La Plume d'Aliocha

02/02/2014

Le génie politique du bonobo

Filed under: Coup de griffe,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 11:13

Ah ! Comme nous aurions dû nous méfier au moment de l’affaire DSK ! Souvenez-vous, à droite comme à gauche tout le monde a pensé à peu près la même chose : bon sang, en pleine crise nous avions besoin des compétences économiques de cet homme-là et voilà qu’une sombre affaire de sexe vient le griller politiquement, c’est pas de pot. En fait, la sinistre mésaventure était prémonitoire. Avec le recul, il faut bien se rendre à l’évidence, le sexe n’est pas la petite faiblesse qui a perdu DSK, mais l’obsession de la majorité en général.  Entre nous, voilà quand même bientôt deux ans qu’on ne parle absolument que de cela. A croire que la crise économique a totalement disparu.

Novembre 2012 – Avril 2013 : le mariage pour tous

Souvenez-vous. Tout a commencé avec le mariage pour tous. Mine de rien, le sujet a fait la Une des médias de novembre 2012, date du dépôt du projet de loi à l’assemblée jusqu’à son adoption en avril 2013, et même un peu après car la Manif’ pour tous a refusé de poser les drapeaux et d’admettre sa défaite. Durant toute cette période, certains vous diront qu’on a parlé d’égalité, en effet, celle du fond du caleçon. En février dernier, il y a eu un pic avec deux sujets sexuels à la une : tandis que le mariage pour tous continuait sa chaotique avancée, l’ouvrage de Marcela Iacub décrivant sa liaison avec DSK tentait de lui voler la vedette dans une pantalonnade politico-porcine pompeusement dénommée « littérature » dans les bistrots de St Germain-des-Prés. Certes, entre décembre 2012 et mars 2013, Jérôme Cahuzac a eu le bon goût de nous rappeler qu’il n’y avait pas que le cul dans la vie, que le fric ça comptait aussi, même au sein de la gauche morale tendance Savonarole. Ensuite, les choses se sont tassées un peu. Enfin, pas tout à fait puisque entre septembre et décembre 2013, la France s’est passionnée pour….mais si réfléchissez…Vous y êtes ? Le projet du gouvernement de pénaliser les clients des prostituées. D’où le Manifeste des salauds et tout le cirque, les sujets cul ayant en France une forte puissance polémique. Et puis fin décembre, alors qu’on apprenait avec horreur entre la dinde de Noël et les pétards du Nouvel An, que finalement la promesse d’inverser la courbe du chômage ne serait pas tenue et qu’aucun sujet cul ne venait tempérer médiatiquement les effets calamiteux de cette nouvelle extra-sexuelle, une indignation aussi légitime qu’opportune s’est emparée du ministre de l’Intérieur à l’encontre des spectacles de Dieudonné. Ouf, grâce à cela, on a fini l’année sur une note très à gauche dans l’esprit, mais au-dessus du caleçon, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps. Entre nous, il y avait pourtant des annonces de projet de loi à faire : débaptiser la position du missionnaire au nom de la laïcité, obliger les couples hétérosexuels à inverser les rôles au lit régulièrement et à en rendre compte sous forme de déclaration administrative annuelle au nom de l’égalité, poser le principe constitutionnel une fellation = un cunnilingus et plus généralement engager le vaste chantier de l’étude du genre des mots pour s’assurer que tous les termes à connotation négative ou bien liés à l’enfant seront désormais masculins ou neutre et non plus féminins. Sans compter toutes les autres idées qui ne me viennent pas là à l’instant, mais dont je ne doute pas qu’elles surgiront dans l’esprit de quelque association sexuellement obsédée.

10 janvier : l’annonce de la liaison

Hélas, dès le 10 janvier, le sexe roi s’imposait de nouveau en Une des médias alors que Closer étalait sous nous yeux incrédules les chaussures parfaitement cirées d’un passager de scooter casqué dont on nous disait qu’elles révélaient sans l’ombre d’un doute l’existence d’une liaison de notre président avec une actrice.  La chose nous a occupés jusqu’à aujourd’hui. Il faut dire que d’un point de vue médiatique, c’est une manne. Le sexe, c’est vendeur. Et comme depuis le départ il s’agit de sexe politique lié à des causes nobles ou bien à des enjeux sensibles, la presse sérieuse peut en profiter comme sa consoeur des chiottes, le papier comme la TV et bien moins que le web. On a tout eu, l’aveu tacite, l’hospitalisation de la femme trahie, l’enquête sur l’heureuse élue, la répudiation, la fuite en Inde, le retour, les confidences en Une moins d’une semaine après la rupture, l’annonce d’un livre, le glosage à l’infini sur la première dame, son absence de statut, le protocole, la sécurité, l’hypothèse d’une présidence célibataire (oui, le socialiste trousse mais il n’épouse pas, c’est ce qui le distingue en mieux du type de droite), les ex, et même une polémique sur la marque du scooter. Personne n’a osé aborder la question des préservatifs et c’est dommage, il y avait là un beau sujet : la France dispose d’un savoir-faire exceptionnel en la matière, dit-on. Et puis qu’adviendrait-il si notre président chopait un petit embarras par là ? Voilà qui ferait désordre sur les bulletins de santé…

Fin janvier : des sex toys à la crèche

Mais comme déjà cette affaire s’essoufflait un peu, nous avons eu droit en fin de semaine à un nouveau scandale sexuel. Des parents affolés par une rumeur selon laquelle on enseignait la masturbation  en maternelle sur fond de théorie du genre ont  retiré leurs enfants des écoles. La théorie du genre, c’est un peu comme le monstre du Loch Ness ou le Yéti, certains ont vu la chose, de sorte qu’on en parle, mais personne n’a la preuve formelle que ça existe. Sauf les socialistes qui ont commencé par en parler benoitement sur fond de mariage pour tous, avant de découvrir que ce qui les faisait rêver n’enthousiasmait pas forcément tous les français avec autant de force,  et de se mettre à en nier l’existence avec une vigueur parfaitement priapique. Mais me direz-vous, tout ceci n’était qu’une intox orchestrée par des extrémistes. En effet. Qu’on se rassure, il n’y a pas de sex toy dans les paniers de jouets d’éveil des classes de maternelle. On ne prête qu’aux riches. Si les extrémistes attaquent ce gouvernement sur le cul, c’est qu’ils ont détecté son point G qui se trouve être aussi son point faible. En toile de fond, n’oublions pas les régulières interventions des Femen qui sortent seins nus par tous les temps et ont même choisi récemment de renforcer leur combat en urinant devant les caméras. Ce n’est pas la faute du gouvernement, m’objectera-t-on. Non, à ceci près que notre président laisse un artiste s’inspirer de l’égérie du mouvement Femen pour dessiner la Marianne de nos timbres.

La solution miracle

Le cul, vous dis-je, voilà le fil rouge de la politique de la France actuellement, ce qui occupe notre gouvernement nuit et jour et passionne les médias sans discontinuer depuis mai 2012. Je laisse à des esprits plus éclairés que le mien le soin de décrypter ce que cela signifie politiquement. Pour ma part, le sexe érigé en projet collectif, ça me laisse rêveuse. Et encore, si face à la crise il s’agissait de faire « bander la France », pour reprendre la formule d’un vieux chanteur de droite, je dirais pourquoi pas ?  Mais je doute que ce soit l’objectif, trop macho dans l’approche. D’ailleurs, je regrette de l’avoir seulement évoqué, cela suffit à vous attirer les rodomontades d’Osez le féminisme sur le fait que le clitoris est plus long que le pénis et patati et patata. On dit que chez les singes Bonobo le sexe est un outil de paix sociale. Sans doute est-ce plutôt de ce côté qu’il convient de chercher. A l’évidence, pour notre gouvernement, la solution à la crise ou plutôt au problème que soulève son impuissance face à la crise, c’est le cul. Le cul distrait, le cul console. Mieux, il valorise. J’ai souvenir d’avoir entendu sur un plateau de Mots Croisés un grand intellectuel dire que l’aventure Gayet servait François Hollande car elle révélait une vigueur insoupçonnée chez cet homme habituellement décrit comme hésitant, voire franchement mou par ses détracteurs… Hourra, le président est dur ! Il est urgent de prévenir le FMI, la France a un projet pour sortir la planète de la crise : le cul. Il suffisait d’y penser. Entre nous, la presse étrangère n’a pas fini de rigoler.

Advertisements

22 commentaires »

  1. Ah! La sagesse du Bonobo devrait inspirer pas mal de nos concitoyens.
    http://www.patrickpike.fr/pages/leplumier/Entrees/2011/11/28_2.html

    Commentaire par Pike — 02/02/2014 @ 12:11

  2. Hé Aliocha ! Vous n’auriez pas oublié une certaine Léonarda (dans la liste des sujets non cul, je préfère préciser) …

    Commentaire par Maelle — 02/02/2014 @ 12:21

  3. Bonjour Aliocha,

    « Le sexe érigé en projet collectif »! comme vous y allez. Voilà qui traduit bien chez vous un dévationnisme certainement dû à une éducation judéo-chrétienne mal assimilée. Heureusement, notre gouvernement veille sur nous et saura vous extirpez grâce à une rééducation appropriée ces pensées malsaines qui vous empêchent d’être vous-même. Je suis ceprendant inquiet; Vous lisez donc toujours ce qui nous sert de journaux?

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 02/02/2014 @ 12:32

  4. Vous avez raison Aliocha , le cul est la seule chose qui nous soit commune et qui comme la bouffe réunit tout le monde et fait l’unanimité …
    CQFD

    Vous en trouvez beaucoup vous des sujets qui ne fâchent pas et que tout le monde comprenne ?

    Le niveau culturel et intellectuel en baisse fait de cette nation dite autrefois intelligente et raffinée une société de « sous-bonobos »car il ne faut pas oublier que ces charmants primates sont d’une amabilité les uns pour les autres que nous sommes loin d’éprouver car ils aplanissent tous les conflits de cette manière et nous n’en sommes pas encore tout à fait là ..quoique ce que les Américains appellent « friendship with benefit » soit une avancée dans le genre …

    Commentaire par Scaramouche — 02/02/2014 @ 13:31

  5. C’est merveilleux les moralisateurs….. Cela éduque, enfin! Même dans cette tribune, au demeurant divertissante, je suis consternée de voir que nous parlons encore de ces idioties. Que diriez-vous d’élever un peu le débat?
    Bouger le popotin des moralisateurs en fauteuil, devant leur écran d’ordinateur. Les restos du cœur ont besoin d’aide, des gens crèvent dans la rue chaque jour et personne ne bouge.
    En tout cas très peu de personnes en parlent. Heureusement qu’il y a des Lambert Wilson pour continuer l’oeuvre de l’abbé Pierre, il doit se sentir bien seul parfois; c’est bien dommage. Si les gens cessaient de « consommer » comme des bœufs, toutes les conneries que nous croyons indispensables à notre bonheur. sans doute, les petites affaires de fesses de nos énarques véreux auraient-elles moins d’intérêt pour eux.

    Quand ils n’auront plus rien à nous vendre, parce que nous serons, enfin, éveillés, peut-être reprendrons-nous le cours d’une vie « normale »!!! Avec des paysans français qui ne crèveront plus de faim, qui produiront des produits sains. Des petits commerçants qui pourront vivre dignement. Des ouvriers, des profs, des artisans, tous fiers de leurs boulots. Mais je m’égare, que serait notre monde sans tordus pour nous mener par le bout du nez? Et surtout, que ferions nous sans cette « grosse merde » de mondialisation commerciale? C’est vrai qu’aborder la mondialisation du côté humain,plutôt côté fric, cela pourrait nous amener à réfléchir à pourquoi tous les miséreux de la terre veulent venir en France.

    Dites-moi, que feriez-vous si demain, le Maghreb devenait un pays riche et qu’ici on crève de faim? C’est sans doute plus intéressant de se poser les bonnes questions plutôt que savoir qui baise qui? Ici c’est nous les baisés!

    Commentaire par Marie-Christine — 02/02/2014 @ 14:01

  6. Les bonobos, eux, au moins, ont l’excuse de l’instinct. Ceux qui nous gouvernent, ou font mine de le faire, et qui détruisent avec délectation ce que des générations et des générations avaient lentement et consciencieusement élaboré, croient être guidés par la raison…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 02/02/2014 @ 14:23

  7. @Aliocha : c’est amusant, cette façon que vous avez de railler la « gauche morale », qui vous permet de placer le mot « gauche » dans cette critique alors qu’en fait, vous ne vous moquez que du parti socialiste. Seriez-vous la dernière à ne pas vous être rendu compte que le parti socialiste n’est pas de gauche sous l’ère Hollande (et probablement bien avant) ? Quand vous critiquez la « gauche morale », vous ne pointez les contradictions que d’une autre partie de la droite, plus hypocrite que son pendant traditionnel.

    Commentaire par kuk — 02/02/2014 @ 15:19

  8. Commentaire par Zarga — 02/02/2014 @ 15:51

  9. @ Aliocha :

    Ce n’est pas que le sexe soit subitement devenu la principale préoccupation de la majorité… c’est que les seuls dossiers sur lesquels ils s’essaient sont ceux dits « sociétaux » (beurk ! Je ne digère pas le mot, mais comme il faut nous comprendre, empruntons le vocabulaire en vogue).

    Qu’a-t-on essayé d’autre ? On a baissé pavillon et pantalon devant la finance, cette « ennemie du peuple » ! C’est un remake de Don Quichotte qu’on nous sert, version spaghetti, alors pour essayer de donner un peu de souffle à l’histoire, on essaie de faire « progresser » la société.

    Il y a un fond estimable dans certains des projets présentés. Après tout, on peut adhérer à une entreprise destinée à lutter contre le « plafond de verre » par exemple. Mais c’est tellement mail fichu, il y a un tel manque d’humilité dans la préparation… on s’y prend comme des manches, et ça ne loupe pas : tout finit en eau de boudin. On n’organise pas de vrai débat, ni de vraie consultation digne de ce nom, on ne prend pas le temps d’expliquer les contenus… du coup, les plus folles rumeurs peuvent passer pour vraies.

    Pourtant, ces succédanés d’action étaient prévus pour être mobilisateurs… mais les gouvernants du jour ont reproduit les erreurs de ceux d’hier (pourtant raillés pour leur amateurisme !).

    @ Denis Monod Broca :

    Je ne pense pas qu’il s’agisse du seul instinct, concernant les Bonobos. Notez, je ne sais strictement rien de cette histoire, hors ce qui s’en dit ici ou là. Mais je pense qu’une espèce animale assez intelligente pour vivre dans une forme de société relativement élaborée fait intervenir plus que son instinct. C’est une utilisation de la nature intelligente autant qu’instinctive que nous donnent à voir nos cousins primates… Et si nous singions cette part d’intelligence ? 😉

    Commentaire par Zarga — 02/02/2014 @ 16:17

  10. Ce serait dommage de ne pas proposer la version non censurée de la chanson de Colette Renard :

    Commentaire par Gilbert Duroux — 02/02/2014 @ 17:03

  11. @ Zarga,
    Je ne pense pas qu’il s’agisse de maladresse de la part des socialos en peau de lapin. Simplement, comme la politique économique suivie est la même que celle de l’UMP, avec des cadeaux au patronat sans contrepartie, la seule façon de se démarquer de la droite, c’est sur les sujets sociétaux. Opération réussie car la droite est bien emmerdouillée avec des manifs comme celle d’aujourd’hui qui réunit aux côtés de gens sincèrement inquiets de possibles attaques contre la famille aussi bien des anti-IVG extrémistes que des grenouilles de bénitier ou des antisémites soraliens ou dieudonnistes. Seuls les plus extrêmes droitiers de l’UMP oseront s’afficher dans un rassemblement hétéroclite qui ressemble à ceux des ligues fascistes des années trente.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 02/02/2014 @ 17:11

  12. Aliocha : N’avez-vous pas la mémoire un peu courte ? Je ne dis pas que l’ensemble des sujets à la mode sont des plus reluisants, mais dire qu’il s’agit là d’une spécificité de la gauche, c’est avoir certaines œillères.

    De mémoire et sans chercher sur le net, je dirais comme ça le délit de racolage passif, la recherche du père de la fille de la bimbo du ministère de la justice, les rumeurs d’idylles entre le président et une sportive, ou de sa femme et d’un chanteur, les massages de pied de George Tron, le divorce du président qui a quand même fait virer un patron de presse…

    Commentaire par Gathar — 02/02/2014 @ 21:46

  13. Au fait, combien à coûter la poule de haute cour, à la raie publique, enfin, la gueuse ?

    Commentaire par legrandjeu — 02/02/2014 @ 21:50

  14. Je ne sais pas si, comme vous dites, le président est « dur ». Mais ce qui est sûr, c’est que la France, elle, elle est raide…

    Commentaire par Physdémon — 02/02/2014 @ 22:34

  15. @ Aliocha :
    « entre nous, la presse étrangère n’a pas fini de rigoler ».

    Entre nous, j’en connais qui nous envient toujours autant. Les raisons ne sont pas les meilleures, mais ce que l’on fustige allègrement chez nous est en fait plus ou moins secrètement envié. 😉

    Commentaire par Zarga — 02/02/2014 @ 23:18

  16. @ Gathar :

    Je ne pense pas que notre hôtesse soutienne que nous ayons à faire à une spécificité de la gôôôôôche. Je pense plutôt qu’elle cherche à souligner un certain hiatus. On postillonne contre la finance internationale pendant la campagne électorale, mais le pantalon vous tombe aux chevilles quand il s’agit… d’agir !
    Récemment encore, on nous confirme que la liste des évadés fiscaux que monsieur Woerth avait frauduleusement obtenue a bien été expurgée. Et qu’est ce qu’on entreprend pour ramener au bercail tous ces oiseaux voyageurs ? Le silence est assourdissant.
    Pendant ce temps, c’est bibi et tous les autres moutons de la base qui se font ponctionner à grands coups de TVA pour combler le manque à gagner de tous ces porteurs de valises anonymes.
    Et puis quelle cohérence peut-on trouver chez ces gens qui dénoncent les injonctions de la finance, et plus généralement les injonctions de la société de consommation (injonction à être heureux, à jouir de tout, partout, toujours…), et qui nous enjoignent d’adhérer au progressisme tel qu’ils le déclinent ? Quel manque d’humilité, vraiment.
    J’ai eu la faiblesse d’accorder quelque crédit à l’anaphore… je m’en mords les dents !

    Commentaire par Zarga — 02/02/2014 @ 23:34

  17. Si le grand public a envie de cul, les politiciens comme les journalistes lui en donneront autant qu’il veut. Soit le public arrive à mûrir quelque peu, soit les policiticens et les journalistes décident de faire preuve d’un peu de professionnalisme et d’arrêter de racoler… (mais il est si dûr de résister à la tentation, n’est-ce pas?)

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 03/02/2014 @ 10:12

  18. @ Foxtrot :
    Le public a envie de cul, mais c’est une pulsion naturelle. Ça fait partie des besoins de base qu’on retrouve dans la pyramide de Maslow, donc titiller la pulsion sexuelle, la libido, c’est titiller un ressort qui ne demande qu’à l’être chez la plupart des gens.

    Il faudrait revenir en arrière, et arrêter de segmenter la personne humaine… vaste programme.

    Commentaire par Zarga — 03/02/2014 @ 12:16

  19. Quel génie ! Quelle influence !

    Moi qui croyait que la gauche, un peu come tout le monde, essayait de faire avancer la société du mieux qu’elle pouvait, mais qu’elle ne pouvait pas tant que ca….

    J’apprends grâce à Aliocha qu’elle a manipulé l’opposition pour mettre les manif pour tous-les-gens-normaux à la une des journaux pendant six mois, afin de faire oublier le glorieux bilan de Nicolas Sarkozy, puis qu’elle a publié le torchon de Marcela Iacub pour affaiblir l’ancien rival du Cher Leader.

    Quel idée brillante également d’avoir donné instruction aux belles âmes du manifeste des salauds de défendre les prostituées, au risque que l’on se méprenne sur leurs motivations puisqu’ils n’avaient rien dit lorsque Nicolas Sarkozy interdisait le racolage passif. Manipulation ! Jeux d’ombres !

    Convoquer Closer faisait d’une pierre deux coups : faire oublier le pacte de responsabilité, certes, mais surtout que chacun sache que le vit présidentiel n’a rien à envier à celui de son prédécesseur !

    Je n’ai pas encore bien compris pourquoi la gauche avait fait dire à ses alliés catholiques intégristes qu’il y aurait des cours de masturbation en classe de paternelle, mais nul doute que tout deviendra clair avec le recul.

    Quel talent ! Quel scandale, certes, mais à ce niveau de compétence, il faut bien saluer la compétence brute.

    Commentaire par Tirxu — 03/02/2014 @ 16:46

  20. Bien vu, Tirxu ^_^

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 03/02/2014 @ 17:29

  21. @Tirxu : non, ce n’est pas cela le sujet, cessez donc d’ironiser. Le sujet c’est d’abord traiter le sociétal pour faire oublier qu’on est impuissant pour gérer la crise et, accessoirement, profondément libéral malgré les grandes dénégations. Le sujet c’est ensuite appliquer la vieille ficelle mitterandienne en provoquant une poignée de tondus d’extrême droite pour faire voler en éclats la droite républicaine en la coinçant dans un corner, soit elle défend ses convictions et on la colle dans la catégorie extrémiste, soit elle se renie et elle paume son électorat. De toute façon, elle explose en vol. C’est très rigolo, mais il ne faudra pas venir ensuite faire semblant de pleurer quand le FN s’envolera dans les urnes.

    Commentaire par laplumedaliocha — 03/02/2014 @ 17:56

  22. Chère Aliocha,

    Nous sommes ici chez vous, et je me plierai à vos règles, mais trouvez-vous normal de m’enjoindre de cesser d’ironiser quand vous titrez votre article « le génie politique du bonobo » ?

    Je suis d’accord avec vous quand vous dites que le sociétal sert de cache-misère à l’impuissance politique (de droite comme de gauche) en matière d’économie.

    Mais c’est la responsabilité de l’opposition d’éviter ce genre de pièges, à supposer qu’elle le souhaite. Vous parlez du mariage pour tous comme d’une grosse ficèle politicienne, pire, mitterandienne. Je ne crois pas que la droite était forcément coincée entre le reniement et l’extremisme. Il me semble d’ailleurs que NKM a choisi d’esquiver ce choix, et qu’elle ne s’en porte pas plus mal aujourd’hui. Non, si les manifestations ont recu un tel soutien de la droite traditionelle, c’est que celle-ci y voyait un bon outil pour taper sur Francois Hollande.

    De plus, c’est vraiment faire peu de cas du fond de la loi que de la voir uniquement comme un outil tactique. C’est légèrement méprisant pour les 15 000 personnes qui ont eu la possibilité de convoler en justes noces, et qui trouvent peut-être que ca valait le coup de froisser quelques sentiments, écormer quelques réputations, et même abimer quelques carrières pour qu’on leur reconnaisse enfin ce droit. Si la gauche y trouve 15 000 voix, est-ce vraiment un abus de démocratie ?

    L’autre sujet politique que vous mentionnez est la pénalisation des clients de la prostitution. Y-avait-t- il un piège ? Pour qui ? Quel personne politique s’y est publiquement opposée ? Quelques beaufs ont cru amusant de faire un manifeste de 343 salauds, doit-on le mettre au passif de la gauche au pouvoir ?

    Pour le reste…
    Quel lien entre la gauche et Marcella Iacub ?
    Est-ce que le président couche sur commande pour détourner l’attention ou est-ce que le gouvernement a décidé de prévenir Closer ? Si aucune de ces options ne vous semble plausible, où se trouve la « provocation » politique ?
    Pour la « théorie du genre », une question : est-ce que vous pensez vraiment que ce terme existe autre part que dans l’imagination légèrement inquiétante des résistants anti-sextoys-en-maternelle ? Si oui, je vous ferai l’offense de demander une citation positive de ce terme. Si non, vous pourriez employer le terme « études de genre » qui a l’avantage d’avoir un sens. Encore une fois, où se trouve la responsabilité du gouvernement dans les éruptions allergiques de ces Don Quichote au petit pied ?

    Commentaire par Tirxu — 03/02/2014 @ 22:01


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :