La Plume d'Aliocha

23/02/2013

La vie privée est-elle encore taboue ?

Filed under: Coup de griffe,questions d'avenir — laplumedaliocha @ 12:36
Tags: , , ,

Et si le livre de Dame Iacub sur DSK marquait un tournant dans le journalisme à la française ? Un tournant que nous daterons arbitrairement du jour de la parution des bonnes feuilles de l’objet qu’on dit « littéraire » dans un support « d’information politique et générale ». Autrement dit, le 21 février 2013. Etudiants en journalisme, retenez bien cette date, elle est historique. Jusqu’à ce jour fatidique, tous les journalistes politiques français disaient que jamais ô grand jamais, ils ne dévoileraient la vie privée d’un homme politique. C’était leur fierté,  leur honneur, leur marque de fabrique. Ce qui les distinguait notamment de leurs chiens de confrères anglo-saxons et leur satanée presse de caniveau. Il semble bien que la belle éthique ait pris un coup de canif avec l’affaire du cochon sublime. Notez, c’est le propre du cochon, dans l’imaginaire collectif, que de tout salir…

Saluons la naissance du reportage sexuel

La fille de François Mitterrand, tout le monde savait, tout le monde se taisait. Vie privée ! Et qu’importe si cette vie privée s’exerçait en partie aux frais de l’Etat…Les frasques réelles ou supposées de DSK avant l’affaire du Sofitel ? Vie privée. Une seule voix s’était élevée, celle de Jean Quatremer, correspondant de Libé à Bruxelles, mais on l’avait fait taire. Ah l’insolent, le traître à l’honneur du journalisme français. Tout cela donc et bien d’autres choses que nous avons oubliées et surtout ignorées relevait  de la vie privée. Il ne fallait  en parler sous aucun prétexte. Jusqu’à ce jour glacial de février 2013 où l’on nous dévoila la couverture de l’Obs encensant les confidences de plumard d’une intellectuelle subversive en reportage free lance dans les draps de DSK. Fichtre ! La dame y raconte 7 mois de liaison avec le sulfureux politique qu’elle qualifie de cochon. Saluons la naissance d’un nouveau genre journalistique : le reportage sexuel. Evidemment, personne n’imagine que la chose ait pu être téléguidée dès le départ, non, l’envie d’écrire l’a sans doute saisie subitement lors d’une déprime post-coïtale. Et comme chacun sait, l’écriture chez certains, c’est comme le sexe, un besoin irrépressible. Tout comme a dû être irrépressible l’envie de Stock d’éditer ce chef d’oeuvre. Et non moins irrépressible fut donc la tentation pour l’Obs d’en extraire les bonnes feuilles…des fois qu’un confrère lui souffle le trésor au nez et à la barbe…

La trouille sous le masque de l’éthique

A ce stade, on est bien obligé de tenter une analyse. Procédons par ordre, à la manière des juristes. Le récit d’une liaison avec un homme politique en vue relève-t-il d’un sujet de vie privée ? En tout cas c’est bien à cette vie privée là – autrement dit essentiellement aux affaires de coeur et de sexe que songent mes confrères quand ils jurent la main sur le coeur que leur déontologie leur interdit d’en parler -. Qui a transgressé la règle en l’espèce ? Pas une journaliste, mais une juriste/chercheuse/chroniqueuse à Libération. L’honneur de la corporation est sauf, c’est donc une étrangère à notre petite communauté qui a commis cette chose. Oui, sauf qu’elle est reprise en Une par l’Obs. Les raisons invoquées sont nombreuses, la crise de la presse qui lève les pudeurs inutiles, le caractère innovant du livre, son extraordinaire valeur littéraire. On ne rigole pas. Au fond, on peut raisonnablement supposer que la petite communauté journalistique s’est sentie dédouanée par le fait que l’auteure n’était pas du sérail et qu’elle avait en outre vaguement bricolé autour de ce déballage de vie privée un prétexte littéraire. Immoral de coucher avec un homme politique pour le raconter ensuite ? Non, délicieusement transgressif, moderne en diable, fantastiquement artistique, nous explique-t-on. Passons… On ne peut se défendre de penser que la situation de DSK n’est pas étrangère à tout ça.  D’abord, il est à terre, son avenir politique est mort, il est devenu inutile de le flatter ni même de seulement le préserver. Où l’on découvre que la morale de la presse est tout sauf conforme à l’impératif catégorique kantien (faire le bien pour le bien et non dans l’espoir d’un avantage ou la crainte d’un châtiment). Si l’on respecte la vie privée, ce n’est pas par amour d’une certaine éthique mais tout simplement parce qu’on a la trouille des retombées. Tout de suite c’est moins glorieux. Ensuite et surtout, DSK reste aux yeux de certains terriblement bankable et la presse comme l’édition se sentent suffisamment en danger pour envoyer valser leurs ultimes réserves.

Une victime inoffensive et bankable

Alors ? Faut-il considérer comme je le proposais en introduction que le journalisme français vient de rompre avec le respect de la vie privée ? Finalement je ne pense pas. DSK est l’exception qui confirme la règle. Pour la suite, gageons que la trouille continuera d’être bonne conseillère. La morale peut évoluer dans une société, ou plus précisément se diluer, en particulier sous l’influence des modèles étrangers ou  l’attraction du profit. En clair, imiter les copains anglo-saxons est si tentant qu’on finira par céder, surtout si c’est juteux. Mais pas maintenant. Car une autre force s’y oppose, bien plus puissante, la fameuse collusion entre pouvoir et médias. Tant que l’intérêt de la presse continuera d’être du côté d’un silence amical et complice, la vie privée restera le grand tabou des médias français. Gare toutefois à ceux qui se retrouveraient durablement à terre. Nous avons compris en effet que, fouettés par la crise, les médias sont capables de toucher à la vie privée sans états d’âmes, pour peu que la victime soit inoffensive et bankable. Quitte à alourdir singulièrement le dossier, une ultime question se pose : quel est l’intérêt en termes d’information de cette publication et de sa reprise par un grand hebdomadaire ? Aïe, oui, je sais, ça fait mal…La presse est nue.

Advertisements

48 commentaires »

  1. Bonjour Aliocha,

    Vos propos me ramène à l’épisode de l’excellente série danoise « Borgën » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Borgen,_une_femme_au_pouvoir) que j’ai vu hier soir (épisode « En ordre de bataille ») où l’on voit, entre autres, toutes les facettes du journalisme en action à propos des frasques d’un ministre et président de parti.
    Maintenant et sans porter de jugement, si les frasques, les turpitudes influent ou peuvent influer sur la politique du pays (imaginons l’emploi qu’aurait pu faire un service secret de la conduite privée de DSK si il avait été élu. D’ailleurs, qui sait si ce n’était pas déjà le cas lorsqu’il était à la tête du FMI?) ou l’emploi abusif des moyens de l’Etat sont en jeu, je crois que l’affaire doit être portée à la connaissance des électeurs (il existe un précédent fameux en France avec Hélène de la Porte et Paul Raynaud). Après, je voudrais bien faire confiance aux journalistes pour que ça ne dérape pas mais la confiance, elle est très longue à construire mais surtout, elle est très fragile. Je n’ai donc pas besoin de vous faire un dessin. Le Nouvel Obs a manqué une belle occasion de se refaire.

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 23/02/2013 @ 13:13

  2. @H. : Si ma mémoire est bonne, c’est précisément votre argument qui a guidé la rédaction de Sexus Politicus par deux journalistes, dont Christophe Deloire qui s’en expliquait chez Taddei à l’occasion de l’affaire DSK : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/sexus-politicus_459945.html
    Qu’on se comprenne bien, je dénonce l’hypocrisie de la vertu, pas le résultat. Loin de moi l’idée d’une presse de caniveau s’amusant à sortir des révélations croustillantes sur tout un chacun. Maintenant, la presse s’accorde me semble-t-il à faire son mea culpa sur l’affaire Mazarine. Comme vous dites, quand la vie privée a une incidence sur la vie publique, on peut sérieusement se demander si ce n’est pas une information…Je pense que oui, et à mon avis mes confrères aussi, sauf que voilà, on n’embête pas les copains, surtout si ça risque de froisser en plus vos intérêts. Vous pensez que ce livre aurait eu les honneurs de l’Obs à l’époque où DSK était en lice pour les présidentielles ? Allons, bien sûr que non 😉 Je gage que l’Obs aurait hurlé au scandale, sur fond d’intérêts bien compris…

    Commentaire par laplumedaliocha — 23/02/2013 @ 13:32

  3. @ Aliocha

    Nous sommes bien d’accord et je crois sincèrement que nous voyons bien où le bât blesse. Pour l’affaire Mazarine, j’en ai eu connaissance, de manière totalement fortuite, en … 1981, peu de temps après l’élection. C’est bien à partir de ce moment que j’ai commencé à me poser des questions sur le brouet indigeste qu’on me servait au quotidien. Ce que j’avais entraperçue de manière totalement fortuite était nécessairement connue des milieux « autorisés ». J’ai mieux compris par la suite les pourquoi de ce silence. Je ne les approuve toujours pas et les déplore. Vous comprenez mieux, j’espère, ma position.

    Bon après-midi

    Commentaire par H. — 23/02/2013 @ 14:02

  4. Si nous devions comme tante Yvonne bannir de l’élysée les divorcés et ceux dont les habitudes sexuelles sont celles que la morale réprouve nous ferions de sérieuses économies dans le budget de l’Etat.
    Or un individu est un TOUT ce n’est pas un être schizophrène avec des compartiments et il se conduit de la même façon en public qu’en privé, donc lorsqu’il occupe un poste important sa façon d’agir resté la même et connaître sa personnalité me semble indispensable avant de lui confier un poste qui le place à la tête d’un pays .
    Je pense qu’ une personne qui choisit d’être publique n’a plus de vie privée .

    Commentaire par Scaramouche — 23/02/2013 @ 15:53

  5. « Reportage » ?

    Commentaire par Bab's — 23/02/2013 @ 16:10

  6. Alors ? Qu’est-ce que vous en dites, moi je tente de deviner vraiment !. j’essaie de deviner ce qu’elle dit vraiment. Elle n’a pas répondu à la question se savoir si elle allait s’arrêter ou pas ?. L’accusation n’avait pas été rejeté dès l’audience préliminaire : un doute raisonnable pour un tarif raisonnable . Conclusions DSK mis au rancard pour suspension de conduite ultra-indigne. Sur des conclusions instables, comme ils n’arrivaient pas à lui coller le même , ils l’ont coincé sur une infraction jugée mineure. Personne ne s’est donné la peine de contester. Personne ni le barreau ni la police ont pu accuser d’avoir violé. Je reste surpris et atterré de ces conclusions J’aimerais voir monter quelqu’un sur le ring , tout seul pour répondre, je déplore le silence à mon tour. Pour moi , il y a deux genres de personnes . Celles qui y vont oeil pour pour oeil et celles qui tendent l’autre joue. Et elle, c’est oeil pour oeil et je ne la vois pas tenir un truc secret à moins qu’elle veuille protéger le type.

    Commentaire par sivergues — 23/02/2013 @ 16:14

  7. Authueil est visiblement très en colère (et il y a de quoi): http://authueil.org/?2013/02/23/2116-merde-litteraire

    Commentaire par H. — 23/02/2013 @ 18:16

  8. Pour en rire (un peu): http://www.contrepoints.org/2013/02/21/115896-salon-de-lagriculture

    Commentaire par H. — 23/02/2013 @ 18:30

  9. Rien à voir avec le post mais avec le pseudo d’Aliocha, ça s’impose: http://didiergouxbis.blogspot.fr/2013/02/les-deux-vies-de-fedor-mikhailovitch.html

    Commentaire par H. — 23/02/2013 @ 18:34

  10. @H. : il n’y a pas qu’Authueil, le Monde s’y met selon @si, mais pour des raisons pas tout à fait pures…J’irais l’acheter demain.
    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=15191
    sinon, merci pour le lien, ça fait toujours plaisir de lire des chose sur mon écrivain favori, même si je me souviens d’avoir aimé Humiliés et offensés et de n’avoir pas aperçu sa « fausseté », mais bon, l’amour est aveugle, c’est bien connu 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 23/02/2013 @ 19:06

  11. Et comme d’habitude, ça part en cacahuètes et querelles d’ego sur l’art du sexe dans la « littérature », bref, on se tripatouille les névroses, on compare, on hiérarchise ses problèmes de cul, passionnant : http://www.rue89.com/2013/02/23/angot-239966

    Commentaire par laplumedaliocha — 23/02/2013 @ 19:14

  12. La réponse éblouissante d’Angot : http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/23/non-non-non-et-non_1837772_3232.html
    faut que je change de lunette, j’ai du mal en ce moment avec les oeuvres éblouissantes et étincelantes, un problème purement mécanique je présume…

    Commentaire par laplumedaliocha — 23/02/2013 @ 19:30

  13. @ H.

    Merci pour le lien vers Dostoïevski, et vers Didier Goux que je ne connaissais pas.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 24/02/2013 @ 12:22

  14. @ laplumedaliocha

    La réponse éblouissante d’Angot n’a rien d’éblouissant en effet. Que peut-il bien y avoir d’éblouissant dans toute cette affaire ? sauf si on range dans l’éblouissant les coups sur la tête qui vous font voir 36 chandelles…

    Angot dit quelque chose d’intéressant tout de même : la différence entre l’expérience (le livre de Iacub) et la vie (ses livres à elle). Mais en même temps elle se trompe. Ce que Iacub prétend être une expérience est la vie en réalité. Les expériences de ce type, sur la pâte humaine, n’en sont pas puisqu’elles modifient, par leur existence-même, l’objet qu’elles prétendent observer.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 24/02/2013 @ 12:35

  15. @Denis Monod-Broca : ah, merci de prononcer le mot qui manquait depuis le départ dans tous les billets que j’ai rédigés. L’OBJET. Nous y sommes grâce à vous. DSK ici objet de soi-disant recherches, d’une soi-disant expérience, d’un soi-disant objet littéraire innovant, d’une soi-disant oeuvre géniale. OBJET. Objet précisément à la manière de Sade où l’autre n’est plus que l’objet du plaisir. Ce qui me ramène inéluctablement à Dany Robert Dufour qui, dans le Divin marché, explique en quoi notre société est l’accomplissement parfait du rêve de Sade, justement….Notre donzelle n’est pas iconoclaste, elle est au contraire le produit monstrueux de la société contemporaine, en ce sens, elle est parfaitement en phase avec elle, elle ne brise aucun tabou, elle témoigne juste du fait qu’ils sont brisés. Et derrière donc ces règles qu’on dit aujourd’hui inutiles et pesantes, surannées et parfaitement dépassées, il y a quoi ? Quelle liberté fantastique conquise de haute lutte ? Quel chef d’oeuvre littéraire ? Quelle émancipation ? Quel bonheur jusque là inaccessible ? Rien que le récit sans intérêt d’une coucherie inepte…Joli résultat. Appelons cela la liberté du cochon, celle dont on tente justement de s’émanciper depuis des siècles et où l’on retourne avec un enthousiasme infantile qui ne lasse pas de m’étonner 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 24/02/2013 @ 12:45

  16. Tiens, j’avais loupé cela. La société des rédacteurs de l’Obs n’a pas apprécié autant que la direction du journal le livre de Iacub, visiblement : «Sans contester la légitimité à rendre compte de ce livre, le bureau de la SDR s’interroge, dans sa majorité, sur l’opportunité de mettre à la Une de notre magazine l’ouvrage de Marcela Iacub. Il regrette, en outre, que les personnes mises en cause n’aient pas été contactées comme le prévoit la Charte. Il demande, enfin, à la direction de la rédaction de s’en expliquer le plus rapidement possible devant la rédaction.» via Slate http://www.slate.fr/france/68597/marcela-iacub-dsk

    Commentaire par laplumedaliocha — 24/02/2013 @ 12:50

  17. […] livre de Marcela Iacub, La Belle et la Bête, le 27 février, est déjà sujette à discussions. Ici, sur la vie privée et le journalisme […]

    Ping par Veille hebdomadaire – 24.02.13 | Biblio Kams — 24/02/2013 @ 14:53

  18. @ D M-B (en 14)
     » Les expériences de ce type, sur la pâte humaine, n’en sont pas puisqu’elles modifient, par leur existence-même, l’objet qu’elles prétendent observer. »

    Tiens , vous faites dans la physique quantique maintenant ?
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Chat_de_Schr%C3%B6dinger

    Commentaire par Yves D — 24/02/2013 @ 19:19

  19. Fichtre, 2 billets sur ce sujet !!
    Bon heureusement qu’il y a eu l’intermède Maître Mô !

    Car finalement, , avec ces deux billets, c’est la justification complète de ce qu’écrit Laurent JOFFRIN: « Et si ce scandale conduit le lecteur […] à une réflexion renouvelée sur ce que « l’affaire Strauss-Kahn » dit de notre époque (…] nous en éprouverons une satisfaction discrète… » ( http://tempsreel.nouvelobs.com/signatures/20130221.OBS9695/livre-de-marcela-iacub-un-objet-litteraire-qu-on-ne-peut-ignorer.html )

    Dommage quand même que pour « initier » (ou « renouveler ») une telle réflexion, il faille un livre sur ce qu’il faut bien appeler une trahison … Ou plus vulgairement « un coup de p… »

    Mais pour en revenir au journalisme et aux médias, qui sont le fondement de ce blog, n’y a t-il pas une contradiction entre:
    – écrire « La morale peut évoluer dans une société, ou plus précisément se diluer, en particulier sous l’influence des modèles étrangers ou l’attraction du profit. En clair, imiter les copains anglo-saxons est si tentant qu’on finira par céder, surtout si c’est juteux. » ; et
    – ce qu’a écrit le journaliste Jean QUATREMER (lien dans le billet) : « Or, le FMI est une institution internationale où les moeurs sont anglo-saxonnes. Un geste déplacé, une allusion trop précise, et c’est la curée médiatique. » ?

    En résumé, les anglo-saxon ont-ils une morale trop rigoureuse (le mot est sans doute pas idéal, mais je n’en trouvait pas d’autre), ou le contraire ?
    Ou plutôt cette contradiction n’est-elle pas entre les média anglo-saxons et le « peuple » anglo-saxon ?

    Commentaire par Yves D — 24/02/2013 @ 19:38

  20. @Yves D : nous n’avons pas les mêmes pudeurs aux mêmes endroits, ce qui explique la contradiction que vous relevez et que d’ailleurs vous résolvez tout seul fort bien 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 24/02/2013 @ 19:48

  21. @ Yves D

    « Tiens , vous faites dans la physique quantique maintenant ? »

    J’avais plutôt en tête le souvenir d’une très ancienne lecture d’Oppenheimer d’où il ressortait que, en physique atomique, les photons de la lumière nécessaire à l’observation étant de la taille des particules observées, il est impossible d’observer sans modifier ce qu’on observe. Et d’où il ressortait aussi une conclusion valable pour toute observation. Mais sans doute s’agissait-il de physique quantique et n’ai-je retenu que ce que, plus ou moins, je comprenais, ainsi que cette généralisation à toute observation.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 24/02/2013 @ 21:12

  22. @ laplumedaliocha

    Content de vous avoir aidé à trouver LE mot…

    Vous avez raison, Marcela Iacub est dans l’air du temps, elle n’abat aucun tabou. Quand la borne est dépassée, il n’y a plus de limite : son livre repousse un peu plus la limite. Voilà tout. Il fait parler de lui pour cela. Et puis il y aura un autre livre ou un film ou autre chose et il tombera dans l’oubli.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 24/02/2013 @ 21:46

  23. @ Yves D et Denis Monod-Broca
    Juste pour rire :
    « Un jeune ingénieur fraîchement diplômé se retrouve dans le train assis à côté d’ une petite fille.
    L’ ingénieur dit à la petite fille : – Il paraît que les voyages passent beaucoup plus vite si on parle avec quelqu’un.
    La petite fille le regarde et dit : – D’ accord, de quoi voulez-vous qu’ on parle ?
    L’ homme fanfaronne : – Et si on parlait de physique nucléaire ?
    La petite fille lui répond : – D’ accord, mais avant, écoutez-moi bien. Un chevreuil, une vache et un cheval mangent tous de l’ herbe. Pourtant le chevreuil fait des petites crottes, la vache fait des bouses plates et le cheval de grosses boules. Comment expliquez-vous cela ?

    L’ ingénieur pantois, réfléchit un instant puis doit avouer : – Ma foi, je ne saurais l’expliquer.
    Alors, maline, la petite fille lui dit : – Comment voulez-vous que je vous explique la physique nucléaire si vous ne maîtrisez même pas un petit problème de merde ?

    🙂

    Commentaire par Al1C21 — 24/02/2013 @ 22:58

  24. @ Al1C21

    L’histoire est drôle en effet et illustre bien cet écart vertigineux qui existe et se creuse entre les théories scientifiques les plus sophistiquées d’un côté, théories qui aussi abstraites soient-elles ont des applications pratiques, et de l’autre les connaissances scientifiques du vulgum pecus que nous sommes…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 25/02/2013 @ 09:32

  25. Sur Europe en ce moment (25 février, 19h15) Saint Hypocrite est à la fête. Le Nouvel Obs n’a rien contre DSK et le livre n’est là que pour lutter contre je ne sais quelle discrimination (au passage, Catherine Nay vient de baisser dans mon estime).
    Pour mieux comprendre la situation actuelle: http://h16free.com/2013/02/24/21398-de-lindependance-des-journalistes

    Commentaire par H. — 25/02/2013 @ 19:22

  26. L’auto-fiction est, on le sait, un genre littéraire. Chez les femmes écrivains célèbres on peut citer par exemple : la première, Colette (selon Doubrosky), Angot (l’inceste), Duras (l’Amant), Millet (La vie sexuelle de Catherine M), etc…

    Marcela Iacub a d’abord pris la défense de DSK (« Une société de violeurs »), Anne Sinclair l’aurait remercié, c’est ainsi qu’elle s’est rapprochée de l’homme parce qu’il l’a fascinée.

    « Belle et Bête » c’est l’histoire d’une déception amoureuse, une blessure narcissique comme disent les psys.

    C’est une fable sur une femme qui tombe amoureuse d’un cochon parce qu’elle pense que c’est la part non domestique de l’homme, la part sauvage qui veut que ces désirs soient exaucés immédiatement par n’importe qui (une putain, un laideron, peu importe…) c’est ce qui la fascine (V. son œuvre de libertarienne qui voit la liberté individuelle là où la marchandise et les lois de l’offre et de la demande règnent en maître exemple opportun : la prostitution).

    C’est ce qui différencie Iacub des libertaires contrairement à Peggy Sastre mais passons…

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/787427-belle-et-bete-avec-son-livre-sur-dsk-marcela-iacub-la-libertaire-se-decredibilise.html

    En réalité, elle va se heurter sur un homme mais un « homme caniche » comme elle dit : un homme qui a vendu son âme à sa femme et qui pour se venger de cette humiliation, humilie tous les gens qui l’entoure.

    C’est cette dimension (domination et position sociale), semble-t-il, qui doit être insupportable à DSK et Anne Sinclair parce qu’elle touche, probablement, à une « vérité profonde », au-delà, bien sûr, du caractère abjecte de la trahison, de l’opération de marketing et mercantile autour du livre que nous vend le Nouvel Obs.

    DSK est alors comme ces hommes qui se plaignent qu’on leur a fait un enfant dans le dos mais quand on couche avec Iacub comme avec Angot faut pas venir se plaindre après quand on vous fait un livre dans le dos ! Faut pas coucher avec des écrivains !

    Plus sérieusement, si vraiment cette femme l’a piégé pour des raisons mercantiles ce récit avec sa métaphore porcine n’est alors que de la puanteur qu’évoque la truie qui se parfume « à la boue et à l’humus » le gras et le vulgaire comme dans le roman de Darrieussecq.

    A croire que Iacub et DSK métamorphosé en quasi-sympathique d’abord en victime trahie ensuite en baiseur compulsif : ne se tape-t-il pas, nous dit-on, indifféremment des belles et des laides jusqu’à « l’orgie perpétuelle » sont tombés d’accord pour nous entraîner dans une gigantesque partouze publique assimilée, si j’en crois les bonnes feuilles, à la notion de « communisme sexuel »…

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 26/02/2013 @ 11:36

  27. @Le Chevalier Bayard : ah, le communisme sexuel ! Suis-je la seule à voir qu’il n’y a rien de plus facile que d’accoler des concepts les uns avec les autres pour en faire jaillir des idées de pacotille et charmer l’intello germanopratin qui s’ennuie ? Enfin, voilà un thème qui va occuper quelques esprits vacants pour plusieurs mois, existe-t-il une sexualité de droite et une sexualité de gauche ? Fascinant débat….Avant, on peignait la girafe, maintenant, on branle le mammouth, et on appelle ça le progrès. Je m’incline très bas…l’éblouissement me saisit face à tant d’étincelante intelligence. Je n’aurais qu’un mot, régressif en diable et donc parfaitement adapté : youpi !

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 11:43

  28. Tenez, au passage, @si a enquêté pour savoir si DSK avait vraiment dévoré l’oreille de Iacub comme elle le raconte. Alors on ressort les images de la dame, manque de bol, elle porte souvent des bandeaux qui cachent ses oreilles, ce qui complique les investigations. Je ne mets pas le lien, il y a des limites à la pub qu’on peut faire à des conneries.

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 11:44

  29. Vous c’est l’oreille…moi c’est le mascara…!

    A+

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 26/02/2013 @ 11:48

  30. @Le Chevalier Bayard : bon, ben le premier qui trouve s’il lui a léché le mascara avant ou après lui avoir arraché l’oreille prévient l’autre 😉 Putain de suspens !

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 11:54

  31. Chacun c’est fantasme moi c’est les jambes et les chaussures je reste correct… c’est bientôt l’heure du déjeuner !

    DSK est un personnage de roman ! Que voulez-vous il fait vendre…pas d’hypocrisie : n’importe quel journal l’aurait publié !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 26/02/2013 @ 12:02

  32. ses fantasmes bien sûr !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 26/02/2013 @ 12:03

  33. Pascale Robert Diard twitte l’audience : http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/02/26/livre-de-livre-de-marcela-iacub-l-audience-en-refere-en-direct_1838958_3224.html

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 12:55

  34. @Le Chevalier Bayard : les fantasmes ne sont pas ici en cause, mais le comportement de l’auteur et surtout celui de la presse. Leclerc et Malka sont en train de descendre en flammes l’Obs et Stock.

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 12:56

  35. Ça ne m’a pas échappé ? Et alors ? Il faut interdire le livre ? Iacub et la presse de droite comme de gauche doivent vendre…c’est aussi ça la société du spectable !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 26/02/2013 @ 13:11

  36. Encore que…on peut toujours s’interroger sur la « part fantasmée », paradoxalement, d’une oeuvre autofictionnelle !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 26/02/2013 @ 13:30

  37. Le tribunal rendra sa décision sur la demande de retrait du livre ce soir à 19h30

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 14:03

  38. Ce qu’écrivait Joffrin il y a un an sur la vie privée :

    « Le droit à l’intimité familiale, à la discrétion sur sa vie sexuelle ou affective, au secret sur tel ou tel aspect de son comportement privé, fait partie des droits élémentaires de la personne. Les intrusions de la presse dans ce territoire protégé ne peuvent ressortir que du régime de l’exception. Pour entrer dans ce domaine qui tient au plus précieux de l’identité de chacun, il faut de bonnes raisons : le soupçon d’une illégalité sérieuse ou bien la mise au jour d’un élément essentiel pour comprendre tel ou tel évènement important ».

    «En dehors de ces cas, soigneusement répertoriés et délimités par la jurisprudence, chacun a le droit de mener la vie qu’il mène sans être sans cesse exposé au jugement public. Si l’on va au-delà, la pente est dramatique (…) Veut-on vraiment voir se développer en France l’équivalent de la presse Murdoch, qui fait argent du viol systématique de la vie privée et couvre ses pratiques honteuses des oripeaux mités de la liberté de la presse de caniveau ? (…) Je conçois mal le progrès civique qu’il y aurait à favoriser la naissance d’une déontologie journalistique en forme de trou de serrure… »

    Comme dit la pub : « oui, mais ça, c’était avant…. »

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 14:08

  39. Gauche libertaire contre gauche morale, au grand bal des hypocrites, jouissif : http://blog.lefigaro.fr/le-fol/2013/02/marcela-iacub-et-dsk-limposture-litteraire.html

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 14:43

  40. Dans un mail de novembre qu’on vient de m’envoyer, Iacub dit à DSK qu’elle s’est laissé emporter par des gens « pas méchants, mais un peu inconscients et fous » et elle lui demande pardon…quel cirque!

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 14:49

  41. Pascale Robert-Diard au coeur des choses, comme toujours : http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2013/02/26/le-paradoxe-dsk-et-la-presse/

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 17:30

  42. eh bien la décision est tombée, pas d’interdiction du livre mais obligation pour l’éditeur d’y insérer un encart. Bravo la justice ! (c’est sincère) On ne bride pas la liberté d’expression, mais on impose à l’éditeur un coût qu’il ne va pas aimer…

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 20:54

  43. et le Nouvel Obs devra publier un communiqué de condamnation en Une. Bon sang, ça fait du bien !!!! Si on m’avait dit qu’un jour je saluerais une décision de justice taclant un organe de presse…

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/02/2013 @ 21:01

  44. Est-ce cela qu’on appelle le journalisme « embed » ?

    Commentaire par Gwynplaine — 27/02/2013 @ 11:01

  45. […] Je ne m’étais donc pas trompée, quand j’écrivais ceci il y a quelques jours : « Qui a transgressé la règle en l’espèce ? Pas une journaliste, mais une […]

    Ping par Quand Laurent Joffrin s’explique sur DSK | La Plume d'Aliocha — 06/03/2013 @ 21:07

  46. quand on voit des gens racontaient leur vie sur facebook, bazoocam, et à la télé, je doute qu’on soit encore capable de garder certaines « informations privées ». Autant se l’avouer, on est dans une société qui aime se montrer de peur que tout le monde oublie qu’on existe …

    Commentaire par vivi — 28/05/2013 @ 11:12


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :