La Plume d'Aliocha

21/09/2014

Médias, qu’avez-vous fait à la politique ?

Filed under: Mon amie la com',questions d'avenir,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 11:39

Twitter ricane ce matin. Twitter s’afflige des propos de Nicolas Sarkozy à Bruno Jeudy dans le JDD. Il faut dire que l’ancien Chef de l’Etat prête le flanc à la rigolade quand il confie à propos de l’annonce de son retour sur Facebook vendredi « mon audience sur Facebook fait le double de celle de la conférence de presse de Hollande et en une seule journée j’ai gagné plus de nouveaux amis que le total de ceux de Juppé et Fillon ».

Oh politique contemplant les effets de sa communication ! Oh Narcisse s’admirant dans l’onde claire des réseaux sociaux !

Les internautes ont raison de chambrer cette joie enfantine exprimée sans complexe par un homme qui prétend diriger une Nation à propos d’un fait aussi dérisoire que le nombre d' »amis » sur Facebook. Cela prouve au moins que l’internaute est modeste s’il est capable de critiquer chez un prétendant à la magistrature suprême un comportement que lui-même pratique tous les jours : suivre avec passion le nombre d’amis, followers, notifications etc., ces bribes de réponse à la fameuse question de fond de toute communication : est-ce que quelqu’un m’aime quelque part ? Ce qui serait bon pour l’internaute lambda, serait donc en-dessous du niveau d’un ex Chef de l’Etat ? Voilà une nouvelle fort réconfortante.

Comment oublier cependant que ces mêmes internautes ont stigmatisé Michel Sapin quand sous forme de boutade (le machin à la pomme), il a exprimé son peu d’intérêt pour les joujoux qui enchantent ses concitoyens. Et ils sont des dizaines de politiques à essuyer le mépris des « geeks » pour peu que l’un d’entre eux commettent une erreur de vocabulaire ou de raisonnement révélant son ignorance des us et coutumes de la toile. Alors ? Où se situe la juste mesure ?

En réalité, l’internaute devenu média lui-même souffre du même mal que les grands médias professionnels. Il impose sa culture et ses lois à ses interlocuteurs puis, face au résultat, il s’indigne. La parole du politique est devenue creuse, superficielle, entièrement pensée non pour exprimer une réalité mais pour produire un effet, changeante, incohérente, parfois même d’une sottise comique ? Sans doute, mais pourquoi ? Parce que le système médiatique a imposé cela. Parce que dans une société où les médias se sont répandus avec la puissance d’un tsunami, envahissant jusqu’au moindre recoin de nos habitudes de vie et de nos cerveaux, il n’est pas d’autre solution que de passer par les médias et donc de céder à leur loi pour atteindre les citoyens.

Nicolas Sarkozy, qui règle le problème des grands médias en s’adressant directement aux réseaux sociaux, tombe alors dans un autre piège : il compte ses « amis » sur Facebook et devient ridicule, mais à qui la faute ? A ce système que nous entretenons tous, que nous défendons, que nous prônons avec condescendance auprès de ceux qui prétendent s’en tenir éloignés, à ce système dont les lois en grande partie échappent à notre maîtrise et qui pervertit tout ce qu’il touche.

Publicités

15 commentaires »

  1. Tout cela est bien évidemment choquant et, de plus, ridicule. En fait, le « progrès » nous a tous transformés en voyeurs et même les médias dits sérieux, voire de référence, se transforment en presse de caniveau. Autrefois, il n’y a pas si longtemps du reste, seules les concierges et les coiffeuses lisaient Ici Paris ou Détective, maintenant au nom de la sacro sainte transparence, tout le monde s’y met Et les médias en rajoutent parce que ça fait vendre du papier ou du web. Hélas, la presse Murdoch a contaminé tout le système des médias français. Nous y avions échappé pendant longtemps, mais maintenant nous y sommes. Tout ceci abaisse les hommes politiques et par conséquent la politique elle même.Tout occupés à parer les coups de ces médias, les politiques ont-ils encore l’énergie pour s’occuper d’affaires plus sérieuses… Et la société qui se plaint qu’on ne l’écoute pas et qu’on ne résolve pas les problèmes est complice de cela.

    Commentaire par chandernagor — 21/09/2014 @ 13:20

  2. J’ai un ami né à Neuilly qui jouait dans le bac à sable avec Nicolas, l’enfant terrible, il était déjà comme çà…..sacré destiné, pas question de grandir ! Il représente parfaitement le caprice du tout tout de suite, une cour des miracles à lui tout seul alors que l’autre court courageusement pour la catastrophe, il en a même la tête.

    Commentaire par legrandjeu — 21/09/2014 @ 13:51

  3. Parmi les principes comptables, afin de présenter des états financiers sincères et fidèles, il est prévu que le fonds soit plus important que la forme. Dans le monde médiatique, tout le monde s’en fout, du fonds : Il est plus important pour la chaîne d’information de dire en boucle « je suis là où quelque chose s’est passé » plutôt que d’expliquer quoi, pourquoi, comment, quelles conséquences. C’est le fruit d’un nivellement par le bas voulu par tous (politiques, médias, annonceurs, et journalistes et clients-cibles aussi qui y trouveront plus de confort). C’est la conséquence d’un asservissement des médias dépendant des subventions ou des fréquences. C’est une machine à lobotomiser des plus efficaces.

    Commentaire par remseeks — 21/09/2014 @ 16:05

  4. Il n’y a rien de vraiment étonnant à ce que quelqu’un ayant une femme-trophée se vante d’avoir plus d' »amis Facebook » que ses concurrents.
    De toute façon, comme on dit, Facebook c’est tellement 2011 (avant son entrée ratée en bourse). Dans ces trucs, il faut être à la pointe, ou alors s’abstenir.
    Ce pauvre Nicolas Sarkozy, à presque 60 ans, est toujours d’une ridicule immaturité !

    Commentaire par Maelle — 21/09/2014 @ 17:19

  5. Pas d’accord Aliocha. Il n’est pas « tombé dans le piège ». Ce n’est pas le système qui pervertit, c’est nous. Rien ne m’oblige à acheter le JDD ni à le lire. rien ne m’oblige à m’inscrire sur FB et autre tweeter. Ni à les lire.
    En quoi je nourris ma vie en suivant Nico (et tout autre, y compris eolas par exemple) sur FB ? Je n’ai plus 13 ans.

    A quand un politique qui me propose une vision de la société ? Un truc à long terme, un peu ambitieux. Pas quelqu’un qui se calque sur la société, quelqu’un qui l’anticipe. Meme si je ne suis pas d’accord avec tout ce qui est proposé, ça donenrait une autre énergie…

    Je rêve ?

    Commentaire par esther — 21/09/2014 @ 17:52

  6. En cherchant un peu, j’ai retrouvé une image que Dalì utilisait pour décrire les aristocrates, qu’il aimait fréquenter à l’époque où il fréquentait le groupe surréaliste : le flamant rose.

    Selon sa formule, il ne touchait du monde que les nécessités (je chercherai mieux dans mes bouquins pour une citation plus complète).

    Il pensait aussi que les « malveillants » aidaient à la notoriété, et donc à la victoire.

    On a le retour de la seconde image, alors qu’on désespère de voir apparaître la première…

    Commentaire par Zarga — 21/09/2014 @ 20:16

  7. Au fond, nous vivons une époque dans laquelle règne la malveillance. Un peu plus de bienveillance ferait beaucoup de bien à notre société et ferait revenir un peu de la confiance indispensable pour inventer l’avenir. Mais malheureusement la malveillance est plus vendeuse dans la presse et les médias en général qui ne parle que de ce qui va mal mais jamais de ce qui va bien.

    Commentaire par chandernagor — 21/09/2014 @ 20:53

  8. L’hominisation s’est faire autour de l’outil puis de la parole. La parole désormais s’efface devant l’outil. Progrès technique mais formidable régression !…

    Commentaire par Dénis Monod-Broca — 21/09/2014 @ 22:16

  9. Comme Cocteau au sujet des miroirs, les médias feraient mieux de raisonner avant de résonner !

    Commentaire par PRINCE — 22/09/2014 @ 09:19

  10. Y a-t-il rien de nouveau sous nos cieux? Le débat télévisé entre Nixon et Kennedy avait en son temps suscité des impressions très contrastées qui mettaient en évidence la prégnance de la forme. Ceux qui étaient présents dans la salle avaient conclu que Nixon surclassait nettement son contradicteur, en raison de la clarté et la précision de ses réponses. Et pourtant le téléspectateur moyen était parvenu à une impression contraire, et jugeait que Kennedy sortait clairement gagnant de la confrontation. La raison? Le costume sobre et foncé que portait Nixon le faisait apparaître comme un triste vendeur de bibles dans les écrans noir et blanc de l’époque, tandis que l’homme, sujet à de l’hypersudation, ruisselait de sueur sur le plateau et la lumière des projecteurs. La leçon ne fut pas perdue: plus tard les conseillers en communication de Nixon sauront exiger une climatisation adéquate lors de ses prestations télévisées (ce qui est le cas d’ailleurs pour Sarkozy, si je ne me trompe).

    Par contre, celui qui a vécu par l’image risque de périr par l’image si le contenu ne suit pas. Le Kaiser Guillaume était l’un des premiers à comprendre l’impact des médias de masse, il aimait ainsi s’entourer de journalistes et de caméramen, et a donné de multiples interviews durant son règne. Malheureusement, le souverain y perdit toute épaisseur et toute stature: ses défauts devinrent visibles aux yeux de tous, et cela a contribué à faire de l’homme ce personnage dont l’Histoire a gardé le souvenir: un type outrancier dans ses prises de parole, vaniteux à l’excès, et presque ridicule.

    Commentaire par Switz — 22/09/2014 @ 10:56

  11. Aliocha : « Il compte ses « amis » sur Facebook et devient ridicule, mais à qui la faute ? A ce système que nous entretenons tous, que nous défendons, que nous prônons avec condescendance auprès de ceux qui prétendent s’en tenir éloignés, à ce système dont les lois en grande partie échappent à notre maîtrise et qui pervertit tout ce qu’il touche ».
    Parlez pour vous, Aliocha. C’est marrant, vous êtes tellement prisonnière de ce système, tellement contaminée, que vous n’imaginez pas qu’on puisse ne pas l’être. Sans doute trouvez-vous réconfortant de faire partie de la communauté des branchés. Mais il y a énormément de gens qui ne sont pas sur face de bouc, touiteurs et autres réseaux dit sociaux et qui ont compris instinctivement tout ce que ça a de pernicieux. Sans parler du côté flicage avec exploitation des données personnelles recueillies. La vraie vie est ailleurs…

    Commentaire par Gilbert Duroux — 22/09/2014 @ 12:32

  12. @Gilbert Duroux : c’est un « nous » de politesse. Moi je lis Bobin et j’écoute de l’Opéra. Pas pour faire la bobo, mais pour survivre dans un monde dont la superficialité et l’absurdité me blessent à chaque seconde. Seule la beauté soigne et console. Mes followers sur Twitter, je m’en tape. Et si j’écris ici c’est par urgence de dire, rien d’autre. Pour autant, je n’ai pas l’habitude de surplomber les autres et de donner des leçons, j’ai testé twitter et pris la mesure du poison des réseaux sociaux, cela me suffit à m’abstenir de juger ceux que ce poison intoxique et à prendre au contraire la position empathique. Qu’on le veuille ou non, le politique est pris au piège des médias. Il le fut des grands, il l’est désormais des « petits », j’entends par là des réseaux sociaux. Les médias imposent leur loi, ils ne peuvent ensuite reprocher à leurs « clients » de es suivre.

    Commentaire par laplumedaliocha — 22/09/2014 @ 19:43

  13. @Chandernagor : nus avons voulu faire table rase du passé et notamment de la vieille distinction privé/public, on en fait les frais. Il n’y avait peut être pas que du mauvais dans les vieilles pudeurs…
    @legrandjeu : je vous rejoins, s’il a été élu et s’il continue à plaire, c’est bien qu’il incarne une partie de nous mêmes, la partie « consommateur » sans doute
    @remseeks : substance over form. Je crois que nous avons dépassé le problème de l’importance, la forme, le message s’est deconnecté de toute réalité comme la finance s’est déconnectée de l’économie. C’est la parole pour la parole.

    Commentaire par laplumedaliocha — 22/09/2014 @ 19:48

  14. @Maelle : en parlant d’épouse, on m’a passé une version piratée de Merci pour ce moment. On dirait du Nabila en moins drôle….
    @esther : à force de réfléchir à voix haute ici depuis 2008, j’ai abouti à la conclusion que les journalistes et les internautes fabriquaient le système, mais qu’ils engendraient aussi quelque chose qui le dépassait et dont ils devenaient victimes. Cela ne remet pas en cause la responsabilité de chacun, je veux juste dire qu’il y a des effets de système, attachés à la communication, qui nous dépassent, au moins tant que nous n’en sommes pas conscients (adrénaline, curiosité, goût du scandaleux, du spectaculaire, narcissisme….). Prenez les journaistes isolément, ce sont le plus souvent d’excellents professionnels bourrés de qualités, faites la somme de ce qu’ils produisent, c’est parfois de la m…. . C’est ce décalage entre le blog par exemple making off de l’afp et le « système médiatique » qui est passionnant. http://blogs.afp.com/makingof/ Presque tous les journalistes ont dans le coeur ce qui transparait dans ce blog, mais l’exercice qu’on leur impose mène aux absurdités que l’on connait….
    @Zarga : je m’en vais méditer sur cette image qui m’intrigue
    @Chandernagor : Vous avez raison. Mes remèdes : Bobin et le blog de l’AFP cité au-dessus.
    @Denis Monod Broca : Bobin dit quelque chose comme cela ici : http://www.franceculture.fr/emission-les-racines-du-ciel-christian-bobin-une-vie-en-poesie-2014-09-07
    @Prince : joli.
    @switz : je suis totalement inculte en histoire, merci pour cette référence. Je crois qu’aujourd’hui, comme je l’évoque plus haut, nous savons déconnecté totalement le discours de toute forme de réalité ou de contenu, d’où tous nos malheurs, à commencer par des politiques inaudibles à force d’être creux.

    Commentaire par laplumedaliocha — 22/09/2014 @ 20:03

  15. à Aliocha
    la partie « consommateur » sans doute,oui MAIS surtout consommateur de raconteurs/faiseurs d’histoires, c’est toute l’enfance de l’art dans un monde approximativement… ado.

    Commentaire par georges dubuis — 23/09/2014 @ 00:19


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :