La Plume d'Aliocha

25/02/2013

Il s’appelait Olivier Voisin

Filed under: Brèves — laplumedaliocha @ 19:44
Tags: ,

Entre les cochonnailles littéraires et la cérémonie des Oscars, il s’est passé des choses infiniment plus importantes et donc bien moins médiatisées, chacun ayant saisi que la médiatisation d’un évènement tend à devenir inversement proportionnelle à son intérêt.  Nous en prendrons une, pas tout à fait au hasard : la mort d’Olivier Voisin, photoreporter. Blessé en Syrie jeudi dernier, il a succombé dimanche à ses blessures. Il avait 38 ans. Je laisse le grand reporter Jean-Paul Mari, auteur notamment d’un très beau livre sur les traumatismes de la guerre,  raconter en quelques phrases combien il est dur de vivre de ce métier et comment on peut en mourir. En annexe à son article, il publie une lettre d’Olivier Voisin datée de février dans laquelle celui-ci raconte ce qu’il observe au quotidien. Cela vaut bien les confidences d’une nonne déjantée, non ? Pourtant, cette histoire-là ne fera pas la Une. Pour un éditeur de presse, la guerre, c’est invendable…

Mise à jour 20h30 : la lettre que j’évoque – en réalité un mail –  reproduite d’abord sur le Huffington Post  puis le lendemain dans le prolongement de l’article de Jean-Paul Mari a été retirée à la demande de la famille. J’ai eu le temps de la lire, elle racontait la Syrie, elle était très belle. Je profite de cette mise à jour pour renvoyer au site d’Olivier Voisin.

Advertisements

22 commentaires »

  1. Bonsoir Aliocha,

    Condoléances à sa famille mais comme le précise Dominique Merchet, la guerre tue (http://www.marianne.net/blogsecretdefense/Incroyable–On-meurt-a-la-guerre_a963.html) et pas que des militaires.

    Sinon, il y a également eu Yves Debay le 17 janvier dernier: http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2013/02/25/la-revue-assaut-consacre-un-dossier-a-son-fondateur-tue-en-s.html
    Lui aussi, il n’a pas fait la Une. Politiquement incorrect peut être?

    Bonne soirée

    Commentaire par H. — 25/02/2013 @ 19:56

  2. @H. Merchet a raison de répéter cette évidence, elle vaut surtout quand des militaires se font tuer et qu’on découvre soudain que la guerre tue, même les gentils. Pour les journalistes, la différence c’est qu’ils ne font pas partie des belligérants et sont en principe protégés. Ce qui n’empêche pas l’accident. Si je mentionne régulièrement ces journalistes, ce n’est pas pour faire pleurer dans les chaumières. Ils font un métier dangereux, ils le savent, ils assument. A cette réserve que Gilles Jacquier pourrait bien être tombé dans un guet-apens. Si je les mentionne donc, c’est pour la raison qu’évoque Jean-Paul Mari, parce que leur travail intéresse de moins en moins au motif qu’il ne serait pas vendeur. Ce point-là concerne non plus seulement la petite communauté journalistique et les risques du métier, mais chaque citoyen et interroge sur notre consommation des médias et la manière dont nous sommes informés. Cela rejoint la Une de l’Obs sur Iacub. Vous ne pensez pas qu’à tout prendre, la guerre en Syrie est plus importante que le cul d’une intello ?
    Pour Debay, on en a parlé. Son cas est un peu particulier car il me semble qu’il était autant militaire que journaliste.

    Commentaire par laplumedaliocha — 25/02/2013 @ 20:14

  3. Debay tait un ancien militaire reconverti dans le journalisme. Il avait fondé la revue « Assaut ». Il connaissait les risques du métier et avant tout, il aimait la chose militaire même si dans notre monde de Bisounours, cela fait sourire. C’est pour cette raison, je crois, qu’il fustigeait certains de ses collègues qu’il jugeait inconséquent comme il le rappelle dans cet article: http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/files/Par Debay.pdf .
    A titre personnel, je considère qu’à partir du moment où on est amené à se déplacer sur un théâtre d’opération, on est en situation de danger. On s’expose donc à être tué même, et je dirai à notre époque (la dernière guerre officiellement déclarée est la guerre des Malouines en 1982), surtout, parce qu’on se revendique journaliste. Entendons-nous bien, je respecte profondément celui qui fait le choix d’un tel métier et je partage totalement votre point de vue sur l’importance toute relative que peut avoir le cul d’une intello et de l’utilisation qu’elle en fait avec une guerre en Syrie ou ailleurs. Mais le cul, c’est facile (il n’y avait qu’à entendre Europe ce soir à 19h15) et ça guide le monde depuis toujours, la guerre, elle, est difficile et surtout elle tue.

    Bonne soirée

    Commentaire par H. — 25/02/2013 @ 21:05

  4. Ouais, étant relativement proche d’un des deux otages anciennement détenu en Afghanistan, j’ai moyennement apprécié les diatribes, erreurs, raccourcis et amalgames de Debay. Politiquement incorrect est un euphémisme, Debay était proche de l’extrême droite. Un peu trop fasciné par l’étalage de testicules à mon goût et par la testostérone qui suinte des pores de la peau, ce qui n’enlève rien à son énorme courage physique. Quand à Morin… on a presque le même âge, j’ai aussi une vie faite d’engagements, mais bien moindre que les siens…Quand je vois ce que ca me coûte à mon petit niveau, je ne peux que tirer mon chapeau… et penser à ses proches.

    Commentaire par eczistenz — 26/02/2013 @ 00:21

  5. Voisin, bien sûr, pardon… (trop de décalage horaire)

    Commentaire par eczistenz — 26/02/2013 @ 00:36

  6. Cette évocation de témoignages me fait -de nouveau- penser à la lettee publiée ce dimanche, de la part d’un militaire qui vouait la lettre à son fils (lien ci-dessous)
    Sauf qu’un reporter -de guerre ou non- n’a pas pris un engagement identique au militaire … En tout cas pas le même que celui qu’évoque la lettre…
    Et ce Quoique le résultat soit tout aussi tragique parfois ;
    ce qui fait que, en réalité, les engagements des uns et des autres se Ressemblent
    Tout ça le jour des obsèques des policiers tués sur le périphérique à Paris…
    Que d’engagements… Qui forcent le respect!
    R.i.P

    http://www.lejdd.fr/Chroniques/Invite-du-JDD/Lettre-posthume-a-mon-fils-593230

    Commentaire par villiv — 26/02/2013 @ 07:42

  7. @H. : le cul c’est peut-être facile mais :
    – je trouve que notre époque focalise décidément de façon délirante là-dessus
    – je parle d’information, et donc j’aimerais que quelqu’un parvienne à m’expliquer en quoi le bouquin de Iacub a une telle valeur d’information qu’il mérite la Une d’une hebdo d’information politique et générale ?
    Oui, je sais, cette affaire devient obsessionnelle chez moi, mais il se trouve que j’en ai marre de cette presse de gauche donneuse de leçons et si éloignée en pratique des leçons qu’elle se permet de nous asséner. La gauche française commence à me sortir par les yeux. Notez c’est peut-être une question de génération, il est temps de se débarrasser de ces ex-soixantuitards névrosés 😉

    @excistenz : oui, moi aussi je n’ai guère aimé ce qu’il a dit à l’époque. Vous êtes proche duquel, Stéphane ou Hervé ?

    @villiv : des engagements qui forcent le respect mais n’intéressent hélas pas grand monde…

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 09:21

  8. La presse et son lectorat, vu par @si

    « Cette double manchette trahit la nature profonde de ce qu’est un journal, ou la presse en général: une entité qui s’efforce de tenir exactement le discours qu’attend son lectorat, » à propos de la double manchette de l’Equipe ce matin.
    Mais ça doit bien valoir pour d’autres quotidiens et magazines, non? (le NO? 😉 )

    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=15202

    Commentaire par gabbrielle — 26/02/2013 @ 10:53

  9. Aliocha, je partage votre indignation face à certains choix de unes, mais néanmoins :
    – je suis à peu près sûr que la mort de Voisin a été en une de plusieurs sites de grands quotidiens (Le Monde, Le Figaro) ; peut-être pas en une des éditions papier, mais quand même, ce n’est pas comme si tout le monde s’en foutait.
    – globalement, je trouve qu’en règle générale, la mort d’un journaliste est plutôt « assez » médiatisée. Je ne veux heurter personne mais un reporter de guerre qui se prend un éclat ou une balle perdue, c’est horrible pour lui/sa famille, c’est très dommage pour son employeur (s’il en a) et ses lecteurs, bref pour l’information, mais ça n’est pas plus scandaleux que le reste des événements de la guerre en question.

    Je crois que les journalistes sont en général soucieux de rendre hommage à leurs confrères tués dans l’exercice de leurs fonctions. Je conçois qu’en tant que journaliste vous-même, ce genre d’événement vous touche particulièrement. Est-ce que ça mérite forcément la une ???

    Commentaire par Hub — 26/02/2013 @ 11:15

  10. @villiv: Elle est très bien cette lettre, et le passage que je trouve le plus significatif c’est celui-là: « Je te demande de ne pas en vouloir à celui qui m’a tué, à condition qu’il l’ait fait avec honneur. Si c’est au combat, c’est un soldat qui mérite qu’on le respecte. Si c’est un terroriste prêt à toutes les bassesses pour frapper aveuglément, c’est un lâche qui ne mérite même pas ton mépris. »

    Commentaire par Nono — 26/02/2013 @ 11:19

  11. @Hub : quand je parlais de Une, je ne pensais pas à la mort du confrère, mais à la Syrie. Encore une fois, il ne s’agit ici ni de faire pleurer dans les chaumières ni de prétendre que la mort d’un journaliste constitue un évènement capital. L’idée consiste simplement à attirer l’attention sur des professionnels largement plus méritants que les éditorialistes qui incarnent aux yeux de certains le journalisme. C’est tout. Je n’en finis plus d’être écoeurée par la superficialité de cette foutue société et en particulier des médias. Des photos comme celles de Voisin peinent à se vendre, en revanche le cul d’une starlette vaut des centaines de milliers d’euros. Ce n’est pas nouveau, mais ça me fout en rogne dans des proportions que vous n’imaginez même pas….Au demeurant, je pense que ça s’aggrave. Mais bon…

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 11:34

  12. Hélas….http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=15201
    en même temps, si on arrêtait de s’éblouir sur des non sujets, la situation aurait une chance de s’améliorer…

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 13:01

  13. Aliocha : il s’agit du plus discret des deux, Stéphane.
    Le courage physique d’un reporter de guerre qui part seul, sans escorte, sans arme ne me semble pas anodin à moi, même si la mort fait partie des risques.

    Commentaire par eczistenz — 26/02/2013 @ 14:22

  14. @excistenz : j’ai rencontré Hervé, et même interviewé sur ce blog, mais j’ai toujours regretté de n’avoir pu rencontrer Stéphane car j’ai un préjugé favorable à l’égard des êtres discrets…;-)

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 14:25

  15. La demande de la famille – la suppression du mail d’Olivier Voisin – est incompréhensible.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 26/02/2013 @ 14:49

  16. @Gilbert : c’est sûr que dans une société qui étale ses problèmes de cul devant un public qui hurle au génie, vouloir qu’une dernière lettre d’un proche tué à la guerre demeure dans la sphère privée, c’est pour le moins anachronique….Il y a vraiment des excentriques…
    (second degré)

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 15:04

  17. Pour info, cette mise au point de l’AFP :

    Olivier Laban-Mattei : « L’AFP n’a jamais exigé qu’un photographe mette sa vie en danger »

    http://www.photographie.com/news/olivier-laban-mattei-lafp-na-jamais-exig-quun-photographe-mette-sa-vie-en-danger

    Commentaire par argone — 26/02/2013 @ 21:27

  18. @argone : merci ! Ce n’est pas ce que j’ai compris du mail d’Olivier Voisin, mais je suppose que d’autres ont pu le prendre ainsi donc la précision est utile. Cela nous éclaire en même temps sur la demande de discrétion de la famille à l’égard de ce mail, il s’agit bien comme je le supposais d’une crainte légitime de récupération.

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 21:33

  19. Il y a une hypocrisie de la part des employeurs à dire qu’ils n’ont jamais exigé qu’un photographe prenne des risques. À l’usine, quand les conditions de travail se dégradent, quand on demande plus de rendement, les ouvriers prennent plus de risques et il y a davantage d’accidents de travail. Et le patron a beau jeu de dire : « je n’ai jamais demandé de ne pas utiliser les équipements de protection ». Dans le journalisme, c’est pareil. Quand le prix des piges dégringole, bien évidemment que ceux qui doivent croûter prennent davantage de risques que ceux qui n’ont pas le soucis du lendemain. J’ai connu des journalistes palestiniens, correspondants du service public (Radio France) et de l’AFP qui faisaient le sale boulot pour les correspondants occidentaux. C’est à dire que les journalistes occidentaux allaient sur le terrain avec un véhicule blindé, étaient équipés de gilets pare-balles, payés par leur organe de presse, tandis que les Palestiniens qui travaillaient pour les mêmes organes de presse n’avaient même pas les moyens de se payer un gilet pare-balles. C’est d’ailleurs à la suite de cet état de fait qu’une mission de journalistes syndicalistes a publié un petit bouquin, « Palestine sans censure », dont les droits ont servi à financer quelques gilets pare-balles pour les journalistes palestiniens ( http://books.google.fr/books/about/Palestine_sans_censure.html?id=ZPkvAQAAIAAJ&redir_esc=y ). Inutile de dire que malgré leur équipement, dans les situations un peu chaudes les journalistes occidentaux étaient beaucoup plus en retrait que les Palestiniens sans équipement. Si un jour vous croisez Benjamin Barthe, correspondant du Monde et de l’Express, ou Frédéric Barrère, de France Inter, posez leur la question…

    Commentaire par Gilbert Duroux — 26/02/2013 @ 22:32

  20. Aliocha, si vous voulez que je tente une médiation, n’hésitez pas…

    Commentaire par eczistenz — 27/02/2013 @ 00:00

  21. @eczistenz : avec joie…

    Commentaire par laplumedaliocha — 27/02/2013 @ 06:56

  22. ne parlons pas de ce qu’il en coûte à l’ex-compagne de Mr eczistenz, si modeste ici mais en réalité le pire des égoïstes, machistes, menteur voleur et pire

    Commentaire par effarée — 02/11/2015 @ 22:12


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :