La Plume d'Aliocha

05/09/2013

Politique, qui t’a rendu sot ?

Il y a d’abord le titre d’une glaçante sobriété Syrie : la faute de François Hollande. Puis vient l’article, signé d’Edwy Plenel et donc enflammé, forcément enflammé. Tout s’y prête, la gravité de la situation, les enjeux, l’importance du message. Car le patron de Mediapart en est convaincu, le pouvoir élu pour dire « nous » est saisi soudain de la pathologie du « je » présidentiel. On n’engage pas un peuple dans une guerre sans le consulter, s’insurge l’éditorialiste en brandissant Emmanuel Kant. Sans doute…j’avoue n’avoir pas encore d’opinion structurée sur ce sujet, la juriste que je suis a tendance à s’incliner devant la Constitution, la citoyenne est tentée de revendiquer un droit à la parole, tandis que la journaliste mesure l’étendue de son ignorance sur la réalité de la situation sur place et des enjeux géopolitiques…Plus on se pose de questions, moins on n’a de chances d’y répondre. Alors on lit ceux qui ont déjà approfondi le sujet. Plenel est convaincant, parce qu’il est brillant. Par exemple lorsqu’il écrit :

« Echapper à la contradiction, au débat et à l’argumentation. Les faire taire par un alliage de clichés et de sentiments, d’arguments d’autorité et de paroles d’exclusion. Tel est le fantasme d’une politique devenue apolitique, menée par l’urgence et par l’émotion. D’une politique inapte à penser et à assumer la complexité du monde, ses interdépendances et ses pluralités. D’une politique surtout dont l’activisme inconséquent masque dangereusement sa peur d’une nouveauté qu’elle ne sait maîtriser parce qu’elle ne réussit pas à l’appréhender. Et cela d’autant moins que cette nouveauté se dresse contre ses errements du passé – aveuglement colonial, prétention occidentale, domination économique, soutien aux dictatures, etc. Nous en avions analysé et documenté les risques sous la présidence de Nicolas Sarkozy : des compromissions corruptrices d’avant les révolutions arabes à l’aventurisme militaire en Libye d’après, qui nous aura finalement légué aujourd’hui une guerre au Mali, guerre de police sans solution politique.

Nous y voici, hélas, de nouveau avec ce président François Hollande, chef des armées à la première personne du singulier qui, seul, a cru pouvoir mettre la France en guerre contre l’Etat syrien ».

Question de format

On ne saurait dresser constat clinique plus exact. Mais le reprocher aux intéressés comme si ces errements étaient uniquement imputables à un travers de leur personnalité est un peu court. Qui exige en permanence cet « alliage de clichés et de sentiments, d’arguments d’autorité et de paroles d’exclusion » ? Autrement dit, qui réclame sa dose quotidienne de spectaculaire formaté, de raisonnements binaires et d’envolées lyriques ? Qui mène la politique au fouet de l’urgence et de l’émotion ? Qui décourage de penser la complexité du monde parce que celle-ci n’entre pas dans le format d’un reportage, à peine dans celui d’un débat télévisé, et pas du tout dans la citation à caser en urgence au chapitre « réactions  » d’un événement ? Qui façonne le politique pour qu’il plaise à l’image que s’en fait du public, aggravant ici un travers électoraliste voire populiste qu’il faudrait au contraire combattre sans relâche ? Pas Edwy PLenel, certes, ni aucun autre journaliste, mais le système auquel nous contribuons tous, internautes compris, oui. Alors on me dira que personne n’obligeait Nicolas Sarkozy à céder à cette tyrannie médiatique permanente. Pas plus que le président normal qui lui a succédé n’aurait dû en principe développer une maladie similaire, lui dont l’atout majeur consistait précisément à être le contraire de l’autre. Mais alors, le mal serait-il plus profond que ne le laissaient penser les antisarkozistes ? Si nos politiques manquent à ce point de vision, de souffle et de profondeur, n’est-ce pas un signe des temps ? Ne reflètent-ils pas la société qui les a fait roi, et au sein de celle-ci l’incroyable pouvoir conquis par les médias qui est en train de les rendre, au choix, idiots ou fous ?

La fabrique de l’image

Daniel Schneidermann ce matin exprime le même désespoir, mais s’agissant de la commémoration du massacre d’Oradour-Sur-Glane.

« Une nouvelle image de la réconciliation franco-allemande » répètent mécaniquement les commentaires. Presque 70 ans après la fin de la guerre, en 2013, on en est donc encore à cette pénurie de vocabulaire ? On en est encore à marquer les étapes de la « réconciliation » ? On en est encore à avoir besoin d’un album photos ? » s’interroge le patron d’Arrêt sur Images en regardant la cérémonie en direct. Eh oui, il faut de l’image, du symbole à gogo, du prêt à filmer pour les médias, des clichés pour l’histoire. Il fut en un temps où offrir cela à quelques journalistes équipés de trois caméras poussives relevait du talent des héros de la scène, aujourd’hui, ça se prépare des jours à l’avance dans le cabinet secret de communicants haut de gamme. Pas étonnant que le résultat soit aussi creux qu’un mauvais spot publicitaire…

Cette image que décrit précisément Daniel :

« L’heure est à faire image pour l’Histoire. Mais laquelle ? Quand Hollande et Gauck se retrouvent tous deux dans l’église à ciel ouvert, on réalise ce que l’on attend : qu’ils se prennent la main. La simple réédition de la rencontre Mitterrand-Kohl. Notre manque d’imagination n’attend rien d’autre qu’un remake. Surprise : pendant la minute de recueillement, rien ne se passe. Ils n’ont donc rien prévu ? Mais quelques instants plus tard, alors que les a rejoints Robert Hébras, un zoom impudique trahit qu’ils ont enfin conclu, à contretemps comme des ados en boum. Les deux mains se sont enfin trouvées. dans le doute, le tremblement, la douleur peut-être : elles ne se sont pas saisies l’une de l’autre hardiment, franchement, bras décollés du corps, comme les mains de Mitterrand et Kohl. Elles se sont trouvées furtivement, clandestinement, exprimant tout ensemble le désir de « faire quelque chose », et l’inhibition devant le souvenir obsédant des deux grands devanciers. Il faut que le rescapé se glisse maladroitement entre eux deux, il faut que Joachim Gauck lui passe enfin le bras sur l’épaule, inventant une nouvelle image, à eux, rien qu’à eux, l’image 2013, pour qu’enfin s’impose quelques secondes l’émotion, si longtemps recherchée à tâtons ».

Comme décidément ce n’était pas un bon jour pour François Hollande hier, il y a eu aussi cette photo diffusée puis retirée par l’AFP. Photo hautement symbolique où l’on voit le président afficher un malencontreux sourire de « ravi de la crèche » devant un tableau noir où il est écrit « Aujourd’hui, c’est la rentrée ». Non, l’Elysée ne nous a pas censuré, précise l’agence de presse, nous l’avons retirée parce que notre politique est de ne pas diffuser de photos montrant les gens dans des positions ridicules…Ridicule. C’est bien ce qui menace nos représentants à force de vouloir plaire aux médias.

Des politiques pas plus grands que leur marionnette aux Guignols, dont la pensée se résume à quelques phrases simples  et dont les discours tiennent à l’aise dans un tweet, voilà à quoi nous sommes arrivés. Il faut évidemment lutter contre cela, analyser, critiquer, brandir la possibilité de quelque chose de meilleur (mais en laissant De Gaulle et Mitterrand tranquilles, par pitié regardons en avant !), cultiver une haute image de la démocratie, mais en n’oubliant jamais que nous partageons avec les politiques la responsabilité de ce naufrage. La société, c’est nous.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.