La Plume d'Aliocha

07/01/2015

Je suis Charlie

Filed under: Droits et libertés — laplumedaliocha @ 15:39

B6wNGdiCEAA9sbh

Publicités

76 commentaires »

  1. On y sera. Une pensée particulière pour Cabu et Wolinski, hommes charmants en privé, et pour toutes et tous plus généralement : c’est une partie de notre mémoire générationnelle (et au-delà) qui a été lâchement supprimée.

    Commentaire par Jef Tombeur — 07/01/2015 @ 16:05

  2. C’est un choc. Pour ceux qui sont à Bruxelles, il y a deux rassemblements prévus: à 18h devant le consulat français (42 Boulevard du Régent) et à 19h, place du Luxembourg.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 07/01/2015 @ 17:09

  3. Pfff… quelle merde, tiens !!!

    Il ne nous reste plus que les souvenirs… celui qui me vient en premier, c’est Cabu qui écrit chez « Droit de Réponse », juste après que Bouygues ne reprenne la chaîne de télé : « une Maison de Maçon, un Pont de Maçon, une Télé de M….. » J’avais trouvé ça excellent ! Pas pour le côté crado de la blague (encore que…), mais pour le fait que les deux mots comptent le même nombre de lettres ! Chacun pouvait compléter selon ses affinités, ou ses allégeances.

    Charb et Tignous vont manquer, c’est certain. Les bonshommes à gros cigare avec nuée de mouches leur volant autour vont enfin pouvoir se marrer tranquilles.

    Commentaire par Zarga — 07/01/2015 @ 19:29

  4. Liberté

    Sur mes cahiers d’écolier
    Sur mon pupitre et les arbres
    Sur le sable sur la neige
    J’écris ton nom

    Sur toutes les pages lues
    Sur toutes les pages blanches
    Pierre sang papier ou cendre
    J’écris ton nom

    Sur les images dorées
    Sur les armes des guerriers
    Sur la couronne des rois
    J’écris ton nom

    Sur la jungle et le désert
    Sur les nids sur les genêts
    Sur l’écho de mon enfance
    J’écris ton nom

    Sur les merveilles des nuits
    Sur le pain blanc des journées
    Sur les saisons fiancées
    J’écris ton nom

    Sur tous mes chiffons d’azur
    Sur l’étang soleil moisi
    Sur le lac lune vivante
    J’écris ton nom

    Sur les champs sur l’horizon
    Sur les ailes des oiseaux
    Et sur le moulin des ombres
    J’écris ton nom

    Sur chaque bouffée d’aurore
    Sur la mer sur les bateaux
    Sur la montagne démente
    J’écris ton nom

    Sur la mousse des nuages
    Sur les sueurs de l’orage
    Sur la pluie épaisse et fade
    J’écris ton nom

    Sur les formes scintillantes
    Sur les cloches des couleurs
    Sur la vérité physique
    J’écris ton nom

    Sur les sentiers éveillés
    Sur les routes déployées
    Sur les places qui débordent
    J’écris ton nom

    Sur la lampe qui s’allume
    Sur la lampe qui s’éteint
    Sur mes maisons réunies
    J’écris ton nom

    Sur le fruit coupé en deux
    Du miroir et de ma chambre
    Sur mon lit coquille vide
    J’écris ton nom

    Sur mon chien gourmand et tendre
    Sur ses oreilles dressées
    Sur sa patte maladroite
    J’écris ton nom

    Sur le tremplin de ma porte
    Sur les objets familiers
    Sur le flot du feu béni
    J’écris ton nom

    Sur toute chair accordée
    Sur le front de mes amis
    Sur chaque main qui se tend
    J’écris ton nom

    Sur la vitre des surprises
    Sur les lèvres attentives
    Bien au-dessus du silence
    J’écris ton nom

    Sur mes refuges détruits
    Sur mes phares écroulés
    Sur les murs de mon ennui
    J’écris ton nom

    Sur l’absence sans désir
    Sur la solitude nue
    Sur les marches de la mort
    J’écris ton nom

    Sur la santé revenue
    Sur le risque disparu
    Sur l’espoir sans souvenir
    J’écris ton nom

    Et par le pouvoir d’un mot
    Je recommence ma vie
    Je suis né pour te connaître
    Pour te nommer

    Liberté.

    Paul Eluard

    Commentaire par Seb. — 07/01/2015 @ 20:56

  5. Etre solidaires de Charlie Hebdo en écrivant « Je suis Charlie » est-ce suffisant ? Ce qui ferait vraiment sens, ce serait que demain ou un autre jour, toutes les publications, journaux, magasines…, publient en page une les caricatures de Charlie Hebdo prises comme prétexte à ce crime odieux, non ? Pour être Charlie, il faut, il me semble, un peu plus de courage qu’une simple étiquette d’intention.

    Commentaire par Mimajo37 — 07/01/2015 @ 23:31

  6. Catégoriquement NON et même pas Chaplin. » Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes. »

    Commentaire par georges dubuis — 08/01/2015 @ 00:01

  7. Les terroristes c’est comme les cochons

    #JeSuisCharlie

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 06:52

  8. Ceux qui ont fait ça ne sont pas des musulmans, ce sont des porcs.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 09:38

  9. Il n’y a ni héros, ni monstres. Nous sommes tous de la même pâte humaine (inhumaine ?).
    Nous vivons en France, en Europe, dans une exceptionnelle période de paix civile, alors cet attentat affreux nous choque. Mais combien de régions du monde vivent avec des attentats en continu, et souvent bien plus meurtriers encore !?…et, s’il en est ainsi, n’est-ce pas, en partie au moins, de notre fait ?…
    Sachons raison garder.
    Sachons ne pas céder à la peur, certes, mais ni non plus à ce climat factice d’union nationale dont on nous bassine les oreilles…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 08/01/2015 @ 10:03

  10. @Denis Monod-Broca,

    Effectivement on trouvera toujours pire à travers le temps et à travers le monde. Il faut toutefois comprendre que le but de ces terroristes est d’importer je Djihad en France, ce créer un climat de guerre civile, de mettre à mal la cohabitation entre les athées, les musulmans et les autres religions. Notre responsabilité est de les en empêcher.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 10:19

  11. Il faut osez dire et écrire que cet attentat a été commis par des Islamistes.
    Lambda

    Commentaire par Lambda — 08/01/2015 @ 10:42

  12. @ Seb

    « … le but de ces terroristes est d’importer je Djihad en France, »
    Qu’en savez-vous ?

    Et puis ne voulons-nous pas nous-mêmes, par toutes de sortes de moyens, y compris les moins avouables, exporter notre mode de vie et notre façon de penser pour les imposer monde entier ?

    On peut toujours dire « c’est lui qu’a commencé M’sieur !… » mais ça ne fait pas avancer les choses.

    Nous prônons la fraternité, et nous avons raison, alors mettons-là en pratique.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 08/01/2015 @ 11:54

  13. @Denis Monod-Broca,

    « Qu’en savez-vous ? »

    Ils le déclarent.

    Je ne mets pas en concurrence les drames.

    La fraternité je la revendique, notamment entre les athées et les croyants, mais pas à l’égard de ceux qui abattent des personnes parce qu’elles ne pensent pas comme eux.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 12:30

  14. @ Seb

    Si vous divisez l’humanité en frères et non-frères, vous tombez dans le travers des religions qui divisent l’humanité en fidèles et infidèles. Ce n’est pas la fraternité, ça.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 08/01/2015 @ 14:43

  15. @Denis Monod-Broca,

    Face à des assassins, il n’est plus l’heure de leur tendre la main et de leur parler de fraternité. La fraternité est un processus qui implique une réciprocité, celui qui s’octroi le droit de prendre la vie d’autrui pour imposer une vision du monde n’en a rien à faire de la réciprocité.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 15:44

  16. Et puis, il y a un temps pour chaque chose. Je crois que vous êtes dans la confusion. C’est ceux qui s’octroient le droit de vie et de mort sur autrui qui renonce à la fraternité, ce n’est pas les autres qui la leur refusent. Par leurs actes, ils nous contraignent à leur refuser cette fraternité. .

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 15:59

  17. Je pense que vous trouveriez étonnant que quelqu’un vous reproche vos manquements aux bonnes manières à l’égard de celui qui dans le même temps est en train de vous cogner avec une batte de baseball.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 16:05

  18. Définition Larousse de la fraternité :
    Lien de solidarité qui devrait unir tous les membres de la famille humaine ; sentiment de ce lien.
    Lien qui existe entre les personnes appartenant à la même organisation, qui participent au même idéal.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 16:15

  19. @Seb

    On peut s’abandonner à la « montée aux extrêmes » selon le formule de Clausewitz, reprise par René Girard, on peut aussi faire un pas de côté, prendre du recul, avoir foi en la raison… se conduire en civilisé. Choix difficile mais essentiel.

    On ne vainc pas la violence par la violence, on ne vainc pas la haine par la haine. C’est ainsi. Le savoir ne facilité pas les choses, faire comme si on ne le savait pas est irresponsable.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 08/01/2015 @ 18:48

  20. @Denis Monod-Broca,

    J’ai l’impression que vous aimez les polémiques stériles. C’est conceptuellement impossible d’être dans une relation fraternelle avec quelqu’un qui n’aurait aucun d’âme à vous tuer, en tout cas je ne vous le conseille pas. Je ne vois pas où je me livre à une quelconque montée aux extrêmes. L’ extrémiste c’est celui qui tolère pas l’exercice des libertés d’autrui.

    Ces tueurs ne sont pas musulmans, ce sont des porcs, j’ai le droit de le dire, j’ai le droit de provoquer, de blasphémer, et l’exercice de cette liberté ne doit, ni aujourd’hui, ni jamais, être qualifié d’extrême.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 19:03

  21. J’ai été attaqué dans la rue, par une tunisienne, et j’ai vu la très fumeuse, évanescente, solidarité du vivre ensemble dans une société anonyme, assez de ce mur de lamentations et de l’autre qui justifie tout cadire la veulerie générale de l’atomisé.

    Commentaire par georges dubuis — 08/01/2015 @ 19:21

  22. @ Seb

    Quand on n’est pas d’accord avec vous, vous dénoncez une « polémique stérile ». Drôle d’argument.

    Vous avez tort d’écrire ce que vous écrivez. Traiter l’autre de porc renvoie à de bien sombres périodes de l’histoire européenne.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 08/01/2015 @ 20:21

  23. @ laplumedaliocha

    Vous êtes journaliste, je comprends que vous ayez mis ce placard « Je suis Charlie » pour en faire un billet.

    Mais quand j’ouvre le site vélib , je tombe sur le même, « je suis Charlie ». Sur autoroute, les panneaux lumineux censés donner des indications aux automobiliste disent tous « Je suis Charlie », etc. Trop c’est trop ! Et puis ce mélange des genres me met mal à l’aise.

    Faut-il que nous doutions de nous-même pour avoir besoin, pour nous sentir solidaires, de cette prothèse victimaire (d’ailleurs inefficace).?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 08/01/2015 @ 20:29

  24. @Denis Monod-Broca,

    Vous parlez de haine et de violence. La seule manifestation de haine que j’ai vu ces 36 dernières heures provenait de ces tueurs. Alors oui, je parle de polémique stérile.

    Lors des sombres périodes de l’histoire européenne auxquelles vous faites, des gens ont été insultés, caricaturés, humiliés, ostracisés, rassemblés, déportés, exterminés, pour ce qu’ils étaient, pour leur origines ethniques, pour leur religion, et non pas pour leurs actes, pas parce qu’ils avaient commis un crime. La raison dont vous vous réclamez devrait vous permettre de saisir la nuance.

    Il n’y a pas de haine de ma part mais une volonté de disqualifier un acte, de le dissocier de la religion musulmane en associant, par une provocation, ces auteurs à quelque chose de proscrit par la religion musulmane, à quelque chose de perçu comme sale. Ma liberté d’expression ne tue personne.

    Il n’y a pas de haine de ma part, ni volonté de vengeance. Tout ce que j’espère c’est que ces assassins répondent de leurs actes et soient exposés aux rigueurs de la loi, mais, et je ne m’en excuse pas, je n’ai aucun sentiment fraternel à leur égard

    Concernant ce que vous dites plus bas, il ne s’agit pas de prothèse victimaire mais de l’expression d’une émotion. Il y a un temps pour l’émotion, après ce qui vient de se passer c’est normal. Il ne s’agit pas seulement de Charlie, il s’agit de la liberté d’expression, de la démocratie, de l’Etat de droit. C’est en raison de ces droits que des journalistes facétieux, des dessinateurs impertinents, des personnalités de la vie publique connues de tous les français, ont été assassinés par des porcs. Ils n’ont pas été assassinés tant pour ce qu’ils ont fait que pour ce qu’ils représentent, et l’extrême majorité des français est attachée à ce qui dérangeait tant ces porcs, donc nous le disons et visiblement nous ne sommes pas les seuls. Ce n’est pas trop, c’est insuffisant, mais c’est tout ce que notre état de sidération nous permet. C’est le temps de l’émotion, chaque chose en son temps.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 21:17

  25. Quelle curieuse inversion des valeurs, vous m’associez au nazisme par un sous entendu hypocrite pour un mot, visant des assassins, que vous jugez déplacé, tandis que vous trouvez excessive l’expression de la solidarité envers un journal dont deux assassins ont tenté d’exterminer la rédaction.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 21:55

  26. En outre, je n’ai rien contre les porcs. Ce sont des animaux plus intelligents et plus propres qu’on veut bien le croire. Mais je les traite de porc car j’ai une idée de ce que cela représente dans leur système de valeur. Je ne doute pas que ces musulmans de pacotille ne consomment ni porc ni alcool, qu’ils font le ramadan. La petite panoplie du musulman en somme. Mais leur acte démontre qu’ils n’y comprennent pas grand chose. L’islam, à l’instar de d’autres discours philosophiques ou religieux, a vocation à transcender l’individu, sa personne, ses frustrations, afin de l’élever et de faire société. Je les qualifie de porcs car ils représentent quelque chose que l’islam rejette.

    Si j’avais voulu les insulter en référence à mon système de valeur, je les aurais qualifiés d’incontiments car non seulement ils se chient dessus mais ils obligent les autres à nettoyer leur merde. L’incontiment c’est aussi celui qui n’est pas capable de gerer ses frustrations.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 22:24

  27. @ Seb

    « Il n’y a pas de haine de ma part mais une volonté de disqualifier un acte »

    Un assassinat est un assassinat. Nul besoin de disqualifier un tel acte. Il se disqualifie lui-même.

    Je ne sais comment vous qualifiez le sentiment que vous nourrissez à l’égard de ceux que vous traitez de porcs. Il me semble très éloigné de l’amitié…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 08/01/2015 @ 22:32

  28. @ Denis Monod-Broca,

    De disqualifier la signification religieuse de ce crime si vous préférez, retirer la grandeur que ces assassins et leur partisan ont pu lui accorder en le rapportant que l’islam rejette. Et si j’ai des mots pour réduire la portée symbolique d’un crime commis par des porcs, de réduire cet acte à quelque chose d’animal, d’en exclure la prétendue spiritualité, je ne m’en prive pas.

    Je vous l’accorde, je n’ai aucun sentiment d’amitié à leur égard

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 23:00

  29. *

    « en le rapportant à quelque chose que l’islam rejette »

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 23:01

  30. Ce n’est pas de la haine, je vous l’ai dit je n’ai rien contre les porcs mais c’est quelque chose que les musulmans rejettent. On n’attribue pas de quelconque signification spirituelle au comportement d’un porc. Je préfère les qualifier de porc que les diaboliser.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 23:14

  31. @ Seb

    Celui qui tue se trouve toujours de solides justifications, qu’elles soient religieuses, idéologiques ou autres, pour faire ce qu’il fait, tuer. Mais ces justifications sont toujours mauvaises. C’est vrai des assassins de Charlie Hebdo, c’est vrai aussi de nous quand nous allons bombarder où bon nous semble.

    Traiter d’animales les conduites humaines que nous condamnons est injustes pour les animaux qui sont bien loin d’avoir notre cruauté. Les conduites inhumaines sont, par définition, humaines…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 08/01/2015 @ 23:18

  32. Personne n’est parfait, la France ne l’est pas, elle commet des erreurs, elle fait face à des enjeux contradictoires dans un monde complexe mais sa vocation n’est pas de massacrer des gens qui ne pensent comme il faut. Lorsqu’elle procède à des bombardements elle tente autant que faire se peut, de s’inscrire dans un cadre juridique. Vous noterez qu’on réclame l’intervention de la France plus souvent qu’il ne lui est possible d’intervenir. Je ne vois pas bien la pertinence de votre parallele.

    De solides justifications pensez vous ? Il s’agit surtout de la manifestation d’une frustration mal assumée. Ce serait grotesque si cela n’avait pas conduit à un drame.

    Je pense que les animaux n’en souffriront pas trop et si qualifier de porcs ces assassins peut contribuer à diminuer cet acte auprès de ceux qui auraient été tenté de lui donner de la valeur, tant mieux.

    Commentaire par Seb. — 08/01/2015 @ 23:46

  33. @DMB

    DMB, je vous approuve. J’ajoute que j’apprécie votre style. Merci.

    Commentaire par araok — 09/01/2015 @ 09:39

  34. @ seb

    Ce que j’essaie de faire comprendre est, parfois…, extrêmement difficile à comprendre, même si c’est facile à écrire :

    « Eux » sont comme « nous ». « Nous » sommes comme « eux ».

    Par exemple :

    « Nous » pensons et disons : « ce sont des salauds, éliminons-les ». « Ils » disent et pensent exactement la même chose que « nous » : « ce sont des salauds, éliminons-les ».
    La ressemblance est frappante : « eux » et « nous » pensons et disons exactement la même chose.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/01/2015 @ 09:55

  35. @ Araok

    Merci pour l’approbation

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/01/2015 @ 10:07

  36. prothèse victimaire ? ne serait-ce pas plutôt une feuille de vigne sur le sexe d’une courtisane ? Car l’islam courtise la société occidentale : « religion de paix, d’amour et de fraternité… », pour mieux la conquérir, la submerger et la soumettre à sa propre loi, celle de la soumission et de la dhimmitude pour ceux pas assez bêlants et veuls pour se soumettre à la loi du talion du désert arabique.

    Commentaire par Mimajo37 — 09/01/2015 @ 10:46

  37. @ Mimajo37

    Vous connaissez la devinette carambar ?

    Q : pourquoi l’ennemi est-il un imbécile ?
    R : parce qu’il croit que l’ennemi, c’est nous.

    C’est drôle, les enfants la comprennent très bien et la trouvent drôle mais les adultes, bien souvent, pris dans leurs certitudes, croyances, appartenances, préjugés… ne la comprennent plus et même il leur arriver de s’en offusquer.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/01/2015 @ 11:20

  38. Passionnant cet échange entre Seb et Denis Mono-Broca! Comme si Denis expliquait comment « Vivre » et Seb comment survivre.
    Nous sommes tous un peu coincés entre les deux, que je salue également et sans avoir l’impression de me dérober. Merci.
    Denis Ducroz.

    Commentaire par Denis Ducroz — 09/01/2015 @ 12:20

  39. @ Denis Monod-Broca,

    Radicalement, ceux qui tire sur des gens parce qu’ils ne pensent pas comme eux est un ennemi, et ils vous considèrent également comme tel dès lors que vous ne pensez pas comme il faut. C’est un état de fait qui vous est imposé, les enfants aussi comprennent cela.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 12:55

  40. *

    « ceux qui tirent sur des gens parce qu’ils ne pensent pas comme eux sont des ennemis »

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 12:56

  41. La Une de Charlie ?

    Wolinski : « À nous les houris ! »

    À la grâce de Dieu. Inch Allah !

    Commentaire par Al1C21 — 09/01/2015 @ 13:10

  42. Depuis le départ vous vous placez sur des débats accessoires et artificiels.

    Vous parlez des attentats dans le monde qui devrait permettre de relativiser ceux là. Je ne vois pas le rapport, ni nécessité de normaliser ce qui est arrivé.

    Vous demandez de ne pas céder à la peur ou à la haine. Pour l’instant j’ai surtout vu des réactions de douleurs, de compassion, et d’indignation. Il y a effectivement toujours des extrêmes, et hélas des lieux cultes musulmans ont été attaqués, mais les auteurs de ces attaques sont à placer à peu près au même niveau que ces assassins. Ils ne nourrissent l’un l’autre.

    L’union nationale dont il est question n’est pas une politique déterminée, c’est une façon de dire ensemble que nous sommes affectés par le fait que des êtres humains ont été assassinés pour des dessins, et que nous ne voulons intégrer la crainte dans nos modes de vie.

    Vous écrivez : « On peut toujours dire « c’est lui qu’a commencé M’sieur !… » mais ça ne fait pas avancer les choses. »

    Qui a dit ça ? Personne ne compte les points

    Vous qualifier de haine et de violence, le fait de qualifier ces assassins de porc. Ce n’est qu’un mot, un symbole, un blasphème et c’est précisément notre droit d’utiliser des mots et des symboles, de blasphémer que ces porcs ont visé par leurs assassinas.

    Vous invoquez la fraternité à l’égard de ces porcs. Non je regrette, les mots oui, la fraternité non, les mots de nos lois, et leur application, les mots libres et la diversité de leurs significations.

    Maintenant vous vous lancez dans une dialectique en laissant pensez qu’il y aurait quelque chose d’indécent à dire que ces porcs sont des ennemis. Ils tuent, ils tuent des gens qui ne se soumettent pas à ce qu’ils pensent être une prescription religieuse. Ils nous considèrent comme des ennemis, et dès lors qu’ils s’accordent le droit de vie de et de mort sur autrui, ils sont également nos ennemis. Il ne s’agit pas de les massacrer mais de les contraindre à répondre de leurs actes.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 13:35

  43. @ Seb

    Ils tirent sur des gens parce qu’ils prennent ces gens pour des ennemis, ce qui est faux, ils sont donc des imbéciles. Ne soyons pas aussi imbéciles qu’eux en faisant comme eux, en les prenant pour des ennemis. Ils sont des criminels. Point.

    Je rappelle qu’il y a environ deux homicides par jour en France, donc deux personnes assez imbéciles pour penser qu’elles avaient un ennemi qu’elles devaient éliminer. L’attentat contre Charlie Hebdo a certes une dimension que n’ont pas ces deux homicides quotidiens mais l’imbécilité est la même.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/01/2015 @ 13:37

  44. Charlie Hebdo était désigné par des prédicateurs du djihad comme ennemi et comme cible à abattre, ce qui n’empêche pas ces porcs d’être également des imbéciles.

    Bien sûr qu’il y d’autres assassinas mais il ne s’agit pas d’un assassina ordinaire, il a une prétention politique, symbolique, il vise l’ensemble de la société française.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 13:51

  45. @ Seb

    Oui, certes, on peut voir cet attentat comme un assassinat ciblé, et oh combien soigneusement ciblé, semblable à ceux que pratiquent de façon routinière et avec des moyens autrement sophistiqués nos chers et indéfectibles amis et alliés américains et israéliens, et donc semblables à ceux que, par procuration, nous pratiquons nous-mêmes.

    A chacun d’en tirer ses conclusions…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/01/2015 @ 14:44

  46. Pour résumer, il y a 2 types d’islam: celui pouilleux, en gros de la péninsule arabique au Maghreb qui a gagner à la loterie du pétrole, de la colonisation et puis l’autre qui fait parti d’une civilisation souveraine chez elle, la perse, c’est la frontière du sérieux versus celle de la FANTAISIE, PSG, CHARLIE, même gogolatrie adolescente et dégoulinante.
    Fantaisie uber alles et nom de dieu, pas de chance, ils sont gâtés et gâteux comme nos enfants actuels made in USA.
    PS: où même un enfant peut tué sa mère avec son propre flingue, c’est y pas beau et extra ordinaire, un réel miracle. Touche pas à mon poste ma ptite beauté.
    La société française n’existe pas encore, elle est anonyme dans sa pratique et pleines d’écrans, c’est la société sociétale qui part à grande vitesse dans le décors, IKEA « en est son incarnation…… toujours innovante. La nation est, et sera le seul cadre possible d’une discussion généralisée, tous les fantaisistes la redoute.

    Commentaire par georges dubuis — 09/01/2015 @ 15:07

  47. Qu’il y ait des politiques contestables c’est une évidence, mais ça ne justifie rien, ça ne rend pas ces crimes moins condamnable.

    Il y a quelques mois j’ai rencontré une syrienne, arrivée en France depuis peu. Lorsque les djihadistes sont arrivés dans sa ville ils ont décapité des gens pour des motifs totalement insignifiants puis ils ont exposés les têtes coupées sur des piques dans des parcs. Les porcs qui ont commis ces assassinats en France sont les representants de cet obscurantisme.

    La politique américaine est contestable, il n’y pas de doute, mais il ne peut y avoir de politique diplomatique et militaire irréprochable. Cependant le fait d’être une puissance oblige à avoir une politique stratégique et militaire. La politique d’Israël est probablement encore plus contestable. Mais ça ne justifie rien, et je ne vois pas en quoi votre parallèle est pertinent. Ce n’est pas une multinationale qui est visée, du type Total, Areva ou une institution étatique. Ce qui a été visé, désigné comme cible, c’est un journal, c’est l’exercice de la liberté d’expression.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 15:20

  48. @ SEb

    Il faudrait savoir…

    Quand je vois en cet attentat un assassinat, vous me dites que, non, c’est un acte de guerre.
    Quand je prends le point de vue des assassins et que j’y vois un acte de guerre, vous me dites que non, ce n’est que l’attaque d’un journal.

    La discussion est difficile dans ces conditions.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/01/2015 @ 16:58

  49. Je n’ai jamais parlé d’acte de guerre, d’ailleurs cette polémique sémantique ne m’intéresse pas.

    Vous pensez avoir pris le point de vue de ces porcs en évoquant la politique française, américaine, israélienne. Ces porcs étaient violents avant de se dire musulmans, et ils ont trouvé a posteriori dans un islam caricaturé une opportunité de justifier leur propention à la barbarie.

    Si vous cherchez une dimension politique à ce crime, il faut davantage le chercher chez les inspirateurs de ce crime que chez les auteurs. Les djihadistes ont une volonté de créer de la tension entre communautés, de créer des clivages, espérant ainsi rallier à eux les musulmans victime de ces tensions, mais les musulmans ne mangent pas de porc

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 17:25

  50. Je n’ai jamais non plus que ce n’était « que » l’attaque d’un journal.

    D’ailleurs ce n’est pas parce qu’on est un porc que l’on est incapable de salire quelque chose de beau, on a d’ailleurs plus de propension à le faire lorsque l’on est un porc.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 17:33

  51. @ Seb

    Je vous assure, vous ne devriez pas écrire ce que vous écrivez. Un homme est un homme, pas une bête, quelle qu’elle soit.

    Vous y prenez un malin plaisir mais vous ne devriez pas.

    Inutile de me jeter la liberté d’expression à la figure. Vous êtes libre de le faire. Mais justement, la liberté ne va pas sans responsabilité. Et il n’est pas responsable de le faire. Ou bien craignez d’être un jour traité de même à votre tour.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/01/2015 @ 18:11

  52. @ Denis Monod-Broca,

    Je me contente de revendiquer ce que l’on a voulu me prendre. Et ma responsabilité est d’affirmer que ces criminels ne sont pas musulmans car se sont des porcs. Que l’on me traite de ce que l’on veut… ce n’est pas mon souci.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 18:17

  53. J’ai un peu de mal à comprendre cette hypersensibilité pour ce qui n’est qu’un mot, une formule, tout en contestant les manifestation de soutien à Charlie et en justifiant plus ou moins ces actes au regard de nos politiques étrangères.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 18:25

  54. @ Denis Monod Broca :

     » Si c’est cela la justice, je préfère ma mère. »

    C’est ce qu’aurait réellement prononcé Camus, en lieu et place du « Je crois à la justice, mais je défendrai ma mère avant la justice ».

    Nuance.

    Vous êtes du côté de la raison, celle qui nous différencie de Didi et de son sabre, toujours à chercher la nouvelle tête qu’il va pouvoir bien couper… J’avoue pour ma part que j’aurais bien du mal à garder raison si les miens étaient assassinés de la sorte.

    C’est peut-être pour ça que les drones fabriquent autant de candidats au suicide qu’ils prétendent en éliminer ?

    Commentaire par Zarga — 09/01/2015 @ 18:36

  55. @ Seb

    Si ce n’est qu’un mot sans importance pourquoi tenir tant à l’utiliser ?

    @ Zarga

    Eh bien oui, c’est cela, l’engrenage diabolique de la violence réciproque. On le sait bien. Il est insensé de s’y abandonner comme nous le faisons.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/01/2015 @ 19:09

  56. Je n’ai pas dit que c’était un mot sans importance, c’est un mot qui fait sens, qui disqualifie la dimension religieuse de ce crime par référence à quelque chose que l’islam rejette.

    Quelle est la violence à laquelle ces porcs ont été exposés qui expliqueraient leur crime ? Notre société est imparfaite, on est tous exposés à ces imperfections dans des proportions variables, on a tous notre lot de frustrations, mais on ne tue pas pour autant.

    Qu’une personne victime de l’attaque aveugle d’un drone se radicalise, ça peut s’expliquer. Ces porcs n’étaient pas exposés à la violence d’une armée mais ils voulaient s’y frotter, avaient projeté un départ en Syrie ou en Irack. Ils ont souhaité mourir les armes à la main. Ils ne sont pas victime de la violence, ils en sont les auteurs. Il ne faudrait pas tout confondre.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 19:39

  57. J’ajouterai que ce mot est aussi une blague et un pied de nez face à des porcs qui se prennaient au sérieux mais qui faute d’etre capables de donner de la hauteur à leur prétention ont eu recours à une violence extrême.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 19:51

  58. @ Seb

    « Ils ne sont pas victimes de la violence, ils en sont les auteurs ».

    Non !
    Ce serait trop simple !
    Bien sûr ils sont les auteurs de cette violence meurtrière d’avant-hier. Et malheureusement ils n’en répondront pas devant la justice puisqu’ils sont morts. Mais la violence n’est pas née en eux, comme ça, ex nihilo, parce qu’ils étaient intrinsèquement des salauds.
    Bien sûr ils n’en avaient pas été les victimes puisqu’ils étaient bien vivants, nés et ayant vécu toute leur vie dans ce beau pays pacifique, leur pays, qu’est la France,
    Bien sûr ils avaient épousé une mauvaise cause.
    Il n’empêche, le climat de violence existe, dont nous sommes pour partie responsables, et c’est dans ce climat-là, délétère, mortifère, qu’ils ont développé, au moins c’est vraisemblable, leur envie de représailles.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/01/2015 @ 20:14

  59. Vous me parlez de la politique étrangère française, américaine, israélienne, que vous mettez en parralele avec ces crimes, ils n’ont été confrontés à aucune de ces armées.

    Bien sûr qu’ils ne sont pas nés criminels, ils ont fait des choix. Ils ont été exposés comme chacun à une forme de violence sociale mais ont choisi d’y repondre par la haine. Une société sans violence ça n’existe pas, la vie c’est violent, on tente tant bien que mal de réduire cette violence.

    Dire qu’ils ont épousé une cause est un bien grand mot, c’est leur goût du sang qui les a guidé. Leur intérêt pour la violence a précédé leur pseudo intérêt pour l’islam.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 20:46

  60. @ Seb

    « Dire qu’ils ont épousé une cause est un bien grand mot, c’est leur goût du sang qui les a guidé. Leur intérêt pour la violence a précédé leur pseudo intérêt pour l’islam ».

    Vous n’en savez strictement rien. Vous inventez pour vous rassurer.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/01/2015 @ 21:01

  61. Déjà condamnés pour des braquages, l’un d’eux a été approché par un réseau islamiste car il savait comment se procurer des armes de guerre et n’avait alors jamais manifesté jusqu’alors d’intérêt pour l’islam, interrogé pour sa participation à une cellule islamique il ignorait l’existence d’une distinction entre sunnite et chiite. Les islamistes ne cherchent pas à recruter des gens animés par de grands idéaux, ils cherchent des brutes manipulables et capable du pire.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 21:16

  62. On a également des retours de journalistes qui ont rencontré des français participant au djihad à l’étranger, et tout ceux que j’ai entendu étaient surpris de constater à quel point ils étaient ignares, notamment de la chose religieuse, et par leur absence de respect pour la vie humaine. Vous pensiez que nous avions affaire à des philosophes ?

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 21:26

  63. Le profil est presque toujours le même, des délinquants ou criminels, convertis sur le tard à une parodie de l’islam, ce qui leur permet de continuer à leur comportement délictuel ou criminel avec une caution pseudo spirituelle.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 21:34

  64. Donnez un mobile et des moyens, vous trouverez toujours des individus pour en massacrer d’autres, cela aussi on a eu l’occasion de le constater à travers les périodes les plus sombre de l’histoire européenne.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 21:43

  65. @ Seb

    « Donnez un mobile et des moyens, vous trouverez toujours des individus pour en massacrer d’autres, »

    C’est vrai. Et vous auriez plus ajouter « vous trouverez toujours des individus prêts à mourir pour leur cause ».

    Et alors ?

    On le sait bien que l’homme a cette particularité, unique ou presque dans le règne animal, de tuer, d’achever à l’occasion, ses propres congénères. Faut-il en rester là ? La solution est-elle de tuer ceux quel tuent ? N’y a-t-il plus aucun progrès à faire ?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/01/2015 @ 22:51

  66. Vous conviendrez qu’il y a une nuance entre risquer sa vie pour une cause et tuer des gens désarmés car il ne pense pas comme vous, tuer des innocents pour faire parler de vous.

    Je ni souhaité la mort de ces porcs, ni écrit que je souhaitais une telle chose. L’immense majorité de ceux qui ont exprimé leur soutien à Charlie ne voulait pas la morts de ces porcs, et voulait qu’ils soient jugés.

    Les confusions que vous entretenez depuis le depart sont troublantes.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 23:32

  67. Et alors me demandiez vous ?

    Et bien c’est juste qu’il ne faut pas grand chose à certains pour se livrer à la barbarie, nul besoin de grande cause.

    Je ne m’excuse pas de traiter ces gens là de porcs.

    Dans sa BD, la foire aux cochons, Ptiluc dessine les grands bouchers de l’histoire réincarnés en porc, si je n’ai pas eu la descence d’attendre la mort de ceux là, j’ai le mérite d’avoir démocratisé le concept en l’étendant aux subalternes.

    Commentaire par Seb. — 09/01/2015 @ 23:44

  68. Pauvres animaux! Toujours la sémantique , des paroles et peu d’actes et cette manie de la comparaison avec l’animal comme suprème insulte .
    Tout ça ne fait pas avancer le dêbat : tout le monde est contre le terrorisme et pas tout le monde pour Charlie voilà tout .
    Terroriste ici et resistant là et le fameux  » Dieul avec nous » inscrit sur les boucles des ceintures des soldats allemands de l’occupation .. Tout ça rejoint le « camp des justes »de Bush.
    On a tout vu et le pire avec son cortège d’horreurs ,la guerre l’occupation la libération , à chaque fois une partie de la population avait peur de l’autre .
    L homme est un loup pour l’homme et dans chacun d’eux un cochon sommeille …

    Commentaire par Scaramouche — 13/01/2015 @ 08:07

  69. Je ne vise aucune suprématie dans l’insulte.

    Pour ce qui est de mes actes… Vous n’en savez pas grand chose.

    Il ne s’agit pas des animaux mais du porc qui a une signification particulière pour les musulmans, une manière de leur refuser le sacré auquel ils prétendaient

    Commentaire par Seb. — 13/01/2015 @ 10:55

  70. Excusez moi mais j’ai un peu de mal avec le fait de renvoyer dos à dos le fait de tenir des propos véhéments à l’égard d’assassins, et le fait d’assassiner parce qu’ils ne pensent pas comme vous.

    Des mots contre un assassinat…

    Commentaire par Seb. — 13/01/2015 @ 11:03

  71. Certains cherchent, contre les faits et l’évidence, une grande cause derrière l’acte de ces porcs, une sublime inspiration, un désespoir romanesque… L’histoire est là pour nous prouver que rien de tout ceci n’est nécessaire à la barbarie, à la cruauté, au désir de puissance et de domination pour subsister, pour se répandre, ou alors que derrière chaque tueur en série, chaque nazi, chaque criminel de guerre se cache un grand humaniste.

    Commentaire par Seb. — 13/01/2015 @ 11:17

  72. Excusez moi aussi Seb parce que je ne comprends rien à votre réponse , mon post ne vous est pas adressé et je ne vois pas où j’attaque quoi que ce soit dans cette réponse humoristique globale de défense aux animaux.
    Comme quoi l’humour est différent pour chacun .

    NB  » refuser le sacré aux musulmans  » ( sic) … Peste quelle prétention !

    Commentaire par Scaramouche — 13/01/2015 @ 11:24

  73. Mais on peut aussi expliquer ces actes par la politique étrangère française, européenne, occidentale… Bah oui, elles ne sont ni pures ni parfaites, mais la pureté mieux vaut aller la chercher du côté de la poésie que de politique. Une politique mécontente toujours certains, la politique inverse mécontente les autres. Lorsque l’on n’agit pas, on nous reproche notre indifférence, lorsque l’on agit on nous reproche notre interventionnisme.

    Commentaire par Seb. — 13/01/2015 @ 11:29

  74. Pas au musulmans mais à ces assassins

    Désolé j’avais pris la chose au premier degré.

    Commentaire par Seb. — 13/01/2015 @ 11:31

  75. Le goût de certains pour l’autoculpabilisation leur fait oublier que l’extrême majorité des victimes des intégristes islamistes est musulmanne, et que si on peut critiquer la politique étrangère occidentale, notamment les drones américains (oh combien contestable), je ne crois pas trop m’avancer en affirmant que ces derniers ont fait moins de morts que les intégristes islamistes.

    Commentaire par Seb. — 13/01/2015 @ 11:40


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :