La Plume d'Aliocha

02/09/2019

Selon que vous serez médiatique ou misérable…

Filed under: Coup de griffe,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 14:13

Savez-vous qui a écrit de l’Abbé Pierre « Il est petit, épais comme un Juif version Buchenwald, porte des binocles pour mieux voir le fric (…) et une barbe de père Noël pouilleux qui serait resté trop longtemps à distribuer des cadeaux aux pensionnaires d’Auschwitz. Faut dire, vu le nombre de cheminées qu’il y avait là-haut, il devait y avoir du pain (grillé) sur ces planches qui ont servi à casser du Youpe, etc. » ?

Ou bien encore à propos de la famine en Ethiopie « Après les six millions de Juifs soi-disant morts dans les camps en carton pâte que la Metro Goldwyn Meyer a fait construire un peu partout en Europe pour le compte (en banque) de quelques Juifs avides de pognon, on réinvente l’actualité pour renflouer les caisses de quelques dictateurs nègres dont le roseau de 30 cm ne suffit plus à aguicher les putains d’Adis-Abeba. »

Et c’est encore le même qui a dit  « En fait, ces nègres maigres n’existent pas. Ce ne sont que les négatifs des photos truquées par les Juifs sur les prétendus camps de la mort. » 

Ces propos sont des écrits de jeunesse de Yann Moix. Révélés lundi par l’Express, ils étaient déjà   pardonnés dimanche par toute la communauté germanopratine, à commencer par son protecteur et mentor, BHL lui-même. La larme à l’oeil, tous n’ont voulu voir que le splendide exercice de rédemption de l’intéressé, invité vedette de l’émission de service public On n’est pas couché qui entamait samedi dernier une regrettable nouvelle saison. Mieux, on a même donné au bas peuple des leçons d’élégance morale. Ce serait à hurler de rire si l’on n’était pas si occupé à juguler une rage tellurique.

Ainsi donc, cet individu  agressif et méchant (1), mascotte d’une petite coterie médiatique qui fait et défait les gloires littéraires depuis des décennies sans que l’on n’aperçoive jamais aucun lien entre les heureux élus et le talent, s’est-il rendu en toute impunité coupable d’un crime qui aurait socialement désintégré n’importe qui d’autre à sa place.

On ne saurait trouver illustration contemporaine plus saisissante de la célèbre Fable de La Fontaine, Les animaux malades de la peste. Rappelons-nous de la leçon du génial fabuliste. La peste décime les animaux, « ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés ». C’est alors que le lion expose lors d’un conseil que cette épidémie est une punition du ciel qui nécessite que l’un des animaux se sacrifie pour expier. Vraie noblesse ou suprême habileté, le lion lui-même donne l’exemple en avouant qu’il a mangé des moutons et même un berger.  Puis il invite chacun à avouer aussi ses fautes. Sur ce le renard, habile rhéteur, affirme au lion qu’il n’a commis aucune crime car, dit-il,  le mouton est sot et le berger l’avait bien mérité. On feint ensuite de n’apercevoir  aucune faute non plus chez le tigre et l’ours. En revanche quand l’âne vient avouer qu’il a volé un peu d’herbe dans un pré voisin, voilà que l’assemblée lance le fameux cri « haro sur le baudet ».

« Sa peccadille fut jugée un cas pendable.

Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !

Rien que la mort n’était capable.

D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.

Selon que vous serez puissant ou misérable,

Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».

Et c’est ainsi que les petits marquis médiatiques se protègent entre eux en trouvant toujours un pauvre baudet à livrer à la foule pour faire oublier que la peste qui décime la société, c’est eux. Mais lorsque malgré le subterfuge, l’un des leurs commet une faute impossible à dissimuler, elle est alors immédiatement et bruyamment pardonnée au nom d’un commandement dont le nom n’avait jusque là jamais franchi leurs lèvres ni même vaguement effleuré leur esprit : la bienveillance. On se répand même en dégoulinants exercices d’admiration, non sans menacer des pires châtiments ceux qui ne se rallient pas suffisamment vite à la cause. Car il y a visiblement un bon antisémitisme, même si l’on ne comprend toujours pas ce qui pourrait bien le distinguer du mauvais. A part les enjeux de pouvoir et de vente de livres, bien évidemment. Comme l’écrit Anne Rosencher dans l’Express, « l’indulgence pour l’erreur de jeunesse, il faut la plaider pour tous ou se taire ».

Cette affaire répugnante (ajoutée aux dégoutantes polémiques familiales), qui au passage permet à l’intéressé d’occulter médiatiquement en cette rentrée littéraire tous ses concurrents sans doute plus talentueux et certainement moins méchants, a un mérite et un seul, à condition que l’on s’en saisisse : interdire à ses défenseurs de prononcer à l’avenir un quelconque jugement moral sur qui que ce soit. Jamais. Quoiqu’il advienne.

On notera au passage la fascination des médias pour les personnalités toxiques. Car il ne faut pas s’y tromper. On ne pardonne pas ici à l’intéressé ses dérapages sous prétexte que ses qualités seraient telles ( Humaines ? Littéraires ? Dans les deux cas elles nous auront échappées) qu’elles justifieraient de fermer les yeux sur ses défauts. Non, ce sont précisément ses épouvantables tares qui ont fait son succès. C’est bien l’homme méchant, vindicatif, hargneux que l’on a vendu aux téléspectateurs tous les samedis soirs pour orchestrer d’abjects jeux du cirque qui n’avaient d’autre objectif que de faire de l’audience le jour même et du buzz les jours suivants.

 

 

(1) La policière s’est suicidée.

Publicités

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.