La Plume d'Aliocha

27/03/2018

Justice, l’impasse gestionnaire

Filed under: Réflexions libres — laplumedaliocha @ 16:16

C’est un fait, à notre époque quiconque n’applaudit pas sans réserve aux réformes est un conservateur-corporatiste-réactionnaire-poussiéreux qu’il faut sans coup férir pulvériser par le mépris. Ainsi, certains esprits progressistes stigmatisent-ils les inquiétudes du barreau à l’égard de la réforme de la justice au nom de la modernité. On a même qualifié de   « guéguerre » les protestations contre les projets de textes. Tout est dit. On devine ce que cette expression renferme de sous-entendus sur le populisme supposé des instances représentatives de la profession d’avocat, jouant sur les peurs irraisonnées pour flatter les corporatismes et maintenir les rentes de situation. Le message est bien passé, merci. Pourquoi résister, en effet, à l’avenir radieux que dessine cette réforme, si ce n’est par le fait d’un corporatisme de bas étage ? Imaginez la joie de saisir la justice via internet et de se faire orienter vers des circuits de délestage où l’on sera invité à aller épancher sa soif de justice dans les bras de médiateurs ou de sociétés privées.  Et quel progrès en effet de ne plus avoir à se déplacer car on sera entendu/jugé par écran interposé.  Aussi et surtout, quel soulagement de voir cette justice vétuste, couteuse, spectaculaire, solennelle, encombrée de symboles et populaire, les assises, réservée aux crimes les plus graves et donc les plus rares, grâce à la création de très modernes tribunaux criminels capables de juger vite et donc bien ces petits crimes sans grande gravité, comme les viols par exemple. Car figurez-vous qu’à notre époque pressée, dans cette culture twiteresque qui calcule son rythme de vie à la seconde et sa communication en nombre de signes, les assises continuent de dilapider comme au siècle dernier le temps judiciaire en écoutant les accusés, les témoins, les experts, les victimes….On juge, mais quelle horreur, comme Antigone résistait à Créon, en allant au bout, en faisant tout ce qu’on peut faire, sans compter, sans se soucier d’un quelconque ratio coût/bénéfice, pour une raison absurde, parce qu’il est question de la souffrance des victimes et du sort des accusés sur les 30 années à venir. N’importe quel manager à qui l’on raconterait cette folie mettrait de l’ordre dans tout ça. Soyons modernes et gestionnaires, que diable !

A moderne, moderne et demi. Si ça se trouve, les conservateurs d’aujourd’hui seront les modernes d’après-demain. Quand on a aura chassé le temps et l’humanité de la justice quand tout, vraiment tout sera passé sous les fourches caudines de la tyrannie gestionnaire, quand la justice déshumanisé, artificielle, numérisée, uberisée sera enfin digne de la start up nation, je parie qu’il y a aura des sociologues inspirés pour venir pontifier sur le fait que « des études américaines tendraient à démontrer que les jugements sont de meilleurs qualité lorsque le juge a pu dialoguer avec les parties dans ce qu’on appelait autrefois une « audience » ». Certains iront même jusqu’à avancer qu’il se pourrait que le juge pénal soit plus à l’aise pour juger un prévenu en sa présence. Si l’on a de la chance, un psychanalyste recommandera la collégialité comme garde-fou contre la dépression des juges. Et s’il reste encore assez d’humanité chez ceux qui penseront la justice demain, il n’est pas impossible qu’un esprit supérieur décrète qu’adjoindre un jury citoyen à des juges professionnels serait un progrès démocratique pour juger les crimes les plus graves. Allez savoir….Pour l’heure, les modernes foncent comme un seul homme dans le mythe gestionnaire et managérial d’une justice  au goût du jour.

Tous ces gens ressemblent à des coiffeurs se disputant pour savoir quelle coupe de cheveux sera la plus seyante pour leur client sans s’apercevoir qu’il est chauve. La justice manque de moyens. Depuis des décennies. Elle est épuisée. Il faut lui administrer une dose massive de crédits supplémentaires sur une durée suffisamment longue pour lui permettre de se remettre à flots. C’est aussi nécessaire et urgent qu’une injection d’adrénaline à un cardiaque en pleine crise. Jean-Jacques Urvoas l’a dit. Le sénateur Philippe Bas le répète à qui veut bien l’entendre. Et dans le même temps, il faut réorganiser en profondeur l’administration centrale et celle des juridictions. Lorsque ce sera en marche, et à ce moment là seulement, il faudra prendre un an ou deux, peut-être plus, pour travailler sur la refonte de la procédure civile et pénale, sur la conception de la peine, de la prison, du rôle des surveillants, de la réinsertion. Bref, il faudra penser, beaucoup, énormément même, pour refonder notre justice dans une société qui a profondément changé. La refonder non pas sous le fouet imbécile des contraintes gestionnaires,  mais avec comme impératifs la qualité et l’humanité. Car dans une société désertée par la religion, les idéologies, les repères et les valeurs, il ne reste plus que la justice pour répondre aux attentes des citoyens, pour apaiser la soif de droits, rétablir les équilibres rompus, bref, rendre vivante, charnelle, effective, la démocratie.

En l’état, la justice ressemble à un cheval épuisé par des semaines de marche dans le désert qu’un cavalier brutal et arrogant forcerait à coups d’éperons et de cravache à se redresser. Elle se redressera, elle parcourra encore quelques mètres, peut-être même qu’elle passera la ligne d’arrivée de la compétition imbécile qu’on lui assigne depuis des années, cette course à l’épuisement des stocks avec toujours moins de moyens. Et puis elle s’effondrera. Dans l’indifférence générale. On lui substituera l’intelligence artificielle en alléguant du fait que non vraiment, ce n’était plus possible, le système était trop vétuste, il devait disparaître.

A moins que….

Publicités

Propulsé par WordPress.com.