La Plume d'Aliocha

21/09/2014

Médias, qu’avez-vous fait à la politique ?

Filed under: Mon amie la com',questions d'avenir,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 11:39

Twitter ricane ce matin. Twitter s’afflige des propos de Nicolas Sarkozy à Bruno Jeudy dans le JDD. Il faut dire que l’ancien Chef de l’Etat prête le flanc à la rigolade quand il confie à propos de l’annonce de son retour sur Facebook vendredi « mon audience sur Facebook fait le double de celle de la conférence de presse de Hollande et en une seule journée j’ai gagné plus de nouveaux amis que le total de ceux de Juppé et Fillon ».

Oh politique contemplant les effets de sa communication ! Oh Narcisse s’admirant dans l’onde claire des réseaux sociaux !

Les internautes ont raison de chambrer cette joie enfantine exprimée sans complexe par un homme qui prétend diriger une Nation à propos d’un fait aussi dérisoire que le nombre d' »amis » sur Facebook. Cela prouve au moins que l’internaute est modeste s’il est capable de critiquer chez un prétendant à la magistrature suprême un comportement que lui-même pratique tous les jours : suivre avec passion le nombre d’amis, followers, notifications etc., ces bribes de réponse à la fameuse question de fond de toute communication : est-ce que quelqu’un m’aime quelque part ? Ce qui serait bon pour l’internaute lambda, serait donc en-dessous du niveau d’un ex Chef de l’Etat ? Voilà une nouvelle fort réconfortante.

Comment oublier cependant que ces mêmes internautes ont stigmatisé Michel Sapin quand sous forme de boutade (le machin à la pomme), il a exprimé son peu d’intérêt pour les joujoux qui enchantent ses concitoyens. Et ils sont des dizaines de politiques à essuyer le mépris des « geeks » pour peu que l’un d’entre eux commettent une erreur de vocabulaire ou de raisonnement révélant son ignorance des us et coutumes de la toile. Alors ? Où se situe la juste mesure ?

En réalité, l’internaute devenu média lui-même souffre du même mal que les grands médias professionnels. Il impose sa culture et ses lois à ses interlocuteurs puis, face au résultat, il s’indigne. La parole du politique est devenue creuse, superficielle, entièrement pensée non pour exprimer une réalité mais pour produire un effet, changeante, incohérente, parfois même d’une sottise comique ? Sans doute, mais pourquoi ? Parce que le système médiatique a imposé cela. Parce que dans une société où les médias se sont répandus avec la puissance d’un tsunami, envahissant jusqu’au moindre recoin de nos habitudes de vie et de nos cerveaux, il n’est pas d’autre solution que de passer par les médias et donc de céder à leur loi pour atteindre les citoyens.

Nicolas Sarkozy, qui règle le problème des grands médias en s’adressant directement aux réseaux sociaux, tombe alors dans un autre piège : il compte ses « amis » sur Facebook et devient ridicule, mais à qui la faute ? A ce système que nous entretenons tous, que nous défendons, que nous prônons avec condescendance auprès de ceux qui prétendent s’en tenir éloignés, à ce système dont les lois en grande partie échappent à notre maîtrise et qui pervertit tout ce qu’il touche.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.