La Plume d'Aliocha

18/02/2016

Silence, on tue les libertés !

Filed under: Droits et libertés,questions d'avenir,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 22:06

En fin de journée, j’ai interviewé un bâtonnier. Peu importe lequel, en ce moment, sur fond d’état d’urgence et face aux libertés en péril, ils pensent tous pareil. Et pas seulement eux, tous les avocats, et puis tous les juges, et sans doute tout ce que la France compte de juristes, et pas seulement….C’était une interview difficile car il y avait trop de sujets à aborder et pas assez de temps. La situation du tribunal de Bobigny, catastrophique. Celle des autres tribunaux de France, pas meilleure. La réforme constitutionnelle et l’état d’urgence. Le statut des libertés publiques. L’inscription loupée du droit à l’avocat dans notre constitution. La réforme pénale qui banalise la possibilité pour tout un chacun, parce qu’il aura bavardé un jour avec un cafetier soupçonné sans qu’il le sache de frayer avec des terroristes, de se retrouver  en pleine nuit avec sa porte d’appartement défoncée par des types cagoulés, plaqué au sol et menotté devant ses enfants. Ce bâtonnier soudain m’a interpellée : « vous êtes où les médias, quand on tue les libertés publiques, on ne vous entend pas ! Quand Christiane Taubira a quitté le ministère, on est resté 30 minutes sur son départ à bicyclette pour admirer son pédalier, mais personne n’a parlé de l’essentiel, au même moment le nouveau garde des sceaux Jean-Jacques Urvoas reconnaissait et c’était une première, la situation d’urgence de la justice. Or sans justice, il n’y a pas de démocratie. Comment ne pas être amer face à des médias qui ratent l’essentiel ? », a conclu mon interlocuteur.

J’ai baissé la tête. En tant que journaliste spécialisée, ce n’est pas vers moi que se tournait sa colère, puisque j’étais là et que depuis novembre je ne cessais, comme d’autres journalistes spécialisés, de relayer les cris d’alerte des juristes. Il en voulait au Système qui mécaniquement est bien plus attiré par le vélo de Taubira  que par les paroles essentielles – mais si peu spectaculaires – de son successeur. Il avait raison. Rien de ce qu’il me disait ne me surprenait. J’ai répondu que sur Twitter tout le monde, en tout cas dans ma TL de juristes, était conscient de l’insupportable et bien inutile sacrifice de nos libertés. Réponse dérisoire et à côté de la plaque. Mon petit microcosme que j’ai confortablement taillé à la mesure de mes centres d’intérêt (et c’est bien le défaut d’Internet par rapport à un journal qui vous parle de tout, y compris de ce qui ne vous intéresse a priori pas), mon petit monde en effet est d’accord avec moi et me donne l’illusion que le « Grand » monde l’est aussi.

Fumisterie.

C’est le bâtonnier qui a raison.

Alors voilà, je lance cette petite bouteille à la mer. Il y a beaucoup d’avocats, de juges, d’universitaires qui savent qu’on va dans le mur, c’est le moment, puissants confrères des grands médias, de leur donner la parole. Ouvrez-leur vos spectaculaires matinales radio, vos chaines d’information en continu, vos émissions de prime time ou de deuxième partie de soirée, ils parlent bien, ont des tas d’exemples concrets à donner.  Ils vous raconteront que les Etats-Unis suite aux attentats du 11 septembre ont commis la même erreur que nous et admettent aujourd’hui avoir sacrifié leurs libertés pour rien. Ils vous abreuveront d’anecdotes effrayantes et de formule choc. Ce sont d’excellents clients qui, en plus, défendent une excellente cause. Invitez-les. Il y a tant de valeurs communes entre le journalisme au sens noble du terme et l’avocat défenseur des libertés. Tout n’est peut-être pas perdu.

Publicités

39 commentaires »

  1. Merci pour ce billet Aliocha
    Le nouvel occupant de la Place Vendôme est l’ancien rapporteur de la loi Renseignements, quelqu’un qui affirmait sans sourciller soutenir des lois liberticides. Je crois que nous sommes face à une bande de totalitaires qui ne s’ignorent pas du tout. Oui interpellez les médias qui sont inféodés et dépendants qui des fréquences qui des subventions. Mais le n’ai pas non plus souvenir d’une levée de bouclier aussi violente que l’eut réclamée la situation quand le législateur voulait imposer à l’avocat l’obligation de dénoncer son client fraudeur… Ils ont été, de mon point de vue, trop discrets. Alors si médias et avocats se refilent la patate chaude, pendant ce temps là le législateur impose des lois scélérates sans soucis -sauf pour les justiciables qui seront de moins en moins des citoyens

    Commentaire par Remseeks — 18/02/2016 @ 22:23

  2. Le plus triste, c’est que à qui certains voudraient s’adresser pour leur faire comprendre l’ampleur du problème ne veulent pas entendre !

    Commentaire par fultrix — 18/02/2016 @ 22:37

  3. Ah, mais, quand les banques, dont la SocGen, seront mieux taxées, peut-être dégagera-t-on de quoi améliorer les budgets des administrations. Ne manquez pas l’essentiel.

    Commentaire par Jef Tombeur — 18/02/2016 @ 22:40

  4. L’évidence socialo-faciste …

    Commentaire par zelectron — 18/02/2016 @ 22:41

  5. Cri d’alarme bien senti et bienvenu !
    Billet salutaire.
    Remonter à la surface sera long. Mais avons-nous seulement touché le fond ?

    Les lois sont écrites à Bruxelles, la justice contrôlée à Strasbourg, la monnaie gérée à Francfort, la guerre décidée à Washington, alors… nos libertés…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 18/02/2016 @ 23:18

  6. Jeff Tombeur : si je puis me permettre taxer les entreprises n’est pas la bonne solution : regardez le retour en forme de l’Irlande, il est dû en grande partie à un taux d’imposition volontairement conservé plus bas malgré d’énormes tensions budgétaires. Maintenant plutôt que de taxer les banques il vaudrait mieux leur faire payer le prix de la garantie implicite que leurs consent l’Etat et indirectement les contribuables en les renflouant dès que nécessaire….

    Commentaire par Remseeks — 18/02/2016 @ 23:33

  7. Ca fait plaisir à lire !

    Commentaire par nitot — 19/02/2016 @ 09:36

  8. A reblogué ceci sur leclown.

    Commentaire par grockleclown — 19/02/2016 @ 10:01

  9. @ Remseeks :

    La formulation de Jeff Tombeur n’est peut-être pas la plus adroite, mais le fond y est : on racle les fonds de tiroirs partout pour faire des économies, alors qu’avec une volonté empreinte de fermeté, on pourrait récupérer les fonds à l’abri au Luxembourg ou ailleurs, tous ces milliards qui manquent aux différents budgets de l’état. Faire des économies c’est bien, c’est vertueux… jusqu’à un certain point, à partir duquel on bascule vers le dysfonctionnement.

    Commentaire par Zarga — 19/02/2016 @ 12:10

  10. Le gros problème des hommes politiques français – au gouvernement comme chez LR, c’est qu’ils se font dicter leur agenda par le FN depuis environ 15 ans.

    En 2002, Jospin a été éliminé au 1er tour pour 2 raisons : une dispersion des voix à gauche, et la droite qui a amplifié pour son profit la thématique de la « sécurité » (et indirectement la peur de l’immigration) dans les médias : « laxisme » présumé des socialistes.
    À cause de ce choc, Sarkozy s’est largement orienté dans le sécuritaire/nationaliste, ce qui lui a certes permis de contenir le FN dans un premier temps, mais le retour de baton est venu en 2012, vu que sa politique ne pouvait pas les fruits attendus.

    Hollande/Valls, décidant de ne pas de faire piéger comme Jospin, tentent donc de se montrer extrêmement durs sur le plan de la sécurité. Pour moi, c’est une folie : vu qu’il est strictement impossible d’avoir 0 faits divers graves (que ce soit des attentats, des agressions horribles sur personnes âgées, etc…), il y a forcément un moment où l’on soulignera les points noirs de leur bilan.

    L’état d’urgence est une mesure de l’extrême, malheureux symptômatique de politiques rendus fous en ne voulant prendre strictement aucun risque pour la prochaine élection. Pour cette raison, ils ne pourront plus enlever l’état d’urgence : imaginez que par malheur, un attentat se produit peu de temps après cette levée… ce qui est même probable, puisque les terroristes savent qu’ils auront ainsi des retombées médiatiques maximales.

    Et en face, on a une pauvreté rampante dans la population. Une peur et une stigmatisation de l’étranger (pays de l’Est, roms, syriens, etc…), alors que celui-ci est plus une chance qu’une charge.
    Et une Justice asphyxiée, avec beaucoup trop peu de moyens, alors que c’est elle la première pierre d’une démocratie saine : c’est en partie voulu, car il ne faut pas que des juges trop libres inquiètent ceux qui ont magouillé….

    Commentaire par Sceptique — 19/02/2016 @ 13:25

  11. Bonjour Aliocha
    Bravo vous réveillez enfin et pas sur twitter.
    Lambda.

    Commentaire par Lambda — 19/02/2016 @ 14:23

  12. Bonsoir Aliocha,

    Je ne cherche pas à vous flatter mais, une nouvelle fois, vous faites honneur à ce qui reste de votre profession via ce billet. J’ai malheureusement bien peur que la messe soit dite et que, conformément à leurs mauvaises habitudes, vos « collègues », ci-devant directeur de conscience autoproclamé et défenseur de la démocratie (ah, le mythe du quatrième pouvoir!!!) préfèrent nous abreuver des propos insignifiants et d’une rare stupidité d’un fouteux ou de la nième nuliisime petite phrase d’un des guignols politiques qui assèchent ce pays par leur incompétence et leur ambition malsaine. Quand je lis que ce qui nous sert de parlement a voté comme un seul homme le prolongement inutile d’un état d’urgence alors que les urgences s’accumulent au premier plan desquelles il y a la situation catastrophique de la Justice et de la Défense (et je vous prie de croire que dans l’un et l’autre cas, je suis un témoin de première ligne) sans parler évidemment du naufrage économique que nous observons tous au quotidien, j’ai presque envie de pleurer. Il est vrai qu’il est nettement plus facile de casser du « petit juge » (comme s’il n’y avait pas de petits journalistes), éternel frustré necessairement incompétent, ou de railler les rambos nationaux (cheveux courts, idées courtes, c’est bien connu), éternels nostalgiques des conflits coloniaux.
    Un blogueur bien en vu en matière de défense (Régis Olivier) rapporte sur son blog « le colonel 2.0 » que les officiers généraux serait prêts à la démission collective tant la situation est grave. Quant au monde judiciaire, les premiers présidents de cour d’appel ont lancé il y a quelques semaines un appel solennel aux « autorités politiques » de ce pays pour qu’ils reviennent à une vision plus juste et plus raisonnée de ce que doit être le respect des libertés publiques (Gilles Devers sur son blog « Actualités du droit » en parle très bien). Rien ou si peu dans les torchons officiels, mélange de moins en moins habile de propagande et de désinformation (les cas de la Syrie et de l’Ukraine resteront dans les annales sur ce plan). Il est vrai que les chiens ne mordent pas la main qui les nourrit. Mais comment allons nous pouvoir nous en sortir au moment où un élu déclare, en dépit des lourdes charges qui pèsent sur sa gestion hasardeuse des deniers publics, qu’on est pas prêt de le voir démissionner ou qu’un autre , condamné à une lourde peine de prison avec sursis pour abus de biens sociaux, s’apprête à briguer la charge suprême sans parler du honteux tripatouillage auquel le dernier « remaniement » a donné lieu? Les chinois disent que le poisson pourrit toujours par la tête. Il n’y a pas que la tête qui est touchée.

    Bonne soirée

    Bonne soirée

    Commentaire par H. — 19/02/2016 @ 21:08

  13. Une fois de plus, Mlle Aliocha montre qu’elle est bien de droite. Comme si on pouvait changer les choses avec de simples choix individuels de journalistes ! Vous devriez regarder l’émission d’ASI consacrée à la censure chez Bolloré :
    http://www.arretsurimages.net/emissions/2016-02-12/Bollore-et-Hollande-ont-un-interet-conjoint-a-etouffer-l-investigation-id8475 (temporairement gratuit, profitez-en).
    Par ailleurs, il y a un film génial de François Ruffin qui sort le 24 février prochain (« Merci patron ») et dont le sujet est Bernard Arnault. Or, Bernard Arnaud est propriétaire d’un tas de journaux et magazines, qui ne parleront donc pas de ce film. N’en parleront pas non plus, ou avec des pincettes, tous les journaux qui font de la pub pour les produits de l’empire du luxe de Bernard Arnault, le PDG de LVMH. Même Frédéric Taddéï, dont on vante partout l’indépendance d’esprit, a dû décommander François Ruffin à la dernière minute :
    http://www.arretsurimages.net/breves/2016-02-19/Merci-patron-Ruffin-decommande-d-Europe-1-id19679
    Bref, je pourrais multiplier les exemples à l’infini. Tout ça pour vous montrer, chère Aliocha, que l’état déplorable de la presse n’est pas dû à des choix individuels douteux des journalistes. Mais à la structure même du paysage médiatique, concentré de plus en plus dans des mains d’oligarques, de banquiers, de marchands d’armes, de béton, bref des personnes qui n’ont qu’un lointain rapport avec le journalisme et qui, en possédant des journaux, s’offrent des positions d’influences pour leurs petites affaires.
    Je pourrais aussi, concernant la presse en ligne, donner l’exemple d’Allo-Ciné, qui ne ressemble plus à rien depuis qu’il a été racheté par Webedia :
    http://www.arretsurimages.net/breves/2016-02-19/Allocine-et-la-liste-de-films-a-bichonner-TeleObs-id19681

    Commentaire par Gilbert — 20/02/2016 @ 03:04

  14. Le système n’est pas une entité en soi, il nait des interactions, intentions et actions délibérées de ceux qui le composent : en gros, si les médias « mainstream » ne parlent pas des craintes des juristes et uniquement de la satisfaction de certains des mesures sécuritaires en éludant l’érosion des libertés fondamentales, ce n’est pas par hasard.
    Par contre, dans les médias plus engagés et peut-être moins visibles, cela fait un moment que les mises en garde se propagent… avec leurs lots de contrevérités aussi.
    Ce qui ramène toujours sur le tapis la question de la désaffection du public pour les médias qui lui sont dédiés sous l’appellation de «grand public»…

    Donc un appel poli aux médias « mainstream » achetés à prix d’or par des intérêts particuliers à ouvrir leurs colonnes et canaux à une information plus impartiale me semble assez vain. C’est sympa, mais assez vain.

    Les confrères encore aux manettes dans les médias « mainstream » ne doivent surement pas leur survie professionnelle à leurs engagements bien tranchés. Ceux qui défendaient une certaine vision de l’information sabre au clair ont été soit placardisés, soit débarqués ou ont préféré prendre les devants et se tirer avec la prime de conscience pour créer leurs propres médias (qui n’ont hélas ni les mêmes moyens ni la même force de frappe de ceux qu’ils se sont résignés à quitter). C’est donc de là qu’une certaine version des choses peut encore émerger, ce sont donc ceux-là qu’il n’est nul besoin de solliciter, mais plutôt de soutenir pour qu’ils aient enfin les moyens à la hauteur de la tâche qu’ils se sont assignée!

    Commentaire par Le Monolecte — 21/02/2016 @ 13:31

  15.  » Or sans justice, il n’y a pas de démocratie »
    Mais la France pourrait dire « mon mal vient de plus loin ». D’où ? Notre Constitution n’est pas digne : un Président qui laisse un os à ronger au Parlement et un judiciaire même pas reconnu comme un pouvoir. Le judicaire, pas un pouvoir, une autorité, qui n’a, en conséquence, que des budgets ridicules chez nous.

    Se comparer aux Etats-Unis ? Je rêve. Eux et nous avons nos dérives mais eux peuvent plus s’en permettre : vrai équilibre des pouvoirs, amour de la liberté, et preuve, pas otage de l’égalité, et la liberté, ils ne passent pas leur temps à la perdre, eux.
    Nous… D’un côté, chaque dérive est plus grave, vu notre pedigree. Mais d’un autre côté, l’état d’urgence, pour nous, c’est bien. Une réaction ! Incroyable. La vieille Europe a été submergée par le totalitarisme, nazisme, communisme, la France attendant qu’on la délivre avant, depuis lors, de s’adonner à l’antiaméricanisme, sans doute parce que la gratitude est trop lourde à porter.
    Bref, la France a subi passivement. L’état d’urgence ? Une réaction. Positive dans un sens si négative dans l’autre. Comme il y a donc du pour et du contre, je ne prends pas position.

    C’était, c’est toujours en amont qu’il faut agir !
    Equilibre des pouvoirs. Construction d’une Europe politique et militaire alliée et amie mais puisqu’aussi puissante que les Etats-Unis, indépendante d’eux. Autres projets pouvant rassembler la droite et la gauche.

    Commentaire par Noblejoué — 21/02/2016 @ 19:14

  16. l’équilibre commence par le contrôle des élus, en particulier députés et sénateurs à qui on devrait adjoindre un certain nombre de retraités (moins chers) issus d’une variété d’ex-professions presque idéale …

    Commentaire par zelectron — 21/02/2016 @ 20:28

  17. @ Zelecton

    L’équilibre commence par l’équilibre des pouvoirs. Comment voulez-vous contrôler les élus sans pouvoir de… je ne sais pas, révocation, sans élus qui se controlent entre eux par exemple, chambre haute, chambre basse égale, sans pouvoir judiciaire ?
    Les Français ne croient pas aux :
    – Corps intermédiaires, voire le peu de syndicats et autres, de gens dedans, de syndicats « politisés » au mauvais sens du terme, pour la conquête du pouvoir…. Pitoyable. Défendre leur entreprise, leur branche, les travailleurs, très peu pour eux, une idéologie, des partis, oui… Diaboliser les patrons et surtout ne pas se poser de question sur le fait que les femmes, les handicapés, les chômeurs peuvent toujours attendre, avec eux… A force de ne pas s’occuper de minorités dont l’ensemble fait une majorité, il ne faut pas s’étonner de se retrouver tout seul. Diaboliser un adversaire va faciliter les négociations, tiens, écarter un tas de gens va renforcer la mobilisaion, tiens… Les syndicats, les associations, les fondations en France ? Font de la figuration face aux entreprises et à l’Etat.
    – L’équilibre des pouvoirs.

    Et donc ?
    L’indivividu presque seul et nu va s’attaquer à son élu ou patron abusif ?
    Bon, il peut, mais à mon avis, va à la défaite.

    En plus, comment les gens se servent-ils de l’outil électoral ? Les pires corrompus et démagogues sont élus parce qu’on dit indûment que tous les partis sont pareils et tous les politiciens corrompus.
    Faux. Mais qui alimente une tentation du pire… Au lieu de trier les arrêtes pour manger la chair, les gens avalent de plus en plus l’arrête et la Nation l’aura dans la gorge le jour où le FN sera au pouvoir.

    En France, trop de gens ne comprennent pas le moindre mal. Ils attendent le sauveur, la Révolution… Pitoyable ! Au lieu de comparer le passé et le présent, d’éviter le pire, d’experimenter le meilleur, par exemple promouvoir le revenu de vie inconditionné, ils vont déchainer les enfers, de droite ou de gauche ou les deux, enfin, ils vont se trouver des boucs émissaires, des ennemis exterrieurs, réduire autrement les libertés que maintenant. Ils s’entrainent à grand coup de n’importe quoi, tel gauchiste dira que les exploités sont des esclaves ( donc il faut tuer les maîtres, en bonne logique, mais la plume manque aux lâches pour le dire) tel droitiste, ailleurs, dit que les socialistes au pouvoir sont totalitaires (même remarque, sauf que là, c’est le Gouvernement qu’il faudrait frapper).
    En prétendant avoir le meilleur mais porté par le mal comme les gens mettant l’anneau dans le Seigneur des anneaux, on fera adevenir le pire. De même Hyde survient car Jekyll boit son filtre avec de mauvaises intensions. Le ressentiment ne donne jamais rien de bien, les mauvais outils intellectuels style le régime parfait ou l’homme execeptionnel sauvant la Nation, non plus. Nouveau sens de à mauvais ouvriers, pas de bons outils ! Le ressentiment porte à des solutions pire que le mal.

    Contrôler les élus ? Sans guère de moyens institutionnels, sans traditons de corps intermédiaires ?

    Il faut tout reprendre au début. Tout refonder…
    Dur si personne ne parle plus la même langue à force de ressentiments croisés.. Ca me rappele une nouvelle de Caillois où c’est à force de ne plus reconnaitre de loi commune, d’autorité commune que tout le monde parle diverses langues et que la tour ne monte pas jusqu’au ciel comme eille aurait pu. Bon, en France, on prétend toujours avoir de super idées et on proclame au monde qu’on ira jusqu’au ciel.
    Eh bien, non. Burke avait prévu que notre Révolution tournerait mal. Pas pour rien.
    Si on veut m’en croire, mais je rêve, au lieu de toujours chercher le moucheron anglo-saxon, regardons notre poutre.
    Et imitons leur équilibre des pouvoirs. Leur prudence, attendre et voir, leur détachement, leur humour si c’était possible.
    Tout, tout dans la vie dépend des fondations.
    Fondons ou refondons avant qu’il ne soit trop tard.

    Commentaire par Noblejoué — 21/02/2016 @ 21:38

  18. Tout d’abord le nombre d’élus en France doit être divisé par 6
    Par commodité ces « questeurs » (autre nom des contrôleurs) désignés au sort (comme les jurés d’assise) sont au nombre de 80 (3 x 20 + 20 de réserve) et disposent après vote de 2 pouvoirs :
    faire citer en justice avec garde à vue ou bien récompenser par une prime l’élu méritant (jusqu’à hauteur de 500 000 €, ce qui sera nouveau en république)
    je me garde bien de me noyer dans les détails pour être plus clair.

    Commentaire par zelectron — 21/02/2016 @ 22:33

  19. Excusez-moi, Aliocha, mais je crois que vous êtes à côté de la plaque si vous croyez qu’on peut changer les choses en partant de simples choix individuels de journalistes ! Vous devriez regarder l’émission d’ASI consacrée à la censure chez Bolloré :
    http://www.arretsurimages.net/emissions/2016-02-12/Bollore-et-Hollande-ont-un-interet-conjoint-a-etouffer-l-investigation-id8475 (temporairement gratuit, profitez-en).
    Par ailleurs, il y a un film génial de François Ruffin qui sort le 24 février prochain (« Merci patron ») et dont le sujet est Bernard Arnault. Or, Bernard Arnaud est propriétaire d’un tas de journaux et magazines, qui ne parleront donc pas de ce film. N’en parleront pas non plus, ou avec des pincettes, tous les journaux qui font de la pub pour les produits de l’empire du luxe de Bernard Arnault, le PDG de LVMH. Même Frédéric Taddéï, dont on vante partout l’indépendance d’esprit, a dû décommander François Ruffin à la dernière minute :
    http://www.arretsurimages.net/breves/2016-02-19/Merci-patron-Ruffin-decommande-d-Europe-1-id19679
    Bref, je pourrais multiplier les exemples à l’infini. Tout ça pour vous montrer, chère Aliocha, que l’état déplorable de la presse n’est pas dû à des choix individuels douteux des journalistes. Mais à la structure même du paysage médiatique, concentré de plus en plus dans des mains d’oligarques, de banquiers, de marchands d’armes, de béton, bref des personnes qui n’ont qu’un lointain rapport avec le journalisme et qui, en possédant des journaux, s’offrent des positions d’influences pour leurs petites affaires.

    Commentaire par Gilbert — 22/02/2016 @ 01:22

  20. Bonjour Aliocha,

    L’actualité nous sert sur un plateau un exemple flagrant de traitement, que je qualifierai de dissymétrique (je reste poli, d’autres qualificatifs me viennent à l’esprit), de l’information au sujet d’un sanglant fait divers aux USA: http://www.lepoint.fr/monde/fusillade-dans-le-michigan-le-chauffeur-uber-inculpe-de-meurtres-23-02-2016-2020373_24.php) et http://uk.businessinsider.com/uber-driver-with-concealed-handgun-prevents-mass-shooting-in-chicago-2015-4?r=US&IR=T.
    J’ai mis là le lien du Point comme j’aurai pu en prendre un autre. Les médias français soulignent tous dans leur titre le fait que l’auteur de cette fusillade soit un chauffeur UBER. Personnellement, je ne vois pas le lien de cause à effet sauf à vouloir insinuer (j’ai vraiment l’esprit mal tourné) qu’être un chauffeur UBER fait de vous un fou sanguinaire, probablement raciste, en puissance. Il faut aller chercher un lien britannique pour apprendre que dans une autre affaire équivalente, c’est un chauffeur UBER qui a permis d’éviter un massacre.
    Dans l’un et l’autre cas, aucun intérêt à savoir pour qui travaillaient les intéressés. Un léger avantage cependant aux anglais qui mentionnent cette appartenance comme ils auraient mentionné un autre employeur. Le dessein me semble être tout autre dans le cas français où je ne peux m’empêcher de sentir une petite pointe d’anti-libéralisme au pays du socialisme ruineux et triomphant. Une telle fatuité devient proprement insupportable et nombreux sont ceux qui s’en rendent compte. Tant qu’elle perdurera, la fracture s’accentuera.

    Bonne fin de journée

    Commentaire par H. — 23/02/2016 @ 15:49

  21. Oups, doublon de ma part, dû au fait que mon commentaire a mis un certain temps avant d’être publié, ce qui m’a fait croire à une mauvaise manœuvre de ma part.

    Commentaire par Gilbert — 24/02/2016 @ 04:03

  22. @ H :

    Après lecture des deux articles que vous mettez à disposition, je ne vois pas ce qui vous amène à penser que Le Point donne en l’espèce dans l’anti-libéralisme.

    L’article rapporte les propos du chef de la police me semble-t-il, et c’est lui qui parle de « l’aspect Uber » du crime. Le rédacteur aurait pu tout aussi bien passer sous silence cette citation, mais s’il ne doit pas ternir l’image d’Uber à dessein, il n’est pas non plus tenu de la favoriser en gommant tout ce qui pourrait lui nuire.

    Ce qui fait du tort à l’employeur, c’est qu’un de ses employés se soit rendu coupable d’un crime de sang. Si le meurtrier en question avait été salarié d’une autre entreprise, le préjudice aurait été tout aussi important. Et si l’article de presse britannique est positif, c’est parce que dans ce cas-là, le chauffeur Uber a neutralisé un homme armé. Les deux situations sont à l’exact opposé l’une de l’autre.

    De plus, l’article du Point rapporte que l’entreprise a spontanément collaboré avec les forces de police, ce qui est plutôt en faveur d’Uber.

    Mettre sur le dos du rédacteur de l’article une quelconque volonté, plus ou moins dissimulée, de faire passer un message anti-libéral me semble un peu biscornu, comme vous le reconnaissez.

    Commentaire par Zarga — 24/02/2016 @ 10:17

  23. Le SNJ, syndicat majoritaire, loin d’être un nid de gauchistes, dit la même chose que moi à propos des comités Théodule que sont les comités d’éthique chers à Aliocha.
    http://www.telerama.fr/medias/pour-le-syndicat-national-des-journalistes-la-loi-sur-l-independance-des-medias-n-est-qu-un-ecran-de-fumee,138802.php

    Commentaire par Gilbert — 25/02/2016 @ 00:59

  24. @ Zarga

    Merci d’avoir lu les deux articles. Je mets en cause essentiellement les titres (j’ai pris celui du Point au hasard)i utilisés (les mots peuvent tuer) et le silence assourdissant sur le fait relaté par le média anglais. Dans une veine identique, il y a ceci: http://h16free.com/2016/02/25/46845-thinkerview-interroge-natacha-polony-qui-parle-tres-bien-delle-meme-en-parlant-des-autres

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 25/02/2016 @ 09:33

  25. Polony ne répond jamais aux commentaires à l’inverse de notre hôtesse qui prend la peine de le faire lorsque la remarque est justifiée

    Commentaire par zelectron — 25/02/2016 @ 18:15

  26.  » Comment ne pas être amer face à des médias qui ratent l’essentiel »

    Cette petite phrase tirée de votre article Aliocha résume pour moi tout ce que je ressens face à la Presse de plus en plus inféodée aux régimes successifs. Loin de faire un travail pédagogique d’information elle privilégie la direction d’opinion et l’orientation selon les intérêts financiers ou politiques.
    On tue les libertés publiques? Mais ce n’est pas d’aujourd’hui , c’est venu petit à petit insidieusement quand on vous dit comment et quoi penser dès l’école au lieu d’ouvrir l’esprit pour susciter un choix, quand on installe le « politiquement correct » à géométrie variable , quand on dirige vos émotions votre santé etc sous prétexte de soins attentifs dispensés par un « Etat -nounou » . Une manière comme une autre après avoir affaibli notre intellect de nous infantiliser pour mieux nous dominer. Vive L’Etat responsable l’Etat qui prend soin de nous: Un président  » petit père des peuples » .
    Alors si cet Etat viole notre domicile selon son bon vouloir, s’il fouille nos téléphones écoute nos conversations et nous mette en garde à vue abusivement ce n’est que la suite logique d’un long processus qui commence par l’éducation suivie de l’information liberticide dispensée pour nous empêcher de trop réfléchir .
    Tout est fait dans le but de nous infantiliser et les médias sont nos gourous.

    « 

    Commentaire par Scaramouche — 26/02/2016 @ 07:55

  27. Oups « nous met en garde » et pas « mette » mais vous aurez corrigé !!

    Commentaire par Scaramouche — 26/02/2016 @ 07:56

  28. @ H : la France, pays du socialisme triomphant et ruineux ? En l’occurrence, il me semble que ce qui a fini par être ruineux et contribué à un assèchement durable des budgets de l’état, c’est cette course au moins disant fiscal qu’on nous impose depuis des années.
    M. CARREZ lui-même (qui est loin d’être un crypto-troskyste) a chiffré ce qu’ont coûté au budget de l’état les baisses d’impôt qui se sont étalées pendant dix ans entre la fin des années 1990 et 2000. Si on ajoute à cela les fraudes massives et autres évasions vers les paradis fiscaux, on a largement de quoi doter décemment une institution judiciaire pour qu’elle fonctionne de manière correcte.
    Nous avons besoin d’un état qui soit sûr de lui et de ses prérogatives, qui sache taper du poing sur la table et ramener dans le droit chemin les acteurs qui, dès lors qu’on leur lâche trop la bride, accumulent les âneries et amènent l’ensemble du système au bord du gouffre.
    La main invisible du marché est un fantasme dangereux, une fable toxique, les bulles spéculatives qui se succèdent nous le rappellent à chaque fois qu’elles éclatent.
    Je me pose en vain la question de savoir comment les libéraux pur sucre laissent tous ces imposteurs se réclamer d’un courant de pensée qu’ils souillent par des comportements aux antipodes de ce qu’est censé être le libéralisme…

    @ Scaramouche : notre état-nounou tel que vous l’imaginez n’est plus qu’un rêve lointain, et l’assistanat dont on nous rebat les oreilles, une berceuse. Il semble même que le volume de la fraude aux prestations sociales soit inférieur au volume des aides que les bénéficiaires ne réclament plus, tant on finit par les persuader qu’être nécessiteux c’est n’être qu’un « salaud de pauvre » :

    http://www.lagazettedescommunes.com/137865/%C2%AB-le-non-recours-aux-prestations-sociales-est-bien-superieur-a-la-fraude-%C2%BB-philippe-warin-politologue/

    Les injonctions à jouir de tout, en tous endroits et à tous moments, nous sont serinées par le « divin marché », qui nous infantilise ou cherche à nous infantiliser chaque jour un peu plus, à flatter nos pulsions pour que nous ne devenions pas apostats du « Consommation Über Alles ».

    Nous aurions bien besoin ici des lumières d’un Chevalier Bayard, pour nous rappeler pourquoi, historiquement parlant, nous n’avons qu’une autorité judiciaire et pas un pouvoir judiciaire dans notre pays.

    Pour ce qui est de la presse, je pense (naïvement, c’est certain) qu’une partie de la solution passerait par la réappropriation de l’outil de travail par les journalistes eux-mêmes, ceci afin de rester maîtres des contenus et de la place à leur donner. Ça n’est pas d’une révolution prolétarienne dont on a besoin, ni d’une confiscation par la violence, mais de la libre association de professionnels en vue d’exercer leur profession de manière libre et indépendante.

    Si ça, c’est pas libéral…

    Commentaire par Zarga — 27/02/2016 @ 16:58

  29. @Zarga
    Je crois que nous commettons l’erreur de culpabiliser un camp ou un autre une classe sociale ou une autre et que nous pensons que les réformes utiles ne le sont que pour notre voisin. Il faut réformer partout.
    Il y a autant d’abus et de magouilles chez les uns comme chez les autres et je suis bien d’accord avec vous sur mon appellation « d’Etat -nounou providence  » de la façon dont vous la comprenez. Elle avait pour moi une toute autre consonnance péjorative . En fait cela ne concernait pas les aides accordées difficilement au citoyen lambda seulement le manque de libertés qui se fait de plus en plus sentir et avant tout la paperasserie envahissante qui bloque tous mouvements. (Le  » je vais vous protéger » de Sarkozy .. et ce qu’on fait pour notre bien et notre sécurité! )

    0n fait de plus en plus  » où on nous dit de faire » les possibilités d’initiatives sont rares.

    En passant voici un fait réel pour illustrer le quotidien : Une personne âgée vivant seule ayant subi une fracture en plein mois d’Août en ville s’est vu refuser une aide ménagère malgré sa situation précaire parce qu’il fallait établir le dossier de demande qui prenait du temps et que les effectifs en vacances n’étaient pas suffisants.
    Sans le moindre humour il lui a été répondu textuellement  » vous auriez dû nous prévenir avant » !!!
    Pour les aides elles sont plus souvent sur le prospectus du maire et touche plus particulièrement les catégories défendues par des associations. Il y a des professionnels pour ça. A chacun de se débrouiller. La nounou n’est pas généreuse pour tous.

    En ce qui concerne la justice chez nous le mal provient du fait que le président de la République interfère dans la nomination des hauts magistrats , la justice pour moi n’est pas indépendante.. Mais comme vous je suis sans doute naïve et tant mieux cela nous permet encore quelques illusions.
    Vous plaidez aussi pour l’indépendance des journalistes .. Difficile quand la publicité et les grands groupes industriels tiennent leur survie par la barbichette. La qualité est condamnée au profit de l’efficacité dans l’agressivité et suivant la tendance.
    Comme pour les déffilés de mode ou on circule en faisant la gueule obligatoire et malheur celui ou celle qui sort du rang et esquisse un sourire.

    Commentaire par Scaramouche — 28/02/2016 @ 09:29

  30. Bonjour,
    le problème « du journalisme » n’est pas seulement avec la Justice. Malheureusement il est général, et ne date pas d’aujourd’hui. Le journaliste n’informe plus, ne donne plus matière à s’interroger, et ce depuis longtemps. Il se cantonne malheureusement trop souvent soit à faire du sensationnalisme, soit à faire du copier/coller de dépêche. Concernant le sensationnalisme, j’ai eu l’occasion de le vivre il y a 20 ans (comme quoi cela ne date pas d’hier). J’habitais en effet Annecy lors du tremblement de terre. Tous les médias qui en ont parlé à l’époque racontaient les voitures explosés par les chutes de cheminée, le miracle de l’absence de victimes (à 3h du matin!) en cette nuit du 14 juillet, etc. Mais au bureau cela avait donné: « Tu as eu des dégâts?. Non et toi?. Mes bouteilles d’apéritifs ont fait le grand saut et se sont explosées sur le sol » (sic). Cherchez l’erreur ;-).

    Quand au copier/coller, grâce à Internet on a un accès gratuit aux dépêches (AFP, Reuters, etc.). Résultat, on découvre avec effarement, en allant surfer sur des sites de grands quotidiens (Le Monde, Le Figaro, etc.) que des « articles » sont simplement la dépêche, parfois avec une ou deux modifications.

    Résultat, au final, en ce qui me concerne, le seul média que je suis encore, et que je paie pour cela, c’est le Canard enchaîné. C’est malheureusement le dernier « poil à gratter journalistique » français. Ce n’est donc pas seulement la Justice qui en déshérence en France, ce n’est pas seulement l’Éducation (voir Marseille), c’est aussi le Journalisme.

    Commentaire par Alain38 — 03/03/2016 @ 11:15

  31. @Alain38 :

    Il y a un autre exemple de fonctionnement original dans le paysage journalistique français, c’est celui du Monde Diplomatique :

    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/04/CHAKRAVERTY/52856

    On peut ne pas adhérer à l’angle d’approche proposé, mais l’indépendance du ton est bien là, et l’originalité aussi.

    Commentaire par Zarga — 03/03/2016 @ 16:06

  32. @Zarga: C’est vrai. Et je suis inexcusable de les avoir oublié, d’autant qu’il m’arrive de les lire, mais de manière moins régulière il est vrai. Quand à l’angle d’approche j’avoue que pour moi c’est un peu secondaire, tant que le travail journalistique est fait. C’est à dire qu’il y a eu enquête, analyse, honnêteté, etc. Je ne demande pas aux journalistes d’être totalement objectifs. Ils ont leurs propres convictions et le droit de les exprimer. Je leur demande juste de donner des pistes de réflexion et de compréhension des sujets traités. Après il suffit de lire deux médias d’opinions différentes pour se faire sa propre « religion » sur le sujet.

    Commentaire par Alain38 — 03/03/2016 @ 20:45

  33. @Alain 38

    Vous avez « le canard  » en commun avec de Gaulle qui demandait régulièrement son » volatile » dont il ne loupait jamais la parution..
    Pour le « Monde Diplomatique » c’est plus confidentiel !

    En conclusion vous résumez très bien ce que pense tout le monde dans mon entourage, et si bien que je me demande pourquoi rien ne change compte tenu de la perte des lecteurs .

    Commentaire par Scaramouche — 10/03/2016 @ 09:52

  34. Chut Aliocha,
    Vous allez rendre plus difficile le travail de notre gouvernement.
    Il Ne s’agit pas d’empécher le terrorisme, mais au contraire d’utiliser nos alliés terroriste pour préparer les armes de la repression qui sera necessaire lorsque le peuple se révoltera contre la Kleptocratie.
    Alors maintenant admirez le pédalier de Taubira et arréter d’embéter manu Il exécute les ordres de Bolloré.

    Commentaire par Rémi — 14/03/2016 @ 13:20

  35. @ Zarga
    l’Etat d’Urgence sert à rassurer la population , vu son coût il ne peut être que temporaire..
    Contre un kamikaze on ne peut rien si ce n’est un travail en amont mais comme c’est un boulot familial ils sont de plus en plus dificiles à infiltrer.
    Pas de solution en vue mais on amuse la galerie . Que faire d’autre?
    Quant à nos libertés en tous genres il y a longtemps qu’elles sont en voie d’extinction c’est mon sentiment mais j’ai trop de ( bons) souvenirs .

    Commentaire par Scaramouche — 25/03/2016 @ 09:07

  36. Bientôt deux mois sans nouveau billet… Tsss… (Signé un « macho chevaleresque© », fidèle lecteur devenu discret) 🙂

    Commentaire par Ferdydurke — 11/04/2016 @ 06:23

  37. À lire sur le sujet : « Les bûchers de la liberté » par Anastasia Colosimo, chez Stock.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 12/04/2016 @ 09:55

  38. j’avais lu il y a quelques mois le journal du bâtonnier qui s’était suicidé.. je ne me souviens plus de son nom.. C’était assez édifiant!

    Commentaire par Sana's secrets — 11/08/2016 @ 10:09


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :