire. C’est le mélange des genres qui heurte. Certes, il n’est pas nouveau. Les politiques déjà se bousculent chez Ruquier le samedi soir, une émission dont le niveau n’est pas nettement supérieur à celle d’Hanouna. Mais il atteint là, vu la réputation sulfureuse de l’animateur, un niveau inédit. Pour nombre de communicants, ces émissions consternantes sont incontournables car elles drainent un public important. Un public différent de l’élite. Un public populaire. Précisément la cible du Grand Débat. Car ces décérébrés qui rigolent devant Touche pas à mon poste sont assimilés dans l’inconscient de l’élite politique et de ses éminences grises les communicants aux gilets jaunes. Vu ainsi, le choix de participer à l’émission apparait parfaitement logique. Et même lumineux. Quand les cons des ronds-point se reposent, ils branchent Hanouna. Donc, il faut aller leur parler sur le plateau d’Hanouna. Mais au fait, qui se rend coupable ici de mépris de classe ? Ceux qui défendent une certaine vision de la dignité en soulignant l’évidente incompatibilité entre le format de l’émission et  la gravité des questions traitées par la politique, ou ceux qui vont y faire les guignols pour ramener des électeurs ? 

Abrutissement collectif

Cette regrettable information n’aurait pas mérité la peine d’un billet si elle ne révélait de manière assez spectaculaire les tendances de fond qui façonnent notre société sans que l’on s’en aperçoive. A commencer par l’abrutissement collectif que le petit peuple des communicants et des médias au sens large contribue à aggraver chaque jour. Les gens qui font profession de communiquer savent que la règle numéro 1 consiste à faire simple pour être accessible au plus grand nombre. Au fond, ce serait plutôt louable et même démocratiquement vertueux, si cette contrainte n’amenait  assez vite certains d’entre eux à déraper dans des sentiments peu avouables. A force de faire simple, ils finissent par se convaincre que c’est parce que leur public est sot. Et à force de penser cela, ils en conçoivent le plus souverain des mépris à l’égard de celui-ci. Ce qui aboutit à ce paradoxe que ceux qui font profession de communiquer passent leurs journées à se triturer l’esprit pour dire des âneries à des imbéciles. Le fait qu’on les paie grassement pour cela et que le monde moderne soit aux pieds de ces nouveaux gourous ne lasse pas de m’émerveiller. Le résultat de tout ceci, c’est que communicants et les médias tirent  le niveau toujours plus bas, puis, lorsqu’ils arrivent à vendre leur nourriture frelatée au plus grand nombre, s’offrent le luxe suprême de mépriser ceux que précisément ils avilissent pour se remplir les poches. Nouvel exemple de rhétorique de l’inversion. Entre celui qui sert de la merde et celui qui la consomme, qui est le plus coupable ? On peut à mon avis ici parler de perversion sans craindre d’exagérer.  Sans oublier de dénoncer l’évident populisme. Ce populisme que l’élite précisément redoute si fort sans s’apercevoir qu’elle le fabrique sur un rythme industriel. Si j’étais un gilet jaune, je crois que me déguiserais en Jacquouille la fripouille pour passer dans l’émission de vendredi. A ce stade en effet, je ne vois pas d’autre réponse possible que la dérision la plus décapante. Question de survie. 

06/12/2018

Fabrique-moi un gilet jaune

Filed under: Coup de griffe,questions d'avenir,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 09:59

J’ai écrit ce billet en sortant d’un cours au Panthéon où l’on m’avait invitée à parler de journalisme. C’était en novembre. Mais j’avais renoncé à le publier. Trop de colère. J’espérais me tromper. Et puis il y a eu le terrifiant week-end dernier à Paris. Et ce matin je lis le reportage d’un jeune journaliste qui a rencontré les gilets jaunes et découvert avec sidération la méfiance pour ne pas dire l’hostilité que suscitait chez eux la presse. Paradoxalement comme le souligne Alain Duhamel, toute cette semaine les chaines d’information en continu leur ont offert une tribune permanente. Comment mieux résumer la toxicité du système médiatique ? Qu’on me comprenne bien. Je ne mets pas en cause mes confrères. Et je ne m’exclus pas de ce que je dénonce. Comme journaliste, mais aussi blogueuse et twitteuse, je participe à cet infernal brouhaha. Ce billet est un cri de rage contre des mécanismes auxquels nous participons ensemble et qui sont destructeurs. Puissions-nous apprendre à les maitriser un jour. 

Comme il est de bon ton de s’emparer de l’insulte homophobe proférée à Trifouilly-les-oies par Michalon, du propos raciste au barrage de Becon-sur-Loing par Marcel, du « casse toi connard » de Kevin au journaliste de Non-Stop TV à la sortie de Brelon-sur-Grivelle pour cracher sur les qui-en-ont-ras-le-bol. Faute de pouvoir raccrocher le mouvement à l’extrême quelque chose  pour le disqualifier, on traque le dérapage, ça marche aussi bien. Faut les dézinguer les sans-dents, les zextrémistes, les ploucs, les smicards, les-qui-veulent-pas-réussir, les sans-rolex, les-laissés-pour-compte-de-la-mondialisation, les-qui-traversent-pas-la-rue, les feignasses, les profiteurs, les zonards, les bas-de-QI, les pas-milliardaires, les start-up-nation-non-compatibles, les sans-compte-en-suisse-ni-villa-à-StBarth…..Bref les losers, les réactionnaires, les peigne-culs comme disait mon grand-père. Tout ceux qui manifestent non pas pour le grand soir, mais seulement pour faire le plein d’essence. Songez donc, quelle faute de goût !  Larguons-les, il vont retarder l’élan de la start-up nation au moment précis où un chef éclairé l’incite enfin à marcher dans les pas de la Silicon Valley. La France bientôt, ce seraTechno-fric à tous les étages, du crypto-pognon comme s’il en pleuvait, et l’immortalité en récompense suprême. Mais seulement pour les plus motivés,  l’élite, ceux qui auront tout sacrifié, à commencer par la planète pour s’acheter une bulle thermo-régulée garantie résistante au réchauffement climatique et étanche à la pollution atmosphérique, anti-intrusion, bactéricide avec supplément accompagnement personnalisé à la vie éternelle, transfert de cerveau sur le cloud et assurance platinum sur la régénération des cellules et le remplacement des organes défectueux. Il y aura même un forfait Platinum Plus offrant le clonage gratuit du souscripteur et de sa famille dans la limite de 4 personnes. Un enfant offert pour le 5e assuré. Les autres, eh bien les autres, ils constitueront une ressource biologique naturelle pour nourrir et réparer ceux des bulles, et une main d’oeuvre nombreuse et peu couteuse pour entretenir leur espace de vie. Vous ne me croyez pas ? Voyez les chinois qui commencent à modifier génétiquement les embryons. Bientôt tous les nouveaux-nés seront calibrés pour être Ken et Barbie, avec QI de 180 et patrimoine génétique de star (1).

Industrialisation de la révolte

Je caricature. A peine. En attendant, l’avénement joyeux du monde qu’on nous prépare, les médias compris au sens large (information, divertissements, tous supports et réseaux sociaux) fabriquent en quantité industrielle ces gilets jaunes, autrement dit ces  citoyens  qui vont se peler de froid sur la chaussée  pour exprimer leur colère face au mépris dont ils s’estiment victimes de la part de l’élite qui gouverne et de celle qui commente.  D’abord en leur assénant une vision de l’avenir univoque, dictée par les modes du moment, et la plupart du temps en déconnexion absolue avec leur réalité. Ensuite en les intoxiquant lentement. Nos intellos germano-pratins parlent de colère triste annonçant  un possibe tsunami populiste. Sur ce-dernier point au moins, ils n’ont pas tort. Mais à qui la faute ? Qui donne de la merde intellectuelle à manger tous les jours à la population ? Prenons l’exemple de la médiatisation de la justice, autrement dit de la manière dont ces derniers temps on parle aux citoyens du fonctionnement d’une des institutions les plus sensibles et les plus sacrées de nos sociétés. Pourquoi cet exemple ? Parce que je le connais et que je suis en mesure de décrire sur ce point précis la manière dont jour après jour on dégoute les citoyens de leurs institutions, on cultive un sentiment d’abandon, d’injustice, de révolte, en accumulant mensonges, approximations et déformations diverses. Oh bien sûr il y a des chroniqueurs judiciaire qui font très bien leur travail, mais ils sont engloutis par le flot gigantesque de l’infotainement et des réseaux sociaux.  Le bruit médiatique dominant a enseigné aux citoyens avec l’affaire Kerviel  qu’en France les banques manipulaient la justice pour faire condamner à leur place d’innocents employés. Jérôme Kerviel l’a expliqué au journal de 20 heures sur France 2 à trois reprises et notamment le 17 mai 2014 lors de son arrivée à Vintimille, à l’issue d’une pèlerinage aussi extravagant que médiatisé à Rome. Personne en plateau n’était là pour rappeler la vérité judiciaire. L’affaire Merah à travers l’interview lunaire de l’avocat Eric Dupond-Moretti par Nicolas Demorand a révélé aux auditeurs que les terroristes  pouvaient se payer des ténors du barreau inaccessibles au commun des mortels pour défendre des monstres qui assassinent des petites filles à la sortie de l’école. Des petites filles qui ont une tétine dans la bouche, a pris soin de souligner Demorand.  Durant toute l’interview il a écrasé la raison sous des flots d’émotionnel et de démagogie malodorante. Avec l’affaire Sauvage, les citoyens ont découvert que la justice française se moquait des femmes battues et ne trouvait rien d’autre à faire que de les condamner quand elles osaient se défendre. Je le sais, c’est Muriel Robin qui  l’a expliqué. Et elle, elle le sait encore mieux, elle a joué le rôle pour un film TV qui a été diffusé en prime time dans une soirée spéciale Sauvage sur TF1, c’est vous dire si c’est sérieux comme information. Quel esprit suffisamment éclairé a parlé assez fort pour dénoncer cet odieux mensonge et ce viol caractérisé de nos institutions ? Personne. Pire, François Hollande l’a graciée, sur le conseil de Christiane Taubira qui elle-même s’est assise sur l’avis de ses services, c’est la preuve que la justice avait fait n’importe quoi. L’affaire Tron, c’est le pompon. Avec celle-là, on sait désormais que les politiques ne vont jamais en prison, même quand ils violent leurs employés sans défense. Un maire a tous les droits, y compris de vous tripoter les pieds et de vous fourrer les doigts dans le vagin en prime. C’est comme ça la vie. De mensonges en approximations, médias, politiques, intellectuels, lobbys n’ont de cesse de présenter une vision déformée du monde parce que cela sert leur cause, leur business ou leur carrière. Quand ce n’est pas simplement le produit d’une insoutenable désinvolture. On appelle ça l’ère de la post-vérité. Concrètement cela signifie que pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, on ne cherche plus à distinguer le vrai du faux.

Miroir ô mon beau miroir

Voilà pour la justice, le reste est à l’avenant. Souvenez-vous de l’inénarrable Yann Moix, bien au chaud dans son rentable fauteuil de chroniqueur chez Ruquier, insultant une policière sous prétexte, selon lui, qu’elle chiait dans son froc en entrant dans certains quartiers.  Il fallait qu’elle intègre la peur dans son métier, la tançait doctement l’intello non sans l’accuser au passage de martyriser les gentils citoyens en multipliant contrôles à la gueule du client et violences.  Elle s’est foutue en l’air. Avec son arme de service. Le chroniqueur, lui, se répand chez ses potes journalistes en regrets de pacotille. Et ses copains écrasent une larme d’émotion devant tant de grandeur d’âme. On ne saurait imaginer cas plus chimiquement pur de la désinvolture des soi-disant élites. On jette les policiers en pâture aux téléspectateurs car la pause parait moralement avantageuse, sans se soucier des conséquences. Hop, discréditée la police,  sujet suivant ! Miroir ô mon beau miroir suis-je toujours le chroniqueur le plus fin, le plus mordant, le mieux en cour du marché ? Puis-je négocier une augmentation ? Aller me vendre ailleurs ? Oh, il arrive bien de temps en temps que certains décident de descendre sur le terrain, d’aller voir le pays, les gens, la vraie vie. Ceux qui le font sincèrement en tirent un enseignement d’une rare qualité, plein d’humanité, de nuances, de craintes mais aussi d’espoirs. Les autres balancent des clichés aussi factices que toxiques, et gagnent beaucoup d’argent. Voyez-les se congratuler entre eux, la larme à l’oeil, pour avoir eu la folle audace de parler aux vraies gens, aux pauvres (songez donc !). Ils en sont tout étourdis. Et se contemplent éblouis racontant leur folle expérience.  En buvant du Château Cheval Blanc. Et en s’inquiétant pour la forme de ce que ceux-là vont devenir, qui ne savent même pas ce qu’est une start up et pensent que blockchain est le nom d’une nouvelle série américaine.

Capture d_écran 2018-12-06 à 13.00.04Ainsi fonctionne la machine à intoxiquer le public. Et quand il en tire les conséquences en rejetant à la fois les élites et les institutions, les mêmes intellos se grattent le cerveau pour comprendre comment les citoyens rebaptisés pour l’occasion les fachos-ploucs, ont pu en arriver là. Encore ces extrémistes de tous bords qui manipulent les bas instincts des bas-de-plafonds. C’est toujours la faute à l’autre. En réalité, c’est en partie parce qu’on les a mal informés que les citoyens sont amenés à mal raisonner ! Il faut rappeler jusqu’à l’épuisement cette merveilleuse citation qu’Hannah Arendt a rapportée de l’observation attentive de l’enfer du 20e siècle : “Les faits sont la matière des opinions, et les opinions, inspirées par différents intérêts et différentes passions, peuvent différer largement et demeurer légitimes aussi longtemps qu’elles respectent la vérité de fait. La liberté d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l’objet du débat” .

Si la catastrophe redoutée survient, si gavés de mensonges frelatés, les gilets jaunes portent un jour au pouvoir un extrémiste ou un fou, c’est eux que les belles âmes accuseront. La paille et la poutre.

(1) Une abondante littérature nous met en garde contre les errements de la Silicon Valley qui impose ses rêves à la planète. Je recommande « La siliconisation du Monde » de Eric Fradin et « Leurre et malheur du transhumanisme » de Olivier Rey.  

25/11/2018

Vous avez dit connecté ?

Filed under: Coup de griffe,questions d'avenir,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 15:19

C’est incroyable ce qu’on parle de connexion depuis quelques années. Tout est connecté. La technologie bien sûr, mais aussi grâce à elle les individus. Et dans le monde entier. C’est fou cette connexion. Un smartphone, un seul, et on tient dans sa main sa famille, ses amis, son univers professionnel,  ses secrets avouables ou non, sa banque, sa maison, la connaissance sans limite, le monde entier….

Et si cette connexion était l’escroquerie du siècle ?

En y regardant de plus près en effet, on a le sentiment assez vite que tout est déconnecté au contraire. Tenez, prenons la finance qui a toujours beaucoup d’avance sur le reste. Après l’explosion de la bulle internet au début des années 2000, quelques esprits éclairés ont mis en garde : ils venaient de constater avec horreur que la finance s’était déconnectée de l’économie. Au lieu de remplir son objet, à savoir apporter des capitaux pour faire tourner les entreprises, et donc les emplois, voici qu’elle décidait de fonctionner en vase clos, l’argent allait financer l’argent dans une course folle au profit. Quelques années plus tard, c’est la crise des subprimes. On découvre que la finance, déconnectée du réel, découpait en tranche des dettes impossible à rembourser pour en faire de prétendus investissements rentables. Un gosse de 4 ans aurait compris qu’une pomme pourrie ne redevenait pas saine parce qu’elle était coupée en petits morceaux. Aujourd’hui la déconnexion est consommée. Les entreprises font des levées de fonds en crypto-actifs, ces monnaies virtuelles qui ne se rattachent plus à rien de connu.

S’il n’y avait que cela…

Voyez la discipline que l’on nomme aujourd’hui communication et qui a entièrement envahi l’espace public. Tout le monde communique. Les publicitaires, mais c’est normal, ils ont inventé la discipline. Les entreprises, avec leurs techniques managériales et leur vocabulaire délirant. Les politiques aussi. Et puis les individus. On apprend tous à communiquer, on nous fournit les objets pour cela. Nous voici transformés en photographes, vidéastes, écrivains, reporters de nos propres vies. Il faut voir certains couples ou familles au restaurant, chacun le nez plongé dans son smartphone. Puisqu’on vous dit qu’on communique….Et que dire de ces passants dans la rue, qui ne se voient plus, plongés qu’ils sont sur leur smartphone. A communiquer avec ceux qui sont loin, voire avec des inconnus, plutôt qu’avec  les passants parmi lesquels se trouve peut-être un ami perdu de vue depuis 10 ans, un grand amour possible, un vieillard qui a besoin d’aide pour traverser la rue, un mendiant qui pour une toute petite pièce vous offrira en échange la fleur inestimable d’un sourire. Est-on si sûr d’être connectés quand on ne parle plus à ses proches à table, quand on ne regarde plus le passant dans la rue, quand on ignore le nécessiteux ? On est au contraire déconnecté totalement. Le coup de génie des fabricants de tous ces objets connectés réside moins dans le tour de force  technologique -réel- que dans l’illusion qu’ils vous connectent quand en réalité leur profit réside dans votre déconnexion.

Au fond nous le savons que cette communication est frelatée. Comme la finance, elle se nourrit d’elle-même. L’autre a disparu en tant qu’interlocuteur dans un échange. Il est devenu le spectateur obligé d’un spectacle qui est tout sauf de la communication. Une mise en scène d’un message qui n’a pas pour objet d’échanger avec quelqu’un, mais de renforcer la posture de l’émetteur face à un public d’anonymes dont seul compte le nombre. C’est une communication folle, inconsistante et fugace, stérile, totalement déconnectée.

Et voyez le politique. Avant il réfléchissait à la manière d’exprimer une action réalisée ou à réaliser et organisait avec plus ou moins de talent un discours pour l’énoncer. Désormais il discourt et ne fait plus que cela.  La communication est elle-même devenue l’alpha et l’omega de l’action politique. Il suffit de dire pour agir, le réel est devenu accessoire et comme facultatif. Tenez donc, il est devenu si dénué d’intérêt que nous sommes entrés dans le temps de la post-vérité. Pour la première fois dans l’histoire humaine, le discours ne se soucie plus de vérité, il y a le vrai, le faux et le reste. Et tout est sur le même plan.

Du coup, la déconnexion entre les « élites » et le peuple que l’on pointe à l’occasion du mouvement des gilets jaunes relève de la même logique. Les élites en ont assez des boulets de la classe populaire. Ces petites gens avec leur modeste salaire, leur petite baraque en province, leurs pauvres ambitions et leur culture limitée. Ces zozos qui manifestent à cause du prix de l’essence. Ces Madames Michu qui se sont laissé faire trois gosses, plaquer par leur mari, avec leur pauvre job de caissière et leur HLM en périphérie. Ils sont déconnectés ceux-là. Déconnectés de la mondialisation, de l’avenir, des start up, de la Silicon Valley, des nouveaux lieux de pouvoir et d’argent. Parfois même, ils n’ont pas accès à Internet ! Ah les losers. Eh oui, Messieurs les énarques, intellos germano-pratins, journalistes en cour, grands patrons, et autres privilégiés. Vous avez raison, malheur aux vaincus. Quand on n’est pas au minimum millionaire, c’est qu’on est un raté, un profiteur du système, un boulet qui empêche la France d’avancer. Mais entre nous, qui construit les voitures, bateaux, avions, trains dans lesquelles vous posez vos cul caleçonnés de soie ? Qui fabrique les produits que vous achetez, depuis l’indispensable shampoing pour préserver votre fibre capillaire d’exception jusqu’au très inutile produit miracle anti-ride ? Qui construit les maisons qui abritent vos précieuses personnes, les routes et les ponts sur lesquelles roulent vos très polluants mais rutilants SUV ? Qui nettoie tout cela ? Qui vous nourrit (et crève du glyphosate que vous vendez au plus grand nombre tout en nourrissant votre descendance dorée de bio) ? Qui cueille les grappes de raisin de vos précieux millésimes ? Qui pèche vos poissons hors de prix ? Qui les cuisine ? Qui fabrique votre huile d’olive bourrée d’omega 3 ? Qui imprime les livres dans lesquels justement vous avez lu que vous deviez acheter cette huile-là ? Qui veille sur votre sécurité ? Qui viendra éteindre l’incendie dans vos maisons ? Qui soignera votre fracture, vous savez, celle que vous vous êtes faite sur la piste noire à Megève, parce qu’un abruti dans votre genre mais plus jeune, en monoski, vous est rentré dedans ? Qui enregistrera votre dossier d’action en responsabilité au tribunal ? Mais le peuple dont vous vous êtes déconnecté justement ! Parce que lui, il reste connecté. Au réel, à la vie, à des valeurs qui sont au moins aussi légitimes que les vôtres.  Vous voulez que je vous dise ? Vous êtes comme vos smartphones. Connectés au virtuel, au rien, au vide. Mais totalement déconnectés de la vie. Les connectés, les vrais, ce sont les gilets jaunes. Les élites, quand elles se mettent à mépriser ceux qu’elles prétendent conduire et éclairer, ne sont plus rien d’autre que des baudruches qu’un coup d’épingle éclate.

25/10/2018

Science sans conscience….

Filed under: questions d'avenir — laplumedaliocha @ 13:55

….n’est que ruine de l’âme, prévenait Rabelais. Mais qui s’en souvient encore ? Certainement pas les scientifiques qui se penchent actuellement sur les fabuleuses promesses de la voiture autonome. Ils ont d’abord lancé une étude pour savoir, nous explique L’Express  :  « Quelle décision les algorithmes – ou plutôt ceux qui les programment – doivent-ils prendre si, par malheur, la voiture subit une panne de frein à quelques mètres d’un passage piéton ? Faut-il sacrifier les passagers en visant un mur ou continuer tout droit et percuter les piétons ? ». Réponse des internautes à l’époque :  nous voulons le moins de morts possible. Ouf ! Notons au passage que nos scientifiques ont intégré que ces voitures allaient tuer, et diffusent tranquillement cette idée, ce qui est proprement sidérant.

Mais leur enthousiasme pour le progrès les a encouragés à  aller plus loin encore. « Nous nous sommes alors demandé si ces résultats seraient similaires si nous décrivions de manière plus détaillées les piétons et les conducteurs », explique à L’Express Jean-François Bonnefon, directeur de recherche au CNRS à l’école d’économie de Toulouse, chercheur invité au MIT et coauteur de l’étude ». Soyons modernes. Voici nos aimables scientifiques lançant une sorte d’enquête/sondage sur une plateforme dénommée « Moral Machine » – Ah, le bel oxymore ! – concernant le point de savoir ce que les internautes préféraient qu’on écrase au nom du progrès :  des enfants, des personnes âgées, des voleurs, des médecins, des personnes en surpoids, des sans-abris, des contrevenants au code de la route etc ?  « En dix-huit mois », note l’Express, « ils ont récolté 40 millions de décisions de millions d’internautes venant de 233 pays ou territoires à travers le monde ». Réponses qu’ils ont analysées et dont les résultats ont été publiés dans la prestigieuse revue Nature, c’est vous dire si c’est sérieux.

Tuons les gros, les vieux et les moches

Mais alors, me direz-vous ? Eh bien voilà. On y apprend que les internautes préfèrent les humains aux animaux (comme c’est réconfortant) et parmi les humains, les bébés, les enfants, les femmes enceintes, les personnes athlétiques et les riches. A l’inverse, les grands perdants sont les pauvres, les gros, les vieux et ceux qui ne respectent pas les clous en traversant. Quand j’étais gosse, je regardais des films catastrophe dans lesquels j’ai appris qu’on sauvait toujours en priorité les femmes et les enfants. En grandissant, j’ai compris que c’était un réflexe vital pour la préservation de l’espèce humaine. Je n’aurais jamais imaginé qu’un jour on me proposerait sans ciller de choisir entre le gros et le mince, le pauvre et le riche, le vieux et le jeune, comme si le prix de la vie était indexé sur les valeurs d’un canard féminin ou d’un chef de pub. Il me semblait à moi justement que le seul choix moralement admissible était celui communément admis : la survie de l’espèce humaine à travers la préservation prioritaire des femmes et des enfants. Cette étude est aberrante à tous les niveaux. D’abord elle pose comme admissible et fondée une question parfaitement absurde. La probabilité qu’un individu se retrouve confronté à un choix de cette nature est de l’ordre de l’infinitésimal. Celle que ce même individu dispose du temps et des informations nécessaires, à l’instant où survient un accident de la circulation, pour opérer un choix à l’aune de ces critères est quasi-inexistante. Ensuite, elle présuppose que la valeur d’une vie peut être variable. Et que cette variabilité est indexée sur des critères physiques ou de fortune. En réalité, cette étude est scientifiquement stupide en plus d’être dégueulasse par ses préjugés et son niveau sidérant d’amoralisme sous ses faux airs d’étude morale.

L’eugénisme décomplexé

Mais ce ne serait rien si elle n’était l’atroce prémonition du monde qui vient.   « Même si en tant que chercheur j’essaye de m’abstenir de porter un jugement sur les résultats, évidemment, le biais contre les sans-abris ou les personnes en surpoids est inacceptable », résume le scientifique du CNRS ». Tartuffe ! Tu demandes aux gens s’ils préfèrent sauver le gros moche ou le mince avenant et ensuite tu t’indignes qu’ils répondent : le mince avenant… Mais l’article se veut rassurant. « Les données de l’étude, intégralement publiées sur Internet, sont principalement destinées aux gouvernements qui envisagent de légiférer sur les voitures autonomes ou les industriels travaillant sur la programmation de ces voitures. « Notre espoir est que les législateurs connaissent les préférences de leurs populations sans forcément les suivre, mais pour anticiper leurs réactions et être pédagogues après coup », espère Bonnefon ».  Sans forcément les suivre….

Allons, à d’autres ! Cette simple étude montre que les scientifiques à la pointe des évolutions ont déjà intégré les choix eugénistes que l’avenir tel qu’ils le conçoivent est censé nous imposer et qu’ils soumettent non sans une forme de terrifiante ingénuité à notre appréciation. Ils nous montrent surtout avec une indécence qui frise l’obscénité qu’ils sont  déjà prêts, quoiqu’ils en disent, à cautionner la programmation de machines pour sauver les jeunes, beaux et riches humains en sacrifiant  les vieux, les moches et les pauvres. Voilà à quoi vont ressembler demain les normes de la vie en collectivité. Voilà comment on va programmer les fameuses intelligences artificielles à qui nous avons déjà décidé de confier le soin de prendre les décisions à notre place. Mais le pire, c’est peut-être de découvrir que cette vision hallucinante de l’homme et de la valeur de la vie trouve déjà un terreau à ce point fertilisé que l’article qui rend compte de ces travaux s’en offusque à peine. La perspective d’un tel mépris de la vie humaine dans un proche avenir n’a qu’un seul mérite, mais au fond, il est de taille. Nous réconforter sur la question du réchauffement climatique. Car si l’humanité devient cela, le mieux est encore qu’elle disparaisse.

20/06/2018

Le prix Olivier Debouzy met un coup de projecteur sur les moyens de la justice

Filed under: Non classé — laplumedaliocha @ 20:24

« Justice, une faillite française » a eu l’immense honneur de recevoir mardi 12 juin le Prix Olivier Debouzy, organisé par le cabinet d’avocats August Debouzy et le Club des Juristes, dans les Salons du Cercle Interallié. Immense honneur n’est pas ici une formule. Jusqu’à présent ce prix n’a récompensé que des membres éminents de la communauté juridique. Le fait que le jury l’attribue à un travail de journaliste est une première. Cela montre que, si modeste soit-elle, notre activité qui consiste à rechercher l’information pour la diffuser, a sa raison d’être et est reconnue comme telle.

Cela signifie aussi que parmi les 30 travaux soumis au jury, la question des moyens de la justice s’est distinguée. Il me semble que c’est un élément qui vient s’ajouter à l’alignement de planète dont bénéficie l’institution depuis trois ans. Il y a d’abord eu la mobilisation de Jean-Jacques Urvoas au ministère de la justice qui a consacré son court mandat exclusivement à cette question. A peu près en même temps, le président de la commission des lois du Sénat Philippe Bas présidait une mission sur la justice qui a donné lieu au printemps 2017 à la publication d’un rapport remarquablement exhaustif sur l’institution. Adopté à l’unanimité, il a débouché sur deux propositions de lois adoptées à l’automne.

Nicole Belloubet a quant à elle présenté en avril un vaste projet de réorganisation de la justice accompagné d’une promesse d’augmentation du budget sur 5 ans de 1,5 milliards d’euros. Certes, le contenu du projet de réforme a déclenché des protestations assez vives chez les avocats, les magistrats et les greffiers. Mais l’ampleur même et la durée de la mobilisation constituent en soi des signaux positifs car ils témoignent  du fait que la situation actuelle n’est plus supportable et que les acteurs judiciaires sont décidés à faire pression pour que les choses changent.   Si le contradictoire fait son office, on peut espérer que de l’affrontement stimulant entre la vision du ministère et celle des professionnels du droit jaillira la réforme tant  qui permettra à la France d’avoir enfin une justice moderne, mais aussi et surtout une justice digne de ce nom.

Ce qui déterminera la qualité de la réforme ne sera pas uniquement le degré de modernisation de l’institution (numérique, simplification des procédures,…), mais aussi et surtout sa capacité à tenir à distance les chimères du progrès technologique et la tyrannie gestionnaire pour faire triompher l’humain sur la machine et la qualité sur la quantité. Or, pour parvenir à cet objectif il va falloir avoir la lucidité et le courage d’aller à rebours de tous les réflexes actuels qui tendent au contraire à automatiser les tâches et industrialiser les procédures pour traiter toujours plus vite des dossiers sans cesse plus nombreux. Le défi est immense. Puisse ce livre apporter au public les clefs de compréhension nécessaires pour lui permettre de mesurer les enjeux et de participer au débat.

Page suivante »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.