La Plume d'Aliocha

21/10/2014

Bas les masques !

Filed under: Réflexions libres — laplumedaliocha @ 11:23

Ah comme elles sont édifiantes les réactions médiatiques à la disparition de Christophe de Margerie, le charismatique patron de Total, 6ème groupe pétrolier mondial.

A ma droite, (sans référence politique, quoique…), le gouvernement qui se confond en hommages. Vous savez, ce gouvernement dont l’ennemi déclaré est la finance, qui est censé pourfendre le patronat (mais aussi résoudre le chômage, on n’est pas une contradiction près), qui déteste les riches….Nous savons tous que ces postures sont des guignoleries, mais il n’est jamais inutile d’en avoir confirmation.

Pour Ségolène Royal, il « cherchait à imaginer le futur ».

Michel Sapin a évoqué un « grand personnage », un « personnage chaleureux, amical, qui mettait de la joie partout ». D’ailleurs notre ministre des finances est intarissable :  « c’est une entreprise française qui a choisi de rester implantée en France et qui tenait sa force, il (Christophe de Margerie, ndlr) le disait, du fait d’être française (…) C’était un des meilleurs lutteurs contre le ‘french bashing’ qui l’insupportait ».

Quant à notre ministre de l’économie, le jeune Macron :  « C’est beaucoup de tristesse. Je (le) connaissais bien, c’est un ami que je perds. C’est surtout un grand patron que la France perd, un grand capitaine d’industrie », a déclaré le ministre de l’Economie sur France 2, saluant la mémoire d' »un citoyen engagé et un interlocuteur de confiance pour les pouvoirs publics ». 

Et François Hollande a appris « avec stupeur et tristesse » ce décès, survenu dans la nuit. « M. Christophe de Margerie avait consacré sa vie à l’industrie française et au développement du groupe Total. Il l’avait hissé au rang des toutes premières entreprises mondiales. M. Christophe de Margerie défendait avec talent l’excellence et la réussite de la technologie française à l’étranger. Il avait de grandes ambitions pour le groupe Total », explique le communiqué de la présidence.

Ainsi donc, nous avions au moins un vrai grand patron, talentueux, citoyen, et nous l’ignorions ! Que n’ont-ils pas dit cela plus tôt, voilà qui aurait contribué à la mobilisation pour sortir la France de l’ornière. Combien d’autres grands patrons sont-ils dénigrés en public pour plaire à on ne sait trop qui et considérés en privé comme des talents exceptionnels, des soutiens indispensables, des moteurs de la croissance française, des acteurs de notre rayonnement international et, accessoirement aussi des amis proches ?

Au milieu, la presse. Les chaines d’information en continu nous apprenaient deux choses ce matin. D’une part que les salariés interrogés au pied de la tour de la Défense pleuraient leur patron. D’autre part,  que Margerie était un champion de la lutte contre le France bashing et qu’il n’avait sans doute pas tort puisque le grand public est informé à sa disparition du poids de Total dans le monde et découvre effaré qu’un gouvernement de gauche avoue discuter avec les grands patrons et même en apprécier certains….

A ma gauche, les rebelles. Ceux que même l’instant fédérateur de la mort n’empêche pas de critiquer et de détester parce qu’on ne rompt pas avec une haine idéologique, parce que celle-ci triomphe de tout, et en particulier de l’intelligence de celui qui la véhicule. J’ai nommé Gérard Filoche, mais il ne doit pas être le seul, simplement comme à son habitude, il l’ouvre quand les autres se taisent.

De son côté, Daniel Schneidermann a ouvert le feu des éditorialistes en rappelant chacun de ses confrères à son devoir de détestation. Bats ton grand patron tous les matins, si tu ne sais pas pourquoi, lui il le sait. C’est peut-être de cela qu’on souffre en France, de cette haine idéologique, nébuleuse, mal arrimée à quelques éléments factuels tordus et partiels (les impôts de Total en France, l’activité pétrolière par nature suspecte) que les politiques se sentent en devoir d’apaiser par un discours faussement vindicatif. Que de temps perdu à combattre des monstres de papier ! Que de colère toxique et mal orientée ! Que d’énergie dépensée en vain….Et au bout du compte, quelle poisseuse déprime.

Advertisements

22 commentaires »

  1. C’est cela même : Louis xiv était un très grand roi, Napoléon un génie, Mao un immense dirigeant, Néron un faramineux architecte, Borgia un politique hors pair… On a les idoles qu’on mérite. Comparaison n’est certes pas raison, et faire parler les morts de ces époques serait présomptueux.
    Faut-il comprendre que tout est bien dans le meilleur des mondes régis par de tels grands personnages ?
    J’attends avec impatience votre hommage posthume de Mohamed vi, despote certes, mais si éclairé que même les Marocaines les plus miséreuses vont pleurer car au fond de leur cœur, tout comme vous, elles savent bien que les grands monarques, tout comme les capitaines d’industrie, étaient avant tout soucieux de la grandeur et du rayonnement de leurs œuvres.

    Commentaire par Jef Tombeur — 21/10/2014 @ 11:40

  2. Bas (ton patron)? Haut?
    Bas, bâton, batée.
    Bats, battons, battez .
    Bescherelletamère va venir vous taper sur les doigts!

    (J’ai désespérément cherché votre héron cendré dans le billet précédent. Et puis finalement, je l’ai trouvé dans l’étang près de chez moi. Il ne vous reste plus qu’à descendre ici.)

    Bonjour au fait 😉

    Commentaire par gabbrielle — 21/10/2014 @ 11:41

  3. @Jef Tombeur : il y a un temps pour tout. La mort de quelqu’un renvoie généralement chacun à sa propre finitude et interrompt pour une durée plus ou moins longue toute autre forme de pensée. Cela me parait à la fois naturel et souhaitable. C’est pourquoi je ne comprends pas où DS veut en venir dans sa critique des réactions des organes de presse. Pense-t-il vraiment que les journalistes vont dans les heures qui suivent une disparition réaliser les enquêtes et écrire les papiers qu’ils n’ont pas fait du vivant de l’intéressé ? On est dans le temps du regret à connotation de panégyrique, c’est ainsi. On appelle ça la vie en société. De fait, la réflexion de Filoche n’est pas intelligente, c’est une remarque de gros c….. Maintenant, je trouve intéressant et c’est pourquoi j’ai écrit ce billet, de voir la rupture du discours politique que le deuil n’explique pas seul.

    @gabbrielle : Bonjour ! bien vu, j’ai corrigé.

    Commentaire par laplumedaliocha — 21/10/2014 @ 11:50

  4. Les banquiers disent souvent : hé les gars, lâchez- nous, on est des enfants de chœur par rapport aux grands groupes pétroliers !

    Quoi qu’on pense de quelqu’un (à de très, très rares exceptions près), la décence veut en effet qu’on respecte un temps de deuil.

    Ce que vous écrivez me fait penser à la récente polémique qu’a suscitée le bouquin de S. Moati sur J.-M. Le Pen.

    Alors comme ça Aliocha, telle une anglaise excentrique dans un épisode de l’Inspecteur Barnaby, vous faites du bird-watching !

    Commentaire par Maelle — 21/10/2014 @ 12:39

  5. Tiens, DS critique les réactions de ses confrères, c’est pour le moins inattendu.

    Quant à M. Filoche, je l’ai toujours suspecté d’être un agent double d’une officine ultralibérale, avec pour mission de décrédibiliser la gauche d’héritage syndical. Il s’y emploie avec tant de constance que ma théorie de la conspiration n’est pas plus farfelue que bien d’autres.

    Commentaire par Switz — 21/10/2014 @ 12:52

  6. @Aliocha : je pense que @si n’écrivant par des articles d’information pure mais des articles d’analyse des médias, Daniel S. n’avait justement pas à faire comme tout le monde avec cet instant de flottement traditionnel du deuil médiatique. Et en lisant sa chronique attentivement, on comprend que l’objet n’est finalement rien d’autre que ça : montrer comment cette tendance flirte parfois avec la récupération politique qui, contrairement au deuil réel, ne respecte pas le mort mais cherche à en tirer parti autant que possible.

    Parler de « devoir de détestation » me semble exagéré pour un texte dont le but est surtout de ne pas

    Son article se termine par « Quant au reste […] il en sera question une autre fois », ce qui est finalement très proche de votre « Il y a un temps pour tout », me semble-t-il.

    Commentaire par Celeri — 21/10/2014 @ 12:57

  7. …dont le but est surtout de ne pas perdre son esprit critique face à une situation qui n’est que contextuelle et temporaire.

    (désolé pour la fausse manip)

    Commentaire par Celeri — 21/10/2014 @ 13:00

  8. Que Christophe de Margerie ait eu de bonnes relations avec toute la classe politique et notamment François Hollande n’est pas vraiment un scoop post mortem…

    Commentaire par odalage — 21/10/2014 @ 13:18

  9. Quelle différence entre « Big Moustache » le conquérant et Gattaz l’agité !

    Commentaire par zelectron — 21/10/2014 @ 13:33

  10. C’est vieux comme le monde (lire René Girard) : tous ensemble on jette des pierres au coupable et, après sa mort, on fait de lui une idole.
    La pensée sacrificielle n’est pas morte.
    Il est sûr qu’une pensée (plus) rationnelle, c’est-à-dire une pensée qui postule que les hommes sont semblables, aide – aiderait – à se comporter de façon cohérente.
    Nous en sommes loin malheureusement, de plus en plus loin. Les temps troublés que nous vivons exigeraient que nous fassions l’effort de penser droit. C’est le contraire qui se passe. Sous l’effet de la peur, de l’angoisse….nous nous abandonnons à la pensée toute faite, automatique, émotionnelle, instinctive, en un mot sacrificielle…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 21/10/2014 @ 13:59

  11. Je recommande aux abonnés d’@si les commentaires abjects sous le billet de Daniel. On comprend mieux l’intérêt commercial de son article (oui, je m’énerve et j’assume, y’en a marre de toute cette mauvaise foi crasse) : http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?4,1398758,1398758#msg-1398758

    Commentaire par laplumedaliocha — 21/10/2014 @ 15:43

  12. Et ça continue : https://twitter.com/EugenieBastie/status/524575235052691457

    Commentaire par laplumedaliocha — 21/10/2014 @ 16:00

  13. […] La Plume d’Aliocha : Bas les masques ! […]

    Ping par Mort tragique de Christophe de Margerie : des commentaires socialistes « Ad Nauseam » | Le Colonel Attitude — 21/10/2014 @ 16:29

  14. Et José Bové salue le décès d’un adversaire loyal.

    Commentaire par unread — 21/10/2014 @ 17:14

  15. Je préfère encore ceux qui réhabilitent le mort, même s’il n’en disaient pas autant de son vivant, même s’ils en font trop, jusqu’au ridicule, à ceux qui s’acharnent sur lui. Quelle honte !

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 21/10/2014 @ 17:16

  16. @ Aliocha :

    En toute bonne foi, je ne comprends pas ce que vous voulez dire par « quelques éléments factuels tordus et partiels ».

    L’impôt lié au bénéfice mondial consolidé (si j’ai bien compris) a quelque chose de scandaleux, je trouve. Surtout quand on voit la volée de coups de bâtons que nous mets l’État ces derniers temps.

    Et puis, que l’industrie pétrolière soit par nature suspecte… ça ne m’étonne pas. Il suffit de voir par exemple le fiasco qu’a été la gestion de BP des évènements liés à la catastrophe de Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, pour comprendre (au minimum) et peut-être adhérer à la méfiance dont vous parlez.

    Aurez-vous la gentillesse de préciser ce à quoi vous pensez en parlant de cela ?

    Pour ce qui est des glaviots qui s’amoncellent à la suite de l’article de Daniel Schneidermann… c’est tellement facile de cracher sur quelqu’un qui n’est plus là pour se défendre, que nombreux sont ceux qui s’en donnent à cœur joie. Lamentable.

    J’ai tout de suite pensé à Eschyle en apprenant par vous la mort de M. de Margerie… Le destin a de ces détours.

    Commentaire par Zarga — 21/10/2014 @ 21:34

  17. C’est tout notre problème . Nous avons des partis archaïques qui se croient obligés de jouer un jeu post- révolutionnaire comme lorsque nous changions de régime avec la peur au ventre que les gens s’aperçoivent que c’est pire.
    La gauche est paralysée par la lutte des classes et le manicheisme et incapable de faire de l’auto critique elle continue ses slogans destructeurs tandis que la droite soigne son image de capitaliste egocentrique.
    Pour se faire élire Hollande a sacrifié à la coutume et se trouve empêtré dans ses mensonges idéologiques d’un autre âge alors qu’en privé comme En politique il a ses sympathies et ses amitiés.
    Et puis il est d’usage que nous pardonnions tout en France à ceux qui sont morts. C’est ce qui a fait dire à de Gaulle qu’il « y a des morts qu’il faut qu’on tue » .. tellement on oublie leurs mauvais côtés …
    Celui-là n’échappe pas à la règle et comme ll fait partie des espèces en voie de disparition sa perte frappe d’autant plus.

    Commentaire par Scaramouche — 22/10/2014 @ 13:01

  18. Tiens, Aliocha redevient de droite.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 23/10/2014 @ 01:29

  19. À ceux qui se contentent d’un tweet pour juger que quelqu’un est dans « la haine idéologique », qu’il agit par réflexe « lutte des classes » je conseillerais d’aller faire un tour sur le blog de Filoche pour constater qu’il est capable d’argumenter, lui, quand il fait de la politique :
    http://www.filoche.net/2014/10/23/i/

    Commentaire par Gilbert Duroux — 23/10/2014 @ 13:24

  20. La lecture de ceci donne le sentiment qu’on s’en tient à l’accessoire :

    http://rue89.nouvelobs.com/2014/10/24/margerie-deneigeur-les-pilotes-255657

    Je veux dire par là que l’enquête n’est pas encore terminée, alors pourquoi tirer des conclusions hâtives ? L’essentiel, me semble-t-il, c’est qu’on tape sur quelqu’un qui n’est plus là pour se défendre, et que c’est lamentable.

    Commentaire par Zarga — 25/10/2014 @ 07:55

  21. @Gilbert : il n’y a aucune justification possible à ce tweet.

    Commentaire par laplumedaliocha — 25/10/2014 @ 12:35

  22. @Gilbert : Tirer sur les ambulances (ou en l’occurrence les corbillards) n’est ni très élégant, ni très courageux. Voire franchement pourri. Question : pourquoi Gérard Filoche n’a-t-il pas plus ouvert sa gueule du vivant de M. de Margerie? Le risque était trop grand de fâcher une personne qui aurait pu nuire à sa carrière politique? Maintenant, j’en conviens, le tir de barrage hagiographique auquel nous avons été soumis est tout aussi indécent que le tweet de Gégé.

    Commentaire par The Big Bad Wolf — 25/10/2014 @ 12:51


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :