La Plume d'Aliocha

22/05/2014

L’idéologie, poison mortel du journalisme

Filed under: Coup de griffe — laplumedaliocha @ 16:11
Tags: ,

C’est Airy Routier je crois qui a dit de l’affaire Kerviel qu’elle rendait fou.

A lire les critiques des médias, il faut croire qu’il avait vu juste.

Tenez, prenez par exemple Daniel Schneidermann, ancien journaliste au Monde, inventeur d’Arrêt sur images qui fut d’abord une émission de critique des médias avant de devenir un pure player de la toile. Voilà un spécialiste qui a démontré sa capacité à pointer les failles du système médiatique, les approximations de ses confrères, leurs petites misères et leurs grandes lâchetés. Jusqu’au moment où, observant le cirque médiatique de ce week-end autour de Jérôme Kerviel, le critique perd soudain une partie de son jugement. Entre Pascale Robert-Diard du Monde qui a assisté aux procès et dénonce dans un remarquable article les manipulations du trader, et Martine Orange de Mediapart qui se contente de poser des questions en insinuant qu’une justice aux ordres du système financier a fait de kerviel un bouc-émissaire, DS choisit sans hésiter d’accorder sa confiance à la deuxième. Au grand match des faits versus les suppositions, il opte donc, lui le gardien de l’éthique journalistique en faveur des accusations gratuites et non étayées.

Pour les non abonnés, voici un extrait :

« C’est pousser un peu loin la théorie du complot ? Peut-être. Reste que Martine Orange, dans ses papiers antérieurs, a scrupuleusement pointé tous les « éléments troublants » du dossier, ignorés ou semi-ignorés par la Justice (et les chroniqueurs judiciaires). A commencer par les très confortables indemnités de licenciement versées par la banque à tous les supérieurs de Kerviel, en échange de leur silence. Scène éclairante, relatée par Orange, au procès en appel. Après qu’un des supérieurs de Kerviel, Martial Rouyère, ait expliqué qu’il n’avait rien vu, rien entendu des manipulations de Kerviel, l’avocat du trader, David Koubbi, l’interpelle : « que se passera-t-il si vous parlez ? »Rouyère : « je dois rendre l’argent ». Tout est dit. Pourtant, dans les compte-rendus du Monde, le nom de Rouyère n’apparait pas. Pascale Robert-Diard a été plus inspirée par le cas d’un autre des supérieurs de Kerviel, lui aussi cité comme témoin au procès en appel, Eric Cordelle. Décrivant « la trajectoire brisée d’un polytechnicien », elle impute la cécité de Cordelle à une humiliante incompétence, plutôt qu’à une stratégie non dite d’encouragement. Loin, très loin des instrumentalisations, dans les profondeurs du dossier judiciaire, la question se résume à ça : au total, les supérieurs de Kerviel l’ont-ils laissé faire sous l’effet d’une politique implicite de profit maximal, ou parce qu’il les a magistralement trompés ? Après deux procès, et tant et tant d’articles, la question reste entière ».

Les indemnités de licenciement ? Elles ne sont un mystère que pour qui ignore les procédures de licenciement des cadres dans les grands groupes. S’agissant de Martial Rouyère, les chroniqueurs judiciaires ont été témoin de l’événement, mais ils l’ont tous replacé dans le contexte de stress de l’audience qui a fait répondre au témoin n’importe quoi. Quant à Cordelle, quiconque a assisté au procès a pu évaluer la sincérité de ce témoin qui est au fond la seule victime incontestable de cette affaire. Rapatrié du Japon, il a été placé là en attente d’un poste qui lui convienne, assuré par Rouyère (son N+1) que ses traders le formeraient et qu’il serait épaulé par sa hiérarchie. En réalité, il s’est appuyé sur Kerviel (!) et n’a jamais été réellement secondé par ceux qui devaient l’aider. La catastrophe était assurée.

Sans surprise, deux jours plus tard, le site de critique des médias Acrimed (extrême-gauche) aboutit à la même conclusion que Daniel Schneidermann. Ces esprits aiguisés ne peuvent pas un instant soutenir que les médias ont eu raison ce week-end de relayer comme ils l’ont fait l’évidente et absurde manipulation de Jérôme Kerviel.  Pour autant,  Acrimed conclut comme DS que ce sont sans doute les insinuations de Martine Orange qui sont plus proches du vrai journalisme éthique et sincère, respectable et digne de revendiquer le titre de « chiens de garde de la démocratie », que le récit et l’analyse des journalistes qui ont suivi le dossier.

« Il faut dire que les autres médias ne semblent guère faire mieux. Ainsi, dans un article publié le même jour, le Monde revient avec virulence sur la « superproduction hollywoodienne livrée clés en main aux chaînes d’information  » par Kerviel, décrit comme un véritable « Goliath médiatique » – et au Monde non plus on ne s’interrogera pas sur la responsabilité des médias dans cet emballement… médiatique autour de l’ex-trader ! L’article pointe aussi le « coup de génie » opéré par Kerviel lors de sa prétendue rencontre avec le pape, l’audience étant publique et la foule nombreuse (près de « 40 000 personnes  »).

Un goût de la vérité qui n’empêche pas la journaliste de présenter un peu plus loin Kerviel comme le « héros de la gauche de la gauche », omettant alors que les questionnements viennent de tous bords (Nicolas Dupont-Aignanune poignée de députés UMP, etc.). On appréciera également l’énumération des chefs d’inculpation de l’ex-trader, « renvoyé devant le tribunal pour abus de confiance, faux et usage de faux et introduction de données informatiques frauduleuses », le rappel de sa condamnation à trois ans de prison, prononcée en 2010, puis « confirmée par la cour d’appel de Paris » en 2012, et… l’omission du dernier procès, qui a vu une partie de la condamnation s’effondrer (les dommages et intérêts). Encore un sens aigu de la précision et de l’équilibre de l’information.

Encore une fois, il ne s’agit en aucune manière de se prononcer ici sur la culpabilité respective de Jérôme Kerviel et de la Société générale. Mais à se focaliser de la sorte sur les errements d’un seul et sur le grand barnum médiatique que sa « stratégie de communication » nourrit, les médias manquent à leur obligation d’informer. Surtout, ils esquivent, en le glissant sous le tapis d’une polémique aussi opportune que stérile, tout débat sur la responsabilité sociale de la banque française en particulier, et de façon plus générale, sur les dérives de la haute finance ».

On l’aura compris, tous les journalistes qui ont enquêté/assisté aux procès sont des incompétents et/ou des valets du système dès lors qu’ils ne souscrivent pas à la thèse de l’innocence de Jérôme Kerviel. Seule Martine Orange, dont tous les spécialistes de l’affaire aperçoivent sans difficultés qu’elle plonge à bras raccourcis dans le dossier de l’avocat de Kerviel sans jamais se soucier de challenger les propos forcément orientés du défenseur, trouve crédit à leurs yeux. Et tant pis si les questions soi-disant non résolues qu’elle soulève ne sont un mystère que pour elle. Puisque ses écrits vont dans le sens de « la banque est pourrie, la justice est aux ordres » cela suffit à en faire une journaliste indépendante digne du prix Albert Londres. Mais indépendante de quoi, exactement ? Certainement pas de son parti-pris idéologique qui, d’une certaine manière, apparaît comme un joug plus dangereux et plus insidieux que celui de la publicité ou de l’actionnaire envahissant dans les autres médias.

Les journalistes qui refusent de croire à la culpabilité de Jérôme Kerviel feraient mieux de prendre acte des décisions judiciaires au lieu de plonger dans le complotisme. La justice a fait parfaitement son travail sur la base des éléments qui lui ont été fournis dans le respect absolu de la procédure et de l’égalité des armes judiciaires. Il y avait en première instance 80 journalistes dans le prétoire pour en témoigner. S’il y a lieu de fouiller, ce n’est pas en recherchant quelque complot d’une « justice aux ordres du grand capital », mais en trouvant de nouveaux témoignages et éléments factuels qui auraient échappé à  la justice. Seulement voilà, ce travail là, personne ne veut  le faire. Je l’ai fait. Pendant deux ans. Et je n’ai rien trouvé en faveur du trader. Pour autant, à chaque fois que l’on m’interroge je réponds que je n’ai qu’une assurance raisonnable que la banque dit vrai, jusqu’à preuve du contraire. Ma connaissance du dossier me permet juste de confirmer que mes confrères chroniqueurs judiciaires sont fondés à dire que la justice a correctement fonctionné. Il faut croire que d’autres trouvent plus simple de tenter le journalisme de pari, celui qui n’avance aucun fait mais sème la suspicion en se disant que de toute façon il trouvera un public pour applaudir la dénonciation de ces salopes de banques, coupables, forcément coupables.

Que ceux qui se livrent à ce petit exercice discutable ne s’étonnent pas de la montée des extrémismes, c’est exactement ce genre de discours qui fabrique ce qu’ils prétendent, bien installés dans leurs paresseuses certitudes, combattre d’un doigt désinvolte en tapant sur leur clavier.

19/05/2014

Douze idées fausses sur l’affaire Kerviel

Filed under: Affaire Kerviel,Coup de griffe,Eclairage — laplumedaliocha @ 21:21

Alors que l’affaire Kerviel a trouvé ce week-end un dénouement provisoire avec l’incarcération de l’intéressé, on peut encore lire ici et là des déclarations de colère et d’incompréhension.

Voici les éléments de réponse aux arguments qui reviennent le plus souvent.

Mon but n’est pas de convaincre les défenseurs aveugles du trader, moins encore de défendre la banque (j’ai autre chose à faire dans la vie),  mais d’éclairer tous ceux qui s’interrogent et en arrivent à douter de la justice, des politiques et des banques à cause de cette affaire. Non, tout n’est pas pourri. La justice n’est ni folle ni à la botte, elle avait des raisons  de juger comme elle l’a fait. Quant à la banque, elle est au minimum coupable d’une effroyable négligence, mais là encore, il faut se garder de sombrer trop vite dans le complotisme absurde. Ce qui me révolte dans le traitement médiatique approximatif de ce dossier, c’est qu’il contribue à alimenter un dégout généralisé pour les institutions, sur la base d’éléments parfaitement erronés et de simplifications hâtives. Ceux qui font cela, politiques et médias, portent une très lourde responsabilité dans le climat actuel de défiance. Non seulement ils agitent de faux ennemis, mais ils empêchent de lutter contre les vrais problèmes.

Voici donc quelques éléments pour éclairer un dossier plus simple et moins scandaleux qu’on ne le croit :

 » La banque soutenait son trader tant qu’il gagnait et l’a lâché quand il a perdu ». Faux. Entre mars et juillet 2007, le trader investit 30 milliards d’euros sur les marchés. Sa position début juillet est perdante à hauteur de plus de 2 milliards. Si la banque savait, alors c’était le moment de stopper le trader. Elle ne l’arrêtera que le 18 janvier suivant en raison d’une série d’alertes que JK ne parviendra pas, cette fois, à désactiver.

« Quand j’ai 300 euros de découvert la banque m’appelle et là elle n’aurait pas vu passer les 50 milliards, de qui se moque-t-on ? » On ne se moque de personne, simplement cette comparaison est erronée. En réalité, c’est comme si le client était plus compétent en matière financière que son conseiller, entrait lui-même ses opérations dans les systèmes de la banque, pouvait changer la nature des opérations, en inventer de fausses pour dissimuler les vraies etc…Quant aux montants concernés, ils sont faramineux mais doivent être mis en contexte avec l’activité d’une banque internationale où travaillent des centaines de traders. Les sommes brassées collectivement, pour compte propre et pour les clients, se chiffrent en centaines de milliards.

« La justice est folle, elle condamne à des montants absurdes ».  En droit français, dans le cas de figure concerné (dommage volontaire aux biens), on considère que le préjudice doit être réparé intégralement. Sauf qu’ici le montant du dommage, c’est-à-dire de la perte de trading, est faramineux. L’application de la règle de droit aboutit donc à un effet aberrant. C’est la perte qui est folle, pas la justice qui essaie de traiter comme elle peut les pathologies en perpétuelle évolution de la société.

« Le préjudice a été calculé par la banque, aucune expertise indépendante n’est venue confirmer l’existence ni le montant de la perte alléguée ». En effet, il n’y a pas eu d’expertise indépendante. Juste des montagnes de documents examinés par la commission bancaire et les commissaires aux comptes et versés au dossier, autrement dit placés entre les mains de deux juges d’instruction de la galerie financière. Alors on peut toujours se demander qui contrôle le contrôleur, mais c’est un questionnement infini.

« Jérôme Kerviel n’a pas eu droit à un procès équitable ». Variante :  » justice expéditive, enquête bâclée, système judiciaire aux ordres du grand capital ». En réalité, il y a eu une enquête de la brigade financière, puis deux juges d’instruction dont Renaud Van Ruymbeke, puis trois juges spécialisés dans ce type de dossiers lors du premier procès devant le tribunal correctionnel de Paris pendant un mois en 2010, puis trois autres juges spécialisés devant la cour d’appel de Paris pendant un mois en 2012, puis la Cour de cassation dans une formation élargie. Par ailleurs, le trader s’est offert les services des meilleurs avocats de Paris. J’ajoute que les procès ont eu lieu en public devant des dizaines de journalistes, s’il y avait eu un scandale à révéler, ils l’auraient fait avec délectation ! Il n’y a pas que le public qui déteste les banques.

« Le système est pourri, la banque manipule tout, les médias, les politiques, le gouvernement etc… ». Si la banque avait autant de pouvoir, elle n’aurait pas laissé le trader et ses supporters se répandre dans tous les médias comme ils l’ont fait ces dernières années jusqu’au point d’orgue qu’à constitué le show invraisemblable du week-end. Si la banque verrouillait tout, jamais Kerviel n’aurait été suivi en live par BFM TV. Il n’aurait pas non plus accédé au Journal de 20 heures. Jamais ses supporters, comme Roland Agret par exemple, n’auraient pu se répandre en invectives. Jamais Eva Joly ni Jean-Luc Mélenchon ne lui auraient tapé dessus à bras raccourcis en toute impunité. Jamais la Cour de cassation n’aurait procédé à un revirement de jurisprudence en décidant finalement de revenir sur le principe de la réparation intégrale du préjudice. Jamais Jérôme Kerviel n’aurait pu se promener tranquillement sur les routes d’Italie sous l’oeil complaisant des médias alors que sa condamnation était devenue définitive. Et jamais non plus je n’aurais pu sortir un livre sur cette affaire sans avoir à aucun moment informé officiellement la banque de mon enquête. A y regarder de près, la banque est plutôt d’une incroyable impuissance médiatique, politique et judiciaire dans cette affaire.

« Société Générale savait et l’a encouragé, c’est elle qui est responsable, lui n’est qu’un lampiste » : si ses supérieurs lui ont dit  « vas-y Jérôme, tu es génial, fonce, mais tache de ne pas attirer l’attention des contrôles »,  alors pourquoi cache-t-il son gain de 600 millions fin juillet ? Cacher ses activités, à la rigueur, ses pertes, certainement, mais ses gains ? Alors que justement on l’encourage à faire ça, on le pousse à faire n’importe quoi pour gagner toujours plus, selon ses propres dires ? Et pourquoi cache-t-il le gain de 800 millions fin novembre (Total 2007 : 1,4 milliards d’euros) ? Et pourquoi, alors qu’ils sont au courant, ses supérieurs ne jugent pas utile d’enregistrer ce gain miraculeux dans les comptes 2007, ni de l’annoncer à la direction, et même pas de demander des bonus en conséquence ? Réponse la plus plausible : parce qu’ils ignorent tout des activités parallèles et occultes du trader. Ce que confirme le fait que Jérôme Kerviel se donne un mal fou pour dissimuler ses activités et  ne demande pas de bonus proportionnel à ce gain mirifique, mais un bonus indexé sur son résultat officiel de 50 millions. Il sera découvert début janvier pour avoir maladroitement dissimulé son gain de 1,4 milliards alors  que la banque au même moment ne voit rien de la position de 50 milliards qu’il est en train de construire…

8  « L’affaire est bonne pour l’image de la banque ». Au contraire,  elle est calamiteuse. Car pour le monde de la finance, c’est la preuve qu’elle a des failles de contrôle interne et qu’un autre scandale de même nature peut surgir n’importe quand. Non seulement la banque aurait pu disparaître ou être absorbée par une concurrente lorsqu’elle a annoncé le sinistre, mais l’affaire a si durablement nuit à l’établissement que pendant la crise de la dette souveraine au cours de l’été 2011 son titre a chuté plus que celui des autres banques françaises. Les analystes financiers à l’époque ont avancé  la perte de confiance durable consécutive à l’affaire Kerviel pour expliquer le phénomène.

« Certains témoins ont été écartés sans explication par la justice ». Les témoins  présentés en appel l’ont été dans des conditions procédurales très discutables et surtout ils n’apportent aucun témoignage direct et ni aucun élément matériel. Juste des supputations fondées sur leur connaissance de la finance pour certains, de la Société Générale pour d’autres. Malgré cela, trois d’entre eux ont été entendus,  tandis que le témoignage écrit du quatrième  a été  versé au dossier.

10 « Tout le monde sait que la thèse de l’aveuglement ne tient pas ». J’ai été interroger les professionnels de la finance qui s’élevaient publiquement pour soutenir cette thèse. Ils n’ont rien de plus à dire que « c’est pas possible ». L’un d’entre eux m’a confié qu’à son avis, la banque avait passé un deal avec JK et lui avait ouvert un compte dans un paradis fiscal dont il bénéficierait en sortant de prison. Je vous laisse juges…Personnellement, quand j’observe la détermination avec laquelle le trader attaque son ancien employeur en particulier et la finance en général, j’ai du mal à penser que tout ceci serait une comédie orchestrée de concert par les deux adversaires. Voilà ce qu’il y a derrière les fameux « professionnels de la finance qui n’osent pas témoigner à visage découvert mais seraient détenteurs d’informations prouvant l’innocence du trader » : des doutes, des supputations, des interrogations et surtout une belle envie de faire parler de soi en montrant que, hein, bon, on est malin, on ne se laisse pas enfariner.

11 « Ses supérieurs ont été grassement payés pour se taire ». Non.  Le management ne pouvait pas rester en place après une telle catastrophe. Certains ont démissionné, d’autres ont été licenciés. Dans les grands groupes, il est d’usage de transiger, autrement dit de verser au salarié plus que ce qu’il lui est dû pour qu’il parte sur le champ (ce qui évite de garder un poids mort et permet d’embaucher un productif) et s’abstienne d’aller aux prud’hommes. Ces transactions contiennent classiquement une claude de confidentialité concernant les termes de l’accord. Clauses qui ne s’opposent en rien à un témoignage en justice dans une affaire pénale.

12 « La banque a dénoué les positions de Kerviel en urgence dès le lundi matin et aggravé les pertes artificiellement. Si elle avait attendu, elle aurait gagné de l’argent grâce à Kerviel ». Faux. Le président de la banque, Daniel Bouton à l’époque, a informé dès le dimanche 20 janvier  l’AMF et la Banque de France de la situation. Ses autorités de tutelle lui ont donné jusqu’au jeudi suivant 9 h pour dénouer la crise et en informer le marché. La position était illégale et mortelle pour la banque, ce qui imposait de la couper dans les plus brefs délais et dans la plus absolue discrétion car à la moindre fuite, la planète financière aurait joué contre Société Générale et risqué de tuer la banque.

 

Et pour finir, je vous invite à lire cet article salutaire de Pascale Robert-Diard du Monde sur la pantalonnade de ce week-end.

13/05/2014

Hexagones veut réinventer le journalisme

Filed under: Invités,questions d'avenir — laplumedaliocha @ 17:44

20140512_173416Un nouveau site de presse en ligne est sur le point de naître dans le paysage français : Hexagones. Le titre se définit ainsi : « Hexagones est un site d’information national implanté en régions, payant et sans publicité. Hexagones propose de l’investigation, des enquêtes et des reportages aux citoyens pour révéler la France telle qu’elle est, et mieux décrypter les enjeux à venir ». Les fondateurs ont réuni un capital de départ mais aussi fait appel au financement participatif des internautes (crowdfunding) via le site KissKissBankBank, essentiellement pour fédérer une communauté de lecteurs autour du projet. Ils ont déjà récolté 4000 euros soit près d’un tiers de leur objectif. L’idée est née en 2007 d’une rencontre entre plusieurs journalistes, puis elle a été mise en stand by en raison de la crise et elle vient de redémarrer sous l’impulsion de Thierry Gadault. Thierry Lévêque (en photo ci-contre), ancien journaliste police justice chez Reuters, aujourd’hui indépendant fait partie de l’aventure. Il nous explique l’esprit de ce projet.

Le projet Hexagones réunit combien de personnes?

Nous sommes aujourd’hui une vingtaine de journalistes dans toute la France ainsi que des webmasters. Hexagones fonctionne pour l’instant sous la forme d’un réseau de journalistes indépendants. C’est un média que nous souhaitons nourrir de nos contacts, de nos idées, pour le construire tout en continuant nos activités professionnelles en parallèle. Il n’y a pas de salariés et surtout pas de chefferie. Nous sommes tous des journalistes old school aguerris et nous avons vu les ravages occasionnés par le modèle autoritaire consistant pour une poignée de directeurs de presse et de rédacteurs en chef à dicter d’en haut l’agenda médiatique, c’est-à-dire les sujets que les journalistes doivent traiter et que les lecteurs doivent lire. Notre ambition est d’ouvrir les portes et les fenêtres de la vieille citadelle de la presse pour associer le public à l’information.

Les pure players du web se répartissent en deux catégories. Mediapart, Arrêt sur images ont opté pour le payant. Slate, Atlantico, Rue 89, le Huffington Post misent sur la gratuité. Quel est le modèle économique d’Hexagones ?

Nous avons opté pour un modèle payant sans publicité. L’abonnement coute 5 euros par mois, sachant que ceux qui le souhaitent peuvent donner plus pour nous soutenir. Les personnes qui acceptent de participer au lancement d’Hexagones via l’opération de crowdfunding auront droit à une durée d’abonnement équivalente au montant versé.

Hexagones est un projet purement web ou bien comporte-t-il un volet papier ?

Je ne sais pas qui se rend encore le matin à l’aube au kiosque pour acheter un journal qui lui parle de ce qui est arrivé la veille, en tout cas pas moi ! Ce modèle est fini et je ne serais pas surpris qu’on assiste à son effondrement brutal. En revanche, il suffit d’observer autour de soi dans la rue, le métro, les magasins, au bureau, chez soi pour constater que tout le monde a son téléphone à la main. Il est évident que face à cette soif de connexion, il y a des places à prendre, des modèles à inventer dans le traitement de l’information. Hexagones est une aventure risquée, nous en sommes tous conscients, mais on ne pouvait pas laisser passer le train. Evidemment, nous aurions préféré avoir des investisseurs, un capital de départ de plusieurs millions comme Médiapart, une structure, des salariés…. Plutôt que d’attendre en vain, il nous paraît préférable à nous journalistes de nous prendre par la main pour réinventer la manière d’exercer notre métier. L’intérêt du web, c’est que les investissements sont beaucoup moins lourds que pour lancer une publication papier. C’est une chance formidable. Et puis nous avons un public potentiel sur la planète entière, c’est aussi une opportunité formidable. La seule limite c’est la langue.

Qu’allez-vous proposer aux lecteurs ?

Avant tout, il y a à la base de notre démarche, un état d’esprit, une conviction il faut rompre avec le traitement de l’information actuel. Nous pensons qu’on arrive au bout de la non-information qui tourne en boucle. Par exemple la polémique sur le fait que Christiane Taubira n’a pas chanté la Marseillaise. Un politique la lance, la ministre se défend, on fait réagir d’autres politiques, et le résultat, c’est que ce fait qui n’intéresse absolument personne occupe tous le temps d’antenne des chaines d’information et toute l’actualité ou presque sur Internet. Les sondages nous montrent que les français se désintéressent de la politique et on pense vraiment qu’en leur servant de la sous-politique on va les mobiliser ? Et le pire, c’est que l’agenda politique finit par se caler sur la roue infernale médiatique qui commande d’organiser des événements sans aucune consistance, simplement pour obtenir une visibilité médiatique. Nous pensons qu’il y a une vraie demande pour une information approfondie, via des articles longs, réfléchis, rédigés avec recul. Il y aura donc du magazine, des reportages et de l’investigation, à Paris, dans les régions car l’une de nos convictions est qu’il faut lutter contre le parisiannisme et à l’international.

L’intérêt de votre projet est aussi sa faiblesse potentielle, on comprend à vous entendre que c’est un rêve de journalistes. Or, les éditeurs de presse disent depuis toujours que les rêves des journalistes ne sont pas rentables. Et il faut croire en effet que la malbouffe médiatique attire le clic…

Peut-être, mais je suis convaincu qu’à côté de ce modèle, il existe une demande pour une autre information. La preuve, les fondateurs de XXI qui à l’ère de l’immédiateté, du court et du gratuit ont lancé un trimestriel papier de grands reportages qui tire à 40 000 exemplaires ! Personne n’aurait misé sur un tel projet à l’ère numérique et pourtant…Idem pour Mediapart qui jouit d’un grand succès avec un site payant et sans publicité. Notre époque est très difficilement lisible, même les sociologues, les philosophes et les économistes s’y perdent. D’où la nécessité pour notre profession d’observer et de rendre compte des événements pour tenter de tirer le fil et d’en saisir le sens profond. J’ai réalisé il y a peu de temps un reportage sur l’électroménager intelligent pour Sud-Ouest. Au départ, le sujet ne m’enchantait pas et puis en creusant, je me suis aperçu que le frigidaire numérique évite le gaspillage alimentaire ; or ce gaspillage représente 500 milliards chaque année dans le monde. De même le lave-linge électronique permet d’éviter de gâcher de l’eau. Sans compter les économies d’électricité. Derrière ces apparents gadgets censés nous faciliter la vie, il y a des enjeux colossaux qui touchent tout simplement l’avenir de l’humanité ! Je suis certain que des articles qui prennent le temps d’observer et de comprendre trouveront un public. De toute façon, nous n’avons pas le choix, il faut arrêter cette course folle des médias, mais aussi de chacun d’entre nous et prendre le temps de lire, réfléchir, penser.

Quand aura lieu le lancement ?

D’ici quelques semaines. Nous avons déjà plusieurs articles de fond qui sont prêts à être mis en ligne. Par exemple, j’ai réalisé un reportage sur le quartier juif de Budapest. Hanté par le génocide juif qui y a fait 600 000 morts, ce quartier est aujourd’hui la capitale de la « picole » dans les fameux comkosma, littéralement les bistrots de ruine. J’ai aussi fait un reportage sur la prostitution chinoise à Paris et un autre sur le départ massif des juges à la retraite. Une consoeur signe un reportage sur l’Afrique du Sud, nous avons aussi une interview assez cash d’un responsable de l’UMP ou encore un article sur la Banque de France. Bref, des sujets variés, mais toujours creusés.

 

Pour lire une présentation détaillée du projet et devenir membre de la communauté, c’est par ici. Nous avons réalisé cet entretien lundi en fin de journée, il y avait 4 000 euros de collectés, le lendemain à la même heure 5 000. Bravo et longue vie à Hexagones !

 

Propulsé par WordPress.com.