La Plume d'Aliocha

23/04/2014

Saluons l’invention du meuble sensible

Filed under: Coup de griffe — laplumedaliocha @ 07:40
Tags: , ,

images-2Notre époque est niaise. La plupart du temps, il y a de quoi s’en affliger, mais il arrive parfois que l’effet comique balaie la tentation du désespoir.

Tenez par exemple, la semaine dernière la presse entière s’est enthousiasmée en apprenant que notre législateur avait eu l’idée géniale de reconnaître officiellement dans le code civil, autrement dit le texte phare de notre système juridique, que les animaux étaient doués de sensibilité. A cette occasion, on nous a expliqué doctement que jusqu’ici on prenait nos amies les bêtes pour des meubles ! Des meubles…fallait-il quand même que nos ancêtres soient arriérés et cruels. Il était temps de mettre fin à cette idiotie pour entrer de plain-pied dans la modernité radieuse.  Etonnamment, aucun article saluant cette merveille législative n’était agrémenté d’une photo de rat, de serpent ou d’araignée, tous penchaient pour le sirupeux façon chaton. Quand on entre dans l’univers de Marc Levy, le chaton s’impose. En gros plan. Dans son petit couffin. Si la vie était à la hauteur de ce qu’on attend d’elle, il y aurait des chatons exposant partout leur petite bouille attendrissante.

Foin des esprits chagrins, m’objecterez-vous, la chose ne va sans doute pas contribuer à réduire  le chômage, mais on vient de faire reculer l’obscurantisme en corrigeant un texte rédigé par des tortionnaires ignares confondant un chiot labrador avec une tondeuse à gazon. Tout à la joie de cette nouvelle étape franchie dans l’avènement de l’Empire du Bien cher à Muray, personne n’a pensé à se demander où était réellement la nouveauté. Songez donc, elle sautait aux yeux de l’homme de progrès : l’animal accédait enfin à la dignité d’être vivant et sensible. Il était temps !

Hélas,  pour l’ego de nos chers contemporains si promptes à juger arriéré tout ce qui les a précédés, le législateur napoléonien, autrement dit quasi-préhistorique, n’a jamais confondu un cheval avec une charrette, il a simplement considéré que l’animal, dans une logique consistant à distinguer le bien mobilier du bien immobilier, était quand même plus proche du meuble que l’on peut déplacer que de l’immeuble. C’est tout. Et ça ne préjugeait en rien du point de savoir si l’animal est sensible, et même s’il est doté d’une âme comme semble le croire Tante Hortense quand elle fait bénir son chihuahua. Je renvoie ceux qui ne l’auraient pas encore lu à l’excellent billet d’Eolas qui démontre que l’amendement qui a émerveillé le monde médiatique toute la semaine dernière ne contient absolument aucune nouveauté. Il n’est qu’une redondance dont on se serait passé dans le cadre de la simplification du droit qui précisément accueille cette fausse merveille juridico-réformatrice-à-la-sauce-empire-du-bien. L’ennui dans tout cela, c’est qu’on a semé incidemment dans l’esprit du public l’idée que nos lois étaient anciennement absurdes et que le législateur avait  corrigé une horreur. Pas sûr que l’obscurantisme ait reculé dans cette affaire….

Sans surprise, quand on cherche l’origine de cette merveille législative digne des plus belles déclarations des droits de l’homme, on trouve un lobbying des associations de défense des animaux, soutenues par une poignée de philosophes qui ont le vent médiatique dans le dos, dont l’incontournable Michel Onfray, ce Diogène moderne rivé à son plateau télé comme son lointain ancêtre l’était à son tonneau.

Là où l’affaire devient franchement à hurler de rire, c’est quand on interroge les différentes parties intéressées. Du côté des défenseurs de nos amies les bêtes, on salue une avancée symbolique tout en soulignant avec regret son absence de portée juridique pratique (c’est le seul article vraiment intéressant sur le sujet). Chez les agriculteurs en revanche, on s’inquiète d’un texte qui pourrait bien compliquer à l’avenir l’élevage et l’abattage des veaux, vaches, cochons, couvées désormais élevés au rang d’être sensibles. Sans surprise, l’UMP attrape la balle au bond. « Pas d’inquiétude » assurent les auteurs du texte, la réforme n’a qu’une portée symbolique. Quel aveu ! Quand il s’agit de faire adopter une réforme ou de la vendre aux médias, elle tutoie en importance la déclaration des droits de l’homme de 1789. Un lobby s’effraie-t-il des éventuelles retombées pratiques de la chose, qu’immédiatement l’élu confesse l’inutilité de son texte.  Belle leçon sur l’art de légiférer dans la France éclairée du 21ème siècle !

En définitive, le citoyen inattentif n’aura retenu qu’une chose de tout ce battage médiatique : on vient enfin de reconnaître aux animaux la qualité d’êtres sensibles. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, le petit sondage qui va bien nous indique que 89% des français sont favorables à une telle évolution législative. On devrait à mon avis identifier d’urgence les 11% qui n’ont pas adhéré spontanément à la modernité radieuse et les foutre en taule sur le champ. Hélas, François Hollande ne pourra même pas surfer sur ce grand élan d’amour virtuel pour nos amies les bêtes pour regagner la confiance de Tante Hortense, la presse rappelle cruellement qu’il était contre la réforme. En revanche, l’auteur de l’amendement, Jean Glavany, peut se féliciter d’avoir inventé le meuble sensible puisque, avec son texte, l’animal bien que sensible demeure un meuble. A quand, le parlementaire pensant ?

 

 

Publicités

46 commentaires »

  1. Entrons directement dans la polémique: merci à ce gouvernement de nous avoir tendu une perche, que dis-je, des verges (hum, hum..) pour se faire fouetter. La maltraitance envers les animaux va être sanctionnée plus durement et dans ce cas deux collectivités nationales et une accessoire risquent de vite se retrouver en prison pour récidives aggravées, j’ai nommé les musulmans et les juifs ainsi que les toreros pour pratiques cruelles, non ?

    Commentaire par zelectron — 23/04/2014 @ 08:49

  2. Voici certainement un point pour la Néo-Réaction, il semblerait qu’au moins au niveau de la construction juridique, il vaut mieux être gouverné par une élite autocratique que par des représentants démocratiquement élus…

    Ce qui est marrant, c’est que dans mon flux rss, juste au dessus de votre article, il y a celui-ci: http://freethoughtblogs.com/butterfliesandwheels/2014/04/get-the-hell-out-of-my-race/ Les femmes n’ont pu participer au marathon olympique qu’à partir de 1984!

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 23/04/2014 @ 08:58

  3. Quel est le rapport avec le texte sur la sensibilité des animaux ?

    Commentaire par zelectron — 23/04/2014 @ 09:05

  4. @zelectron

    « Hélas, pour l’ego de nos chers contemporains si promptes à juger arriéré tout ce qui les a précédés, le législateur napoléonien, autrement dit quasi-préhistorique[…] »

    L

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 23/04/2014 @ 09:36

  5. La promptitude à juger arriérés les siècles précédants quand il y a des exemples inconfortablement proches de nous.

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 23/04/2014 @ 09:38

  6. @Foxtrot : Mourdiou, voilà une scandaleuse inversion de mon propos, je n’ai jamais dit que les anciens étaient plus évolués, j’ai simplement dit qu’il fallait arrêter de la ramener en croyant toujours qu’on était plus malins que les autres.

    @Zelectron : ce texte n’a aucune chance de limiter la torture des animaux, il est dans le code civil (donc il a un rapport avec la propriété de l’animal, pas les mauvais traitements qui relèvent du code pénal) et de l’aveu même de ses concepteurs, il ne sert à rien. C’est de la tambouille juridique mal comprise par les médias et opportunément survendue par Glavany qui avait envie de passer pour un génie politique. Certains pensent même que cet amendement aurait pour objet assez vicieux d’empêcher le dépot d’une grande loi sur les animaux…

    Commentaire par laplumedaliocha — 23/04/2014 @ 09:49

  7. C’est le coup du père François, un être insensible et calculateur, ce que j’ai fait, aucune bête ne l’aurait fait, moto bien connu de la légion.

    Commentaire par georges dubuis — 23/04/2014 @ 09:59

  8. @laplumedaliocha,
    vous avez hélas trois fois raison ! Mais au moins les meubles restent les meubles, ouf !

    Commentaire par zelectron — 23/04/2014 @ 10:06

  9. Je suis extrêmement déçue que personne ne m’ait félicitée pour le choix de l’illustration ! Pourtant, j’étais assez fière d’avoir débusqué cette horreur 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 23/04/2014 @ 11:20

  10. @laplumedaliocha,
    effectivement ! sauf si cet animal (os de poulet, os de pigeon, sans parler de maintes caresses) est la coqueluche de la petite fille de la ferme de plusieurs hectares … ce qui nous rappelle que le budget consacré aux « pets » en France est plus important que le déficit de la sécurité sociale, mais je dis ça, histoire de …
    il est plus sympathique d’avoir un peu de tolérance sauf 18 chats, quatorze chiens ou onze serpents venimeux …

    Commentaire par zelectron — 23/04/2014 @ 11:41

  11. Heureusement que ce texte n’a aucune portée pratique, il aurait pu servir à interdire la corrida en France, le vent du boulet est passé tout près n’est ce pas ma très aficionados? ;o)

    Commentaire par Mussipont — 23/04/2014 @ 13:43

  12. @Aliocha

    Je m’amusais de la juxtaposition de ces deux billets et je vais plutôt dans votre sens, avant de se gausser des anciens, il est préférable de considérer les luttes plus proches de nous et le chemin qu’il reste à parcourir.

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 23/04/2014 @ 14:47

  13. @Mussipont : je ne pense pas, mais en tout état de cause, je suis d’accord avec vous, il faut évoluer et passer sans regret de l’art ancestral de la corrida au lancer de chaton contre les murs pour amuser une bande de tarés sanguinaires sur le Net. C’est le progrès.

    Commentaire par laplumedaliocha — 23/04/2014 @ 18:03

  14. j’espère bien que vous avez raison pour la corrida, Mussipont

    sinon, vous avez vu ça ? http://www.liberation.fr/economie/2014/04/22/jerome-kerviel-accuse-la-societe-generale-de-subornation-de-temoin_1002264

    Commentaire par Arthur — 23/04/2014 @ 18:04

  15. Quel pathos !
    100 % d’émotions, mais où donc est passée la pensée ?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 23/04/2014 @ 21:58

  16. Si le texte en question est sans aucune portée, alors les bras m’en tombent ! Moi qui pensais qu’on allait enfin pouvoir invoquer cette « sensibilité » toute nouvelle pour attaquer avec vigueur toute les mémères qui boudinent leurs toutous dans d’improbables imperméables à chihuahuas… Caramba ! Encore manqué !

    @ Aliocha :

    Bravo pour l’illustration, c’est visé juste !

    Moi ça me fait penser à ce qu’on a tous entendu au moins une fois : pourquoi on ne peut pas saigner le goret qu’on a vu grandir ? Parce qu’on le connaît. Il a son petit nom, il fait partie du paysage, des… meubles !

    Pour les autres, c’est différent. On ne les connaît pas, alors le coup de merlin, et le coustif qui plonge dans la gorge, ma foi… Et puis saucisses, jambons et autres pâtés le valent bien.

    Au fait, vous ai-je raconté ce que j’ai entendu l’été dernier ? Savez-vous que l’on trouve maintenant des beignets de calamar sans calamar ?
    Et savez-vous par quoi on remplace le calamar ? Je vous le donne en mille : par des anus de porc !

    Dans le calamar, tout est bon ! 😉

    Commentaire par Zarga — 23/04/2014 @ 22:18

  17. @Arthur : voui, j’ai vu, le Kerviel Show continue. Si les citoyens savaient l’argent dépensé dans le vide que représentent toutes ces plaintes absurdes déposées par des gens qui ne bossent pas, qui ne comprennent rien, et qui font n’importe quoi, le tout pour extorquer 1 millions à la Socgen d’indemnités diverses et la promesse de n’avoir jamais à rembourser 4,9 milliards. C’est toujours le même problème, la condamnation est excessive, tant l’amende que la prison (c’est rare un délinquant économique qui va en taule en France, habituellement c’est du sursis), mais l’intéressé déconne tellement, il a tellement participé à la catastrophe, d’abord avec ses investissements débiles, ensuite par ses réactions infantiles, puis sa décision de détruire la banque,au lieu de faire profil bas et de négocier, que franchement je n’arrive plus à le plaindre. Je pense qu’il est fou. Et qu’il fait perdre à tout le monde un temps et une énergie considérable. Sans compter le fait qu’il a enfumé une partie du Vatican et ça j’aime mieux pas dire ici ce que j’en pense, je risquerais de perdre mon calme.

    @zarga : ah, non pitié, j’adore les calamars, et je suis en train d’imaginer….pouark, c’est immonde votre truc !

    Commentaire par laplumedaliocha — 24/04/2014 @ 15:31

  18. @Mussipont et Aliocha: non seulement la corrida pouvait être interdite, mais aussi le gavage des oies et des canards pour fabriquer nos foies gras que ne sait pas apprécier Nicole Bricq ! L’uniformisation des régions et l’acculturation sont en marche pour faire de l’hexagone un terroir de clonés au morphisme parisien…

    Mais, sans blague, il faut maintenant un texte écrit sur les tablettes de la République pour s’apercevoir que les animaux peuvent avoir des émotions???? Peut-être faudra-t-il suggérer au législateur de pondre un texte interdisant la fabrication de vaches blanches et mauves ( comme Milka) au cas où de pauvres idiots de français puissent croire que ça existe!!!!

    Commentaire par Dorine — 24/04/2014 @ 15:56

  19. Autrefois il existait un pacte tacite entre l’homme et l’animal:  » je te donne nourriture gîte et bons soins et tu me donnes ta chair » .. Actuellement il s’agit d’élevages en batterie avec force antibiotiques car les sabots pourrissent dans le fumier entre -autres réjouissances quand ce ne sont pas chez nos voisins (?) les hormones qui gonflent artificiellement les muscles. Matraités clônés utilisés en laboratoire cosmetiques ou autres les animaux sont mis à toutes les sauces et ce sont les vrais derniers esclaves .
    Si rappeler qu’ils ont une sensibilité parait dérisoire à chacun de vous et je peux le comprendre quand on confond sensiblerie et sensibilité , je crois quand même indispensable à notre époque de progrès de mettre un cran d’arrêt à certaines pratiques coutumes ou amusements dignes des jeux du cirque et qui n’ont plus leur place au XXI ème siécle .
    Sur la place du village de mon enfance la coutume voulait qu’autrefois les yeux bandés on coupe le cou d’une oie pendue par les pattes. Les enfants applaudissaient la bête qui hurlait le cou à moitié tranché : Une grande communion populaire dont je me souviens encore avec horreur.
    Entre la grand mère qui n’a plus que son chien comme ami et l’enfant qui est seul avec son chat il y a aussi les jeunes cavaliers autistes qui partagent un moment de bonheur avec un cheval et n’ont pas forcêment envie de le voir dans leur assiette.
    Bien sûr il y a des abus et l’anthropomorphisme est le pire mais votre photo de ce petit chien qui est malheureux d’être ridiculisé me donne plutôt envie de blâmer la stupiditê de son propriétaire que de me gausser de sa laideur toute relative puisque je vous le rappelle ce sont nos efforts scientifiques qui fabriquent les races.
    Pour moi notre conduite envers les animaux est le premier racisme. Nous les opprimons parce que nous les jugeons inférieurs (relisez Desmond Morris) nous les tuons les élevons fabriquons des monstres sans nous soucier de ce qu’ils ressentent . je vous engage à vous cultiver un peu mieux auprès des éthologues pour remettre bêtes et gens à leur place et trouver un équilibre entre ridicules niaiseries et tortures .
    Il parait bon de rappeler en effet au pays de Decartes que l’animal n’est pas une machine.

    Commentaire par Scaramouche — 24/04/2014 @ 17:42

  20. Tss Tss , Scaramouche. Laissez les traditions dans leurs régions, tant que cynisme et perversité ne ramènent pas l’être humain et les animaux au temps des jeux du cirque.

    La cruauté à l’égard des animaux n’est que la partie visible de la cruauté à l’égard du vivant, humain compris.Donc, il faut défendre autant les animaux que l’humain faible : ils sont objets de mépris et d’exercice de pouvoir à défaut de puissance.

    Commentaire par Dorine — 24/04/2014 @ 18:34

  21. @ Aliocha (13) : et pourquoi on n’essaierait pas de lancer des chatons dans les arènes, sur les taureaux ? Pour voir ce que ça donne. Vous savez, les combats de chiens ou de coqs, c’est aussi un art ancestral.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 24/04/2014 @ 19:42

  22. @ gilbert Duroux
    Et nous avons l’audace de nous croire supérieurs et civilisés ?
    Parce que nous regardons une femme se faire violer en public sans réagir on se doit de penser que les animaux sont des objets.. en justifiant un acte par un autre ? c’est la justification du vieil adage »
     » il ne suffit pas d’être heureux encore faut-il que les autres ne le soient pas » et ça me rappelle nos parents autrefois qui nous obligeaient à manger la soupe sous prétexte que des petits chinois mouraient de faim.
    Pour moi le malheur des autres ne fait qu’augmenter le mien et ne justifie pas que je fasse souffrir d’autres créatures.
    Tout en relativisant , il me semble que ces arguments sont d’un autre âge.
    Donc je suis bien de votre avis. Dans la vie on n’a pas deux sortes de comportement , un qu’on réserve aux humains et un autre aux « bêtes ». Toutes sont également des êtres souffrants et pour les chrétiens créatures de Dieu dignes de notre compassion.
    Il faudrait aussi dans les coutumes ancestrales rétablir les tribunaux pour juger les animaux quand ils se conduisent comme des humains !

    Commentaire par Scaramouche — 25/04/2014 @ 08:27

  23. @ Aliocha en 17 : je suppose que vous vouliez dire dommages-intérêts ou dommages et intérêts car il ne s’agit pas de verser à l’Etat une peine d’amende mais d’un montant attribué à la victime d’un dommage : l’utilité des dommages-intérêts n’est pas de punir l’auteur du dommage mais d’indemniser la victime.

    S’agissant de la corrida l’amendement qui introduit un nouvel article du Code civil n’aurait rien changé puisque le Conseil constitutionnel s’était d’ores et déjà prononcé le 21 septembre 2012 pour l’immunité pénale des courses de taureaux.

    En effet, saisi le 21 juin 2012 par le Conseil d’Etat d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée par les associations « Comité radicalement anti-corrida Europe » et « Droits des animaux », portant sur l’article 521-1 du Code pénal qui punit de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende : « le fait ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité », le Conseil constitutionnel a jugé que la QPC portait sur la 1ère phrase du 7ème alinéa de l’article 521-1 du même Code et a déclaré cette phrase conforme à la Constitution.

    A cet égard, ce 7ème alinéa, précisément, prévoit que les dispositions ne sont pas applicables aux courses de taureaux : « lorsqu’une une tradition locale ininterrompue peut être invoquée » (1ère phrase) et aux combats de coqs « dans les localités ou une tradition ininterrompue peut être établie » (2ème phrase).

    Rappelons que les associations requérantes avaient considéré qu’en prévoyant pour les courses de taureaux une exception à la répression pénale instituée par le 1er alinéa de l’article 521-1 du Code pénal, les dispositions du 7ème du même article portent atteinte au principe d’égalité devant la loi.

    Or, selon le Conseil le principe d’égalité ne s’oppose ni à ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes, ni à ce qu’il déroge à l’égalité pour des raisons d’intérêt général, pourvu que, dans l’un et l’autre cas, la différence de traitement qui en résulte soit en rapport direct avec l’objet de la loi qui l’établit…

    J’ajouterai et il (le législateur) ne s’en prive pas ! Ce qui peut être regrettable pour certains sur des sujets où le citoyen n’est pas directement consulté…

    Cela étant, force est de constater que le statut générique de l’animal découle, en son principe, de la distinction radicale irréductible qui, dans l’univers, sépare de l’espèce humaine, à la domination de laquelle il est soumis, le monde animal, c’est-à-dire de la division des personnes et des biens ce que Me Eolas a fort bien décrit de manière pédagogique .

    De sorte que l’amendement récent du législateur relève du vice logique qui consiste à présenter comme ayant un sens différent une proposition dont le prédicat ne dit rien plus que le sujet c’est-à-dire, par définition, purement tautologique.

    En effet, l’animal n’est pas une personne, il n’a pas la personnalité juridique, ce n’est pas un sujet de droit. L’animal n’a pas de droit subjectif. Il est entièrement sous l’égide du droit objectif (les mesures en sa faveur ne postulant en rien de droit subjectif, mais signifiant seulement que le droit objectif se fait tutélaire, comme il l’est de la nature, des sites, des vignobles, des récoltes etc…).

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 25/04/2014 @ 09:56

  24. Oups ! Il faut lire » le fait PUBLIQUEMENT ou non « ..

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 25/04/2014 @ 10:57

  25.  » Tirez mais tirez donc …
    Tirez donc…Quel vacarme ! Ils ont pissé partout »

    Commentaire par Scaramouche — 25/04/2014 @ 16:13

  26. @ Aliocha : vous savez, le fait de remplacer le calamar par un ersatz du plus mauvais goût (enfin, j’dis ça sans avoir testé … ;-)) ça n’est pas mon truc : si ça se fait, c’est que des petits malins en Chine ont trouvé opportun d’étendre à cette partie de l’animal le proverbe « dans le cochon tout est bon ».

    @ Dorine : l’uniformisation du pays est en marche : La Poste ne veut plus des lieux-dits, parait-il, alors j’entends dire que dans les communes rurales, on met des numéros… adieu toponymie, qui me parlait d’un terroir à travers son patois… ça me donne envie de me mettre à l’Occitan, un tel niveau de connerie, tiens!

    Commentaire par Zarga — 25/04/2014 @ 19:19

  27. Chapeau bas, en effet ! Niaise l’époque ? Sentimentale et infantil(isant)e aussi bien. Entre autres multiples symptômes, ces « papas » et « mamans » omniprésents dans le langage des médias, au point que celui qui utilisera les mots « père » ou « mère » passera sous peu pour un psychopathe. Ou ces insupportables injonctions formulées à la première personne du singulier que dénonce, entre autres tares du langage moderne, Marilia Amorim (Petit traité de la bêtise contemporaine) Ou ce panneau « Aimez nos enfants » à l’entrée de certains villages, qui veut simplement nous dissuader de prendre le risque de les écraser !
    En ce qui concerne la cruauté envers les animaux, que leur nouveau statut de « meuble sensible » pourrait par hypothèse permettre de faire disparaître, on peut se demander pourquoi penser prioritairement, quasi automatiquement, à la pratique de l’égorgement rituel. C’est oublier un peu vite qu’il n’y pas si longtemps, au fond de nos campagnes chrétiennes, le passage de l’état de cochon à celui de cochonnaille se faisait très rituellement dans la joie, sauf celle du principal intéressé. On lance d’ailleurs des anathèmes au sujet de l’instant, somme toute assez bref, de la mise à mort, sans un regard pour la vie parfois réellement abominable qui la précède, celle des (millions d’) animaux de boucherie, que notre fringale de viande rend sans doutes inévitable. Je crois que je vais relire l’essai de Foer (Faut-il manger les animaux?), puis lire le roman d’Isabelle Sorente (180 jours).
    Quant à la loi, à part le torrent d’inepties qu’elle a engendrées, et par lequel je me suis d’ailleurs laissé distraitement emporter jusqu’à ce que ce billet me ramène sur les rives de la réflexion, qqn pourrait-il m’expliquer la manip ? L’amendement vient en effet d’un ancien Ministre de l’Agriculture, des esprits chagrins, sinon même soupçonneux, pourraient se demander s’il ne s’agit pas là d’un genre de contre-feu …

    Commentaire par Meidosem — 25/04/2014 @ 23:37

  28. En son temps Descartes prétendait que l’animal ne sentait rien, on s’est demandé si les « sauvages » étaient des êtres humains et les femmes n’étaient pas l’égale de l’homme . Chez les romains le Pater familias avait droit de vie et mort sur ses enfants… etc etc
    Se baser sur les autres siècles pour justifier le présent ? Que faites-vous du progrès et de l’évolution de l’intelligence humaine?

    Pourquoi ne pas avoir l’honnêteté de dire une fois pour toute que l’animal représente un fabuleux marché économique soit qu’on le dorlote qu’on le mange ou qu’on l’exploite à des fins de spectacle?

    Pourquoi dorer la pilule en ce qui concerne la motivation humaine et ne pas prendre conscience que nous touchons aux bases du racisme parce que nous asservissons et supprimons les autres êtres vivants qui partagent la terre avec nous et que nous utilisons dans ce but différents motifs plus ou moins valables?

    Qu’importe ceux qui détestent les animaux parce qu’ils ne les connaissent pas et en ont peur, ceux qui les « aiment » à leur profit , ceux qui en vivent et tous les indifférents .. Il y a une chose certaine c’est qu’avec les autres espèces nos sorts sont liés et lorsqu’ils disparaitront notre fin ne sera pas loin
    Qu’on soit obligés de jouer « les plaideurs  » à grands renforts d’un verbiage compliqué pour légiférer au XXI ème siècle sur la prétendue ou non sensibilité animale ne vous donne pas la dimension du ridicule de l’intelligence humaine ?

    Commentaire par Scaramouche — 26/04/2014 @ 06:49

  29. « A quand, le parlementaire pensant ? »

    On est en droit de se le demander. Les députés ne sont que les godillots du pouvoir en place, et ce à chaque alternance… combien sont-ils à être conscients qu’ils sont élus par une circonscription, et qu’ils ne sont pas que les supplétifs serviles d’un exécutif ?

    Commentaire par Zarga — 26/04/2014 @ 08:37

  30. @Zarga
    ils sont peut-être lobotomisés ou envoûtés ? une hypothèse encore, un remugle du centralisme démocratique ?

    Commentaire par zelectron — 26/04/2014 @ 08:42

  31. Les parlementaires sont nos élus et nos élus nous représentent

    Commentaire par Scaramouche — 26/04/2014 @ 17:16

  32. Misère, Scaramouche ! Nos élus ne nous représentent pas toujours. Ils représentent surtout leur petit monde. Le pouvoir et Paris sont trop attractifs, comme la lumière attire les papillons….Bon, à quelque chose, Paris est bon : mon député y a fait une psychothérapie pour apprendre à ne pas rougir. Je dois reconnaître que sur ce point, ça a marché.

    Commentaire par Dorine — 26/04/2014 @ 17:47

  33. Ils ont été choisis par nous à l’origine, d’où l’intérêt Dorine de préférer les qualités humaines à l’appartenance à un parti . Mais nous marchons tous en parfaits godillots et préférons souvent à juste titre et pour de bonnes raisons un imbécile ou un magouilleur qui correspond à un standard politique qui nous convient plutôt que celui plus compétent qui n’entre pas dans nos convictions.
    De plus tout fonctionne sur les apparences avec la « com » et les médias .

    (Je note votre  » regret » de la centralisation et de l’influence parisienne et je vous comprends . )

    Commentaire par Scaramouche — 27/04/2014 @ 06:12

  34. vous aurez certainement lu, mais le parallèle à faire entre le pape François et nos parlementaires donne à réfléchir…

    http://www.philippebilger.com/blog/2014/04/un-pape-qui-nest-pas-innocent-.html

    Commentaire par Zarga — 28/04/2014 @ 17:44

  35. Y a -t-il un possible « parallèle? « .
    L’article est très intéressant même s’il y a quelques inexactitudes car Il ne faut pas oublier que la formation de François est celle des jésuites et qu’ils ont de tous temps faits d’excellents politiques.
    Si on pouvait comprendre que la politique est affaire d’expérience, qu’elle ne s’improvise pas et que ce n’est pas en deux ou trois ans qu’on fabrique un président dans sa fonction ou un ministre en exercice on ferait un pas en avant dans l’indulgence envers nos « élus ».
    A tous ceux qui veulent du renouvellement et de la nouveauté au gouvernement je ne rappellerai pas que dans l’antiquité les sénateurs étaient tous vieux mais je pense que pour arriver à de telles fonctions il faut beaucoup de recul et des connaissances profondes du caractère humain qui ne peuvent s’acquérir qu’avec l’usage et quelques erreurs ..
    La formation intellectuelle du clergé à ce niveau surpasse de loin la plupart de nos hommes politiques, leur situation pérenne les conforte dans leurs positions et ils ont derrière eux des siècles d’Histoire. Nos politiques, eux , sont nés à la révolution ils ont des postes éphémères dans le temps et ils sont interchangeables , comment peut-on espérer une continuité dans l’action quand le suivant défait ce qu’a fait le précédent ?

    Commentaire par Scaramouche — 30/04/2014 @ 05:55

  36. À ceux que l’objectivité ou la non-objectivité journalistiques interpellent, je conseille la lecture des billets d’Olivier Berruyer sur son blog, les-crises.fr. Il s’est lancé, à propos du drame ukrainien en cours, dans une campagne considérable et de longue haleine visant à rectifier la vision unilatérale quasi-systématique, des journaux français. Vision qui les rend complices d’une politique USA-UE anti-russe (et anti-Ukraine) absurde.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/05/2014 @ 06:38

  37. Merci, Denis Monod-Broca.
    Olivier Berruyer sera l’invité d’arrêt sur images ce vendredi.son travail (avec ses différents soutiens traducteurs ..etc)
    est édifiant. Les photos du massacre d’Odessa sont insoutenables et plus surprenant encore le silence des officiels.
    Je ne peux que souhaiter que le TPI rende justice aux victimes.
    Pardon Aliocha pour cette intrusion.

    Commentaire par Kochka — 09/05/2014 @ 08:39

  38. Le massacre d’Odessa n’absout nullement les traitements que subissent les animaux et le trafic écoeurant des nouvelles conditions d’élevage. L’agriculture industrielle nous fournit une alimentation frelatée et dangereuse sans compter un goût oublié depuis longtemps. Tout se paie.
    Nous en sommes arrivés au XXI ème siécle à faire des lois pour dire qu’un animal ressent la douleur tout autant que nous et qu’il a sa propre intelligence. Quel progrès depuis Descartes ! Voilà donc un meuble qui souffre… et toute une économie en péril.
    Gageons que cette loi grossira encore celles qui sont en surnombre et qu’elle ne servira pas à grand chose.

    Commentaire par Scaramouche — 21/05/2014 @ 09:11

  39. Cette modification de la Loi a pour but de faire passer du code rural au code civil une disposition existante. Car il y a la Loi et l’application de la Loi par les juges. Rien, concrètement, n’oblige le juge à appliquer la Loi si elle va contre ses valeurs personnelles (et le juge ne s’en prive pas, récemment, une infanticide s’est vue refuser la prescription de ses crimes malgré la Loi).

    Le code civil étant considéré comme plus prestigieux que le code rural, cette avancée symbolique est là pour encourager le juge à bien traiter l’animal.

    Commentaire par Tortuga — 23/05/2014 @ 21:29

  40. anti aging serum

    see here for the top anti wrinkle around

    Rétrolien par anti aging serum — 27/07/2015 @ 04:05

  41. please click the following article

    go here for the greatest clock inserts suppliers around

    Rétrolien par please click the following article — 17/08/2015 @ 02:56

  42. click for source

    see here for military torches currently available around plus at great prices.

    Rétrolien par click for source — 27/10/2015 @ 11:05

  43. seo tips

    Click here for the best seo company currently available around plus reasonably priced..

    Rétrolien par seo tips — 26/08/2016 @ 16:13

  44. steel building erectors

    Get professional industrial construction services that are in stock and on sale now!

    Rétrolien par steel building erectors — 07/11/2016 @ 02:16

  45. School bell system

    See the top school clock and bell systems currently available plus reasonably priced today!

    Rétrolien par School bell system — 29/12/2016 @ 12:29

  46. school pa system

    Find the top wireless public address system currently available and at great prices today!

    Rétrolien par school pa system — 26/02/2017 @ 07:55


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :