La Plume d'Aliocha

08/05/2013

Délicieuses nouilles froides !

Filed under: Salon littéraire — laplumedaliocha @ 19:30
Tags: , ,

imagesDepuis quelques temps, vous fouillez les rayonnages des libraires, glissez sur les couvertures, retournez certains livres pour lire le résumé, seulement voilà, rien à faire, l’envie ne vient pas.  Je vous comprends, il arrive parfois que l’on se trouve saisi de lassitude face aux ficelles de maquignon des éditeurs, aux couv’ racoleuses et à leur cortège de recommandations médiatiques qui sentent un peu trop fort le copinage.  J’ai ce qu’il vous faut : un récit en prise directe avec l’actualité, mené d’une plume alerte par un journaliste voyageur, sur une région du monde aussi inaccessible que la planète mars. « Nouilles froides à Pyongyang » de Jean-Luc Coatalem (Grasset 2013), rédacteur en chef adjoint du magazine Géo, raconte le fascinant périple de l’auteur en Corée du Nord.

Pour pénétrer dans ce bastion imprenable, le journaliste  s’est  fait passer pour un voyagiste en quête de destination exotique et le stratagème a fonctionné. Le voilà autorisé à poser le pied dans le pays le plus fermé au monde. Il emmène dans ses bagages un ami au nom improbable de Clorinde, passionné de Valéry Larbaud, mais aussi   » amateur de tweed et de lin, collectionneur de souliers à façon, qui ne quitte plus guère les deux arrondissements de Paris où il vit et travaille ». Flanqués de leurs gardiens qui ne les lâchent jamais d’une semelle, les deux hommes sillonnent la Corée du Nord et découvrent effarés ses hôtels vides, ses restaurants sans nourriture, ses hommages imposés et millimétrés à la statue de Kim-Yong-Il, ses musées absurdes dont l’entrée est facturée 80 euros aux touristes et ses décors de carton-pâte destinés à dissimuler la pauvreté du pays. C’est fin, enlevé, remarquablement écrit, dans un style qui se situe quelque part entre Albert Londres et Oscar Wilde.

Extrait, pris au hasard car tout n’est que gourmandise dans ce livre : « Toi qui entres ici oublie le diamètre de l’assiette normale ! Mais aussi celui de l’assiette intermédiaire comme celle dite à dessert pour ne te souvenir que des plus petites, sous-tasses à café et soucoupes. Car c’est ainsi que tout, désormais, te sera servi : dans de la dînette. Avec peu à manger dessus. Et encore, tu es privilégié : le reste de la RDPC crève de faim. En règle générale, ni fruits frais, ni laitages, ni pain, ni vin, ni huile, ni condiments, et encore moins de sel ou de poivre sur la table. Deux bières et une bouteille d’eau de 500 ml à se partager. Quant au thé, pas plus d’une demi-tasse chacun, en redemander ne serait pas « camarade » ». Qu’on ne s’y trompe pas, au delà de la distance teintée d’humour avec laquelle l’auteur raconte ce qu’il voit, le livre apporte un éclairage précieux sur le fonctionnement de ce pays mystérieux qui s’offre depuis quelques temps le luxe de provoquer les Etats-Unis. Pourquoi des « nouilles froides », me direz-vous ? Parce que c’est la spécialité gastronomique nationale que l’on fait miroiter à nos deux aventuriers tout au long de leur voyage et dont ils ne découvriront les fort modestes charmes qu’à l’issue du séjour.  Un livre à déguster sur-le-champ !

Publicités

22 commentaires »

  1. Bonjour Aliocha,

    Un livre de plus à lire!!! Et les journées qui ne font que 24 heures!!! je ne vous dit pas merci. Je ne pense pas que ce livre m’apprenne quelque chose de neuf sur ce pays et son régime mais la lecture d’un témoignage, a priori sincère et bien écrit, ne peut pas faire de mal.
    A envoyer à un de vos collègues de France-Info qui, en réponse à une question formulée par un enfant sur les raisons du conflit nord-sud en Corée, a réussi le tour de force d’édulcorer complètement le côté dramatique, imbécile, archaïque et mortifère du régime de Pyongyang. Si le régime possède une telle armée et que le peuple vit dans un tel dénuement, ce serait avant tout par la faute de son voisin du sud et des visées bellicistes des USA et du Japon. Brillante analyse et c’était (il y a à peu près un mois) sur La chaîne publique d’information. CQFD.

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 09/05/2013 @ 10:05

  2. @H. : Coatalem montre justement cette absurdité, avec un vrai talent de plume, son livre est un régal !

    Commentaire par laplumedaliocha — 09/05/2013 @ 10:26

  3. Au passage, je signale que M6 a diffusé un reportage dimanche soir sur la Corée du Nord. Il confirme le récit de Coatalem. Le journaliste de l’émission s’est infiltré lui aussi, en se faisant passer pour un touriste. Nouilles froides est si juste qu’en voyant les images, j’avais déjà l’impression de connaître le pays…un extrait de l’émission ici : http://www.m6.fr/emission-enquete_exclusive/videos/11289750-dictature_paranoia_famine_bienvenue_en_coree_du_nord.html
    je n’ai pas trouvé le podcast, j’ignore s’il existe, avis aux enquêteurs de la toile !

    Commentaire par laplumedaliocha — 09/05/2013 @ 10:32

  4. Un tel reportage, est-il du journalisme, impartial, objectif, informatif, comme le journalisme devrait être, ou est-il un acte d’hostilité venu du camp auquel la Corée du Nord s’oppose ?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/05/2013 @ 11:34

  5. @Denis Monod Broca : fichtre, vous n’y allez pas par quatre chemins ! Non, je ne pense pas que la démarche soit téléguidée par les US 😉 C’est un récit assez peu porté sur l’analyse géopolitique (il y a juste ce qu’il faut d’infos pour que le lecteur comprenne la situation), plutôt axé sur l’étonnement, mi-amusé, mi-affligé qu’inspire la dictature locale, la pauvreté du pays, le culte de la personnalité de son dirigeant, les musées à la gloire de ce-dernier, les touristes sous haute surveillance etc…On est plus proche du récit de voyage que d’autre chose.

    Commentaire par laplumedaliocha — 09/05/2013 @ 11:40

  6. Votre livre me fait penser à celui qu’avaient sorti des journalistes sportifs sur les pays communistes d’Europe centrale et orientale à l’époque où il en existait encore… ces « journalistes » que leurs confrères, spécialisés en géopolitique, regardaient de haut, avaient bien compris quelle était la réalité de la vie quotidienne derrière un rideau de fer qu’ils traversaient grâce au foot. Le titre du bouquin m’échappe, si quelqu’un en a souvenir, je prends.

    Commentaire par Zarga — 09/05/2013 @ 18:35

  7. @ Denis Monod Broca :

    Concernant les saines et énergiques mesures que le « grand » Kim Jong-Un est amené à prendre afin de lutter contre les effets pernicieux de la propagande capitaliste, je vous recommande le (toujours) excellent Philippe Meyer, dans son billet sonore du 04 avril 2013… si vous n’êtes pas encore abonné, courez-y, ne serait-ce que pour ce billet-là ! Le ci-devant « Toutaulogue » officie sur l’antenne de France Culture, le matin entre (environ) 04h55 et 08h00. 😉

    Commentaire par Zarga — 09/05/2013 @ 19:04

  8. Heu… il officie entre 07h55 et 08h00 ! Erreur de frappe : regardez le pavé numérique de votre clavier, vous comprendrez que mon index droit n’est pas monté assez haut.

    Commentaire par Zarga — 09/05/2013 @ 19:05

  9. @ laplumedaliocha

    La Corée du Nord vit dans la paranoïa : on lui en veut, on la méprise, on veut la faire disparaître…
    Un tel reportage ne peut que la conforter dans sa paranoïa. Nous la moquons, nous la méprisons effectivement, et nous avons recours à la duplicité pour alimenter notre mépris et nos moqueries…
    Le monde n’est pas un jardin de rose. Il est légitime de vouloir l’embellir et le pacifier. Croire qu’on y parvient en forçant autrui à changer est une profonde erreur. Le seul qu’on peut forcer à changer c’est soi-même…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/05/2013 @ 19:24

  10. @Zarga : ah, sur ce coup là je ne peux pas vous aider…vous savez moi, le foot… 😉

    @Denis Monod-Broca : vous êtes rude, l’auteur moque un régime fou, mais il dénonce au passage la pauvreté de la population et la tyrannie qu’elle subit. Si le ton est souvent ironique, on peut y voir une volonté de traiter par l’humour ce qui donne envie de pleurer. D’ailleurs le livre s’achève sur cette question : faut-il rire ou pleurer ?
    Cela étant, puisque comme à votre habitude vous forcez à escalader les cimes de la spiritualité, je vous avoue avoir à certains moments de lecture regretté cette distance critique qui se situe un peu en surplomb du pays, à la limite de la commisération. C’était fugace car l’auteur est talentueux et qu’en plus j’aime la dérision en ce qu’elle tient l’émotion et plus particulièrement ici la tristesse à distance.

    Commentaire par laplumedaliocha — 09/05/2013 @ 20:33

  11. Je signale l’émission Secret des sources sur France culture du 27 avril consacrée justement au traitement médiatique de la Corée du Nord. Comment parler d’un pays où l’on ne peut pas pénétrer ? Comment le régime joue des défauts des médias pour se faire entendre sur la scène internationale ? Faut-il relayer la propagande de la Corée du Nord ? Comment satisfaire la curiosité très forte du public français pour ce pays ? http://www.franceculture.fr/emission-le-secret-des-sources-coree-du-nord-des-journalistes-sans-information-bangladesh-une-inform

    Commentaire par laplumedaliocha — 09/05/2013 @ 21:14

  12. @Denis : l’émission répond en partie à votre observation. Face à l’intoxication idéologique du régime, la tentation du journaliste peut être d’aller chercher la vérité, quitte à la décrire avec une ironie qui est moins dirigée contre le pays que contre les mensonges de ses dirigeants.

    Commentaire par laplumedaliocha — 09/05/2013 @ 21:17

  13. @ laplumedaliocha

    Votre indulgence à mon égard vaut provocation, alors je continue…

    Certes le camp du bien sait que la violence n’est pas une solution mais, jamais à court de justifications, il n’hésite à bombarder qui lui chante quand ça lui chante…
    Certes le camp du bien n’est pas dirigé par des fous mais il dispose de centaines de bombes atomiques, des missiles qui vont avec, et d’une théorie quant à leur utilisation baptisée « MAD »…
    Certes le camp du bien n’accule pas ses ressortissants à la famine, mais le sort qu’il fait subir aux Grecs, pour ne citer qu’eux, est, au regard de ses propres principes, absolument indéfendable …
    Certes le camp du bien ne vénère aucun Grand Timonier, mais il vénère l’argent, la réussite, une vulgaire monnaie (l’euro), et j’en passe…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/05/2013 @ 21:25

  14. @ laplumedaliocha

    Merci pour le lien. Émission très intéressante en effet.
    J’en retiens la fascination réciproque qu’exercent l’un sur l’autre l’Occident et la Corée du Nord. Chacun ayant besoin de l’autre pour concentrer sur lui sa détestation.
    C’est bien de cette fascination mimétique qu’il faut s’efforcer de sortir.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/05/2013 @ 23:37

  15. @Denis Monod Broca : c’est amusant, il m’arrive souvent de relativiser les leçons que nous, occidentaux, prétendons donner aux autres régions du monde, notamment en matière de moeurs, de développement technologique, de confort, mais ici ce réflexe ne s’est pas déclenché chez moi, ou pas très fort. Sans doute par attachement à la liberté de penser et de s’exprimer, au droit à la sûreté, qui me paraissaient pour le coup appartenir au cercle étroit des valeurs universelles…

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/05/2013 @ 10:51

  16. @ Aliocha

    Le droit à la sûreté est-il vraiment une valeur universelle ?
    L’aspiration à la sûreté est universelle, ça oui, mais doit-on vraiment en faire un droit ?

    Plus on est guidé par l’évidence, plus il faut se forcer au doute, non ?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 10/05/2013 @ 17:57

  17. @Denis : bah, ce serait à vérifier, disons que j’entends par là le droit de faire un grand nombre de choses sans risquer d’être dénoncé et envoyé en taule. Autant je ne suis pas sûre que notre société ait de leçons à donner en matière de moeurs parce que je ne nous trouve pas follement exemplaires, de même que je ne considère pas le téléphone portable comme la plus belle conquête de l’homme, autant il me semble que la liberté de penser, d’aller et venir et quelques autres du même acabit sont difficilement discutables car au bout il n’y a rien d’autre que le respect de l’homme.

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/05/2013 @ 18:54

  18. @ Aliocha

    En effet nous avons tout pour être libres et c’est loin d’être le cas de la plupart des populations du monde. Mais qu’en faisons-nous de notre liberté ? Libéralisme, libertinage et laisser-aller n’ont rien à voir avec la liberté, ils conduisent à la dépression, à la dépendance et à mille autres prisons…
    Je préfère certes être français que nord-coréen mais à force de vivre sur nos acquis, à force de faire les malins… nous risquons de connaître des jours difficiles.
    Bah, trêve de pessimisme !
    Bonsoir et bon week-end, chère hôtesse !

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 10/05/2013 @ 22:42

  19. A propos du cercle étroit des valeurs universelles (expression que j’entends depuis le collège mais que je n’ai jamais réussi à comprendre; ça a empiré au lycée où on m’a raconté que la déclaration universelle des droits de l’homme relevait du droit naturel et pas positif (genre c’est écrit dans les étoiles)), on pourra se délecter de ça : http://www.youtube.com/watch?v=m9-R8T1SuG4 . Bon c’est un rikain qui s’adresse à d’autres rikains mais mutatis mutandis, ça vaut en France également.

    Commentaire par ayoub — 11/05/2013 @ 16:06

  20. Bonjour bonjour,

    Dans le même registre, je me permets de signaler la très intéressante BD intitulée « Pyongyang », par un dessinateur qui a eu « la chance » de s’y rendre, pour la seule activité qu’exportait le pays : le dessin animé (oui, l’industrie du dessin animé utilise les petites mains nord-coréennes pour boucher les trous entre deux images-clefs…). Un dessinateur, je disais, du nom de Guy Delisle, qui a aussi commis les « Chroniques de Jérusalem ».

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pyongyang_%28bande_dessin%C3%A9e%29

    Xavier

    Commentaire par XavierT — 13/05/2013 @ 11:29

  21. La Corée du Nord est un camp de concentration de 25 millions de détenus. Ces pauvres gens ont oublié le sens du mot liberté depuis 60 ans, ils vivent en état de famine perpétuel, on a rapporté des cas de cannibalisme, les gens déterrent les cadavres pour s’en nourrir. Les enfants des dissidents naissent en prison et y passent leur vie, persécutés par les enfants des gardiens.

    En France, on n’en parle que sous deux angles : (i) l’angle géopolitique, la menace de guerre et (ii) l’angle grotesque, cette dictature est absurde.

    On passe complètement à coté du sujet, ce drame humain cataclysmique, un peuple entier qui se fait voler sa vie sous nos yeux blasés.

    Faut-il rire ou pleurer? Comment peut-on se poser une telle question? Comment peut-on vouloir rire du malheur?

    « La vie est belle » avait été critiqué pour avoir ri du nazisme. Mais le rire y était clairement une armure pour atténuer une horreur qui était le vrai sujet du film.

    Quand on parle de la Corée du Nord, l’horreur n’est pas le sujet. Je ne me l’explique pas. Pourquoi avons-nous besoin d’ajouter l’injure au mépris?

    Commentaire par Lib — 13/05/2013 @ 12:31

  22. Le droit de ne pas finir un livre : c’est un des droits les plus importants, si ce n’est le plus important. Il existe un tel panel de livres, en termes de quantité, de qualité et de sujets abordés qu’on ne peut nécessairement pas accrocher à tout. Comme le dit Pennac, « il y a trente-six raisons d’abandonner un roman » : certains sont mal écrits, d’autres ennuyeux, manquant d’originalité, déprimants, ou plus généralement pas conformes à nos goûts personnels ou à notre humeur du moment. L’obsession d’aller au bout de toutes ses lectures, même celles qui nous accrochent le moins, relève pour moi d’un profond masochisme. Si on n’adhère pas, il faut passer au prochain roman de sa « PAL », et voilà tout.

    Commentaire par Thanh Clarke — 06/06/2013 @ 16:44


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :