La Plume d'Aliocha

04/11/2013

Rire de tout ? Avec Dupontel, oui !

Filed under: Coup de chapeau !,Justice,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 23:15
Tags:

21030330_20130823114607709.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxPeut-on rire de tout ? Eternelle question qui donne lieu à tant de réponses, le plus souvent éculées, mais pas toujours (jolie dissertation de prof de philo en lien).  Si le dernier film d’Albert Dupontel, Neuf mois ferme, est globalement encensé par la critique, il s’est trouvé quelques esprits chagrins, ici et  par exemple pour dire qu’au fond tout ceci est machiste, conservateur sous ses allures déjantées, et pire encore  pas drôle, ou salement drôle, ce qui reviendrait au même. On rit mais en ayant honte de rire. Si l’enfer existe, je gage que ceci doit faire partie de ses tourments. Miroir ô mon bon miroir, quelle est donc cette image horrible d’un moi hilare que tu me renvoies ? Le regretté Desproges disait, entre autre nombreuses choses sur ce sujet, que rire était « la seule façon de friser la lucidité sans tomber dedans ». Comme je sais d’expérience que l’éloge ne rapporte sur Internet ni buzz (ce dont je me moque), ni commentaire (ce qui m’ennuie davantage car la bruyante compagnie des fidèles de ce lieu me réchauffe le coeur), je vous signale que la question du rire nous renvoie aux grandes polémiques du moment. Il y a le rire  rafraichissant déclenché par ces potaches qui ont trimballé un lama dans une aventure délirante à Bordeaux. Et puis il y a le reste, depuis la consternante comparaison d’une ministre avec un singe, jusqu’à la rom en Givenchy que l’on moque sur fond d’affaire Leonarda.

Mais revenons à notre film et à sa façon de friser la lucidité. C’est ce tour de force que réussit Dupontel en s’attaquant avec férocité à la justice. Il a la phobie de l’erreur judiciaire, confie-t-il dans une interview. L’affaire du docteur Muller vient à point nommé illustrer cette angoisse et je ne saurais trop vous recommander les chroniques de Stéphane Durand-Souffland du Figaro.  Pour l’anecdote, Eric Dupont-Moretti vient de décrocher son 120ème  acquittement, dit-on. L’erreur judiciaire donc…Le héros déjanté du film est un certain Bob, incarné par Albert Dupontel, qui – raconte un policier – s’est fait jeter de partout depuis la maternelle de sorte qu’à force de prendre la porte il a fini par apprendre à les ouvrir (les dialogues sont un délice !). Comprendre qu’il est devenu cambrioleur. L’héroïne Ariane Felder, incarnée magnifiquement par une Sandrine Kiberlain parfaitement hystérique, est une juge d’instruction quadragénaire, célibataire et sans enfants, parce que, explique-t-elle « elle n’est pas idiote ». Imaginez Alice Nevers sous ecstasy, eh bien c’est elle. Les deux personnages vont se téléscoper d’abord dans leur vie personnelle puis dans le cadre judiciaire, pour produire la réjouissante intrigue du film : la juge est enceinte du truand, qu’elle a croisé un soir de réveillon parce que ses collègues l’avaient arrachée de son bureau et fait boire de force. On ne se méfiera jamais assez des copains de bureau éméchés. Bob compte sur elle pour l’innocenter.

Ames sensibles, esprit délicats, amateurs d’humour raffiné, ne tirez pas de conclusions hâtives de la bande annonce du film. Celui-ci est plus fin et plus intelligent qu’il n’y parait. Le gore (que j’ai en horreur) est totalement contenu dans les scènes de la bande annonce et, en plus, s’avère moins délirant que le résumé du film ne le laisse penser. En revanche, la description du monde judiciaire, à peine caricaturé, est rigoureusement fidèle dans les détails autant que dans l’esprit. Les explications délirantes des délinquants pour tenter de s’exonérer de leur responsabilité sont à hurler de rire, tant elles rendent compte avec justesse des discours qu’entendent quotidiennement les juges. Chaque apparition de l’avocat bégayant Maître Trolos (incarné par Nicolas Marié)  est un morceau d’anthologie. Quant à la satire des médias rendant compte des méfaits du globophage (Dupontel est accusé notamment d’avoir mangé les yeux de sa victime), elle déclenche le rire salvateur de celui qui a souffert mille morts ces derniers temps en pataugeant dans le pathos hystérique des chaines d’info en continu et qui trouve enfin dans le film une occasion de rire à gorge déployée de l’infâme cirque médiatique. La Madame Michu interrogée par un journaliste sur le globophage et qui répond que hein, bon, être assassiné c’est une chose, mais on devrait quand même avoir le droit de ne pas se faire bouffer mon bon monsieur parce que là, ça va trop loin, cette scène donne juste envie de baiser les pieds du réalisateur (non, je ne le connais pas) en inondant ses chaussettes de larmes de gratitude.

Dans la salle certains, comme moi, riaient à gorge déployée, d’autres restaient stoïques. Je parie que les rieurs avaient partie liée avec le système judiciaire.  Au fond, je crois qu’on peut rire de tout, pour peu que celui qui fasse rire ait du talent, ce qui implique notamment la finesse et l’intelligence de doser ses effets. Dupontel a ce talent-là, comme De Funès, Chaplin, Baron Cohen (un maître absolu) et beaucoup d’autres. Ensuite, pour peu que le sujet soit délicat, le spectateur rit ….ou pas. J’ai une amorce d’explication  à proposer. Il me semble que ce n’est pas une question d’intelligence ou d’humour mais d’histoire personnelle. Il faut être prêt à rire. Dans certains cas, cela suppose d’avoir atteint une certaine forme de désespoir….Que ceux qui ne rient pas se rassurent, ils n’ont pas moins d’humour que les autres, ils sont juste moins désabusés. Pour le moment.

Ah, ah, ah ….!

Advertisements

87 commentaires »

  1. Le réalisateur, chère Aliocha, est un certain Albert Dupontel.

    Commentaire par Eolas — 05/11/2013 @ 00:25

  2. @Eoals : euh oui, comme indiqué dans le titre (de façon induite, je l’admets) et dans la deuxième phrase, plus directement.

    Commentaire par laplumedaliocha — 05/11/2013 @ 00:29

  3. Ah,ah, Baron Cohen (un maître absolu),c’est le bouquet, serait ce de l’humour juif, jeu en est sûr, auto dérisoire, adolescent, misère boutonneuse…….causeur toujours. Dire que c’est le Paul Jourion qui m’a guidée dans cette galère de l’amour……de l’entre soi. Game over.

    Commentaire par le grand jeu — 05/11/2013 @ 01:12

  4. « La question du rire nous renvoie aux grandes polémiques du moment »… Voyez-vous, je perçois sans peine votre ironie, mais j’ai du mal à y trouver matière à des exercices de zygomatiques. Une quantité délirante d’encre électronique est répandue sur ce qu’on appelle de façon grandiloquente des « dérapages » pour essayer désespérément de donner de l’importance à des situations qui n’en ont pas, et de l’intérêt à des gens qui en manquent cruellement eux aussi. Si on pouvait remplacer le mot « dérapage » par « connerie ordinaire » ce serait déjà un progrès, en attendant d’en remplacer les auteurs par des gens qui méritent notre attention. Mais y a-t-il de quoi rire? La pitié me semble une réaction plus appropriée à ces situations.

    Bon évidemment il reste l’histoire du lama. Ça au moins c’est marrant!

    Commentaire par Gwynfrid — 05/11/2013 @ 05:24

  5. @Gwynfrid : tactique classique visant à identifier et éradiquer l’ennemi politique 😉 je les ai cités car dans les deux cas, ils posent la question des limites de l’humour. Indépendamment du délire que vous dénoncez à juste titre, on voit bien en effet que c’est plus con qu’autre chose, et donc absolument pas drôle. Sur Serge le Lama, je craignais un peu que des assoc’ de défense des animaux ne s’indignent, il semblerait que non, ouf.

    Commentaire par laplumedaliocha — 05/11/2013 @ 11:42

  6. Bonjour Aliocha.
    Sur vos dernière lignes, je suis d’accord avec vous, mais je rajouterais à “histoire personnelle” humeur du moment, ça compte. Et puis le rire est aussi une histoire de personnalité et de goût.
    Ainsi, je trouve incroyablement drôle le film Zoolander de/avec Ben Stiller et je l’ai conseillé à quelqu’un qui, je le pensais, apprécierait et qui pourtant m’ a dit (de façon plus délicate) : « c’est quoi cette merde ! comment cela peut-il te faire rire ? ». A l’inverse, je n’ai jamais, jamais accroché à l’humour du Splendid (ce n’est pas tout à fait ma génération, je suis un peu trop jeune, oui, oui), les Bronzés, le Père Noël … Et si j’adore Sacha Baron Cohen, par moment ses films peuvent me mettre mal à l’aise, même si je ris. Enfin … pour être un peu philosophe, c’est peut-être bien le propre du rire, de mettre mal à l’aise …
    Au fond c’est une question de tolérance : on peut rire de tout mais moi je ne suis pas obligé(e) de rire. Ne pas porter de jugement de valeur, dénigrer, accuser de mauvais goût ou, pire, de gros mots en -isme ou en -phobie sur ce qui ne nous fait pas rire, ce n’est pas si facile avec le rire qui , touchant au ridicule et à l’offense parfois même à la bassesse, peut faire résonner en nous des choses intimes douloureuses, ou encore, quand il conduit à l’incompréhension, nous faire passer des incultes, des imbéciles, des pisse-vinaigre.
    Pour en revenir au film de Dupontel, la bande-annonce m’avait en fait bien plu, alors vous me poussez à aller le voir ! Vous avez vu un film zarb’ et touchant mais passé un peu inaperçu où il partage l’affiche avec Poelvoorde, Le Grand Soir ?

    Commentaire par Maelle — 05/11/2013 @ 11:53

  7. Oh, Aliocha, vous n’êtes pas passée l ‘heure d’hiver 😉

    Commentaire par Maelle — 05/11/2013 @ 11:55

  8. @Maelle : mince, en effet, suis encore à l’heure d’été ! Non, je n’ai pas vu Le grand soir, vous faites bien de me le rappeler, je voulais y aller. C’est marrant que vous n’aimiez pas le Splendid, comme quoi, il y a aussi sans doute une dimension générationnelle dans le rire…

    @tous : je mets ce document ici en attendant de le commenter, ou pas..il s’agit d’un rapport sur l’éthique des médias en FRance.http://www.telerama.fr/medias/faut-il-instaurer-un-code-de-deontologie-des-medias,104509.php

    Commentaire par laplumedaliocha — 05/11/2013 @ 12:05

  9. Pour le lama, à vrai dire, les protecteurs des animaux sont restés l’arme au pied, mais c’est parce qu’il n’est rien arrivé de fâcheux à l’animal. Les potaches ont tout de même pris des risques: ça aurait pu mal se terminer. Le propriétaire du bestiau, qui y tient, n’a pas apprécié, ce qui est compréhensible. Mais tout est bien qui finit bien, alors on peut juste rigoler un coup, et ça ne fait pas de mal par les temps qui courent.

    Commentaire par Gwynfrid — 05/11/2013 @ 14:57

  10. Ce qui me plaît particulièrement dans cette histoire de Serge le Lama, c’est qu’on ait pensé à demander sa réaction à Serge Lama. Et aussi que cette histoire se répand dans les pages « insolite » des media du monde entier.

    Commentaire par Maelle — 05/11/2013 @ 15:34

  11. @ Maelle : »philosophe, c’est peut-être bien le propre du rire, de mettre mal à l’aise  »
    Il y

    Commentaire par fultrix — 05/11/2013 @ 16:01

  12. @ Maelle : »philosophe, c’est peut-être bien le propre du rire, de mettre mal à l’aise  »
    Il y a de cela en effet. Rire est un moyen de « décharger » une accumulation de tension par rapport à une situation qui dérange. Comme il y a plusieurs domaines possibles, il existe plusieurs sortes de rire (médecin, cynique, …). Le rire est salvateur, résiliant. Si on ne savait pas rire, on se taperait sur le coin du nez plus facilement ou on se suiciderait.

    @Aliocha : désolée pour l’erreur de manipulation … toiletter un commentaire 11 serait une bonne chose, à l’occasion. Merci d’avance.

    Commentaire par fultrix — 05/11/2013 @ 16:08

  13. Ce film m’a fait rire franchement et beaucoup ; une vraie farce satirique. Dans la salle dans laquelle j’étais, nombre de spectateurs ont réagi comme moi et je n’y ai vu personne familière de la même salle des pas perdus que moi.

    Commentaire par LAGUN — 05/11/2013 @ 21:33

  14. @ Gwynfrid :

    « Si on pouvait remplacer le mot « dérapage » par « connerie ordinaire » ce serait déjà un progrès »…

    Bonjour(soir) à vous… Et merci pour cette brillante synthèse.

    Et s’il vous plaît, pourriez-vous vous libérer plus souvent et passer par le salon d’Aliocha autrement qu’en coup de vent?
    😉

    Commentaire par Zarga — 06/11/2013 @ 01:19

  15. Puisqu’il est suggéré ici qu’il peut y avoir un humour de générations je me demande si actuellement il n’est pas d’avantage nécessaire d’enfoncer les clous parce que le cerveau est plus lent et l’imagination essoufflée … ainsi lorsqu’il existe un filon il faut l’exploiter totalement jusqu’à ce qu’il en devienne parfois un tantinet lourd à digérer .
    Il est permis de se demander si cette nouvelle génération de cinéastes libérée sexuellement ne se croit pas obligée de nous faire participer aux galipettes des héros pour bien nous faire comprendre l’heureuse issue d’une banale comédie . Autrefois on se contentait de la réunion de deux paires de pantoufles et nos parents comprenaient, maintenant il faut expliquer et faire participer . Cette comparaison s’étend dans tous les domaines et Il en est de même pour le rire. Les vieux humoristes le disent, ils ont connu des jours meilleurs.
     » glissez mortels, n’appuyez-pas.. »
    Je regrette les lourdeurs un brin vulgaires car l’idée est amusante bien que farfelue et les acteurs épatants .. Bref après tout ne boudons pas les rares occasions de rire.

    Commentaire par Scaramouche — 06/11/2013 @ 12:43

  16. @ Scaramouche : par votre commentaire, vous illustrez bien l’aspect générationnel de l’humour. Quand j’étais ado, Coluche était au sommet de sa carrière d’humoriste. La génération de mes parents avait tendance à faire pas mal la moue, en expliquant que l’humour était en perte de vitesse dans la société française, puisque maintenant on ne pouvait plus faire rire qu’en déversant des grossièretés (entre autres critiques), alors qu’avant, on savait rire. Votre remarque sur les vieux humoristes qui ont connu de plus beaux jours fait écho à ce que disaient mes parents il y a trente ans…

    Commentaire par Gwynfrid — 06/11/2013 @ 22:18

  17. Pari perdu. J’ai ri comme un bossu, et n’ai en aucune manière partie liée avec le système judiciaire.
    Je plussoie pour remercier et encenser le réalisateur.

    Commentaire par ginkgo — 06/11/2013 @ 23:10

  18. Bonjour Aliocha

    Le billet du jour ne m’inspire pas, ce qui est à mettre sur le compte de mon sens de l’humour défaillant.

    Pour rebondir sur votre commentaire n°8, http://www.atchik-services.com/blog/google-monetisation . L’idée est bien de l’époque et je ne sais pas s’il faut rire ou pleurer. Toujours mon sens de l’humour défaillant…

    Commentaire par ranide — 07/11/2013 @ 12:58

  19. @Gwinfrid

    L’humour en effet était différent . Celui d’Allais. De Tristan Bernard , de Courteline de Guitry est passé de mode , et ne parlons pas des chansonniers ! , je crois que c’est une question de différences dans les bases culturelles où il y avait un tronc commun et beaucoup plus littéraire. Je ne prends pas position sur la qualité , c’est une question de formation et de goût , je ne fais que constater pourquoi nous ne rions pas tous des mêmes choses et je me demande si les répliques méchamment caustiques d’un Fontenelle ou d’un Voltaire auraient encore droit à un sourire., car lorsque je suis confrontée au « politiquement correct  » actuel … je suis un ovni !
    Il y a eu plus de différences dans les mentalités en cinquante ans qu’il n’y en a eu en deux cents ans auparavant . Tout va très vite et il nous faut brûler ce qu’on a adoré et l’inverse.
    Pas toujours facile.

    Commentaire par Scaramouche — 07/11/2013 @ 18:43

  20. @ Scaramouche et Gwynfrid :

    Je pense que si l’on est un peu attentif, on retrouve comme un « fil rouge » chez ceux qui font profession de faire rire leurs semblables.
    Coluche, que citait Gwynfrid, n’est pas si éloigné que ça d’un Raymond Devos, par exemple.
    J’en veux pour preuve le côté saltimbanque des deux personnages : à chaque fois qu’ils le pouvaient, l’un ou l’autre se retrouvait qui à jongler, qui à chanter, qui à jouer du violon avec des gants de boxe…

    @ Scaramouche : il ne faut pas sous-estimer le pouvoir comique de certains. Je repense parfois à la première fois que j’ai vu « Les Temps Modernes »… la scène de prise du repas avec la machine m’a fait me tordre de rire ! Et le film date de quand, déjà ?
    Idem pour les Marx Brothers : la première fois que j’ai vu « Chercheurs d’or », c’était avec un copain, au cinéma de minuit à la télé… l’impression de trouver un trésor, lorsque nous avons vu Harpo transforme un métier à tisser en harpe. Quand au reste, j’en ris encore.

    Commentaire par Zarga — 07/11/2013 @ 21:37

  21. Pour ceux qui lisaient « Fluide Glacial », y’avait les chroniques de Frémion sur les courants comiques… c’est là que j’ai entendu parler des hydropathes, des cyniques, et des autres.

    à creuser…

    Commentaire par Zarga — 07/11/2013 @ 21:47

  22. Il y a un comique éternel et un talent particulier dans les gestes qui ne vieillit pas et la danse des petits pains de Charlot par exemple restera un morceau d’anthologie mais le comique de Laurel et Hardy a vieilli et le clown a moins d’impact sur les enfants qu’il en avait autrefois. Les jeux de mots amusent moins que les tartes à la crème qui sont de toutes les époques .
    Curieux que les chutes spectaculaires fassent rire toujours autant ., à croire que les malheurs du voisin soient un sujet de contentement dans toutes les époques car il y a de quoi s’étonner de voir encore primées des vidéos où l’un de nous risque de se casser une patte… Preuve que le rire se déclenche parfois aussi dans le tragique.

    Commentaire par Scaramouche — 08/11/2013 @ 11:31

  23. Erreur
    Je voulais dire que Laurel et Hardy ont vieillis même si le clown a chez les entants AUTANT d’impact qu’autrefois..
    Excusez-moi , en effet sinon mon raisonnement ne veut plus rien dire..

    Commentaire par Scaramouche — 08/11/2013 @ 11:39

  24. Ah, je viens de tomber à la une de yahoo sur un article qui fera plaisir à notre hôtesse.
    http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Comment-9-mois-ferme-est-en-train-de-devenir-un-des-plus-gros-succes-francais-de-l-annee-3883633
    Je pense aller le voir la semaine prochaine (ainsi que le dernier film des frères Cohen).
    Si ça intéresse quelqu’un, je peux faire une critique de Turbo « Pour tracer il va en baver » 😉

    Commentaire par Maelle — 08/11/2013 @ 17:22

  25. @ Scaramouche :

    Si ce que vous appelez le tragique fait rire, c’est parce qu’au final, tout est bien qui finit bien. Pensez aux personnages de Jacques Tati : le facteur qui fait sa tournée à l’américaine frôle le pépin bien souvent, sans que quoi que ce soit de grave ne lui arrive… Ni à aucun des autres protagonistes, à part les américains qui font une petite sortie de route en le votant téléphoner sur sa bicyclette!

    Commentaire par Zarga — 08/11/2013 @ 18:44

  26. Oh. Pas toujours Zarga .. Je pensais à une dame prise d’ un fou rire lors d’´un enterrement et le mort ne s’est pas réveillé! Il arrive que le rire soit un moyen de défense pour contrer le trop plein d’émotions. C’est celui déclenché par l’humour noir.
    Merci en tous cas à la présence d’esprit d’Aliocha qui oriente agréablement les discussions et les humeurs moroses en faisant un petit entracte.

    Commentaire par Scaramouche — 08/11/2013 @ 19:41

  27. vous me rappelez quelqu’un qui, lorsqu’il croisait une personne en chaise roulante, était pris de crises de rire. J’ai compris plus tard qu’il s’agissait d’un réflexe, involontaire, pour se protéger contre ce que la situation de quelqu’un handicapé moteur provoquait de douloureux en lui.

    Commentaire par Zarga — 08/11/2013 @ 20:49

  28. Allez, hop !

    Commentaire par Zarga — 08/11/2013 @ 21:07

  29. Et puis, tiens :

    Commentaire par Zarga — 08/11/2013 @ 21:10

  30. En tous cas ce n’est pas le tragique de la situation de madame Le juge dans le film qui m’a fait rire et pas tellement le légiste mais bien la satire du système judiciaire et je dois dire que le fou rire est venu en entendant le plaidoyer de l’avocat bègue …
    Et vous? Vers quoi vont vos préférences?

    Commentaire par Scaramouche — 10/11/2013 @ 13:29

  31. Bonjour Aliocha,

    J’avoue de bonne grâce que c’est à cause de votre post que j’ai eu envie de voir ce film. Nous avons passé, mon épouse et moi, un excellent moment. Ça devient rare avec les films français. Je n’y ai pas particulièrement vu de satire féroce du monde judiciaire même si, çà et là, quelques critiques, assez juste au demeurant, se font jour. La comédie est bien tournée, la méchanceté gratuite y est absente et les rires dans la salle étaient nombreux et francs. Les acteurs sont excellents. Il est plaisant de les voir, l’un et l’autre, s’humaniser progressivement tout au long du film.

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 11/11/2013 @ 11:51

  32. Je profite de ce lien sur le rire pour saluer l’article dans le Marianne du Net écrit par Natacha Polony .
    Elle a le courage de remettre les choses dans le bon-sens et répondre ce qu’il faut à ses détracteurs.

    Maintenant parce que les gens sont d’une autre religion ou d’une autre ethnie ils sont devenus intouchables et on hurle au sacrilège. Or si ne veut pas être objet de dérision il ne faut pas chercher les postes en vue , le pouvoir ou la gloire. C’est la rançon de la notoriété et je pense à un certain Jules Grévy comparé en son temps à un singe.
    Le charme du film de Dupontel à l’inverse de celui de Tavernier sur le quai d’Orsay est qu’il est conçu avec esprit et l’autre est lourd et répétitif. La méchanceté quand elle existe n’est supportable que drôle.

    Commentaire par Scaramouche — 12/11/2013 @ 10:44

  33. @ Scaramouche
    Pour ma part, je trouve que Natacha Polony est à côté de la plaque. Oui, on peut rire de tout. Mais pas avec n’importe qui.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 13/11/2013 @ 00:32

  34. @gilbert Duroux

    Ça c’est le slogan connu et passe -partout que citent ceux qui ne partagent pas le même rire.c’est pourquoi actuellement on ne rit que du sexe . C’est un sujet compréhensible pour beaucoup et qui plait à tout le monde…enfin presque!!!

    J’ai été étonnée ce matin des réactions à ce sujet de Michel Onfray .
    Ou bien on rit de tout ou on ne rit de rien mais on ne fait pas un tri suivant une conception personnelle de l’humour car c’est là qu’intervient le fascisme le totalitarisme et tous les noms en « isme » dont on raffole actuellement .
    Normal que vous n’aimiez pas qu’on se moque de vous mais normal aussi alors de ne pas vous moquer de l’autre , les uns aiment les blondes les autres les montrent comme étant invariablement stupides , suivant le cas on trouve les plaisanteries « lourdes » mais pour être cohérent on doit pouvoir rigoler des bruns.
    Il n’y a pas de plaisanteries interdites il ya les drôles et celles qui ne le sont pas c’est chacun de nous qui faisons la différence, au choix , et un mauvais humoriste perd ses clients…là aussi il y a la démocratie .
    Une blague qui tombe à plat est une gifle pour son auteur. Et ca c’est le seul critère et plus certainement ce que veut dire votre citation .

    A propos ,( comble de l’humour. )il paraît que c’est « la journée de la gentillesse » .. donc si vous n’êtes pas d’accord dites-le moi demain. !

    Commentaire par Scaramouche — 13/11/2013 @ 10:26

  35. @Scaramouche

    Qualifier ces adversaires de « Ku Klux Klan de la juste pensée » n’est vraiment ni futé ni responsable. Accessoirement le Ku Klux Klan est une organisation qui a tué en nombre et a déchaîné une violence abjecte. Je veux bien croire que le style pamphlétaire fait un large usage de l’outrance, avec de l’invective plus ou moins bien calibrée, mais, en l’espèce, cette formule est vraiment navrante.

    En plus, vouloir se gausser au détriment d’une gamine de 15 ans (à qui il serait bien temps de lâcher la grappe) me semble assez significatif d’un défaut de courage: cette dame peut feindre la posture de victime et de persécutée médiatique, mais, sa position reste vraiment très confortable en étant peu susceptible de danger. Un peu comme les « 343 salauds » qui aux termes d’une surprenante confusion mentale revendiquent le courage de la rébellion, alors même qu’ils ne risquent rien.

    Cette dame Polony ne me gêne pas du tout (tant qu’on ne m’oblige pas à l’écouter), je l’ai toujours trouvée simplement très médiocre, et le fait qu’une telle personnalité parvienne aux meilleures positions de notre système médiatique – « chroniqueuse » chez le Monsieur Ruquier – témoigne assez bien des étrangetés de notre époque. On aurait pu lui pardonner son manque d’humour, un défaut finalement assez courant, si elle avait eu l’amabilité de trouver les mots justes (« pardon pour cette mauvaise blague » c’est simple comme tout), mais elle récidive en produisant une tribune qui concentre un amas de cuistreries et de basses insultes.

    Commentaire par Switz — 13/11/2013 @ 12:18

  36. @ bof!
    De tous temps entre adversaires les noms d’oiseaux et les éxagérations fusent, elles ne sont valables que par l’importance qu’on leur donne et ne dit-on pas que tout ce qui est éxagéré est insignifiant ?
    Ce qui est comique c’est la publicité faite autour d’enfantillages qui se résument à mettre comme on le faisait a l’école une paire de moustaches ou des lunettes sur la photo du prof.
    Notre époque qui traite tout le monde de « con » et se targue d’appeler « un chat un chat » a des pudeurs de vierge éffrouché quand il s’agit de politique . Ainsi on aurait le droit de caricaturer Mahomet ou le Christ mais pas un ministre sans que cela tourne au sacro saint racisme?
    Assez d’hypocrisie et revenons aux moutons tondus que nous sommes et qui ont bien le droit de rigoler un peu à moins qu’on préfère l’explosion.

    Je connais mal madame Polony et encore moins Ruquier , j’ai juste lu un édito et ça ne fait pas la personne .. Tout comme j’ai été étonnée ce matin d’entendre parler Michel Onfray de façon plutôt réac.. Je me borne donc à dire que dans le cas précis c’est « intéressant » et je ne mets aucune étiquette sur le personnage.

    Commentaire par Scaramouche — 13/11/2013 @ 13:10

  37. Est-ce que j’aurais pris la photo ? Non, car ça m’a toujours mis mal à l’aise les gens qui prennent en photo des SDF, quelles que soient leurs intentions).
    Est-ce que je trouve le commentaire de N. Polony drôle ? Non, perso je trouve ça de mauvais goût, oserais-je dire indécent.
    Est-ce que j’approuve le buzz qu’il y a autour de ce « dérapage » ? Non, c’est ridicule.

    Maintenant, le « Vous n’avez pas le monopole du rire » de N. Polony , là pour le coup ça me fait sourire … Soyons clair, elle a fait une boulette, la prochaine fois elle tournera sept fois soixante-dix-sept fois son pouce dans sa poche avant de tweeter. Encore une qui n’a pas réalisé la portée de ces nouveaux médias. Mais Switz a raison, elle aurait dû simplement reconnaître que cette mauvaise blague ce n’était pas très intelligent de sa part, voilà tout, plutôt que de camouffler après coup son erreur de jugement sous une diatribe vaguement enflammée et de grands mots comme « capitalisme de l’absurde ».

    Commentaire par Maelle — 13/11/2013 @ 13:35

  38. Chacun réagit de façon différente face à un vieillard un malade un handicapé ou un SDF . Pour ma part je pense que c’est le comportement non naturel qui est le mauvais, le fait de ne pas avoir les mêmes gestes les mêmes plaisanteries qu’avec tout le monde mais en faire trop dans l’apitoiement ou sembler gêné c’est bien pire. Aider est parfois bien plus humiliant . Il faut savoir le faire à bon escient et traiter l’autre en égal et pas en inférieur. Il y a l’art et la manière.
    Ce qui est un mal pour les SDF ce n’est pas qu’on les photographie c’est l’oubli et l’indifférence.
    Ce qui est désagréable pour les vieux c’est qu’on ne les trouve pas assez jeunes pour conduire leur voiture et très jeunes pour porter leurs paquets.
    Quant aux handicapés , des transports en commun confortables seraient bienvenus.
    Tout le reste c’est de la tarte à la crème. Ils détestent les regards de pitié.
    Pour ma part je prendrai des photos de SDF s’ils sont inclus dans un paysage sinon pour un portrait je demande la permission avant. Question de respect de l’intimité de chacun.
    Polony est une journaliste donc elle provoque naturellement. Ceux qui doivent en faire un plat sont les intéressés.
    Dans tous les cas je me méfie des redresseurs de torts.

    Commentaire par Scaramouche — 13/11/2013 @ 17:04

  39. @ Scaramouche
    Quand je dis « on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui », ça me parait une évidence. Regardez ce sketch de Desproges :
    http://www.dailymotion.com/video/k21NLL77vUuCnFKbBX?start=55
    Le même texte, dit par un personnage douteux, ne passerait pas aussi bien. Il faudrait être le dernier des crétins pour accuser Desproges d’antisémitisme. Si la plaisanterie de Polony passe moins bien que du Desproges, c’est en raison de ses combats nationalo-poujado-franchouillards, sa nostalgie d’une France idéalisée qui n’existe plus, son soutien répété à Zemmour chaque fois qu’il balance des horreurs racistes, au nom de la lutte contre la bienpensance (ah bon, il faudrait penser de travers ?). Bref, Natacha Polony est réactionnaire. Elle l’assume, d’ailleurs. C’est ce qui fait que « l’humour » de dame Polony ne passe pas pour tout le monde comme une lettre à la poste. Pas la peine pour autant de monter sur ses grands chevaux et réclamer, comme Bruno Roger-Petit ou autres connards du Nouvel Obs’ et la gaugauche molle, l’interdiction professionnelle de la dame. Ce qui est une saloperie. Je défendrais Natacha Polony contre ceux qui veulent la faire taire. Mais on ne m’obligera pas à me taper sur les cuisses quand elle s’essaie à l’humour.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 13/11/2013 @ 17:11

  40. @ Gilbert Duroux
    Bien compris votre message, je ne connais pas les idées de la dame je ne donne un avis que sur un écrit dans un contexte donné et sur ce qu’elle répond ; qu’elle soit de droite ou de gauche n’a pas d’importance pour moi. En fait pour ce qui est d’être « réac  » je pense que tout le monde l’est un peu passé 50 ans .

    Desproges se moquait de son cancer autant que de ses contemporains c’est le vrai sens du mot « humour » et de plus comme il en est mort il est sacré, et personne ne trouve rien à redire à quoi que ce soit dans ses satires.
    Il n’y a pas un comique de droite ou de gauche ni un comique de riche ou de pauvre , d’idiot et de malin, il n’y a que le résultat qui compte lorsque c’est dit avec esprit et c’est bien là ou réside tout le talent. Il faut trouver le joint pour faire rire une salle de gens divers de tous les âges et qui n’ont aucun lien . Molière s’en plaignait déjà dans son temps , maintenant que s’y mêle la politique cela devient vite un terrain glissant et dangereux où tout est bon pour torpiller l’autre.
    0n ne rit plus si joyeusement et si librement en France et ce n’est pas mon côté réac qui parle mais mes souvenirs.

    Commentaire par Scaramouche — 13/11/2013 @ 18:22

  41. Au sujet du tweet de Natacha Polony, j’ai dû regarder la photo plusieurs fois avant de voir « Givenchy » écrit sur le plaid que portait la personne photographiée pour comprendre la blague… comme quoi, notre sens de l’observation se porte sur ce que nous sommes habitués à voir, sur ce que nous avons envie de voir.
    Si elle s’est ramassée sur ce coup là, c’est parce qu’elle a perdu de vue, l’espace d’un instant, le fait qu’elle ne sortait pas une blague en comité restreint, entre soi, qu’elle ne partageait pas cette analogie, ce parallèle, avec une ou deux amies qui auraient vues la personnes en question en même temps qu’elle, et qui, étant dans le contexte, auraient saisies la blague.
    Nous sommes nombreux (je pense ?) à avoir fait ce genre de blague, sur le vif, entre soi, et à les avoir oubliées aussitôt.
    Le hic, c’est qu’avec ses « followers », on est hors contexte. Avec Tweeter, les distances s’écrasent comme les nez sur les écrans, les angles s’aplatissent, les perspectives et autres pas de côté disparaissent : on est dans la 2D. Plus de profondeur de champs.

    @ Scaramouche :

    Je ne savais pas que Grévy s’était fait traiter de singe. J’ai du mal à voir où vous voulez en venir… est-ce à dire que dès lors qu’on se retrouve sur le devant de la scène, toutes les avanies sont justifiées, sont à regarder comme étant compréhensibles ? Que ce soit monsieur Grévy ou madame Taubira, l’analogie avec le singe me parait singulièrement déplacée.
    S’il m’arrive régulièrement de demander à mes fils d’arrêter de faire les singes, c’est parce qu’ils poussent des cris aigus, et se déplacent comme des primates. Je ne me souviens pas avoir vu madame Taubira se déplacer comme un chimpanzé, ou imiter leurs mimiques, ou encore pousser des cris ressemblant aux leurs.

    Commentaire par Zarga — 13/11/2013 @ 20:27

  42. @zarga

    Je n’ai pas vu une quelconque ironie sur le fait qu’un SDF porte un plaid Givenchy mais sur le fait que les contrefaçons sont partout et en arrivent à ne plus rien signifier.
    Chacun comme vous le dites , interprète suivant sui generis.

    En ce qui concerne madame Taubira je pense qu’occuper un poste en vue et entrer dans la vie publique demande d’avoir le cuir solide pour s’occuper de ce qui en vaut la peine.
    C’est le prix à payer et personne n’y échappe que vous soyez vieux handicapé petit ou contrefait.
    Depuis la nuit des temps les comparaisons avec des animaux ont touché tout le monde, jules Grévy n’était pas le premier et nous étions des veaux pour de Gaulle ; personne n’a songé pour autant à lui faire un procès. Les chansonniers se sont toujours défoulés sur les politiques et fort heureusement certains s’en amusent ,( je pense à Jacques Lang comparé a une chèvre. ..)
    Faire un amalgame raciste avec cette plaisanterie qui malencontreusement touche trop facilement un physique est dangereuse et mal venue actuellement et ceux qui emboitent le pas dans une polémique politicienne ajoutent à l’atmosphère politique pesante une sensation de contrainte peu compatible avec notre esprit frondeur et notre goût pour l’anti conformisme.
    En conclusion je ne suis pas pour les plaisanteries concernant le physique donc l’indifférence voire le mépris aurait du s’imposer surtout de la part d’un ministre censé montrer de la hauteur. Question de classe, d’allure et de style.
    Encore une fois chacun son humour et ce qui ne vous fait pas rire amuse les autres et plus on se montre fâchés plus les pamphlets circulent…

    Commentaire par Scaramouche — 13/11/2013 @ 23:56

  43. Ah bon, Scaramouche, honni soit qui mal y pense.Vraiment, vous ne voyez pas la difference entre comparer Christiane Taubira a un singe et Jack Lang a une chevre ? Les sous-entendus vous echapperaient-ils ? Si l’esprit frondeur a la francaise c’est ca, alors dieu merci qu’il disparaisse …

    Commentaire par Maelle — 14/11/2013 @ 08:26

  44. Les sous-entendus c’est vous qui les mettez en confondant esthétique et couleur.
    Il ne me vient pas à l’idée de comparer Obama , Denzel Washington , ou Sidney Poitier à un singe pas plus que la mignonne Rama Yade …et Joséphine Baker avec sa plastique même avec sa ceinture de bananes n’excitait pas les caricatures .
    Je vous l’accorde , plaisanter sur un physique est cruel mais que dire de ceux qui déplacent le sujet pour en faire une polémique? Je sais que c’est dans l’air du temps de transposer un problème sur un autre pour faire monter la mayonnaise mais si vous essayez de me dire que la France est raciste je vous répondrai le contraire car un pays qui a au gouvernement des gens de toutes origines n’entre pas dans cette catégorie.
    Voyez ailleurs.
    De plus moi j’aime les singes et leurs petits sont plutôt attendrissants.
    Mais ce n’est pas le sujet ici, ce sujet est assez traité chez-nous jusqu’à la nausée pour engendrer sinon le rejet du moins une certaine lassitude et restons-en à Dupontel et autres formes d’humour.

    Commentaire par Scaramouche — 14/11/2013 @ 09:10

  45. J’aime bien votre liste, intéressant !
    Un affreux doute m’effleure : seriez-vous sincère quand vous ne comprenez pas (ne voulez pas comprendre) que, disons, comparer V. Trierweiler à une guenon et C. Taubira à un pittbull ne poserait pas ce genre de problème, pour moi en tout cas.
    Ah ,au fait, c’est notre hôtesse qui évoque dans son billet « la consternante comparaison d’une ministre avec un singe ».
    Aussi, où voyez-vous que j’ai dit que les Français étaient racistes ? Je parlais d’un (pseudo) bel esprit à la française qui selon pourrait se permettre, on ne sait trop pourquoi d’ailleurs, les insinuations racistes.

    Commentaire par Maelle — 14/11/2013 @ 09:56

  46. @ Maelle

    En effet pour moi tous les êtres humains étant égaux je traite donc de la même façon mr Lang que mme Taubira.
    J’ai expliqué plus haut que l’erreur face à un handicapé ou un malade était de le considérer comme tel. L’aider sans humilier est une gageure difficile car il convient de n’exclure en rien et d’intégrer au mieux dans une communauté. Je maintiens suite à expérience personnelle qu’une certaine « charité » condescendante qui consisterait à éviter pour une catégorie de gens qu’on juge diminués ou différents les mêmes traitements que pour la majorité c’est exclure d’avantage en faisant prendre conscience de ces différences et je pense que cela peut être plus insultant qu’une plaisanterie stupide .
    ( à noter qu’en Afrique ce sont les blancs qui sont « différents »)

    Ce qui tue c’est ce qui rejette quelqu’un d’un groupe d’une famille d’une nation . C’est pourquoi il y a les Olympiques des handicapés . Quand on a un poste de ministre il faut s’attendre au pire sans traitement de faveur.

    Notre hôtesse a raison, la comparaison est consternante parce qu’elle joue sur un physique et personne n’est responsable de son visage , c’est pourquoi je la condamne … mais que pour victimiser un gouvernement en perte de vitesse on transpose sur le racisme en mettant tous les Français dans le même panier et en attisant la haine je dis que c’est aussi faux que dangereux.
    A trop crier au loup on risque de le faire venir.

    J’insiste sur le fait que noir blanc jaune et rouge un homme reste un homme et je ne vois pas pourquoi il faudrait traiter les uns plus gentiment que les autres sous pretexte qu’ils sont encore en minorité …après tout nous descendons tous du singe . (-)

    Commentaire par Scaramouche — 14/11/2013 @ 11:03

  47. Je ne suis pas du tout d’accord avec ce que vous dites et, je dirais même la façon dont vous le dites, mais bon ça ne sert pas à grand chose d’argumenter sans fin.
    Tout de même il y a quelque chose de très important que vous oubliez ici : on parle de Minute !!!

    Commentaire par Maelle — 14/11/2013 @ 11:26

  48. Minute,c’était Verdun. Arrêté hier, porte de Passy, pour avoir décoré sa voiture « hollande démission.fr », cela rappelle les poupées vaudou de Sarko, atteinte à l’image, sacrée image dans nos sociétés écrans…….retour du refoulé qui se défoule. Le mondain est à la merci de ses images, bien mieux qu’un long discours.
    https://twitter.com/David_vanH

    Commentaire par le grand jeu — 14/11/2013 @ 11:46

  49. @Scaramouche

    Pour information, Obama est souvent caricaturé sous forme de singe et ce n’est pas un hasard.

    Dire que vous ne voyez pas la couleur de peau des gens n’est pas une solution parce quelles que soient vos qualités personnelles, le racisme est une chose qui existe dans notre société et prétendre le contraire, que la comparaison récurente entre personnes de couleurs et les singes n’est pas problématique, n’est pas une solution…

    Quand vous dites que la méchanceté est tolérable quand elle est drôle, je ne suis pas d’accord, je dirais plutôt que la méchanceté est tolérable quand elle ne vise pas les plus faibles.

    Et quand vous dites que lorsque l’on devient une personne publique, on doit savoir que l’on s’expose à toute sorte de saloperies, cela ne consitue pas une exemption morale pour ceux qui commettent les dites saloperies… Ce que vous dites revient à blâmer la victime. Ils restent responsables de leurs actes et de leurs paroles et les tenirs responsables pour ces actes et paroles ne constitue pas une menace à leur liberté d’expression (menacer leur emploi peut l’être mais simplement critiquer les paroles prononcées n’est pas une menace…)

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 14/11/2013 @ 14:26

  50. Mais c’est bien sûr, les insultes à Taubira sont d’innocentes moqueries physiques…
    Seigneur… La connerie n’a pas de limites.

    Commentaire par gf — 14/11/2013 @ 15:38

  51. Non seulement la connerie n’a pas de limites, mais en plus il n’y a aucune arme pour lutter contre.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 14/11/2013 @ 17:25

  52. « La plus perdue de toutes les journées est celle où l’on n’a pas ri » (Chamfort)

    Le droit au rire est un droit d’intérêt général il est même protégé par la CourEDH : l’expression satirique est justifiée par le rôle important reconnu « dans le libre débat des questions d’intérêt général sans lequel il n’est pas de société démocratique ».

    Cette liberté d’expression doit s’exercer pleinement même lorsque les propos tenus risquent de « heurter, choquer ou inquiéter » autrui quand il « comportent une certaine dose d’exagération ou de provocation ».

    En France, l’article 11 de la déclaration des droits de l’Homme précise que la libre communication des pensées et des opinions, est un des droits les plus précieux.

    C’est pourquoi de manière générale on a toujours accordé une place aux bouffons, aux pamphlétaires, aux chansonniers, aux humoristes en leur attribuant selon les tribunaux : « une fonction sociale éminente et salutaire (…) qui participe à sa manière à la défense des libertés ».

    Pour autant, si l’on peut rire de tout (mais pas avec n’importe qui) cette reconnaissance du droit à l’humour n’est cependant pas absolue et force est de considérer qu’il s’agit d’un droit encadré.

    En effet, l’ambiguïté dont la satire est empreinte, par nature, peut néanmoins être dévastatrice, au-delà même du simple mauvais goût ou de l’humour nauséabond, parce qu’elle entre en conflit avec d’autres droits concurrents c’est la raison pour laquelle la jurisprudence en assure les limites.

    A cet égard, l’article 10.2 de la ConvEDH a introduit clairement des restrictions aux composantes de la liberté d’expression, sans distinguer selon la nature de l’expression incriminée et qui invite donc à un « usage prudent » et talentueux du genre.

    Ce texte, d’ailleurs, rappelle que : « L’exercice de ces libertés, comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui, pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles ou pour garantir l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire ».

    Ainsi, l’humour peut d’abord porter atteinte à des intérêts privés, «à la réputation, à l’image ou les droits d’autrui » mais également à l’ordre public, à l’intérêt général. En droit interne, l’article 9 du Code civil, qualifié de « matrice des droits de la personnalité », permet, notamment, d’en assurer la protection en sanctionnant le trouble que constitue l’atteinte aux droits de la personne – « ainsi tournée en dérision » – et que : « le genre satirique et humoristique du journal concerné ne saurait excuser un tel comportement ».

    De sorte que, si on peut rire de tout il existe aussi un devoir de ne pas rire du tout lorsque l’on recherche, en conscience, si les « limites du genre », dans un Etat de droit, ont été dépassées quand on sait que la liberté de la presse composante de la liberté d’expression connaît des limites et que le racisme, précisément, en est une comme l’est également l’antisémitisme !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 14/11/2013 @ 18:03

  53. @gft gilbert Duroux

    Vous illustrez parfaitement mes propos vous traitez les autres de cons mais ça c’est anodin et n’a plus aucune signification tant c’est banal , je me demandais seulement combien de temps vous pourriez tenir sans le vocabulaire favori de votre petit mot fétiche.
    Si je me souviens bien vous ( pluriel ) étiez pour la liberté de caricaturer Mahomet . Vous rigolez quand on trempe un crucifix dans l’urine et vous faite un cirque pour une  » photo rencontre » Deux poids deux mesures et chacun ses « idoles » , Madame Taubira serait -elle au dessus de Mahomet qu’on ne puisse la caricaturer ?
    Comme pauvre victime sans défense trouvez quelqu’un d’autre ! Que vous la souteniez c’est une affaire entendue mais parler de racisme c’est extrapoler et donner de l’importance à pas grand chose.
    Assez d’angélisme et de redresseurs de torts prétentieux , rire des autres c’est rire de soi-même et il n’y a rien de pire de plus sinistre et de plus stérile que se prendre au sérieux.

    Cher Foxtrot on est toujours le plus faible quand on est sujet de moqueries. Voyez Guignol de votre enfance et le pauvre Chocolat de Footit….
    Ne me dites pas que ça ne vous est jamais arrivé d’être un jour  » mis en boîte  » sans avoir rendu la pareille?
    C’est bien triste.

    Question de génération on ne se comprend plus et je revendique la liberté qui me reste de refuser le politiquement correct et ses diktats. Attendez un peu le départ des vieux pour rigoler comme vous voudrez de qui vous pourrez si toutefois il reste encore quelque chose de drôle dans votre monde sans « cons  » . Je trouve que vous le rendez bien ennuyeux avec toutes ces peurs ces gens très intelligents et ces contraintes … Enfin il vous reste le sexe , c’est déjà ça …dans notre temps il était « politiquement correct » !!! (Lol)

    Commentaire par Scaramouche — 14/11/2013 @ 18:23

  54. Je plaindrais Taubira, si elle n’utilisait pas systématiquement la posture de victime du racisme depuis plusieurs semaines, voire des mois. Il y a une forme de totalitarisme intellectuel à agiter le chiffon rouge du délit et à faire des pieds et des mains pour que le reste du monde politique vienne pleurer sur elle. On ne fait pas autant de bruit ni des actions en justice pour des députés qui se moquent de la gent féminine avec beaucoup de vulgarité.
    J’ai souvenir de ses phrases venimeuses l’année dernière et je n’ai pas les mêmes opinions qu’elle, mais je n’ai le droit de rien dire de peur de me faire traiter de raciste.

    Hormis cela, la publicité faite à un journal propagandiste et provocateur, prouve que les médias n’ont rien à se mettre sous la dent et rien dans le ciboulot. Quand à la petite gamine, ce sont ses parents dont il fallait remettre en cause l’éducation, et non, comme je l’ai entendu sur France inter, une diatribe aussi scandaleuse et vulgaire, contre une petite gamine qui n’a pas encore la conscience d’un adulte…

    Mais, que le SAMU refuse de se déplacer dans mon département, que les services d’urgence des hôpitaux refuse de recevoir des malades en danger de mort (comme par hasard, surtout après 80 ans), ça, tout le monde s’en fout ! puisque ça va régler le problème des retraites et du déficit chronique de la Sécu.

    Commentaire par Dorine — 14/11/2013 @ 19:34

  55. @Scaramouche
    Vous devriez arrêter de la ramener avec votre génération. Vous n’en êtes pas la représentante. Contrairement à vous, beaucoup de gens de votre génération se souviennent des caricatures dans Gringoire, l’Action française, Je suis partout etc. et gardent en mémoire leur signification et dans quel mouvement elles s’inscrivaient. Mais comme vous êtes cohérente, peut-être trouviez-vous, à l’époque, qu’il ne s’agissait que d’humour de guignol et que c’était un rafraîchissant souffle politiquement incorrect ?

    Commentaire par gf — 14/11/2013 @ 21:43

  56. @gf

    Je ne connais pas le Gringoire dont vous parlez et j’ignore si vous êtes partout et ce que signifie votre réponse , mais vous me paraissez bien politisé et je crois hors sujet .
    Dommage que la journée de la gentillesse soit terminée .

    @Dorine

    Votre commentaire est trop plein de bon-sens pour être compris . Au mieux vous n’aurez pas de réponse au pire vous serez raciste nazi facho et j’en passe.
    Bon courage.

    Commentaire par Scaramouche — 15/11/2013 @ 00:10

  57. Ne nous emballons pas, et revenons en au désaccord pacifique auquel notre hôtesse nous invite.

    @ Scaramouche :

    I respectfully disagree : la comparaison entre madame Taubira et le singe est tout sauf anodine.

    Elle reprend un poncif raciste, qui veut (en substance) que si l’homme (blanc) descend du singe, le noir y remonte.
    Voir aussi comment on fait facilement le parallèle entre un joueur de football mat de peau et un singe : http://www.chronofoot.com/roberto-carlos/roberto-carlos-victime-d-039-un-jet-de-banane_art15099.html

    Bien sûr qu’on caricature les personnes publiques depuis belle lurette, et le bestiaire du Bébète Show en est une des plus parlantes illustrations. De même, on fait dans l’ordurier depuis des lustres (voir les mazarinades !) : mais ramener une catégorie de personnes au rang d’un animal en raison de sa couleur de peau, ça n’est plus de la caricature, ni de l’humour : c’est du racisme, tout simplement.

    On peut trouver la réaction exagérée, ou condamner toute tentative de récupération grossière… il n’empêche, certains parallèles sont tout sauf anodins.

    Et puis les miasmes auxquels on nous a exposé lors du « débat » sur l’identité nationale m’ont suffis, j’ai donné, merci bien !

    Commentaire par Zarga — 15/11/2013 @ 19:05

  58. Je vous comprends Zarga mais on a détourné le « poncif » … j’avais appris que l’homme descend du singe et que certains y remontent. Pas question d’une couleur de peau.
    C’est vrai qu’en ce qui me concerne je ne suis pas obnubilée par le racisme , je m´en fous , sans doute parce que je vis dans un milieu d’émigrés et pour moi tous les êtres humains se ressemblent , mais je comprends qu’on soit obnubilé et qu’une ministre en utilise avec succès toutes les ficelles pour monter dans les sondages.
    Tant qu’on verra une différence entre couleurs de peau et qu’on fera des simagrées de pudeur effarouchée autour de ces différences , le « racisme  » et la manipulation auront de beaux jours .
    A vrai dire Je me méfie autant de ceux qui partent en croisade que des autres.
    (Chateaubriand il me semble a dit quelque chose de très bien aussi sur le mépris.. )

    Pour revenir au sujet , allez aussi voir au cinéma « Guillaume et les garçons  » ..c’est drôle ,à moins qu’on y trouve encore un sens caché et un sujet pour défouler ses complexes …

    Commentaire par Scaramouche — 15/11/2013 @ 20:50

  59. @ Scaramouche :

    Je vous rejoins sur la question de la couleur de peau : gamin, je jouais au foot avec mon ami Slimane dans le pré en bas de chez ses parents… J’ai mis des années à réaliser que nous n’avions pas la même couleur de peau. Lui aussi, d’ailleurs. 😉

    Vous parlez d’une adaptation de l’histoire de Guillaume Gallienne?
    J’aime beaucoup ce garçon! C’est grâce à lui que j’ai repris Proust… Je ne lui en serai jamais assez reconnaissant!
    Il a aussi eu la bonne idée un jour d’inviter son maître, Daniel Mesguich, pour une lecture radiodiffusée… C’était fabuleux!

    Commentaire par Zarga — 15/11/2013 @ 22:39

  60. @ Scaramouche
    Vous le faites exprès où vous êtes aussi raciste que la candidate FN qui avait comparé Christiane Taubira à une guenon ?

    Commentaire par Gilbert Duroux — 15/11/2013 @ 23:53

  61. @ Gilbert

    On peut aussi, à la manière de Gide, le dire avec humour : « Moins le blanc est intelligent plus le noir lui paraît bête »

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 16/11/2013 @ 00:41

  62. @ Chevalier Bayard
    Superbe formule. Mais je ne suis pas sûr que Gide serait compris par celui à qui il s’adresse ainsi.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 16/11/2013 @ 04:34

  63. Excellent Gilbert Merci
    Et fidèle à mes idées on peut l’étendre à tous sans discernement car on juge toujours l’autre d’après soi-même tant il est difficile de se mettre à sa place surtout quand il nous dépasse. .

    Mais pour cibler nos gouvernants j’ajouterai pour pimenter un peu la polémique que :
    « Plus le singe monte haut…plus on voit son derrière  »
    mais c’est à prendre avec humour et au second degré sinon on va penser que j’aggrave mon cas !!

    Commentaire par Scaramouche — 16/11/2013 @ 09:18

  64. Mal vu .. C’était Chevalier Bayard qu’il fallait remercier de sa citation
    ( je me disais aussi… ( LOL)

    Commentaire par Scaramouche — 16/11/2013 @ 09:20

  65. Ca arrive un peu tard mais voici un bon billet de Crèpe Georgette sur le racisme (et Taubira): http://www.crepegeorgette.com/2013/11/20/la-depolitisation-du-racisme/

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 20/11/2013 @ 13:53

  66. Il y a un peu de tout dans ce billet .
    La notion de « racisme » est venue après la guerre suite aux horreurs nazies, avant on se moquait de tout et de tous sans problèmes et les expressions avec noirs ou jaunes fusent encore de nos jours .
    Les méridionaux qui parait-il goûtaient fort les insultes étaient déjà en 1446 cités trop souvent aux tribunaux pour dommages et intérêts si bien qu’une loi a été promulguée qui obligeait chaque citoyen voulant se défouler à dire avant haut et fort et devant témoin  » Franc de procès  » ce qui signifiait qu’une peine était irrecevable. (Source La France Pittoresque)
    Gageons qu’ensuite l’enthousiasme s’estompait..

    La mode actuelle est d’établir un régime particulier dans tous les domaines pour les étrangers ou émigres sur notre sol, histoire sans doute de mieux les intégrer ? ? ..
    Sans rire croit-on vraiment que le faciès et les moeurs du singe soient celles d’une seule catégorie d’humains ? Et n’est-ce pas Kippling qui avant ses concitoyens ( qui nous traitent de « grenouilles » ). a commencé à dire que nous sommes un peuple de singes, baptisé si je me souviens à peu près de  » Bandar Log »,

    Assez de jérémiades sur des idioties il y a des choses sérieuses qui ne doivent pas échapper à l’intelligence de madame Taubira sinon Il faudra lui expliquer que le racisme c’est autre chose.

    Pour conclure en ce qui me concerne , depuis que j’ai entendu de mes oreilles traiter madame Weil de « raciste » en pleine chambre des députés les insultes hyperboliques de ce genre n’ont aucune signification .

    Commentaire par Scaramouche — 20/11/2013 @ 15:14

  67. Excellent argument, le fait qu’on ait utilisé une critique de manière falacieuse veut dire que l’on peut rejeter toute critique similaire sans se poser la question de savoir si elle est fondée ou non. Bravo.

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 21/11/2013 @ 10:24

  68. Ah oui, et une citation de MLK concernant ce « régime particulier » (le contexte est légèrement différent aux Etats-Unis mais le parallèle reste valable):

    « A society that has done something special against the Negro for hundreds of years must now do something special for him, in order to equip him to compete on a just and equal basis. »
    (Where Do We Go From Here?, 1967)

    Sinon, vous pouvez aussi lire ce que Tim Wise a écrit au sujet de la « colorblindness », c’est éclairant (http://www.timwise.org/).

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 21/11/2013 @ 10:36

  69. « @Foxtrot

    Certes non ! mais si cette « étiquette »est employée dans une Assemblée Nationale par nos zélites couronnées, comment accorder du crédit au petit citoyen lambda qui récite en chapelet des mots qui le dépasse?
    Ça donne une petite idée de la façon dont peut ętre galvaudée ce mot fétiche.

    Commentaire par Scaramouche — 21/11/2013 @ 10:42

  70. Peut-être en prenant la peine de s’intéresser aux arguments qui sont présentés plutôt qu’à la soit-disant légitimité de la personne qui les avance?

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 21/11/2013 @ 11:51

  71. @Foxtrot

     » La personne qui les avance  » est toujours légitime et très bien acceptée lorsque son avis est le même que le vôtre….
    et cette appellation fortement galvaudée est comme braucoup d’autres du même accabit devenue insignifiante.

    Commentaire par Scaramouche — 21/11/2013 @ 12:34

  72. La notoriété, toujours, il est connu parce qu’il est bien connu, trade mark comme n’importe quel produit, çà vous rempli des km d’étagères ces trucs là, qu’en restent ils ?

    Commentaire par le grand jeu — 21/11/2013 @ 12:43

  73. Vous n’avez pas montré que dans ce cas-ci, cette appellation est insignifiante, ni qu’elle est toujours insignifiante, vous restez au niveau de l’ad hominem. Que vous utilisiez une méthode heuristique pour décider ce qui vaut la peine de votre attention sur base des mots utilisés ou des personnse les prononçant, je peux le comprendre mais vous n’avez pas traité le fond de la question.

    De la même manière, je peux vous répondre : « la personne qui les avance » n’est jamais légitime ni acceptée lorsque son avis n’est pas le même que le vôtre. On n’en apprend pas plus sur la question qui est posée parce qu’on ne parle pas de la substance des arguments.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 21/11/2013 @ 13:44

  74. L’insignifiance vient de la banalité; à force d’employer à tous bouts de champs les mêmes insultes ou slogans ils passent dans le langage courant sans choquer personne.
    Exemple :l’épisode de madame Weil à la Chambre des Députés.

    C’est assez clair il me semble pour ne pas nécéssiter un cours de rhétorique ,de linguistique , de philo ou de Sciences Po qui seraient ici hors sujet.

    Commentaire par Scaramouche — 21/11/2013 @ 17:00

  75. Qualifier un propos de raciste n’est pas une insulte , c’est une critique d’un propos qui peut être argumentée. (on ne parle même pas de personne, juste des mots: « le noir est fondamentalement fainéant » est une proposition raciste, même si personne ne l’a prononcée tout comme la phrase « la femme est fondamentalement vénale » est misogyne).

    En l’occurence, je ne vois pas pourquoi quiconque devrait être choqué quand on dit que traiter Taubira de guenon, ou que représenter Obama ou Condoleeza Rice sous forme de singe s’inscrit dans une histoire de racisme (voir l’utilisation de l’image du singe contre les populations noires mais aussi dans la propagande de guerre contre les japonais entre autres) et que l’utilisation d’imagerie dégradante appliquée à une population toute entière est effectivement raciste.

    Que les gens utilise la notion de racisme à tort et à travers ne constitue pas un argument suffisant pour écarter d’un revers de main les objections aux propos tenus à l’égard de Taubira sans considérer les mérites de ces objections. Même si Taubira à un historique de crier au racisme dès qu’elle fait face à des critiques (ce dont je ne suis pas convaincu mais libre à vous de me fournir des exemples), cela ne nous permet pas de considérer tous les propos tenus à son encontre comme non-racistes.

    Et je ne vois pas comment la banalité implique l’insignifiance: il est banal de dénoncer la violence conjugale par exemple, ou les mutilations génitales ou les atteintes au droits de l’homme ou la fraude fiscale. Ce n’est pas pour ça que c’est insignifiant.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 21/11/2013 @ 17:34

  76. Lieux communs poncifs idées reçues ont fait l’objet de nombreux livres , les noirs et les blancs ressemblent a des singes, du moins certains ..ne pas oublier qu’il peut y avoir des requins et des cochons! Les femmes et les hommes sont vénaux.. Ça dépend du prix et les vieux sont séniles et ça c’est absolument imparable parce que « sénile » veut dire « vieux » et que c’est un pléonasme.

    Ne vous fatiguez pas je ne suis pas de votre génération , dans la mienne on rigolait du voisin sans histoires, lequel nous le rendait sans complexes. Mais c’était le sexe qui était tabou..
    Vous ne pouvez pas tout avoir (LOL)

    Commentaire par Scaramouche — 21/11/2013 @ 17:49

  77. Je ne vais pas me fatiguer beaucoup plus longtemps en effet, j’essaie juste essayer de montrer que vous n’avez pas d’arguments, que vous semblez vous complaire dans le fait que vous êtes vielle et que vous n’en avez rien à foutre de rien. On devrait donc simplement ignorer vos opinions vu que vous n’avez même aucune envie des les confronter à la contradiction et à la réalité. C’est déjà la deuxième fois que vous bottez en touche comme cela.

    Si vous vous en foutez, alors vous n’avez aucune raison de vous assurer que vous ne faites pas fausse route. Vous balancez juste ce qui vous passe par la tête et il y a peu de chance que votre avis soit pertinent ou seulement informé. C’est un mode de fonctionnement heuristique aussi mais comme ça n’a pas l’air de vous déranger… Faites nous signe si vous changez d’avis.

    Vous vous moquiez sans complexe du voisin qui n’était probablement pas bronzé et ne voyait pas ses cv jetés à la poubelle parce que son nom ne sonnait pas français ou des proprios refuser de lui louer un logement ou les flics le fouiller sans cause probable à par la couleur de sa peau. Et s’il était bronzé, êtes-vous sûre qu’il se sentait libre de vous livrer le fond de sa pensée sans en subir les conséquences ou qu’il ne jouait pas le jeu pour s’intégrer?

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 21/11/2013 @ 18:05

  78. Je ne m’en fous pas parce que je vis cette civilisation mais c’est fatigant

    Vous ratiocinez sur rien, sur une photo de singe avec un ministre à côté , sur des discriminations que nous subissons TOUS sur des propos des petites phrases .. Du vent ,.
    J’essaie de vous dire que j’ai vécu autre chose. Des événements plus graves .
    Des médecins ici essaient de vous dire qu’il y a plus important que toutes ces conneries et que nous rions de tout de peur d’en pleurer
    (Il me semble que ça a déjã été dit..)
    Donc si vous avez envie de polémiquer pour rien ou de faire vos griffes sur quelqu’un en le faisant passer pour un nanti bourgeois raciste et borné et de cette façon vous donner bonne conscience alors en effet je suis trop vieille guenon pour ces grimaces.. Comme l’est madame Weil (mais oui j’y tiens)

    Commentaire par Scaramouche — 21/11/2013 @ 19:03

  79. Vous êtes résignée en fait? On subit tous des discriminations et c’est comme ça, il n’y aurait rien que l’on puisse faire? Vous ne pensez pas qu’il soit possible d’améliorer les choses, de faire tous preuve de plus de compassion?

    Et j’ai du mal à comprendre la pirouette « il y a des choses plus graves, donc ce n’est pas la peine de s’occuper de tel problème ‘moins grave' » qui revient souvent ici. Il est possible d’attaquer plusieurs problèmes de front, vous savez.

    Et le but n’est pas de vous faire passer pour une bourgeoise bornée (je ne vois pas l’intérêt) mais de faire comprendre que certains discours (la minimisation du racisme ou la dénigration des minorités sexuelles pour reprendre des exemples venus de votre plume) ont un impact sur le monde autour de vous et que cet impact est négatif. Que ces discours participent et contribue à une culture hostile envers certaines personnes et qui contribue à rende leurs vies inutilement difficiles. Et que chaque personne qui réalise que ce n’est pas juste « du vent » mais que ça vaut vraiment la peine de réfléchir à ce qu’on dit (ce qui ne demande pas un effort disproportionné) contribue à rendre notre société et nos cultures meilleures, plus accueillantes et plus empathiques.

    Les petites phrases vous paraissent être juste du vent parce que vous n’êtes pas confrontée à la discrimination. Si on vous traite de sale blanche, vous savez que ça s’arrête là, que la couleur de votre peau n’affectera pas l’attitude de vos professeurs, des forces de l’ordre, des avocats et des juges, des proprios, des employeurs, des services sociaux, etc… Les insultes racistes s’inscrivent dans une culture ou la discrimination est généralisée, systématisée, institutionalisée et elles contribuent à maintenir ce système en place (parce que les discours ont une influence sur le monde, sinon la politique ou la pub n’aurait aucun sens.)

    Vous êtes une femme, je ne sais pas si vous avez du affronter les discriminations liées au fait d’être une femme mais est-ce que vous pensez sérieusement que les blagues sur les sautes d’humeur liées aux hormones n’ont aucune influence sur la perception des femmes et de leurs compétences dans les milieux professionnels? Ou que les remarques désobligeantes sur leur physique ne contribue pas à les tenirs à l’écart de certains milieux trop machistes?

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 22/11/2013 @ 10:16

  80. Arrêtez vos histoires
    Vous ignorez à qui vous parlez et si on a ou non porté l’étoile jaune alors taisez vous.

    Commentaire par Scaramouche — 22/11/2013 @ 10:35

  81. Je m’excuse de vous avoir amenée sur un sujet douloureux.

    Je ne pense pas que ce soit une bonne chose d’utiliser la Shoah pour faire taire d’autres populations marginalisées parce que les oppressions qu’elles rencontrent sont moindres. Et j’ai du mal à comprendre comment vous ne voyez pas le lien entre antisémitisme ‘ordinaire’ et les persécutions subies par les juifs tout au long de l’histoire.

    Si vous souhaitez mettre fin à cette conversation, je vous laisse le dernier mot et je n’insisterai plus.

    Foxtrot.

    Commentaire par tangowithfoxtrot — 22/11/2013 @ 10:57

  82. Si vous ne voyez pas la différence entre une photo des quolibets et l’extermination d’un peuple je ne peux rien pour vous
    Bonne journée

    Commentaire par Scaramouche — 22/11/2013 @ 13:18

  83. Dommage qu’on atteigne le point Godwin dans votre échange. Notre génération n’a pas eu à connaitre ce que celle de Scaramouche a connu. Est-il interdit pour autant d’émettre une opinion?
    Si on doit se lancer au visage qui ses souvenirs, qui ses expériences, on ne dépasse pas le stade de l’empoignade, et c’est bien dommage.

    Commentaire par Zarga — 23/11/2013 @ 09:34

  84. @ Zarga

    Ce n’est pas mon habitude loin de là de faire une référence à de mauvais souvenirs mais il est ici question de racisme et pour moi cela ne signifie pas quelques caricatures ou photos et des quolibets courants mais des choses plus précises .; je suis très tolérante et comme tout le monde j’ essaie plutôt d’oublier mais des réponses s’imposent devant l’incompréhension qui perdure et parfois il faut mettre les points sur les i. avec clarté.
    Le racisme comme le nazisme ont une signification bien précise pour beaucoup de ceux qui l’ont subi et ces termes sont maintenant comme vous le dites employés à tout bout de champs si bien qu’il deviennent banaux et perdent tout leur sens . C’est l’illustration du point Goodwin.

    Ce n’est pas une empoignade , je n’insulte personne et ne suis perméable à aucune insulte sinon j’aurais cessé de répondre depuis longtemps.

    Commentaire par Scaramouche — 23/11/2013 @ 10:07

  85. Effectivement, au niveau du vécu, si vous êtes passée au travers (avec pertes et fracas) de cette catastrophe, je comprends que les termes dont nous discutons ici aient chez vous une résonnance des plus profondes. Vous êtes sûrement de la même génération que celle de mon père (né en 1925), et j’ai encore pas mal de ses anecdotes en mémoire. Avoir quinze ans en 1940, c’était pas de la tarte !

    L’an dernier, j’ai croisé dans le cadre de mon travail une vieille dame, qui tentait de cacher tant bien que mal le tatouage qu’elle portait sur son avant-bras droit… au détour de la conversation, elle m’a dit qu’enfant, elle était partie en déportation, parce que juive. Que voulez-vous que nos petites misères pèsent face à ça ?

    Pour autant, elle m’a refilé une de ces pêche ! Je me suis senti ragaillardi comme jamais après avoir papoté avec elle. Veuve, elle m’a parlé de son mari, ancien professeur de mathématiques. Et je lui ai dit que son mari avait aussi été prestidigitateur : car il y a du magicien chez tout bon professeur. Quand on enseigne les mathématiques, la géométrie, on est comme le magicien qui fait sortir le lapin de son chapeau, devant un auditoire médusé, qui se demande si en fait le lapin n’a pas toujours été dans le chapeau.
    On rend visible l’invisible.

    Mais je ne pense pas que pour horribles que soient ces choses-là, elles doivent réduire au silence ceux qui souffrent de se voir reprocher leur condition originelle.

    En mai 2008, en Italie (pas très loin de chez nous), on a mis le feu à un campement Tzigane dans la banlieue de Naples…

    Décembre 2011, on exécute à Florence deux sénégalais, parce que sénégalais.

    Deux jours avant, c’est un campement Rom de Turin qui est incendié par une foule en délire d’environ 500 personnes, venues venger le viol d’une gamine du coin par un Tzigane… viol qui s’est avéré être un premier rapport sexuel avec son petit copain ! Oups…

    Alors je conçois que la banane, la guenon, et tout le tintouin de la « bien-pensance politiquement correcte » soit casse-bonbons. Mais on ne peut que constater qu’il y a de moins en moins loin de la coupe aux lèvres.

    Commentaire par Zarga — 23/11/2013 @ 11:52

  86. @Zarga

    Je crois surtout que mettre un couvercle hermétique sur une cocotte minute favorise d’avantage les risques d’explosion car je crois que tant qu’on rit même avec mauvais goût, tant qu’on se moque et qu’on plaisante même avec humour noir ( pas de jeu de mots ici ) cela signifie qu’on ne prend pas les choses au sérieux et ce n’est pas dangereux.
    ( la propagande et les affiches racistes c’est autre chose !l)

    Je pense ensuite que nous sommes tous des exclus de quelqu’un ou de quelque chose, que tous nous sommes le pauvre d’un autre et le riche du voisin et que tout le monde subit la loi des rapports de force, Il est impératif de ne pas faire partie de la minorité faible nulle part et ce ne sont ni les Coptes ni les femmes indiennes qui me démentiront.
    Alors qu’on prenne fait et cause pour l’un ou l’autre c’est un choix, mais qu’on ne brandisse pas le drapeau du racisme pour seulement ceux qui nous plaisent alors qu’ il s’agit en fait du peu de goût que l’être humain a pour vivre avec ses semblables et les supporter .
    (Je me suis toujours étonnée de voir le grand cas qu’on faisait , à juste titre, de la condition noire aux US alors que personne ne parle des Indiens complètement oubliés ..)

    A faire trop on fait juste le contraire mais agiter une sonnette d’alarme équivaut à jouer les Cassandre.

    Commentaire par Scaramouche — 23/11/2013 @ 20:37

  87. Un film beaucoup plus fin et réussi que les apparences le laissaient croire. Grâce à vous nous avons vu, et nous avons ri à gorge déployée (quelques soient les raisons).

    Merci beaucoup !

    Commentaire par Kemmei — 01/12/2013 @ 22:20


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :