La Plume d'Aliocha

05/02/2013

Les aventures de Twitter à l’Assemblée

Filed under: questions d'avenir,Réflexions libres — laplumedaliocha @ 21:37

Unknown-1Les aventures de Twitter ressemblent à celles de Oui-Oui, la série apparait aussi charmante qu’inépuisable. Ainsi donc, après Twitter à l’Elysée, puis Twitter au Palais de justice, et même Twitter à la guerre, voici venu l’épisode de Twitter à l’Assemblée nationale. Entre nous, le caractère  progressiste du mariage homosexuel ne pouvait qu’engendrer, oups, pardon, le mot est sensible en ce moment, ne pouvait donc que s’accompagner d’une innovation technologique. Comme dirait mon copain Muray, vive : « les avancées qui vont de l’avant sans craindre d’aller plus loin que loin » et plus encore les « progrès inéluctables qui ont le vent du futur dans les voiles ». Ici, la forme et le fond s’accordent en une alliance parfaite. Twitter donc, est entré dans l’histoire  de l’Assemblée nationale – à défaut de s’être trouvé une place dans son règlement – à la veille du week-end dernier. Pour le plus grand bonheur des modernophiles, dont bien évidemment je suis.

Un débat souillé ?

En dignes historiens de l’instant – c’est la jolie définition qu’on donne parfois des journalistes – tentons d’être précis. Tout a commencé le 1er février, sur un malentendu. Christian Jacob (UMP) fait une demande de rappel au règlement après avoir cru comprendre qu’Hervé Mariton (UMP) s’était fait traiter sur Twitter de « conservatrice coincée » par Sergio Coronado (Vert). En réalité, il y a sans doute eu méprise, sur fond de comparaison audacieuse avec la série américaine Desperate Housewives. Le Lab, qui nous offre le meilleur de la politique, s’en explique ici. Entre nous, si ceci est le meilleur, je préfère tout ignorer du pire.  L’affaire rebondit et s’envenime avec un tweet de Jérôme Guedj (PS) : «Je rejoins la séance, déprimé par avance de devoir supporter tant d’inepties et de mauvaise foi. Ils voulaient un débat, ils le souillent.» Il n’en était pas à son coup d’essai. Nouveau rappel au règlement. Claude Bartolone, le président de l’Assemblée, répond alors que son autorité se limite à l’enceinte de l’hémicycle. Et Dieu sait que sur ce coup-là, il a déjà bien du mérite. Depuis, ça n’arrête plus : Tweet incendiaire, rappel au règlement, et ainsi de suite. Pour se faire une idée, c’est ici et partout ailleurs.

Un peu de retenue peut-être ?

On observera qu’Internet en l’espèce tient parfaitement son rang de défouloire. Il semble en effet que ce soit l’obligation de supporter d’entendre défendre les 5 000 amendements de la droite jugés ineptes par la gauche qui justifie ce besoin de s’épancher dans la cage sans barreaux de l’oiseau bleu. La gauche tweete son irritation, la droite réplique, et c’est le cercle vicieux. Du coup, surgit la question cruciale : faut-il réglementer l’usage de Twitter au Parlement, voire installer des brouilleurs ? Autant essayer de retenir la pluie avec une passoire. Plus sérieusement, on ne voit pas quelles raisons pourraient être invoquées pour brider la liberté d’expression publique des élus du peuple. Il n’y a qu’à faire appel au sens de la retenue et à la dignité de chacun pour que tout rentre dans l’ordre. Pas sur ce texte-là bien sûr, chacun a compris pour le ressentir dans son intimité la plus profonde qu’il rendait fou, mais gardons espoir pour les suivants.

La régulation par l’instinct de survie

Au demeurant, l’usage de Twitter pose ici la même question qu’ailleurs : peut-on tout twitter ?  Ses humeurs, ses courses au supermarché ou bien encore ses cors au pieds du moment que ça amuse/intéresse un public ? Disons simplement que cette désinhibition de la parole publique venant des politiques,   lorsqu’elle ne les pousse pas à la bourde stratosphérique, nous interroge au minimum sur ce que font réellement nos gouvernants dans les réunions de travail, et a fortiori lors des événements historiques comme le vote du mariage pour tous. Mais bon….Gageons qu’il en ira du législatif comme de l’exécutif et du judiciaire, un bon dérapage bien saignant devrait suffire à rappeler chacun aux impératifs de la survie,  – à défaut de sens du respect de l’autre, des institutions ou que sais-je encore d’aussi suranné – et ramener un peu d’ordre. La somme des égoïsmes individuels fait le bien commun, comme le disait fort justement le père du libéralisme, notre maître à tous.

Retour-son

Twitter est entré d’une autre façon au Parlement. C’est en effet la première fois à ma connaissance qu’on live-twitte, autrement dit qu’on commente en direct sur Twitter,  la discussion d’une loi. En tout cas avec cette ampleur. Pour avoir un peu étudié la chose en matière judiciaire, je sais que les acteurs ne sont pas insensibles à ce retour-son sur leur prestation. Autrement dit, les avocats dans une salle d’audience regardent ce que twittent les journalistes, car cela leur permet d’évaluer en direct le poids de leurs arguments. De là à considérer que le peuple des twittos est susceptible d’influencer les débats parlementaires, il n’y a qu’un pas….En l’espèce, l’exercice donne le pire et le meilleur. S’il est vrai qu’on y croise quelques bons mots, des précisions techniques utiles et des blagues assez drôles, on est frappé aussi d’observer à quel point l’outil sert à certains de vomitoire, à d’autres d’helium à nombril (ah, le nombre d’apprentis juristes-psychanalystes-spécialistes de bioéthique et j’en passe qui donnent des leçons aux députés, c’est fascinant !). Sans compter les militants qui ont parfaitement mesuré le pouvoir potentiel de l’outil. Notons qu’une lourde tendance se dégage, elle consiste à se moquer des physiques et des fringues sur l’air de : vous avez politiquement tort parce que vous êtes physiquement mal tourné.

Enfin…si la liberté d’expression n’autorisait à dire que des choses capitales à des moments historiques, je ne vois pas qui aurait le droit de s’exprimer à part Voltaire, Zola et Martin Luther King. Et même, il se trouverait sûrement des esprits chagrins pour contester leur légitimité. Si j’avais écrit ce billet demain, j’aurais cité BHL, Christiane Taubira, et François Hollande, mais nous ne sommes encore qu’aujourd’hui…

Advertisements

74 commentaires »

  1. Merci, j’ai commencé par rire parce que votre texte est savoureux. Après je me suis dit que d’ici quelques mois/années, ca fera partie du quotidien et qu’on s’agite peut être juste un peu parce qu’on vit une petite transition technologique… un ajustement au meilleur comme au pire. Et puis finalement, ca rajoute une « couche » de débat, une sorte de métamonde pas si inintéressant que ça pour mieux comprendre comment fonctionne « le débat républicain » (tadaam). Bien plus intéressant en tout cas comme utilisation que les inepties pipole.

    Commentaire par eczistenz — 05/02/2013 @ 21:55

  2. A écouter toutes affaires cessantes…

    http://www.franceculture.fr/emission-je-deballe-ma-bibliotheque-gregory-gadebois-nous-lit-25-2013-02-05

    Commentaire par Zarga — 05/02/2013 @ 22:01

  3. Avant Twitter…

    On prête un mot à Churchill, interpellé par une dame alors qu’il était en campagne électorale :

    « Monsieur, si vous étiez mon mari, je verserais du poison dans votre thé ! »

    « Madame, si vous étiez ma femme, je le boirais… »

    Commentaire par Zarga — 05/02/2013 @ 22:04

  4. Cela dit, cela apporte une certaine fraicheur et une certaine spontanéité, que vous, grande pourfendeuse de la com’ devant l’Éternel, ne sauriez détester.
    Et quand bien même, je vous rassure, nos dits spécialistes de la com’ politique se chargeront bien assez tôt d’y mettre bon ordre.

    Commentaire par adrien bis — 05/02/2013 @ 22:43

  5. @Aliocha « Il n’y a qu’à faire appel au sens de la retenue et à la dignité de chacun  » Hum hum, à des politicards français?

    Commentaire par mussipont — 05/02/2013 @ 22:45

  6. une analyse intéressante qui rappelle la diversité des formes de familles, d’engendrement aussi depuis que des techniques médicales nouvelles sont apparues, et la réalité de la distinction entre mariage et procréation, entre procréation et filiation, qui existent déjà de longue date dans notre société. Et la vanité d’en appeler à la nature qui depuis belle lurette (toujours ?) n’est pas plus synonyme de mariage que de procréation et certainement pas de filiation. Toutes les sociétés ont connu des formes d’adoption (Moïse) de procréation pour une autre (Abraham et Agar) et d’engendrement et procréation dans des conditions variées, si l’on se réfère au plus ancien livre de l’humanité qui en donne témoignages, la Bible., mais aussi aux mythologies anciennes telle la mythologie grecque bien connue, pour ne se référer qu’à nos origines culturelles.

    Martine Gross , sociologue, réfute les arguments invoqués par Sylviane Agacinski. La filiation n’est pas affaire de biologie.

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/05/fonder-la-filiation-sur-l-engagement-parental-plutot-que-sur-la-nature_1827329_3232.html

    Je m’étonne que la référence au droit qui est constante en ces lieux et soigneusement distinguée des a priori partisans dus à des engagements et croyances politiques, idéologiques, religieux ou moraux ne vaille plus pour ce qui est du vote de la présente loi. En termes stricts de droit, il serait sage de s’en tenir à ce que signifie cette loi et qui est fort bien expliqué par Eolas.

    Commentaire par KingArthur — 06/02/2013 @ 00:50

  7. Quand il y a un problème, que fait-on pour le résoudre ? Une loi, bien sûr !
    Une loi pour autoriser puisque c’est du côté de modernisme. On va autoriser 2 hommes à se marier on peut autoriser les députes à twitter.
    Ou une loi pour interdire, sous peine d’amende, comme pour la parité. Comme nos députes sont incapables de se discipliner ils font des lois pour se l’imposer, et puis ils les transgressent…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 06/02/2013 @ 08:16

  8. @KingArthur : et moi je m’étonne de ce rappel à Eolas qui sous entend qu’il n’existe qu’un seul juriste dans ce pays et que sa parole est si indiscutable que toute forme de débat est interdit dès lors qu’il a écrit un billet. Et je souligne que le Conseil national des barreaux, auditionné par l’assemblée estime pour sa part que le projet induit des changements dans la filiation et l’adoption. Mais il est vrai qu’il ne représente que 50 000 avocats. Face à Eolas, ça fait pas le poids.

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/02/2013 @ 09:22

  9. @Denis Monod Broca : eh bien, même vous vous vous énervez ? Je crois que ça relève du règlement de l’assemblée et entre nous, tout ceci n’est que de la mayonnaise, à droite comme à gauche. Je doute fort qu’on réglemente l’usage de Twitter à cet endroit-là, on risquerait de repartir sur des mois de bordel 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/02/2013 @ 09:50

  10. @ecistenz : tout à fait d’accord, d’où mon ton ironique 😉 c’est plus drôle à observer qu’autre chose. Ce qui m’ennuie néanmoins, c’est le côté surexcité de tout ceci, si vous lisez les tweets sur le débat #DirectAN pour le hashtag, vous vous apercevez vite que ce n’est pas très sain. Les députés ont l’habitude de s’écharper, lancer des bons mots voire des traits assassins, il n’empêche que le boulot est quand même fait avec un minimum de sérieux. Vu à travers twitter, c’est le psychodrame permanent, les insultes, et une forme d’endoctrinement par quelques meneurs convaincus qui transforment le truc en blanc et noir. Réducteur. Mais bon, on s’habituera en effet.

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/02/2013 @ 09:56

  11. Bonjour Aliocha,

    Merci pour le 50 000 autres !

    A+

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 06/02/2013 @ 10:09

  12. @Le Chevalier Bayard : mais je vous en prie…Et ne désespérez pas, si vous mangez beaucoup de soupe, vous atteindrez peut-être un jour la taille d’Eolas 😉 N’oubliez pas qu’il est plus jeune que vous, mais qu’il a plus d’années de barreau à son actif !

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/02/2013 @ 10:12

  13. Vous savez : « Quand on se considère on se désole mais quand on se compare on se console ». Dans mon domaine j’ai moi aussi suffisamment d’expérience. Je n’ai aucun complexe car j’apprends vite !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 06/02/2013 @ 10:22

  14. il paraît que nous entrons dans les « trois jours sans téléphone portable » … Les psys se demandent si le fait d;être accro aux gazouillis virtuels n’engendreraient pas des psychoses diverses et ne seraient pas signes d’une asociabilité galopante.
    Un jeune couple assis dans un bistrot venait juste de se rencontrer quand chacun d’eux s’est retrouvé le portable collé à l’oreille jusqu’au moment où ils se sont quittés sur un « ciao à demain » .. mais pas un mot ensemble !!!!
    Jacques Tati me manque …

    Commentaire par Scaramouche — 06/02/2013 @ 11:38

  15. PS pour Aliocha : la nouvelle mise en page du blog différente de l’ancienne,( à moins que mon ordinateur fasse des caprices,) favorise les fautes d’orthographe merci d’accepter cette bonne excuse !

    Commentaire par Scaramouche — 06/02/2013 @ 11:41

  16. @scaramouche : j’expérimente la chose depuis des années maintenant et je vous confirme que l’abus d’internet et plus généralement des écrans a des répercussions sur les nerfs. D’ailleurs, l’un des secrets de longévité des habitants d’Okinawa, si ma mémoire est bonne, c’est de ne consommer que très peu d’écran (télé et ordi). Quant à la sociabilité, disons qu’on remplace sa version physique par une version virtuelle. Et l’on se prend à aimer ou détester un nombre incroyable de gens à sobriquet qu’on ne connait pas, au préjudice de ceux qu’on connait vraiment. Où cela nous mènera-t-il ? Je n’en sais foutre rien. Sans doute comme d’habitude à du bon et du moins bon…

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/02/2013 @ 12:09

  17. @ Aliocha 8
    Bien sûr que le projet induit des changements dans la filiation puisqu’il s’agit justement de séparer le mariage, contrat entre deux personnes instituant un couple comme entité juridique dotée de droits (que ne donne pas le PACS), et respectivement la procréation et la filiation, comparablement à l’adoption actuellement en vigueur et à l’engendrement par procréation techniquement assistée.

    La loi sur le mariage consiste à étendre l’accès à celui-ci.
    Les lois sur la famille suivront, puisque outre les formes diverses de faire couple, les formes diverses de faire famille et de parentalité sont telles et à une échelle qui touche la grande majorité de la population (familles monoparentales, divorces séparations et familles recomposées donnant lieu au beau-parent éducateur qui doit avoir un statut, y compris pour adopter, chez les hétéros) qu’il faut légiférer. Toute la population ou presque est déjà engagée dans ces nouvelles formes de famille. Et un certain nombre de couples hétérosexuels sont déjà concernés par la distinction dans le réel entre mariage, procréation et filiation (procréation grâce aux techniques médicales, adoption), sans que cela fasse scandale ni que leur soient contestés ces droits

    Ce que dit Eolas concerne le mariage. Il n’a pas encore écrit sur les deux autres sujets.

    Mais pourquoi citer Eolas ? Non parce que ce serait la parole de dieu, vraie et indiscutable, mais tout au contraire car il donne une analyse juridique qui ne mélange pas tout et ne fait pas intervenir des arguments extérieurs, tels les arguments religieux, car il s’agit d’une loi civile, à propos de laquelle divers points de vue métaphysiques, théologiques s’expriment, ce qui est parfaitement normal, mais qui ne peuvent être à la source d’une loi civile. Les communautés religieuses sont des minorités qui soutiennent des règles valables pour leur seule communauté. Elles ne font pas les lois civiles.

    Eolas, parce que c’est une lecture juridique, non idéologisée autant qu’il est possible, non partisane, laïque.

    En vérité ce que nous vivons est l’abandon de la définition religieuse du mariage chrétien, qui unit mariage procréation et filiation, posé comme invariant éternel et universel, ce qu’il n’est pas. Et l’anthropologie est là pour le montrer quoi qu’en disent certains. http://www.marianne.net/Francoise-Heritier-oui-au-mariage-homosexuel-non-a-la-gestation-pour-autrui_a226327.html

    Les chrétiens disent leur désaccord, c’est compréhensible et parfaitement normal. Mais la loi civile en France n’est pas d’inspiration chrétienne. C’est pourquoi l’organisation de manifestations de rue et la reprise des mêmes slogans par la droite sont beaucoup moins compréhensibles.

    Ce qui est moins évident il me semble, est que la droite ait emboité le pas au point de vue religieux chrétien. Aucune évidence à cela. En G-B la droite vote massivement pour le mariage ouvert aux couples de personnes du même sexe. Et lors du « pugilat » à l’Assemblée en guise de débat, elle glisse sur la pente de l’excès, de la caricature, de la médisance et du mauvais goût.

    Commentaire par KingArthur — 06/02/2013 @ 12:12

  18. La parole des parlementaire est protégée par la loi dès qu’ils s’expriment à l’assemblée.
    Mais qu’en sera t’il avec twitter?

    La justice a déjà condamné de simples citoyens pour des propos twitérisés, les parlementaires seront t’ils immunisés, à quel titre?

    @KingArthur

    Vous êtes très réducteur.
    Des gens s’opposent en France à ce projet de loi non pas parce qu’ils sont chrétiens, mais parce que cela participe à leur liberté d’expression et de choix.

    La gauche, qui a depuis longtemps de vrais problèmes avec la démocratie, peut bien décider que les antis sont des blaireaux terminés au pipi d’une France concervatrice qui est en voie de disparition. Elle n’a pas pour autant apporté la preuve de ce qu’elle avance et en tout cas pas celle de sa supposée plus grande modernité.

    Je doute beaucoup, vraiment beaucoup, que Civitas serait à elle seule capable de mobiliser autant de monde. Mais je comprends bien que lorsque les antis réussissent à réunir deux fois plus de personnes que les pro cela paraît embarrassant lorsque l’on se croit une élite à la tête de la lutte pour la modernité

    Laissons les parlementaires travailler, on les a élus pour cela et après tout les effets de manches et autres mots d’oiseaux ont toujours fait partie des traditions politiques.
    Ce à quoi on assiste est rien, véritablement rien, à côté de la vivacité des débats politiques de la 3ème république

    Commentaire par fredo — 06/02/2013 @ 12:31

  19. @KingArthur : non idéologisée l’analyse d’Eolas ? Allons, je vais être tricarde à vie mais au fond je m’en fous, je vous réponds quand même. Eolas est totalement favorable à la réforme, donc il plaide. Il suffit de le lire sur Twitter pour en avoir la démonstration éclatante. Tous les propos de la droite, il les descend en flammes. Et il en arrive même à moquer la couleur des cravates ou des costumes de Mariton. C’est son droit, simplement je ne connais pas de sujet juridique qui ne puisse donner lieu à débat. ça n’existe pas. Eolas est avocat, il défend des points de vue, fort bien d’ailleurs, avec une très belle plume, un véritable instinct du droit et une très grande culture juridique, mais ça reste des points de vue. Vous n’êtes sans doute pas juriste, sinon vous sauriez que depuis que le droit existe, la doctrine se dispute sur chaque virgule d’un texte, chaque mot d’une décision de justice. Alors ne venez pas me dire qu’Eolas dit la vérité. Il défend un point de vue, c’est tout.

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/02/2013 @ 12:45

  20. C’est marrant. Quand je fais un pas de côté pour relativiser un emballement médiatique ordinaire, tout le monde ici applaudit. Les billets sont twittés et retwittés. J’adopte la même attitude sur le mariage pour tous et soudain ça grince. Je n’ai pas changé, c’est le regard des lecteurs qui change visiblement en fonction des sujets. Pour ce qui me concerne, je continuerai ici à faire des pas de côté 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/02/2013 @ 12:49

  21. Aliocha, mais bien sûr Eolas est favorable à la réforme, ça se perçoit, mais bien sûr il n’y a pas de sujet juridique qui ne puisse donner lieu à débat, le droit n’est pas une science exacte. D’ailleurs à part les maths je ne sais pas s’il en existe des sciences exactes et des sujets qui ne donnent lieu à débat. Tout est sujet à débat. Mais ne me faites pas dire ce que je ne dis pas, que soi-disant Eolas dit la vérité.
    J’ai écrit le contraire.
    Oui il répond aux accusations (plus qu’aux arguments) des anti. C’est clair et il ne s’en cache pas. Mais il n’est pas le seul à relever le côté caricatural et de mauvaise foi de propos apocalyptiques et souvent homophobes qui nourrissent les milliers d’amendements.

    Je ne dis pas qu’Eolas dit la vérité mais qu’il fait du droit et nous épargne des jugements fondés sur des motifs religieux, ce qui correspond à la vie des Français pour leur immense majorité -les formes de vie en couple et de faire famille qui ont complètement changé depuis l’après-guerre-, c’est bien pourquoi je parle de mauvaise foi à propos des arguments de la droite qui sont là juste pour faire obstruction et qui relèvent du cirque et souvent de la farce si l’on en croit les dernières scènes à l’Assemblée, mais ils n’y croient pas eux-mêmes, ils n’en pensent pas un mot.

    Pour moi il est clair que le mariage fondé sur sa définition chrétienne, qu’on le déplore ou non, appartient au passé et n’existe plus, c’est pourquoi le droit change et officialise cet abandon d’une définition chrétienne qui ne correspond plus, à la réalité et à laquelle une immense majorité ne croit plus.

    C’est pourquoi j’y vois de la part de la droite, de la mauvaise foi ou de la comédie ou les deux.
    L’article du Monde a été cité dans un précédent post qui rappelait les positions de la droite UMP sur ce sujet lorsqu’elle acceptait un débat serein en son sein, fustigeait Christine Boutin taxée de passéiste et en décalage avec la réalité, et lorsqu’elle envisageait de réformer le droit du mariage et de la famille dans le sens actuellement en cours.

    Mais encore, hormis ces prédictions apocalyptiques et autres offenses faites aux homosexuels, n’avez-vous pas remarqué qu’à l’appui de leurs déclarations tant de députés aient invoqué leur situation familiale personnelle, qui toutes, comme par hasard, à l’image de la société, incluent diverses formes de famille, et manière de faire famille, où procréation assistée, adoption, homosexualité et couples homosexuels « installés » aspirant au mariage, enfants non reconnus par leur père et adoptés par le beau-père, place du beau-parent… etc. sont le lot de la vie réelle des députés amenés à reconnaître diverses formes de couples, de familles, de procréation et de filiation. Autant à droite qu’à gauche, il y a des familles qui ne correspondent pas à la définition chrétienne brandie par la manif emmenée par Fr. Barjot et (certains) ecclésiastiques. Hormis dans les cercles cathos purs et durs qui n’a pas, soi-même et autour de soi, toutes ces formes de vie commune possibles et manière diverses d’élever des enfants ? Car enfin rien n’est plus singulier qu’un couple et une famille où sont élevés des enfants. Les couples et les familles ne sont pas identiques, parmi les familles où les enfants sont élevés par un couple hétéros comme dans celles où le couple est homo, personne ne peut prétendre à la supériorité. Les individus sont uniques tous différents, les couples aussi, les familles aussi, dans leur manière d’aimer ou de ne pas savoir aimer et chacun se débrouille comme il peut avec son désir, sa sexualité et son amour, pour son conjoint, pour ses enfants.
    On sait très bien que le couple marié, hétérosexuel et durable, ayant engendré par des voies classiques, ne sont pas une garantie contre les mauvais traitement infligés aux enfants.

    Tout cela les députés de droite le vivent personnellement et le savent tout autant que les autres.
    C’est pourquoi je pense qu’il font du cinéma mais n’y croient pas eux-mêmes pour la plupart, hormis Christine Boutin et quelques autres, peut-être les 16 députés seuls présents censés représenter la droite lors de ce débat furieux et souvent guignolesque…

    Commentaire par KingArthur — 06/02/2013 @ 13:43

  22. @tous : merci de nous épargner une nouvelle polémique sur le mariage homo, le sujet du billet c’est Twitter. Sur le reste, tout a été dit dans les centaines de commentaires sous les précédents billets, me semble-t-il.

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/02/2013 @ 14:01

  23. Bonjour,

    1. 1er commentaire ici, je crois, donc merci à vous, Aliocha, pour votre blog et votre verve …
    2. @KingArthur, je crois qu’on peut dire qu’Eolas est pour le moins partisan, oui (et je suis d’accord avec la maitresse des lieux qu’il en a le droit, hein !). J’ai été assez suffoqué par son ton et son parti pris en lisant la note sur la filiation
    3. Avez-vous remarqué que depuis le vote des premiers articles du texte de loi, lemonde.fr ne parle plus du « mariage pour tous » mais du mariage « homosexuel » dans ses articles ?
    4 @ Aliocha : vous me donnez envie de passer à Twitter, vous ! C’est malin !
    5. J’ai bien aimé votre phrase « chacun a compris pour le ressentir dans son intimité la plus profonde qu’il rendait fou » : elle exprime un peu mon agacement face à toutes les simplifications (de comm’, bien sûr, mais quand même :quel manque d’honneteté) des deux camps …

    BigBen

    Commentaire par BigBen — 06/02/2013 @ 14:27

  24. @BigBen : joyeux premier commentaire ! Pour Twitter, faites gaffe, c’est très addictif, même Eolas a mis en place un système qui lui interdit son usage pendant plusieurs heures (mais je sais pas comment ç marche)

    @tous : encore un bins Twitter : http://www.lepoint.fr/politique/mariage-gay-scrabble-a-l-assemblee-polemique-compte-double-06-02-2013-1624290_20.php

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/02/2013 @ 14:31

  25. L’UMP mène une croisade anti-Twitter http://www.lefigaro.fr/politique/2013/02/06/01002-20130206ARTFIG00403-l-ump-mene-une-croisade-anti-twitter-a-l-assemblee.php

    Commentaire par KingArthur — 06/02/2013 @ 15:37

  26. « Eolas, parce que c’est une lecture juridique, non idéologisée autant qu’il est possible, non partisane, laïque. »

    Ah Ah Ah ! Merci pour ce petit moment de franche rigolade.

    Ce qui fait le succès de son blog, précisément, c’est le ton très personnel qu’il arrive à donner à une lecture juridique des événements de l’actualité. Le parti pris et la mauvaise foi – parfois jouissive, parfois horripilante – affleurent à chaque invocation des mânes de Portalis. Un bémol : dans le style geek petit-bougeois liberal/libertaire, il est un peu trop prévisible.

    Commentaire par tocquevil — 06/02/2013 @ 15:46

  27. Quel sera le plus grand sujet de gazouillis prochain ? Le vote des émigrés ou l’euthanasie ?

    Et pendant ce temps il y a les Shadocks qui pompent..

    (Ce qu’il y a d’intéressant c’est le grand retour du mariage car pour le moment il devient très important, en effet que vous parliez de météo ou de bouts de ficelle on y revient toujours . )

    Commentaire par Scaramouche — 06/02/2013 @ 15:50

  28. « Il n’y a qu’à faire appel au sens de la retenue et à la dignité de chacun pour que tout rentre dans l’ordre. »

    Merci pour le fou-rire.

    Commentaire par PrometheeFeu — 06/02/2013 @ 16:27

  29. Twitter ou le concours permanent de punchlines. Ca va 5 minutes. Je ne vois pas comment quelqu’un de raisonnable peut ne pas reconnaître la vanité de cet outil ni garder en estime les députés qui s’y adonnent.

    Commentaire par kuk — 06/02/2013 @ 17:46

  30. « Hélium à nombril »…

    Excellent ! Là aussi, comme dirait Philipe Bilger, il est question de dilatation…

    Ne jetons pas l’outil parce qu’on congédie son utilisateur. On en est aux balbutiements de la chose, on trouvera bien un génie du Haïku pour nous réconcilier avec.

    Avez-vous pris le temps d’écouter la lettre de Depardieu à son père ? Moi ça m’a beaucoup ému, je l’ai mis en parallèle avec tout ce qu’on a pu écrire sur le personnage récemment…

    Commentaire par Zarga — 06/02/2013 @ 17:48

  31. @Tocquevil : merci ! à force de lire avec le plus grand sérieux et de répondre avec le plus grand sérieux aussi aux commentaires, je finis par en perdre la tête (quand je pense qu’il y en a qui m’accusent de ne pas supporter la contradiction – hein Gilbert ? – alors qu’au contraire je m’y noie). C’était aussi mon sentiment, mais je ne l’aurais pas exprimé aussi justement 😉

    @scaramouche : bah, l’un ou l’autre…l’aspect positif, c’est la liberté d’expression et l’implication possible dans le débat grâce aux retransmissions en direct de l’assemblée et à Twitter qui permet de communiquer avec les députés. L’aspect négatif, c’est que ça ne vole pas toujours très haut, que ça radicalise le débat et qu’en effet, si je comprends bien le sous-jacent de votre question, ce n’est pas forcément à la mesure des enjeux.

    @prometheefeu : je savais qu’il y aurait des amateurs… 😉

    @kuk : vanité est le mot, à plus d’un titre, vanité au sens d’inutile car on y passe un temps fou pour rien, vanité parce que c’est en effet un lieu d’expansion des égos. Beaucoup n’écrivent que pour se faire remarquer, entrer en contact avec des personnalités, être repris à la télé, ou en l’espèce remarqué par un député. Du coup, c’est à mourir de rire – ou à pleurer – quand on lit des individus avec des pseudos ridicules et des avatars à l’avenant insulter des députés en disant souvent des conneries plus grosses qu’eux.

    @zarga : pas encore, mais je vais le faire ! Quant à Twitter, vu les évolutions actuelles, il est possible qu’on passe à autre chose avant d’avoir eu le temps d’apprendre à s’en servir. Voyez les blogs, ils ne sont déjà plus à la mode….

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/02/2013 @ 19:06

  32. @ KingArthur
    « Et lors du « pugilat » à l’Assemblée en guise de débat, elle [la droite] glisse sur la pente de l’excès, de la caricature, de la médisance et du mauvais goût. »

    C’est drôle, la pente sur laquelle on glisse, l’excès, la caricature, la médisance, le mauvais goût, sont toujours du côté de l’autre ! Étranges arguments…

    « Mais la loi civile en France n’est pas d’inspiration chrétienne » : vous voulez rire, sans doute… L’inspiration chrétienne n’est certes pas la seule, derrière la chrétienne il y a l’hebraïque, à côté la grecque, sans oublier la païenne, mais nier l’inspiration chrétienne et son importance dans nos lois me semble relever de l’a priori idéologique le plus aveugle.

    On peut disserter des heures sur procréation, engendrement, adoption, parenté, filiation, etc. Il reste qu’un homme et une femme peuvent s’accoupler, qu’il faut être un homme et une femme pour s’accoupler. Ils peuvent, cet homme et cette femme, s’adonner aussi à toutes sortes de jeux sans accouplement, jeux auquels deux personnes de même sexe peuvent jouer tout aussi bien, mais sans pouvoir, eux, s’accoupler. Vouloir à tout prix que ce soit pareil alors que ce n’est pas pareil n’a, littéralement, pas de sens. Introduire cette confusion dénuée de sens dans la loi me semble proprement insensé.

    Mes propos relèvent-ils de la pente sur laquelle on glisse, de l’excès, de la caricature, de la médisance, du mauvais goût ? A vous de le penser…

    Je les vois comme l’expression banale, impersonnelle, d’une très élémentaire vérité.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 06/02/2013 @ 19:44

  33. Les blogs, plus à la mode ? Chouette ! On va enfin pouvoir converser de façon posée, loin des victimes de la mode et de leur diktats.

    Je pense qu’on attend encore le Léonard ou le Vermeer des outils technologiques… quand on les rencontrera, on ne pourra que s’incliner devant l’évidence. A moins qu’ils ne soient déjà à l’œuvre, et nous ne voyons rien.

    Tiens, parlant de chef-d’œuvre, le podcast que je vous recommande est dans une émission qui ces deux derniers jours planchait sur la définition de chef-d’œuvre… excellentissime, de bout en bout !

    Et quitte à rester sur France Culture (que vous écoutez de plus en plus, si je vous suis bien… ;-)), ce matin on a eu un échange plutôt vif entre deux intervenants, un Elie Cohen et un autre dont le nom m’échappe. Au sujet de la santé des groupes automobiles français. Le contradicteur de M. Cohen demandait comment il était possible, pour un groupe qui publie une comptabilité consolidée faisant apparaître après impôts plusieurs milliards d’euros de gains, d’annoncer autant de licenciements ?

    Quelqu’un peut-il répondre ? La question m’a paru pertinente : un groupe qui dégage pareil bénéfice peut-il dire qu’il est en difficulté ?

    Commentaire par Zarga — 06/02/2013 @ 21:02

  34. @Zarga : tout dépend de la pente : si vous dégagiez des dizaines de milliards car vous profitiez d’une avance technologique mais que celle-ci est en train de fondre au point que vous ne dégagez plus que quelques milliards, on peut raisonnablement penser que l’année prochaine vous serez en déficit de quelques milliards et celle d’après en énorme déficit. Comme pour Virgin qui était rentable il n’y a pas si longtemps de ça, mais qui a mal géré sa masse salariale.

    Commentaire par kuk — 06/02/2013 @ 23:38

  35. @Zarga

    Le chiffre absolut du benefice ne veut rien dire. Il est beaucoup plus informatif de regarder des ratios: benefice / avoirs, benefice / (avoirs – dette) etc… Si cela vous semble etrange, faites l’experience de pensee la suivante. Imaginez une petite entreprise qui fait un benefice de 20,000 Euros par ans. C’est a peine de quoi faire vivre le proprietaire. Maintenant, imaginez 1,000,000 de ces entreprises et imaginez qu’ils fassent une fusion. L’entreprise qui en resulte fait un benefice de 20 milliards par ans. Mais les proprietaires ne sont pas plus riches pour autant. Si une entreprise fait de gros benefices, mais qu’elle doit pour se faire mobiliser beaucoup de resources, ce n’est pas tres efficace et est peut etres en difficulte.

    Commentaire par PrometheeFeu — 07/02/2013 @ 04:35

  36. @KingArthur — 06/02/2013 @ 12:12

    « En G-B la droite vote massivement pour le mariage ouvert aux couples de personnes du même sexe. »

    http://archives.lesoir.be/cresson-et-les-anglais_t-19910618-Z042ZZ.html

    Je sais Aliocha, le sujet est Twitter…

    Commentaire par xc — 07/02/2013 @ 07:29

  37. les gazouillis modernes au Parlement et aileurs me font penser à ces petits billets que les élèves se glissaient sous la table pendant les cours à l’époque ringarde où régnait encore une certaine discipline dans nos écoles. Ils sont atendrissants ces vieux enfants qui dorment ou qui s’ennuient sans élégance en se grattant le nez ou en baillant très ouvertement sans cacher leurs dents neuves.

    Commentaire par Scaramouche — 07/02/2013 @ 08:57

  38. @Scaramouche : de quoi vous plaignez-vous, ils pourraient en plus vous montrer leurs dents gâtées 😉 Faites joujou, comme tout le monde, sinon vous allez vous sentir à l’écart. Vive la société hyperfestive !

    Commentaire par laplumedaliocha — 07/02/2013 @ 09:22

  39. @Aliocha : la solitude des vieux devient insupportable. Celle de ceux qui ont une excellente retraite, comme celle des vieux indigents. C’est leur inutilité qui leur vaut ce traitement, jusqu’à ce que la loi autorise leur disparition « volontaire ».
    Quand l’hôpital m’envoie des petits vieux, il arrive trop souvent qu’ils partent du service avec une simple chemise d’hôpital fendue à l’arrière. Et ces pauvres êtres trimbalent leur fesses, offertes au regard des gens de la rue ou de ceux de ma salle d’attente. J’ai beau pousser une gueulante et téléphoner à l’hôpital, tout le monde s’en fout. C’est ce manque de considération pour la pudeur humaine qui fait d’eux des miséreux, qu’ils aient un bon compte en banque ou quelques piécettes dans leur bas de laine.
    Un élu socialiste de mon département m’expliquait qu’il était content de poursuivre une activité publique plutôt que de tourner en rond chez lui et d’avoir l’impression de déchoir en raison de sa retraite. Poursuivant sur sa lancée, il m’expliqua qu’il était honteux que les cheminots et d’autres de la fonction publique bénéficient d’une retraite avant 60 ans, et que les maçons la méritaient plus qu’eux.
    Réalisant ce qu’il disait, il m’expliqua que c’étaient des propos destinés au secret d’un cabinet médical qu’il s’abstiendrait de tenir en public!!! cqfd…….

    Commentaire par Dorine — 07/02/2013 @ 11:01

  40. Ah je viens de lire sur le blog du monde un billet pile poil dans votre sujet, mais consternant pour toutes les parties présentes de sorte que je m’abstiendrai de le commenter.
    http://parlement.blog.lemonde.fr/2013/02/07/sen-prendre-aux-personnes-en-tribune-le-nouveau-truc-de-lump/
    Tout ceci manque de dignité.
    Perso j’aime beaucoup les « Hear hear » théâtralement orchestrés de la Chambre des Communes anglaises.
    En passant, j’aime beaucoup le toon titre de votre papier !

    Commentaire par Maelle — 07/02/2013 @ 12:27

  41. @ Denis M-B 32 voyez le message de Maëlle (40)
    il y a aussi le « best off » des déclarations de la droite à l’Assemblée que je vous passe et qui est assez édifiant.

    Mais pourquoi cette polémique sur l’absence de différence ?
    Personne ne dit que deux personnes du même sexe et deux de sexe différent c’est pareil, quand bien même forment-ils un couple. Tout au contraire, non seulement la différence des sexes existe et avec le rappel de l’existence de couples homosexuels requérant des droits, identité et différence sont questionnées par là, bien davantage que dans la déclaration d’une norme, qui dans les faits n’existe nulle part.
    Différence soulignée par l’incapacité de procréer.
    Homos ou hétéros, différentes sexualités etc
    Et il y a différentes manières de faire couple, de faire famille, d’organiser la filiation.
    Donc on est en plein dans la question de la différence au contraire : différence des sexes, différence des sexualités, différence dans la manière de faire couple et de faire famille, (adoption comprise qui détache la famille du biologique et de la nature) et même de procréer depuis certaines possibilités techniques et scientifiques.
    Avec des questions fondamentales, sur la filiation, sur lesquelles les citoyens sont très partagés, ce qui est compréhensible, mais pas sur le mariage : donner des droits à des couples homosexuels
    Le combat contre l’homosexualité est un combat d’arrière garde.

    Quant à ces histoires de mariage, éducation des enfants par des adultes qui ne sont pas leurs géniteurs, beaux-parents, couples homosexuels voyez cet article qui rappelle quelques réalités qui forcent le droit à répondre en légiférant sur ce qui concerne une majorité de citoyens http://jprosen.blog.lemonde.fr/2013/02/03/moderniser-encore-notre-droit-de-la-famille-516/

    Commentaire par KingArthur — 07/02/2013 @ 13:20

  42. @Maelle : moi aussi, je m’abstiendrai de commenter cette chose, incarnation de la jouissance victimaire à grand spectacle ! Je provoque, j’énerve, je victimise, je m’indigne, je raconte, je buzze. Lamentable.

    Commentaire par laplumedaliocha — 07/02/2013 @ 13:38

  43. @ KingArthur

    « Donc on est en plein dans la question de la différence au contraire : différence des sexes, différence des sexualités, différence dans la manière de faire couple et de faire famille […] »

    « différence des sexualités » : c’est là l’erreur, il n’y a pas une différence des sexualités comme il y a une différence des sexes. Il y a sexe mâle et sexe femelle, à égalité, oui, mais il n’y a pas hétérosexualité et homosexualité, à égalité, il y a sexualité et homo-sexualité, ce n’est pas pareil. Hétérosexualité est un terme inventée pour nous faire prendre une vessie pour une lanterne. Il n’a pas de sens.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 07/02/2013 @ 14:58

  44. Tsssssss, les autres billets sont ouverts pour la question du mariage homo, ici c’est Twitter !

    Commentaire par laplumedaliocha — 07/02/2013 @ 15:00

  45. @KingArthur,
    Avez-vous remarqué que Rosenczveig s’oppose au projet du gouvernement ? Je me retrouve d’ailleurs totalement dans ses arguments et ses propositions pour relever les défis que posent déjà la parentalité, notamment au sein des familles recomposées.

    Commentaire par tocquevil — 07/02/2013 @ 15:19

  46. Rosenczveig pose un certain nombre de questions mais vous ne pouvez dire qu’il s’oppose au projet du gouvernement.

    Juste une citation du juge:  » soyons objectifs : les questions que pose l’homoparentalité ne font que réactualiser des problématiques déjà identifiées et qui n’avaient pas été résolues pour les couples hétérosexuels ».

    Il fait des propositions : pour tous les couples, et conclue tout de même sur « il faut consacrer les droits et devoirs de celui ou celle qui élève un enfant comme le sien sans être son parent biologique. »

    Et je vous laisse lire attentivement l’article, puisqu’ici il ne faut pas parler du mariage ouvert à tous les couples, je ne poursuis pas.

    Commentaire par KingArthur — 07/02/2013 @ 15:29

  47. @KingArthur, Tocquevil & denis Monod-Broca : rappel au règlement : on est prié de parler du sujet du billet à l’instar des députés sommés de rester dans le strict cadre du projet de loi en discussion 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 07/02/2013 @ 15:39

  48. @KingArthur

    heu, désolé, c’est vous qui n’avez pas lu sérieusement l’article (ni les autres billets qu’il a consacrés à la question).

    Un seul exemple : son paragraphe intitulé : « Faut-il aller jusqu’à accepter une double filiation paternelle ou maternelle juridiquement établie ? Non. »

    Il remet donc en cause ce qui est au coeur même du projet, au coeur même de ce débat, et qui a motivé la révolte des anti.
    Si le projet de « mariage pour tous » n’instaurait pas cette double filiation, même notre cher DMB finirait par l’accepter.

    Commentaire par tocquevil — 07/02/2013 @ 15:41

  49. oups…. pas taper

    Commentaire par tocquevil — 07/02/2013 @ 15:42

  50. M’dame ! c’est lui qu’a commencé !…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 07/02/2013 @ 19:23

  51. @DMB

    C’pas de votre fautes, comme le disait la maîtresse les partisans veulent absolument convaincre les autres – parce que quand ça leur pétera à la gueule ils diront que tout le monde était d’accord et convaincu. Ils ne peuvent pas s’empêcher d’expliquer que c’est vachement plus mieux et plus cool qu’avant. On devrait directement les diriger sur twiter et leur proposer un hastag du style #gonflant_pour_tous ou un truc du style.

    Commentaire par herve_02 — 07/02/2013 @ 19:33

  52. LOL! Malgré vos règles chère Plume les anti n’arrive pas à se maitriser.
    Il faut qu’ils disent qu’ils sont contre. Est-ce le bon endroit pour être efficace ?
    Moi de droite et vieux, je ne comprends pas pourquoi la droite perd du temps avec ce sujet.
    Il y a bien d’autres sujets à discuter (reprise de petroplus par ex ou la reglémentation sur les banques).
    Nous avons juste la droite la plus débile du monde.

    Commentaire par Le Pet Financier — 07/02/2013 @ 20:05

  53. Et même si vous aimez bien DMB, il faut qu’il se calme.
    La violence de ses propos est insuportable.
    (oui dmb, tu as un super pb avec l’homosexualité et j’ai comme un doute)
    Excusez moi, je devrais parler de twitter.
    bises a vous.

    Commentaire par Le Pet Financier — 07/02/2013 @ 20:25

  54. @Le Pet Financier

    oui il y a tag sur touiteur #gonflant_pour_tous

    Commentaire par herve_02 — 07/02/2013 @ 20:27

  55. @la chose financière : mes règles, comme vous dites, n’interdisent à personne de dire son opinion. Elles enjoignent seulement de ne pas traiter le contradicteur d’imbécile malhonnête. C’est sans doute un peu trop subtile pour vous, mais en faisant un effort faramineux, vous devriez pouvoir comprendre. Denis est le bienvenu ici, précisément parce qu’il respecte ses contradicteurs. Et aussi parce que ce qu’il dit me semble toujours fort intelligent.

    Commentaire par laplumedaliocha — 07/02/2013 @ 23:45

  56. Je ne vois aucun intérêt aux gazouillis quand on peut s’adresser diectement aux personnes ce doit être le cas des membres du Parlement, (la buvette est faite pour ça.). Comment faisaient -ils « avant » ?
    Le Net permet de se défouler à bon compte et lâchement, de fantasmer sur l’autre qu’on ne connaît pas et qu’on ne verra sans doute jamais, de rompre la solitude et l’ennui et de faire de la psychologie bon marché en posant des jugements de valeur de préférence dévalorisants.
    Comment voulez-vous que cela ne s’étende pas aux forums quand dans le quotidien les « zélites » nous donnent un aperçu de leurs exploîts ?
    La droite comme la gauche offre une image déplorable de la politique et aucun n’en sort grandi.
    Ce qui se perd en France c’est l’éducation de base et ce n’est pas le politiquement correct qui servira de pansement .
    Il y a des limites à ne pas dépasser sauf à se déconsidérer soi-même; l’insulteur dessert sa cause davantage que l’insulté et à moins d’être drôle, (l’ironie ou l’humour excuse beaucoup de choses mais elle se fait très rare) les agressions sont sans intérêt.

    Commentaire par Scaramouche — 08/02/2013 @ 10:46

  57. @ Aliocha (24) : je ne sais pas comment fait Eolas, mais pour se désintoxiquer de Twitter (ou autre) il existe un logiciel qui s’appelle « Cold Turkey » et qui vous permet de bloquer, pendant une période que vous choisissez, l’accès soit à certains sites (définis par vous) soit carrément à Internet (personnellement dans ces cas-là je débranche le câble, j’imagine que ça concerne surtout ceux qui utilisent le wifi).

    Commentaire par Anna Musarde — 08/02/2013 @ 12:48

  58. Et ne pas répondre et laisser tomber le soufflé ce n’est pas mal non plus, on appelait ça le « mépris » autrefois.
    Se faire bloquer par « la dinde froide » Anna Musarde c’est un aveu de faiblesse . Tout l’intérêt des techniques modernes réside dans la force dont nous sommes capables à leur résister. Si vous ne vous sentez pas amputés sans votre téléphone cellular ou sans votre ordinateur pendant huit jours de jeûne vous êtes récupérables pour l’humanité.

    Commentaire par Scaramouche — 08/02/2013 @ 13:12

  59. J’avais répondu, mais ce n’est pas passé…
    Or donc, je disais que je n’ai pas testé Cold Turkey moi-même, je ne pense pas en avoir besoin. J’en ai entendu parler par des gens qui avaient besoin d’une pause, et avaient du mal à se l’octroyer. On peut être accro à Facebook, Twitter, les blogs ou le net en général… Je ne crois pas qu’il y ait de honte à chercher de l’aide dans ces cas-là. Autant avoir honte d’un patch nicotinique, non ?

    Commentaire par Anna Musarde — 08/02/2013 @ 15:43

  60. Un sujet de journaliste sur les derniers NTICs à la page. Bien pour les twitophiles et surtout pour les journalistes. Quel ennui pour les autres …

    Commentaire par Valuet — 08/02/2013 @ 17:18

  61. @Valuet : « les autres » n’ont qu’à aller se promener ailleurs, la toile est vaste et je n’ai jamais prétendu intéresser tout le monde…

    Commentaire par laplumedaliocha — 08/02/2013 @ 20:14

  62. Vive le service public !

    http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-debat-autour-de-l-actualite-scientifique-de-la-semaine-3

    ça devrait vous intéresser… j’attends vos réactions.

    Commentaire par Zarga — 08/02/2013 @ 20:52

  63. les blogs, twitter … une nouvelle technologie et voila que notre démocratie vacille.En tout honnêteté, pour suivre les débat à l’assemblée nationale, je crois que le Mal est plus profond. Que l’on foute la paix aux techniques : elles ne sont dangereuses que selon leurs usages et non en temps que telles. Autrement dit, que la sagesse domine.

    Au passage, je n’ai pas entendu (ou lu) votre ire suite à la dernière exaction de Prestalis (ou du syndicat du livre si vous préférez) …

    Cordialement

    Commentaire par ctpjano — 09/02/2013 @ 00:11

  64. @ Anna Musarde

    J’ai écrit « aveu de faiblesse  » pas « honte » et il n’y en a aucune à se faire interdire de Casino par exemple quand on y dépense tout son patrimoine, mais c’est reconnaître qu’on est incapable de se défendre seul donc en état de faiblesse par rapport à sa dépendance et mieux vaut prévenir à temps.
    On sait qu’on est « accro » lorsqu’après huit jours passés « sans » on ne ressent pas de manque
    C’est un test valable pour tout.
    Beaucoup ne tiennent pas huit jours, dans ce cas : attention danger !
    Mais si on aime la dépendance c’est un choix que je ne juge pas. La honte est subjective et variable..
    Il y a des salles de wi-fi partout et avec les salles de shoot tout le monde peut facilement tester sa resistance et son self-control.
    Ne pas céder aux tentations est un sport comme un autre.

    Commentaire par Scaramouche — 09/02/2013 @ 09:14

  65. Pitoyable époque…

    Commentaire par Lambda — 11/02/2013 @ 12:48

  66. Ca me rappelle une chanson des années 60:
    Tweet à l’assemblée!
    Ca fait partie de l’ambiance à l’Assemblée!

    Commentaire par Quidam — 11/02/2013 @ 13:20

  67. Bonjour Aliocha: Petit HS, mais votre dernier billet sur journalisme/presse a vu ses commentaires fermés 🙂
    Un tacle sur vos collègues donc: http://www.authueil.org/?2013/02/12/2112-enfumage-et-ppl

    Commentaire par Kaeldric — 12/02/2013 @ 15:30

  68. @kaeldric : je vais voir…je suis là, mais un peu débordée. Et en plus, si j’écrivais en ce moment, il se pourrait que je perde mon calme légitime. Quand le monde est un peu dingue, je préfère m’éloigner…. 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 12/02/2013 @ 15:51

  69. @laplume
    légendaire le calme, mas légitime 😉

    patapé /o\

    Commentaire par herve_02 — 12/02/2013 @ 17:11

  70. Aliocha, bonsoir,

    Avez-vous vu cette dépêche?
    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/jerome-kerviel-saisit-les-prud-hommes-contre-la-societe-generale_1219865.html

    Commentaire par gabbrielle — 12/02/2013 @ 19:38

  71. @herve_02 : merci, c’est en effet ce que je voulais dire. Vous noterez cependant qu’à mes yeux, le calme est légitime et le lapsus très révélateur 😉
    @gabbrielle : fichtre, je commençais à l’oublier et non, je n’avais pas vu, merci. Voilà qui confirme mon analyse : socgen est le combat de sa vie, il ne lâchera jamais. On ne me croit pas quand je le dis, et pourtant….

    Commentaire par laplumedaliocha — 12/02/2013 @ 20:58

  72. Tiens, voici un lien vers France Inter, qui nous donne à écouter une archive de 1949, où Pierre Lazareff raconte ce que sera selon lui l’information en l’an 2000… assez troublant, comme nous en préviennent les hôtes de l’émission :

    http://www.franceinter.fr/emission-autant-en-emporte-le-flow-la-radio

    Commentaire par Zarga — 12/02/2013 @ 21:07

  73. Et puis je voulais vous livrer une pensée qui me tarabuste depuis un moment : je me souviens, gamin, qu’on racontait toujours avec une pointe de condescendance ces anecdotes au sujet de « naturels » et autres « aborigènes » qui regardaient avec effroi les premiers appareils photographiques et les premières caméras de cinématographe… ils avaient peur que ces appareils volent leurs âmes.

    Quelle clairvoyance de leur part ! Ils avaient tout compris d’instinct.

    Pourquoi ne les avons-nous pas écoutés ?

    Commentaire par Zarga — 12/02/2013 @ 21:11

  74. @Zarga : de mémoire, Levi-Strauss répond à cette question dans Race et histoire. En substance, et sous toutes réserves, parce que le développement répond aux exigences de la géographie, de l’histoire et des valeurs d’un peuple. Aucun n’est supérieur à l’autre, chacun dépend des circonstances. Quand on vit dans des régions nordiques où il fait froid, il faut être inventif pour survivre, et d’inventions en inventions….mais bon, ce sont de vieux souvenirs, je vous conseille de vérifier. En tout cas, le livre est passionnant.

    Commentaire par laplumedaliocha — 12/02/2013 @ 22:14


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :