La Plume d'Aliocha

22/06/2019

Vers l’obsolescence judiciaire ?

Filed under: Justice,questions d'avenir — laplumedaliocha @ 17:41

Les médias  au sens large, y compris les réseaux sociaux, ont acquis une telle puissance ces dernières années, qu’on peut se demander s’ils ne sont pas en capacité d’imposer leur loi à la société. Les premiers signes inquiétants apparaissent dans le domaine judiciaire. A ce titre, l’affaire Sauvage est sans doute le cas le plus emblématique d’une justice mise en échec par la pression de l’opinion publique. Dans ce dossier en effet, deux cours d’assises ont considéré que Jacqueline Sauvage méritait dix ans de prison pour avoir tué son mari violent de trois balles dans le dos alors qu’il était assis sur sa terrasse. Mais c’est une toute autre histoire qu’on a racontée au public, celle d’une femme battue depuis plus de trente ans par un mari qui en plus violait ses filles, une femme qui n’a eu d’autre choix que de tuer pour sauver sa vie. Et sur la foi de ce récit tronqué, l’opinion publique a exigé et obtenu sa libération. Tant mieux pour Jacqueline Sauvage. Mais comment ne pas s’inquiéter de voir que l’institution judiciaire peut désormais être neutralisée par la pression médiatique ? Qu’est-ce donc que cette victoire de la foule ignorante et illégitime sur l’institution légitime et au fait du dossier, si ce n’est l’expression la plus pure de ce qu’on nomme populisme ? Et comment ne pas s’inquiéter aussi de constater à quel point le public est de plus en plus intoxiqué par une information de mauvaise qualité qui l’amène à opérer des choix erronés ?

Mais il y a pire. Il suffit d’observer les réseaux sociaux pour voir surgir la tentation d’une justice privée. Dénoncer publiquement son agresseur est perçu par beaucoup comme bien plus simple et plus rapide que d’introduire une action en justice. Alors sous prétexte que la police et la justice seraient lentes et inefficaces, on décide de se faire justice soi-même en réinventant la sanction du pilori, voire en initiant de véritables chasses à l’homme dans la vie réelle.

Tels sont les sujets abordés dans Justice et médias, la tentation du populisme. J’y évoque les affaires Kerviel, Sauvage, Merah, Tron, Fillon, Barbarin et d’autres. Chacune est l’occasion d’observer comment fonctionne un emballement médiatique, à quel moment s’opère la rupture entre le bruit médiatique dominant et la réalité du dossier, comment les médias imposent peu à peu leurs valeurs à l’institution judiciaire au point que le secret de l’enquête, la présomption d’innocence, le temps judiciaire, le contradictoire et même la liberté d’expression dans un prétoire sont en passe de disparaître. Au fond, on en vient à se demander si ce n’est pas l’institution elle-même qui est menacée d’obsolescence dès lors que l’on peut se faire justice avec son smartphone.

Le judiciaire apparait au fil des pages comme un terrain privilégié d’observation de la fabrique de ce populisme que nous redoutons tant.  Il n’est pas encore trop tard pour réfléchir et agir.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.