La Plume d'Aliocha

14/01/2015

Etre ou ne pas être Charlie, là est donc la question

imgresEtre ou ne pas être Charlie, telle est la question qui monte en ce moment.

Elle s’est posée sur ce blog dès la semaine dernière à la suite du billet dans lequel je saluais la formidable mobilisation en réponse au massacre perpétré chez Charlie Hebdo. J’ai lu attentivement les commentaires des fidèles qui ne partageaient pas mon point de vue. C’est là que j’ai commencé à voir poindre le malentendu. D’où ce billet.

Philippe Bilger a écrit sur son blog avant la manifestation qu’il n’irait pas, parce qu’il ne se sentait pas Charlie. Et il a expliqué pourquoi :

« Je ne suis pas Charlie. L’esprit de cette publication n’a jamais été le mien et je suis persuadé que Charlie n’aurait jamais voulu être, même par solidarité, le réactionnaire que je suis.

Charlie Hebdo a usé de sa liberté d’expression et je n’irai jamais scandaleusement prétendre qu’il en a abusé, ce qui serait excuser ses assassins. Je l’ai toujours défendu à chaque fois que des explosions, des violences et évidemment des crimes avaient pour obsession de l’étouffer ou de tuer ceux qui, avec une audace tranquille, continuaient leur chemin.

Je n’en suis que plus à l’aise pour considérer que sa liberté d’expression était ciblée et que je n’ai jamais vu Charlie Hebdo se lever pour soutenir le droit à la liberté de causes qui n’étaient pas les siennes, politiquement, socialement ou culturellement. Ce sont les assassinats qui, dans le sang, ont constitué cette équipe horriblement décimée comme les héros d’une liberté d’expression tous azimuts. La leur n’avait qu’une direction : un anarchisme sélectif ».

Koz, dans un billet du 8 janvier s’interroge : « Si être Charlie, c’est valoriser l’insulte aux convictions profondes de l’autre comme modalité du « vivre-ensemble », j’ai bien du mal à être Charlie ».

Même question au sein de la chaine Al-Jazeera :

« Si la communauté internationale a manifesté son émotion lors de l’attentat au siège de Charlie Hebdo, d’autres ont hésité à soutenir le journal satirique. Outre le « Financial Times » qui avait critiqué la ligne éditoriale de la revue parisienne, avant de retirer l’article en question de son site web, la chaîne d’information qatarie Al Jazeera a, elle, connu un vif débat en interne.

C’est un e-mail du producteur exécutif de la chaîne basé à Londres, Salah-Aldeen Khadr, qui a mis le feu aux poudres, rapporte National Review qui s’est procuré la copie de ces échanges. On peut y lire une liste de « suggestions » quant à la couverture de l’attentat perpétré à Paris mercredi dernier. Khadr incite ainsi ses employés à réfléchir sur la nature de l’attaque : « s’agit-il vraiment d’une atteinte à la liberté d’expression ? », écrit-il, et leur demande de décrire les faits comme « un affrontement de franges extrémistes ».

« Il n’est pas clair si l’objectif de ces caricatures était d’offenser les musulmans, et de provoquer l’hystérie chez les extrémistes », ajoute-t-il. Avant de conclure : « Défendre la liberté d’expression contre l’oppression est une chose ; insister sur le droit d’être odieux et offensif juste parce que vous le pouvez est infantile. » »

Et puis aussi d‘une philosophe dans La Croix : « la loi nous permet de tout dire, mais pour paraphraser Tocqueville, la décence nous interdit de tout oser ».

Beaucoup plus radical, l‘historien israélien Shlomo Sand, chez Mediapart aperçoit dans les dessins de Charlie depuis 10 ans,  « une haine manipulatrice destinée à séduire davantage de lecteurs, évidemment non-musulmans » et s’inquiète :  « Un vent mauvais, un vent fétide de racisme dangereux, flotte sur l’Europe : il existe une différence fondamentale entre le fait de s’en prendre à une religion ou à une croyance dominante dans une société, et celui d’attenter ou d’inciter contre la religion d’une minorité dominée ».

Sans compter bien entendu les musulmans qui, même en France, sont divisés sur la questionInterrogé lundi par Le Figaro, le président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), Amar Lasfar, prévenait qu’il se tournerait vers la justice dans l’hypothèse d’une nouvelle représentation du prophète. «Notre différend avec Charlie Hebdo portait sur le divin et le sacré, qui ne doivent pas être caricaturés. Mais le moyen que nous avions utilisé (en 2011, ndlr) était celui de la voie juridique. Les tribunaux ne nous ont pas donné raison. Nous en avons pris acte et nous nous sommes tus. Si demain cela recommençait, nous ferions la même chose en reprenant la même voie juridique».

Le sacré n’est pas soluble dans l’humour

Une très grande majorité des réserves exprimées à propos du slogan « Je suis Charlie » provient de défenseurs des religions. Ce n’est pas étonnant. Le sacré est rarement soluble dans l’humour, surtout l’humour saignant de Charlie et surtout venant d’une bande de soixante-huitards réputés depuis l’origine pour être des bouffeurs de curés et taxés plus récemment d’islamophobie. Mercredi dernier, je déjeunais justement pour raisons professionnelles avec un catholique aussi pratiquant que fervent, lequel n’a même pas frissonné quand je lui ai annoncé le peu que je savais à ce moment là, à savoir qu’on avait tiré sur Charlie Hebdo et qu’il y avait des victimes, sans doute des morts, en nombre encore indéterminé. Mon émotion d’alors le laissait de glace et je soupçonne que c’était dû en partie à l’anticléricalisme marqué du journal. Non pas tant que certains morts seraient moins graves que d’autres, mais bon, hein, ils avaient engagé une guerre, c’était donc normal qu’il y eut des morts. Regrettable, mais normal.

Pour ceux-là,  « je suis Charlie » signifie je suis en guerre contre la religion. Evidemment, cela les empêche de dire « Je suis Charlie ».

Une vision d’ailleurs accréditée par certains, dont Aurélie Filippetti. L’ancienne ministre a déclaré à Marianne :« On a le droit d’être agnostiqueIl faut qu’on arrête de discuter en permanence avec les rabbins, les imams, les curés : ce ne sont pas des maîtres à penser ! La liberté, c’est aussi de ne pas croire. Et puis, reconnaissons que les religions n’ont jamais été des écoles d’émancipation. »  La première version de l’article faisait même dire à l’ancienne ministre « Je suis Charlie à 100% j’ai envie qu’on bouffe tous du curé », ce qui a été corrigé à sa demande. Je crois néanmoins que cette assimilation entre les millions de gens qui depuis mercredi en France et dans le monde entier crient « Je suis Charlie » et une poignée de laïcs militants voire bêtement agressifs est fausse.

Je suis Charlie parce que…

Il y a tant d’autres raisons pour dire « je suis Charlie ». Tenez, moi par exemple, si je l’ai dit  c’est en vrac :

– parce que les tueurs lorsqu’ils sont arrivés ont demandé où était Charlie Hebdo, et que j’aime l’idée qu’on leur réponde aujourd’hui là, et là et encore là,  allez-y tirez ! Vous avez tué 17 personnes, nous sommes désormais des millions.

– Parce que je suis journaliste et que c’était des confrères.

– Parce que ce massacre est odieux.

– Parce que je vis dans un pays qui a une longue tradition de presse satirique et que celle-ci a été associée à tous les combats pour la liberté menés dans notre pays. Pour un rapide cours de rattrapage c’est par ici. Je m’étonne d’ailleurs que personne encore à ma connaissance n’ait rédigé un article ou préparé une émission rappelant cette belle tradition.

– Par solidarité avec les victimes et leurs proches.

– Pour défendre la liberté d’expression, c’est-à-dire le droit d’exprimer toutes les opinions librement, quitte à en répondre devant les tribunaux en cas d’abus, mais pas de mourir d’une balle dans la tête.

– Pour défendre le droit de rire de tout et en particulier de ce qui continue encore au 21ème siècle à prétendre se situer au-dessus du rire ;

– parce qu’il parait indispensable de rappeler que l’humour bénéficie d’une immunité particulière depuis longtemps, le fou du roi sous l’Ancien régime bénéficiait déjà de cette exceptionnelle liberté, nos caricaturistes en sont les héritiers ;

– parce que je pense qu’il faut étendre sans cesse le territoire du rire, sous peine de le voir se rétrécir à mesure que les uns et les autres se sentiront en droit de dire qu’il ne faut pas rire de ceci ou de cela.

– Parce que les gens de Charlie pouvaient bien être d’affreux laïcs extrémistes militants comme le pensent certains à tort ou à raison, il n’empêche qu’ils ne riaient jamais de Dieu – Qui pourrait rire de ce qu’il ne connait pas ? – mais de l’idée que nous nous en faisons et des institutions qui servent ces idées. La revue jésuite « Etudes » l’a bien compris qui a mis en une quelques caricatures de Charlie contre l’église pour affirmer sa solidarité.

– Parce que la photo magnifique surnommée par les internautes « le crayon guidant le peuple » et qui fait écho au peuple en armes du célèbre tableau de Delacroix montre, même pour moi qui ne croit pas à l’idée du progrès, qu’il y a en a au moins un ici qui a consisté en l’espace de 200 ans à remplacer les armes par les crayons.

Non, je ne crois pas que Charlie Hebdo ait abusé de la liberté d’expression. Pourtant je suis catholique, attachée au sacré, républicaine, respectueuse des idées et des croyances des autres, allergique à la provocation, éprise de mesure et de justice, inquiète face aux extrémismes, profondément pacifiste.

Je crois qu’au-delà de ses obsessions réelles ou supposées contre ceci ou cela, de ses maladresses et même de ses brutalités parfois, des enfantillages et des grossièretés, Charlie incarne la liberté d’esprit envers et contre toutes les tyrannies qui est inscrite dans le cœur de chaque français. Si des millions d’entre nous ont spontanément lancé « Je suis Charlie » c’est qu’un instinct irrépressible nous a poussés une fois de plus à nous lever pour défendre cette liberté.

Tout ceci, au fond, n’a pas grand-chose à voir avec la religion.

Tout comme d’ailleurs les actes ignobles perpétrés la semaine dernière n’ont pas grand-chose à voir avec l’Islam.

Advertisements

171 commentaires »

  1. Hélas, il me faut déjà corriger le billet, la revue Etudes a du retirer les caricatures sous la pression : http://m.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/France/La-revue-Etudes-retire-les-caricatures-de-Charlie-Hebdo-de-son-site-Internet-2015-01-14-1267288

    Commentaire par laplumedaliocha — 14/01/2015 @ 17:31

  2. Bonjour Aliocha,

    Moi, mercredi dernier, j’étais Charlie, à fond. Le lendemain, non, écœuré que j’ai été et suis par la minable récupération politique à laquelle nous avons eu droit. Je ne l’achèterai donc pas. Je crois pourtant qu’on peut rire de tout (le regretté Pierre Desproges en avait fait une de ses meilleures plaidoiries du Tribunal des flagrants délires lorsque ce dernier recevait Jean-Marie le Pen: http://www.wat.tv/video/humour-desproges-peut-on-rire-1rhqa_2gh7d_.html. Pour info, la plaidoirie de Luis Rego, avocat de la defense, est également géniale) mais je crois aussi à un minimum de décence. Charlie, que ce soit hier ou demain, ne m’a jamais fait rire et c’est bien parce qu’il ne faisait plus rire, ou si peu, que ses ventes étaient catastrophiques. Pour couper court à toutes polémiques imbéciles, je précise que j’appréciais et apprécie encore le journal bête et méchant Hara-Kiri. Lui était drôle. Pour un peu, Charlie, après ce drame atroce, risque de devenir le petit livre rouge de la république. Comme si cette société devait se (re)construire sur et autour d’anathèmes et des plaisanteries graveleuses. Effrayante et affligeante perspective.
    Philarête, sur son blog, a sorti un excellent billet. Je vous en livre un extrait: « …Ce n’est sans doute pas le plus grave, puisque cela reste dans l’ordre du symbole. Ce qui n’est pas symbolique, en revanche, c’est le fait qu’en s’en prenant d’abord à Charlie Hebdo, les tueurs ont rendu impossible une véritable unité nationale. D’un côté, ils s’assurent que, par réflexe de solidarité, d’empathie, par identification soudaine, les potacheries de l’hebdomadaire connaîtraient à leur tour une nouvelle vie. On republie les dessins, moitié en hommage spontané, et moitié par bravade. D’un autre, on rend impossible pour de nombreux Français de s’associer sans réserve à la ferveur entourant soudain un journal par lequel ils se sont souvent sentis méprisés… » (https://lescalier.wordpress.com/2015/01/14/je-suis-perplexe/). Je vous livre également le billet très émouvant écrit par Elsa Wolinski, il m’a fait venir les larmes aux yeux: http://lecolonel.net/papa-tes-la-par-elsa-wolinski/.
    Je vous en livre un dernier pour la route. Son auteur, Charles Gave, rappelle que si des gens sont morts pour des idées à Charlie (je n’oublie pas les autres victimes), il y en a qui sont mortes, elles, pour ce qu’elles étaient: http://institutdeslibertes.org/islam-et-nation-francaise-sortir-de-lemotion-pour-revenir-a-la-raison/

    Bonne soirée

    Commentaire par H. — 14/01/2015 @ 17:38

  3. « Charlie »

    Vivre est difficile. Mourir bien qu’inéluctable, nous semble horrible, inacceptable.
    Alors partout sur la planète, les peuples se sont inventés des dieux pour les aider à vivre ensemble et à accomplir leurs destins.
    Expliquer l’inexplicable par le « Mystère » ne résout rien.
    Il faut cependant reconnaître que les religions qui prétendent encadrer et donner un sens à nos vies, ont normalisé les rapports sociaux…plus ou moins équitablement.
    Elles ont de bon, le fait d’avoir créer des règles morales, plus ou moins les mêmes dans toutes les religions, règles sans lesquelles le vivre ensemble ne serait pas possible.
    Elles ont de pervers le fait d’avoir inventé des billevesées pour fidéliser leurs adeptes, les croyants :
    paradis, enfer, rites, prières, blasphèmes, fautes, péchés.
    Pour que dieu soit crédible, il doit être unique : la concurrence ne saurait être admise. Alors les fidèles se doivent d’éliminer les infidèles, pour préserver la vigueur de leur foi.
    Or il n’y a pires infidèles que les dessinateurs, les caricaturistes et chroniqueurs de « Charlie Hebdo » : d’un trait…de crayon, ils vous mettent à nu, vous dissèquent, révèlent la vérité de votre âme, de votre être.
    Plus les hommes sont bêtes, plus ils sont sectaires.
    Plus les hommes ont peur, plus ils cherchent à se rassurer et pour ce faire, ils remettent leurs vies entre les mains d’un tout puissant à qui ils doivent se soumettre.
    Plus les hommes sont faibles, plus ils acceptent la soumission, mais la soumission à la toute puissance divine est noble…
    Plus les hommes sont lâches, plus ils s’inventent des excuses, des alibis à leur lâcheté : il leur faut un dieu pour se camoufler.
    Plus ils sont lâches, plus ils deviennent fanatiques.
    Alors ceux qui mettent à jour ces faiblesses, cette bêtise, ce sectarisme, ces lâchetés, sont trop dangereux.
    « Charb, Cabu, Tignous, Wolinski, Oncle Bernard » leur sont insupportables car ils jettent à la figure des « CONS », l’immensité et la vérité de leur connerie.
    En conséquence, les « CONS » pour se sentir ou se croire encore dignes de vivre, tuent, massacrent au nom de leur dieu d’amour, dieu d’infinie bonté et miséricorde, dieu qu’ils croient ainsi vénérer…
    Les « CONS » ont fait de « Charb, Cabu, Tignous, Wolinski, Oncle Bernard » et des autres malheureuses victimes, des héros et des martyrs. Héros d’une cause bien plus noble que leur religion, la cause de la LIBERTE.

    Francis BONNET
    Montmorillon : 08/01/2015

    Commentaire par Bonnet Francis — 14/01/2015 @ 17:40

  4. Je trouve intéressante cette référence à « La liberté guidant le peuple ». Je ne sais pas si les gens l’ont vraiment regardé ce tableau, mais ce tableau n’encense pas du tout le peuple (c’est quoi cette femme aux vêtements dégarnis, les seins à l’air ? pourquoi ya un homme du peuple nu (en pleine ville !) à ses pieds ? d’où ya un gamin qui marche dans la rues avec des revolvers ?).

    Delacroix est un réac qui a peur du peuple, qui pense que celui-ci doit-être contrôlé/maîtrisé parce qu’il est dangereux, imprévisible, menaçant — comme tout bourgeois se doit (qui est tout propre et présentable sur le tableau ? indice : il est à la droite de la meuf).

    Tout ceci, à un moment où le gouvernement prend des mesures liberticides « pour notre sécurité ».

    Irony’s a bitch.

    Tenez, cadeau :

    http://www.canal-educatif.fr/videos/art/delacroix/complement/7/delacroix-homme-reactionnaire-artiste-revolutionnaire.html

    Commentaire par kyle_butler — 14/01/2015 @ 18:00

  5. Bonjour Aliocha
    Je ne me sens pas Charlie. Je n’aime pas les unions factices où l’on opère des tris à l’entrée, où l’on préfère accueillir dans ses rangs quelques bourreaux, ni les récupérations politiques malsaines, ni encore les foules qui se jetteront sur le prochain bouc émissaire qui sera chargé d’expier les fautes des autres (cf René Girard). J’ai préféré affirmer ces jours derniers que je suis catholique et français, et cacher mon deuil, mon empathie et ma solidarité dans la prière. De même que je m’abstiens de juger les raisons qui font que certains se sentent Charlie, je demande de ne pas être jugé pour mon choix, nonobstant l’appel délétère de votre consoeur Madame Nathalie Saint-Cricq : « il faut repérer et traiter ceux qui ne sont pas Charlie ». J’espère que dans mon prochain goulag, il me sera possible de lire vos billets.
    Est-ce que cela fait de moi un adversaire de la liberté d’expression ? je ne crois pas que ce soit suffisant pour cela.
    Maintenant vous concluez (de mon point de vue un peu trop vite) que les événements n’ont pas grand chose à voir avec l’Islam. Quelque soit la taille de ce « pas grand chose », c’est toujours trop, et continuer de le minimiser n’est guère plus responsable, de mon pont de vue, que de l’occulter (= « rien à voir »). C’est le sens du remarquable article dont vous trouverez le lien ici : http://blog.oratoiredulouvre.fr/2014/10/tres-profonde-lettre-ouverte-au-monde-musulman-du-philosophe-musulman-abdennour-bidar/

    Commentaire par remseeks — 14/01/2015 @ 18:50

  6. Je suis Charlie pour les mêmes raisons que vous. Ce journal est anarcho-gauchiste (tendance rigolarde et efficace). Il ne s’en cache pas, au contraire! Il défend ses idées à sa manière. Je n’ai pas été toujours d’accord avec lui et il y a des années que je ne le lis plus. Et, en cela, je ne suis pas Charlie.
    A ceux qui lui reprochent ses opinions et disent qu’il « l’a bien cherché », je dirai que ne pas se révolter contre un attentat qui vise ses adversaires politique, c’est -un peu- se faire moralement complice. J’ajouterai qu’il n’est pas interdit de faire de même avec autant de talent pour le contredire.

    Commentaire par Pangloss — 14/01/2015 @ 19:18

  7. Comme l’équipe de Siné mensuel, « je suis Charlie », même si défiler avec Malka, l’avocat qui a plaidé contre Denis Robert, ne m’enchantait pas.
    J’ai aussi marché avec des mahométans, des israélites, des chrétiens, ce qui ne m’empêche pas de penser et dire que leur dieu est « prix Nobel de la guerre » (affiche déployée place de la République) et que j’estime pouvoir penser et dire que le mythe christique est mythique (l’existence de divers prophètes est plausible, d’un certain Jésus-Christ nullement attestée).
    Je suis religiophobe (sauf exceptions devenues rares d’orientations spirituelles totalement pacifiques et humanistes), mais je respecte les personnes ayant des convictions religieuses pacifiques et non autocratiques.
    Je n’étais donc pas très ravi des caricatures de Mahomet ; cela étant, pourquoi l’un ou l’autre, et pas lui ?
    Pourquoi alors ne plus critiquer les positions de certaines églises orthodoxes qui engraissent leurs prélats en prêchant la xénophobie (dernièrement, ainsi, en Roumanie, pour soutenir Ponta qui était estimé pouvoir stipendier le clergé orthodoxe roumain) ?
    Pourquoi s’interdire par exemple de critiquer le credo du Kremlin (tous ces attentats et l’islamisme guerrier sont fomentés par des intérêts nord-américains) puisque celles et ceux qui gobent cette fiction partielle (ou en tout cas, datée) ont de profondes convictions et sont pour la plupart des gens tout à fait respectables ?
    Être journaliste, c’est tenter de se rendre moins stupide pour essayer, sinon de convaincre, du moins de favoriser la réflexion. En ce sens, oui, « je suis Charlie ».

    Commentaire par Jef Tombeur — 14/01/2015 @ 19:21

  8. @Francis Bonnet
    « Or il n’y a pires infidèles que les dessinateurs, les caricaturistes et chroniqueurs de « Charlie Hebdo » : d’un trait…de crayon, ils vous mettent à nu, vous dissèquent, révèlent la vérité de votre âme, de votre être. »
    Tiens donc, M Bonnet, les hommes auraient donc une âme ?…curieux, compte-tenu de ce que tout ce que vous écrivez au-dessus…!
    Je suis croyante (catholique), et je m’appuie sur ma foi pour essayer d’aimer tous les hommes, puisqu’ils sont tous mes frères… même les sectaires (dont, bien sûr, ainsi que le démontrent vos propos, vous ne faites absolument pas partie), les lâches, et les CONS….

    @ Aliocha : je lis régulièrement vos billets, que j’apprécie : merci pour cette petite revue de presse des « pas trop Charlie », ce que dit Koz correspond exactement à ce que je pense, ainsi que Philippe Bilger quand il pointe du doigt le manque d’empressement de CH à défendre la liberté des causes qui n’étaient pas les siennes, et j’aime assez cette phrase : « Défendre la liberté d’expression contre l’oppression est une chose ; insister sur le droit d’être odieux et offensif juste parce que vous le pouvez est infantile »…
    Par contre, quand vous entamez un paragraphe avec : « Une très grande majorité des réserves exprimées à propos du slogan « Je suis Charlie » provient de défenseurs des religions. » que vous l’illustrez avec le portrait du fervent-pratiquant (avec qui vous déjeunez pour raison professionnelle, hein, attention, faudrait pas qu’on puisse croire qu’il fait partie de vos amis)…restant de glace et trouvant ça « normal », , et que vous concluez avec « Pour ceux-là, « je suis Charlie » signifie je suis en guerre contre la religion. Evidemment, cela les empêche de dire « Je suis Charlie ». », c’est mettre d’un coup de plume dans le même sac que votre « relation d’affaires » tous les croyants qui ont du mal à se sentir Charlie : un peu pernicieux comme procédé, non ?… et le padamalgam, alors ?… bref, c’est blessant et décevant….

    Commentaire par Béatrice — 14/01/2015 @ 19:30

  9. Il y a une taupe au Vatican. Benoît XVI encule une taupe.
    Bon.
    C’est de l’humour.
    Oui, merci, je n’avais pas imaginé le prendre autrement qu’au figuré. C’est drôle ? Ah bon ? J’ai quitté le collège depuis longtemps.
    Oui, je reproche à Charlie Hebdo d’avoir bien souvent été avant tout moche, sale et médiocre. Même si sortaient aussi parfois du lot quelques dessins. Ce n’est pas un abus de la liberté d’expression. C’est juste stupide et sans intérêt et dans une optique offensante. Non, bien évidemment, je ne faisais pas des bonds à chaque Charlie Hebdo. Je n’en avais, globalement, rien à cirer.

    Maintenant, ce slogan « Je suis Charlie » vaut parce qu’il ne dit rien, ne signifie rien. Alors oui, on peut mettre n’importe quoi derrière pour y adhérer. Si la question est d’être touché par cet attentat, horrifié, et solidaire, je le suis et je l’ai dit, et j’ai marché avec tout le monde dimanche. Mais je n’ai pas besoin de jouer le jeu de cette identification et de cette bénédiction de ce que je trouve médiocre et déplacé pour l’être. Je suis encore capable de le dire autrement qu’en souscrivant au slogan hâtivement créé par quelque graphiste. Je ne lui reproche rien, c’était sa façon de s’exprimer et je le comprends parfaitement.

    Je n’empêche personne de l’être. Et je ne pense pas qu’il faille se sentir atteint(e) par le fait que certains n’adhèrent pas à cette modalité unique d’association au drame national. Ce que je suis me suffit à être profondément touché et solidaire. Je n’ai pas besoin de faire semblant d’être autre chose et j’ai plutôt besoin que l’on m’autorise encore à être simplement moi-même.

    Enfin, accessoirement, « Je Suis Charlie » a tout de même une nette tendance à laisser penser que cette affaire n’est qu’une affaire de Charlie, et à faire passer au second plan les autres victimes, flics, et juifs à l’HyperCacher, qui se trouveraient là en somme comme des victimes collatérales, presque par accident, des attentats. Je ne pense pas que cela soit très ajusté.

    Commentaire par koztoujoursfr — 14/01/2015 @ 19:39

  10. j’ai commis ce poulet

    HALTE À LA CHARLIE-MANIA

    Désormais critiquer Charlie c’est un blasphème !
    Rire de Charlie est peut vous causer de l’urticaire !
    Charlie est personna grata, les autres non !
    Rien n’existe sans Charlie !
    Aujourd’hui Charlie est notre maitre à penser à tout, tout prêt !
    Même si vous n’aimez pas Charlie, aimez-le !
    Charlie est gentil, tout les autres sont méchants, tous y compris vous !
    Si vous ne pensez pas comme Charlie, soyez maudit !
    Lynch veille si vous dites du mal de Charlie
    Tout vous sera pardonné si vous louez Charlie (pas trop cher tout de même) !
    Charlie est le Ying et le Yang !
    Point de salut sans Charlie !
    Si vous voulez récupérer Charlie, rackez !
    Charlie nous sauvera tous, même si on n’y croit pas ?
    Faites ce que vous voulez, Charlie veille !
    Les millions de Charlie ne seront pas perdus pour tout le monde !
    Votre liberté s’arrête à celle de Charlie, autrement dit, oubliez la !
    Seule la gauche-de-la-bien-pensense peut parler au nom de Charlie !
    Saint Charlie ne priez pas pour nous ou alors discrètement !
    Je suis bouleversement charlivari(é) !
    On peut rire de tout mais pas avec n’importe quel Charliot !
    Big Charlie veille sur vous !
    Seule la pensée Charlie peut sauver l’humanité !
    Charlie est la lumière de l’existence, rien d’autre n’existe !
    Je ne crois en rien d’autre que Charlie !
    Tous les matins en me rasant je me regarde en rêvant à Charlie !
    Si vous oubliez votre prière à Charlie, lui ne vous oubliera pas !
    Charlie est omnipotent (impo(r)tent?) et vous sauvera demain, j’ai dit demain !
    La gauche a récupéré Charlie, il est son étendard et son symbole !
    Utiliser Charly à des fins personnelles est autorisé d’interdiction !
    Seuls les grands prêtres autoproclamés de la nouvelle religion Charlie peuvent parler en son nom !
    Le sacrilège suprême c’est de parler en mal de Charlie !
    La profanation des reliques de Charlie est soumise à déclaration préalable !
    Vous pouvez rire de Charlie mais seulement à vos risques et périls !
    Si vous riez de vous même prenez garde que ce ne soit pas en contradiction avec les nouvelles lois de Charlie!Avant de rire de Charlie vous devez déposer un dossier pour obtenir la permission (temporaire) !
    Seules les personnes autorisées à s’autoriser ont le droit de rire, en ce qui concerne Charlie il faut une autorisation spéciale !
    Aucune autre religion que Charlie n’est tolérée !
    Aucune autre doctrine politique que Charlie n’est tolérée !
    La charlisisation de la société est en marche, rien ne pourra l’arrêter !
    Vive les lendemains charliesques qui chantent !
    La célèbre formule de benito mussolini doit être modifiée comme ceci :
    Tout dans l’État-Charlie, rien contre l’État-Charlie, rien hors de l’État-Charlie.
    Charlie vous demande à tous de déraison garder !
    La charlimania à haute dose décérebre !
    Les charliphyles et les charliphobes sont à mettre dans le même panier !
    L’aubaine de la charlimania tombe à pic pour certains !
    Charlie est un soporifique pour oublier la situation catastrophique de l’économie !
    La prescription de suppositoires charlifiques n’est autorisée que les jours grévés !
    Charlie est une bénédiction pour relever le niveau d’impopularité d’incertain !
    La meilleure façon de parler c’est de charlifier !
    Le charlivisme est incompatible avec toute démonstration de modération et/ou de tolérance !
    Les charlivistes sont les adorateurs de Charlie, ils suivent ses préceptes aveuglément !
    Le charlivisme est la nouvelle religion d’état !
    Toute personne critiquant le charlivisme encoure des poursuites !
    La critique de Charlie est interdite même de façon indirecte !
    CHARLIE ÜBER ALLES, telle est la nouvelle devise de la ripoublique
    Charlie détient le monopole du coeur, à ce titre il faut demander la permission d’en avoir
    Seul Charlie est solidaire, universel et fraternel, les autres, NON!
    Seul Charlie s’oppose à la tiranie, à l’esclavage, à la pensée inique, rejoignez-le !
    Heureusement que Charlie existe, notre économie va redémarrer très fortement, la preuve : Charlie Hebdo.
    Si vous n’être pas d’accord avec les moutons estampillés Charlie, vous risquez des problèmes!
    Les islamistes assassins n’existent pas, seuls les barbares assassins existent, Charlie dixit !
    La Charlia est en marche, dormez bien braves gens !

    Commentaire par zelectron — 14/01/2015 @ 20:09

  11. Le rire est le propre de l’homme.
    Y renoncer, transforme l’homme en pantin.
    Rire de la religion est une liberte, rire de pratiquants est une discrimination.

    Commentaire par fultrix — 14/01/2015 @ 21:19

  12. A reblogué ceci sur rozanroll.

    Commentaire par RoZanRoll — 14/01/2015 @ 21:45

  13. Le  » Je Suis Charlie  » c’est aussi une révolte. On a tout autant le droit de croire et de suivre ou non les prescriptions religieuses, que de ne pas croire et donc de ne pas être tenu par les prescriptions religieuses d’autrui.

    C’est aussi une réaction à l’absurdité d’un assassinat de personnes parce qu’elles ont fait des dessins. Pour le coup, et bien contre l’esprit de Charlie, il y avait dans ces réactions quelque chose de l’ordre du rituel, de la liturgie, un besoin d’incarner et de faire corps. Cette liberté, il fallait qu’elle reprenne une forme, puisqu’on nous venez de nous démontrer qu’on pouvait nous la refuser d’une manière si brutale et si absurde.

    L’avantage ou l’inconvénient, je ne sais pas, de ce « je suis Charlie », c’est qu’il ne dit rien, c’est un slogan creux. C’est ce qui l’a rendu aussi efficace. Il est aussi devenu contradictoire, car être Charlie c’est une façon de ne pas l’être puisque ce slogan renvoie à la fois au consensualisme et à une forme de religiosité non assumée.

    Commentaire par Seb. — 14/01/2015 @ 22:04

  14. Charlie, cet adolescent tête à claque est mort, il en a rencontré un autre, un sacré con aussi celui là…..surenchère dans la dérision du caprice des petits dieux,éternel fromage/chantage, c’est enfantin, mais c’est notre époque , très gâté mais pas du tout satisfaite. Islam/islamiste vs gauche/gauchisme.
    En attendant, c’est l’anniversaire de l’affaire Dieudonné et sa fête…..RAS à la frontière de l’humour et de l’esprit….caca pipi vs la réalité et son absence, les médias sont dans leurs cacas, c’est le vrai stade des annales de l’Histoire de l’impression, t’y es où t’y es pas, doux jésus..ainsi sont ils.

    Commentaire par legrandjeu — 14/01/2015 @ 22:40

  15. Et moi Alliocha, je n’étais pas seulement Charlie et ne me retrouve pas dans votre remarquable texte. Aussi je me permets de vous transmettre le mien. Le voici ici : http://contre-regard.com/samedi-et-dimanche-je-ne-serai-pas-seulement-charlie/. Me permettez vous de reproduire le votre , dûment référencé bien entendu, dans mon blog? Bonne soirée

    Commentaire par michel santo — 14/01/2015 @ 22:43

  16. « Etre ou ne pas être Charlie ? telle est la question ». Non, je ne suis pas d’accord. C’est une fausse question. Je refuse ce choix.

    Le vraie question, que ce slogan « je suis Charlie » dissimule est : être ou ne pas être la France ?

    Nous avons eu nos 7 jours de fierté nationale et de Marseillaises, mais c’est déjà fini. France, nation, souveraineté, indépendance… seront à nouveau demain, comme depuis des décennies, des gros mots, synonymes de réaction, d’extrême-droite, de « repli frileux sur soi », de honte franchouillarde…

    Les Francais ont envie d’être la France, c’est un de leurs biens les plus précieux. Mais, être la France ?!…, quelle horreur pour les princes européistes et atlantistes qui nous gouvernent ! Ce « je suis Charlie » est une sorte de refuge, permettant de se dire français sans encourir de reproches, de le dire sans le dire vraiment, à la blague…

    Mais peut-être est-il temps d’être sérieux, adulte, à nouveau, enfin, de quitter l’adolescence post-soixante-huitarde indéfiniment prolongée…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 14/01/2015 @ 23:40

  17. A reblogué ceci sur sipeudebruit.

    Commentaire par rejannf — 15/01/2015 @ 01:52

  18. Eh bien oui, Charlie Hebdo c’était aussi le droit pour la satire de ne pas être objective. Et d’ailleurs comment pourrait-elle l’être ? Puisqu’on parle de tradition, qu’on remonte aux fabliaux et aux contes rabelaisiens, dont s’inspirait Voltaire !

    Commentaire par rejannf — 15/01/2015 @ 01:57

  19. Oui la charlia est en marche et je suis rassurée de lire sur ce blog que je ne suis pas seule à ne pas en faire partie et que d’autres se posent aussi des questions. Je trouve dangereux tout ce que cache cet emballement soudain et hypocrite pour un journal au bord de la faillite et j’ai peur que nous en arrivions à des discriminations et jugements rapides pour autoriser une dictature dans la liberté d’expression.
    Je voulais ici souligner qu’aux USA les journaux n’ont pas publié les photos de Charlie Hebdo , c’est un pays vraiment laïque qui permet la pratique de toutes les religions et n’interdit pas que vous en portiez les signes. La France est un pays athée où la religion n’est ni respectée ni prise au sérieux.
    Il en va pourtant de la dignité humaine au même titre que la couleur de peau. On peut comme Plantu en rire …  » MAIS « . .. ( voir le nouveau dessin de ses confrères le concernant ) il y a des limites quand l’insulte n’est que vulgaire. En faire l’emblême de notre culture et notre nouvelle Bible est dangereux.

    Commentaire par Scaramouche — 15/01/2015 @ 03:29

  20. Charlie Hebdo était sale bête méchant sectaire vulgaire irrespectueux ?
    C’était donc presqu’une religion.
    Presque parce qu’eux n’ont jamais tué personne en vertu ou au nom de leurs croyances ou opinions !
    Ils n’ont jamais agi ou manifesté contre les droits fondamentaux des autres !
    Ils n’ont fait que mettre en évidence les horreurs commises au nom de pseudo dieux dont le seul discours est « ‘croyez bêtement et faites ce que je vous dis de faire sinon… ».
    Ils ont caricaturé des croyances ou des discriminations mais n’ont jamais stigmatisé personne en tant qu’individu.

    Bref Charlie Hebdo n’était pas votre tasse de thé ?
    Ne l’achetez pas mais ne le jugez pas vous n’en n’êtes pas dignes !
    N’oubliez jamais que pour demander le respect il faut d’abord être respectables !

    Commentaire par Incredule — 15/01/2015 @ 07:33

  21. Chère hôtesse,
    Après un long silence, Philarete vient de poster ce billet (https://lescalier.wordpress.com/2015/01/14/je-suis-perplexe/). Qu’on soit ou non d’accord avec chacunes de ses réflexions, il apporte je croie un point de vue très enrichissant sur ce qui se joue, en profondeur.

    Commentaire par Kaeldric — 15/01/2015 @ 08:28

  22. […] La suite en cliquant sur: ici  […]

    Ping par Contre-Regards » Etre ou ne pas être Charlie, là est donc la question/ La Plume d’Aliocha — 15/01/2015 @ 09:07

  23. @ Incrédule

    Je n’achetais pas Charlie Hebdo
    Le fait qu’ils aient été tués est horrible mais je n’achéterai pas quand même pas Charlie Hebdo parce que ce n’est pas ma tasse de thé.
    Autant dire que je me moque de leur message et que pour moi seule compte la mort tragique de toutes les victimes.
    Chacun ses croyances sexe ou fric ses béquilles alcool ou drogues ou prières peu importe et il ne vous a pas échappé que ce n’était pas la question ici.

    Mais vous dites qu’il n’ont « caricaturé personne en tant qu’individu » et là je réagis car il me semble que vous ne lisiez pas ce journal attentivement si j’en juge par ce qu’on nous montre actuellement .

    Indépendamment des croyances je pense que le Pape a droit au respect en tant qu’être humain,or il a êté insulté au-delà des limites permises . Je gage que si nous avions représenté le chef de l’Etat fesses à l’air en train de forniquer il y aurait eu quand même quelques réactions .. Permettez-moi ici de saluer la tolérance carholique.

    Commentaire par Scaramouche — 15/01/2015 @ 09:10

  24. Bonjour Scaramouche,
    Vous oubliez la une avec le zizi de Hollande declamant « moi president » !

    Commentaire par Maelle — 15/01/2015 @ 09:19

  25. Bonjour chère hôtesse

    Je ne suis pas Charlie
    mais grâce à France 2 et à sa journaliste politique je serai tondu puis rééduqué.

    Elise Lucet : « On parle beaucoup depuis quelques jours, Nathalie, d’unité nationale mais attention toute la France n’était pas dans la rue hier ».

    Nathalie Saint-Cricq : « Ah non Elise faut pas faire preuve d’angélisme. C’est justement ceux qui ne sont pas « Charlie » qu’il faut repérer*, ceux qui, dans certains établissements scolaires ont refusé la minute de silence, ceux qui « balancent » sur les réseaux sociaux et ceux qui ne voient pas en quoi ce combat est le leur. Eh bien ce sont eux que nous devons repérer, traiter*, intégrer ou réintégrer dans la communauté nationale. »

    L’ombre d’Orwell, quoi!

    Bonne journée à tous.
    Scaramouche votre pugnacité fait plaisir à lire…

    Commentaire par araok — 15/01/2015 @ 09:20

  26. @Scaramouche,
    Je suis bien d’accord avec vous,
    Cette publication est une poubelle de pensées beaucoup trop souvent nauséabondes, mais tout en tolérant aux limites sa parution je n’y souscris aucunement (voir mon pamphlet ci-dessus)
    Le sang versé est un malheur qui glace tout un chacun et montre l’inhumanité de cette secte diabolique
    Merci à notre hôtesse pour sa tolérance quant à nos expressions

    Commentaire par zelectron — 15/01/2015 @ 09:23

  27. Pour tous : une magnifique lettre :
    Lettre ouverte au monde musulman :
    http://m.marianne.net/Lettre-ouverte-au-monde-musulman_a241765.html

    et
    Pour mes élèves de Seine Saint-Denis :
    http://tailspin.fr/post/107696839163/pour-mes-eleves-de-seine-saint-denis

    Commentaire par argone — 15/01/2015 @ 09:28

  28. On s’extasie devant l’union nationale retrouvée, comme par miracle, grâce à ce merveilleux cri de ralliement « je suis Charlie ». Vaste blague ! pour ne pas dire sinistre foutaise ! Ce « je suis Charlie » est déjà source de discorde nationale, une de plus…
    ET M. Hollande, je l’ai entendu ce matin à la radio, qui assimile Charlie Hebdo à la Culture, à l’Esprit de la France !
    Quand la borne est dépassée, il n’y a plus de limite.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 15/01/2015 @ 09:37

  29. Il ne vous aura pas échappé Denis Mono-Broca, que même Aurélie Filipetti a dit de Hollande qu’il n’avait aucune culture ! Donc, il ne faut pas l’écouter quand il parle culture : il ne sait pas ce qu’il dit…
    Quand à Charlie Hebdo, il ne faut pas oublier qu’ils ont payé de leur vie pour de la provocation certes, mais seulement de la provocation. Comme disait Camus : l’absurde, c’est la raison lucide qui constate ses limites. La société n’est plus assez lucide pour faire le constat de ses limites.D’où l’absurdité de vouloir faire croire à tout le monde qu’il faut être Charlie. Ce sont les nouvelles normes de pensées dirigistes. Elles se pratiquent en faisant la confusion des genres…..
    Je le répète, au-dessus de Charlie Hebdo, il y a la France.

    Commentaire par Dorine — 15/01/2015 @ 09:55

  30. Juste après l’attentat en ce 7 janvier, je surfais fébrilement sur le net à la recherche d’informations.
    J’ai très vite vu arriver le slogan #JeSuisCharlie chez @Nain_Portekoi qui relayait via @sylvainzim le # créé par @joachimroncin (6.000 followers).
    Le slogan initial a été posté à 12h52. A 15h00, il était déjà viral et envahissait la toile et les media.
    A ce moment là nous disposions de très peu d’information si ce n’est le nom des journalistes et les métiers des anonymes victimes.

    Ce slogan verbalisait pour moi une grande émotion qui laisse sans voix face à ces exécutions insensées.
    « j’ai fait cette image parce que j’ai pas de mots » explique @joachimroncin. C’était exactement ce que je ressentais.

    Et par ailleurs, c’est à JF Kennedy et son « Ich bin ein Berliner » lancé en 63 en soutien des berlinois de l’Ouest encerclé par les soviétiques que ce slogan faisait écho chez moi.

    Les considérations, justifications, raisonnements intellectuels dans un sens comme dans l’autre (Je suis/Je suis pas) me semblent tellement futiles.
    Pour ma part, j’ai adhéré immédiatement sans pour autant oublier toutes les autres victimes dont le nombre augmentaient pendant ces jours.

    Voilà mon ressenti.
    Bien à vous Aliocha

    Commentaire par LPF — 15/01/2015 @ 10:36

  31. « Je m’étonne d’ailleurs que personne encore à ma connaissance n’ait rédigé un article ou préparé une émission rappelant cette belle tradition. » Dès le lendemain de l’attaque, l’émission l’instant M, de Sonia Devillers, faisait une excellente émission sur l’histoire des caricatures en France. Pour la réécouter, c’est ici : http://www.franceinter.fr/emission-l-instant-m-les-ancetres-de-charlie-hebdo

    Commentaire par Mona M — 15/01/2015 @ 11:05

  32. Merci pour ce beau billet auquel je souscris totalement. Je suis vraiment frappé de la similitude d’arguments entre catholiques qui se pincent le nez (tous ne le font pas d’ailleurs, comme quoi ce n’est pas un absolu) et musulmans. Pas d’amalgame bien sûr, mais quand même c’est un peu la même ligne argumentative. Ca me choque terriblement, c’est aussi un peu comme « ma foi avant mon pays ». Je rappelle pour la nième fois que sur les 52 dernières unes de Charlie, il y en avait 3 sur les croyants. Ce ne serait pas regarder le doigt pendant qu’on montre la une ? La grande majorité était de politique intérieure, et même si de gauche et d’extrême gauche, ils n’ont jamais épargné Hollande. Je ne les lisais plus, et ce n’est pas tant les religions que leur sexisme qui a fini par me lasser. Mais je pense quand même qu’ils sont des héritiers des Lumières, de ceux qui déboulonnent les idoles, toutes les idoles, et nous aidaient à penser hors dogmes et idéologies. Oui c’est de la pure culture française. Croyants identitaires, extrême droite ou extrême gauche complotiste… je préfère être au centre cette fois ci, on est mieux entourés.

    Commentaire par eczistenz — 15/01/2015 @ 11:25

  33. Il y a, Eczistenz, une grande différence entre « se pincer le nez » et exécuter quelqu’un ! Quel bel amalgame !
    Vos propose me font penser à cette magnifique phrase de Pierre Arditi dans On Connaît la Chanson : « Tu me demandes d’être d’accord et d’être content d’être d’accord ».

    Commentaire par Maelle — 15/01/2015 @ 11:35

  34. Pour vous ma chère Dorine et un peu pour les autres.
    http://descartes.over-blog.fr/2015/01/nous-avons-maintenant-des-raisons-d-etre-optimistes.html

    Commentaire par legrandjeu — 15/01/2015 @ 11:44

  35. @ 8 – Béatrice : dans votre commentaire vous affectez d’ignorer que le mot « âme » a plusieurs acceptions. Je ne prenais pas ce mot dans son sens religieux. Je respecte les croyances de tous, mais je n’admets pas les fanatismes et les intégrismes qui conduisent à des comportements horribles, barbares, inhumains au nom de la foi. En dehors de la laïcité, comment vivre ensemble et en paix ?

    Commentaire par Bonnet Francis — 15/01/2015 @ 12:20

  36. Maëlle, je dis juste que c’est dans la même ligne argumentative, tout en admettant, comme vous le dites qu’ il y une – très – grande différence…. Le « sacré » religieux, par définition, est hautement difficile à gérer dans un Etat laïque. Peut être qu’on choque les bouddhistes à manger de la viande en fait… Ca me fait penser à « La Vie de Brian » des Monty Python, avec les adorateurs de la sandale perdue de Brian, qui se frittent avec d’autres adorateurs de je ne sais plus quel accessoire…
    Personne ne demande de participer unanimement au concert de louanges ou d’hypocrisie. Je ne jette pas l’anathème par ailleurs, je préfère le débat sur « ce qui nous rassemble », pour résumer. Celles et ceux qui parlent de valeurs chrétiennes bafouées en tout premier me paraissent bien seuls ou isolés en fait, et je pense qu’ils devraient se questionner sur la façon dont ils voient et vivent au quotidien ces valeurs, puisque nombre de catholiques n’ont pas ces vapeurs à se rassembler.
    Mais on a aussi le droit de trouver vos arguments au mieux inadaptés, au pire puants, comme certains ici sur ce fil (pas vous bien sûr). Jeff chez Koz dit très bien ce que je pense « En ces temps dramatiques et troublés, il faut effectivement se concentrer sur l’essentiel et ne pas mégoter sa solidarité ni exprimer des réserves sur des victimes qui ne seraient pas si « innocentes » que cela (la pente serait vraiment trop glissante vers l’innaceptable « après tout, ils l’ont bien cherché ». Je trouve que Aliocha se concentre très très bien sur l’essentiel justement.

    Commentaire par eczistenz — 15/01/2015 @ 12:30

  37. Etre ou ne pas être Charlie, là est donc la question, oui, version torture, les merdias nous sommes et les masses se l’arrachent, fabrication de la folie par les experts du sociétal qui partent toujours dans le décors, le syndrome IKEA. On est à des années lumières de Shakespeare où peut être pas, être au moins deux où être atomisé. Allo meetic !

    Commentaire par legrandjeu — 15/01/2015 @ 13:06

  38. nous somment, excusez. Cela évoque aussi le sommeil, de gens agités mais las.

    Commentaire par legrandjeu — 15/01/2015 @ 13:09

  39. Toutes les vies ne se valent pas. Force est de constater que le millier de nigérian mort de la main des terroristes à peu près en même temps que les caricaturistes « valent moins » au yeux de la majorité.
    Comme il y a un près 100 fois plus de victimes au Nigéria, on peut en déduire que pour ceux qui disent « je suis Charlie » un blanc (arabe inclus) vaut plus que 100 noirs.

    Commentaire par Tortuga — 15/01/2015 @ 13:11

  40. Charlie Hebdo a été condamné il y a quelques années à 90 000 € de dédommagements pour avoir censuré un de ses journalistes (il a été viré pour un de ses articles). On fait mieux comme défenseur de la liberté d’expression.

    Commentaire par Tortuga — 15/01/2015 @ 13:25

  41. @ Tortuga
    Et quest-il arrivé à Siné ?
    Maintenant on cherche des poux dans la tête à Bedos .. ( cf le Point) pour des propos tenus il y a des années…
    Dites-moi donc où étaient tous ces fanas de Cherlie Hebdo alors qu’il était quasi en faillite et que personne l’achetait .?
    Bien sùr que toutes les vies ne se valent pas, force est de constater la puissance mondiale des journalistes quand on touche a un des leurs , ils font et défont l’opinion à notre époque et unanimement programment tous la même vision . Avec les Nigériens quid des chrétiens d’Orient?
    Ce qui est lassant c’est la suite de nouvelles au conditionnel qui est leur mode préféré de conjugaison jusqu’à saturation de suppositions dans les passages télévisés où ils remplissent les vides.

    @ maelle
    Je ne me consolerai pas de n’avoir pas vu de journal avec le zizi de Hollande . Suis-je la seule ? 😃
    Il a du être retiré de la publication rapidement… (Encore et toujours des frustrations ..)

    @ ecsistenz

    « C’est difficile à gérer  » dans un état athée mais pas dans un état laïque ( cf Angleterre et US entre autres) où chacun peut tranquillement et ostensiblement porter sa croix son foulard ou son balai de sorcière au Congrés ou au Sénat. ..ce qui ne veut pas dire que par ailleurs ils sont des bisounours .
    Je ne pense pas qu’ici quelqu’un ose faire un parallèle entre un  » délit d’opinion  » des caricatures provocantes et un assassinat sauvage . Il est seulement question d’élever ou non Charlie Hebdo à la représentation nationale et de tolérer les goùts de chacun ,…or ça prend mauvaise tournure.

    (Ne m’en veuillez pas  » je suis Canard » !! )

    Commentaire par Scaramouche — 15/01/2015 @ 14:52

  42. Scaramouche : sauf que culturellement nous ne sommes pas les USA ou l’Angleterre. Nous ne sommes pas un Etat athée mais un vrai Etat laïque, où la religion n’entre pas dans le débat public (et tant mieux), sauf à travers les valeurs que les croyants diffusent dans la vie quotidienne. Là bas on respecte plus les religions certes mais ca n’empêche pas les migrants d’être aussi peu intégrés qu’en France, voire encore moins. Des enquêtes après le 11/09/2001 avaient montré qu’aux USA et en Angleterre, les 3/4 des musulmans pensaient que c’était la CIA et le Mossad qui avaient organisé les attentats. En France, c’était la proportion inverse… Exclus, stigmatisés et discriminés en France mais quand même mieux intégrés au débat public.

    Commentaire par eczistenz — 15/01/2015 @ 16:27

  43. Oui beaucoup de Charlie’s dans les articles phares de WordPress et dans le coup plus de place pour le reste … sniffff 😦

    Commentaire par Lunesoleil — 15/01/2015 @ 17:53

  44. Les USA sont le pire exemple qui soit : un pays où les athées sont discriminés, où les religions tiennent le haut du pavé au point d’être exemptées d’impôt, où les prières publiques sont monnaie courante et où la séparation de l’Eglise et de l’Etat est un problème permanent et loin d’être réglé.

    Commentaire par Yogi — 15/01/2015 @ 18:40

  45. Sortie de la religion…
    Toute la question est de savoir ce qu’on entend par religion.
    C’est Marcel Gauchet qui a dit aussi que le judéo-christianisme était la religion de la sortie de la religion, autrement dit la pensée qui permet la sortie hors de la superstition.
    Il y a religion et religion : il y a les religions installées, institutionnalisées, s’appuyant sur la raison, sur des textes, acceptant la confrontation et la remise en cause, et il y la religion instinctive, primitive, superstitieuse, sacrificielle. Celle-ci n’est jamais complétement absente de celles-là, qui tant bien que mal la contrôlent.
    Bannir ces religions installées, et donc visibles, critiquables, armées contre les excès de la superstition, c’est prendre le risque de retomber dans la religion des origines, toujours prête à refaire surface avec son cortège de violences.
    C’est bien ce qui se passe.
    C’est bien ce qui se passe chez les fanatiques, incontrôlables, isolés, qui viennent nous frapper, persuadés du bien-fondé de leurs actions.
    Et c’est bien ce qui se passe chez nous qui envoyons nos chasseurs-bombardiers et autres drones tuer à distance, comme si cela pouvait avoir, en quoi que ce soit, un effet bénéfique. Et la manifestation de dimanche s’apparentait fort à un rituel primitif d’adoration de l’Intouchable Liberté d’Expression, et de vénération de ses héros et martyrs.
    Si nous voulons, au bord du précipice, nous redresser, le salut est dans la sagesse, les leçons, le savoir accumulé des textes bibliques. Ils peuvent nous montrer la voie vers la conscience de soi et des autres, vers la raison, vers l’avenir.
    On peut bien sûr aussi croire que le cri de ralliement « je suis Charlie » aura des effets miraculeux…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 15/01/2015 @ 19:31

  46. – et donc maintenir ipso facto les religions « institutionnelles » en place ?

    Commentaire par zelectron — 15/01/2015 @ 19:57

  47. Entre autres dégueulasseries, à la suite du massacre, c’est le mauvais procès que l’on fait à Olivier Cyran, ancien journaliste de Charlie (et fondateur du mensuel CQFD), qui avait écrit il y a un an pour le site d’Article XI un article pointant la dérive islamophobe de Charlie-Hebdo. On peut contester ce point de vue (pourtant parfaitement documenté me semble-t-il), de là à accuser Cyran d’avoir armé le bras des assassins de ses anciens collègues, c’est monstrueux. Voir ici la réponse d’Article XI qui assume, c’est tout à son honneur, l’article de Cyran :
    http://www.article11.info/?Aux-fossoyeurs-de-tous-bords#pagination_page

    Commentaire par Varlin — 15/01/2015 @ 20:24

  48. @ zelectron

    Les religions institutionnelles – dans lesquelles on peut inclure d’une certaine manière la laïcité d’ailleurs – valent mieux que les religions spontanées qui prennent leur place des qu’elles en ont l’occasion. Oui, c’est ce que pense, même si je ne suis pas sûr de bien exprimer ma pensée.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 15/01/2015 @ 20:59

  49. @yogy
    Patriot Act exclu il y a une bien plus grande liberté d’expression aux USA qu’en France. Allez donc comme je l’ai entendu là-bas faire ouvertement chez nous l’apologie du nazisme comme je l’ai entendu sur Fox News ! Le fait chez-eux de pouvoir porter un voile ou la croix dans les édifices publics ne signifie pas une dépendance ou un prosélytisme mais la liberté de chaque individu à s’habiller comme il le souhaite . Quant a dire qu’ils ne réussissent pas l’intégration alors que c’est un pays où tout le monde a des origines diverses et différentes plus ou moins lointaines …que tout le monde se mêlange …c’est plutôt comique .
    Avec la Russie c’est bien le pays le plus patriote qui soit , (excluons les manifestations chinoises orchestrées ) aux USA les différentes éthnies peuvent s’affronter comme partout mais jamais personne n’osera piétinner le drapeau comme on l’a vu dans certains stades en France . Ils sont d’abord Amêricains avant tout et fiers de l’être, je ne peux pas en dire autant de beaucoup d’anciens et nouveaux Français chez nous.
    Nous avons comme principal défaut de critiquer et dénigrer tout sans cesse avec paradoxalement l’illusion de croire que nous sommes supérieurs aux autres , que détenons la vérité l’invention de la Liberté et l’intelligence suprême. Or les faits nous donnent tort et si les gens sont . » Charlie  » ils ne sont pas pour autant patriotes . Quand certains comme Dorine disent sur ce forum  » et la France  » ils ne trouvent guère d’écho.
    Et c’est ce que je n’aime pas avec l’affiche Charlie , nous sommes unis avec un drapeau pas avec un nom de journal.

    @ Denis Monod Broca

    Je suis pleinement d’accord , les belles « valeurs républicaines » dont on nous rebat les oreilles puisent leur origine dans la religion , un peuple ne peut fonctionner sans morale c’est à dire notion du bien et du mal et un individu ne peut vivre sans béquilles .espoir etc Les religions spontanées sectes et autres naissent en force dès qu’on éradique les anciennes parce que l’être humain en a besoin mais malgré les orages et les veaux d’or passagers ce sont les anciennes qui perdurent dans le temps .
    Je ne sais pas si je vous ai bien compris mais c’est ce que je crois

    Commentaire par Scaramouche — 16/01/2015 @ 03:47

  50. @ Scaramouche

    Oui, c’est bien ça.
    Ce qui est solide c’est de croire (et douter) en sachant qu’on croie (et qu’on doute), comme s’efforcent de le faire, plus ou moins bien, les religions installées.
    Ce qui est dangereux c’est, à un extrême, d’avoir des certitudes intouchables, et à l’extrême opposé de croire qu’on ne croit en rien.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 16/01/2015 @ 10:18

  51. Ce qui me sidère, c’est cette histoire de théorie du complot qui se répandrait dans certains esprits.
    Quand je pense à toutes ces célébrités imbéciles qui remettaient en cause le 11 septembre !
    Enfin cette propension à inventer n’importe quoi quand la réalité est insupportable ou incompréhensible, plutôt que de l’affronter ou de l’analyser, on en a déjà beaucoup parlé ici même …

    Commentaire par Maelle — 16/01/2015 @ 10:55

  52. @Denis et Scaramouche
    J’aime bien la phrase d’Aurélie Filipetti « reconnaissons que les religions n’ont jamais été des écoles d’émancipation ». Et bien non, je ne reconnais pas ! Je pense même que ça a été assez souvent l’inverse. Comment peut-on affirmer un truc pareil sans au moins argumenter ? Et pourquoi les autorités religieuses seraient mises au ban de la discussion nationale ? C’est avec des personnalités comme cette dame qu’on va faire avancer le Schmilblick, c’est sûr !

    Commentaire par Maelle — 16/01/2015 @ 11:01

  53. Bon dans l’énervement j’ai écorché le nom de cette sympathique zélote : Aurélie Filippetti …

    Commentaire par Maelle — 16/01/2015 @ 11:03

  54. @Denis Monod-Broca (50)
    J’avoue ne pas comprendre se que peut signifier « croire qu’on ne croit en rien », et par la même la dangerosité associée…

    Commentaire par Kaeldric — 16/01/2015 @ 11:08

  55. @Maelle
    Vous réfutez l’affirmation de Filipetti et vous lui reprochez de ne pas argumenter mais vous n’avancez aucun argument autre que « je ne suis pas d’accord ».
    C’est un peu court.

    Commentaire par Incredule — 16/01/2015 @ 11:36

  56. @ Kaeldric

    Ces gens qui se fichent de toutes les croyances et affirment ne croire en rien eux-mêmes se trompent. On croit toujours en quelque chose. Ne serait-ce que dans le sens des affirmations qu’on profère. Le danger vient de ce que beaucoup de nos dirigeants tombent dans ce piège, croire qu’ils ne croient en rien. Ce qui est important, c’est d’être conscient et lucide quant à ses propres croyances. Enfin, je crois…

    @ Maelle

    Je crains que cette « théorie du complot » ne soit encore une façon de mettre tout le monde au pas. Il est étrange de voir tous ces défenseurs autoproclamés de la liberté d’expression s’agiter pour interdire toute expression ne leur convenant pas. En dignes héritiers de ceux qui écrivaient sur les murs de Paris l’absurde slogan « il est interdit d’interdire », ils trouvent tout naturel à leur tour d’interdire…

    A propos de Filipetti : le développement de l’humanité s’est fait par les religions, donc sa phrase est idiote. Les religions, les églises et autres chapelles, sont critiquables, évidemment, elles sont intrinsèquement conservatrices, etc. mais ne pas voir au-delà de ça est signe d’un aveuglement coupable.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 16/01/2015 @ 12:00

  57. @ Denis Monod-Broca
    Merci pour votre éclaircissement. C’est donc sur le sens du mot « croire » que nous divergeons. Quand je dis « je ne crois en rien », je ne dis pas « rien n’existe », « il n’y a pas de sens »…
    « Je ne crois en rien » veut dire, en tout cas pour moi, je ne « choisis » pas de considérer comme vrai ceci ou cela. « Croire », par opposition à « savoir », « déduire », « connaître » recouvre une notion supplémentaire, une volonté de l’esprit d’adhérer. Je ne suis ni philosophe ni religieux, mais j’avis cru voir qu’il existe chez certains catholiques une opinion que je résume, sans doute mal, par « c’est parce que je ne sais pas que je peux croire ». Ou trivialement: croire en Dieu, sans preuve, en étant conscient qu’il n’y a pas de preuve, est donc un choix, un acte volontaire, une adhésion.
    « Je ne crois en rien » est justement pour moi une forme de rasoir d’Ockham. Si une hypothèse n’est pas nécessaire, on s’en passe. Jusqu’à ce que des éléments la rendent nécessaire. Je ne prétends pas connaitre la Vérité, mais simplement avoir l’explication la plus rationnelle avec les faits pour l’instant à ma connaissance. Si des faits apparaissent qui ne cadrent pas avec mon modèle actuel, et bien il bougera. Autant de fois que nécessaire. Toujours incomplet.

    Commentaire par Kaeldric — 16/01/2015 @ 12:18

  58. Je vous remercie Denis Monod Broca de votre argumentation qui éclaire beaucoup d’aspects sur les religions. Et en y réfléchissant, je voudrai apporter un éclairage supplémentaire.

    La différence entre les religions institutionnalisées et les autres, je la ferai plutôt porter entre l’idolâtrie d’origine païenne et propre à l’humain, et les religions du Livre, comme disent les musulmans, qui ont une relation différente à Dieu. Nous devons cet apport à Israël qui est doucement passé au fil des âges, d’une mono idolâtrie à un monothéisme, en introduisant une relation à Dieu, un échange de personne à personne (même si la créature n’a pas la connaissance qu’a Dieu), une relation d’Amour, en demandant à Dieu de se nommer, et pouvoir l’appeler autant que Lui peut appeler l’Homme par son nom.
    Le Cardinal LUSTIGER, avec cette provocation qu’il aimait bien utiliser, disait que l’occident avait récupéré le christianisme primitif en le posant sur un fond de paganisme dont il n’arrivait pas à se débarrasser. En fait, la tentation de l’idolâtrie colle à l’humain. Elle explique le dérapage de certains pans des monothéismes, en remplaçant le Dieu Amour et personnel par une idolâtrie morbide. Cela dérape vite sur une interprétation littérale des textes et un oubli de ce que veulent transmettre les monothéismes : l’Amour, la Paix et la justice.
    Dans ce sens, je mettrais plus volontiers la laïcité dans le secteur idolâtrie pour la bonne raison qu’elle ne s’adresse pas à une personne avec qui on peut entrer en relation, mais à une idée ou un comportement.

    @Maelle : au cours de l’histoire, le christianisme a prouvé qu’il était une école d’émancipation en même qu’une école de pardon. Mais les mauvaises langues ne retiennent que les heures sombres de l’histoire de l’Eglise. Qui correspondent peut-être aux périodes où la tentation de l’idolâtrie prévalait sur l’héritage évangélique.
    Vous avez un livre intéressant de Fabrice HADJHADJ qui s’appelle « l’athéisme dépassé ou le Foi des démons » qui n’hésite pas à pointer du doigt les dérives idolâtres qui peuvent tenter les chrétiens au cours de l’histoire, mais montre aussi toute l’idolâtrie de la société que nous ignorons par méconnaissance ou indifférence.

    Commentaire par Dorine — 16/01/2015 @ 12:24

  59. (mémo => déisme, agnosticisme, athéisme avec toutes les variantes et nuances de chacun)

    Commentaire par zelectron — 16/01/2015 @ 12:33

  60. @Incredule
    Ce qui me déplaît fortement dans ces propos de A. Filippetti, c’est qu’elle débute sa phrase par « convenons », alors que ce n’est en rien un postulat sur lequel tout le monde est d’accord, c’est simplement son opinion. Et sa grande réticence à parler avec des responsables religieux sous couvert de laïcité est simplement irresponsable de la part d’une femme politique.
    Il est certain que toutes les religions ont été et sont à certains moments de leur histoire, dans certaines de leur chapelle, pour certains individus qui s’en réclamaient des facteurs d’obscurantisme. Mais les réduire à cela, ne pas voir qu’elles ont été que ce soit du point de vue de l’histoire des hommes (et aussi dans l’expérience que chacun peut avoir de sa foi) un facteur d’émancipation n’est pas très honnête.
    Vous savez dans le catholicisme la foi ne se comprend que son lien avec la raison. DMB a bien raison de voir dans les religions un rempart contre le mysticisme. Un exemple précis qui me vient rapidement à l’esprit : le christianisme en rappelant, en particulier au Moyen Age, l’exigence qu’un mariage soit librement consenti par les deux époux exprimait son désaccord, au moins théorique, contre les mariages arrangés.

    @Kaeldric
    Guillaume d’Occam était un homme d’Eglise ! Je ne suis pas sure qu’il serait content de la façon dont vous utilisez son rasoir !

    Commentaire par Maelle — 16/01/2015 @ 13:13

  61. Zut, je suis fatiguée aujourd’hui, la phrase commence par « reconnaissons ».

    Commentaire par Maelle — 16/01/2015 @ 13:14

  62. Gageons que la cérémonie des obsèques de Charb ne fasse pas grand chose pour l’unité nationale Non que je trouve à redire à l’allocution du premier du parti communiste ni à çelle de ses amis mais tous ces poings levés et l’Internationale en prime c’était peut être un peu éxagéré ????

    John Kerry est venu avec retard.. On peut comprendre l’enthousiasme mitigé d’un pays où toutes les religions sont respectées et qui ne penche pas vraiment à gauche ( litote)

    Commentaire par Scaramouche — 16/01/2015 @ 13:22

  63. @Maelle
    Preuve de mon œcuménisme, une idée peut être bonne d’ou qu’elle vienne 😉
    Même un athée comme moi ne condamne pas la religion pour tout en tout temps et en tout lieu… Pour s’émanciper du mode de vie trop « laxiste » d’Angleterre, les quakers sont partis peupler le nouveau monde. Même un bloc aussi « solide » que l’église catholique (structure pyramidale…par opposition aux religions plus décentralisées) a connu ses tensions internes, qu’on peut lire comme des émancipations face à la doctrine en place (conflits entre dominicains, franciscains, jésuites…).

    Commentaire par Kaeldric — 16/01/2015 @ 13:35

  64. Si je créais un mouvement politqiue, je ne l’appellerais pas « nous pouvons », sur le modèle de « Podemos » ou de « yes, we can », car cette affirmation est à la fois mensongère et prétentieuse, je l’appellerais « nous croyons », qui est une vérité universelle, même si nous ne croyons pas tous identiquement.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 16/01/2015 @ 16:11

  65. Concernant Mme Filippetti, peut-être est-il opportun de rappeler que selon certains, Mahomet a permis d’améliorer en son temps le statut des femmes, en codifiant par exemple un droit à la propriété, à la succession, au divorce… pas mal à l’époque, pour une religion qui n’est pas vue comme des plus bienveillante pour les femmes aujourd’hui.
    Réduire la religion à ce qu’on en perçoit (ou choisit d’en percevoir) aujourd’hui ne va pas dans le bon sens… à mon avis.

    Commentaire par Zarga — 16/01/2015 @ 18:35

  66. @ Scaramouche :
    « Patriot Act exclu il y a une bien plus grande liberté d’expression aux USA qu’en France » : Non. Pour les athées obtenir la liberté d’expression aux US est un combat permanent qui doit souvent passer par les juges http://www.reuters.com/article/2011/08/12/us-atheists-arkansas-idUSTRE77B05020110812

    Faire la promotion du nazisme ne pose guère de problème en effet. Mettre en doute l’existence de Dieu est beaucoup plus problématique, avec de multiples conséquences sur votre vie professionnelle et sociale http://www.huffingtonpost.com/2014/01/16/atheists-discrimination_n_4413593.html
    6 Etats américains par exemple ont des lois contre l’élection de personnes athées. Mais rassurez-vous on les remercie bien pour leur acceptation du nazisme.

    Commentaire par Yogi — 16/01/2015 @ 18:56

  67. @Scaramouche
    Vous avez en partie raison. Mais je crois surtout qu’il s’agit d’une grosse erreur d’appréciation de la part des autorités américaines qui n’ont pas vu ce qui se passait, n’ont pas compris le symbole. Ce n’est pas très positif pour B. Obama qui a déjà la réputation de beaucoup tergiverser. Je ne crois pas me tromper en disant que quelques conseillers vont avoir leurs oreilles qui chauffent ! J. Kerry est obligé aujourd’hui à Paris de ramer, ramer, ramer … Pour être juste, je pense que si cela n’avait tenu qu’à lui il serait venu dimanche.

    Commentaire par Maelle — 16/01/2015 @ 18:58

  68. Bush, Obanania, Kerry, tous des administrateurs de l’Administration, façade de la FED qui banque à droite à gauche, comme cheux nous, pure roman pour charlie/ charlot. Pour eux, il n’y a de bonne pensée que monnaie.

    Commentaire par legrandjeu — 16/01/2015 @ 21:19

  69. @ Maelle

    C’était difficile pour Obama de sauter à pieds joints dans la manif avec le tea party les républicains sans compter ses propres partisans qui jugent Charlie Hebdo plutôt sulfureux et ce n’est pas les funêrailles de Charb qui vont les détromper. . Mais nul doute que Kerry était content de venir.
    De plus Hollande était content qu’Obama n’ait pas fichu la pagaille avec les contraintes de son service de sécurité.

    @Yogi

    Ce n’est pas dans les journaux quels qu’ils soient que je puise mes sources et me fait une opinion mais par mon vécu et mon expérience . Jamais vu de persécutions ou discriminations concernant les athées !

    Commentaire par Scaramouche — 16/01/2015 @ 22:54

  70. @ Scaramouche : Moi dans mon vécu et mon expérience, je n’ai jamais vu de terroriste. Ça n’existe pas.

    Commentaire par Yogi — 17/01/2015 @ 00:18

  71. C’est normal pour un Yogi, il ne sort jamais de chez lui, hi, hi

    Commentaire par legrandjeu — 17/01/2015 @ 01:59

  72. Un yogi est toujours en quête spirituelle et la nature a horreur du vide , je comprends son impatience mais il ne faut pas désespérer si les choses continuent dans la lancée il verra les terroristes un jour à sa porte .
    J’ai toujours du mal à comprendre l’animosité faite d’envie et de haine contre l’Amérique , ils ont assez de défauts sans en rajouter et comme chez nous les exceptions confirment la règle .
    Question liberté et respect de l’individu c’est encore un des derniers bastions et on en revient au sujet: les limites de cette liberté existent quand est atteint celle de l’autre. Ainsi les nouvelles parutions de Charlie Hebdo qui sont la cause des églises brûlées au Pakistan et des émeutes autour des ambassades sont peut-être une provocation criminelle et inutile.

    C’est ça ma question. Doit-on continuer dans ce sens ou arrêter de provoquer?

    Commentaire par Scaramouche — 17/01/2015 @ 09:19

  73. @ Scaramouche :
    1) Dans les défauts de l’Amérique il y a la religiosité, il est inutile de le nier. Puisque ça a l’air de compter pour vous, sachez que j’ai vécu et travaillé là bas.
    2) Que je sache, les Pakistanais n’ont pas l’obligation d’acheter ni même de lire Charlie Hebdo. Je ne vois donc pas de quoi ils se mêlent. Moi-même je suis choqué que le Coran me condamne à la mort ou à la sujétion, ce qui me paraît pire que les caricatures de Charlie. Je ne fais donc pas du Coran mon livre de chevet, mais n’ai pour autant pas l’intention de bruler une ambassade.

    Commentaire par Yogi — 17/01/2015 @ 15:19

  74. et pourtant, si on excite un cobra avec un stylo ou en lui tirant la langue , il ne faut pas s’étonner du résultat !

    Commentaire par zelectron — 17/01/2015 @ 15:29

  75. @ zelectron : Vous voulez dire que la religion ramène l’homme au rang du reptile, dénué de raison et n’agissant que par réflexe animal ? C’est cela ?

    Commentaire par Yogi — 17/01/2015 @ 17:41

  76. Remarquable article de Pascale Robert-Diard sur la jurisprudence relative à la liberté d’expression, les caricatures etc, d’où il ressort, me semble-t-il, qu’on ne juge pas l’humour ! ….http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2015/01/17/satire-et-droit-a-lhumour-un-si-long-combat-judiciaire/

    Commentaire par laplumedaliocha — 17/01/2015 @ 18:19

  77. @ Scaramouche :

    « Ainsi les nouvelles parutions de Charlie Hebdo qui sont la cause des églises brûlées au Pakistan et des émeutes autour des ambassades sont peut-être une provocation criminelle et inutile. »

    Vous semblez avoir un respect certain pour la chose religieuse, je ne comprends pas comment vous en arrivez à cette remarque.

    Je préfère de loin la solution choisie par ceux qui, choqués par la publication des premières caricatures, ont choisis le recours juridique… quitte à être déboutés au final. Brûler des églises qui n’ont strictement rien à voir avec les auteurs du dessin en question est l’expression d’une certaine lâcheté, qui n’a rien d’excusable. C’est facile d’être fort avec les faibles.

    On peut manifester son désaccord, son opposition, on peut condamner publiquement le dessin en question, au nom de la religion que l’on pratique, parce que celui-ci viole un tabou majeur dans ses croyances… mais en aucun cas prendre ce prétexte pour se livrer à je ne sais quelle horreur. C’est prendre le monde à témoin de sa propre imbécilité.

    La fille victime d’un viol n’aurait pas dû porter de mini-jupe ce fameux soir… On en revient un peu au même type de débat : quelle est la part de responsabilité de la victime dans ce qui lui arrive ?

    Je m’étonne qu’on puisse encore se poser ce genre de question.

    Commentaire par Zarga — 17/01/2015 @ 18:26

  78. Votre fausse incompréhension ne vous honore pas, en ce moment les tueurs sont les membres d’une secte d’assassins: ça n’a rien à voir avec une quelconque religion fusse-t-elle « l’athéiste » que vous professez

    Commentaire par zelectron — 17/01/2015 @ 19:50

  79. @Zarga

    Je crois que vous vous méprenez totalement à moins que ça vous permette de déplacer la question pour éviter d’y répondre. .
    Ce n’est pas moi qui justifie cet acte de représaille …et comment aurais-je su que c’en était un s’il n’avait pas été revendiqué comme tel ?
    Ne déplacez pas le problème en m’incriminant et en faisant mine de ne pas comprendre . La question est simple : étant données les circonstances où des églises sont brûlées et des gens tués dans tous les pays musulmans, étant donné que cela sert de prétexte devons-nous continuer à jeter de l’huile sur le feu?

    Et puisque vous semblez vous intéresser à moi , en effet je suis respectueuse de votre opinion , je ne me moque pas d’un physique encore moins d’ infirmités ( si vous en avez ) et je fais attention de ne pas humilier juste pour le plaisir de faire un bon mot . Ce n’est pas une opinion plutôt une attitude qui est le résultat d’une autre génération et puis je n’ai rien à prouver , mon métier n’est pas de faire rire à tous prix et pour résumer vous l’avez compris j’ai une vision américaine de la laïcité et du « melting pot » avec tous ses défauts 😊
    Je comprends les excès modernes et le droit de notre civilisation à la liberté la pornographie et l’insulte , cependant l’humour commande un peu d’introspection et se moquer de soi-même sinon quand on ne peut lui répondre c’est de la facilité stupide .
    Alors que dire d’une Afrique choquée et du travail compromis que nous faisons là-bas ? Nous n’avons pas assez de toutes ces victimes chez-nous ? Que dire du désarroi des musulmans chez-nous?
    En effet je suis chrétienne et entièrement de l’avis du Pape et je m’interroge parce que la tournure que prennent ces événements est trop grave , elle me fait penser à un nouveau Sarajevo, et là encore ce n’est pas moi qui l’ait évoqué.

    Arrêtons les  » Charlies  » et « pas Charlies  » sinon la belle unanimité de dimanche risque d’être le début d’une guerre intestine , avant Charlie il y a la France .

    Commentaire par Scaramouche — 17/01/2015 @ 19:51

  80. Commentaire précédent destiné à yogi

    Commentaire par zelectron — 17/01/2015 @ 19:51

  81. @ zelectron : Vous soutenez que les manifestants de Niamey et d’ailleurs sont tous membres d’une secte d’assassins, c’est bien cela ?

    Commentaire par Yogi — 17/01/2015 @ 20:11

  82. L’avaient-ils cherché ?…

    Je remets un texte déjà posté je crois :

    Siloé Hebdo

    J’avais écrit cela le 3 novembre 2011 après l’incendie criminel qui avait frappé Charlie Hebdo :

    « Dire « ils l’ont bien cherché » à propos des dirigeants de Charlie Hebdo serait inconvenant. Ce serait rendre la victime complice du coup qui la frappe. Et rien n’est plus injuste qu’une tel retournement des rôles. On ne peut nier cependant qu’il puisse y avoir une relation de cause à effet entre la sortie du dernier numéro et l’action des incendiaires. Et on ne peut prétendre a l’ignorance, on savait de science sûre qu’un tel engrenage était envisageable. Rien de bien nouveau sous le soleil. Après l’écroulement d’une tour à Siloé, les Galiléens demandent à Jésus : « ceux qui ont péri sous les décombres sont-ils de plus grands pécheurs que les autres » ? Il leur répond : « non », et ajoute pourtant : « si vous ne vous repentez pas, vous périrez comme eux ». Si nous ne nous repentons pas, si nous persévérons dans l’accusation et la provocation, dans le mépris et la peur, bien d’autres attentats auront lieu et nous périrons sous les décombres de notre société. Et nous ne pouvons pas ne pas le savoir. L’avenir dépend de nous. »

    Je pourrais le récrire à l’identique, en changeant seulement « incendiaires » par « assassins ». Le sens en serait le même, mais confirmé et renforcé, ô combien…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 17/01/2015 @ 21:47

  83. Bon, pour aborder le sujet Charlie Habdo sous un autre angle, je suis tombée sur un article du Point qui faisait une rétrospective des caricatures de Hollande. j’avais oublié ce qu’en avait dit Maelle. Et j’ ai été choquée. Je n’ai aucune sympathie pour Mr Hollande, mais mon esprit carabin a tout de même été révulsé par ces caricatures grotesques et vulgaires. A vrai dire, Charlie Hebdo ne représente pas du tout l’esprit français et encore moins sa culture. Le plaisir de ridiculiser et de faire mal sous le faux semblant de l’humour, semble être son principal moteur !

    Commentaire par Dorine — 17/01/2015 @ 21:58

  84. @DMB: rien ne justifie l’assassinat, ni la vengeance, ni l’humiliation et encore moins au nom de Dieu. Quant aux décombres de la société, malheureusement, je crois que la décadence est déjà entamée.

    Commentaire par Dorine — 17/01/2015 @ 22:06

  85. @ Dorine

    L’avenir n’est pas écrit. Il dépend de nous.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 17/01/2015 @ 22:15

  86. @ Scaramouche :

    Alors il y a méprise, nous nous sommes mal compris. Je ne souhaite pas vous incriminer, mais ce que vous dites semble aller dans le sens de ceux qui se trouvent de bonnes raisons d’agir en représailles contre la publication d’un nouveau dessin.

    Ce n’est pas moi qui parle de provocation inutile et criminelle. Je trouve juste étrange d’envisager ce dessin comme tel, même à postériori. Pas vous ?

    Nous savons bien que si ce n’est pas ce dessin, tous ceux qui se trouvent de bonnes raisons d’agir ainsi en trouveront toujours une suffisamment valable. Et je ne pense pas que ce soit le but recherché par les auteurs de Charlie Hebdo, je veux dire : je ne pense pas qu’ils aient eu à l’esprit la volonté ou l’espoir de déclencher de telles réactions en réalisant ce dessin.
    Parce que si on doit se poser la question à chaque fois qu’on envisage de caricaturer quelqu’un, autant en revenir au temps où la loi imposait à chaque caricaturiste de demander l’autorisation à celui qu’il envisageait de caricaturer. Il était aussi interdit de représenter le chef de l’état de l’époque de face dans un dessin humoristique…

    Je trouve incompatible le fait de réprouver de telles réactions, et en même temps de se dire que peut-être, il ne faut pas pousser mémé dans les orties.

    Pour ce qui est du handicap… oui, ma foi, mais très léger (un accident du travail).

    En ce qui concerne l’intérêt que je vous porte… oui, je le confesse. Je m’intéresse aux gens… qui m’intéressent ! 😉
    Vous êtes nombreuses et nombreux, dans le salon d’Aliocha, à piquer ma curiosité.

    Denis Monod-Broca (probablement la plus belle rencontre que j’ai faite ici), mais aussi Maelle (dire que j’adore sa compagnie est un euphémisme), mais aussi le Chevalier Bayard (qui nous manque, pour le coup), mais aussi Gwynfrid, mais encore Physdémon, Araok, Œil-du-Sage, H, et tous les fidèles du lieu.

    Je m’intéresse à vous parce que je vous suppose être d’une génération qui m’est très chère, parce que porteuse de ce dont vous parlez si bien, et parce que l’argot parisien est une langue vivante pour vous, et pas une curiosité de musée !

    Et je me retrouve moi aussi dans la liste qu’énumère Aliocha en fin de billet.

    Commentaire par Zarga — 17/01/2015 @ 23:02

  87. Une société anonyme qui parle de liberté d’expression, cela ne peut être que des bêtises, des bêtisiers , j’en passe et des pires, des idiots utiles et mêmes payés grassement.
    Lorsque Anal + a voulu illustrer le fait que Charlie Hebdo s’en prenait à toutes les religions, ils ont , par erreur, utiliser une, faite par Joe le Corbeau, compère de Dieudonné, caricaturant un religieux juif. Ce qui en dit long…
    Ce journal n’a jamais représenté une véritable menace pour le pouvoir depuis qu’il a été relancé, et a toujours beaucoup tapé sur les religions catholique et musulmane qui n’ont plus aucun pouvoir en Occident, et auxquelles de surcroît le pouvoir s’attaque.
    Faut vraiment être totalement dominé intellectuellement par le pouvoir en place pour voir dans l’activité de ce journal de la “liberté d’expression” alors qu’il fait exactement ce que le pouvoir attend de lui…comme l’effet men d’ailleurs, u craigne haine.

    Commentaire par legrandjeu — 17/01/2015 @ 23:30

  88. Le grand Charles avait donc raison, quand il évoquait la chienlit, cela n’a pris que 46 glorieuses années pour se réaliser.

    Commentaire par legrandjeu — 17/01/2015 @ 23:40

  89. @ le grand jeu

    Oui le grand Charles avait raison et ceux qui ont pris de plein fouet Mai 68 parce qu’ils ont eu des ados dans la tourmente se souviennent du grand chambardement.
    Non que des changements ne soient pas nécessaires mais nous ne savons pas faire des « révolutions de velours  » et celle là a laissé des marques profondes. Ce sont les éternels ados anarchistes léninistes marxistes ou ce que vous voudrez qui ont d’abord fait Hara Kiri pour se transformer en caricaturistes de Charlie. Les salles de garde des Hôpitaux, comme dit Dorine , se sont retrouvées dans leur journal et les dessinateurs à la mode ne ressemblaient plus à Faizant Dubout ou Sempé mais à Cabu et Wolinski .
    Les temps ont changé avec un lot de bon et pas mal de mauvais , sous couvert d’êliminer l’hypocrisie on a oublié le respect de l’autre , le respect des institutions qu’il représente à notre place

    .Le drame voyez-vous c’est qu’on ne sait même plus qu’il existe un autre langage une autre forme de lutte , d’un côté on pratique le laxisme et de l’autre l’insulte , on en a le résultat.

    Tout le monde évoque Voltaire mais personne n’est capable d’égaler l’élegance de son esprit mordant . Cette France est morte … et maintenant parce qu’ils sont morts dans des circonstances atroces nous devons être Charlie. .. Et bien non ce n’est pas ma culture ni ma civilisation… ni mon siècle et je me bats pour garder cette liberté d’expression.
    .

    Commentaire par Scaramouche — 18/01/2015 @ 00:38

  90. PS. Je lis ce matin avec satisfaction que quelques journalistes et non des moindres posent plus clairement la même question que je vous ai soumise d’une autre manière mais qui revient à savoir ce qu’il faut préserver : Libertê d’expression ou sécurité?

    Commentaire par Scaramouche — 18/01/2015 @ 08:02

  91. @ Scaramouche :
    Tenez, il n’est jamais sain de se complaire dans son ignorance http://blogs.rue89.nouvelobs.com/americanmiroir/2014/12/13/legalement-discrimines-aux-etats-unis-les-athees-se-rebellent-233905

    Commentaire par Yogi — 18/01/2015 @ 14:20

  92. Bonjour Aliocha,

    En effet, la chronique judiciaire de PRD, « brève synthèse » sur : « Deux siècles d’histoire nationale, de tensions politiques et religieuses qui ont bâti, pierre après pierre, la forteresse de la liberté d’expression et son pendant, le droit à l’humour et à la caricature », comme elle le rappelle, est pédagogique quant au regard porté sur l’évolution jurisprudentielle française en la matière.

    Toutefois, si force est d’admettre que la satire est empreinte souvent d’une perverse ambiguïté elle ne saurait échapper à la critique.

    L’humour donc, s’il porte atteinte, le cas échéant, doit être sanctionné c’est-à-dire jugé en France par un tribunal !

    D’autant plus, qu’elle peut être particulièrement dévastatrice et que d’aucuns invitent à un usage… prudent et talentueux… du genre !

    D’ailleurs, PRD relève que « La caricature et la satire étant par nature abusives, les limites du droit à l’humour doivent être considérées comme des abus d’abus», citant au passage Me Basile Ader spécialiste du droit de la presse.

    A cet égard, l’article 10.2 de la Convention EDH a introduit clairement des restrictions à la liberté d’expression sans distinguer selon la nature de l’expression incriminée.

    Même si, la CEDH estime que la liberté d’expression, notamment celle des personnes publiques et des journalistes, doit s’exercer pleinement, y compris lorsque les propos tenus risquent de « heurter, choquer ou inquiéter » autrui, lorsqu’ils « comportent une certaine dose d’exagération ou de provocation. »

    En effet, l’humour peut d’abord porter à des intérêts privés, « la réputation ou les droits d’autrui » selon cet article. En droit interne, l’article 9 du Code civil, qualifié de « matrice des droits de la personnalité » permet, notamment, d’en assurer la protection.

    Les juges sont donc amenés à mettre en balance ces droits divergents, à apprécier le risque de confusion ou encore à rechercher si les « limites » du genre ont été dépassées.

    L’humour peut aussi porter atteinte à l’ordre public, à l’intérêt général, l’affaire Leroy c/ France dont a eu à connaître la CEDH en 2008 est exemplaire sans même évoquer celle, plus récente de la non-représentation du spectacle vivant du « Mur » dans l’affaire Dieudonné et dont la décision du Conseil d’Etat n’a pas été partagée par l’ensemble de la communauté des juristes, même ceux qui ont approuvé.

    Le Pr. Mathieu Touzeil-Divina, par exemple, qui a approuvé l’ordonnance du Conseil d’Etat, avoue qu’il regrette que : « l’état de notre législation nationale ne soutienne pas qu’au nom d’une démocratie plus pure, il faudrait que les idées de chacun, même et surtout lorsqu’elles dérangent ou sont idiotes, puissent être émises », considère « qu’en recourant au seul ordre public matériel, il y a fort à parier que l’interdiction eut pu paraître disproportionnée » et juge en conséquence que le CE a réactivé le principe de dignité de la personne humaine « notion aux contours effectivement vaporeux » et qui devrait choquer s’il devait signifier l’entrée de la morale dans l’ordre public.

    En pur droit, on ne peut, en effet, soutenir que le spectacle doit être interdit parce qu’il s’y prononce des paroles répréhensibles alors que l’on n’a pas la démonstration que ça va être le cas ?

    Dans l’affaire Leroy c/ France rappelons que condamné pour complicité d’apologie du terrorisme, l’auteur d’un dessin représentant dans un hebdomadaire basque, au lendemain des attentats du 11 septembre avec la légende « Nous en avions rêvé, le Hamas l’a fait » revendiquait son droit à la liberté d’expression la Cour dans son arrêt du 2 octobre 2008 a donc recherché le juste équilibre entre ce droit et le droit légitime d’une société démocratique de se protéger contre le terrorisme.

    Bien qu’admettant que la provocation est de l’essence de la caricature, elle rejette la requête en voyant dans un dessin un soutien et une glorification de la destruction de l’impérialisme américain par la violence qui, manifestement, exprimait son appui et sa solidarité morale avec les auteurs de l’attentat du 11 septembre et jugeait favorablement la violence perpétrée à l’encontre de milliers de civils et portait donc atteinte à la dignité des victimes.

    Malgré la diffusion limitée de l’hebdomadaire, la Cour a constaté que celle-ci avait entraîné des réactions, pouvant attiser la violence et démontrant son impact plausible sur l’ordre public au Pays basque.

    En revanche, estimant semblablement que la provocation est indissociable de la liberté d’expression et qu’il ne s’agit pas de deux branches d’une alternative un auteur à pu dire, à propos des caricatures de Mahomet, que Charlie Hebdo mène par son discours provocateur et son humour dévastateur, un combat contre l’obscurantisme.

    « Provocation, le mot figure bel et bien dans la jurisprudence de la CEDH, et pour affirmer que le discours provocateur doit être protégé par l’article 10 de la Convention, qui garantit la liberté d’expression. Les idées peuvent circuler librement, y compris celles qui déplaisent ou qui dérangent, et celles que les croyants considèrent comme blasphématoires. Sanctionner Charlie Hebdo serait revenir à la loi dite « de justice et d’amour » de 1827, qui rétablissait la censure sur la presse, au nom des valeurs religieuses » (Pr. Roseline Letteron spécialiste de droit public Paris I).

    Je dis donc non à la soumission, contrairement à la fable houellebecquienne fantasmée, même si l’humour et le sexe dans l’œuvre de l’auteur sont aussi des marqueurs consistants romanesques et, encore moins à la croyance d’un suicide français (?) que la réalité (ironie du sort ?) vient, « opportunément », démentir et dont je viens aussi, enfin (ouf !), de terminer la lecture.

    Qu’on aime ou qu’on ne suive pas ces écrivains dans leur perverses ambiguïtés ils ont un certain talent, même si les idées habilement véhiculées sont de vieilles idées nihilistes ou réactionnaires !

    Alors oui à la résistance !

    En ce sens, pour ma part, je me sens « Charlie Lassana Bathily » !

    @ Zarga

    Je ne souhaitais pas intervenir mais votre « délicatesse » (au sens de courtoisie, bien sûr !) m’oblige !

    Tous mes meilleurs vœux !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 18/01/2015 @ 14:34

  93. @ yogi

    Ah si c’est le Nouvel Obs qui le dit c’est sûrement vrai . !

    Commentaire par Scaramouche — 18/01/2015 @ 16:37

  94. Yogi: bienheureux les pauvres d’esprit (nouvel obs bible des bobos)

    Commentaire par zelectron — 18/01/2015 @ 16:43

  95. Je suis déçu de l’absence de réaction à mon idée de parti dénommé « nous croyons »…

    @ Zarga

    Merci.
    Que voulez-vous dire à propos de l’argot parisien ?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 18/01/2015 @ 18:28

  96. Merci Zarga, c’est très gentil à vous !

    Commentaire par Maelle — 18/01/2015 @ 18:39

  97. @Denis Monod-Broca,
    « nous croyons » à quoi, en qui, pourquoi, comment ?

    Commentaire par zelectron — 18/01/2015 @ 19:13

  98. Je préfère et de loin: nous pensons, voir réfléchissons, tout verbe transitif en fait.

    Commentaire par legrandjeu — 18/01/2015 @ 19:21

  99. @ Zelectron

    Je ne sais pas en quoi, en qui, pourquoi, comment… à chacun sa croyance, ses croyances, et ses doutes. Nous croyons tous, sachons en avoir conscience, lucidement, courageusement. Sachons croire, sachons savoir que nous croyons.
    Confrontons nos croyances, faisons-les fructifier ensemble…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 18/01/2015 @ 19:27

  100. Deux liens pour nourrir la réflexion, une rencontre avec le poète libanais Salha Stétié qui rappelle opportunément que le massacre de Charlie est un acte d’incultes, d’imbéciles : http://www.franceculture.fr/emission-les-racines-du-ciel-un-poete-dans-un-siecle-tourmente-avec-salah-stetie-2015-01-11
    Un papier sur l’enfance des frères Kouachi http://www.reporterre.net/L-enfance-miserable-des-freres

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2015 @ 20:06

  101. Niet, clairement pas charlie Vladimir
    http://www.canalfrance.info/Poutine-Des-sanctions-pour-tous-medias-qui-incitent-a-la-haine-religieuse-ou-raciale_a3277.html
    J’avais lu l’article Aliocha et misère, que le mot est faible, ils auraient fait n’importe quoi pour un peu d’amour où être simplement reconnu, c’est la même chose. En somme des êtres manipulables à souhait comme dans le film Blue Velvet, quelqu’un les a entraîné, c’est sûr, ils n’avaient plus rien à perdre et seront reconnus ultimement dans l’infâme, retour à la case départ.

    Commentaire par legrandjeu — 18/01/2015 @ 22:14

  102. L’Evelyne du reportage de Reporterre à raison : nous sommes responsables.
    Nous vénérons la Réussite. Ce culte est de nature idolâtre, sacrificielle. Les idoles ont besoin de victimes. La réussite, comme l’idole Réussite, sacrifient ceux qui échouent. La plupart supportent en silence, convaincus que c’est de leur faute, que leur sacrifice est mérité. D’autres se révoltent…

    Tant que nous adorerons Réussite, il en sera ainsi.

    L’antidote ? Elle est inscrite sur le fronton de nos bâtiments publics : la fraternité.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 18/01/2015 @ 23:00

  103. Dennis, please, svp,grand benêt humaniste, la réussite c’est de se faire reconnaître, une fraternité de fait quotidien, ne pas confondre avec notoriété, être connu parce que bien connu comme au cinéma.
    Tiens voilà le parrain des frangins Kachaoui à l’adoption, du beau monde bien placé.
    http://www.mondialisation.ca/les-terroristes-parisiens-etaient-finances-par-un-invite-dhonneur-du-pentagone/5424285

    Commentaire par legrandjeu — 19/01/2015 @ 00:34

  104. @ legrandjeu

    J’ai blasphémé contre l’Idole, Réussite, et je le prends une volée de nous cet, « grand benêt, humaniste » : bien fait pour la pomme !

    Cela dit, vous donnez une bonne définition de la réussite : se faire reconnaître de l’autre. La fraternité c’est le contraire, c’est reconnaître l’autre.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 19/01/2015 @ 08:07

  105. Erratum

    Je me suis encore fait piéger par le correcteur orthographique..,

    Il faut comprendre : « J’ai blasphémé contre l’Idole, Réussite, et je prends une volée de bois vert, « grand benêt, humaniste » : bien fait pour la pomme ! »

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 19/01/2015 @ 08:09

  106. De la méprise à se méprendre
    Non Dennis c’est pas le contraire, c’est le complément; quand çà réfléchit, mais au départ c’est un minimum de connaissances communes, qui peut rendre possible(le virtuel) une rencontre.La carrière, le travail, activité commune public à tous les animaux, occupe majoritairement la vie des salariés, la culture, préfabriquée pour le supplément d’âme comme disent les Kultureux, n’est qu’un supplément d’expériences vécus par d’autres pour remplir le vide de celle du salarié. Bien sûr l’entrepreneur où artisan arrive presque à joindre les 2 bouts et les debout. Les sans dents existent et celui qui prétend les conduire peut l’admettre…. en privée seulement, eux le savent et s’en servent allègrement, les autres l’admirent, c’est çà l’amour….l’estime c’est tout autre chose, un jugement. Seul celui qui entreprend peut juger car il prend des décisions à chaque minute, l’autre s’exécute lentement à dose homéopathétique, l’opinion sans rue.
    PS: je sais que je suis déplacé ici, c’est un charmant salon du quand à soi et je suis tout contre.

    Commentaire par legrandjeu — 19/01/2015 @ 12:52

  107. « il n’empêche qu’ils ne riaient jamais de Dieu – Qui pourrait rire de ce qu’il ne connait pas ? »

    Euh… il me semble tout de même que faire des caricatures de JC ou de prophètes de divers monothéismes, c’est pour un athée se moquer de la croyance en dieu, et des religions fondées sur cette croyance, puisque pour un athée croire en dieu équivaut à croire au père noël.

    Dans le Siné, il y a un dessin de Dieu avec une pancarte « Je ne suis pas Charlie; je n’existe pas ».

    Un athée ne se moque de dieu pas parce qu’il ne le connait pas, mais parce que il ne peut pas se moquer de ce qui n’existe pas.

    Commentaire par trucmuche33 — 19/01/2015 @ 16:04

  108. Un véritable athée s’en fout.
    Tous ceux qui passent leur temps à attaquer discuter ou insulter sont en mal de quelque chose qu’ils cherchent et ne comprennent pas.  » Le grand horloger  » de Voltaire les tracasse au point que lorsqu’ils meurent ils font le pari de Pascal…. comme Voltaire …

    Commentaire par Scaramouche — 19/01/2015 @ 20:02

  109. « Un véritable athée s’en fout. »

    Ah bon ! Et pourquoi devrait il s’en foutre quand certaines expressions de la religion veulent imposer une façon de manger, de s’habiller, de s’exprimer… Un athée revendique le droit d’avoir son mot à dire et à présenter ses explications du phénomène religieux, social, neuro-hypnotique, géopolitique…

    Les croyants s’en sortent à bon compte en prétendant que les athées parlent d’un sujet qu’ils ne connaissent pas en ce qui concerne la religion et dieu. La psychanalyse a vite fait le rapprochement entre dieu et la figure paternelle, au nom du père. Il n’est pas improbable que la neurologie finisse par décrire le fait religieux sous forme de scanners topographiques.

    Les croyants prétendent connaitre dieu, mais quel dieu ? Comme disait Einstein, « donnez moi votre définition de dieu et je vous dirais si j’y crois. »

    Commentaire par trucmuche33 — 19/01/2015 @ 20:22

  110. Juste pour essayer de démontrer à quel point l’idée de l’existence de dieu est débile, c’est que primo dieu aurait créé le monde et l’homme imparfait, faut bien rigoler et créer un peu de suspens, deuxio, il y a des maladies ou des cata naturelles qui seraient des punitions de dieu, tertio, il y a aurait des miracles et bénédictions des plus méritants, en gros c’est du management de base, la carotte et le bâton, comment croire à une telle foutaise ?

    Commentaire par trucmuche33 — 19/01/2015 @ 20:33

  111. @ trucmuch33

    Croire dans le père Noël est une foutaise d’accord. Mais faut pas confondre Dieu et le père Noël.

    Aucune société ne s’est développée sans dieux.

    Des bibliothèques entières ont été écrites, et par des gens extrêmement savants et intelligents, sur Dieu et la théologie. Rayer tout ça d’un mot, « foutaise », est d’une prétention sans limite.

    À propos, si l’on peut dire :
    La librairie la Procure a mis dans une de ses vitrines une grande affiche noire portant, plutôt que « je suis Charlie », cette citation de Péguy : « parce qu’ils n’aiment personne, ils croient qu’ils aiment Dieu ».

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 19/01/2015 @ 21:30

  112. Le nom de dieu est, pas de chance, là où tout se perd en…..cinéma et interprétations, çà, çà existe, c’est né dans le désert, là où il y a des mirages, l’imagination au pouvoir, plus récemment. Le plus grand étant jésus, super star de la souffrance et de son rachat. Souffrance à pour racine résignation, d’autres disent soumission, en fait, c’est l’expression de ne pas pouvoir donner un sens au monde qui fait souffrir, çà vous ronge comme les rats, alors qu’il en est plein quand on les RELIENT, c’est donc se POUVOIR d’expression qui n’y est pas.
    Nous sommes une seconde nature, où tout communique, et nous commençons à l’avoir réalisé avec ces machines et le net qui était , d’abord un outil de communication militaire ( transmettre des infos secrètes sans se faire détecter, j’en ai fabriqué) comme l’un des privilèges abolit la nuit du 4 Août : les pigeonniers, tjrs la com. La vie dite moderne fabrique de vrais petits jésus, écartelés entre la vie publique et la vie privée, la fantaisie, le divertissement et les drogues sont ses rachats car le travail est passé dans le tertiaire cad dans la tête là où l’émotion fait des ravages et fabrique du dérisoire, c’est le temps du n’importe quoi, comme disait Gilbert et d’une douce folie voir dépression chronique, les djeunes délinquants sont justement classés: déséquilibrés.
    Est ce clair mon bon Denis ? Je sais c’est vertigineux, de voir çà à distance, les cathos sont sympas parce qu’installés tranquilles depuis longtemps (soudainement on a réveillé leur logique, avec cette théorie du genre, fabriquer des bébés et des avocats du diable),mais parfaitement hypocrites par rapport a l’argent et l’usure qu’ils ont laissé aux autres qui se font jetés tous les 5O ans pour un abus qui ne se voit pas tout de suite, le côté prométhéen de la spéculation écran dans ses paradis aux multiples capitales, jew york comme ils disent et la City des protestants, la branche business is good.
    Les églises sont vides à part les trad, j’étais à St Nicolas à Noel pour la 1ere fois, ah les jolies têtes blondes, alors que dans ma jeunesse, j’étais dans l’autre temple, à côté, celui de la mutualité et de la mutualisation de la misère: le socialisme, autre idéologie salvatrice,qui est partie dans le décor et a laissé plein de gens rageurs orphelins, ah JLMéchantcon, comme charlie: bête et méchant, méritent parfaitement leurs qualificatifs.
    Et puis vint Dieudonné qui parle juste des 1ers, des meilleurs dans le cinéma, sans appel au meurtre, puisqu’ils sont déjà piégés par eux mêmes dans un camp de concentration fait maison. La question juive est résolue en substance ( j’ai quand même vécu 25 ans parmi eux, sans à priori mais avec un gros posteriori que je qualifierais tout simplement de: la mère à boire). L’humanité est entrain de sortir de l’adolescence en y rentrant dedans à fond, SARL uber alles insoutenable.

    Commentaire par legrandjeu — 19/01/2015 @ 22:46

  113. « Des bibliothèques entières ont été écrites, et par des gens extrêmement savants et intelligents, sur Dieu et la théologie. »

    C’est vous qui le dites qu’ils étaient si intelligents, on se fout du nombre de bibliothèques qui affirmaient que la terre est le centre du monde et que le soleil tourne autour, écrit par tant de gens si intelligents. Vous êtes en pleine idolâtrie du sujet sachant. C’est pas le kilo de conneries imprimées qui fait la connaissance. Les mecs ont même glosé sur le sexe des anges, c’est dire…

    C’est bien vous qui êtes prétentieux en estimant que ces gus étaient si intelligents, espérant probablement l’être autant en vous en estimant l’évaluateur supérieur, mais idolâtre aveugle, Ponzi d’un savoir vide.

    Commentaire par trucmuche33 — 19/01/2015 @ 23:25

  114. @ legrandjeu

    De votre longue et incompréhensible tirade je n’ai compris qu’une chose, que vous me traitiez avec commisération de « mon bon Denis » ; ça ne fait guère avancer la discussion.

    @ trucmuche33

    Evidemment des erreurs ont été commises dans le passé et même par les gens les plus savants et les plus intelligents. Il n’en reste pas moins que la plus grosse des erreurs, et peut-être la plus commune, consiste à faire table du passé, à croire qu’on a, soi, contre ces vieux cons du temps jadis, tout compris…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 20/01/2015 @ 09:11

  115. « la plus grosse des erreurs, et peut-être la plus commune, consiste à faire table du passé »

    Où donc je vous parle de faire table rase du passé ? Au contraire le passé revisité permet de comprendre comment les religions sont des constructions sociales, un savant brouet de faits de l’histoire mythologisés et réenchantés.

    Commentaire par trucmuche33 — 20/01/2015 @ 09:29

  116. Trucmuche, il faut croire que vous n’avez pas discuté avec des athées mais avec des anticléricaux. Nombre de athées ont une forme de spiritualité : ils sont sans doute conscients qu’ils ne peuvent être leur propre référence en ce bas monde, pour ne pas désespérer de la vie. Si vous voulez, ils peuvent se dire que la beauté, le sourire, la main tendue, sont issus d’un principe qui dépasse l’humain (par exemple le principe moteur immobile d’Aristote).
    Les anticléricaux se contentent de voir le spectacle, parfois lamentable que peuvent donner les religions, quelles qu’elles soient. Et en tirent les mauvaises conclusions.
    Peut-être que dans votre recherche (si vos certitudes se transforment en doutes), vous devriez lire les deux premiers chapitres de la Génèse, en vous les faisant expliquer par un juif ou un chrétien ( je ne pense pas que les musulmans utilisent ce texte). Vous finiriez par y découvrir la beauté du projet de Dieu, la faiblesse et la grandeur de l’Homme, la beauté de la Création et les responsabilités de l’humain.
    Comme vous le dit ce « bon Denis », plein de bon sens, ces pauvres cons du temps jadis ont une expérience inégalée en matière d’observation de l’humain.
    Bon et beau chemin à vous.

    @ grandjeu.: ne croyez pas que les évangiles soient confortables. Ils brossent à l’envers vos certitudes et demandent un effort qui peut paraître parfois surhumain. Donc, je ne suis pas sure que la majorité des catholiques soient aussi installés que cela dans leur confort « moral ».

    Commentaire par Dorine — 20/01/2015 @ 09:54

  117. @Trucmuche

    En effet l’idée de Dieu semble vous turlupiner pas mal , si cela vous était indifférent vous ne passeriez pas votre temps à essayer de la démolir chez les autres . Bien sûr que vous avez le droit de préférer un veau d’or quelconque et de parier sur l’Homme maître de l’univers mais Pourquoi éprouvez-vous ce besoin de mépris ? Ne soyez pas si catégorique , après tout votre vie n’est pas finie et qui sait comment vous réagirez un jour ? ….( Comme Voltaire ? )
    Pour le moment vous semblez plutôt avoir une vue primaire de la question , genre les fresques anciennes avec petits anges joufflus ,mais il y a quelque chose dans la Foi qui vole un tantinet pluss haut et qui rapporte unecertaine sérénité en permettant souvent de supporter maladies et souffrances et ceux qui en bénéficient sont peut-être des pauvres d’esprits mais ils vivent avec moins de drogues et des principes sociaux que toutes politiques s’éfforce d’instaurer par des lois contraignantes ( ou une police coércitive ) et rien que pour ces deux raisons c’est déjà un succès.

    Vous semblez faire grand cas de l’intelligence que vous confondez avec la culture, en effet la première est le cadeau de votre hérédité et vous n’y êtes pour rien, tandis que vous êtes responsable de l’autre … et l’une sans l’autre vous rend boiteux.

    Commentaire par Scaramouche — 20/01/2015 @ 11:02

  118. Ah, j’oubliais, Trucmuche. Scanner et IRM, avec leurs zones qui deviennent, bleues, oranges, rouges en fonction de l’activité cérébrale, ne peuvent être en aucune circonstance, la source, la finalité et la fin de la pensée, de la spiritualité et de la vie. Elles ne sont que la traduction d’une activité cérébrale et prouvent que de nombreuses zones de notre cerveau peuvent être utilisées. Comme l’électrocardiogramme, lorsqu’il n’est pas plat, prouve seulement que vous êtes encore vivant, mais n’est pas la vie.

    Nous ne sommes pas des êtres éthérés et il faut bien que nos organes fonctionnent ainsi que nos petites cellules, grises ou pas, pour nous aider à vivre.

    Je vous en supplie, ne revenons pas à un totalitarisme matérialiste !

    Commentaire par Dorine — 20/01/2015 @ 11:04

  119. @ Trucmuche ( suite)

    Vous citez Einstein comme rêfêrence d’ un parfait athée alors qu’il était plutôt un panthéïste adepte d’une religiosité cosmique.. En fait il croyait dans le Dieu de Spinoza..
    Chacun sa vision .

    Commentaire par Scaramouche — 20/01/2015 @ 11:34

  120. @Denis Monod-Broca
    J’avais moi aussi vu par hasard la belle phrase de Charles Peguy en déroulé noir sur le site de La Procure. Alors par curiosité je suis allée voir sur les autres sites : Amazon avait un petit ruban noir et la Fnac, incroyable, rien du tout, juste les soldes !

    Commentaire par Maelle — 20/01/2015 @ 12:29

  121. Scaramouche

    Vos coms sont un tel gloubi boulga avec des gros morceaux de procès d’intention dedans, que je renonce à y répondre, il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. Je vous laisse barboter dans vos certitudes…

    Commentaire par hef — 20/01/2015 @ 13:50

  122. @ hef

    Qui êtes-vous? Un nouveau pseudo pour Trucmuche? Je ne vous ai jamais lu .
    Merci de ne pas me répondre tout en me répondant . Prenez votre temps et merci Je ne pensais pas avoir tapé si juste.

    Commentaire par Scaramouche — 20/01/2015 @ 15:22

  123. Denis, pour savoir lire, il faut savoir vivre, ce qui permet d’éliminer tous le cinéma dit religieux et l’autre . / Avez vu « les enfants du paradis » cela en constitue une belle synthèse. Qu’avez vous fait de votre temps dans la vie, c’est peu de chose, dixit le coma des mortels ?

    Commentaire par legrandjeu — 20/01/2015 @ 17:04

  124. @ legrandjeu

    Écrivez-vous sous l’emprise de l’alcool, de la colère ou de la précipitation ? Une chose est sûre, je comprends de moins en moins les propos que vous m’adressez.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 20/01/2015 @ 17:57

  125. @ Denis Monod-Broca # 95 :

    Ce que j’entends par curiosité de musée, au sujet d’un certain argot parisien, rejoint l’opinion émise par Giano Accame dans le cahier de l’Herne consacré à Céline. Il adopte pour cela le point de vue du lecteur étranger de Céline qu’il est.

    Je cite :

    « Ce que j’entends par curiosité de musée, au sujet d’un certain argot parisien, rejoint l’opinion émise par Giano Accame dans le cahier de l’Herne consacré à Céline. Il adopte pour cela le point de vue du lecteur étranger de Céline qu’il est.

    Je cite :

    « Là où le Français s’arrêtera pour vérifier les échos du style, l’étranger, pour qui ces traits ont moins de signification, se hâtera, souvent irrité, pour arriver au nœud de la question. C’est la même attitude que prendra dans quarante ans le lecteur français pour qui la langue de Céline sera devenue celle d’un monde dans lequel il n’a pas vécu : donc plus opaque, plus obscure dans ses allusions. Une langue qui ne ressemblera à rien. Lire « Tartre » au lieu de Sartre sera-ce encore divertissant quand Sartre lui-même ne sera plus de ce monde ?

    Plus un langage est réaliste, plus son expression est vivante et plus il est périssable parce qu’il perd rapidement son modèle. Il en est ainsi des portraits fondés essentiellement sur la ressemblance, qui sont jugés deux fois et de manière différente par celui qui connaît bien ce modèle et par celui qui ne le connaît pas.
    La langue littéraire à laquelle on reproche d’être stérile, abstraite, renonce sciemment aux suggestions de la rue pour s’assurer une durée. Au contraire, l’argot de la délinquance change chaque année, pour des raisons fonctionnelles très claires : il est fait à dessein pour n’être pas compris.
    Mais également des locutions beaucoup plus innocentes, qui à une époque donnée distinguent le langage parlé, répondent inconsciemment à la même fonction ; elles ne sont pas un moyen de communication ouverte en tout sens parce que s’y mêle trop souvent l’espérance ou le plaisir que quelqu’un ne comprenne pas ; elles sont fermées aux vieux, ou aux personnes bien éduquées, ou aux patrons, ou aux ingénus, aux innocents. Elles ont un contenu en même temps éphémère et sectaire : elles expriment des différences d’ambiance, d’éducation, de génération.

    Il se trompe celui qui croit que la langue parlée est, de par sa nature, plus compréhensible : sa caractéristique est de conserver toujours quelque chose de fugace, de secret, d’initiatique, d’ambigu. Aux ignorants elle permet une revanche canaille sur les personnes cultivées : la joie impudente des paysans quand ils peuvent exhiber leurs grossiers double-sens aux fils du patron consiste justement dans ce fait que, bien qu’étant étudiant, celui-ci ne comprend rien ».

    Ce à quoi je fais allusion, c’est au fait qu’il reste encore pas mal de monde pour qui le langage de Céline est encore vivant, car utilisé dans la vie de tous les jours. C’était le cas pour moi quand mon père était encore de ce monde : quand il parlait de ses arpions qui lui faisaient mal, de la gannetouse du chien, ou qu’il traitait un de ses petit-fils de canaque, c’était du vivant, pas de la curiosité de musée.

    Commentaire par Zarga — 20/01/2015 @ 18:40

  126. oups, le copié-collé depuis le brouillon ne s’est pas passé comme prévu !

    Nos lecteurs auront rectifiés d’eux-mêmes 😉

    Commentaire par Zarga — 20/01/2015 @ 18:41

  127. C’est l’esprit pratique Dennis, qui parle, celui que vous ne comprenez pas et aussi, celui que la police, vous mêmes et bien d’autres, prennent pour de l’alcoolémie. C’est aussi celui qui permet de parler, en, et au dit public.Ce soir, juste un verre de Chevalier Lascombes, je bois peu mais toujours du bon, d’ailleurs cette bonté, ce nectar, cet essence,cette grâce, vous parle, avez vous jamais senti un vin vous parler ?.Ou est ce une question qui n’a pas de sens.

    Commentaire par legrandjeu — 20/01/2015 @ 21:56

  128.  » Revenons à nos boutons » comme disait la mercière… Et si vous voulez une bonne leçon de la belle langue imagée de l’argomuche ancien lisez Eugène Sue et les  » Mystères de Paris » . Rien de tel que des classiques roboratifs pour oublier le présent.

    Intéressante intervention de Bruno Masure concernant ses confrères journalistes et le traitement qu’ils ont fait des récents événements: interview de témoins qui n’avaient rien à dire ., augmentation de l’anxiété chez les téléspectateurs , diffusion dangereuse de certains renseignements sur l’identité des tueurs .. Le tout mettant en péril le bon déroulement des actions policières et sous couvert de droit à l’information alors qu’il s’agit surtout d’audimat ( sic) …..
    Par ailleurs les familles des  » victimes lambda » se plaignent des différences de traitement dûs au fait qu’ils ne sont pas journalistes, et peu de chaînes ont relayé leurs propos.

    Bref Bruno Masure , (et c’est bien que ce soit un confrère, ). dit ce que pensent beaucoup d’entre-nous , à savoir qu’il y a comme un « trop plein  » ciblé jusqu’à satiété et il faut presque du courage pour oser le dire.

    Commentaire par Scaramouche — 21/01/2015 @ 08:45

  129. @Zarga (125) entre autres
    Merci beaucoup d’avoir pris la peine de nous copier ce texte. Il y a longtemps que je peine à exprimer ce que Giano Accame explique si clairement.

    Vous, DMB, Scaramouche, Maelle, Dorine et ceux que j’oublie rendent vraiment ce blog digne d’être consulté.

    Mais, chers amis, ne vous laissez pas enfermer dans un ping pong stérile et fatiguant.
    Comme disait Confucius (enfin, je crois) « entre le Ding et le Dong il y a quelques chose qui cloche ».

    Bonne journée à tous

    Commentaire par araok — 21/01/2015 @ 10:20

  130. La religion est tout simplement une modélisation visant à expliquer un monde qu’on ne comprend pas, une tentative paranoïaque de se protéger de ses dangers, les fidèles se blottissant les uns contre les autres pour se tenir chaud, instinct grégaire, aboutissant à une personnification jusqu’à l’absurde des phénomènes naturels.

    Les 3 monothéismes affirment l’existence d’un dieu parfait créateur du monde, dont on se demande bien pourquoi dans sa grande sollicitude il aurait créé les tremblements de terre, les éruptions volcaniques, les météorites, les virus du SIDA ou d’Ebola.

    Il est évidemment ubuesque de prétendre que le monde avec toutes ses calamités naturelles, ajoutées à la bêtise largement répandue de l’humain pas vraiment au point lui non plus, aurait été créé par un dieu d’amour et de bonté.

    Commentaire par hef — 21/01/2015 @ 13:46

  131. Et il ne vous est pas apparu que si il n’y avait ni tremblements de terre ni éruptions volcaniques ni autres catastrophes serions au paradis .. Pas besoin d’un autre dans ce cas…

    (On est en plein carillon ! )

    Commentaire par Scaramouche — 21/01/2015 @ 15:05

  132. « Et il ne vous est pas apparu que si il n’y avait ni tremblements de terre ni éruptions volcaniques ni autres catastrophes serions au paradis .. Pas besoin d’un autre dans ce cas… »

    And do what ? Vous êtes à bout de munitions on dirait pour en arriver à enfoncer des portes ouvertes.

    Commentaire par hef — 21/01/2015 @ 15:38

  133. @Scaramouche 131

    Hi, hi!

    Commentaire par araok — 21/01/2015 @ 15:55

  134. @ Araok :

    Merci d’avoir la bonté de m’inclure dans la liste des visiteurs réguliers dont vous appréciez la compagnie !

    Concernant un échange qui serait stérile… je pense qu’il est intéressant d’écouter le point de vue de chacun. On a de nouveau une confusion, qui est fréquente, entre religion et clergé, un amalgame de la première au second, comme si le second ne pouvait être que la seule expression de la première !

    J’aime bien le livre de Frédéric Lenoir « Le Christ philosophe », pour l’approche qu’il a de la chose… on peut s’offusquer de tout ce que le clergé, au fil des temps, a fait de tordu, de dévoyé, ou de franchement dégueulasse.

    Il n’empêche.

    Il ne résume pas ce qu’est la religion, comment le pourrait-il ?

    J’aime assez la chanson de Brassens aussi, celle où le bouffeur de curé qu’il est reconnaît la personne de qualité que peut être le curé, quand il le croise…

    Commentaire par Zarga — 21/01/2015 @ 18:55

  135. @ hef

    Où avez-vous vu que Dieu était parfait ?
    Il est inconnaissable.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 21/01/2015 @ 19:20

  136. @ Zarga

    Intéressante la citation de Giano Accame sur le langage. Merci

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 21/01/2015 @ 19:28

  137. Ainsi Zarga on peut se réjouir également de tout le bien que le clergé a apporté à l’humanité. … L’un ne va pas sans l’autre mais suivant son orientation on ne voit que çe que l’on veut voir.

    @ heff ou trucmuche

     » And do What » ( sic) .. Sans doute voulez vous dire  » and so what ?  »
    Le point de vue de chacun ne change aucunement après les discussions , elles sont parfaitement stériles mais ça passe le temps… ( cf les débats télévisés ). A moins que les protagonistes soient animés d’une bienveillante tolérance et de curiosité elles tournent finalement au vinaigre quand l’un ou l’autre se prend au sérieux et que l’un des deux cherche a écraser l’autre de sa supériorité en voulant avoir raison à tous prix.
    A supposer qu’un interlocuteur soit d’humeur taquine il n’est pas rare qu’il récolte des insultes et alors hélas le plaisir de ratiociner tourne court.

    Dans ce cas précis si nous parlons religion il n’y a jusqu’à présent pas plus de preuves tangibles de l’existence de Dieu qu’il y en a de sa non existence. Personne n’a raison.
    Donc d’abord on est hors sujet , ensuite ce sont des bavardages inutiles où d’autres se sont épuisés.

    Je vous laisse avec plaisir la gloire du dernier mot .et merci de m’avoir laissé toutes ces portes ouvertes , j’adore la facilité.

    Commentaire par Scaramouche — 21/01/2015 @ 19:51

  138. @hef : vous ne trouvez pas sympathique dans un monde frénétiquement individualiste, que des fidèles se serrent sur les bancs d’église pour augmenter la chaleur des lieux, surtout lorsqu’il neige dehors, qu’ils se congratulent en souriant, qu’ils participent au même repas (eucharistique), qu’ils chantent ensemble (probablement pas l’internationale) et regardent les vitraux, les statues, les sculptures, les colonnes du lieu de culte en inscrivant toutes ces beautés dans leur mémoire?

    Où avez-vous dégoté  » la personnification des phénomènes naturels »? ne confondez-vous avec les météorologues qui donnent des noms à toutes les tempêtes et typhons?

    Pourquoi parlez-vous de la bêtise systématique et systémique du genre humain dont vous faites quand même partie? A moins que vous ne soyez un ange?

    Allons, je sens que si votre colère grandit, vous allez nous envoyer , nous les croyants, dans un camp de rééducation ou que nous allons revenir 200 ans en arrière sur les échafauds de la Terreur !!!
    Allons, allons, Dieu n’est pas si terrible que cela….même si ses fidèles sont parfois des enfants terribles !

    Commentaire par Dorine — 21/01/2015 @ 21:36

  139. Dieu, dans les religions qui ne relient rien, excepté la peur de leur vi(d)) e privée, est une assurance tous risques comme les assurances actuelles qui protègent les biens., mutualisation de la peur./ non assurance, besoin d’un livre de conte infini comme la télé …..version terrestre
    Dorine, je suis les anges et je les détecte, j’ai de la chance, nom de dieu, car je la provoque et elle/il m’apparaît comme la solution finale à toutes les emmerdes/eurs, c’est le phénomène dieu donné, souffre jamais, même persécuté, vannes grandes ouvertes.
    Vive le terro rire !

    Commentaire par legrandjeu — 22/01/2015 @ 00:24

  140. @ le grand jeu

    J’essaie non pas d’analyser ce serait bien prétentieux mais simplement de comprendre ce que vous voulez dire :
    Ainsi j’ai besoin que vous m’expliquiez ce que vous voulez dire par :  » des religions qui ne relient rien  » le verbe  » relier  » pour moi c’est attacher deux choses entre elles . De quoi s’agit-il?

    Les religions :  » la peur de leur vide privé » ? (sic) Je ne comprends pas non plus . Pour vous les religions sont « vides » ?
    Vous dites ensuite que les religions sont des assurances contre la mort . Sans doute mais avant tout via un style et des règles de vie
    Vous « Suivez les anges » (quelle chance ! tout n’est pas perdu pour vous ). et vous  » provoquez votre chance » .. Sans doute faites vous encore partie au stade de votre vie de ceux qui disent qu’on fabrique sa chance soi-même .. A ça je repondrai comme les Anglais quelque chose qu’on pourrait traduire par « attendez d’être mort pour qu’on fasse votre bilan »

    Enfin c’est l’humour qui vous sauve .. Et là vous avez bien raison mais  » vive le terro-rire » me gêne , c’est un peu « vive la provoc  » avec le terrorisme du rire c’est « Je vous ordonne de rire ou vous êtes stupide et …un mauvais citoyen..
    Dieudonné -Charlie Hebdo à défaut du même horizon , même combat .

    La Foi est un impondérable qui ne se commande pas ne s’explique pas ne se décortique pas , elle n’est pas étale je veux dire qu’elle subit des fluctuations mais je crois que c’est une chance qui nous aide à vivre et transfigure notre quotidien . Que vous « pratiquiez  » ou non une religion il y a chez celui qui vit vraiment sa Foi Une dimension en plus, celle que vous traduisez par le besoin d’un «  »conte infini » sauf que j’efface le mot « conte » pour ne garder que l’infini..

    Commentaire par Scaramouche — 22/01/2015 @ 09:12

  141. « Dans ce cas précis si nous parlons religion il n’y a jusqu’à présent pas plus de preuves tangibles de l’existence de Dieu qu’il y en a de sa non existence. Personne n’a raison. »

    Les preuves de sa non existence sont claires, je l’ai déjà dit, catastrophes naturelles, maladies, virus mortels, météorites destructrices… Il n’y a donc pas de pilote dans l’avion univers.

    L’homme n’a pas été créé par un dieu, sinon il serait apparu tel qu’il est, depuis peu homo-sapiens. L’homme est le produit de l’évolution naturelle.

    Vous pouvez croire toutes les sottises du monde ça ne changera rien au monde tel qu’il est, fonctionne et dysfonctionne.

    Commentaire par hef — 22/01/2015 @ 10:46

  142. @Trucmuch’Hef

    Vous traitez les autres de prétentieux, mais je trouve moi que c’est une prétention extrême que de penser que la pensée catholique est mise à mal par les quelques phrases simplistes que vous lancez !
    En passant, le pape François a réaffirmé clairement il y a peu que le catholicisme reconnaissait la théorie de l’évolution. Pas de créationnisme donc pour les catholiques.
    En passant, vous n’êtes pas le premier à douter de l’existence de Dieu devant les catastrophes naturelles, Voltaire et d’une certaine façon Kant l’ont fait bien avant vous il y a 250 ans … Ce qu’il y a derrière, c’est la question des attributs divins : comment Dieu peut-il être infiniment bon et infiniment puissant à la fois ?
    Alors, rien que pour vous, en termes que vous trouverez sans doute prétentieux, un petit digest théologique … Dieu est amour et l’amour est expansif et non tautologique. Dieu ne peut se satisfaire de s’aimer lui-même, il crée donc l’homme à son image et une créature est par définition imparfaite. Le monde sublunaire aussi ne peut être qu’imparfait par rapport au paradis (comme l’a très bien dit Scaramouche). De plus, Dieu veut un amour vrai de la part de l’homme, pas de filtre d’amour en quelque sorte. L’homme est donc créé libre pour pouvoir aimer de son propre choix son créateur. Et la liberté c’est aussi la possibilité de choisir le mal …
    Après on adhère ou on n’adhère pas, on fait le saut de la foi ou on ne le fait pas, mais ne prenez pas les croyants pour des imbéciles !

    Commentaire par Maelle — 22/01/2015 @ 13:05

  143. @ hef

    De quel Dieu est-on athée ?

    Imaginer un dieu et affirmer ensuite qu’il n’existe pas ne signifie qu’une chose : que ce dieu-là, tel qu’on l’a imaginé, n’existe pas. Normal d’être athée dans ces conditions.

    Mais ça n’interdit pas d’imaginer autre chose, autre chose qu’un personnage incompétent, accusateur, avec une grande barbe blanche, perché sur son nuage, et gouvernant les hommes…

    Il faut bien nommer le mystère de l’existence, l’infini du cosmos, la merveille de la Parole, l’unicité de la Vérité…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 22/01/2015 @ 13:23

  144. @ Scaramouche et Maelle : merci du fond du coeur de faire remonter l’Espérance chrétienne à travers vos messages.

    @Grandjeu, hef et trucmuch : Quand vous serez bien vieux, au crépuscule de vos jours, dévidant le fil de votre vie, direz, chantant le credo : j’ai crié et Dieu m’a répondu. Il accompagnait mes pas et je ne le voyais pas….

    Il arrive que les dépouillements de la vie, dont ce fleuve peu tranquille n’est pas avare, permettent de mettre en évidence les profondeurs cachées, l’Etre qui nous constitue, qui est un peu nous et un peu le tout Autre. Sous la couche épaisse des pots de maquillage, d’oripeaux de beaux ténébreux, des toisons d’or et des médailles de l’élitisme, on peut apercevoir parfois, une lumière qui ne demande qu’à s’épanouir.

    Que ne fait-on pas pour se cacher à nous-mêmes, de peur de se retrouver nus et de se faire peur, comme Adam et Eve lorsque leur yeux s’ouvrirent (Génèse)….

    J’ai eu dans mon enfance, l’exemple de ces dépouillements qui aurait pu anéantir plus d’un, mais qui avait abouti au plus bel exemple de vie et de Foi, à un chemin, qui partant de la Croix, élevait l’âme humaine vers le beau et vers Dieu. Ces exemples permettent de se mettre en marche et de donner du sens aux méandres compliqués de nos vies.

    Commentaire par Dorine — 22/01/2015 @ 13:49

  145. @DMB : merci beaucoup à vous aussi, d’autant plus que c’est ce que me disait mon père lorsque je lui demandais ce qui prouvait que Dieu existe. Le mathématicien qu’il était ne m’a pas parlé d’équations, mais de tout ce qui nous dépasse. Et mon coeur d’enfant fut apaisé !

    Commentaire par Dorine — 22/01/2015 @ 13:53

  146. Louis Pasteur, discours de réception à l’Académie Française :

    « Au-delà de cette voûte étoilée, qu’y a-t-il ? De nouveaux cieux étoilés. Soit ! Et au-delà ? L’esprit humain, poussé par une force invincible ne cessera jamais de se demander : Qu’y a-t-il au delà ? Veut-il s’arrêter soit dans le temps, soit dans l’espace ? Comme le point où il s’arrête n’est qu’une grandeur finie, plus grande seulement que toutes celles qui l’ont précédée, à peine commence-t-il à l’envisager, que revient l’implacable question et toujours, sans qu’il puisse faire taire le cri de sa curiosité. Il ne sert de rien de répondre : au delà sont des espaces, des temps ou des grandeurs sans limites. Nul ne comprend ces paroles. Celui qui proclame l’existence de l’infini, et personne ne peut y échapper, accumule dans cette affirmation plus de surnaturel qu’il n’y en a dans tous les miracles de toutes les religions ; car la notion de l’infini a ce double caractère de s’imposer et d’être incompréhensible. Quand cette notion s’empare de l’entendement, il n’y a qu’à se prosterner. »

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 22/01/2015 @ 15:22

  147. J’avais écrit cela il y a 7 ans, après la sortie du « Journal d’Hélène Berr » :

    Le chat joue avec la souris. La souris, elle, ne joue pas. Lui fait son devoir de chat l’âme en paix. Elle souffre, crie et sait qu’elle va mourir. Il en est ainsi, c’est l’ordre immémorial des choses : le bourreau ne sait pas ce qu’il fait, la victime elle voit les choses comme elles sont.

    C’est cela que montre de façon poignante le « Journal d’Hélène Berr », paru récemment chez l’éditeur Taillandier. On y voit des hommes, insensibles aux souffrances qu’ils infligent, justifier par « leur devoir » l’arrestation de vieillards malades et de bébés au berceau. Et, témoin et victime de cet aveuglement, on y voit une jeune femme, la narratrice, attendre son sort avec une crucifiante lucidité.

    S’interrogeant sur ce qu’elle observe, se sentant, elle juive et victime, plus « chrétienne » que ces « chrétiens » qui la persécutent, elle note « qu’ il n’y a eu qu’un seul écoulement continu depuis l’origine », ces persécuteurs-là étant les descendants de ceux qui, naguère, avaient pris le parti du persécuté.

    Pour ne pas être éternellement des chats aveugles et sourds, entendons cette leçon.

    Il n’y a bien eu qu’un seul écoulement continu depuis l’origine : nous sommes les descendants de ceux qui, persécutés, fuirent l’Egypte, édictèrent que « tu ne tueras pas » puis crucifièrent un innocent, les descendants de ceux qui, prenant le parti du persécuté, professant l’amour évangélique du prochain, se firent persécuteurs à leur tour, et nous sommes ceux qui, prenant le parti du peuple exterminé, proclamant « plus jamais ça ! », veulent imposer leur loi au monde !

    Ouvrons les yeux ! ne soyons pas insensibles aux souffrances que nous infligeons ! Mettons en œuvre les principes que nous professons ! Ne faisons pas « notre devoir », qu’il soit devoir de civilisation, devoir d’ingérence, devoir de développement économique, devoir de promotion des droits de l’homme ou devoir de lutte contre le terrorisme… car c’est en faisant notre devoir au nom d’un supposé bien que nous faisons le mal. Ne suffit-il pas d’ouvrir le journal pour le vérifier ? Nations occidentales, par notre avidité sans bornes, par la force irrésistible de nos capitaux, par la suprématie sans partage de notre science, par la menace de nos armes… n’asservissons¬nous pas le monde ?

    Il n’est pas trop tard. Cessons de jouer. Voyons les choses comme elles sont. Voyons-nous tels que nous sommes. Entendons Hélène Berr et la vérité qu’elle exprime du fond de l’horreur. Ne cédons pas encore et toujours à la si tentante nécessité du devoir, rompons l’ordre immémorial des choses, sortons de « l’écoulement continu depuis l’origine » : sachons enfin ce que nous faisons.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 23/01/2015 @ 09:23

  148. Voeux pieux en contradiction avec la nature, celle des animaux et la nôtre et qui est tempérée par les religions les lois et la réflexion.
    Tant qu’il y aura deux êtres vivants sur terre ils s’aimeront se multiplieront se feront la guerre et mourront .. pour recommencer au point de départ. Il y aura toujours une Hélène Berr et un Hitler et en disant cela j’enfonce encore des portes ouvertes même s’il existera toujours aussi des idéalistes , et heureusement , pour prétendre changer le monde .
    Ce que je crois le plus dangereux ce sont les convictions et la prétention qu’ont certains d’agir ou de nous faire croire qu’ils agissent au nom du bien pour tous . Le coup du  » petit père des peuples  » à plus ou moins grande échelle.

    Commentaire par Scaramouche — 23/01/2015 @ 12:08

  149. @ Scaramouche
    Vous mélangez tout.
    Et ce n’est pas exactement la même chose d’être Hélène Berr ou Hitler, victime ou bourreau.
    Les hommes ont deux différences avec les animaux: 1/ ils s’entretuent entre congénères et 2/ ils ont appris à vivre avec, bien obligés.
    S’ils s’étaient contenté de s’aimer, se multiplier, se faire la guerre… ils auraient disparus depuis belle lurette. De nombreuses populations ont disparu en effet de cette façon, sous l’effet de leur propre violence.
    Pour s’en sortir ils ont développé des parades : concentrer leurs violences communes contre un ennemi commun à éliminer. Le Boche pour les Français, par exemple.
    Mais désormais nous savons que c’est injuste, absurde. Le sachant le remède est devenu inefficace. Alors que fait-on ? On continue à se battre et à s’entretuer, jusqu’à la disparition finale ? c’est ce que vous préconisez, implicitement, comme beaucoup de gens..
    On peut rêver à autre chose…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 23/01/2015 @ 12:37

  150. Commentaire par zelectron — 23/01/2015 @ 12:41

  151.  » @ Denis Monod Broca

    Puis-je sans vous choquer dire qu’ il me semble que vous extrapolez allégrement , je n’oserai pas dire que vous mélangez tout ce serait la réponse facile du berger à la bergère mais je ne comprends pas grand chose à votre réaction.
    En fait je constatais seulement comme tout le monde (en enfonçant des portes ouvertes) que depuis les débuts de l’humanité il y a eu des guerres et des massacres et qu’il y aura toujours des voleurs et des assassins, il y aura toujours aussi quelques martyrs et quelques saints et ça continue depuis qu’il y a deux êtres vivants sur terre.
    Pour moi le paradis n’est pas de ce monde mais où avez-vous vu que je pense que c’est la même chose d’être Helène Berr ou Hitler , victime ou prédateur?
    Peut-être (et c’est tant mieux) referez vous le monde … mais ça ne suffit pas pour dire que je « préconise » et justifie la bagarre. Encore une fois je constate une évidence depuis que la terre tourne et qu’il y a des êtres vivants.
    Ç’est du fatalisme tout bête et ça ne va pas plus loin .

    Votre petit coeur tout mignon Zelectron préfigure le monde de Bisounours qui nous est promis , c’est évident que tous les espoirs sont permis puisque dans le fond nous nous aimons tous et nous sommes bienveillants 😃😄

    Commentaire par Scaramouche — 23/01/2015 @ 20:32

  152. Chère fine Mouche,
    Pour atteindre le monde de bisounours, je préfère le moyen de la conquête des étoiles et y compris ses dangers, mais ça, ce n’est pas pour demain puisque les gaspillages éhontés de toutes sortes risquent hélas de nous priver définitivement de l’ingrédient essentiel : l’énergie.

    Commentaire par zelectron — 23/01/2015 @ 20:42

  153. Malheureusement, Zelectron, nous manquerons d’eau potable avant de manquer d’énergie.

    Commentaire par Dorine — 23/01/2015 @ 21:59

  154. @ Scaramouche

    En effet j’ai extrapolé vos propos et manifestement pas dans la bonne direction. Si nos positions sont plus proches que je ne le pensais, tant mieux.
    Il n’empêche : votre fatalisme – c’est votre mot – est gros de tous les dangers. Si nous nous abandonnons à notre nature tueuse, c’en est fait de l’humanité. Permettez-moi de penser que c’est dommage. D’autant plus dommage que nous le savons.
    Je ne referai pas le monde tout seul, en effet, mais la vérité peut beaucoup…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 23/01/2015 @ 22:14

  155. @Dorine,
    Il paraît que certains astéroïdes ne sont que glace !
    Mais je parlais aussi de l’énergie vitale: avoir envie d’avoir envie, plus haut, plus fort, plus vite, plus merveilleux, plus extraordinaire, et à écouter les Cassandre . . .

    Commentaire par zelectron — 24/01/2015 @ 00:02

  156. @zelectron

    Il parait qu’on  » est tous dans le caniveau mais que certains regardent les étoiles « .
    Il y a des étoiles différentes pour chacun de nous mais il n’empêche qu’il y a des catégories de gens qui » rayonnent  » plus que d’autres , des gens qui « planent » dans le bon sens du terme et parmi eux certains religieux , des musiciens et .. les astro-physiciens . Je suis avare de mon admiration mais j’avoue que ces derniers me fascinent ! … sans doute parce qu’ils m’entrainent dans quelque chose que je ne comprends pas et me dépasse.

    Commentaire par Scaramouche — 24/01/2015 @ 07:54

  157. Nous vivons un temps du faux, une ère de l’avoir l’air, une époque du comme si
    Le Qatar embauche des handballeurs du monde entier, les naturalise qatari, et voilà son équipe « nationale »…
    BMW achète la marque min, construit un modèle quatre portes gros comme une berline familiale, il s’appelle lui aussi « mini »…
    L’euro est un deutschemark déguisé, mais on l’appelle « monnaie européenne »…
    On autorise l’union de deux personnes de même sexe et on la nomme « mariage »…
    Le parti socialiste se dit toujours « socialiste »…
    A coups de massue, nous enfonçons la Grèce dans la misère et lé récession, et nous appelons cela « la sauver »…
    On voudrait que je sois « Charlie »…
    Au nom de la liberté d’expression on réprime toutes les expressions contraires à cette si étrange conception de la « liberté d’expression »…
    La laïcité va être enseignée à l’école, c’est le nouveau catéchisme…
    Mais jusqu’où iront nous comme cela ?
    Quand les mots n’ont plus de sens, la force a le champ libre.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 01/02/2015 @ 11:52

  158. Erratum :
    Mais jusqu’où irons-nous comme cela ?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 01/02/2015 @ 11:59

  159. mon cher Denis Monod-Broca, ne pleurons pas sur nous. La civilisation occidentale n’est pas la Jérusalem céleste et elle se tire toute seule une balle dans le pied. Je ne regretterai probablement pas sa disparition en raison de sa décadence, mais le passage à un autre système de société ne se fait généralement pas sans violence.

    Ma réelle interrogation est de savoir si nous sommes sur une transition du type moyen-âge vers état dit moderne, ou si nous assistons à la disparition de l’Occident du type effondrement du monde romain qui n’a pas su gérer son extension in fine.

    De toute façon, nous serons secoués par les convulsions de la mondialisation, par l’inanité des décideurs, par un manque de courage et une absence de vision sur le long terme.

    Laissons aux jeunes,( ceux dont nous n’avons pas assez castré la cervelle pour qu’ils ne pensent pas ) le soin de construire le monde futur et à leur mesure. Nous, nous ferons comme Sidoine Apollinaire qui s’est replié à la fin de sa vie dans le cercle des vieux intellectuels gallo-romains, après avoir essayé (difficilement) d’aider à l’émergence civilisée d’un monde à l’origine barbare…..

    @Zelectron : il semble qu’il y ait une énorme réserve d’eau sous la croûte terrestre. Finalement, nous n’avons pas eu besoin des astéroïdes et comètes plein d’eau pour voir la vie surgir sur terre.

    Commentaire par Dorine — 01/02/2015 @ 12:30

  160. Chère Dorine,
    Je sais tout ça, et regrette que les étoiles ne soient pas un but plutôt que la guerre !
    Quant à la « réserve » d’H²O, il y aura bien qqn pour la polluer.
    En aparté (uchronie) : l’Europe constitua la plus grande civilisation de tous les temps, elle irrigua de ses sciences et arts même ceux qui la combattirent avant de . . .

    Commentaire par zelectron — 01/02/2015 @ 12:49

  161. @ Dorine

    Personnes, nations, civilisations sont mortelles, donc d’accord soyons prêts à mourir. Faut-il se résoudre à laisser disparaître le savoir accumulé au cours des siècles comme vous le laissez entendre ? Ne serait-ce pas là une coupable démission ?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 01/02/2015 @ 12:57

  162. Dennis , autre correction.
    Quand les mots n’ont plus de sens, la force a le champ libre.
    Quand les signes remplacent le sens,la rhétorique et la force du cinéma ont le champ libre. Fabrication de victimes de l’impression, la représentation est à bout de souffle. J’étais hier soir à une conférence de François Asselineau de l’UPR, pour voir de futurs acteurs, c’était pas évident mais ils se cultivent pratiquement sur le cinéma européen et ses fondateurs qui cultivent le casino à tout prix et le ressentiment pour tous.
    Poutine leur à clairement dit récemment « çà sert à rien de jouer au con », charlie c’est bien la connerie victorieuse, qui a des soucis.

    Commentaire par legrandjeu — 01/02/2015 @ 14:08

  163. @ Denis : ce n’est pas une démission, car il y a toujours un fond culturel qui resurgit, ou un lien qui fait continuité. Le christianisme a été ce lien entre l’empire romain et les royaumes francs. les royautés entre la féodalité et la Renaissance. D’autres savoirs vont apparaître, mais il utiliseront les savoirs accumulés au cours des millénaires.

    @ grandjeu : on dit que lorsqu’on perd du vocabulaire pour s’exprimer, la violence remplace le dialogue. On y est. Nombreux sont ceux qui ne comprennent plus les textes d’auteurs qui nous ont précédés, récents ou anciens.

    Commentaire par Dorine — 01/02/2015 @ 14:41

  164. @ le grand jeu
    j’aime cette « connerie victorieuse qui a des soucis »
    C’est utilisable pour tout .

    @denis Monod Brocca
    Je ne suis pas fataliste j’ai seulement entendu toute ma vie qu’il fallait relever la France la sortir du marasme voter pour le changement avec les mêmes antiennes droite gauche sans oublier de nouveaux boucs émissaires à chaque fois : « faire le ménage et la révolution » .. On adore .
    Excusez -moi mais c’est lassant .. Je pense qu’il n’y a pas de « lendemains qui chantent » ou qu’ils ne sont pas pour tous , je pense que nous perdons au cours du temps un peu plus de notre âme en faveur du faux -bien être qu’apporte la technique, que nous oublions l’essentiel pour le factice et que maintenant le vide moral nous aspire à toute vitesse ..
    Aucune illusion on ne reviendra jamais au temps des lampes à huile et dans un sens tant mieux , mais pour survivre Il va falloir s’adapter au mondialisme ou disparaître dans la masse.
    De là à espèrer que le salut viendra d’une jeunesse que nous n’avons pas su éduquer dans un monde que nous avons détruit .. Je le souhaite mais ça me semble bien utopique

    Commentaire par Scaramouche — 04/02/2015 @ 13:20

  165. La liberté d’expression comme tout le reste à un prix, 30000 euro, c’est officiel dés ce soir. Et vive la racaille qui fera bientôt parti du PIB,très brut,prostitution, drogues, racket en tous genres ! Et ils feignent de s’étonner de la monté du FN………….nous vivons un sacré moment en ochident !
    PS cerisa sur le gâteau, 3 militaires armés, style sans dents, se font agresser à coups de couteaux par le clone de coulibaly, çà sent la kabbale.

    Commentaire par legrandjeu — 04/02/2015 @ 21:56

  166. @ le grand jeu
    Agresser seul avec un couteau trois militaires armés ? Ca peut faire mal mais ce n’est pas sérieux ! Le geste a plus d’importance que la blessure subie.
    Ce qui est remarquable en revanche c’est l’attitude « pro  » des militaires qui ont réagi calmement. Pas sûr que si nous avions armé des policiers municipaux ils auraient dans le même cas réagi avec ce bon sens..
    Un carnage tient parfois à peu de chose : Une rapide évaluation de la situation à sa juste valeur, tout l’inverse du travail des media.
    Idem pour des paroles : suivant l’intonation , les circonstances ou le contexte elles sont souvent reçues et interprêtées en fonction de chacun , de notre capacité d’écoute et de compréhension, le niveau intellectuel ou culturel et .. au premier ou au second degré , et plutôt qu’à une  » kabbale » ou je ne sais quelle conspiration j’ai peur que nous tombions encore dans un de ces excès dont nous avons le secret .

    Commentaire par Scaramouche — 05/02/2015 @ 08:49

  167. La question ne se pose pas en termes de partager le style et les conceptions de Charlie. C’est un faux débat.
    Il ne s’agit pas de dire nous sommes tous anarchistes et bouffeurs de curé. Il ne s’agit pas de s’identifier à Charlie-anar, mais de dire sa solidarité avec les victimes d’un attentat gravissime, qui ne s’est du reste pas arrêté à Charlie : il y a eu ces assassinats, puis des personnes retenues en otage, et des policiers et des Juifs assassinés, et même un policier musulman, assassiné en tant que traître à l’islam puisqu’il servait la République.
    Un comité de rédaction d’un journal a été décapité, on n’a jamais vu chose pareille. Et par des djihadistes se réclamant de l’islam.

    Manifester, s’exprimer, réagir, s’impose comme une évidence, pour moi. C’est la République qui a été défiée, et attaquée. C’est la nation toute entière qui est blessée. Ce sont nos libertés qui sont visées. Et cela s’inscrit dans une logique de guerre civile que le djihad voudrait provoquer en Europe.

    N’importe quel autre journal eut été ainsi attaqué et décimé, ç’eut été pareil, quelle que soit l’orientation du journal (bon, pour Minute, je ne sais pas, mais sinon, n’importe quel journal, c’est pareil)

    Manifester c’est répondre à la terreur : nous ne cèderons pas. Cela n’a rien à voir avec une adhésion au style Charlie, si ce n’est que cela rend le journal sympathique à des tas de gens qui ne le lisaient pas. Mais c’est une autre affaire…

    Défendre la liberté d’expression et les libertés que donne la laïcité dans notre république, et dénoncer l’islamisme international et répondre à la terreur pour montrer qu’on ne se laisse pas terroriser, c’est cela qui était en jeu et ce n’est pas pour rien qu’il y a eu 5 millions de personnes dans la rue, au moins (car chaque jour, chaque soir, les manifestations se renouvelaient partout).

    Alors on peut bien faire la fine bouche sur les manifestations , spontanément appelées, parce qu’après tel ou tel a déclaré… parce que ses sont adjoints … L’essentiel n’est pas là. La France s’est redressée, s’est unie , pas pour dire qu’elle adoptait le style Charlie, mais pour dire qu’elle résistait et ne pliait pas devant la terreur, qu’elle était prête à défendre la République.

    Et c’est ce message qui restera, on l’espère, et cet objectif qu’il faudra continuer à défendre quand le soufflé sera retombé et qu’apparaîtront les problèmes, à commencer précisément par le fait que nombreux sont ceux qui ne veulent pas participer de ce mouvement en faisant la fine bouche parce que ceci cela et restent dans les marges, comme sont restés dans les marges l’extrême-gauche, l’extrême-droite et les banlieues : tous nos problèmes précisément .

    Commentaire par Thierry — 05/02/2015 @ 09:40

  168. @Thierry

    Fort bien on a trouvé le bouc émissaire idéal celui que personne ne peut défendre ( enfin presque) mais ce n’est pas parce que trois millions de citoyens sont déscendus dans la rue que les 62 millions restants sont la main dans la main.
    Les gouvernants un oeil fixé sur les élections l’autre sur leurs communicants remontent dans les sondages mais comme vous le dites ce n’est qu’un soufflé .
    On a dit notre solidarité. Ca s’arrête là.

    Commentaire par Scaramouche — 05/02/2015 @ 14:34

  169. L’attitude « pro » aurait été de le descendre, tout simplement, scaramouche. Que va t il nous apprendre celui là, toute une misère qu’il faudrait réinsérer, sacré exemple pour les autres, on a le droit à un premier essai, médaille de l’horreur. Tiens çà c’est pas censuré donc encouragé, leurs fêtes des mères, version la fouine, une énorme chance pour la France, 11 millions de vues, y a du potentiel……d’excuses et puis çà fait travailler les psy, les anxiolytiques et,et….récemment les marchands de gilet pare balles en rupture de stock, le crime c’est bon pour relancer le PIBrut, très brut, c’est de cette kabbale atterrante dont le grand jeu parle et que certains POLITIQUES mettent en SCÈNES, import export de conflits chez les autres mais pas chez eux, c’est tout ce dont parle Dieudonné pas contre les juifs mais sur les juifs ! D’un ghetto à l’autre mais pas pour les autres, c’est pas bien de se replier sur soi etc…… 30% +++ au FN

    Commentaire par legrandjeu — 05/02/2015 @ 14:54

  170. Je vous comprends très bien croyez-le et partage vos sentiments mais attention à la démesure dans les réactions avec risque de faire un martyr avec un déséquilibré qui fera monter la mayonnaise .. En plus sortir une arme dans la rue comporte des riques de dommages collatéraux . J’ai vu les dégâts aux USA..
    Evaluer les « bénéfices riques  » en un clin d’oeil c’est très professionnel. Pas facile d’évaluer un danger et la peur est mauvaise conseillère. Je crains plus que tout le stressé armé légalement qui pointe son arme sur vous quand vous sortez un mouchoir .
    Si on se conduit comme eux on devient des sauvages et notre force réside dans nos différences. Pas question d’appliquer l’Evangile pour autant

    Commentaire par Scaramouche — 05/02/2015 @ 19:07

  171. […] est celle du « DNS menteur ». Entrer ces adresses aux endroits appropriés du système. Etre ou ne pas être Charlie, là est donc la question. Verrouiller vos paramètres de […]

    Ping par Associatif - Militantisme - Vie Privée | Pearltrees — 22/08/2015 @ 16:36


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :