La Plume d'Aliocha

22/02/2013

Un diamant dans la boue

Filed under: Coup de chapeau !,Salon littéraire — laplumedaliocha @ 10:38
Tags: ,

51om9YYSUvL._SL500_AA300_Les plus anciens lecteurs de ce blog se souviennent peut-être qu’un commentateur un jour ici a attiré mon attention sur le billet d’un avocat blogueur. Ce lecteur, c’était Mussipont. L’avocat, Maître Mô. J’ai oublié de quelle histoire judiciaire il s’agissait. Qu’importe, si chacune est singulière, toutes ont en commun de nous emmener au coeur de l’humain, là où Dostoievski apercevait à la fois la plus terrible noirceur et la plus belle des lumières, comme il le raconta au retour de son séjour au bagne de Sibérie. A l’époque, j’ai relayé l’information de Mussipont, Eolas est tombé dessus par hasard et Internet a fait son oeuvre, propulsant Maître Mô vers une célébrité méritée.

L’avocat-blogueur a sorti un recueil de ses billets à la Table Ronde en 2011. Parmi les multiples tâches essentielles ou accessoires que l’on note mentalement d’exécuter dans une journée, il y avait celle-ci qui me taraude depuis plus d’un an : signaler la parution du livre. Lorsque j’ai enfin trouvé le temps, il était trop tard, l’actualité avait repris sa course folle. Mais en lisant la chronique de Daniel Schneidermann chez @si ce matin, je me suis souvenue aussi que j’avais noté d’aller voir la dernière chronique de Maître Mô signalée par Eolas. L’ennui avec la malbouffe médiatique ce n’est pas seulement qu’elle est toxique en soi, c’est qu’elle parvient à vous détourner de l’essentiel. Un peu plus et je loupais cela ! Daniel a raison de signaler ce texte en contrepoint des errances sur DSK dont nous discutions hier. L’effet de contraste est sidérant entre les guignoleries médiatiques orchestrées par des spécialistes du marketing décérébrés pour distraire et surtout remplir les poches des maquereaux de la culture et ce récit-là qui arrache un diamant de la boue dans laquelle les autres se noient. Alors je vous y renvoie, histoire d’ajouter un tout petit maillon à la chaine de l’intelligence.

Et au passage, je répare mon défaut de 2011 en signalant la sortie du recueil en poche. Puisse-t-il écraser d’un succès mérité tous les produits toxiques dont l’édition nous inonde…Voilà, il y a les porcs fabriqués par le marketing pour titiller notre goût réel ou supposé de la fange, du scandale et du sexe graveleux. Et puis il y a aussi des livres qui ne font pas la Une des newsmagazines mais qui valent infiniment mieux. Raison de plus pour que je joue les discrètes caisses de résonance d’@si en ces lieux. Cela ne suffira sans doute pas à faire autant de bruit sur un bon livre que d’autres en font sur un dérapage, mais qui sait ? Il n’est jamais trop tard pour partir à la reconquête, millimètre par millimètre, du terrain investi par la bêtise et la vulgarité. J’invite tous les blogueurs et les internautes qui me lisent à y ajouter leur maillon. C’est la réponse la plus utile que l’on puisse apporter, me semble-t-il, à l’indignation et à la colère dont nous sommes légitimement saisis face aux errances du système…

Advertisements

20 commentaires »

  1. aliocha, aliocha, vous êtes très injuste et risquer d’induire en erreur les acheteurs du Livre et amateurs de cochonnailles.
    Il n’y a rien de graveleux dans le Livre de Marcela Iacub.

    C’est Renaud Dély du NO qui l’a dit ce matin sur i-télé, doit bien le savoir lui, non?

    Pour ceux qui ne connaissent pas Maître Mô, il y a sur son blog un lien pour recevoir un mail à chaque nouveau billet. Pour ne rien rater.

    Commentaire par gabbrielle — 22/02/2013 @ 10:52

  2. Juste pour info, pour ceux de vos lecteurs qui n’auraient pas lu ce texte, le billet de Mô que je vous avais signalé (en 2008! la préhistoire ou peu s’en faut…) était je crois bien celui ci : http://maitremo.fr/miserable/

    Odile…

    Commentaire par mussipont — 22/02/2013 @ 11:19

  3. @Mussipont : merci, j’ai cherché votre commentaire, la réaction d’Eolas et le reste, je n’ai rien retrouvé. Si vous y arrivez, donnez-moi les liens, je les ajouterai. ça me ferait plaisir de retracer l’histoire précise 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 22/02/2013 @ 11:32

  4. Pour Joffrin « c’est le rôle des médias de parler des bons livres »…on s’étrangle. Ajouter l’arrogance au mercantilisme, c’est courageux quelque part…http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2013/02/22/avec-belle-et-bete-marcela-iacub-met-les-medias-en-emoi_1837093_3236.html

    Commentaire par laplumedaliocha — 22/02/2013 @ 12:56

  5. Le blog de Maitre Mô est une pépite dans son genre. Et je ne dis pas ça parce que j’ai eu l’immense chance d’y publier 2 billets, mais parce que chaque fois que vous terminez une lecture, vous avez des frissons, des sensations, parfois même des larmes tellement c’est bien écrit, bien retranscrit et touchant.

    Si vous ne connaissez pas, foncez-y, il n’est jamais trop tard.

    Commentaire par T0rv4ld — 22/02/2013 @ 13:09

  6. Comme je me suis fait insulter par une hysté…oui, enfin vous m’avez comprise, sur Twitter au motif que j’avais mis la couv du livre grand format et non pas du poche, je m’explique : il est toujours disponible en grand format et l’auteur a donc intérêt à ce que les lecteurs achètent cette version, d’où mon choix. En plus j’aime bien cette couv’. Le lien vers le blog de Maître Mô permet de trouver facilement les références du poche, celui vers @si aussi. Il est affligeant de constater que pour certains, on en fait jamais assez et il faut continuellement se justifier.

    Commentaire par laplumedaliocha — 22/02/2013 @ 13:50

  7. Bonjour Aliocha,

    Effectivement, maitre Mo, c’est plus haut, plus loin. Je ne lis pas tous ses billets mais à chaque fois que j’en ai l’occasion, cette lecture, en dépit des cas terribles qu’il nous conte, a des effets positifs. Il a le don de glisser de l’humanisme là où, de prime abord, on n’en voit pas. Ça fait du bien.

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 22/02/2013 @ 14:48

  8. En fait, les textes de Maître Mô sont chargés d’optimisme. Dans presque toutes les situations épouvantables qu’il décrit, on trouve une ou plusieurs personnes qui font le bien, qui font ce qu’il faut, sans rien attendre en retour, tout simplement parce qu’ils n’envisagent pas d’agir différemment. Monsieur Pourol, le patron. Christelle, la flic… Des gens bien.

    Commentaire par Lib — 22/02/2013 @ 15:38

  9. @H et Lib : ce n’est pas pour rien que j’ai cité Dostoievski en introduction. L’écrivain a passé 4 ans dans un bagne en Sibérie, et à observer les bagnards, il y a découvert en même temps les ténèbres les plus noires et une lumière fantastique. Maître Mô est un pénaliste, ce qui le place au plus près de l’âme humaine. Là où il exerce, il voit les mêmes choses que l’écrivain russe. Son talent est de savoir le voir et l’écrire….Et en effet, il y a plus d’optimisme dans ses billets que dans une pub Ricorée. Parce que c’est la vie dans sa nudité…

    Commentaire par laplumedaliocha — 22/02/2013 @ 15:54

  10. Merci pour le lien vers ce dernier billet de Maître Mô. À sa lecture, je pense irrésistiblement à cette phrase indispensable: « la vérité vous rendra libres ». Ô combien.

    « L’ennui avec la malbouffe médiatique ce n’est pas seulement qu’elle est toxique en soi, c’est qu’elle parvient à vous détourner de l’essentiel. » En plein dans le mille. C’est vrai pour le fast food, c’est vrai pour les journaux… je constate la même chose dans ma vie professionnelle, où les petits problèmes sans intérêt mais vaguement excitants dévorent le temps nécessaire au traitement des questions de fond.

    Par d’accord, par contre, sur l’expression « spécialistes du marketing décérébrés ». Ces gens ne sont pas décérébrés du tout, ils savent très bien ce qu’ils font. Au bout d’un certain temps, ils peuvent en arriver à croire à leurs propres fariboles à force de les répéter, mais au départ, ils en calculent l’impact avec autant de soin que de compétence – la preuve, ça marche.

    Commentaire par Gwynfrid — 22/02/2013 @ 16:07

  11. @ Gwynfrid

    « Ces gens ne sont pas décérébrés du tout, ils savent très bien ce qu’ils font. » O combien vrai mais ne vous trompez pas dans vos conclusions. La Vérité ne les intéresse pas, seul le pouvoir compte (je vous renvoie aux propos tenus par le personnage d’O’Brien dans « 1984″.). Ce ne sont donc pas des fariboles.
    Je crois qu’il faut impérativement lire ces trois livres pour bien comprendre ce qui se passe en ce moment. Le premier est « Propaganda » (http://www.huyghe.fr/actu_469.htm et par ailleurs publié chez Zones) d’Edward Bernays (http://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Bernays), celui sans qui rien ne serait arrivé. Le second est « Storytelling » de Christian Salmon chez La Découverte et enfin, le dernier, « Neuro-Esclaves » de Marco Della Luna et Paolo Cioni chez Macroéditions. Non pas que nous soyons les victimes plus ou moins consentantes d’un complot caché (quoique, parfois, ce soit la seule explication qui tienne la route) mais que je crois que des individus ou des groupes d’individu ont parfaitement compris l’essence ou ce que dénonce ces ouvrages et en tirent, pour leur plus grande satisfaction, des stratégies gagnantes. Les exemples des effets néfastes de ce bruit malfaisant (au sens physique du mot bruit) sont légions comme celui-ci, tout récent: http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2013/02/21/la-france-doit-elle-sortir-de-lue-la-video-du-debat-ne-doit-pas-sortir-de-lamphi/ (le fond du débat importe moins que ce à quoi se trouvent confronté ceux qui ont filmé la conférence).

    Commentaire par H. — 22/02/2013 @ 16:52

  12. Je confirme… Mô est effectivement un des rares blogueurs à m’avoir arraché des perles au coin des yeux… du coup je ne sais pas si je vais acheter son bouquin car ça commence à bien faire de pleurer.

    Commentaire par eczistenz — 22/02/2013 @ 19:04

  13. @eczistenz : j’ai rédigé ce billet avec un gros sanglot dans la gorge….entre nous, pleurer et rire, c’est être vivant, non ? C’est curieux, j’ai pourtant l’impression que c’est de moins ne moins à la mode justement, d’être vivant 😉 je ne dis pas cela pour vous, c’est un sentiment global. A force de se protéger des émotions on va finir pas devenir fous…

    @Mussipont : c’était bien Odile, merci ! J’ai corrigé les liens en début de billet (dire que j’avais juste signalé Me Mo en note…) en mettant le mien et celui d’Eolas.

    Commentaire par laplumedaliocha — 22/02/2013 @ 19:11

  14. Mô, ah Mô !
    L’Humanité dans toute son horreur,,et dans toute sa splendeur…

    Commentaire par lambertine — 22/02/2013 @ 19:41

  15. Eh oui, Aliocha, Dostoïevski voyait dans l’humain la plus terrible noirceur, mais on oublie trop souvent qu’il y voyait la plus belle des lumières. Et il ne faut pas oublier cette lumière qui parfois, n’est qu’une lueur, mais qui suscite toujours une espérance.
    Dans mes souvenirs des frères Karamazov, un des personnages explique que la meilleure des condamnations de justice serait de renvoyer le justiciable à sa propre conscience. Quel programme! Mais aussi quel espérance en l’homme.

    Commentaire par Dorine — 23/02/2013 @ 11:58

  16. Merci de cette info… Je viens de me procurer l’édition poche… Et je réalise qu’on avait, il y a Quelques années pensé que les billets d’eolas pourraient être publiés également

    Et pourquoi pas d’autres billets comme les vôtres ?

    Et si cela prenait place dans une sorte de courrier international des billets de blogs ayant pour thème un peu tout ce qui intéresse la société dans laquelle on vit….

    Ah la la… Que d’idées que beaucoup on du avoir… Mais il faudrait plusieurs jours de plus par semaine pour tout faire …

    En resumé : merci déjà de parvenir à suivre un peu tout ça pour nous (moi en tout cas 😉 )

    Commentaire par villiv — 23/02/2013 @ 20:49

  17. Dans la rubrique des textes qui touchent : ne pas manquer la « lettre posthume à mon fils – rubrique Opinion du jdd
    (pas de lien trouvé sur internet vers ce texte malheureusement)

    Commentaire par villiv — 24/02/2013 @ 10:30

  18. @Villiv : il y a beaucoup de blogueurs publiés, éloge de la pipeautique par exemple, https://laplumedaliocha.wordpress.com/?s=pipeautique ou encore Benedicte Desforges http://police.etc.over-blog.net/. Je pense qu’il faut s’émanciper de l’actualité pour que cela intéresse l’édition, ce qui est le cas de Maître Mô, ses histoires sont éternelles. Quant au journal que vous évoquez, il a existé, créé justement par Rosselin, un des fondateurs de Courrier international. Il s’appelait Vendredi et n’a tenu qu’un an de mémoire. https://laplumedaliocha.wordpress.com/2008/10/17/bienvenue-a-vendredi/

    Commentaire par laplumedaliocha — 24/02/2013 @ 10:38

  19. Au temps pour moi*** …

    L’idée était donc prise…

    *** comme on disait deja à l’époque d’Odile, chez EOLAS, avec vous et Mussipont 😉

    Nostalgie : http://www.maitre-eolas.fr/post/2008/11/27/1223-odile#c77003

    Commentaire par villiv — 24/02/2013 @ 13:37

  20. Il y a un nouveau maître blogueur qui mérite également de l’intérêt : http://www.maitrefaire.ch . A découvrir, un whisky à la main. 😉

    Commentaire par Stgi — 28/02/2013 @ 22:37


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :