La Plume d'Aliocha

02/03/2013

Les mille et un métiers de Rachida

Filed under: Mon amie la com' — laplumedaliocha @ 11:35
Tags: , ,

« Dieu des médias, donnez-nous chaque jour notre petite phrase, nourrissez-nous de ces scandales et cancans que nous aimons tant ».

La petite phrase délicieuse du moment est donc celle de Rachida Dati, assurant dans une conférence de presse au statut on/off incertain que si elle ratait la Mairie de Paris, elle était prête à redevenir caissière à Franprix. Pourquoi « redevenir » me direz-vous, parce qu’il semblerait qu’elle ait financé ses études il y a fort longtemps grâce à un job de caissière. Le magazine Challenge a repris la phrase et déclenché le petit buzz espéré : ricanements liés à son look pas vraiment sorti du catalogue Printemps/Eté 2013 de Monoprix, découverte d’un texto fort sensuel à Goasguen, le tout assorti de l’incontournable indignation sur l’offense faite à une catégorie de « faibles », ici les caissières de Franprix et plus généralement les petits salaires. Comme elles sont savoureuses les leçons de morale de l’Obs en ce moment…Mi-amusée, mi-affolée, l’enseigne concernée a même réagi à la plaisanterie. Ah, l’art de pondre de l’actualité sur du Rien !

Comme je me souvenais que Rachida Dati avait prêté le serment d’avocat le 17 février 2010, je suis allée faire un petit tour sur l’annuaire de l’ordre des avocats de Paris pour savoir si la dame était toujours inscrite. Réponse : oui. Elle exerce officiellement boulevard de la Tour Maubourg. Lors de sa prestation de serment, elle avait été accueillie dans les locaux du cabinet Sarrau Thomas Couderc, sis boulevard Haussmann. Visiblement, l’hébergement a pris fin. Les avocats ayant  le souci de faire connaître leur existence à leurs clients potentiels, en principe ils s’inscrivent au moins dans les Pages jaunes, à défaut de recourir à une publicité plus offensive qui reste strictement encadrée par leur déontologie. Rachida Dati pousse très loin les obligations de réserve et de délicatesse puisqu’elle ne figure pas dans l’annuaire. Il est vrai qu’elle ne doit guère avoir le temps d’exercer son nouveau métier en ce moment. Toujours est-il que la presse peut se rassurer et le public aussi. Avant de se résoudre à trouver un emploi de caissière, Rachida Dati pourra toujours porter la robe et laisser dépasser ses ravissantes Louboutin. Quelle coquine de nous avoir inquiété pour rien…

Publicités

45 commentaires »

  1. Bonjour Aliocha,

    Rachida Dati? Autorisons nous à pouffer!!!

    Bonne journée

    PS: même pas besoin d’en parler
    PS2: elle est loin d’avoir le monopole

    Commentaire par H. — 02/03/2013 @ 13:41

  2. Allons donc ! Elle fait un procès en paternité à l’héritier Barriêre et a bien d’autres ambitions , elle pourrait au moins prétendre à Monoprix ou Fauchon avec son carnet d’adresses et ses grandes dents.Nous ne nous intéressons pas vraiment à son sort et allons encore moins la plaindre .

    Une pensée plutôt pour ceux et celles qui ont de plus en plus de mal actuellement à payer leurs études et ne sont pas certains d’avoir du travail ensuite. Il fut un temps où les grandes écoles préparaient un boulevard, il semblerait que ce ne soit même plus le cas.

    Commentaire par Scaramouche — 02/03/2013 @ 13:56

  3. @H et Scaramouche : ah bon ? Vous trouvez cela sans importance…vous m’étonnez, c’est pourtant un sujet qui buzz. Mais alors ils sont où tous ces internautes qui se passionnent pour ces sujets sans importance ? En tout cas, moi ça m’amuse de gratter un peu l’éruption médiatique, des fois qu’elle finirait par s’infecter 😉 On pourrait finir par avoir la peau de la malbouffe médiatique, sait-on jamais ….

    Commentaire par laplumedaliocha — 02/03/2013 @ 14:01

  4. @ Aliocha

    Pouffer, c’est pourtant l’essence de la vie, non? -;)
    « …gratter un peu l’éruption médiatique… »: d’accord mais au scalpel et sans anesthésie. Une enquête « sérieuse » (pas à la Médiapart) sur l’intéressée serait de meilleure aloi. Le reste, c’est du bruit inutile (au sens physique du terme).

    Bon parès-midi

    Commentaire par H. — 02/03/2013 @ 14:31

  5. En gros, vous reprochez à RD son côté Marie-Antoinette : « moi, quand je n’ai plus de brioche, je mange du pain… »

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 02/03/2013 @ 14:59

  6. @Denis Monod-Broca : comparons ce qui est comparable 😉 je trouve surtout que l’énergie dépensée à faire tourner en boucle la petite phrase qu’on dit sans y penser gagnerait à être employée dans une vraie enquête comme le souligne H. Pour le reste, je préfère taire ma pensée sur la dame en question.

    Commentaire par laplumedaliocha — 02/03/2013 @ 15:10

  7. @laplume

    sans vouloir.. non rien…. elle ne mérite même pas le temps que l’on prend à écrire son nom sur un clavier . Elle devrait juste disparaître dans les gouffre de l’histoire, sans mot et sans panache.

    Commentaire par herve_02 — 02/03/2013 @ 16:24

  8. @Herve_02 : ah, et vous croyez quoi ? Qu’une justice immanente va la désintégrer ? Ou bien vous attendez que mes potes aillent tendre le micro à la supérette du coin pour savoir si elle veut l’embaucher ? Il faut bien faire une petite mise au point, non ? Ceci est un blog, je ne peux pas aller plus loin, je n’ai ni rédaction pour m’entourer, ni mission d’enquêter, j’apporte juste ma petite correction. Pour que millimètre après millimètre, on déshabille la com’….

    Commentaire par laplumedaliocha — 02/03/2013 @ 17:16

  9. « Comparons ce qui est comparable » dites-vous. Mais c’est éminemment comparable ! La foule est la foule, toujours recommencée, quelles que soient celles (et ceux) dont elle retient les petites phrases…
    La question est : sommes-nous peuple ou foule ?
    Et subsidiairement : ces médias qui, à notre époque, nous agglomèrent, soit en peuple soit en foule, est-il en leur pouvoir de nous orienter vers l’un plutôt que vers l’autre ? ou ne font-ils qu’exprimer notre comportement ? Peut-on leur faire reproche de nos actes ?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 02/03/2013 @ 17:21

  10. Bon, puisque l’art de la suggestion ne fonctionne pas, mettons les points sur les i. Cette anecdote est intéressante sur le fonctionnement des médias.
    – la petite phrase méritait-elle d’être reproduite ? C’est le genre de connerie qu’on dit un peu par provoc, sans y penser vraiment. En même temps, c’est une femme politique qui s’adresse à des journalistes et devrait donc mesurer son langage. Elle fonctionne sur le mode de la séduction, donc il faut comprendre : voyez comme la petite beurette que je suis est courageuse, s’il faut repartir de la base, je le ferais.
    – si on juge que ça mérite d’être repris, alors au minimum on distancie, non pas sur le mode des Louboutin mais au vu de ses réelles potentialités de reconversion, il y a notamment le métier d’avocat que j’évoque, mais on comprend tous que ce serait un pis aller.
    – en fait de quoi, Challenge interroge le gérant du Franprix du coin et beaucoup de médias embrayent sur la petite phrase dans un esprit buzz et absolument pas informatif.
    Voilà, c’est un exemple parmi des milliers d’autres de l’abêtissement de l’information. ça m’a pris trois secondes de trouver la preuve de son inscription effective au barreau, laquelle n’a que trois ans. Les médias ont la mémoire courte, me semble-t-il….

    Commentaire par laplumedaliocha — 02/03/2013 @ 17:24

  11. @Denis Monod Broca : désolée, c’est toujours Askimet qui débloque, vous étiez coincé en attente de modération sans aucune raison valable. D’abord, la phrase de Marie-Antoinette sur la brioche est discutée. http://fr.wikipedia.org/wiki/Brioche comme vous, j’ai longtemps cru à sa véracité, donc ne soyez pas offensé que je le précise, c’est une découverte récente via wikipedia. De toute façon, même si c’est une légende, elle fait du sens. Pour le reste, c’est l’histoire de la poule et de l’oeuf, ils nous servent ce qu’ils pensent devoir nous servir, on suit plus ou moins, confortant le préjugé de départ, ce qui renforce l’effet pervers. Il est plus qu’urgent de développer un réflexe de consommation durable en matière médiatique !

    Commentaire par laplumedaliocha — 02/03/2013 @ 17:32

  12. @laplume

    « ils nous servent ce qu’ils pensent devoir nous servir. »

    Oui et non, disons qu’il y a une foule de sujets qu’il ne faut pas aborder, une palanquée de potes qu’il ne faut pas égratigner et une montagne d’enquêtes qu’il ne faut pas mener. Sorti de toutes ses informations qu’il ne faut pas produire, ils « pensent » trouver des trucs qui pourraient servir d’ersatz de nouvelles.

    pourquoi pas. Si vous pensez que c’est de la com ou de l’information, cela revient à penser qu’un élève qui écrit :  » il a était mort » inaugure un nouveau genre littéraire qui entrera au panthéon de l’histoire. Il y a un mot taillé sur mesure, ciselé au diamant pour toutes ses innovations : « de la merde ».

    Commentaire par herve_02 — 02/03/2013 @ 19:13

  13. @Herve_02 : yep, mais vous ne craignez jamais qu’elle nous en engloutisse cette m…e ?Moi si. En plus, c’est mon job, donc ça m’angoisse un peu 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 02/03/2013 @ 19:18

  14. @laplume

    non je n’ai pas peur qu’elle ne m’engloutisse, car je ne lis pas ces productions. Je n’ai pas la télé et je n’écoute pas la radio, je ne lis pas de journaux ni de magazine d’information. Dès que je reste plus de 5 minutes confronté avec ses …. choses je prends 5 pts de tension et perds 3 minutes d’espérance de vie.

    Au bout d’un certain temps on acquiert face à la société une certaine distance salutaire qui fait, par exemple, que je n’ai jamais acheté un produit si le précédent fonctionnait encore. Et j’arrive même à mettre en marche des P3 chez des gens qui veulent juste lire leurs mails…

    Commentaire par herve_02 — 02/03/2013 @ 20:01

  15. Aucune étude ne saurait donc être plus profitable que celle de sa propre sottise. Mais c’est une entreprise considérable. C’est aussi une étude ingrate, répugnante . Mais elle rend indulgent et compréhensif à celle des autres. dixit@laplume : « ils nous servent ce qu’ils pensent devoir nous servir »

    Commentaire par sivergues — 03/03/2013 @ 04:55

  16. Bonjour chère hôtesse,
    Vous écrivez « Cette anecdote est intéressante sur le fonctionnement des médias. »

    Une autre chose est intéressante: en Italie un candidat « folklorique » (?) a recueilli 25% des suffrages en refusant toute invitation politique dans les medias et en basant sa campagne sur internet.
    Etonnant, non? Cyclopede.

    Commentaire par araok — 03/03/2013 @ 09:24

  17. @Herve_02 : évidemment, mais cette philosophie très sage n’est hélas pas pour moi. En tant que journaliste je ne peux pas fermer les écoutilles…

    @araok : je ne sais pas quoi penser de Pepe Grillo et vous, vous en dites quoi ?

    Commentaire par laplumedaliocha — 03/03/2013 @ 09:47

  18. Je n’ai pas de point de vue étayé sur Grillo. Par contre son résultat en by-passant les médias traditionnels me paraît digne d’intéret.

    Commentaire par araok — 03/03/2013 @ 10:43

  19. @araok : eh oui, sauf que je ne suis pas sûre qu’on puisse séparer fond et forme en l’espèce…

    Commentaire par laplumedaliocha — 03/03/2013 @ 11:30

  20. @ araok

    En période de crise on observe assez classiquement la montée du nationalisme. Et, Beppe Grillo n’échappe pas à ce phénomène : il flirte avec l’extrême droite dans des proportions que nos médias français et européens n’ont pas rendues compte. Il a expliqué que l’antifascisme n’était pas son problème, il a expliqué qu’il fallait sortir de l’euro, que tous les politiques était pourris, il a expliqué qu’il ne répondrait à aucune question de journaliste dans un comportement tyranneau, il a expliqué qu’il fallait refuser la nationalité italienne aux enfants nés en Italie, il a déclaré que le gouvernement roumain s’est libéré du pire en envoyant 50 000 Roms en Italie… !!!???

    Quand on observe un peu le comportement et le discours de Beppe Grillo comment est-ce qu’on peut par commodité d’étiquetage médiatique simpliste qualfier ce « clown » crypto- fasciste web 2.0 de Coluche italien ?

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 03/03/2013 @ 11:35

  21. Le mouvement d’un inconnu en politique récolte 26% des voix ! C’est un événement, et de première grandeur !
    Façon Badiou, la question peut se poser ainsi : « de quoi Beppe Grillo est-il le nom ?
    [Entre parenthèses, en France, la question serait : « de quoi Frigide Barjot est-elle (ou plutot « est-il ») le nom ».]
    La réponse me semble être : c’est le nom de la protestation du peuple contre le dogme matérialiste en vigueur et contre la pensée qui l’exprime, aussi fausse qu’automatique.
    Quand des nations chrétiennes rejettent leur héritage que leur reste-t-il ?
    Quand la raison n’a plus la foi, quand la vérité est niée, quand la parole est bafouée… quel espoir reste-t-il ?
    Quand l’argent et la réussite, le nombre et la force, la consommation et le sexe…, devenus l’alpha et l’oméga de la politique, ne peuvent plus cacher leur absolue vanité, comment le peuple n’en viendrait-il pas à exprimer, avec les moyens qu’il peut, sa protestation ?
    C’est bien normal et très encourageant. Dangereux mais encourageant.

    @ chevalier Bayard
    Votre réaction est symptomatique de la pensée automatique que je mentionne : vous ne voyez en Beppe Grillo que l’allié des fascistes, autrement dit un hérétique. Évidemment : son succès ébranle le dogme auquel vous croyez.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 03/03/2013 @ 12:49

  22. @ Denis Monod-Broca

    Mouais… bon ! Croyez ce que vous croyez…mais surtout apprenez à me lire !

    @ Aliocha : Rachida Dati (caissière ?) avec ses Louboutin ? Oui mais alors chez Hédiard, Fauchon ou la GEP… ? Parce que sa nature de courtisane la conduit plutôt à séduire des capitaines d’industrie de luxe !

    A ce propos : vous connaissez mon fétichisme pour les chaussures féminines. Chez Louboutin moi c’est la « Halte 120 pointu » qui trouve grâce à mes yeux mais surtout pas pour marcher dans la rue ça serait vulgaire….La maison Roger Vivier dans un revival redevient tendance dixit Inès de la Fressange.

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 03/03/2013 @ 13:03

  23. @ chevalier Bayard

    J’ai lu que vous voyez en ce Beppe Grillo un « clown crypto-fasciste web 2.0 » et je maintiens que réduire le phénomène (26% des voix !) à cela est sans doute le signe chez vous d’un très profond et très dogmatique aveuglement.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 03/03/2013 @ 13:17

  24. C’est bien ce que je disais ! Votre dogme à vous c’est de voir dans mon commentaire comment dites vous déjà : »un profond et très dogmatique aveuglement ? »

    Rien que ça ! Quelle délicatesse pour entamer une discussion qui se veut démocratique sur ce blog ! Vous savez : n’être d’accord sur rien c’est l’avantage de ne pas se disputer sur grand chose ! Croyez donc ce que vous croyez…et que les médias s’abstiennent de comparer l’épémère candidature de Coluche avec ce « clown » je persiste avec ce fieffé pantin caricature de lui-même.

    Alors que, voyez-vous, paradoxalement ou plutôt, idéologiquement, devrais-je dire, il y a un point de convergence que je peux partager lorsque vous dites : « c’est le nom de la protestation du peuple contre le dogme matérialiste en vigueur et contre la pensée qui l’exprime, aussi fausse qu’automatique ».

    Mais ça ! Pas besoin de convoquer Badiou pour se rendre compte de cette réalité en temps de crise.

    Pour le reste j’ai un profond respect pour vos convictions religieuses ! Sauf que, pour mes amis italiens de droite comme de gauche, en tout cas, pour les « moins jeunes » surtout après Berlusconi ce discours de repli sur soi ça ne les rassure pas !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 03/03/2013 @ 14:05

  25. Une source proche de l’enquête, prétend que RD aurait bidonné son cv et menti sur l’obtention d’un diplôme de caissière pour avoir le poste… Elle est vraiment prête à tout pour satisfaire son ambition !

    Commentaire par chut... — 03/03/2013 @ 14:59

  26. Caissière à Franprix, Monoprix, Fauchon ou Chaumet, voire dans le groupe Barrière, la vraie question qu’il faut se poser c’est : Rachida arriva-t-elle à saisir les prix sur sa caisse si elle garde sa grosse bague au doigt ?

    Commentaire par Salut c'est Dédé — 03/03/2013 @ 15:37

  27. @ Chevalier Bayard

    « Pour le reste j’ai un profond respect pour vos convictions religieuses ! Sauf que, pour mes amis italiens de droite comme de gauche, en tout cas, pour les « moins jeunes » surtout après Berlusconi ce discours de repli sur soi ça ne les rassure pas ! »

    Mon amie italienne à moi était tentée, elle a gardé le secret de son vote, de voter Grillo…

    Autre exemple d’automatisme de la pensée : votre accusation de « repli sur soi » portée contre celui qui émet la moindre réserve sur l’Europe telle qu’elle se construit.

    On peut certes s’inquiéter d’une situation aussi nouvelle et instable, mais le pire serait de ne pas tenir compte du cri de protestation du peuple italien et de la légitimité de ce cri.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 03/03/2013 @ 16:43

  28. @chevalier

    Lorsque les forces aux pouvoirs, dans toute l’europe, favorisent un « marché commun », non pour apporter aux plus démunis le même niveau de vie que nous (quitte à ce que nous perdions un peu au change), mais juste pour tirer partir de cette pauvreté et par mimétisme décide de nous l’imposer, de force, hors tout processus démocratique, il ne faut pas faire science po pour comprendre que le « peuple » décide de se refermer sur lui même : ce n’est pas de la bêtise ou de la xénophobie, mais la plus simple intelligence.
    Lorsque les gouvernements acceptent que des ouvriers viennent travailler en france, payé à la mode polonaise, avec les « cotisations » polonaises, au niveau de vie polonais ALORS que dans le même temps VOUS ne pouvez venir vendre en france du tabac/carburant/cd et dvd polonais avec les taxes polonaises c’est que l’on se fout ouvertement de votre gueule, c’est que ceux qui le permettent ne sont pas des incapables, mais justes des truands, des mafieux, des malfaisants qui méritent au mieux les geôles au pire la chasse d’eau.

    Citez moi un seul truc qui donne envie à la « populace » de se sentir européenne : vous savez le truc qui fait rêver et permet d’accepter que l’on serve de tapis brosse à une petite caste. Rien qu’un seul truc d’envergure qui améliore notre quotidien ou qui donne l’impression de préserver l’avenir de nos enfants ?

    C’est mon dogme à moi : on peut tromper une personne une fois, non, on peut tromper mille personnes mille fois, non, enfin vous avez compris. Ils sont arrivés au bout de la route : maintenant il va falloir payer.

    Commentaire par herve_02 — 03/03/2013 @ 16:50

  29. @ herve_02

    Si c’est pour me dire que cette europe vous désole je ne peux rien pour vous et, effectivement, pas besoin de sortir de science po comme vous dites…pour faire ce constat !.

    Mais pour revenir au discours de Grillo dites moi vous l’humaniste ça ne vous gêne pas ses propos sur les Roms je cite :  »
    le gouvernement roumain s’est libéré du PIRE en envoyant 50 000 Roms en Italie »

    Moi si !

    @ Denis Monod-Broca

    Je ne peux que vous donner raison : il faut être vigilant dans ce type de discours !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 03/03/2013 @ 17:37

  30. @chevalier

    Moi, ce qui me désole, c’est que les gens su-posément intelligents dont la « mission » serait d’élever le niveau, tel Jean prêchant dans le désert arrivent à déconsidérer un discours complet, à rejeter une alternative politique sur quelques phrases d’un discours. Il y a toujours un moyen de rejeter l’autre pour rester dans le chemin bien connu de « on a toujours fait comme cela, entre gens de bonne compagnie ».

    Je ne connais pas le discours en question et je ne sais pas ce que ce bonhomme veut mais est-ce que, vous, le penseur, êtes vous bien certains de ne pas over-interpréter le sens du « PIRE » ? pire économiquement ? pire socialement ? pire racialement ? et pire dans quel sens ? pire à gérer ? pire à intégrer ? pire à socialiser ?

    Je veux bien imaginer, pourquoi pas, que le sieur ne soit pas multi-culturel. Mais ce n’est pas à lui dont il faut tenir rigueur, mais au reste de la classe politique européenne qui dans SON ENSEMBLE fabrique le ressentiment, la misère et, obligatoirement, la haine. Ce n’est pas lui qui continue à sacagner en france des camps de roms et reconduire à la frontière des palanqués de « roms » ou autres.

    Je ne vous vois pas monter au créneaux pour fustiger le comportement des vals, hortefeux ou gueant. la bête immonde est toujours chez l’autre qui parle différemment. Paille, poutre toussa.

    Commentaire par herve_02 — 03/03/2013 @ 18:17

  31. @ Pour votre information vous pouvez lire son blog ! Soit ! Il est en italien mais il y a des traductions !

    Si vous ne connaissez ni son programme, ni son discours difficile vous le reconnaitrez qu’il ne peut y avoir débat !

    Pour le reste si vous estimez que je ne suis pas digne d’un échange constructif et sympathique, je ne vois pas l’intérêt de continuer cette discussion sur le mode condescendant car soit vous êtes maso soit vous êtes dans la provocation.

    Et, dans cette deuxième branche de l’alternative je ne souhaite pas vous faire perdre votre temps mais surtout je veux pas perdre le mien d’autant plus que par principe on ne peut concilier des divergences irréductibles.

    Le « penseur » vous souhaite une Bonne soirée !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 03/03/2013 @ 18:56

  32. ah ah ah moi j’ai le droit d’être un « humaniste », mais vous « penseur » point. ouais…. et dans la discussion c’est moi qui devrait comprendre que vous avez raison. ouais…. ca ne m’étonne pas en fait.

    On a beau essayer à chaque fois de recommencer, la vérité se fait jour tout le temps identique à elle même. triste.

    Commentaire par herve_02 — 03/03/2013 @ 19:05

  33. @ Sachez que je m’enorgueillis toujours de demander pardon lorsque j’ai pu heurter !

    Très sincèrement, il m’avait semblé que « l’affaire de l’expulsion par Vals des roms » vous avait particulièrement touché et c’est en ce sens que j’avais cru voir en vous, dans la manière dont vous abordiez cette question, un humaniste. Point !

    Désolé mais j’ai du mal a vous suivre : à aucun moment je prétends avoir raison ! L’argument ne résiste pas à l’examen !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 03/03/2013 @ 19:17

  34. @Denis, Chevalier et Hervé : attention Messieurs, jeux de mains, jeux de vilains….J’aimerais autant que vous ne cassiez pas la vaisselle 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 03/03/2013 @ 19:28

  35. @ Denis
    hélas vos connaissances en Histoire ne sont pas à la hauteur de vos habituels propos. Nul n’est parfait mais la sempiternelle petite phrase attribuée à Marie-Antoinette est la cerise sur la brioche que notre faim de scoop nous faisait espérer.
    Il y avait longtemps qu’avec  » l’Etat c’est moi » tout aussi apocryphe on n’avait pas entendu pareille rengaine. Elle nous est répétée périodiquement toujours avec succès.
    Donc si actuellement les petites phrases qui font la une ont la même authenticité ne soyons pas étonnés que certains y trouvent un intérêt très relatif.

    Commentaire par Scaramouche — 03/03/2013 @ 20:03

  36. Ah, enfin une bonne nouvelle dans les sorties de livres : http://www.causeur.fr/gabriel-matzneff-seraphin,21480
    voilà un vrai esprit libre, contrairement à certaines donzelles racontant des histoires de cochon….

    Commentaire par laplumedaliocha — 03/03/2013 @ 20:23

  37. @ scaramouche

    L’intérêt d’une petite phrase n’est pas la dans la petite phrase elle-même mais dans les réactions qu’elle suscite. La brioche de Marie-Antoinette peut n’avoir aucune authenticité historique, son intérêt sans cesse renouvelé n’en est pas moins tout ce qu’il y de plus authentique, nous pouvons, vous comme moi, en témoigner.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 03/03/2013 @ 22:58

  38. Ah, l’inscription au barreau c’était pour servir de DATI*
    Et puis moi je croyais qu’elle était magistrate (elle a démissionné ?)

    * DATI = dispositif d’assistance au travailleur isolé

    Commentaire par legriilon — 04/03/2013 @ 14:57

  39. Dans la série du journalisme qui apporte quelque chose, je signale la sortie du nouveau numéro de Polka, le magazine lancé par Genestar à la suite de son éviction de Match. http://www.polkamagazine.com/21/le-mur/decouvrez-la-nouvelle-edition-de-polka-magazine/1165
    On notera au passage que Genestar a dirigé longtemps un des magazines les plus décriés pour son côté pipole, quand l’actuel patron de l’Obs, Joffrin était considéré comme un journaliste politique sérieux….Résultat, qui croit à l’avenir de reportage ? Qui publie des photos de guerre ? Qui mouille la chemise et risque ses billes pour faire vivre le vrai journalisme ? Genestar. Une démarche à encourager !

    Commentaire par laplumedaliocha — 05/03/2013 @ 09:10

  40. Je ne suis pas grand connaisseur de la politique italienne, mais il me semble que le discours de Beppe Grillo présente une surprenante similitude avec celui d’Umberto Bossi, tant dans sa forme que dans le sens, avec notamment une franche xénophobie qui place en comparaison notre « Droite populaire » au rang des gauchistes. Et face à lui, se trouve un Berlusconi semble-t-il ressuscité, malgré la batterie de casseroles attachée à ses pieds, et prompt à jouer des mêmes artifices qui lui ont valu une domination incontestée sur la vie politique italienne. Donc en fait, pourquoi croire que l’Italie est au seuil d’une révolution, alors qu’elle offre une scène semblable à première vue au contexte des années 90, lors de la ruine des partis traditionnels après la curée Manu Polite. On peut sans problème hasarder que Berlusconi, magnat de l’industrie du divertissement et pas mal copain avec les « pourris » de Rome quand ceux-ci régentaient le royaume , n’a construit sa carrière politique qu’avec la ferme intention de préserver un système aussi profitable pour ses intérêts. Le pas-de-deux effectué avec la Ligue Lombarde, fait de divorces bruyants et de réconciliations hypocrites, c’était du spectacle qui masquait l’essentiel. Aujourd’hui, se trouve face à lui un self-made-man, à la réussite personnelle avérée, lui-même produit de l’industrie du divertissement. Intuitivement, j’ai tendance à penser au mot placé par Lampedusa dans la bouche du Prince Salina: « Il faut que tout change pour que rien ne change ».

    Commentaire par Switz — 05/03/2013 @ 11:58

  41. @ Swirz

    « Intuitivement, j’ai tendance à penser au mot placé par Lampedusa dans la bouche du Prince Salina: « Il faut que tout change pour que rien ne change ». »

    Sans doute, sans doute… Le paysage politique italien n’est certes pas transformé de fond en comble par ce vote. Il n’en reste pas moins que 26% du corps électoral se portant sur un mouvement politique tel que ce  » mouvement 5 étoiles », né la veille, autour d’un homme nouveau en politique, peut-être interprété comme un cri de protestation de première grandeur.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 05/03/2013 @ 14:21

  42. @ Bonjour Switz

    On ne peut échapper à cette réalité de la montée du populisme en Europe et pas seulement en Italie ou en France.

    Connoté négativement le mot populisme renvoi à une réaction plutôt démagogique de simplification à outrance de contestation sans solution on est alors dans un rapport au populisme qui est un rapport de défiance mais aussi de rejet, d’un populisme critique c’est l’idée d’une causalité unique c’est-à-dire qu’on dira que c’est la faute à l’Europe ou que c’est la faute au politique etc…

    Mais ce n’est pas que cela. L’autre définition c’est aussi cette autre réalité ou, en tout cas, l’apport qu’on peut souligner : c’est le sentiment que la mondialisation a laminé les marges de manœuvre des pouvoirs nationaux que l’échec, en tout cas, en Europe perçu des politiques en faveur de la prospérité, de l’emploi donc du contrat initial de la paix de la production et de redistribution de richesse qui génère la défiance à l’égard des politiques.

    C’est une réponse à l’essai de solution technique par exemple avec Mario Monti en Italie dont on peut faire l’économie et donc, de ce passage par les gouvernements techniques, pour aller directement dans le populisme mais, en ce sens, comme réponse ou tentative à l’échec des politiques actuels ou traditionnels pour fabriquer du résultat.

    Une crise du résultat donc sur les enjeux principalement économiques, de l’emploi, mais également de plus en plus identitaire puisque le rejet de l’islam ou de l’étranger le désir de fermeture c’est ce qui caractérise aujourd’hui les courants d’opinions en France et en Europe.

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 05/03/2013 @ 14:38

  43. @ Aliocha # 36 :

    Je rebondis en citant deux extraits de la biographie de Madame de Maintenon, par Jean Cordelier…

    Mêlée à la querelle du Quiétisme, voici ce qu’elle écrit au sujet de l’ouvrage de Fénelon « maximes des saints sur la vie intérieure » :

    « Monsieur de Cambrai devrait bien enfin comprendre que, d’un livre mauvais par le fondement, on ne saurait en faire un bon par des explications. »

    A quelque 315 ans d’écart, on pourrait transmettre cette judicieuse remarque à monsieur Joffrin et madame Iacub, non ?

    Puis Jean Cordelier nous parle de la réponse de Bossuet (Relation sur le Quiétisme) en ces termes :

    « Parce que scandaleux, l’ouvrage eut tout le succès qu’en attendait son auteur et que celui-ci avait cherché en l’écrivant : un succès éblouissant ».

    Après la presse de caniveau, la littérature de cabinets… oui, le livre de madame Iacub mériterait bien de se retrouver dans notre musée du laid !

    Commentaire par Zarga — 05/03/2013 @ 18:10

  44. @ Zarga

    Excellentes citations ! Il n’y a décidément rien de bien nouveau sous le soleil.

    @ Chevalier Bayard, Switz

    Quand on a dit « protestation » ou « populisme » on a tout dit mais on n’a rien dit. Car protestation contre quoi ? Car quel populisme ?
    Chacun a son avis.
    Évidemment.
    Comment interpréter ce populisme protestataire ?
    Quelle voie prendre ?
    C’est bien là la question.
    Première hypothèque à lever à mon avis : l’Europe. Nous devons, la France doit, non pas par égoïsme, non pas par repli frileux sur soi, mais parce qu’une nation peut penser et agir par elle-même ce que ne peut pas faire ce conglomérat informe qu’est l’Europe, et parce que c’est cela la démocratie, prendre son destin en mains.
    Mais j’en vois déjà qui ne sont pas d’accord et ça me désespère…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 05/03/2013 @ 18:46

  45. @Denis Monod-Broca
    Trouvé ça, si ça peut vous être utile…

    L’érection est fort semblable à la physique quantique: plus on y réfléchit, plus ça devient difficile.

    Commentaire par araok — 06/03/2013 @ 16:40


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :