La Plume d'Aliocha

25/09/2014

L’arme de la raison, le réconfort de la raison, le salut dans la raison

Filed under: questions d'avenir,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 10:52
Tags:

A la suite de l’assassinat de l’otage français Hervé Gourdel hier, comme il fallait s’y attendre, l’émotion ou plutôt les émotions tournent en boucle dans les médias. La stupeur, les larmes, la colère, la peur, l’envie de vengeance, le tout dans une surenchère d’adjectifs. C’est à qui sera le plus horrifié, sous le choc. Laurent Fabius parle d’infamie, Luc Chatel évoque une « exécution atroce, lâche et barbare », le Parti communiste est indigné…On cherche des mots, c’est pas facile, on les a tant usés pour désigner des banalités que lorsqu’ils pourraient vraiment servir, on les juge éreintés. Bref, la bête médiatique réclame son tribut de réactions et de surenchère, alors chacun y va de sa formule, songez donc, le silence pourrait être si mal interprété.

Parallèlement, et parce qu’il faut des images, Caméras et micros se tendent vers les proches. Sont-ils tristes, en colère, interrogent les journalistes ? Passons…On nous montre les drapeaux en berne dans les villes et villages endeuillés. Leur chagrin nourrit notre colère, sourde, attisée par la peur et tout ceci fabrique le désir de vengeance.

Et puis, au milieu de toute cette cacophonie, la voix d’un expert hier soir sur France Info, aux alentours de 20h30 qui déclare que la France est en alerte maximum depuis 2001, que la situation actuelle ne comprend pas de menace supplémentaire, que la peur est liée à la médiatisation de certains événements, laquelle est souvent déconnectée du niveau de menace réelle….Quel apaisement, au milieu de l’hystérie collective d’entendre s’exprimer ceux qui savent.

Et le réconfort est encore plus grand quand ceux qui savent ont le temps d’expliquer calmement ce qu’il se passe. Ce fut le cas chez Bourdin ce matin avec la longue interview de Gilles Kepel. Je la mets ici. Regardez-là. Il explique que nous n’avons plus affaire à un terrorisme pyramidal façon Al Qaida mais à un fonctionnement en réseau. Que ce terrorisme là s’infiltre au plus profond de la société. Que ses outils sont notamment les réseaux sociaux et son but déclencher la peur, la haine, bref, exactement ce qui tourne en boucle dans les médias depuis hier.

Le système s’emballe, ce n’est pas la première fois. Les journalistes n’en sont qu’en partie responsables, il y a dans le système médiatique une logique perverse qui dépasse ses acteurs et s’avère difficilement maitrisable. Cette hystérie, on le sait, participe de la médiocrité du discours public, parfois elle cause des dommages plus ou moins graves. Ici, elle pourrait s’avérer mortelle. Alors c’est le moment de tourner le dos à l’émotion pour tendre le micro à la raison. Car ici plus qu’ailleurs, quand on comprend, on cesse d’avoir peur et, en matière de terrorisme, quand on n’a plus peur, on a triomphé de l’ennemi.

Mise à jour 13h00 : et hop, déjà un exemple de ce qu’il ne faut pas faire. La mode des sondages idiots sur des questions d’actualité est affligeante…

Propulsé par WordPress.com.