La Plume d'Aliocha

16/01/2014

Vie privée, vraiment ?

Filed under: Coup de griffe,Droits et libertés,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 11:07

Ah comme ils sont attendrissants tous ceux qui se bouchent le nez en évoquant le scoop de Closer ! Surtout parmi les journalistes. Ah, comme on nous rebat les oreilles avec cette honteuse entorse à la légendaire discrétion de la presse française à l’égard de la vie privée. « Nous Monsieur, nous  ne sommes pas comme ces journaux étrangers de caniveau qui balancent des affaires de plumards en Une, nous avons le chic, la classe. La french touch ». Bah voyons. La trouille surtout. Celle de franchir une limite non écrite et de devenir tricard. Hier soir dans l’émission C dans l’Air Christophe Barbier a fort bien résumé la chose  : « nous sommes embourbés dans une glaise de courtisanerie monarchique ». C’est ça, la soi disant élégance de la presse française, une courtisanerie gluante comme du mazout sur un oiseau de mer, un truc visqueux qui vous colle au sol et finit par vous étouffer. Avec le résultat que l’on connait en termes de popularité des journalistes auprès des français….

Que l’on s’irrite de voir le magazine Closer jurer la main sur le coeur qu’il a sorti l’information dans un souci d’intérêt public, connaissant sa ligne éditoriale entièrement dédiée à ce genre de « coups » plus au moins discutables et sachant que ses ventes ont doublé (600 000 exemplaires) tandis que la fréquentation du site bondissait de 800% , c’est compréhensible et même légitime. Que l’on frissonne en regardant cet étalage racoleur d’une liaison cachée et en constatant les dégâts occasionnés, notamment l’hospitalisation de la « Première dame », c’est encore légitime. Mais déduire de la méthode utilisée et du résultat plus qu’embarrassant de l’opération qu’il y a eu violation condamnable de la vie privée, autrement dit faute journalistique, sans s’interroger sur le contenu de l’information, je disconviens. Depuis des années, on se frappe la poitrine à longueur de colloques sur le journalisme à propos du silence épais observé autour de la fille de Mitterrand. C’est devenu avec le recul l’emblème de l’erreur à ne pas reproduire, la faute avouée, regrettée, actée. Tout le monde considère dans la profession qu’on a eu tort de se taire. Et à l’instant où la question se pose de nouveau,  voici qu’on repart dans le vieux travers du : pas touche à la vie privée ! L’expérience est une lanterne accrochée dans le dos qui ne sert qu’à éclairer le chemin déjà parcouru, dit un proverbe chinois…

Faut-il rappeler  que :

– s’il n’existe pas de statut juridique de « Première dame » en France,  celle-ci a une existence qui se calcule en monnaie sonnante et trébuchante, et se traduit par des présences officielles, missions diverses et variées et apparitions médiatiques ;

– l’actuelle première dame dispose d’ un cabinet qui nous coute 240 000 euros par an, ce n’est pas rien. Sans compter le reste qu’étrangement on passe sous silence.

Cet aspect-là de la « vie privée » ne me parait pas si privé que cela. Mais il y a une autre difficulté :

– le président s’est mis en danger en sortant de nuit à scooter. Danger qu’on attente à sa vie sur le trajet : si un paparazzi l’a débusqué lors d’une de ses sorties nocturnes, n’importe quel individu organisé pouvait faire de même. Danger que l’on fasse pression sur lui en utilisant l’information sur cette liaison. Danger de s’approcher un peu trop près à son insu du grand banditisme.  Danger que le scandale n’éclate et fragilise le Chef de l’Etat à un moment mal choisi.

Convenons que les deux derniers risques – au moins – se sont matérialisés.

Cela pourrait s’arrêter là, mais la presse soulève déjà un autre aspect du dossier :

– La nomination vite annulée de la jeune amie à un poste enviable Villa Medicis achève de convaincre s’il en était besoin que tout ceci nous regarde quand même un peu, nous citoyens, tant au regard de l’usage fait de nos impôts, que de la sécurité et de l’intégrité du Chef de l’Etat, sans oublier l’éthique républicaine qui doit présider aux nominations ici et là.

Je crois au fond que beaucoup des « choqués » par ces révélations au sein de la communauté médiatique sont sincères. Soit parce qu’ils connaissent les protagonistes et compatissent, ce que je comprends, soit parce que plus généralement ils se situent sur le terrain en vogue du droit au bonheur, y compris si celui-ci prend des chemins moralement discutables, voire fait peser un risque sur la fonction présidentielle.  Hélas…

Lors d’une cérémonie récente, un haut magistrat du Conseil d’Etat a déclaré : « Servir l’Etat est une chance, un honneur, une responsabilité. Jamais un privilège ». Eh oui, il existe encore dans notre pays des individus capables de tenir de tels discours, mais ceux-là sont bien loin des projecteurs, c’est pourquoi l’on pense un peu vite que ces mots et les valeurs qu’ils véhiculent ont disparu au profit d’une « coolitude » généralisée jusqu’au sommet de l’Etat. Est-ce trop demander à un Président de la République que d’adopter un comportement exemplaire tout particulièrement dans un pays sinistré par une crise sans précédent ? Sans doute. Et c’est pourtant bien ce que l’on avait cru comprendre du légendaire « Moi président… ». On s’était trompé.

Publicités

89 commentaires »

  1. « Est-ce trop demander à un Président de la République que d’adopter un comportement exemplaire tout particulièrement dans un pays sinistré par une crise sans précédent ? »

    Je m’inquiète de ce genre d’exigence d' »exemplarité ». Personne n’est exemplaire (surtout quand ce que les gens mettent dans ce mot varie) et exiger de nos élus qu’ils le soient, c’est s’assurer que seuls les individus capables de mentir sans sourciller et les hypocrites se présentent devant nous.

    Ce qu’il faut exiger, c’est que les gens prennent leurs responsabilités au sérieux. Ce qu’aurait du faire François Hollande quand les rumeurs ont commencé à circuler, c’est assumer et annoncer au cours d’une conférence de presse qu’il avait bien une liaison avec madame Gayet et qu’il n’y aurait plus d’autre commentaire à ce sujet ni de sa part, ni de celle de madame Gayet, ni de celle de madame Tierweiler. Fin de la discussion, circulez, y’a plus rien à voir.

    De cette manière, l’info est publique, donc elle ne peut plus être utilisée pour du chantage. De la même manière, il devient plus difficile pour madame Gayet de bénéficier de faveurs indues et le président n’est plus obligé de faire le mur commme un écolier en prenant des risques inconsidérés. Et il peut poser avec beaucoup plus de crédibilité les limites de leurs vies privées.

    Et en bonus, on aurait enfin eu une personnalité politique qui assume pleinement sa vie sexuelle, comme un adulte, pour changer. Ce qui pourrait laisser espérer (soyons fous) que le reste de la population en prenne de la graine et fasse preuve de plus de maturité sur ces sujets.

    Accessoirement, la ‘fonction’ de première dame (ou premier homme, le jour ou ça arrivera) devrait être éliminée. Ou alors arrêter de prétendre que la France n’est plus une monarchie.

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 16/01/2014 @ 11:28

  2. En matière de courtisanerie, l’homme à l’écharpe rouge – et ami autoproclamé de Carla Bruni – sait effectivement de quoi il parle…

    Cela dit, la retenue des journalistes lors de la conférence de presse ne m’a pas choqué : nous sommes nombreux à souhaiter que l’on évite un nouveau psychodrame national – après Léonarda ou Dieudonné – et que l’on se concentre sur le sauvetage de la maison France. Et je n’ai pas voté pour lui.

    Une remarque : Julie Gayet n’a pas été nommée à « un poste enviable » à la Villa Medicis.

    Commentaire par Tocquevil — 16/01/2014 @ 11:42

  3. Son ennemi était la finance, son amour Valerie. Or désormais son amour est Julie et la finance est son amie… Bien fol est qui s’y fie…

    Et en plus il se fiche de nous en prétendant, contre toute raison, que c’est une affaire purement privée.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 16/01/2014 @ 11:44

  4. Très partagé sur cette histoire… le caractère d’urgence qui s’applique la situation actuelle du pays invite en premier lieu à tourner la page, même si on a pu soi-même bien rire de cette histoire en se tapant le bide. On ne peut cependant pas prétendre que cette affaire ne présente aucune valeur politique, alors même que l’un de ses premiers effets s’est manifesté: cette déconfiture paraît avoir poussé le chef de l’État à sortir des ambiguïtés dans lesquelles il semblait se plaire depuis le début, afin de se sortir de la panade. Avec « la conf de presse », où a été lâché le mot fatidique de « politique de l’offre », un tournant a été pris.

    Ce n’est sans doute pas au goût des électeurs de Hollande qui s’en souviendront à la prochaine échéance électorale. Pour autant, il vaut mieux que le président se débarrasse du poids qu’il traîne depuis la campagne électorale. Sarkozy n’a pas voulu clore la période du « Je serai le Président du pouvoir d’achat », si ce n’est au dernier moment, lors de la dernière année de son mandat, et on en paie toujours le prix -y compris Hollande, dont l’impopularité précoce tient aussi au fait qu’il a subi les conséquences du projet de loi de finances voté en 2011 sous Sarkozy.

    Barbier a cependant raison de rappeler qu’en l’espèce cette affaire ne peut être pudiquement jetée de côté: comme pour les frasques de DSK, l’intérêt tient moins à la nature des faits qu’à ce qu’ils révèlent sur leurs protagonistes. Je resterai juste un peu sceptique sur ce reproche qui lui ai fait d’avoir mis en danger sa personne: la presse dont se réclame Barbier a également rapporté de nombreuses apparition de Sarkozy allant chercher à vélo des pizzas pour Carla au Cap Nègre. En plus cette histoire de grand banditisme semble faire pschittt, autre effet pervers de la méthode « Edwy Plenel » qui consiste à mettre 150 fers au feu en espérant dénicher par hasard un scoop de tonnerre: cela marche, comme on l’a vu pour Cahuzac, mais il y a beaucoup de rebuts.

    (1)L’Express ressemble parfois à Voici sous son mandat

    Commentaire par Switz — 16/01/2014 @ 13:13

  5. @Switz : petite précision rapide sur le grand banditisme. Valeurs actuelles est le premier canard à s’être intéressé à l’appartement hébergeant la rencontre, mais l’a attribué à un patron du CAC40. Puis mediapart et Le Point se sont mis de la partie en évoquant cette fois le grand banditisme mouvant Corse salle Wagram. Le démenti porte sur le statut juridique du machin. On a pu croire que l’appartement appartenait au bandit, en fait il appartient à un gentil retraité qui en a marre d’être traité de patron du CAC – Bandit Corse – Condamné cercle Wagram. Quant au bandit corse, c’est l’ex-mari de l’actuelle locataire des lieux. Il y a donc bien un lien avec le grand banditisme. Sur les fers au feu, journalisme de pari parfois, notamment dans l’affaire kerviel (secouons la méchante banque, il en tombera quelque chose), très discutable comme méthode, ici, ils ont juste évoqué le fait que l’appartement était au nom du bandit, ce que lui-même confirme, ça tient à une ligne ADSL transférée par ses enfants à leur nouvelle adresse, dit-il. Les pages blanche confirment aussi.

    Commentaire par laplumedaliocha — 16/01/2014 @ 13:21

  6. Comme le dit Christophe Alévêque, on n’attendait rien des socialistes mais on est déçu quand même… ;o)

    Commentaire par Mussipont — 16/01/2014 @ 13:25

  7. @laplumedaliocha

    Okay c’est noté. Finalement, on peut se demander si la dissolution des RGs au sein de la nouvelle DICRI était une si bonne chose – et pourtant tous se félicitaient d’en finir avec cette officine sulfureuse. La république des RGs était peut-être mieux armée pour prévenir certains problèmes – et peut-être que Hollande n’aurait alors pas eu à subir le désastre Cahuzac en étant mieux informé. Comme pour l’affaire Dieudonné, je trouve nos institutions bien démunies face à certaines choses: dans son cas, les vieilles méthodes (solides contrôles fiscaux, invitations à ce que la presse s’intéresse à certains aspects polémiques de sa richesse personnelle) auraient mieux valu que ce psychodrame stupide déclenché par Valls

    Commentaire par Switz — 16/01/2014 @ 13:37

  8. Les cocus de la République

    http://www.lejournaldepersonne.com/2014/01/les-cocus-de-la-republique/
    Vous m’avez posé la question de savoir quelle est la première dame de France ?

    Pour vous répondre sans me reprendre, je vous dirai : que c’est l’affection… une affection qui chasse l’autre… une affection qui cache l’autre… En moi, il y a toujours quelque chose de plus fort que moi… non pas l’État de droit mais mon État en fait. Je suis faible… mais plus fort que tous ceux qui croient qu’ils ne le sont pas…

    Dans le genre animal
    L’homme est la pire espèce
    Et le moi, le pire des individus.
    Avec le temps tous les êtres sont décevants
    Lassants parce qu’ils se lassent
    Passants parce qu’on s’en passe
    Qu’est-ce que vous me racontez ?
    Il n’y a plus de place pour une liberté d’expression.
    C’est la liberté d’impression qui fait foi… qui fait la Loi
    La subjectivité du spectateur qui l’emporte sur la subjectivité de l’acteur.
    Le mode passif sur le mode actif
    Le mode réactif sur le mode créatif
    Parce que le monde est devenu rébarbatif…
    Je ne sais pas s’il faut croire en la justice
    N’ayant pu faire que le juste soit fort
    On a fait en sorte pour que le fort soit juste… c’est Pascal qui râle
    Non, je n’en crois pas un traître mot
    Parce que je n’ai rien vu encore de juste
    La justice, juste un caprice!
    Celui des hommes qui se font la guerre pour combattre l’injustice
    Une expression qui ne viendra jamais à bout d’une impression…
    Qu’est-ce qui est vrai ?
    Que la vérité est pauvre, que le mensonge est riche!
    Mais c’est au plus riche qu’on cherche à plaire
    Surtout lorsqu’on est pauvre…
    Je crois avoir fait le tour de la bête humaine
    Et en avoir retenu deux choses plutôt vilaines :
    Qu’il faut définitivement renoncer à deux cocus :
    La justice et la vérité
    Pour que notre vie ne soit pas privée… de sens.
    Vive la république… vive l’existence!

    Commentaire par lejournaldepersonne — 16/01/2014 @ 13:50

  9. Extrait de la logorrhée de Hollande: Moi président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire.

    Commentaire par zelectron — 16/01/2014 @ 14:01

  10.  » comme pour les frasques de DSK, l’intérêt tient moins à la nature des faits qu’à ce qu’ils révèlent sur leurs protagonistes.  »

    Juste pour rappel, DSK a fait face à des allégations de viols et d’agression sexuelle. François Hollande a eu des relations avec une personne consentante. Cela révèle peut-être des choses sur lui mais pas du même ordre que pour DSK et la nature des faits, dans le cas de DSK, est loin d’être dénuée d’intérêt.

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 16/01/2014 @ 14:23

  11. @tangofoxtrot

    Bien sûr, j’aurais dû préciser que j’évoquais en fait la période d’avant l’affaire de New York. Sur son blog Quatremer avait le premier crevé la chape de silence qui entourait la vie privée de DSK, alors que dans le microcosme des choses étaient sues et tues. Avec une clairvoyance remarquable, le journaliste avait envisagé les problèmes que l’homme pourrait rencontrer au FMI , dans un contexte où les écarts sont beaucoup moins tolérés qu’en France. Et il avait raison: nos pudeurs malvenues ont conduit indirectement à ce qu’un homme visiblement sans équilibre et incapable de maîtrise est parvenu à occuper le trône d’un des maîtres du monde. Il devient a posteriori évident qu’il allait s’abandonner à ses pires penchants, en causant finalement sa perte. L’histoire des Julio-Claudiens montrent assez les conséquences tragiques lorsque des personnalités simplement un peu troublées au départ revêtent la pourpre impériale

    Commentaire par Switz — 16/01/2014 @ 14:38

  12. @Switz

    Désolé, je n’avais pas compris. Je ne peux qu’abonder dans votre sens.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 16/01/2014 @ 14:56

  13. Que de blabla autour d’une banale histoire de fesses. Je crains que cela n’intéresse pas grand monde, à part les sots qui n’ayant rien de passionnant dans leur vie se contentent de s’occuper des affaires des autres.

    Moi, je trouve ce président « normal » tristement banal. Il aurait juste du reconnaître les faits, puisqu’il a été pris la main dans le pot de confiture. Je n’ai pas voté pour lui, ni pour les autres d’ailleurs, car il y a bien longtemps que tous ces politiques me donnent envie de les étrangler. Si leurs rémunérations étaient liées à leurs résultats, nul doute qu’ils seraient moins nombreux à se battre pour prendre le poste. C’est un fait! L’état est un vampire qui a toujours faim. Et nous sommes les pauvres glutes qui corvons pour cet affamé.

    Alors qu’il se tape qui il veut, peu m’importe, mais pas que nous soyons obligés de nourrir toutes ses dulcinées. Par contre, mon côté sarcastique ne peut que se réjouir du retour de flammes ! Une dinde en remplace une autre. L’actrice devrait y réfléchir, l’homme a l’air aussi peu fiable dans ses sentiments que dans sa conduite du pays.

    Commentaire par Marie-Christine — 16/01/2014 @ 15:20

  14. Encore un peu de temps et nous aurons un président et un « premier monsieur de France »…

    Encore un peu de temps et nous aurons une présidente et une « première madame de France »…

    Ainsi va la vie, ainsi va la France.
    Mais ce n’est pas près d’alléger les impôts, tout ça !

    Commentaire par Al1C21 — 16/01/2014 @ 15:53

  15. Bonjour Aliocha,

    Respect de la vie privée ou pas, les dégâts sont là et ils font mal. L’image de la France, déjà pas très bonne à l’étranger, en a pris un coup et un sévère (en plus, en cas de voyage officiel à l’étranger, les hôtes de la France sauront tout de sa partenaire grâce à Internet. La grande classe). Personnellement, je pense que lorsque l’on représente un pays, le nôtre en l’occurrence, on se doit d’avoir une conduite « exemplaire » (et tant pis pour ceux que le mot dérange dans notre société où le relativisme est roi) ne serait-ce que vis-à-vis du corps électoral. En plus, je trouve que, pour quelqu’un qui déclarait il a encore peu, « je suis féministe » (http://www.liberation.fr/politiques/2012/03/02/hollande-je-suis-feministe_800181), la goujaterie fait une entrée en fanfare. Notre pays n’avait vraiment pas besoin de ça.
    Sinon, un de vos confrères a eu, à l’occasion de la pantalonnade de presse (http://authueil.org/?2014/01/14/2227-minable-conference-de-presse), ce mot très juste: « Albert Londres, pardonne-moi! ».

    Bonne fin de journée

    Commentaire par H. — 16/01/2014 @ 16:07

  16. « en plus, en cas de voyage officiel à l’étranger, les hôtes de la France sauront tout de sa partenaire grâce à Internet. La grande classe »

    Pourquoi la grande classe? Sont-ils supposés croire que le président est asexuel? Ne savaient-ils déjà pas tout de Valérie Trierweiler, de Carla Bruni ou de madame Chirac? Ils n’ont pas non plus besoin d’internet ou de Closer, ils ont des services de renseignements et la vie privée des dirigeants étrangers fait partie des briefings…

    A part ça, il n’y a aucun rapport entre le féminisme et l’infidélité, quelque chose a du vous échapper…

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 16/01/2014 @ 16:42

  17. tangowithfoxtrot : « Juste pour rappel, DSK a fait face à des allégations de viols et d’agression sexuelle. François Hollande a eu des relations avec une personne consentante ».

    Ben oui, quoi, qui ne saurait consentir à ce qu’on vienne lui apporter des croissants ? Y-en a qui voient le mal partout.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 16/01/2014 @ 17:43

  18. Internet est impitoyable: http://corto74.blogspot.fr/2014/01/mise-en-scene-quand-segolene-etait-en.html

    Bonne soirée

    Commentaire par H. — 16/01/2014 @ 18:21

  19. Trop fort ce Hollande : avec ses ex c’est le « lasser prise pour tous » qu’il épouse !

    D’accord pour le droit à l’information mais il ne doit pas se confondre avec délation or, Closer, transgresse pour un business du tréfonds du fion !

    Quant à C. Barbier ce tartuffe décomplexé à suivre Renaud Revel et ses « Amazones de la République » les journalistes politiques hommes sont des femmes comme les autres : http://www.lexpress.fr/culture/livre/video-les-amazones-de-la-republique-il-est-toujours-perilleux-de-tutoyer-la-politique_1256532.html

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 16/01/2014 @ 18:59

  20. Pour moi c’est une faute lourde, professionnellement parlant. A un certain niveau de responsabilité la vie privée s’imbrique dans le business. L’attitude de Hollande peut nuire aux intérêts du pays et est fort dommageable politiquement et diplomatiquement pour les affaires intérieures du pays comme pour les relations internationales.

    Commentaire par Vlad — 16/01/2014 @ 20:42

  21. soit disant et non soi disant …

    Commentaire par clery marc olivier — 16/01/2014 @ 20:44

  22. Hollande ne s’engage ni dans la vie privée, (il ne donne pas sa parole et peut donc trahir sans mentir: impunément) ni dans la vie publique (de même), serait-ce un aveu ? A croire qu’il ne sait pas ce qu’il veut, tout en faisant semblant de fixer un cap … un profil de comédien, pas de chef d’État ! Certains disent de lui qu’il serait intelligent, donc gravement coupable ; à un comique on pardonnerait, quoique pour certains ce n’est même pas le cas.

    Commentaire par zelectron — 16/01/2014 @ 23:43

  23. Une bande de minables VEUT miner ce pays de tous ses sens communs, des arrivistes de 1ere, la lutte des places fait rage et la perversité est totale, ils se mordront la queue. Le Parti Sociétal étant de loin le meilleur dans cette exercice, une machine à se perdre, j’ai veauté, parié, sur eux, pas déçu..
    Toute ma vie j’ai lutté contre la vie privée de même celle dite publique, cela s’appelle joindre les debout pour une fin de moi plus facile et un esprit sans bornes qui me guide.
    Salut au Journal De Personne arrivé jusqu’ici.

    Commentaire par georges dubuis — 17/01/2014 @ 00:17

  24. Exemplarite, je ne choisirais peut-etre pas ce mot. Mais le moins qu’on puisse dire c’est que F.H. n’a pas fait preuve de vertu de prudence, et ca ne prouve pas son intelligence. Pour ce qui est de la decence … 
    Quoi qu’on puisse en dire, cette histoire revele certains aspects du caractere du president qui ne sont pas tres flatteurs.
    Certes chacun a droit a une vie amoureuse et sexuelle epanouie, mais la on tombe dans le ridicule. Encore pire que le roman photo Nicolas/Carla , qui etait deja bien gratine (rien a voir tout de meme avec DSK, la on etait dans le criminel/pathologique).
    Minable …

    Commentaire par Maelle — 17/01/2014 @ 09:39

  25. Là encore chacun sa morale et son sens de l’obscenité , suivant que l’on est soi-même plus ou moins net on a tendance à ouvrir ou fermer les yeux voir encourager dans le sens « tout le monde est pareil  » …sans doute …mais tout le monde n’est pas président de la République et censé montrer l’exemple..

    Au XVIIIème siècle réputé pour son libertinage la règle était que chacun pouvait tout faire . ».à condition de ne faire de peine et ne causer de torts à personne  »

    C’est loin ici d’être le cas, mais nous sommes modernes et ouverts d’esprit et c’est un autre siècle où les femmes ne sont plus des objets et où il n’y a plus de monarque..(-)

    Commentaire par scaramouche — 17/01/2014 @ 14:38

  26. « L’exemple n’est pas le meilleur moyen de convaincre, c’est le seul. » – Gandhi.

    Commentaire par Zarga — 17/01/2014 @ 18:10

  27. Les deux points de vue sont le revers et l’avers de la médaille, le côté pile et face de la même pièce de monnaie.

    Côté pile, le magazine « Closer » a commis un impair de taille en fouinant là où il n’avait pas à fouiner.
    Comme si on ne flattait pas assez notre voyeurisme ! Et ensuite ? On va nous proposer quoi ? Les hémorroïdes du premier ministre en gros plan ? Le dernier furoncle du ministre du redressement productif ? A moins que ça ne soit une révélation fracassante au sujet de l’hyperménorrhée de la ministre de la culture ? (oui, je sais : bon appétit ! merci…).

    Ça ne m’intéresse pas, et je n’ai pas besoin qu’on vienne me titiller avec mademoiselle Gayet. Je connais une partie de sa filmographie, et j’ai déjà eu le loisir d’admirer sa plastique à plusieurs reprises sur grand écran, pas besoin qu’on me fasse l’article sur sa vie privée.

    Monsieur Hollande a été léger dans l’histoire ? Evidemment. Mais Maxime Brunerie ? légèreté, là aussi ? et Hermann Fuster ? Légèreté, encore ? Amateurisme ? Monsieur Hollande a été irresponsable, mais l’a-t-il été plus que ses prédécesseurs ?
    Dans chacun des exemples, le pire aurait pu arriver, alors que tout était censé être cadré au millimètre. Alors les virées en scoutère… pas besoin de courir la Julie pour se vautrer : une chaussée glissante, et hop ! Au tapis, le François.

    Quand on pense qu’un simple bretzel a failli nous priver de George « Dubbaya » Bush, les imprudences de François sur son deux-roues…

    Côté face, je plussoie : ils commencent à nous gonfler, avec leurs petits arrangements, leurs hochets et leurs caprices. S’il n’y a pas de statut officiel pour la compagne ou l’épouse du président de la république française, alors soit on en créée un pour encadrer strictement le foutoir actuel, soit on n’en a aucun, et alors on supprime ce cabinet à… combien, déjà ? 240 000 € ?

    Je trouve que le véritable scandale est plutôt à chercher de ce côté. Combien on peut loger de personnes à ces prix-là ? On fait manger combien de personnes ? Mon plein de courses familiales hebdomadaire me revient à 240 € en moyenne, faites le calcul : près de 19 ans de caddies bien remplis ! Vous je sais pas, mais moi, c’est surtout ça qui me pique un peu les yeux.

    Commentaire par Zarga — 18/01/2014 @ 00:09

  28. Ce sont ces deux phrases qu’il faut rapprocher Zarga (ce que j’ai cité par ailleurs) merci pour le rappel.

    L’élément à propos de la logorrhée de Hollande:

    « Moi président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire ».

    « L’exemple n’est pas le meilleur moyen de convaincre, c’est le seul. » – Gandhi.

    Commentaire par zelectron — 18/01/2014 @ 01:25

  29. @ Zelectron :

    Effectivement, la déception est au rendez-vous, et l’exemplarité en déshérence.

    Je maintiens que le plus choquant n’est pas d’apprendre que monsieur Hollande a une liaison avec mademoiselle Gayet. Ce n’est pas faire preuve de courtisanerie que de laisser la sphère privée au privé, dans la mesure où celle-ci n’interfère pas dans les affaires publiques. Les couples se font et se défont quotidiennement autour de nous… combien de souffrance, de goujaterie, mais aussi de bonheur chaque jour, sur notre palier, dans notre rue, au bureau, à l’usine ? Tant que la qualité du travail n’en n’est pas affectée, ça ne regarde que les intéressés.

    Savez-vous que certaines résidences proposent, pour attirer d’éventuels acheteurs, un réseau de vidéo-surveillance en circuit fermé ? Accessible depuis son poste de télévision ! Il permet de savoir qui rentre chez lui, à quelle heure, seul ou accompagné… suivez mon regard. Si c’est cela qu’on veut à terme pour tous, non merci, je ne suis pas intéressé.

    Là où les journalistes se doivent de porter le regard, c’est lorsqu’il y a interférence. Ce n’est pas tant que monsieur Mitterrand ait eu une fille adultérine qui a pu choquer : c’est que l’on puisse avoir mis de l’argent public dans l’histoire, qu’on ait utilisé des biens publics pour loger tout ce petit monde, alors que ça pouvait très bien se faire dans la sphère privée.

    Idem pour le hochet de la Villa Médicis : l’idée même ne devrait pas germer dans un esprit pénétré du bien public, acquis au service du public. Et si d’aventure, dans un moment de faiblesse, on se voit proposer toute charge, gratification, honneur qui ne soit dû à son mérite, mais à la seule proximité du généreux pourvoyeur, on devrait se sentir poussé à décliner poliment la proposition : pas de conflit d’intérêt.

    Commentaire par Zarga — 18/01/2014 @ 11:19

  30. Quand un spécialiste de la communication remet brutalement les choses à leur place : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1130063-affaire-gayet-trierweiler-les-3-impairs-de-francois-hollande.html

    « Derrière l’interrogation sur la sécurité du chef de l’Etat, il y a au fond cette certitude : le président de la cinquième puissance mondiale ne devrait pas se retrouver en vadrouille la nuit en scooter dans Paris, quelle que soit la raison. Il détient les codes de notre sécurité nucléaire, il est le chef des armées. Il devrait exister, comme aux États-Unis, un protocole qui s’impose à lui.

    C’est l’une des clés, non dites, les plus importantes de cette affaire : au fond, en refusant de prendre sa position au sérieux, François Hollande a commis la même faute que Nicolas Sarkozy. Il a pu donner l’impression de placer sa personne, et son plaisir, au-dessus de sa fonction ».

    le plus triste, c’est que cette analyse vienne de la com’ et pas de la presse

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2014 @ 14:27

  31. Aliocha, le comportement de la presse donne à penser qu’ils sont soumis aux ordres ou auto contrôlés par crainte.

    Le problème majeur de Hollande, bien plus que Sarkosy, c’est qu’il est resté le chef local d’un petit pays. Il n’a aucune envergure internationale, ni aucune idée de ce qui peut se passer en dehors de sa personne. D’où le comportemernt de mufle qui lui est reproché….

    Précision : en ce début d’année difficile, au moins mes malades ont des sujets à rire et à s’indigner, pour éviter de penser à leurs maladies et à leurs soins. ça cause beaucoup dans le champ clos des cabinets médicaux à propos de Hollande et du mépris qu’il suscite (avant 2013, il n’arrivait jamais que les malades se lâchent sur la politique en cabinet médical). Beaucoup plus que du supermarché local qui a profité de l’augmentation de la TVA pour faire bondir ses prix!….c’est suffisament significatif pour être noté.

    Commentaire par Dorine — 18/01/2014 @ 14:42

  32. Bonjour Aliocha,

    « Le plus triste, c’est que cette analyse vienne de la com’ et pas de la presse ». Vous allez probablement sursauter mais, comment dirai-je, on achète bien le silence: http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2014/01/17/presse-en-ligne-vers-une-tva-a-2-1-alignee-sur-la-presse-papier_4350111_3236.html. Nous ne sommes pas prêts de voir des médias inquisiteurs.

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 18/01/2014 @ 14:52

  33. @ Aliocha # 31 :

    Finalement, l’argument fait mouche. Un « protocole » serait certainement le bienvenu, puisqu’on en est rendu là.

    Commentaire par Zarga — 18/01/2014 @ 18:14

  34. Pas de statut pour le conjoint en république , il reste dans l’ombre et point final. Ce qui ne lui interdit aucune bonnes oeuvres comme à chacun de nous et permettra l’homosexualité sereine comme la tendance l’exige.

    Commentaire par Scaramouche — 18/01/2014 @ 19:22

  35. Beurk !

    Commentaire par zelectron — 18/01/2014 @ 19:31

  36. Bonsoir,

    Bruno Berthez formule un diagnostic qui sonne juste même s’il fait mal: http://leblogalupus.com/2014/01/18/ledito-du-samedi-18-janvier-2014-hollande-la-societe-du-triste-spectacle-dun-pays-en-derive-par-bruno-bertez/
    « Albert Londres, pardonne-moi! »

    Bonne soirée

    Commentaire par H. — 18/01/2014 @ 21:20

  37. @H

    Désolée la page est introuvable

    @ Zelectron

    J’espère que vous avez le sens de l’humour à l’anglaise !

    @Tous

    Parions que nous allons quasiment retourner à la case départ , la première girl friend est trop dangereuse et ne se laissera pas faire même si sa place est peu honorable ..
    Comme disait Sagan : » il vaut mieux pleurer dans une Rolls que rigoler dans l’autobus »
    Avouez que si les femmes trompées allaient se  » reposer à la Lanterne  » beaucoup d’entre- elles qui pleurent dans l’autobus seraient moins catastrophées.

    Commentaire par Scaramouche — 19/01/2014 @ 09:30

  38. @ Scaramouche

    Je ne comprends pas. Essayez « lupus blog » sur votre moteur de recherche. C’est le premier billet qui apparaît. Adresse du site: http://leblogalupus.com/

    Le lien exact:http://leblogalupus.com/2014/01/19/ledito-du-samedi-18-janvier-2014-hollande-la-societe-du-triste-spectacle-dun-pays-en-derive-par-bruno-bertez/

    Commentaire par H. — 19/01/2014 @ 14:42

  39. @ H : Le premier lien ne marchait pas, mais celui là fonctionne. le tableau est noir. Peut-être faut-il adoucir ce portrait taillé à la serpe de notre pays. Tous les journalistes ne sont pas les arguments ou les jouets d’une propagande d’état. Comme tous les magistrats n’utilisent pas leur pupitre comme un piédestal à leur propre gloire. Comme tous les enseignants ne sont pas formatés à une idéologie de déculturation. Comme tous les médecins ne sont pas véreux et déshumanisés….

    Les journalistes, les politiques, les enseignants, les magistrats, les fonctionnaires ou les médecins, qui ont une éthique professionnelle, ne sont pas audibles en ce moment, mais ils existent malgré tout. Ils sont l’espérance cachée, silencieuse et enfouie, du futur….

    Commentaire par Dorine — 19/01/2014 @ 17:48

  40. Le point de vue du comique d’Arrêt sur images :

    Commentaire par Gilbert Duroux — 19/01/2014 @ 18:38

  41. L’argument de la sécurité du président est une tarte à la crème ! C’est surtout une justification politique hypocrite pour prétendre, a posteriori, que c’est aussi ça qui est en cause.

    La justification n’est pas sérieuse car il suffit de se rappeler la tentative d’assassinat par M. Brunerie sur J. Chirac le 14 juillet 2002 sur les Champs Elysées sans parler des Etats-Unis avec celle manquée sur R. Reagan etc….

    Tout comme la question soulevée à propos de la déontologie du président qui est une conception morale forte de l’exemplarité.

    Comme si être amoureux était contraire à l’exemplarité ? Comme si le président ne pouvait pas vivre une « situation délicate» dans sa relation avec V. Trierweiler.

    Où est l’exemplarité de Closer qui vole des images de l’intimité de la vie privée d’un homme amoureux non marié et viole un principe fondamental de notre Etat de droit ?

    Comme si Closer a fait sa une pour vendre une information capitale d’intérêt général et légitime pour le public !

    On peut sérieusement douter de la déontologie journalistique d’une certaine presse à l’anglo-saxonne quand on pense à l’affaire du tabloïd « News of the World » !

    «Le pouvoir n’a pas seulement été désacralisé, banalisé, il a perdu aussi un peu de son humanité. Le corps du souverain (Kantorowitz) n’a jamais été l’objet d’une telle surexposition » la condition politique s’apparente de plus en plus à une traque. On assiste à une fin de corrida » à une « Cérémonie cannibale » (C. Salmon).

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/hollande-gayet-le-president-personnage-de-serie-tele_1314317.html

    D’accord pour la transparence et le droit à l’information légitime du public mais le droit de savoir sur tout comme l’écrivait le philosophe A. Etchegoyen peut amener la démocratie à la faillite ou au totalitarisme.

    Il est des secrets qu’il convient « jalousement » de garder et de respecter !

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/990832-hollande-opere-de-la-prostate-en-2011-l-exercice-de-l-etat-a-perdu-sa-dimension-sacree.html

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 20/01/2014 @ 00:16

  42. @Chevalier Bayard

    J’ai lu avec attention le point de vue de C. Salmon dans l’Express auquel vous renvoyez, intéressant.
    Mais pour moi la classique distinction entre les deux corps du roi transposée en démocratie perd beaucoup de sens car ce qui la fonde cette distinction c’est quand même le caractère sacré au sens propre du roi (qui, dans la royauté décrite par kantorowicz, n’est précisément plus simplement le « primus inter pares »). Après, dans une république démocratique, on a bien sûr la différenciation moins forte entre la fonction présidentielle qui reste empreinte de prestige et l’homme soumis au verdict des citoyens. Pour moi, l’évolution que décrit Salmon est logique, c’est une phase de la représentation du pouvoir à l’ère, pour reprendre l’expression, de l’hypermédiatisation. Je rajouterais que, contrairement au roi qui paradoxalement en la matière ne pouvait pas faire grand-chose, c’est à chaque homme politique élu, avec ses qualités et ses défauts, de faire en sorte d’être à sa manière à la hauteur de sa fonction.

    Pour le reste …

    A titre personnel François Hollande a certes le droit à vivre une passion amoureuse.
    Mais j’ai aussi à titre personnel le droit de dire ce que je pense de son attitude : son imprudence montre un manque certain de discernement ; le scooter et les croissants pour un homme de presque 60 ans, ridicule ; son attitude vis-à-vis de son ex-compagne ,lâcheté. Penserais-je la même chose s’il s’agissait d’une célébrité quelconque ou de quelqu’un de ma connaissance, oui absolument.
    Est-ce que le fait que l’on parle là du président de la République donne une autre dimension à cette légèreté, sans aucun doute . F.H. est souvent critiqué par son indécision politique et sa trop grande capacité à ménager la chèvre et le choux ; la fonction présidentielle est banalisée en sitcom ; n’est-ce pas idiot de ne pas comprendre que d’une part les incartades des anciens présidents ne justifient en rien les siennes et surtout d’autre part que les choses ont changé avec la presse people et internet ? Sur ce dernier point, de là à penser comme C. Nay (qui sait, à ce que j’ai cru comprendre, de quoi elle parle) que F. Hollande voulait plus ou moins consciemment que tout cela éclate …

    En plus, il semblerait que l’affaire, dans tous les sens du terme, était bien connue d’un grand nombre d’initiés mais pas du vulgum pecus, n’est-ce quand même pas un peu déplaisant ?
    Vous parlez de News of the World, rien à voir quand même avec les larmes de Gordon Brown quand un « journaliste » lui a dit que le tabloïd allait révéler que son enfant nouveau-né était atteint d’une maladie incurable.

    Vous avez raison, il y a beaucoup de tralala dans ce qui concerne la sécurité du président ou le code de sécurité nucléaire (je me rappelle avoir lu que Bill Clinton l’avait égaré pendant quelque temps !) mais, par essence, dans le domaine du politique et de sa réprésentation les apparences ont de l’importance et du sens (comme ne le dirait pas Brian Molko)
    On peut rigoler du tambours et trompettes « President of the United States of America », mais Barack Obama il a de la gueule ! Nous en France j’ai l’impression qu’on est un peu le cul entre deux chaises sur cette question de l’apparat, on aime bien les ors de la République mais tout en critiquant comme d’hab’ !

    J’ai en horreur le puritanisme à l’anglo-saxonne. M. Hollande se serait séparé de Mme Trierweiler, disons après l’affaire du tweet, aurait pris ouvertement pour compagne Mme Gayet sans l’installer à l’Elysée dans une fonction de pseudo « first lady », cela m’aurait sans doute fait un peu sourire, mais pas de problème. Car cela aurait une façon adulte et correcte de procéder.

    Je crois qu’au fond je rêve que la personne qui dirige le pays où je vis soit plus intelligente, plus maligne, plus expérimentée que moi, ait davantage de sens moral, de capacité d’empathie, de force de conviction et de décision que moi. Ou, en tout cas, car tout le monde est humain, s’efforce d’être ainsi. Est-ce ça que vous appelez exemplarité, peut-être …

    Maintenant, Julie Gayet sur Canal Plus (dans l’interview qui a tout déclenché) avait raison, on est en démocratie, alors à bientôt dans les urnes …

    Commentaire par Maelle — 20/01/2014 @ 11:21

  43. @ Bonjour Maelle

    Oui, c’est bien ça ! La théorie du double corps de Kantorowicz est, aujourd’hui, dépassée. En gros, le discrédit de l’action publique par les médias donne raison au crédit accordé à l’intimité de la vie privée comme signe de reconnaissance et de jugement. D’ailleurs, Hollande s’est lui-même piégé avec son anaphore car on attendait de lui qu’il soit irréprochable, au moins, sur ce terrain. Son « moi » aurait dû être adossé à sa fonction et force est de constater qu’ il n’en est rien ! Dès lors, il devient difficile de maintenir la frontière.

    Reste que Closer a transgressé ! Si je me mets à faire du C. Nay, je dirais que d’aucuns pensent que le fait d’être marié, paradoxalement, et non sans une pointe d’humour, aurait été une protection.

    Et, de la même manière, mon opinion c’est que « News of the World » c’était du Closer !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 20/01/2014 @ 12:39

  44. Qu’est-ce qui fait dire que Valérie Trierweiler a été trompée ? On n’en sait rien.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 20/01/2014 @ 15:30

  45. Tout d’abord, la défiance à l’égard de la vie politique s’amplifie et atteint des sommets inégalés. Le sentiment que la démocratie fonctionne mal, que les hommes politiques sont corrompus, que les médias ne retranscrivent pas la réalité sont à des niveaux qui traduisent une fracture de plus en plus importante entre le monde politique et la société en général et qui s’amplifie.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/01/21/brice-teinturier-une-france-qui-se-fragmente_4351405_823448.html

    Juste retour des choses…
    Quelle tristesse.

    Commentaire par araok — 21/01/2014 @ 10:48

  46. Ce qui me surprend le plus c’est que le photographe de Closer était bien renseigné. Par qui ? probablement une fuite au niveau du personnel élyséen…

    Commentaire par PAUL — 21/01/2014 @ 11:15

  47. Chaque élu porte la responsabilité de ses choix, de ses actes, de ses attitudes, de ses paroles, il est absolument libre de ne pas se présenter si il estime qu’il y a « danger » pour sa vie privée, à lui de supporter les conséquences de ses choix. A partir du moment où il est élu, il ne s’appartient plus, il est comptable devant ses électeurs et plus largement devant la nation de ses moindres faits et gestes, il est désormais prévenu et ce n’est pas prêt de s’arrêter et encore moins dans le proche avenir ! Aucun élu n’a le droit de s’abstraire des contraintes dues à sa fonction.
    Je parie que dans un proche avenir un quelconque élu que cela lui plaise ou non sera « surveillé » par un certain nombre de citoyens tirés au sort parmi les retraités (en bonne santé) de sa circonscription, et qu’il ne pourra que se soumettre ou se démettre.

    Commentaire par zelectron — 21/01/2014 @ 11:21

  48. Interessant Mots Croises d’Yves Calvi  hier 20 janvier sur l’affaire Gayet/Hollande.  On peut le revoir sur le site de France Television.
    Je crois bien que N. Mamere a lu le meme papier (sans le citer) que Chevalier Bayard !

    Commentaire par Maelle — 21/01/2014 @ 14:20

  49. L’avocat qu’il est devenu en 2008 a le dernier livre de Christian Salmon que je suis en train de lire Maelle !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 21/01/2014 @ 14:28

  50. Oups ! il faut lire… a cité le dernier livre…

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 21/01/2014 @ 14:29

  51. Je me sens idiote. Le pire c’est qu’en rajoutant cette petite parenthese pour faire mon interessante, je me suis bien dit que peut-etre NM avait cite Salmon mais que ca m’avait echappe vu que je faisais vaguement autre chose en meme temps. Bref, j’ai fait du journalisme de pari …

    Commentaire par Maelle — 21/01/2014 @ 17:17

  52. @ Zelectron :

    D’accord pour adapter chez nous la notion d’ « accountability », mais attention à bien baliser le périmètre : il est inenvisageable que cela s’applique à la vie privée. Nous élisons des hommes et femmes pour un mandat, pour une action, et c’est bien sur ça que doit porter la « surveillance »… et seulement sur ça !

    Si infraction il doit y avoir dans le domaine des mœurs, alors point besoin d’en faire un pataquès particulier : on applique la loi, point barre.

    S’il doit y avoir infraction en relation avec le mandat confié… on peut réfléchir aux possibles sanctions qui viendraient se cumuler avec ce que prévoit déjà la loi : durcir l’inéligibilité, cumuler avec la suspension des droits civiques… à débattre.

    Mais attention : il faut se garder de faire entrer les caméras et les appareils photographiques partout et n’importe où, sous prétexte qu’en sollicitant un mandat, on se retrouve plus exposé que la masse des anonymes.

    Commentaire par Zarga — 21/01/2014 @ 17:35

  53. Je croyais qu’en briguant une députation ou autre, on entrait dans les ordres et par conséquent qu’il s’agissait d’un sacerdoce sacrificiel* …. à moins que j’ai raté un épisode 🙂
    je répète que personne n’oblique qui que ce soit à se présenter à une quelconque élection. On peut effectivement avoir 2 classes d’élus les uns étant parjures et et autres surveillés, à moins d’une troisième catégorie ?
    *pour une durée restreinte tout de même 1, 2 voire 3 ans (à ce régime je comprend qu’on puisse être « lessivé »

    Commentaire par zelectron — 21/01/2014 @ 17:43

  54. nota : sacerdoce laïc
    durée : rééligible une seule fois (ça m’étonnerais, mais on ne sait jamais)

    Commentaire par zelectron — 21/01/2014 @ 17:49

  55. Bon je me coucherai moins bête ce soir puisque j’ai passé une partie de l’après-midi à lire des entretiens donnés par C. Salmon. Evidemment ce qu’il dit c’est sexy, intéressant, intelligent. C’est vraiment lui qui aurait conceptualisé le fameux storytelling aujourd’hui mis à toutes les sauces ? Mais je ne ne sais pas pourquoi il y a certaines choses qui me gênent, il faut que je réfléchisse encore pour savoir quoi exactement (et sans doute que je lise un ou deux de ses essais). Peut-être un arrière-goût d’opinions politiques qui ne sont pas les miennes (franchement Taubira et Mélenchon comme derniers spécimens d’homo politicus ! et on dirait bien qu’il appelle de ses voeux une sorte de démocratie globale qui ne m’attire franchement pas), ou plus sérieusement une vision de l’Histoire que je ne partage pas (p.ex. j’ai comme l’impression qu’il choisit d’oublier cette donnée pour moi absolument fondamentale, que la sacralisation du roi ne peut s’expliquer que parce que la société où ce phénomène avait lieu ne pouvait penser sans Dieu pour le MA ou commençait à peine à le faire pour les siècles suivants, ce qui fait bien sûr toute la différence avec aujourd’hui).

    Commentaire par Maelle — 21/01/2014 @ 20:32

  56. Dans le Traité politique de Spinoza, cité par Lordon:
    Il ne faut pas attendre le bon gouvernement de la vertu des gouvernants mais de la qualité des agencements institutionnels qui, en quelque sorte, déterminent des comportements extérieurement vertueux mais sans requérir des individus qu’ils le soient intérieurement.

    Commentaire par araok — 21/01/2014 @ 22:23

  57. araok,
    Je parie que dans un proche avenir un quelconque élu que cela lui plaise ou non sera « surveillé » par un certain nombre de citoyens tirés au sort parmi les retraités (en bonne santé) de sa circonscription, et qu’il ne pourra que se soumettre ou se démettre.
    copie comment n°48

    Commentaire par zelectron — 21/01/2014 @ 22:43

  58. @ Zelectron :

    Et qui surveillera les retraités en question?

    Commentaire par Zarga — 21/01/2014 @ 23:38

  59. ce sont des personnes (hommes et femmes) issues de la société civile, dont on peut supposer que l’ambition est épurée, sages de l’expérience acquise toute une vie et d’une soixantaine (4 groupes de quinze par roulement avec passation des consignes) le sénat doit disparaitre, quant au nombre de députés et d’élus de bric et de broc il doit être divisé par deux. Un détail cependant, une récompense pécuniaire forte sanctionnera la valeur de l’action du député.

    Commentaire par zelectron — 22/01/2014 @ 02:58

  60. Vous me donnez une idee zelectron, on devrait aussi mettre en place des milices de « vigilantes » pour « aider » la police.
    Serieusement ce que vous decrivez c’est de la democratie directe et c’est extremement dangereux. Vous semblez oublier que les electeurs ont toujours la possibilite de sanctionner un elu quand il se represente devant eux.
    Et puis, des retraites en bonne sante, vraiment, une gerontocratie ! « aux ames bien nees … »

    Commentaire par Maelle — 22/01/2014 @ 10:21

  61. Maelle,
    il s’agit de contrôler et de conseiller tout à la fois, par ailleurs j’ai spécifié « en bonne santé », enfin c’est l’élu (député par exemple) qui prend les initiatives et qui vote à l’assemblée nationale. Quand un élu a une mauvaise conduite et est pris la main dans le ,on ne va pas attendre 4 ou 5 ans avant de prendre des mesures (en général ses collègues l’absolvent sans autre forme de procès). Enfin ces gérontes comme vous dites sont libres d’autres activités (un ingénieur en pleine force de l’âge est dans l’industrie par exemple, à sa retraite pourquoi ne pas être choisi?) en plus le coût est bien moindre qu’il s’agisse d’un ancien cantonnier ou d’un ex-pdg, l’allocation peut se chiffrer comme pour les maires de petits villages à 500 € mensuels, et non plusieurs dizaines de milliers ! Pour ceux qui satisfont aux critères « la valeur n’attend pas… » ils ont autre chose à faire que d’observer les gesticulations du palais Bourbon.

    Commentaire par zelectron — 22/01/2014 @ 13:16

  62. J’avais bien compris pourquoi vous parliez de retraités .. pourquoi pas des mères de famille deux après-midi par semaine quand leurs gamins sont à l’école !

    Plus sérieusement je ne saisis pas bien votre propos.
    Vous parlez de conseiller. Imaginons un élu qui finalement vote pour une loi alors qu’il avait promis clairement auprès de ses électeurs qu’il ne le ferait pas, est-ce que vos retraités interviendraient ?
    S’il s’agit simplement de sanctionner un élu qui a commis une infraction, je ne vois pas pourquoi on prendrait le risque de recourir à ce qui est en définitive un tribunal populaire et, d’après ce que vous en dites, assez expéditif (du reste : par qui ces retraités seraient-ils contrôlés ? quels recours pour l’élu qui contesterait ? etc) alors qu’il suffit de durcir et faire appliquer les lois existantes.

    Commentaire par Maelle — 22/01/2014 @ 13:40

  63. Comment çà va ?
     » Le Président Algérien est à nouveau hospitalisé au Val de Grace … qui va payer ???
    Touraine : ………. silence
    Bourdin : Pouvez-vous me dire combien l’état Algérien doit à la Sécu française pour les algériens se faisant soigner en France ???
    Touraine : … silence
    Bourdin : Et bien, Mme la Ministre je vais vous le dire : l’algérie doit 6 milliards d’€ à notre pays, ( oui, 6 milliards), c’est bien de notre argent ???
    Touraine …. : oui on étudie cette question

    Commentaire par legrandjeu — 22/01/2014 @ 13:57

  64. Maelle,
    – Je pense à une soixantaine de « questeurs » actifs par groupes d’une quinzaine; lors d’un incident ce sont 60 personnes qui votent la sanction (d’ailleurs qui peut être positive comme l’obtention de félicitations assorties d’une récompense pécuniaire sensible [plusieurs milliers d’€, pourquoi pas?] )
    – « alors qu’il suffit de durcir et faire appliquer les lois existantes » rien qu’appliquer les lois existantes, ce serait déjà un progrès gigantesque !
    – pour l’instant je ne crois pas à la nécessité de contrôler ces personnes.
    – un test « grandeur nature » pourrait être réalisé dans quelques circonscriptions … ? avant de généraliser le concept ou de l’abandonner.

    Commentaire par zelectron — 22/01/2014 @ 13:59

  65. « Je ne crois pas à la nécessité de contrôler ces personnes », c’est beau l’optimisme ! Moi ce que je propose c’est que l’élu malhonnête se balade avec un panneau « je suis un salaud » autour du cou et que tout le monde fasse la queue pour lui jeter des oeufs pourris, ensuite si nécessaire il s’autoflagellera.
    Non mais sérieux, vous ne voyez vraiment pas ce que votre proposition a de dangereux ? A votre avis pourquoi n’existe-t-il dans aucune démocratie un tel système ?
    Le fond de ma pensée, par essence, la démocratie elle marchotte, la dictature elle marche (ou prétend marcher) au pas cadencé.

    Commentaire par Maelle — 22/01/2014 @ 15:50

  66. contrôler, assister, suggérer, conseiller … de plus les « retraités » sont désignés par le sort parmi les électeurs de la circonscription de l’élu …
    Je vous concède que ce système mérite examen sur un plan philosophique et politique ainsi que le test auquel je fais allusion plus haut, pour ne pas tomber dans des errements dictatoriaux sanguinaires.
    mais qui est satisfait de notre démocratie (brinquebalante) qui avance de mille pas pour reculer de neuf cent quatre vingt dix neuf (aux limites mille et un)? Vous avez l’air (c’est faux mais je vous pique un peu) de considérer les députés comme des parangons de vertu, non ? (ça se saurait, non ?)
    Que proposeriez vous concrètement pour améliorer les choses?
    ps vous connaissez Topaze? (la version avec Louis Jouvet par exemple)

    Commentaire par zelectron — 22/01/2014 @ 17:09

  67. Et bien, je ne sais pas … mais en tout cas, sans agressivité de ma part, votre solution me paraît un remède pire que le mal pour plein de raisons.
    Je suis aussi contre la suppression du Sénat car toutes les démocraties ont deux chambres et ce pour une excellente raison qui n’est pas seulement historique, c’est ralentir le processus législatif. Maintenant le nombre de députés et de sénateurs devrait sans doute être diminué.
    Il faudrait aussi simplifier toute cette accumulation opaque d’administrations entre la région, le département, les agglomérations urbaines qui donnent lieu à tant de gabegies, pour ne pas dire de détournements. De l’autre côté, il faudrait remettre absolument tout à plat dans l’Union Européenne, notamment en matière de souveraineté (pour avoir vécu ailleurs, je me sens pourtant très, très européenne !).
    Pour ce qui est des élus, cela peut sembler paradoxal, mais je crois qu’il faudrait davantage les payer d’une part afin d’attirer des personnes de qualité (« when you pay peanuts, you get monkeys ») et d’autre part surtout afin d’éviter que les élus ne se payent sur la bête. Idem pour le financement des partis politiques. En même temps, il faut bien sûr renforcer et appliquer les lois.
    Et puis aussi, vœu pieux étant donné tous les problèmes de l’Education Nationale, donner à chacun une éducation solide dans tous les domaines et notamment ce qu’on appelait autrefois l’instruction civique , qui permette d’acquérir une compréhension critique des choses en général et de la chose politique en particulier.
    PS : je connais Quai des Orfèvres, pas Topaze ! Mais je viens de jeter un coup d’oeil sur wikipedia. Et vous, vous connaissez la chanson (enfin surtout les paroles) de L’attaché parlementaire de Miossec ?

    Commentaire par Maelle — 22/01/2014 @ 17:36

  68. D’une certaine façon Miossec apporte de l’eau à mon moulin, jureriez vous vos grands dieux que les parlementaires sont des innocents aux mains pleines et qu’ils « jouissent » de facultés intellectuelles au firmament ? La corruption galopante sévit à tous les étages de notre ripoublique!
    un petit coup de main à ses braves gens leur ferait du bien, non ?
    Par ailleurs qu’est-ce qui vous fait émettre l’hypothèse d’une dictature ?

    Commentaire par zelectron — 22/01/2014 @ 19:15

  69. @ Zelectron :

    Du coup, je me demande si vous ne zapperiez pas sur la TV en circuit fermé de la résidence… Histoire d’aider un peu tout ce petit monde à mieux se comporter. 😉

    Commentaire par Zarga — 22/01/2014 @ 23:35

  70. de deux maux … je préfère donc que ce soit du coté des citoyens que les moyens existent plutôt qu’entre les mains d’une police ou d’officines de basses œuvres ou encore de certains hauts fonctionnaires ayant perdu tout sens commun ou enfin des politicard sans scrupules que l’on peut mettre au pas ou éliminer par ce système.
    A dire vrai l’hypothèse que je formule est probablement perfectible

    Commentaire par zelectron — 23/01/2014 @ 01:44

  71. Cet article du Monde s’inscrit bien, je trouve, dans le blog de notre hôtesse
    http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/01/23/valerie-trierweiler-et-les-vases-de-sevres-itineraire-d-une-intox_4353309_823448.html

    Commentaire par Maelle — 23/01/2014 @ 12:59

  72. Réponse à « Le Grand Jeu « 65 »

    Nous avions une politique santé parmi les toutes premières au monde tant par la qualité que la protection sociale . Du fait de la démographie et de l’étendue des aides peu en rapport avec l’évolution de la société ,du fait du numerus clausus des médecins et du coût que représente leur formation pour la société et du fait de l’inertie de nos gouvernants successifs nous avons laissé s’installer une situation où il devient impossible de ne pas faire de coupes sombres ou du moins couper dans les aides sociales indispensables pour faire des économies.
    Ainsi nous renvoyons dès le lendemain d’une opération grave des patients chez eux sans s’occuper des suites . Fort bien, … mais dans le même temps des proches de gouvernants ou gouvernants français ou étrangers occupent des lits sans vergogne et sont soignés gratuitement.
    Des étrangers toujours gratuitement profitent de soins coûteux alors qu’il est question de priver des citoyens de leur couverture longue maladie.
    Beaucoup ne peuvent plus faire face à des mutuelles qui remboursent mal les frais dentaires audios et oculaires. Beaucoup de nos concitoyens ne peuvent plus se soigner .
    Madame Trierwaller avait sans doute besoin de soins psychiatrique et monsieur Boutéflika nous fait bien de l’honneur en choisissant la médecine française mais il existe d’excellentes cliniques où il est permis de penser que les soins sont les mêmes au lieu de bloquer tout un étage d’hôpital public pour un accouchement de famille de président comme on l’a déjà vu faire.
    Il n’y a pas que le fisc à remettre à plat , le problème dans notre pays et qu’ayant tout laissé en jachère sans suivre l’évolution de la société nous avons un pays sclérosé incapable de se réformer en profondeur et personne assez courageux pour s’y atteler.

    Commentaire par Scaramouche — 24/01/2014 @ 08:46

  73. Allons, Scaramouche. Ce n’est pas une inertie de nos gouvernants successifs qui fait perdre à la médecine française son aura et son prestige. C’est bien une volonté consciente de se débarrasser d’un système de protection sociale qui coûte cher.
    Et il n’y a pas que les hôpitaux dont des étages entiers sont monopolisés par de richissimes clients. Les cliniques, pour survivre, ouvrent les bras à toute une population qui amène de l’argent frais et n’hésite pas à payer un étage entier.
    Dans, 10 ans, ils iront chercher la compétence ailleurs et nous, nous reviendrons aux salles avec les lits alignés, pleins de malades souffreteux, qui ne passeront quelques heures, le temps d’une injection, d’un pansement, de points, ou d’un coup de bistouri ou de sonde….

    Commentaire par Dorine — 24/01/2014 @ 13:59

  74. Affirmation à Scaramouche 74
    Madame Trierwaller avait sans doute besoin de soins psychiatrique….. (Y A PAS DE PETIT CONFORT) ……les aristocrates/ ploutocrates, à la lanterne et la racaille dehors, c’est simple l’économie. Là où c’est plus complexe c’est quand les 1ers invitent sciemment les derniers

    Commentaire par georges dubuis — 24/01/2014 @ 14:44

  75. @Dorine

    Et d’après vous qui est à l’origine de « la volonté consciente  » dont vous parlez ?? Si ce ne sont pas nos gouvernants qui sont à l’origine du système actuel qu’ils n’ont pas su adapter qui est-ce?

    La volonté d’en finir avec la médecine libérale ne date pas d’aujourd’hui mais actuellement c’est la plus totale anarchie où n’importe qui fait n’importe quoi. Histoire de dégoûter le patient lambda pour lui faire avaler une médecine de fonctionnaires.

    La compétence va déjà se chercher ailleurs . Dans les hôpitaux la plupart des médecins et soignants sont d’origine étrangère. question d’économie.

    Si vous allez à Beaune aux Hospices du moyen-âge vous ne verrez pas des lits alignés dans d’immense salles à la façon XIX ème cela vaut le détour.

    Commentaire par Scaramouche — 24/01/2014 @ 19:55

  76. Mais, Scaramouche, ce n’est pas un manque d’adaptation à l’évolution du système de la part de nos gouvernements successifs. Ce que je pense, ainsi que beaucoup d’autres, c’est que la faillite du système est véritablement et délibérément organisée.

    Commentaire par Dorine — 24/01/2014 @ 21:39

  77. Dorine, Scaramouche,
    Je pencherais plutôt à des apprentis sorciers à qui tout échappe et qui font semblant de maitriser. Je ne suis pas loin de penser que ceux qui sont aux manettes du monde de fou dans lequel nous sont des débiles moteurs cérébraux profonds avec un état aggravé par des psychotropes.

    Commentaire par zelectron — 24/01/2014 @ 21:48

  78. oubli « dans lequel nous vivons » (vous voyez tout le monde est contaminé 🙂 )

    Commentaire par zelectron — 24/01/2014 @ 21:49

  79. @ Aliocha :

    Avez-vous suivi la dilatation du « machin » de Closer ? Pour le coup, on s’est ébroué de sa courtisanerie mazoutée avec une facilité déconcertante.

    De la convalescence de Mme Trierweiler à l’épisode « vaisselle cassée », de l’organisation de la rupture au voyage officiel de la future-ex, plus rien ne nous échappe.

    C’est vrai qu’on se sent mieux : ça nous manquait, toute cette… matière.

    Commentaire par Zarga — 25/01/2014 @ 20:32

  80. Il en a fallut du temps au « goujat » pour acheter (très cher) le silence de Valérie !

    Commentaire par zelectron — 25/01/2014 @ 21:42

  81. @Zelectron : Psychotropes, mais aussi cocaïne pour certains. Pour tenir le rythme, le stress et l’image. Ils sont enfermés ou se laissent enfermer dans une bulle, loin des réalités.

    Ce qui est inquiétant, c’est que les meilleurs et les plus aptes vont s’éloigner de la politique et faire fortune ailleurs.

    Commentaire par Dorine — 25/01/2014 @ 21:47

  82. François et Valérie auraient tout de même pu faire communiqué commun. Le communiqué unilatéral de l’Elysée annonçant la fin de la vie commune sonne affreusement comme une répudiation publique…

    Si M. Hollande avait voulu, en creux, faire l’apologie de l’institution du mariage, il ne s’y serait pas pris autrement.

    Son « mariage pour tous » n’a rien à voir avec cette institution vénérable qu’est le mariage, il est une simple niche fiscale et sociale profitant à quelques-uns.

    Le mariage véritable, qui fait la jonction entre vie privée et vie sociale, entre alcôve et agora, entre famille et société… est une institution venue du fond des âges et polie par les siècles. L’ayant délibérément récusée il en subit les conséquences, et la France avec lui…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 25/01/2014 @ 22:34

  83. Il en a fallut du temps au « mufle » pour accepter de payer au prix fort (aux frais de la république) le silence de Valérie !
    Denis Monod-Broca, Un tel niveau de malhonnêteté est difficile à atteindre : notre Pédésident en est pétri, il est inégalable, un modèle de pourriture morale difficile à surpasser.

    Commentaire par zelectron — 25/01/2014 @ 23:07

  84. D’un point de vue plus ironique (disons), et selon l’axiome bien connu « on nous cache tout, on nous dit rien », on pourrait croire que le matraquage qui nous est infligé par les media autour de ce non-évènement sert à occulter quelque chose de lourd, de très, très lourd, qui va nous tomber sur le pif avant le printemps. En tout cas c’est ce qui se dit « sur le terrain », du moins c’est ce que j’entends dire autour de moi, qui vis très loin de Paris. J’observe aussi dans ma petite ville le mal qu’ont les militants de tous bords à racoler le chaland dans une campagne municipale qui n’arrive pas à démarrer, et dont tout le monde semble se fiche comme d’une guigne. Je les vois carrément se faire jeter, quand certains de ces distributeurs de tracts vantant les mérites d’une liste de gauche, clament haut et fort leur non-appartenance au PS lorsqu’ il parviennent à nouer un contact, sur le marché.

    Commentaire par Axe du Mâle — 26/01/2014 @ 12:38

  85. Axe du Mâle, tout à fait.Les rats sociétaux bobos ont les écrans pas la rue. Vu en province, Montreuil/ mer, une manif du front républicain, complétement silencieuse accompagnée de 3 gendarmes gradées, qui leur ont fait traversé la grande rue. Nous étions 2 avec une banderole  » quenelle, Hollande démission » et nous étions klaxonné par les voitures et des passagers souriants, divorce pour tous. Un FN boite de pandore est en formation, les gens ont de moins en moins peur , le ridicule et le dérisoire va tuer ce gouvernement.

    Commentaire par georges dubuis — 27/01/2014 @ 01:35

  86. Les présidents parachutés dans les ors de la royauté ne reçoivent pas en arrivant les règles du savoir-vivre de base enseignées autrefois avec l’étiquette . Ils font tous d’abominables bévues que ce soit Chirac Giscard ou Sarkozy personne n’y a échappé, certaines sont graves et choquent nos voisins d’autres sont drôles et amusent les humoristes.
    Celle -là est pitoyable mais sui generis.
    Le problème de monsieur Hollande c’est qu’il croit s’imposer et donner l’exemple de la fermeté de ses convictions en jouant au mufle . Il ne raccompagne pas le président sortant jusqu’à sa voiture, s’assied avant le Pape et congédie sa maîtresse en public comme un bourgeois parvenu.
    On pourrait s’en choquer si on n’était habitué au comportement de goujats des seigneurs du pouvoir mais les conforter dans cette attitude et accepter d’occuper la place de première dame sans avoir la bague au doigt , cela me paraît déjà très douteux voire humiliant pour une femme dès le départ . Car enfin le monsieur a eu le culot de placer sa maîtresse à la première place histoire de représenter .dignement le pays et on s’étonne qu’ il continue dans le même registre.
    Madame Trierwaler n’est pas un perdreau de l’année et a quitté son mari pour Hollande qui a quitté lui-même sa compagne de 28 ans de vie commune… Et nous avons des nostalgies dignes de la princesse de Clèves ..
    Rien de neuf

    .

    Commentaire par Scaramouche — 28/01/2014 @ 16:35

  87. « Le problème de monsieur Hollande c’est qu’il croit s’imposer et donner l’exemple de la fermeté de ses convictions en jouant au mufle ». C’est très exactement le fond de ma pensée, Scaramouche !

    Commentaire par Maelle — 28/01/2014 @ 18:47


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :