La Plume d'Aliocha

18/01/2013

La chasse aux sorcières est ouverte !

Filed under: Insolite — laplumedaliocha @ 09:52
Tags:

C’est une petite perle nichée au fond du web, enfin pas tout à fait au fond, mais sous la ligne de flottaison du gros navire de l’actualité. L’hebdomadaire Marianne fait l’objet d’une plainte pour injure raciale. Si ! A cause d’une chronique de Nicolas Bedos – oui, le fils de, qu’on entendait autrefois le vendredi chez Franz-Olivier Giesbert. Racontant un voyage aux Antilles l’auteur, qui n’a pas ses grossièretés dans sa poche, conclut le récit d’un entretien avec un chauffeur de taxi local par un délicat « enculé de nègre ». Et voici qu’une obscure association attaque le journal en justice. Mais c’est de l’humouuuuuur, rétorque outragé le directeur Laurent Neumann. Bedos fils n’est pas plus raciste que Coluche. Et de souligner : « Ce prurit juridique nous ferait volontiers sourire s’il n’était pas, hélas, le signe d’une dérive procédurière qui conduit de plus en plus fréquemment certains gogos à voir des racistes, des antisémites et des homophobes partout. Et, par là même, à nuire à la cause légitime – la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et l’homophobie — qu’ils prétendent défendre ». Eh oui, de la même manière que soupçonner des journalistes de blanchir Le Pen dans une biographie ne contribue pas davantage à servir la Cause Légitime. Mais ne soyons pas mesquin et partageons sans réserve l’inquiétude de l’hebdomadaire à propos du sort de l’humour, de la liberté d’expression et de la défense des causes justes dans notre joli paysQuand l’inquisition se retrouve elle-même soupçonnée de sorcellerie, c’est qu’en effet, il y a un problème. Planquez vos crapauds séchés, vos chouettes empaillées et  vos poudres de cornes de bouc, la chasse aux sorcières est ouverte ! On va sonder les âmes, toutes sans exception, aucun brevet de moralité exemplaire ne sera considéré comme valable. Préparez-vous au supplice de l’eau, de la poutre et du feu. Les buchers médiatiques et judiciaires s’apprêtent à flamber ! Notez, vu le temps, ça nous réchauffera.

Publicités

101 commentaires »

  1. Ce qui m’amuse, moi, c’est de voir que certains autres humoristes télé ou radio, quand ils ont des comptes à rendre sur leurs propos, se targuent de la liberté de la presse. Là, l’argument de défense s’inverse. Je ne sais pas ce que donnera cette procédure, mais si « enculé de nègre » représente une forme d’humour, ma foi, j’avoue que ça me dépasse un peu. Nicolas Bedos surfe un peu trop à mon goût sur ce côté « je dis ça pour rire » pour être vraiment honnête.

    Une affaire de goût, sans doute.

    Commentaire par Martin K — 18/01/2013 @ 09:59

  2. @Martin K : bah, je l’aimais bien chez FOG, je le trouve moins à sa place chez Marianne. D’ailleurs la marionnautes ont hurlé quand il est arrivé après son côté « fils de » et son personnage humoristique de macho-branleur-misogyne. Je lui trouve un certain talent de plume, mais c’est vrai qu’il est gras. Après chacun en pense ce qu’il en veut, ce qui m’irrite ici c’est le côté vierge outragée des donneurs de leçons; Que je sache Marianne se plait à désigner des coupables à la vindicte populaire sur le terrain de la petite phrase, et hop, d’un seul coup l’exercice ne leur parait plus si intelligent que ça quand ils en sont victimes. Faut assumer les gars, le procès en sorcellerie, c’est tellement dans l’air du temps que personne n’y échappera. Fallait réfléchir avant de jouer à ça.

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 10:13

  3. Si Nicolas Bedos était drôle, on serait prêt à lui pardonner beaucoup. Il est seulement bête et méchant, et grossier, alors qu’il se dépatouille avec la justice…
    Encore un mot sur ce qu’on pourrait appeler « l’étiquetage des individus » : celui qui est étiquetté « antiraciste » peut proférer des formules grossièrement et volontairement racistes sans susciter de réaction à la différence de celui qui est etiquetté « raciste », ou soupçonné de devoir l’être, et qui risque, lui, au contraire, d’être voué aux gémonies pour une vague maladresse ou un simple mouvement d’humeur… Ce qui compte, dans les jugements de la foule (par medias interposés), ce n’est pas la réalité objective des actes et des paroles, c’est l’étiquette collée sur le front de leur auteur.
    D’où, pour en revenir au billet précédent, la réaction de Szafran affolé à l’idée que l’étiquette collée sur le front de Le Pen pourrait être un tant soit peu modifiée.
    D’où la défense de Bedos par Marianne : il n’est pas raciste donc ses propos ne peuvent pas l’être…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 18/01/2013 @ 10:20

  4. @Denis Mondo-Broca : eh oui, mais c’est là que ça devient drôle : les étiquettes ne protègent plus !

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 10:21

  5. A Martin K :
    Il y a un contexte à cet « enculé de nègre ». Si cet humour vous dépasse, avant de risquer de proférer des âneries, lisez ceci : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/757862-affaire-nicolas-bedos-le-collectifdom-n-a-pas-a-parler-au-nom-des-antillais.html

    Commentaire par Ginkgo — 18/01/2013 @ 10:23

  6. @Ginkgo : on peut défendre Bedos sans traiter celui qui n’aime pas d’âne. Je voudrais que cet endroit retrouve le calme qui est censé le caractériser.

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 10:24

  7. @Gingko : ha ha, « proférer des âneries » signifie être un âne, et « enculé de nègre » n’a pas être contextualisé, ça ne se dit pas, mon bon monsieur, voilà tout. Nul besoin de censure au pays des « droitsdel’hôoooomme », l’autocensure suffira. Garde à vous !

    Commentaire par rejannf — 18/01/2013 @ 10:30

  8. Assez d’accord avec vous Aliocha, imagine-t-on le scandale si Dieudonné avait été à la place de Bedos et « sale Juif » à la place d' »enculé de nègre » ? Marianne aurait probablement été dans les premiers à dénoncer. Alors je sais que Bedos n’est pas Dieudonné (bon, à vrai dire, je ne connais ni l’un ni l’autre…), mais peut-on concevoir juridiquement de condamner quelqu’un pour un propos, et de ne pas condamner quelqu’un d’autre pour le même propos, juste parce que ce quelqu’un d’autre aurait donné des gages de « bonne moralité » (à définir…) ?

    Commentaire par Hub — 18/01/2013 @ 10:32

  9. Le lien de Ginkgo remet en les choses dans leur contexte en tout cas. On voit bien que les propos de Nicolas Bedos sont ironiques au premier sens du terme, puisque ce qu’il veut dire au fond c’est complètement l’inverse. L’accuser de racisme est ridicule.Mais je comprends tout à fait, Aliocha , votre délectation devant la donneuse de leçons Marianne en arroseur arrosé.

    En même temps il faut faire très attention quand on emploie le N-word comme disent les Américains. C’est moins sensible en France, mais quand même. Le politiquement correct m’horripile beaucoup (en particulier, parce que non seulement faire disparaître les mots ne fait pas disparaître les faits mais au contraire risque de les camoufler), mais bon , je vais passer pour une vieille conne, il faut avoir de la décence, certaines choses ne se disent pas, certains mots ne se prononcent pas, à moins d’avoir, et encore, beaucoup de vécu, de talent et de personnalité … hum hum … Une certaine arrogance de la part de M. Bedos Jr peut-être ?

    Il y a eu l’année dernière aux Etats-Unis une polémique people de ce type avec la pôvrette Gwyneth Paltrow. Pour ceux que ca intéresse, un lien vers le Slate US http://www.slate.com/articles/arts/music_box/2012/06/gwyneth_paltrow_and_niggas_in_paris_is_it_ever_ok_for_white_people_to_use_the_word_.html

    Commentaire par Maelle — 18/01/2013 @ 10:49

  10. Je retire le mot « ânerie » que j’avais déjà atténué avec la formule « risquer de… ».
    Et fait amende honorable; mais réaffirme sur le fond que c’est en sortant un bout de phrase de son contexte qu’on peut faire un gros buzz pour pas grand chose.

    Commentaire par ginkgo — 18/01/2013 @ 10:58

  11. @Hub : tiens, ça faisait longtemps qu’on ne vous avait pas vu !
    @Maelle : qu’on se comprenne bien, je suis ici comme toujours pour la liberté d’expression et j’ai mis en lien la réponse de Neumann qui renvoie elle-même au billet de Bedos, simplement comme vous le relevez, je n’ai pas pu m’empêcher de rire en voyant l’arroseur arrosé. Pourquoi Bedos devrait-il par principe bénéficier d’un blanc-seing et Cohen et Péan, en vertu d’un principe tout aussi fort et mystérieux, se faire lyncher ? Dans une interview, Philippe Cohen rappelle que depuis l’âge de 14 ou 15 ans il lutte contre l’extrême-droite. Et on vient l’accuser de vouloir blanchir Le Pen ? Quelle sinistre farce ! Comment peut-on dénigrer quelqu’un qui justement, mettant de côté ses préventions – je crois qu’il a des raisons bien plus graves encore d’en vouloir à l’extrême droite que son simple engagement à gauche, mais il ne m’appartient pas de le dire – s’emploie à faire un travail objectif ? Ce que j’ai apprécié dans leur bio – et là c’est la juriste qui parle – c’est son caractère systématiquement contradictoire, chaque fait est soupesé en termes de preuve, chaque argument de Le Pen ou d’un témoin mis en balance, discuté, mis en perspective. Mais il faut croire qu’en France un certain journalisme politique ne se conçoit que militant. Autrement dit, quand on enquête, il ne faut retenir que les faits et les témoignages qui vont dans le sens fixé au départ. Et on appelle ça du journalisme…

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 11:03

  12. @Ginkgo : vous êtes pardonné, c’est juste qu’il faut faire attention en ce moment, je trouve les esprits surchauffés 😉 et pourtant il fait drôlement froid. Qu’est ce que ce serait en pleine canicule !

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 11:06

  13. « je crois qu’il a des raisons bien plus graves encore d’en vouloir à l’extrême droite que son simple engagement à gauche, mais il ne m’appartient pas de le dire  » : j’avais bien compris …
    D’où les interrogations, auxquelles je n’ai d’ailleurs pas de réponse claire, soulevées à très juste titre par l’article de Slate (c’est le premier que j’ai retrouvé, il y en a eu beaucoup d’autres à l’occasion de cette polémique).

    Commentaire par Maelle — 18/01/2013 @ 11:11

  14. @ laplumedaliocha
    « eh oui, mais c’est là que ça devient drôle : les étiquettes ne protègent plus ! »

    Ça ne protége pas à tout coup, c’est vrai. Et heureusement que la justice sait passer outre. Mais le fait est qu’une Cause Légitime omniprésente justifie bien des accusations injustifiées, bien des anathèmes, bien des dérives contraires aux principes qu’Elle prétend défendre.
    Océania n’est pas loin…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 18/01/2013 @ 11:44

  15. Il serait temps que les journalistes ouvrent un peu les yeux… Ceci dit, ça ne me viendrait pas à l’idée de dire « enculé de nègre » , « enculé de juif » ou « enculé de pd » en parlant de quelqu’un. Il peut y avoir un respect de la dignité humaine sans être d’accord avec l’interlocuteur ou même en colère.

    Commentaire par Dorine — 18/01/2013 @ 11:57

  16. Soit les gens de Collectifdom ont de sérieux problèmes de compréhension de texte, soit ils cherchent à se faire mousser mais, franchement, c’est une stratégie douteuse.

    Commentaire par Schmorgluck — 18/01/2013 @ 12:03

  17. Vous avez raison sur le fond mais cela pose une autre question : celle de la dgradation de la langue dans le discours public, dans les mdia, o les termes les plus grossiers sont dsormais des lments normaux du vocabulaire courant. Plus de niveaux de langue, plus de mesure, tout de suite le terme le plus gras. C’est l’esprit Canal + : spontanit, vulgarit et grosse rigolade. Quand on le remarque on passe pour un vieux con !

    Le 18 janvier 2013 09:53, La Plume d’Aliocha

    Commentaire par Rdaction Contreligne — 18/01/2013 @ 12:23

  18. @ Dorine

    Quand M. Bedos emploie ces expressions, il est drôle, voyons, il n’est pas raciste, ni antisémite, ni islamophobe, non, il est drôle ! Pourquoi ? C’est comme ça, M. Bedos est un « humoriste », donc il a de l’humour, donc il est drôle. Point barre.
    J’avais appris, dans mon jeune temps, que le seul véritable humour consistait à se moquer de soi-même. Que nous en sommes loin !

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 18/01/2013 @ 12:45

  19. Nous en sommes loin parce que la plupart des gens ne comprennent plus les allusions fines ou qui font référence à une certaine culture , cerains humoristes s’en plaignent et pour exemple il faut voir les « bides » qu’ils ramassent lorsqu’ils font des allusions à la littérature ou même laux connaissances qui formaient autrefois la base de notre éducation. Le second degrê n’a plus cours.
    Le sexe au moins a le mérite de ne pas fâcher et d’être universel et les injures idem.

    Commentaire par Scaramouche — 18/01/2013 @ 13:00

  20. @Rédaction Contreligne et DMB
    Très, très juste.

    @Aliocha
    Vous dites « Quand l’inquisition se retrouve elle-même soupçonnée de sorcellerie, c’est qu’en effet, il y a un problème ». Mais non c’est dans la nature même de l’Inquisition que de se retourner contre les inquisiteurs. Vous connaissez, j’en suis sure, Le Nom de la Rose , l’affrontement entre Bernard(o) Gui et Guillaume de Baskerville/Ockham est la fictionnalisation d’un conflit bien réel où des Franciscains, alors que cet ordre tenait au tout début les tribunaux d’Inquisition (avec les Dominicains), se sont vus à leur tour condamnés au bûcher. Les procès staliniens procédaient, mutatis mutandis, du même phénomène.

    Commentaire par Maelle — 18/01/2013 @ 13:02

  21. @ Denis Monod-Broca
    Mais c’est précisément ce qu’il fait dans la chronique incriminée, et précisément par la phrase incriminée, par contraste avec le bijou de raffinement que son interlocuteur vient de lui adresser.

    Commentaire par Schmorgluck — 18/01/2013 @ 13:04

  22. Bonjour Aliocha,

    « Qui sème le vent récolte la tempête » dit l’adage. Les exemples sont; hélas, multiples des effets néfastes et délétères de la bien-pensance officielle. Ce qui serait drôle, ce serait de voir NB condamné!!!

    Bon après-midi,

    Commentaire par H. — 18/01/2013 @ 13:36

  23. @Maelle : j’ai vu le film, mais quand je dis que la politique et les jeux stratégiques me sont étrangers, je ne blague pas. Je n’avais pas saisi cela. Et je ne sais pas grand chose de l’inquisition sur ce sujet, ce sont les procès qui m’intéressent un peu.

    @redaction contreligne : je vous rejoins, c’est un sujet. Je crois y lire en filigrane une interprétation un peu ras la moquette de la liberté d’expression…

    @Dorine : je n’aurais pas écrit ce qu’a écrit Bedos, même si tout le monde a compris que c’était du second degré visant à dénoncer ce même discours quand il est au premier degré. On verra bien ce que dira le tribunal. Je ne serai pas surprise que ça passe. La liberté d’expression s’apprécie devant les tribunaux selon des tas de critères. Ainsi, dans une affaire qui a opposé deux avocats s’accusant de diffamation, le TGI de Paris a considéré que les avocats pouvaient se laisser entrainer par la passion de la défense, sans qu’il y ait diffamation. En revanche, le tribunal note de mémoire que les mêmes propos tenus par un journaliste auraient été sanctionnés. Les humoristes quant à eux doivent à mon avis bénéficier d’une liberté encore supérieure en tout cas sur le terrain judiciaire. Maintenant, ce que ce soit de très mauvais gout, c’est certain.

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 13:45

  24. Dans le contexte du texte de Bedos fils, il n’y avait rien d’autre à ajouter que « Enculé de Nègre ». C’était la marque la plus parfaite de l’impuissance de l’homme humilié par la candeur.

    Commentaire par mdubir — 18/01/2013 @ 14:09

  25. @ Maelle
    « Mais non c’est dans la nature même de l’Inquisition que de se retourner contre les inquisiteurs. »
    Bien sûr.
    Comme il est dans la nature de la force de se retourner contre celui en fait usage.
    C’est pour cela que le nazisme, adepte de la force, a finalement succombé à la force. C’est pour cela que les vainqueurs du nazisme, nous, sommes dans une si inconfortable situation…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 18/01/2013 @ 14:11

  26. Quand je vous dis que les buchers médiatiques et judiciaires flambent à plein régime : http://www.causeur.fr/frigide-barjot-basile-koch-mediapart,20830

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 14:36

  27. N Bedos est comme son père, il fait dans la tendresse bourrue.

    Donc enc de nègre, dans le contexte du billet, c’est plutôt un signe d’admiration, une figure de rhétorique, comme on dit « ben mon salaud » quand un type a gros coup de bol. Ça s’appelle une antiphrase.

    Mais bon, allez expliquer cela à des gens qui ne doivent même pas savoir ce qu’est la rhétorique, ni l’humour.

    D’ailleurs, il serait intéressant de connaitre l’avis du chauffeur de taxi, fin styliste, sur le sujet.

    Commentaire par sid — 18/01/2013 @ 14:36

  28. L’affaire Bedos est petit joueur en comparaison: http://www.contrepoints.org/2013/01/17/111607-la-delation-joyeuse-des-jeunes-socialistes
    Attention au retour d’élastique.

    Commentaire par H. — 18/01/2013 @ 14:52

  29. @Sid : c’est expliqué à la fin du papier de Neumann : « Ajoutons, pour faire bonne mesure, que ledit chauffeur de taxi – qui existe bel et bien – a lui-même fait part, comme bon nombre d’Antillais, de sa consternation à Nicolas Bedos en apprenant la plainte de ce collectif. Tout est dit. « 

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 15:03

  30. Au risque de passer pour cuistre j’aimerais rappeler ce qui techniquement parlant caractérise l »ironie » (dont l’origine grecque qui n’a échappé à personne, signifie d’abord « interroger »). L’ironie pour les techniciens de la littérature est plus une POSTURE qu’un procédé, c’est cette posture qui lui propose un choix de procédés rhétoriques et stylistiques divers et variés à l’infini, et a alimenté une littérature d’une extrême richesse pendant le règne d’Anastasie. D’aucuns ont eu raison de souligner ici-même que cette posture est tout d’abord une posture vis-à-vis de soi-même comme cible(s). En cela NB se met volontiers et parfois dangereusement (pas toujours habilement je le concède) dans cette position de cible. Et pour revenir à la définition de l’ironie, dont j’espère que les personnes qui auront à juger le bien-fondé de cette plainte prendront la peine de s’enquérir, il s’agit de « FEINDRE d’être du même avis que l’adversaire » pour mieux souligner ses failles bien entendu. Autrement dit celui qui parle n’est pas celui qui parle.
    Alors j’avoue que je m’inquiète, même si Bedos n’est ni Montesquieu ni Diderot ni Voltaire ni Swift (ce dernier allait parfois très loin lui-même, tapez le mot « proposition + Swift »), d’observer que des personnes qui réclament le retour à un certain art d’écrire, de lire, de penser, etc., et j’en fais partie, ne sont parfois que des personnes qui réclament la platitude la plus extrême, des propos politiquement corrects, et un langage immédiatement déchiffrable… juste comme ce qu’on nous sert la plupart du temps.
    Ah j’oubliais : pour être détectable (et donc appréciée) l’ironie requiert la complicité entre l’énonciateur et ses interlocuteurs, un partage de valeurs, d’idées. Ceci explique bien des réactions.
    Bref on est en train de hisser Nicolas Bedos à un niveau qu’il n’aurait probablement jamais atteint sans cela, et de faire connaître et engraisser une ennième association lambda parmi d’autres proliférations, lesquelles survivent la plupart du temps de nos subventions pour se financer mieux par le biais de procès divers. Mais c’est l’ironie de la chose.

    Commentaire par rejannf — 18/01/2013 @ 15:07

  31. Le commentaire avec le lien en 5 est particulièrement fin.
    J’adhère.
    Pour la chute, un très vulgaire « fait ch… le taxi » aurait suffit à mon bonheur.

    Commentaire par fultrix — 18/01/2013 @ 15:30

  32. Les mots de Bedos sont clairement dans le chapitre de l’ironie, peu importe que l’on trouve cela drôle ou non, ce n’est pas la question. Prononcer un terme à connotation raciste n’implique pas une déclaration ou une intention raciste. Dans le même temps, qu’on arrête de nous faire croire qu’un humoriste peut tout dire sous prétexte de son métier, les décisions judiciaires prouvent le contraire. On ne peut pas tout dire parce qu’on est étiqueté antiraciste, ni ne rien dire parce qu’on a une autre étiquette, penser et propager ce genre d’absurdité est une insulte à l’intelligence.
    D’ailleurs en l’espèce Bedos n’a pas grand chose à craindre, car l’action intentée par cette association est elle-aussi une insulte à l’intelligence.

    Commentaire par gf — 18/01/2013 @ 17:53

  33. ah, mariane, tout un programme depuis le troussage de domestique jusqu’à la chasse au fasciste, que de chemin parcourus… vous n’avez pas remarqué dans l’article sur la plainte de séralini « OGM : Lepage et Seralini veulent faire taire «Marianne» » un petit.. « …. Ça ne vous rappelle rien ? Ou plutôt si, les méthodes de Jean-Marie Le Pen, grand défenseur de la liberté d’expression de la presse, …. » en passant…

    Vaut mieux entendre cela que d’être sourd…. je trouve qu’ils tournent très mal.

    Commentaire par herve_02 — 18/01/2013 @ 18:05

  34. @Herve_02 : je ne sais pas s’ils tournent mal, ce qui est certain c’est qu’ils changent de cap et deviennent clairement militants. Ce qui fait dire à Philippe dans une itw qu’il ne se retrouve plus dans le journal.

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 18:56

  35. Tiens, en surfant sur Twitter j’ai découvert ceci : http://ymlp.com/z88jHS
    j’avais pas tilté mais on peut aussi voir dans le terme « encu… » une forme d’homophobie, en tout cas certains le pensent. Et les bûchers continuent de flamber, on va finir par manquer de bois.

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 19:01

  36. @H en 28 : votre lien est intéressant (je n’ai pas vérifié l’exactitude de la chose) en ce qu’il révèle un paradoxe. Nous sommes traditionnellement en France allergiques à la délation, et nous avons d’excellentes raisons de l’être. Au point que le procureur de paris s’est ému récemment du peu de déclarations en application de l’article 40 du CPP (celui qui oblige les fonctionnaires à dénoncer une infraction dont ils ont connaissance dans l’exercice de leurs fonctions). Le whistle blowing ne se développe pas en France, semble-t-il pour les mêmes raisons (le wb, importé des US demande aux salariés de dénoncer les infractions qu’ils observent dans l’entreprise). Quand l’autorité de la concurrence a mis en place la procédure de clémence (une entreprise qui participe à un cartel peut être exonérée de sanction si elle dénonce ledit cartel), tout le monde a pensé que ça ne passerait pas en raison de notre allergie à la délation (en fait ça marche un peu, qu’est-ce qu’on ferait pas pour le fric). C’est donc étonnant de voir des militants socialistes prôner ce type de comportement. Surtout que l’homophobie n’est pas un délit, c’est son expression qui l’est. On sent bien « la fin justifie les moyens » derrière ça, mais bon. Je me demande si ça marche vraiment d’ailleurs….

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 19:35

  37. @ Aliocha,

    Vos scrupules concernant l’authenticité de cette information vous honore. Je voudrais qu’il en soit de même pour beaucoup de vos collègues. Ceci dit, la confirmation est là, http://www.jeunes-socialistes.fr/alerte-elus-homophobes/, en cliquant simplement sur une des parties de phrases surlignés en rouge.

    Bonne soirée

    Commentaire par H. — 18/01/2013 @ 20:42

  38. @H. En effet, c’est scotchant. Sur la méthode d’abord, la délation, puis le pilori. Joli. Sur le contenu ensuite, certains propos me paraissent susceptibles d’être poursuivis en justice (en plus d’être juste détestables humainement parlant), mais c’est pas le cas pour tous. Or en les mettant ensemble, on assimile expression d’une opinion et délit. Mazette. Si j’ai le temps demain, je reproduirai un billet de Matzneff qui n’a pas pris une ride sur ce sujet.

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 21:10

  39. Que de commentaires pour une banale grossièreté de Nicolas Bedos ! Que de commentaires, d’analyses et d’exégèses ! Ce gars-là, aussi insupportable soit- il, s’il n’existait pas, il faudrait l’inventer…

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 18/01/2013 @ 21:53

  40. @DMB : ne vous méprenez pas, le factuel ici (Bedos) n’a pas d’intérêt en soi, ce sont les questions qu’il soulève qui sont intéressantes.

    Commentaire par laplumedaliocha — 18/01/2013 @ 22:01

  41. la question trollogène : est-ce que c’est républicain et conforme à égalité fraternité choucroute ..

    non pas la tête….

    Commentaire par herve_02 — 18/01/2013 @ 22:29

  42. Bonjour Aliocha,

    Puisque le sujet vous inspire (et j’en suis fort aise), voici un autre post sur ce sujet: http://www.enquete-debat.fr/archives/les-jeunes-socialistes-appellent-a-la-delation-37719

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 19/01/2013 @ 10:02

  43. @Herve_02 : à l’évidence ici, la légitimité de l’objectif légitimise mécaniquement les moyens, c’est une sorte de contamination de légitimité. On peut aussi dire que la source (au-dessus de tout soupçon) légitimise tout ce qu’elle produit. Evidemment, ce type de raisonnement est discutable 😉

    @H. cela pose plus généralement la question Internet et délation qu’ont déjà soulevée par exemple les anonymous en dénonçant des pédophiles. Et l’on voit bien que le procédé n’est acceptable à aucun moment.

    Commentaire par laplumedaliocha — 19/01/2013 @ 11:05

  44. Vous ne pensez pas que nous subissons une sorte de dictature quotidienne avec un peu trop d’ingérence de l’Etat dans toutes nos actions ?
    On nous dit quoi manger quoi boire ne pas fumer comment conduire et comment s’habiller , au nom du politiquement correct nous sommes confisqués d’histoires drôles dés qu’elles ne concernent pas les blondes ou le sexe . Tout est interdit, les rassemblents les monômes d’étudiants les discours les vendeurs à la sauvette les spectacles de rue . Tout est codifié répertorié sans doute avec de très bonnes raisons mais nous sommes fortement encadrés dans tous les domaines et la vie devient fichtrement ennuyeuse.
    Le Paris de ma jeunesse était diablement plus marrant. On appelait un chat un chat, on se moquait des travers du voisin qui nous le rendait bien et les ouvriers en bâtiment encore moins gârés que maintenant chantaient  » ya d’la joie ! »
    A force de conditionner l’individu jusqu’à son rire on obtient un pays de dépressifs chroniques.

    Commentaire par Scaramouche — 19/01/2013 @ 11:42

  45. Au sujet de la carte des JS, encore une fois, chacun met la priorité en fonction de ses valeurs. Certains y voient de la « délation », pour moi ca n’en est pas, puisque les propos sont publics et connus (mais ne font pas l’objet de procédures, c’est dire le climat de chasse aux sorcières et le poids du prétendu lobby hum). Entre ces propos puants et ceux tenus au Sénat l’autre jour, on voit que certains élus UMP sont à la pointe pour l’égalité des droits. Préférer y voir de la délation, et faire l’impasse sur le contenu des propos, effectivement ça permet de nier les dérapages.
    Quant à Bedos… c’était effectivement de l’ironie, du second degré et un hommage à l’envers à son chauffeur de taxi. Que le terme ne plaise pas, c’est une chose. Mettre la réalité à l’envers c’en est une autre.

    Commentaire par eczistenz — 19/01/2013 @ 12:06

  46. @eczistenz: vous avez raison, entre délation et lancement d’alerte, la qualification se discute : http://fr.wikipedia.org/wiki/Délation et http://fr.wikipedia.org/wiki/Lanceur_d%27alerte
    Mais en disant cela, on n’a pas résolu le problème. D’abord parce qu’on peut tiquer par principe sur ce type d’appel. Ensuite parce que les noms et citations publiées sur le web, ça ressemble bien à un fichier, et ça ressemble bien aussi à un appel au lynchage. Pas très enthousiasmant, si ?

    Commentaire par laplumedaliocha — 19/01/2013 @ 12:42

  47. Je tique moi aussi par principe sur le procédé… mais je tique encore plus sur les contenus homophobes cités. Entre 2 maux, choisir le moindre. Comme vous, je rejette les positionnements extrêmes. Mais je me situe pas au milieu non plus, où tout se vaudrait, tout aurait la même valeur. Malheureusement, la vie politique depuis 4 ou 5 ans a perdu de sa finesse, et les positions « raisonnables » ne sont plus audibles.

    Commentaire par eczistenz — 19/01/2013 @ 12:50

  48. @eczistenz : nous sommes d’accord. Mais je crois qu’il faut rester en vigilance permanente sur le côté : la fin justifie les moyens. Je n’avais pas eu le temps il y a quelques mois de faire un billet sur les Anonymous dénonçant les pédophiles. Là encore, on peut dire qu’on déteste encore plus les pédophiles que les délateurs. L’ennui, c’est qu’on ne maitrise pas forcément ni la pertinence de la dénonciation (celui qui dénonce peut commettre une erreur), ni surtout ses conséquences (des dingues peuvent déraper). Quand on explore une règle morale ou juridique, on s’aperçoit souvent qu’elle ne vaut pas sur le seul terrain des principes abstraits, mais que son application évite des maux plus ou moins grands. Il y a donc à mon sens une réelle utilité pratique attachée aux règles. Et la méfiance à l’égard de la dénonciation n’est ainsi pas qu’une posture morale de principe, c’est aussi une prudence à mon avis légitime 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 19/01/2013 @ 12:58

  49. @Scaramouche : hélas, trois fois hélas…il nous reste toutefois la liberté d’être sains, sportifs, d’adhérer sans condition aux idées progressistes, de détester tout ce qu’on nous dit de détester, de défendre tout ceux qui se positionnent en victimes de quelque chose, de conspuer à l’inverse les bourreaux désignés par les victimes, de détester les « phobes »(j’ai hélas le phobie des araignées, mais je ne doute pas qu’un collectif d’amoureux des arachnidées ne vienne un jour m’interdire d’acheter du Baygon 😉 ). Dans le même temps, on méprise les jeunes, on laisse tomber les vieux, on plaint tous ceux qui ne sont pas minces fringants et bronzés, on ne frémit pas plus que ça quand des gens se foutent en l’air sur leur lieu de travail, bref, on vit dans un gigantesque spot publicitaire où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil…Muray a tout expliqué, je n’ai rien à ajouter. Bienvenue dans l’ère hyperfestive. Oui, je sais Muray est de droite, j’ai fini par le comprendre à force de m’attendre en vain à ce qu’il tape sur la droite autant que sur la gauche, mais bon sang qu’il est percutant. Comment s’étonner de la consommation d’antidépresseur quand on s’aperçoit que nos vies ne ressemblent pas au monde merveilleux qu’on nous dépeint en permanence dans les médias ?

    Commentaire par laplumedaliocha — 19/01/2013 @ 13:17

  50. @Aliocha. A défaut de vivre dans un monde merveilleux où le poids de l’état jacobin nous exaspère avec ses tracasseries administratives, ses exigences idéologiques et son mille feuilles normatif, je vous suggère de vous pencher sur l’individu humain, et vous y découvrirez de quoi vous émerveiller de temps à autre et de quoi espérer en un monde meilleur. Il faut pour cela passer de la globalité à la contemplation de l’âme humaine.

    Commentaire par Dorine — 19/01/2013 @ 13:50

  51. Quelle abdication ! Faut vraiment qu’on s’ennuie ferme chez les inquisiteurs pour touiller à ce point dans le verre d’eau.
    Les allumeurs y trouvent leur compte autant que les allumés, pourvu que les bûchers flambent.

    Je trouve le site des « Djeuns Socialos » assez navrant, autant que pouvaient l’être les sorties de leur jumeau miroir Benjamin Lancar, aux temps de sa gloriole éphémère. Quelle lamentablerie.

    Pour moi c’est affaire de contexte. Brice Hortefeux s’est pris un pan sur le bec pour son « histoire drôle » sur les auvergnats d’Annaba (ou de je ne sais où)… histoire de contexte, à partir duquel on apprécie le propos, où l’on saisit à quoi on à affaire (me semble-t-il… non ?).

    Après sa brillante démonstration d’aptitudes, Nicolas Bedos n’a plus qu’à rejoindre le club des comiques pas drôles fondé par Sophia Aram.

    Il ne reste plus qu’à espérer que la justice garde son sang froid face à la marée montante.

    Commentaire par Zarga — 19/01/2013 @ 14:33

  52. En même temps, je ne vois pas trop comment promouvoir la moralisation de la vie politique, lutter contre le sexisme, l’homophobie, le racisme, la corruption, voire même la simple glande, si on ne « signale » pas les mauvaises pratiques. Une cartographie peut être pas, mais comment alors ? Je veux bien qu’on crie haro sur les « dérives » (mais il ne s’agit pas de délation, par pitié, ce terme n’a rien à voir) mais que propose t’on chez les gens raisonnables pour signaler les mauvaises pratiques ?

    Commentaire par eczistenz — 19/01/2013 @ 15:40

  53. Vaste question philosophique qui tracasse tout le monde ; Aimons – nous le genre humain comme il est et pour ce qu’il est, ou bien l’aimoins -nous comme nous voudrions qu’il soit ?
    Sachant qu’une forme d;amour passe par la moquerie et la critique (constructive) et que la brimer ou l’édulcorer ne peut que l’exacerber, je crois que trop visser le couvercle de la cocotte minute mène à l’explosion.

    Commentaire par Scaramouche — 19/01/2013 @ 18:20

  54. D;accord il nous reste le sport, la bicyclette ou le dos d;un cheval mais comme vous dites pour le reste on nous dit quoi faire, nous sommes bien formatés et que Muray soit de droite ou de gauche qu’importe ! il a tout dit, et tant pis si ce n’est pas « bien » de rire ou ne pas pleurer là « où on nous dit de faire » (comme un toutou bien élevé.)
    Restons des êtres humains avec le courage d’être ce que nous sommes sans jouer de comédie pour entrer dans un moule pour plaire ou épater la galerie sinon nous serons tous transformés en zombies.

    Commentaire par Scaramouche — 19/01/2013 @ 18:36

  55. Dans son dernier billet 2012,
    http://www.maitre-eolas.fr/archive/2012/12
    Eolas donne le Droit qui pourrait bien être celui applicable dans le cas de Bedos.

    Commentaire par xc — 19/01/2013 @ 19:41

  56. @Dorine : entièrement d’accord, il n’y a pas que l’âme humaine d’ailleurs, la vie est passionnante à observer, d’où mon choix d’être journaliste. Et mon éblouissement sans cesse renouvelé quand je lis ou que je regarde le travail de confrères qui savent ainsi raconter la vie.

    @Zarga : le justice parfois en rigole, comme lorsqu’elle a renvoyé dos à dos Metzner et Kiejman, le premier accusant l’autre de diffamation. Le tribunal a considéré qu’un avocat avait le droit de se laisser emporter, fermé le dossier et condamné chacun à supporter ses frais de justice 😉

    @eczinstenz : vous voulez lutter contre la glande ? Vaste programme. Voyez où ça mène certains, à considérer les chômeurs comme des paresseux. Pour répondre à votre question, on lutte par la parole contre les idées sottes et on saisit la justice quand il y a délit. On fait aussi de la pédagogie, bref, il y a des tas de choses à faire sans en arriver à des extrémités.

    @Scaramouche : il y a un très beau passage dans les Frères Karamazov à ce sujet. Un personnage qui avoue aimer passionnément l’humanité dans l’idée qu’il s’en fait mais détester ses semblables dans la vie réelle. Terrible paradoxe.

    @xc : en effet, je l’ai lu, c’est là qu’il dit qu’être raciste (ou homophobe, j’sais plus)c’est être un gros con, mais ce n’est pas un délit. Ce qui est réprimé, ce sont les propos. Comme dit Dussolier dans un film au demeurant médiocre et qui ne vaut que pour cette réplique « on pourrait construire des hôpitaux à cons, mais vous imaginez la taille des bâtiments »…

    Commentaire par laplumedaliocha — 19/01/2013 @ 20:55

  57. Aliocha : je parlais de la « glande » des parlementaires. Lutter par la parole contre les idées sottes… Pédagogie… Je ne suis pas d’accord cette fois ci. Et c’est vous qui parliez d’un monde de bisounours !! Vous imaginez le droits de vote des femmes si il avait fallu être pédagogue. Ca fait 50 ans qu’on est pédagogue à ce sujet, on a encore eu le spectacle au Sénat l’autre jour. Pédagogie oui mais avec des pressions, des observatoires, du suivi et contrôle citoyen, des contre pouvoirs…

    Commentaire par eczistenz — 19/01/2013 @ 21:07

  58. @eczistenz : certes, je dis juste que pour moi la fin ne justifie pas les moyens. Vous savez sans doute que même la guerre a ses règles, sauf erreur de ma part d’ailleurs, c’est parce que la guerre a ses règles que ceux qui les enfreignent peuvent se retrouver devant un tribunal, voire devant la CPI. Ici, nous avons à mon avis un fichier sauvage que la CNIL ne doit pas adorer. Indépendamment de cela, imaginez qu’il y ait une erreur, que l’un des élus n’ait pas prononcé la phrase dénoncée ou bien que le contexte en change le sens. Imaginez qu’un dingue tombe sur la carte et décide de casser la gueule de ces types-là. Désolée, mais je suis juriste et je me méfie de ces choses-là.

    Commentaire par laplumedaliocha — 19/01/2013 @ 21:24

  59. @eczistenz
    ôtez moi d’un doute, la pédagogie, les pressions, les observatoires, le suivi, le contrôle toussa…. c’est dans le but de quoi exactement ? Réprimer ce qui n’est pas considéré comme mainstream ? la pensée unique et salvatrice de notre société en décrépitude ? ce que VOUS pensez comme bon ou ce que JE pense comme bon ? ce que QUI pense comme bon ?

    Soit c’est illégal et il faut laisser faire la justice, soit ce ne l’est pas et il faut laisser tranquille. Dès qu’on commence à « surveiller », dénoncer des individus ça me fait un peu peur. Lorsque l’on commence à classer les gens dans des boites ça m’effraie. Il y a toujours un abrutis qui à une sublime idée simple qui va changer la société, sauf que les conséquence de ce changement, il ne les voit pas et il n’a même pas l’idée des conséquence que ça peut avoir, et c’est à ça qu’on le reconnaît d’ailleurs.

    Il est amusant que le seul combat qu’il reste à la gauche de gouvernement c’est de traquer la petite phrase de l’un ou de l’autre tellement, dans les faits, elle pourrait être un courant un peu centriste de l’ump. Il faut aller casser du « qui veut pas marier les pd », la tolérances aux opinions ne vaut que pour les opinions avec lesquels je suis d’accord : le cadre que l’ON fixe.

    On peut laisser les flics ravager un camp de rom et lacrymogéner des gens enfermés dans leur caravanes parce que vous comprenez blabla, la loi, quand même, toussa… mais le mec ump – sinon c’est pas drôle – qui dit : « moi je marierais pas les pd », lui, faut mettre sa photo sur une carte de france, c’est une urgence nationale car ce n’est pas républicain. Une sorte d’indignation sélective en somme.

    Commentaire par herve_02 — 20/01/2013 @ 00:32

  60. @herve_02
    Vous ne me ferez pas croire que refuser – de manière obsessionnelle, car ce n’était pas le sujet initial – aux enfants de couples homosexuels les mêmes droits que ceux des couples hétérosexuels, peut s’appeler une « opinion ». D’ailleurs, en y réfléchissant, je trouve que c’est innommable. Et qu’il ne s’agit pas là de « phrases » mais de faits. Et qu’il ne s’agit pas non plus d’être de droite ou de gauche, mais chrétien au sens charitable du mot.

    Commentaire par rejannf — 20/01/2013 @ 01:40

  61. A partir du moment où par la force vous imposez une opinion ou une loi décidée par un seul ( ou un petit nombre ) il s’agit d’une dictature.
    Une démocratie est la loi d’une majorité , pas celle décrétée par quelques-uns.
    0n peut rétorquer que c’est la victoire de la quantité sur la qualité , ça se discute mais c’est un fait.
    Donc les minorités aussi « agissantes »qu’elles soient n’imposent normalement pas leurs lois au reste du peuple.
    C’est une atteinte à la liberté individuelle que d’empécher les citoyens de penser et dire ce qu’ils pensent sous des prétextes variés , (à ne pas confondre avec l’insulte )
    Le délit d’opinion est une forme de dictature, on peut le comprendre en temps de guerre où la propagande et le moral des troupes est en cause mais en temps de paix je crois qu’imposer une façon de penser n’est pas éloignée d’imposer ensuite une façon d’agir qui si elle n’attente pas à la liberté des autres peut étre une atteinte à la conscience propre de chacun .
    On en vient actuellement au ridicule qui ne permet plus de dire « j’aime les Italiens et je n’aime pas les Espagnols  » (c’est un exemple ) sans étre taxé de xénophobe . Nous sommes dans un monde où l’hyperbole est reine et où on déforme à volonté les propos qui dérangent ;
    Molière qui disait :
    « Sur quelque préférence une estime se fonde
    Et c’est n’aimer personne que d’aimer tout le monde  »
    ….serait raciste et xénophobe avant d’étre plus simplement misanthrope.
    Et qu’en est -il de la liberté de conscience de chacun? L’avortement le mariage gay l’euthanasie en marche prochaînement peut choquer certains médecins ou maires dans le plus profond de leur conscience surtout quand à l’origine ils n’ont pas été formés pour ça et y sont confrontés.
    Qu’on soit d’accord ou non je persiste à dire qu’ imposer quoi que ce soit d’important qui change la société est toujours une coércition liberticide et devrait être soumis à un vote.

    .

    Commentaire par Scaramouche — 20/01/2013 @ 06:08

  62. @ rejannf

    « Vous ne me ferez pas croire que refuser aux enfants de couples homosexuels les mêmes droits que ceux des couples hétérosexuels, peut s’appeler une « opinion ». D’ailleurs, en y réfléchissant, je trouve que c’est innommable. »

    Tous les enfants ont les mêmes droits, quest-ce que vous racontez ?

    Et dailleurs, qu’est-ce que c’est qu’un « enfant de couple homosexuel » ? Jusqu’à plus ample informé, deux personnes de même sexe ne peuvent pas faire d’enfant, si vous trouvez ce fait « innommable » ou si vous trouvez « innommable » de le mentionner libre à vous, et en l’état actuel de la loi française elles ne peuvent pas non plus, ensemble, adopter un enfant. Il n’y a donc pas en France en l’état actuel des choses d' »enfants de couples homosexuels », sinon dans l’esprit de quelques militants.
    En fait vous avez à ce point intégré la novlangue moderno-progressiste que vous avez perdu le sens de la réalité. « Hétérosexuel », « homophobe », « couple homosexuel », « homoparent », « mariage gay »… tous ces mots inventés pour les besoins de la Cause vous empêchent de voir les choses comme elles sont. Vous seriez prêt à défendre que deux et deux ne fait pas quatre si cela était contraire aux intérêts de cette Grande Cause Légitime.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 20/01/2013 @ 09:22

  63. @Scaramouche : MERCI.

    Commentaire par Dorine — 20/01/2013 @ 09:37

  64. Scaramouche : je vous signale qu’avec ce genre de propos, l’apartheid ou la ségrégation n’auraient jamais été abolies. Il n’y a pas de délit d’opinion, quand ils sont tenus dans l’espace privé.
    Hervé_02 : si dire « je ne marierai pas les pd » n’est pas pour vous un propos homophobe (rejet + insulte), effectivement on ne vit pas dans le même monde. A vous lire, tout va bien dans le meilleur des mondes en terme de pratique politique. Pas de corruption, des élus compétents et entièrement dédié à leur charge, pas d’abus de bien social, et je passe sur le sexisme et l’homophobie dont vous semblez n’avoir rien à faire. A vrai dire, c’est même en lien avec l’article précédent d’Aliocha sur un journalisme qui se délite… Si les journalistes faisaient vraiment du fond, de l’analyse et de l’investigation, on n’aurait pas besoin de ce type de pratique (dont je n’approuve pas le principe, je le répète. Mais je préfère encore moins le statu quo et le laissez faire)

    Commentaire par eczistenz — 20/01/2013 @ 10:41

  65. En lisant les contributions, je repense à ce que dit Aliocha à propos du « penser contre soi ».

    Ça s’échauffe pas mal ces derniers temps, et ce lieu qui est un peu mon « île » voit son ciel se couvrir… dommage.

    Le « penser contre soi » devrait amener, ou aider à dépassionner les échanges.

    Je trouve malhonnête la façon dont le débat du « mariage pour tous (sic) » est pris en otage par les ultras des deux camps (partisans et opposants). Du coup, nombreux sont ceux qui, ayant une approche modérée, se laissent plus ou moins entrainer sur une pente qui ne leur est pas naturelle.

    En ce qui me concerne, l’extension d’un droit ne me gêne pas, dans la mesure où il s’applique aux individus.
    C’est la tentative de confiscation qu’en font certaines associations qui est malsaine. Tous les homosexuels ne sont pas affiliés à une association Delta ou Lambda, Dieu merci ! Il existe une majorité silencieuse, qui doit ronger son frein en se disant que le battage de certains ultras est plus que contre-productif.

    A mon avis, ce qui crispe, c’est le fait que tout ce tintouin donne des allures de communautarisation à ce qui doit au départ ne concerner que des individus.
    Et pour le coup, ce sont les associations qui se veulent à la pointe du progrès qui sont de fait rétrogrades par leur surenchère.

    De même, je ne vois pas pourquoi on donne autant de place aux émois de certains maires. Le maire est un officier d’état civil, il n’a pas pour mission de participer à l’élaboration de la loi, ni vocation à discuter celle-ci (enfin, il me semble. N’étant pas juriste, je parle de ce que j’ai cru comprendre. Merci de corriger les éventuelles erreurs ! ;-)). Je trouve souhaitable, sain, que les consciences s’éveillent et se manifestent chez nos élus locaux lorsqu’une certaine action publique prend des allures de discrimination, ou tend à rogner les droits de telle ou telle partie de la population, en faisant des citoyens ou des résidents de second ordre. Mais quand il s’agit d’étendre un droit à d’autres individus, je ne comprends pas qu’on puisse estimer recevables pareils cas de conscience.

    L’extension du droit de vote aux ouvriers, à une certaine époque, a fait hurler toute une catégorie de la société, qui voyait en eux une masse sans feux ni lieux, prompte à la sédition… un danger à surveiller, et à qui il ne fallait surtout pas donner voix au chapitre.
    Idem pour le droit de vote des femmes : que n’a-t-on pas entendu comme énormités quand il s’est agit de combattre cette extension d’un droit fondamental.

    Une partie du problème vient selon moi du fait qu’on a tendance à voir certains individus ayant un trait commun comme une communauté homogène, ayant forcément les mêmes intérêts, et cherchant à tirer à elle une « couverture » commune.

    C’est là, à mon sens, que se trouve l’écueil à éviter : le législateur doit prendre soin de ne pas laisser penser qu’il travaille aux intérêts de telle ou telle communauté, mais pour le bien de tous. Et que ce sur quoi il travaille ne concerne que des individus. Charge à lui de renvoyer tous les tenants de tel ou tel communautarisme dans les cordes, poliment, mais fermement et clairement.

    Commentaire par Zarga — 20/01/2013 @ 11:01

  66. C’est parce qu’il y a discussion, enseignement et culture que la connaissance avance et non par un décret ou une loi punissant ceux qui ne pensent pas comme vous en les mettant en prison. Vous en arrivez au totalitarisme si vous passez par une censure sans explications comme on en voit dans certains journaux , ce qui ressemble fort à un fascisme larvé.
    Tout ce que vous obtenez par la force périt par la force et tôt ou tard les esprits se rebellent.
    Pour être claire avec un exemple : vous avez le droit de dire que vous détestez les animaux si vous ne leur faites aucun mal ni ne leur portez aucun préjudice, c’est votre liberté d’opinion et de pensée.
    à cela que je tiens par dessus-tout et si on m’en empêche je maintiens que je suis en dictature et que vous interférez dans ma liberté.
    Le droit d’exprimer ses opinions quelles qu’elles soient est la première des libertés.

    Encore heureux qu’on puisse s’exprimer en privé !

    Commentaire par Scaramouche — 20/01/2013 @ 11:16

  67. @eczistenz : le gouvernement a mal géré cette réforme, de la même façon qu’il avait mal géré les 75% d’imposition, en agissant sous forme de slogan ou de mantra. Personne n’est opposé à l’égalité de droits des homosexuels, et personne non plus n’est contre un effort spécifique des plus fortunés pour réduire le deficit. L’ennui, c’est quand vous présentez les choses sous l’angle de l’évidence et surtout quand vous enfermez tous ceux qui ne sont pas convaincus d’entrée de jeu dans le camp des salauds (Depardieu minable, par exemple). Là vous crispez et vous entrainez des réactions violentes. Cela me parait relever de la psychologie de base. Sur le mariage homo, n’oubliez pas que pendant des décennies les homosexuels ont affirmé leur spécificité. Comme il ne manque pas de talents parmi eux, notamment artistiques, ils ont eu tendance à développer un discours décalé, voire pas franchement sympathique à l’égard des hétéros, jugés petits bourgeois, chiants, conservateurs. Et puis soudain, hop, revirement de tendance, les voici qui veulent embrasser ce qu’ils décriaient, l’installation, le mariage, la famille. Dont acte. Pour ceux qui ont suivi l’évolution de certains courants de pensée c’est compréhensible, pour tous les autres qui songent à la joyeuse gay pride quand on parle des homosexuels, ça fait un choc thermique. Il faut peut-être laisser un peu de temps à une partie de la société pour s’approprier ce changement. Là-dessus, le gouvernement nous sort une loi qui supprime père et mère dans une grande partie du code civil. Donc on fait bouger les lignes de la majorité pour une minorité, forcément ça inquiète. D’ailleurs, le gvt l’a compris et a révisé sa copie. Comme quoi on peut offrir l’égalité à tous en y mettant un peu de finesse et d’habileté. Ce qui me déplait personnellement, c’est d’être enfermée dans l’alternative : t’es pour ou alors t’es homophobe, réac, sotte, folle, débile. Et je crois que c’est aussi le sens des autres commentaires. La gauche devrait finir pas comprendre que les gens ne sont pas cons et qu’ils n’aiment pas être enfermés dans ce type de raisonnement. On l’avait déja vu lors du référendum sur la constitution européenne. L’égalité pour tous oui, et je serais la première à m’insurger contre qui pourrait soutenir le contraire, mais pas n’importe comment. Je vais vous dire, au fond je me demande parfois si une partie de la gauche n’agit pas ainsi par pur calcul politique avec l’idée de diaboliser tout ce qui ne pense pas comme elle et de se mettre des plumes dans le cul par contraste. Ou alors c’est de l’aveuglement, ce qui serait presque pire.

    Commentaire par laplumedaliocha — 20/01/2013 @ 11:22

  68. Aliocha : je ne sais pas trop pourquoi vous dites « vous ». Je suis favorable au projet de loi certes (mais contre la GMA en général) mais je ne serai jamais descendu dans la rue avant d’entendre… tout ce qu’on a entendu du coté des anti. Je ne suis pas un militant. Pour le reste, j’admets que NVB, le gouvernement et le PS ont très mal défendu le projet, mais dans le fond, une loi n’est pas dans sa communication (pitoyable je l’admets) ni dans ses fantasmes (la liste est longue), sans même parler des horreurs proférées par ActUp. Pour le reste, même si je ne suis pas d’accord avec ni avec Scaramouche ni avec Hervé, tout ce qui sort du cerveau reptilien n’est pas bon à dire. Il y a opinion (émotion brute verbalisée) et opinion (réfléchie disons). Si je passais ma vie à gueuler « quels ramollis du bulbe ces gens de droite », et pareil pour l’autre côté, l’ambiance serait super agréable… Quand j’ai envie de dire ca, c’est que je suis en colère et donc pas tellement apte à intervenir dans le débat public. Heureusement encore que quelque uns restent polis et raisonnables. Ces ambiances politiques dégradées et polarisées sont présentes dans la plupart des pays du monde. En France on en était pas encore là… c’est fini malheureusement.

    Commentaire par eczistenz — 20/01/2013 @ 11:37

  69. Pourquoi reprocher à la seule gauche ce qu’on peut déplorer dans tous les partis politiques (surtout parvenus au pouvoir) sans exception? Le seul mot de « parti » est d’ailleurs éloquent.
    Les mauvais perdants de tous les partis ont eu beau jeu de se saisir de thèmes fédérateurs et propices à la propagation de la haine d’autrui (s’incarnant dans la gôoooche) avec les maladresses effectives du gouvernement. C’est facile.
    On en oublie les débuts de Sarkozy et sa façon de piétiner allègrement nos institutions en même temps que notre langue, ainsi que les personnes les plus fragiles ou les plus humbles. Ce n’est pas parce qu’il n’y avait pas lieu d’aller manifester dans la rue au nom d’une « cause » quelconque formant alibi, qu’on n’en était pas viscéralement choqué(es).

    Commentaire par rejannf — 20/01/2013 @ 11:44

  70. @eczistenz : nous sommes d’accord, et c’est pour maintenir ce débat modéré que je veux pas de militants ici. Les certitudes ont l’art de développer chez moi des certitudes inverses, alors même que j’ai horreur de ça, je préfère le doute et le questionnement. Désolée pour mon « vous », il ne vous visait pas, c’était un « vous » que j’aurais pu remplacer par un « on ».

    Commentaire par laplumedaliocha — 20/01/2013 @ 12:45

  71. @eczistenz

    Mon cerveau reptilien vous remercie et mon lobe frontal ne peut s’empêcher de vous faire remarquer que l’ensemble des mots forment une phrase et l’ensemble des phrases un écrit. Il ne suffit pas de comprendre 3 mots aux travers pour avoir compris le discours (sauf avec la méthode globale qui forme des gens qui ne savent ni lire ni écrire). Vous vous réfugiez derrière 3 mots sans n’avoir rien compris au discours ou plutôt en faisant comme si vous n’aviez pas compris. Car ce discours vous dérange. C’est juste petit.

    C’est ce que je reproche à ce « débat » et mon opinion n’intéresse personne en soit, pas plus que la votre, c’est qu’il est imposé (comme le feu le tce) comme un évidence et que tout opposant est un simple abrutis homophobe. Même vous, vous ne comprenez pas que donner des droits n’implique pas de donner les même droits de la même manière. Vous n’imaginez pas une seule seconde qu’il puisse y avoir une différence en égalité et équité. Mais ce n’est pas de votre faute. Un exemple, pour entrer en fac, il faut avoir le bac. Est-ce que cela veut dire que pour que ce soit égalitaire, même celui qui n’aurait pas le bac devrait pouvoir entrer en fac ? (bon je connais des bac+5 qui ne connaissent pas le mot subversif…) Vous faites de la discrimination envers ceux qui n’arrivent pas à avoir le bac, c’est facho.

    Dans un corps social ce que pensent 2 péquins tout le mode s’en cogne. Moi je trouve con de refuser la GMA une fois que la digue est rompue, car cela va discriminer les couples hh des couples ff, lesquelles pourront choisir un bel étalon et utiliser son sperme pour faire un enfant qui partagera au moins une partie des gènes d’un de ses parents, puisque le coté évolution semble vous intéresser. Vous devriez voir le film farinelli à ce propos.

    Maintenant puisque vous parlez de FAITS expliquez moi ce qui est moins républicain entre un maire qui dirait « je ne marierais pas les pd » (les adjoints le feront, et ce n’est même pas encore légal) OPINION et un ministre qui laisse ses troupes gazer des roms et saccager les camps, ce qui est un FAIT ?

    Si mon cerveau reptilien pouvait comprendre comment un délit d’opinion est plus important qu’un délit de fait, j’aurais gagné un quinze. Vous savez l’évolution ne s’est pas arrêtée à homo erectus, la plus part de l’humanité est maintenant arrivée à homo sapiens sapiens.

    Commentaire par herve_02 — 20/01/2013 @ 12:46

  72. @ Aliocha :

    « Ce qui me déplait personnellement, c’est d’être enfermée dans l’alternative : t’es pour ou alors t’es homophobe, réac, sotte, folle, débile. »

    C’est ce que je dis : la course à l’outrance et à la surenchère de certains groupes, qui s’imaginent représenter une communauté qui n’existe que dans leurs fantasmes, font qu’on se retrouve empêtrés dans un clivage dur, là où il ne devrait y avoir qu’échange et débat… lamentable !

    Mais bon, ça fait du buzz ça, coco ! on vend du papier, alors faisons mousser, faisons buzzer, laissons flamber.

    Commentaire par Zarga — 20/01/2013 @ 12:51

  73. herve_02 « Mon cerveau reptilien… »
    S’il fallait vous attribuer une note – puisque vous paraissez si concerné par l’évaluation et la hiérarchisation de l’humanité – je serais partagée entre le zéro, pour l’agressivité un peu aveugle de vos propos et l’orthographe malmenée (signe d’impatience ?), et le vingt, tant vous vous appliquez à accréditer d’emblée le reproche que faisait votre interlocuteur, et qui semble vous avoir directement touché.

    Commentaire par rejannf — 20/01/2013 @ 13:52

  74. @zarga : il y a un aspect simplificateur dans les médias qui part d’une bonne intention : tout le monde doit comprendre ce que dit le journaliste. En pratique, c’est très compliqué de faire simple, c’est un effort sur soi et c’est une bataille avec nos interlocuteurs qui souvent nous reprochent une simplification de leurs propos qu’ils assimilent à une trahison. Démocratiser le savoir impose peut-être cette trahison – en tout cas pour les médias- , au moins momentanée (chacun peut ensuite approfondir). Ensuite, se greffe là-dessus en effet des choses moins honorables, le souci de vendre ou sur Internet de faire du buzz, qui peut mener à la simplification outrancière et à la radicalisation. Tout cela est déjà ennuyeux, mais ce qui l’est plus encore, c’est quand le politique s’engage pour complaire aux médias, dans une pensée simplificatrice. Il me semble que là on arrive au bout de quelque chose. Maintenant, c’est comme tout dans notre société de consommation. Depuis quelques jours, j’écoute quand j’ai un moment les podcasts de France Culture. Infinie richesse. Tout y est abordé, même des sujets aussi techniques et confidentiels que la normalisation comptable internationale (Le Bien commun, il y a quelques semaines). A chacun de voter avec ses pieds pour faire remonter le niveau. En choisissant des médias intelligents, on peut inverser la donne…Là comme ailleurs, il faut consommer durable. J’ajouterais que les beaux esprits qui s’indignent pour tout et rien protègent surtout leur business, car l’indignation est devenue un business. C’est si facile de jouer sur l’émotion.

    Commentaire par laplumedaliocha — 20/01/2013 @ 13:54

  75. @rejannf

    j’adore votre commentaire, sérieusement, il montre à quel point l’espèce humain est empli de gens empathes dont l’intelligence du cerveau le dispute à l’intelligence du coeur. Et il montre également le niveau d’humanité de ceux qui sont pour.

    Commentaire par herve_02 — 20/01/2013 @ 13:57

  76. @Herve_02 et rejannf : du calme, par pitié, montrons ici qu’on peut faire mieux qu’ailleurs 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 20/01/2013 @ 14:05

  77. @laplume

    je me suis retenu… et j’ai même omis de lui distribuer le point Capello

    Commentaire par herve_02 — 20/01/2013 @ 14:08

  78. Entre l’obsession de l’évaluation chez certains et la négation de l’existence d’enfants élevés au sein de familles d’homosexuel(s) chez d’autres, même pas relevée, cet endroit devient insupportable et je laisse volontiers les gens « de bonne compagnie » entre soi. J’avais d’abord cru trouver une source de réflexion ouverte, d’où « mes erreurs » et ma voix bien involontaire de petit canard.

    Commentaire par rejannf — 20/01/2013 @ 15:18

  79. @rejannf…

    Je ne comprends pas votre « notion » d’évaluation. Votre voix n’est pas celle d’un petit canard, mais celle d’un militant « borné ». La seule discussions qui vous agré est celle qui abonde dans votre sens. Personne ne nie l’existence d’enfants ELEVÉ au sein de familles homo, vous remarquez la différence avec enfants DE familles homo ?

    La question qui se pose est : Est-ce que nous voulons que cela devienne la norme ? pas dans le sens obligatoire, mais placé, sociétalement (ou socialement au choix), sur le même niveau et avec les même avantages donnés de la même manière que pour les couples hétérosexuels.

    C’est une question de fond : sont-ce des couples identiques ou des couples différents ? et si ce sont des couples différents, doit-on donner des droits similaires ou analogues ? Doit-on ếtre égalitaire ou équitable ? ce sont des choix de société qui dépassent, et de loin, la voie militante du petit canard qui porte la bonne parole aux « trop cons pour comprendre ». Et JE trouve, mais je ne veux pas en faire une vérité qui s’impose à tous, que décider à la va vite pour faire plaisir à une minorité remuante et pouvoir ainsi occulter toutes les autres renonciations est juste mesquin. le gouvernement ps va réussir à faire revenir à droite tous ceux qui l’ont quittée à cause des années sarko et a réussi en moins de 6 mois à faire oublier le quinquennat précédent.

    Sur un autre plan, je trouve inquiétant cette nouvelle forme de mépris qui consiste à supprimer les différences et différenciations et affirmer que tout est interchangeable. Il y avait l’ouvrier interchangeable (eh coco, il y en a 100 qui attendent si tu n’est pas content) – par contre le pdg payé des millions n’est pas interchangeable lui et il n’est pas possible de le taxer car sinon il va s’en aller et personne ne pourra prendre sa place – maintenant il y a l’individu interchangeable : 2 papas ou 2 maman ou un papa et une maman c’est la même chose. Je pensais dans ma tête de sexiste que la nature s’était faite chier pendant 5 milliards d’années à sélectionner des différences pour que nous ayons l’intelligence de réfléchir un peu avant de les gommer dans notre organisation sociale.

    C’est probablement sexiste et myso ou je ne sais quoi, mais j’ai la bêtise de penser que supprimer les différenciations est un _recul_ de la société et pas une avancée comme semble le penser une poignée d’enragée. Ainsi la fin des Mll, bientôt d’un homme et d’une femme pour fonder une famille m’interroge d’autant plus que nous assistons à la marchandisation de l’individu : des unités équivalentes, comme des boites de petits pois.

    Comme vous semblez prendre plaisir à voir les fautes d’aurtograf avant le discours j’en ai intentionnellement laissées (en sus des non intentionnelles) pour vous laisser un peu de plaisir.

    Commentaire par herve_02 — 20/01/2013 @ 15:58

  80. Relisez le commentaire 67 d’Alliocha et vous aurez l’essentiel de ces réflexions dont on pourrait dire que la conclusion est que nous tendons vers une uniformité de pensées dont il faut faire partie sous peine d’opprobres, d’insultes ou de rejet , et à droite comme à gauche Alliocha la plume est à la mode .
    Croyez-moi ici rejannf le ton est nettement au-dessus de la mêlée.

    Commentaire par Scaramouche — 20/01/2013 @ 16:04

  81. @Herve_02

    Pour ma part, ce que je ne comprends vraiment pas, c’est en quoi le fait que deux personnes de même sexe se marient puisse vous (et beaucoup d’autres) déranger. Et, non que cela change quoi que soit à la chose, c’est une hétéro mariée à l’église qui plus est et qui ne pense vraiment pas avoir une âme de militante, encore moins enragée, qui vous parle. Personne ne vous demande de devenir homosexuel , voyons ! Au fait il y a assurément des extrémistes(voir un précédent billet d’Aliocha reprenant les propos charmants de V. Despentes) mais les sondages disent aussi qu’une majorité des Français sont pour le mariage gay.

    Vous parlez de norme. Mais la norme est par définition quelque chose de relatif et d’évolutif, ce n’est pas absolu. J’entends qu’ici vous parlez de norme sociale et non morale (il y aurait là aussi beaucoup de choses à dire aussi du reste …), n’est-ce pas ?
    Vous parlez de nature. Est-ce à dire que vous pensez le mariage homosexuel (l’homosexualité en général peut-être …) comme contre-nature ? Pour moi, la nature humaine (en d’autres mots, le propre de l’homme) c’est precisément de s’interroger (en particulier grâce au langage) de façon réflexive sur ce qui fait sa nature, et par la même de s’en distancier. C’est ce qui nous différencie des animaux. La nature de l’homme ne se confond pas avec sa réalité biologique.

    Petite remarque perfide à votre égard. « Cette nouvelle forme de mépris qui consiste à supprimer les différences et différenciations et affirmer que tout est interchangeable » dites-vous. Mais quand vous dites que droite dite républicaine et PS d’une part et FN d’autre part c’est bonnet blanc et blanc bonnet vous ne faites pas vraiment autre chose.

    Commentaire par Maelle — 20/01/2013 @ 17:15

  82. Vous êtes l’un et l’autre dans une discussion stérile et hors sujet . On ne raisonne pas avec des sentiments des sensations des tendances et des goûts. On ne raye pas d’un trait de plume des millénaires de moeurs , d’habitudes , de croyances , de religions. Les évolutions comme je vous le disais ne se font pas sur commande ou par force .
    Je suis d’une génération où on a fusillé une femme qui faisait avorter de pauvres ouvrières comme elle, maintenant on veut marier deux hommes ou deux femmes. Laissez passer quelques générations ….
    La discussion concernait il me semble une certaine liberté, celle de la presse entre -autre. Essayez donc la compréhension la tolérance et la bienveillance envers ceux qui sont différents. TOUS ceux qui sont différents et particulièrement s’ils ne pensent pas comme vous.

    Commentaire par Scaramouche — 20/01/2013 @ 18:00

  83. La question n’est pas politique, elle est métapolitique, sinon métaphysique.
    La différenciation sexuelle, la reproduction sexuée… sont-elles ou non des données, au sens de phénomènes donnés une fois pour toutes, au sens de données qui nous dépassent ?
    Si oui, le mariage n’est autre chose que la traduction institutionnelle de telles données. Et lui donner un autre sens est, proprement, insensé.
    Si non, effectivement, amusons-nous… S’il n’y a nulle transcendance, si tout est possible, si les choix humains n’ont pas de limites, s’il suffit d’un vote pour changer le sens des mots, alors allons-y gaiement…
    Mais que le réveil sera douloureux !

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 20/01/2013 @ 18:03

  84. @Denis Monod-Broca

    Je reconnais la valeur de votre raisonnement – c’est celui de l’hybris – même si je ne suis fondamentalement, au sens fort du terme, en désaccord avec vous.
    « La différenciation sexuelle, la reproduction sexuée (…) [des] données qui nous dépassent  » : en tout cas, des données qui nous dépassent de moins en moins dans le sens où nous les comprenons et donc les contrôlons de mieux en mieux. Ce qui ne veut pas dire, en ce qui me concerne en tout cas, qu’elles sont niées. Au vu de ce que vous dites, j’en conclus que vous êtes méfiant, et peut-être plus que ça, vis-à-vis de la procréation médicalement assistée.

    @ Scaramouche

    J’ai quand même l’impression de donner quelque argument à la raison pour laquelle je suis pour le droit au mariage des homosexuels et j’essayais de répondre point par point à ce que disait Hervé. Que vous jugiez ce débat stérile, libre à vous.
    Pour ce qui est de l’accélération sur les questions de société dont vous parlez, c’est tout à fait vrai et ,selon moi, en partie au moins une conséquence des progrès, eux aussi de plus en plus rapides, de la médecine. Il y a eu un avant et un après la PMA (ceci est d’ailleurs tout aussi vrai pour les droits des femmes que vous évoquez dans votre exemple) .
    Maintenant j’avoue avoir oublié en cours de route l’objet premier de ce billet d’Aliocha, le procès en racisme fait à N. Bedos, même si je l’ai lu avec attention et contribué aux premiers commentaires. Ces derniers vivent parfois une vie indépendante …

    Commentaire par Maelle — 20/01/2013 @ 18:58

  85. ffffff maelle, c’est un peu saoulant de parler avec vous… vous passez à coté des questions, vous détourner les propos pour discréditer celui qui ne pense pas comme vous, vous posez des questions qui sont supplémentaires pour ne pas à rester sur le sujet en soit et vous pensez en 5 lignes relever un débat.

    bon, je vais essayer de faire point par point, posons des hypothèses :

    1 – j’en ai rien à carrer que 2 (ou plus) personnes puissent se marier, et je dirais même plus, même si l’un ou l’autre ou les deux sont mineures.

    2 – j’en ai rien à carrer que ces même personnes (ou d’autres) puisse bénéficier de pma gpa ou je ne sais qu’elle nouvelle invention, par exemple fécondation d’un ovule avec un autre ovule pour le cas d’un couple ff.

    3 – je m’en contre carre de celui qui parle, qu’il soit homo, hétéro, pédo, zoo, ou chaste et célibataire ou curé.

    4 – je m’en contre carre de savoir si une majorité ou pas de français est pour ou contre.

    5 – je m’en contre carre de savoir si on va le faire ou pas, pour la bonne raison qu’on ne me demande pas mon avis et pour la simple raison que le pouvoir en place décide que ca sera comme ça. Il fallait faire un choix : lutter pour amener l’individu au centre de la société ou autoriser 2 personnes du même sexe à se marier, il a fait son choix, j’aurais choisi l’autre personnellement, mais tout le monde s’en cogne.

    Maintenant, ceci étant posé, je vais pouvoir répondre à vos questions. Pour rien car vous ne répondez jamais aux question que l’on vous pose et vous partez en biais sur des sujets connexes, des points de détails.

    1 – oui la norme est évolutive. Maintenant la question que l’on peut se poser, c’est comment évolue-t-elle. Est-ce que pour satisfaire 2500 cas particulier sur 60 000 000 d’habitants on peut/doit changer la législation ? Est-ce que jusqu’à maintenant les couples du même sexe ne pouvait pas vivre ensemble ? est-ce qu’ils étaient obligés de se cacher pour s’aimer ? est-ce que la norme les en empêchait ?

    2 – sur la question de savoir si je pense que c’est « contre_nature », je ne vous répond même pas car j’ai tendance à être fort désagréable quand la question est volontairement stupide à la limite de la tentative d’insulte. Maintenant j’ai l’impression que la reproduction de 2 personnes du même sexe, pour l’espèce humaine, est probablement assez compliquée de manière naturelle, mais je n’ai ni votre intelligence ni votre savoir.

    3 – Si ce qui fait la nature humaine est sa capacité à s’interroger sur ce qui fait sa nature, votre raisonnement fait un glissement de sens : cela n’implique pas de s’en distancier, pas du tout. Mais de réfléchir, prendre du recul non sur sa nature mais sur l’objet intellectuel qu’il représente : prendre de la hauteur. Ainsi parler d’amour entre personnes pour aborder le mariage est à l’exact opposé de votre propos : on se rapproche pour se fondre dans le sentiment. Il n’est pas question de se distancier de la nature humaine, mais de s’en approcher le plus possible. par contre on peut prendre du recul sur l’objet intellectuel en lui même pour éviter les abrutis qui expliquent que approuver que le mariage entre personne du même sexe c’est combattre l’amour et éviter le négationnisme sur les enfants _de_ ces couples.

    3 bis – si ce qui fait la nature humaine est sa capacité de s’interroger, souffrez que d’autres humains puissent s’interroger, mais pas dans le même sens que vous et puisse se demander si le mariage de personne de même sexe
    sert le corps social dans son évolution. Vous êtes tellement bornée dans la lecture que vous avez de moi que vous avez pris comme axiome que j’étais fondamentalement contre, intellectuellement opposé, viscéralement militant anti . Je ne suis pas pour, parce que plein de choses m’interroge, et AUCUN de ceux qui sont pour ne répond aux questions que je pose. La nécessité de ce mariage est devenu un axiome, même pour vous, sans réflexion, une sorte d’acte de foi, une vérité révélé par le prophète LGBT et porté par son prophète hollande, la seule mesure de son programme qu’il va respecter.

    ÉGALITÉ OU ÉQUITÉ ? que voulons-nous ? Voila c’est en gras comme ca pour pouvez voir la question interessante. Si demain le pays entre en guerre et qu’on relance la mobilisation, est-ce qu’il y aura parité homme femme dans ceux qui devront aller au front ? est-ce qu’il y aura parité dans les dortoirs ? dans les douches ? le même paquetage avec les même sous-vêtement ? La question va vous faire rire, mais ca explique la notion de égalité-équité.

    4 – La nature de l’homme ne se confond pas avec sa biologie. là c’est le point bascule de votre raisonnement. ce qui justifie votre position. Le grand élan intellectuel. C’est vrai la nature de l’homme c’est sa biologie + son comportement social (comme toutes les espèces) + son intelligence. Mais si vous mettez l’homme dans un environnement à -50° il va vite crever, sans plein de trucs scientifiques et techniques. On ne peut donc pas enlever la nature de l’homme dans l’équation. D’ailleurs dire nature et biologie pour les opposer c’est intéressant car justement la biologie c’est la nature.

    5 – sur la remarque perfide, je vais vous renvoyez la perfidie. Vous n’avez jamais répondu à ma question simple pour savoir si ce que valls ou hortefeux faisait était républicain et vous le ressortez ici. Alors je vais développer un peu plus pour que vous compreniez. Peut être que votre séjour trop long aux us vous fait oublier qu’il y a une différence entre une chose et son comportement, ce pays sans histoire vivant dans le rêve que tout le monde est égal, ce pays qui tapisse le globe de bombe pour la sauvegarde des intérêts de quelques un de ses citoyens.

    5a je ne fais aucun amalgame entre les discours du ps de l’ump ou du fn : les 3 se positionnent différemment sur l’échiquier politique. le ps se dit de gauche (enfin la version libéral du truc), l’ump de dit de droite (enfin la version libérale du truc) et le fn frappe fort avec ses idées « xénophobes » qui affirment préférer le français à celui qui ne l’est pas. Maintenant si cela vous suffit à faire la distinction entre républicain et non républicain, moi je trouve que c’est pas assez « clivant ». Et dans les actes, je ne trouve pas que le comportement des policiers de valls ou ceux de hortefeux soit digne d’une république. Mais peut être que VOUS vous trouvez que c’est normal, chacun ses opinions, mais jamais vous me ferez dire que je veux vivre dans une société ou les flics gaze des pauvres gens : elle vous convient pas de soucis.

    5b non je ne fais pas d’amalgame entre ps, fn,ump. Je dis juste que le ps et l’ump n’ont pas un comportement républicain et que vous ne pouvez pas, à l’aide de la ligne ‘république’ partager fn d’un coté et ps-ump de l’autre. Rien d’autre.

    Maintenant à vous :
    1) égalité ou équité ?
    2) gazer des roms est-ce républicain ?

    Commentaire par herve_02 — 20/01/2013 @ 19:23

  86. @scaramouche.

    le procès à bedos c’est la question du placement de la limite entre ce que l’on peut dire et le reste. Et plus que le procès parce que ce n’est pas le ministère public qui intervient alors qu’il le pourrait « …pour des propos manifestement illégaux », mais une sombre association qui décide pour se faire mousser de ce qui est permis ou interdit. De la même manière que les pro ou anti du mariage décident ce qui doit être fait, comme la mise en application d’une vérité révélée qu’il serait impensable de ne pas mettre en application sous peine de « fatwa » (?)

    Le fond du procès et de la question, à travers les médias, c’est « QUI décide ce qui est bien ou pas » ?. Et dans les 2 cas, le mariage ou bedos ou n’importe quel autre truc : il n’y a plus aucune réflexion, juste des adhésions par principe à un … principe.

    Commentaire par herve_02 — 20/01/2013 @ 20:29

  87. « L’insolence pétassière »

    Si on peut rire de tout et même du désespoir car c’est sa politesse encore faut-il du talent.

    Un philosophe récemment se désolait de constater que : « le rire est devenu arrogant au lieu d’être impertinent »

    On pourrait donc penser qu’il devrait y avoir aussi une part de prétention littéraire dans le billet d’un humoriste impertinent.

    Certes, le texte est travaillé mais il était prévisible : comme les clichés qu’il véhicule car teintés avec cette fausse distance de ce bon vieux fond paternaliste insulaire et putassier qui remonte au XVIIIème.

    C’est de l’humour ou de l’humeur qui transpire et pue la sueur ?

    Quand on veut une écriture épure il faut éviter que l’enflure se dispute la boursouflure.

    L’humour grossier je n’ai pas dit vulgaire c’est un genre. Chez Bigard au moins ça n’a aucune prétention !

    Liberté chérie donc, liberté d’expression, croit nous dire ton nom. Voyons ! Le billet. Ce bidet ou le fion de l’humoriste se tortille et chie sur des touristes normands égarés sur une plage au Antilles avec «une mère, truie en tong, aux hanches guadeloupéennes et à la face carbonisée par un soleil anti-blanc». Ça pourrait me faire marrer, mais il avance masqué (Naulleau)… liberté chérie !

    Des «hanches guadeloupéennes» ? Celles que je vois à chaque coin rue de New York ? Celles d’Adèle, de Beyoncé, Rihanna, Lady Gaga, de JLO, de Shy’m ou de Pulvar, Kelly Christine, Lenoir Noémie, Le Marchand Karine etc… et partout dans le monde ?

    Et, cette face carbonisée par un soleil anti-blanc ? C’est la Guadeloupe et l’indolence des noirs du déjà célèbre Jean Paul Guerlain ? P’tain que je me marre car c’est aussi la face cachée de son rectum : enculé d’humoriste.

    Quant à Gilles ce chauffeur de taco ce poète de la (brousse ?) que l’humoriste ne prend pas pour de la noix de coco il veut lui dire toute son admiration ? C’est dis-moi coco…comique ? Ou bien (prétexte ? comme les hanches guadeloupéennes de la bonne normande ?) à un : enculé de nègre. Enculé d’humoriste !

    Je me fous qu’il soit raciste ou pas. Le problème n’est pas là : enculé de… Fils de…! « S’pèce d’bâtard » (Booba). Chui…NORMAND ! Attention c’est de l’humour hein !

    La narratophilie est classée parmi certaines perversions. Dans l’écriture humoristique elle peut aussi être un art avec du talent. Malheureusement il n’est pas héréditaire !

    @ Aliocha: Patrick Sébastien en 1997 a été condamné par la Cour de cassation pour avoir pasticher JMLP « chantant casser du noir »

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechExpJuriJudi&idTexte=JURITEXT000007570730&fastReqId=1687014171&fastPos=2

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 20/01/2013 @ 20:33

  88. @herve_02
    « 1 – j’en ai rien à carrer que 2 (ou plus) personnes puissent se marier, et je dirais même plus, même si l’un ou l’autre ou les deux sont mineures. »
    J’ai arrêté de lire votre commentaire après ça. Vous devriez réserver les imbécilités pour la fin, plus de gens vous liraient.

    Commentaire par schmorgluck — 20/01/2013 @ 20:44

  89. @schmorgluck

    non justement je les mets au début ça m’évite tout un tas de bas du front qui vont venir pinailler sur des trucs sans rapport.

    Commentaire par herve_02 — 20/01/2013 @ 20:48

  90. @Aliocha

    Au fait, je trouve votre intervention #67 tres pertinente, tout particulierement l’analyse que vous faites de l’evolution de la communaute homosexuelle, pour l’appeler ainsi, evolution qui n’est pas sans rappeler bien sur celle d’autres minorites.

    @ Le Chevalier Bayard

    +++ On ne pourrait mieux dire

    Ce (feint?) etonnement de N. Bedos a la fin de sa conversation avec le chauffeur de taxi ne serait-ce pas ca le pire ?

    Btw, c’est aujourd’hui l’anniversaire de la naissance de Martin Luther King.

    Commentaire par Maelle — 21/01/2013 @ 08:46

  91. @ Maëlle

    C’est aussi l’anniversaire de la mort de Louis XVI.

    Commentaire par H; — 21/01/2013 @ 14:44

  92. En effet, mais faut-il parler d’anniversaire  » ?
    Question « propagande » là aussi nous avons été gâtés ! « L’histoire « dit-on « est un conte de faits  » ou presque … mais quand je vois tout ce qui est raconté sur la dernière guerre je pense plutôt que chacun ne voit que ce que sa lorgnette lui montre et réagit en hurlant avec les loups. Longtemps après certaines vérités là non plus ne sont pas bonnes à dire et la censure intervient encore.
    C’est pourquoi j’ai tendance à préférer les historiens étrangers comme ici certains préfèrent les journalistes des autres pays.

    Commentaire par Scaramouche — 21/01/2013 @ 15:50

  93. Bonjour Aliocha,

    Toujours en relation avec votre post, un autre exemple de cet enfer qui s’annonce pour ceux qui pensent mal, les suites de l’affaire Seralini: « Pour autant, les scientifiques ont fait leur boulot…Fait rare, des syndicats et des associations de journalistes se sont élevés contre ceux de leurs confrères, en particulier le Nouvel Observateur, qui ont aidé le CRIIGEN dans le montage de son opération de propagande…Le CRIIGEN annonce enfin qu’il va recourir une nouvelle fois à l’intimidation judiciaire… » (http://www.contrepoints.org/2013/01/21/112034-ogm-rebondissements-dans-laffaire-seralini)
    Je vous laisse découvrir la conclusion de l’article. Dommage que Corinne Lepage se prête à ce genre de pantalonnade. J’avais pourtant de l’estime pour elle tant elle ressortait un peu du lot (ce qui n’est pas difficile, il est vrai). La politique est vraiment le pire des poisons.
    Dommage également que nombre de vos collègues ignorent la plus élémentaire déontologie et se complaisent dans la facilité. Tenez, écoutez avec quelle enthousiasme certains commentateurs veulent à tout prix nous faire croire que c’est l’armée malienne (comme si elle existait et en avait le pouvoir) qui boute les islamistes de leurs bastions dans le nord du pays avec le simple soutien de l’armée française (et, d’après JM Tanguy, il y aurait plus de 150 équipes journalistiques sur-place: http://lemamouth.blogspot.fr/2013/01/serval-une-situation-media-bientot.html; Au passage, avant qu’il y en est un ou deux qui soient pris en otage, c’est une vraie guerre, pas des manœuvres!!! Par charité, je ne ferai pas de commentaires sur l’indigence de l’information produite sur ce sujet).

    Bonne soirée

    Commentaire par H. — 21/01/2013 @ 16:37

  94. @H…

    Je trouve que Lepage est dans son devoir de porter plainte… un article qui commence par « Dans la catégorie de la mauvaise science et des études nullissimes… » n’est pas un article de journaliste mais de propagande militante… Elle a raison de porter l’affaire devant la justice pour demander ce qu’elle en pense en parlant de « l’article » de mariane.

    Ce qu’a fait mariane n’est pas du journalisme, mais de la propagande et probablement de la diffamation. Mais on peut se demander ce que devient mariane journalistiquelment parlant.

    Commentaire par herve_02 — 21/01/2013 @ 19:56

  95. L’ennui est que je ressens la même chose envers le Nouvel Obs et … L’Express et ne parlons pas du Figaro !
    Je crains que les observations d’Alliocha et d’autres participants ici touchent malheureusement toute la presse et le J.T.

    Commentaire par Scaramouche — 22/01/2013 @ 06:55

  96. Oui, enfin dire que tout ce qui est militant est forcément faux, ou biaisé est un peu court je trouve. En matière d’OGM malheureusement, les bornes ont été dépassées des 2 côtés, autant en terme de perte de crédibilité des prétendus experts officiels (c’est comme pour les médicaments, les connivences sont légion), que des « contre », qui sont justement contre tout, et même la recherche publique. En matière d’OGM il y a « malheureusement » (je dis malheureusement, car on est en plein sujet complexe, où se positionner est difficile pour le tout venant). Je travaille dans le monde associatif, et il y a des domaines où ce sont les « militants » qui font le boulot (et accessoirement qui ont l’expertise) : « biens mal acquis » des dictateurs africains, ou lutte contre les paradis fiscaux (bien avant la polémiquette de ces derniers mois). Ne crachons pas sur les militants… L’ONU reconnait que sans société civile, en Amérique Latine, la démocratie ne fonctionnerait pas. En Europe c’est peut être différent, m’enfin nos démocraties (sont en crise, ne l’oublions pas, il faut donc « refonder » le contrat social sur plus de confiance… et des pratiques différentes), aussi en partie « confisquées » par des groupes d’intérêt…

    Commentaire par eczistenz — 22/01/2013 @ 14:12

  97. @eczistenz

    l’article de mariane est ce qu’on peut appeler un « torchon », la justice tranchera pour savoir si c’est diffamatoire ou pas. Ils vont avoir un peu de mal avec l’exception de vérité ou la bonne foi (le mec était en pleine promo de son livre pro-ogm).

    Nous verrons bien, la justice est complexe.

    Commentaire par herve_02 — 22/01/2013 @ 16:37

  98. « Depuis quelques jours, j’écoute quand j’ai un moment les podcasts de France Culture. Infinie richesse. »

    Je vous parlai il y a plusieurs mois de cela de France Culture, de Philippe Meyer, et de tout ce qu’on rencontre sur cette antenne… Quand je suis sur la route et que mes trajets coïncident avec un programme de qualité (comme c’est souvent le cas), je suis aux anges.

    Oui, voter avec ses pieds… Tiens, retrouvez le podcast que j’avais fait suivre une fois, où Philippe Meyer nous encourage à aller chercher la qualité où elle se trouve, au lieu de nous lamenter sur l’aridité de l’offre en matière de journaux 😉

    Commentaire par Zarga — 22/01/2013 @ 22:53

  99. Tiens, sur la question de l’appel des JS, les affreux socialo ne sont apparemment pas les 1ers, les intégristes cathos ont été précurseurs…
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2012/06/l%C3%A9gislatives-mariage-euthanasie.html

    Commentaire par eczistenz — 24/01/2013 @ 16:11

  100. @eczistenz
    Toujours les cathos en référence .. Vous aussi vous avez un contentieux. ?

    Je ne connais pas Meyer mais on a chacun ses gourous et tous notre diversité dans les choix; ce qui est la qualité pour certains est banal pour d’autres, la presse est jugée ici dans sa globalité et pas les cas particuliers …Il est évident qu’il y a encore des exceptions , mais elles vieillissent !

    Quant aux OGM on n’a pas de recul (tout comme pour certains médicaments ) il va falloir nourrir une démographie galopante alors c’est encore la loi « bénéfice risque »

    Commentaire par Scaramouche — 27/01/2013 @ 09:47

  101. Je reviens sur cette vieille file pour faire remonter une similitude amusante: vous parlez de chasse aux sorcières, et le blogueur Yéti (d’extrême gauche) également, sauf que dans son cas, c’est pour couvrir son goût pour les intellectuels d’extrême droite. L’expression est-elle une façon élégante de souligner qu’on a mis les mains là où on n’aurait pas dû? 😀
    Vous trouverez peut-être des points de rencontre avec son raisonnement…
    http://yetiblog.org/index.php?post/proces-en-sorcellerie-societe-regressive

    Commentaire par Javi — 29/01/2013 @ 09:28


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :