La Plume d'Aliocha

18/02/2016

Silence, on tue les libertés !

Filed under: Droits et libertés,questions d'avenir,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 22:06

En fin de journée, j’ai interviewé un bâtonnier. Peu importe lequel, en ce moment, sur fond d’état d’urgence et face aux libertés en péril, ils pensent tous pareil. Et pas seulement eux, tous les avocats, et puis tous les juges, et sans doute tout ce que la France compte de juristes, et pas seulement….C’était une interview difficile car il y avait trop de sujets à aborder et pas assez de temps. La situation du tribunal de Bobigny, catastrophique. Celle des autres tribunaux de France, pas meilleure. La réforme constitutionnelle et l’état d’urgence. Le statut des libertés publiques. L’inscription loupée du droit à l’avocat dans notre constitution. La réforme pénale qui banalise la possibilité pour tout un chacun, parce qu’il aura bavardé un jour avec un cafetier soupçonné sans qu’il le sache de frayer avec des terroristes, de se retrouver  en pleine nuit avec sa porte d’appartement défoncée par des types cagoulés, plaqué au sol et menotté devant ses enfants. Ce bâtonnier soudain m’a interpellée : « vous êtes où les médias, quand on tue les libertés publiques, on ne vous entend pas ! Quand Christiane Taubira a quitté le ministère, on est resté 30 minutes sur son départ à bicyclette pour admirer son pédalier, mais personne n’a parlé de l’essentiel, au même moment le nouveau garde des sceaux Jean-Jacques Urvoas reconnaissait et c’était une première, la situation d’urgence de la justice. Or sans justice, il n’y a pas de démocratie. Comment ne pas être amer face à des médias qui ratent l’essentiel ? », a conclu mon interlocuteur.

J’ai baissé la tête. En tant que journaliste spécialisée, ce n’est pas vers moi que se tournait sa colère, puisque j’étais là et que depuis novembre je ne cessais, comme d’autres journalistes spécialisés, de relayer les cris d’alerte des juristes. Il en voulait au Système qui mécaniquement est bien plus attiré par le vélo de Taubira  que par les paroles essentielles – mais si peu spectaculaires – de son successeur. Il avait raison. Rien de ce qu’il me disait ne me surprenait. J’ai répondu que sur Twitter tout le monde, en tout cas dans ma TL de juristes, était conscient de l’insupportable et bien inutile sacrifice de nos libertés. Réponse dérisoire et à côté de la plaque. Mon petit microcosme que j’ai confortablement taillé à la mesure de mes centres d’intérêt (et c’est bien le défaut d’Internet par rapport à un journal qui vous parle de tout, y compris de ce qui ne vous intéresse a priori pas), mon petit monde en effet est d’accord avec moi et me donne l’illusion que le « Grand » monde l’est aussi.

Fumisterie.

C’est le bâtonnier qui a raison.

Alors voilà, je lance cette petite bouteille à la mer. Il y a beaucoup d’avocats, de juges, d’universitaires qui savent qu’on va dans le mur, c’est le moment, puissants confrères des grands médias, de leur donner la parole. Ouvrez-leur vos spectaculaires matinales radio, vos chaines d’information en continu, vos émissions de prime time ou de deuxième partie de soirée, ils parlent bien, ont des tas d’exemples concrets à donner.  Ils vous raconteront que les Etats-Unis suite aux attentats du 11 septembre ont commis la même erreur que nous et admettent aujourd’hui avoir sacrifié leurs libertés pour rien. Ils vous abreuveront d’anecdotes effrayantes et de formule choc. Ce sont d’excellents clients qui, en plus, défendent une excellente cause. Invitez-les. Il y a tant de valeurs communes entre le journalisme au sens noble du terme et l’avocat défenseur des libertés. Tout n’est peut-être pas perdu.

Propulsé par WordPress.com.