La Plume d'Aliocha

31/08/2013

Podcast, mon amour…

Filed under: Coup de chapeau ! — laplumedaliocha @ 14:02
Tags: ,

J’ignore si Internet tuera le journalisme comme certains se plaisent à l’imaginer depuis des années, ce que je sais en revanche, c’est qu’il offre des facilités fabuleuses de diffusion de l’information et du savoir. On finit par y être si habitué qu’on oublie de s’en émerveiller, et pourtant…Tenez, par exemple, je furetais sur le site de France culture, à la recherche d’une émission en podcast qui pourrait m’accompagner tandis que je cuisinais, lorsque je suis tombée sur une interview du poète Salah Stétié par Frédéric Lenoir dans l’émission Les Racines du ciel. Il s’agit de la rediffusion d’une émission enregistrée en janvier  2011.  Stétié est un poète libanais francophone de religion musulmane, né en 1925, que j’ai découvert par hasard il y a quelques années en musardant dans la librairie de l’Imprimerie nationale. J’avais été attirée à l’époque par le titre d’un de ses recueils de poèmes : »L’autre côté brûlé du très pur » (Gallimard 1992). Dites le à haute voix, laissez les mots vous envahir, goutez-les…

L’autre côté

brûlé

du très pur….

(silence)

J’avais acheté en même temps :

Les fiançailles

de la fraîcheur

C’est devenu l’un de mes poètes préférés.

Dans l’émission de France Culture, on découvre grâce à lui l’histoire de Rabia, une mystique musulmane née à  Bassora dans les années 700 après Jésus Christ qui a introduit une nouvelle approche de la foi en exprimant sous forme de poésie son amour fou de Dieu, un amour emprunt empreint d’érotisme à l’époque parfaitement révolutionnaire. Une figure du soufisme qui n’est pas sans rappeler  Sainte Thérèse d’Avila chez les chrétiens. Puis l’on croise Majnoun et Leïla, les personnages de l’histoire d’amour la plus légendaire du Moyen-Orient et d’Asie Centrale. Cette relation, impossible, mène Majnoun à la folie. Alors son père l’emmène à La Mecque et lui demande de prier Dieu pour qu’il lui arrache ce sentiment du coeur et lui rende la raison. Mais en entendant le mot « Amour », Majnoun implore Dieu de faire le contraire. « Si l’amour meurt, se peut-il que je vive ? » s’interroge notre héros avant de supplier « Fais-moi à tel point d’amour arriver que si je ne suis plus demeure l’amour ». Emerveillée par l’histoire que j’entendais dans l’émission, je suis allée chercher des informations sur wikipedia  (fabuleux outil de connaissance qu’Internet) et j’ai trouvé cette anecdote  : Un jour que Majnoun est tranquillement chez lui, rêvant à son amour, un ami vient le prévenir que Leïla est devant sa porte. Le poète fou a pour seule réponse : « Dis-lui de passer son chemin car Leïla m’empêcherait un instant de penser à l’amour de Leïla. »

Et voilà. Grâce au Podcast j’entends une émission enregistrée il y a deux ans et que j’avais manquée. Le blog me permet de partager cela avec un public et d’ajouter un petit maillon à la chaine de l’intelligence. La morale de l’histoire, c’est que les médias recèlent des richesses infinies à condition de faire l’effort d’apprendre à les « consommer »…

L’émission Les Racines du ciel est diffusée tous les dimanche à 7 heures du matin sur France Culture. Les podcasts de toutes les émissions de cette radio sont accessibles ici.

Propulsé par WordPress.com.