La Plume d'Aliocha

10/10/2012

L’anti-sarkozysme bouge encore

Filed under: Insolite — laplumedaliocha @ 16:43
Tags: ,

Quand François Hollande a été élu en mai dernier, le microcosme médiatique de la toile (blogueurs politiques inclus) a évidemment salué la victoire comme elle le méritait. Mais au fond, chacun se demandait secrètement avec un brin d’anxiété sur quoi il allait écrire maintenant que l’ennemi public numéro 1 était battu. Tout à coup c’était le grand vide. L’Adversaire ayant disparu, nos judokas amateurs ne pouvaient plus utiliser sa force pour le jeter à terre et, par un effet tape-cul se propulser en l’air (oui, je mélange judo et tape-fesse si je veux, Patrick Rambaud appelle cela un carpaccio journalistique).

Qu’allait-on donc faire de toute cette haine accumulée et qui cherchait encore à s’exprimer alors que l’actualité, cette garce tyrannique, entrainait l’attention du public ailleurs ? Je crois que finalement, on a trouvé le remède miracle. Il suffit de continuer à parler de Nicolas Sarkozy ! Le filon est quasiment intarrissable.  Par exemple, on peut s’amuser à comparer le traitement médiatique infligé à François Hollande par rapport à celui réservé à son prédécesseur. Ceux qui ont un sens relatif de l’observation et un peu de mémoire se souviendront sans doute des Une pour le moins agressives de Marianne à l’endroit de Nicolas Sarkozy durant tout le quinquennat et même avant, dont la fameuse « Le voyou de la République », mais aussi des couvertures sinistres du Point et de l’Express en fin de règne. S’il est vrai que l’amour est aveugle, il faut croire que la haine l’est tout autant. Car mon collègue Seb Musset, relayé par @si trouve, lui, que Nicolas Sarkozy a toujours été présenté de façon digne dans la presse (si,si !), tandis que François Hollande est systématiquement ridiculisé. Attention, les deux textes en liens supposent de chausser des lunettes militantes pour en comprendre le sens. Faute de quoi, vous risquez, comme moi, de ne pas saisir réellement où se situe le problème. Ou bien de songer que si Hollande a l’air dépassé et Sarkozy autoritaire, c’est peut-être qu’il y a un fond de vrai dans tout ça, allez savoir…

Allons, mes petits camarades journalistes et blogueurs militants de gauche, on se calme. C’est fini, il est parti Nicolas Sarkozy. « Avait, n’a plus », comme disent les p’tits zenfants.  Il est temps de lâcher les talonnettes de notre ancien président. A moins bien sûr que vos chiffres de fréquentation ne vous murmurent à l’oreille que l’anti-sarkozisme reste plus rentable, même post mortem, que la critique éclairée de la Normalité. Si c’est cela, je m’incline.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.