La Plume d'Aliocha

08/05/2018

Est-ce ainsi que les hommes jugent ?

Filed under: Justice,questions d'avenir,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 13:52

C’était il y a deux ans, peut-être un peu plus. Je m’apprêtais à écrire pour la 20è année consécutive que la justice n’avait pas d’argent, à la sortie de l’une de ces audiences de rentrée solennelle où j’entendais les mêmes angoisses puisant dans le vocabulaire les mêmes mots pour dénoncer depuis deux décennies la même pénurie inquiétante de moyens, la même souffrance morale, le même découragement. Pourquoi en ai-je eu assez ce jour-là plus qu’un autre ? Avec le recul, je m’en veux d’avoir mis autant de temps à m’indigner. Vingt ans….Cela me rappelle la fameuse scène dans I comme Icare où le scientifique rétorque au procureur (Yves Montand) qui s’étonne du temps qu’a mis un cobaye à se révolter contre les tortures qu’on le forcçait à infliger à un inconnu, que le magistrat lui-même avait réagi très tard….

Toujours est-il que ce jour-là j’ai songé qu’il n’était plus supportable de répéter les mêmes constats. Qu’un problème de cette ampleur, touchant une fonction si importante qui durait depuis plus de 20 ans, ça n’était pas normal. Soit ceux qui le dénonçaient étaient fous, ce qui vu leur nombre, leur qualité et leur diversité était peu probable, soit il se produisait quelque chose d’anormal. Alors j’ai posé le crayon et j’ai décidé de tenter de comprendre comment il était possible que dans un pays comme la France la justice soit sinistrée. J’ai rencontré des avocats et des magistrats dans toute la France, recensé au jour le jour les juridictions qui allaient mal (oui, presque chaque jour une juridiction quelque part appelle au secours), j’ai épluché les  projets de loi de finances, les rapports de la cour des comptes, j’ai parlé à des justiciables sinistrés, interrogé d’anciens ministres de la justice, des collaborateurs de la chancellerie, des inspecteurs des finances….Ce livre est la synthèse de ce que j’ai trouvé. Certaines choses m’ont effarée, par exemple quand j’ai découvert grâce aux travaux d’un enseignant remarquable à la fois historien et économiste, Jean-Charles Asselain, que le budget de la justice était sous-dimensionné depuis 200 ans. Il le sait, il les a analysés un par un, son travail est fascinant. D’autres m’ont amenée au bord de la nausée, comme le rapport du contrôleur général des lieux de privation de liberté sur la prison de Fresnes. On y lit que l’urine des rats coule des faux plafonds… La détresse des professionnels, dont certains ne trouvent d’autre échappatoire que le suicide, m’a tiré des larmes.

Mais surtout, surtout, j’ai découvert avec inquiétude les ravages occasionnés par la tyrannie gestionnaire dans l’institution judiciaire. Non pas qu’il faudrait défendre une vision idyllique de la justice déconnectée de toute considération budgétaire, flottant en apesanteur au-dessus des contraintes matérielles en raison de la noblesse de sa mission, étrangère aux vulgaires préoccupations de coût et de gestion. Mais comme l’écrivait Pascal, il y a un milieu entre rien et tout. Et ce milieu c’est l’homme. Or justement, le terrible constat auquel amène ce livre, c’est que la justice est au bord du vide. Soit on accepte de lui donner enfin les moyens dont elle a besoin et on les accompagne de réformes d’organisation, mais guidées par le principe d’humanité et non par des obsessions névrotiques de gestion, soit la justice va déraper dans un enfer orwellien. Et ça se joue maintenant. Peut-être que nous le sentons tous à notre manière d’ailleurs. Jamais un ministre ne s’était emparé de la question des moyens comme l’a fait Jean-Jacques Urvoas pour y consacrer toute son énergie durant l’intégralité de son mandat. Jamais un parlementaire comme le président de la commission des lois du Sénat Philippe Bas n’avait décidé spontanément d’enquêter sur le sujet, de produire un rapport exhaustif sur l’état de la justice en France et même de rédiger les proposition de réformes pour augmenter les chances de changer les choses. Jamais on n’avait vu une telle mobilisation des avocats, des magistrats, des greffiers et fonctionnaires de greffe sur une période aussi longue et avec une telle intensité qu’à l’occasion de la réforme de la justice initiée par le gouvernement. Jamais non plus un gouvernement n’avait promis une telle augmentation du budget. Mais pour quoi faire ? Là est la question. Ce livre est une goutte d’eau dans un océan de mobilisation. La puissance même de ce mouvement nous dit quelque chose d’essentiel sur l’importance de ce qui se joue en ce moment….La déjudiciarisation, la dématérialisation, le recours à l’IA et pourquoi pas à la visioconférence, tout ceci n’est ni bon ni mauvais en soi. A condition que ce qui en guide l’utilisation soit l’homme et non la gestion.

Note : il sort le 15 mai en librairie,  mais peut être  commandé  dès maintenant auprès de l’éditeur ou de vos sites préférés. 

Publicités

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.