La Plume d'Aliocha

29/10/2014

Entre les lignes

Filed under: Eclairage,questions d'avenir — laplumedaliocha @ 12:25
Tags: , , ,

C’est une petite querelle interne à la profession de journaliste qui ne fera pas le buzz. Et pourtant…elle porte en elle une interrogation majeure sur l’avenir du journalisme et son rôle dans la démocratie. Je sais, on n’en peut plus du couple journalisme-démocratie, même moi les grands mots me fatiguent à force de s’user à désigner de médiocres réalités, pourtant ici c’est bien la question posée.

Les lecteurs du Canard Enchaîné ont peut-être lu ce matin un article de deux colonnes en pied de Une intitulé « Nom de noms ». Le Canard y explique pourquoi il a révélé la semaine dernière le fait que 60 parlementaires étaient en délicatesse avec le fisc sans toutefois donner le nom des intéressés. « Des noms, pour notre part et dans l’immédiat, nous n’en publierons pas. La raison en est simple : les vérifications de la Haute autorité et l’administration fiscale ne sont pas encore terminées. Et il n’est donc pas question de jeter des noms en pâture avant que les élus concernés aient, dans cette procédure contradictoire, fourni les explications qui leur ont été demandées ». Plus loin, le Canard souligne que la plupart des 60 parlementaires épinglés se voient reprocher des sous-estimations de l’ordre de 10% ce qui correspond à la tolérance du fisc. Seule une dizaine de cas sur les 925 examinés et les 60 finalement considérés comme litigieux pourraient être graves.

Où l’on voit que le célèbre hebdomadaire satirique plaisante peut-être dans le ton de ses articles mais pas sur le fond et cultive une vraie réflexion éthique.

Mais, me direz-vous, le nom de Gilles Carrez est sorti. En effet, c’est Mediapart qui l’a révélé tandis que le Monde sortait d’autres noms. 

Dans son billet de ce matin, Daniel Schneidermann s’interroge :

« Le Canard n’est pas content. Dans son numéro d’aujourd’hui, le volatile reproche à mots couverts à Mediapart d’avoir »jeté en pâture » le nom de Gilles Carrez, président de la commission des finances de l’Assemblée, parmi les quelque 60 parlementaires « en délicatesse avec le fisc ». Motif : les discussions entre Carrez et le fisc n’ont pas encore abouti. Etrange cancanement : c’est pourtant le volatile lui-même qui, dans son numéro précédent, dévoilait ce chiffre : 60 parlementaires. Les discussions, alors, n’avaient pas davantage abouti. Certes, Le Canard ne donnait pas les noms. Mais même sans les noms, l’info était tout aussi susceptible d’entretenir « l’antiparlementarisme » ».

Soyons précis. Le Canard écrit : « Des noms de cette liste établie par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, des confrères en ont déjà publié deux ou trois, dont celui de Gilles Carrez, à la tête de la commission des Finances de l’Assemblée qui argue de sa bonne foi ». Autrement dit, le volatile vise tous les confrères, même s’il précise le cas de Carrez, ce qui est assez normal puisque c’est celui qui a fait le plus de bruit.

Admettons néanmoins que le reproche soit destiné à Mediapart, ce n’est pas la première fois que ce genre de divergences de vues oppose la presse traditionnelle, y compris l’irrévérencieux canard enchaîné, et le site Mediapart. Le débat hélas n’affleure qu’assez peu à la surface de l’actualité.  Pour une partie des journalistes, si Mediapart sort des scoops, c’est que le site exige un niveau de certitude inférieur aux habitudes françaises. Il semblerait par exemple que sur la désormais légendaire affaire Cahuzac, d’autres titres, dont le Canard, avaient les mêmes éléments que Mediapart mais les jugeaient insuffisants pour publier. La question s’était posée aussi sur l’affaire Bettencourt et le sort des enregistrements. Je vous renvoie aux explications données à l’époque par Pascale Robert-Diard sur son blog, elles illustrent à merveille la complexité du métier quand on s’embarrasse de morale.

Bref, les méthodes très offensives de Mediapart rompent avec les habitudes françaises. Et quand j’évoque les habitudes françaises, je ne songe pas aux travers du journalisme courtoisement consanguin que l’on trouve dans certaines spécialités, mais aux arbitrages éthiques que nécessite la publication d’une information sensible au terme d’une enquête d’investigation.

Chacun aura compris la question ici posée : la fin justifie-t-elle les moyens ? L’idée que peut se faire un professionnel comme Edwy Plenel du journalisme, de la gauche et de la démocratie en général l’autorise-t-elle à bouger les lignes ?

Il n’y a évidemment pas de réponse toute faite à cette question, ce d’autant plus qu’elle dépend du traitement de chaque dossier d’actualité. Toutefois, le sujet mérite mieux que la chiquenaude matinale de Daniel Schneidermann à qui l’on rappellera aimablement que lorsqu’il défend Mediapart, il ferait bien de préciser que les deux sites sont des partenaires économiques qui proposent une formule d’abonnement commun.

18/06/2013

Instant de grâce chez Calvi

Filed under: Réflexions libres — laplumedaliocha @ 13:01
Tags: ,

L’actualité depuis quelques semaines fait songer au ciel bas et lourd de Baudelaire. Elle pèse comme un couvercle. Comme si les désordres mondiaux,  les inquiétudes économiques, la montée des extrémismes et la météo en folie ne suffisaient pas, les scandales politiques éclatent quotidiennement. Cahuzac, Karachi, Tapie, Bettencourt, ça rebondit et ça éclabousse dans tous les sens. Sans oublier les révélations sur les paradis fiscaux (formidable numéro de Cash Investigation) qui donnent le désagréable sentiment que nos amis les très riches, après avoir mis le monde à feu et à sang, s’offrent quelque part sur un île lointaine des kilos de caviar dans des coupes en or et diamants, les pieds dans une eau cristalline en écoutant le chant de l’oiseau de paradis. Il en faudrait bien moins pour donner la nausée, ce qui explique le long silence en ces lieux. Bien sûr tout ceci est caricatural, mais l’infernal bruit médiatique n’incite pas non plus à la nuance.

Et puis soudain hier, chez Calvi en deuxième partie de soirée (à revoir ici), l’instant de grâce, fugace, presque imperceptible. L’émission était consacrée justement aux affaires. On la regardait du bout des yeux, zapette à la main, prêt  à s’éloigner avec sagesse, pour s’épargner une indignation inutile, des jets de boules puantes si prévisibles entre droite et gauche, des approximations judiciaires et des procès d’intention. D’ailleurs, ça n’a pas manqué. Il y a bien eu les prises de bec redoutées entre Flore Pellerin, Noël Mammère et Laurent Wauquiez sur un air de « c’est pas moi c’est l’autre » ou encore « si ce n’est toi c’est donc ton frère ». Jusqu’à ce que le député UDI Charles de Courson, pourfendeur dès la première heure de l’arbitrage Tapie, élève le débat. Que c’est bon, un élu qui ne craint pas de froisser sa famille politique. Que c’est reposant un invité sur un plateau télévisé qui s’émancipe de la dictature du simplisme pour exposer des faits et des raisonnements un peu subtils.  Bien sûr on songe intérieurement que tout n’est sans doute pas complètement pur, mais ça délasse.

Quant à Laurent Wauquiez, plutôt que de s’embourber dans l’affrontement partisan, il a choisi la sortie par le haut, celle consistant à rassembler la famille républicaine dans une prise de conscience commune que notre pays ne peut plus vivre dans le scandale permanent et qu’il faut tous ensemble moraliser la vie publique, repenser les contre-pouvoirs, restaurer la dignité. Stratégie politique, dira-t-on. Assurément, mais il y en avait d’autres possibles, à commencer par la dénonciation facile des fautes de la gauche, l’attaque des magistrats ou encore le byzantinisme juridique. Il a choisi la meilleure. En bout de plateau Edwy Plenel, patron de Mediapart, contemplait en silence, avec sa drôle de petite flamme dans le regard, ce qu’il fallait bien appeler son oeuvre. De toute cette boue largement agitée par notre cellule d’investigation nationale commençait à jaillir timidement à cet instant précis, sur ce plateau,  l’idée que, peut-être, il était temps de repenser nos institutions pour le bien de tous.

27/11/2012

Tweeter la guerre ?

Filed under: Brèves,Comment ça marche ? — laplumedaliocha @ 18:10
Tags: , ,

Mais si, c’est possible de parler d’autre chose que de l’UMP. Tenez, hop, je le fais, pour vous conseiller ce billet de Sara Hussein, journaliste à l’AFP, qui raconte l’utilisation qu’elle a fait de Twitter à Gaza et s’interroge sur les avantages et les inconvénients de l’outil. Tant que j’y suis, je vous recommande d’explorer le blog « Making off » de l’AFP qui raconte le quotidien des agenciers. Parmi les billets en prise immédiate avec l’actualité, un photographe raconte son travail à Notre-Dame-des-Landes, un reporter vidéo se demande jusqu’où il est possible de filmer l’insoutenable spectacle de la guerre, deux journalistes vous emmènent visiter les coulisses médiatiques de l’audition de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bettencourt. Un autre regard sur l’actualité, hors format imposé, plus personnel dans le ton et fort intéressant. En lisant ces récits, on mesure l’écart entre leur travail et ce qu’on en perçoit dans le brouhaha infernal des médias. C’est à se demander parfois s’il ne faudrait pas envoyer valser tout ce qu’on fait aujourd’hui pour laisser libre cours à ces récits-là…ou, à tout le moins, leur accorder davantage de place.

Propulsé par WordPress.com.