La Plume d'Aliocha

12/12/2012

Petite leçon de liberté d’expression

Filed under: Réflexions libres — laplumedaliocha @ 15:37

En France, la liberté d’expression s’ennuie. Elle a des états d’âme d’enfant gâté. Il est vrai qu’on lui passe tout, du coup elle n’a plus goût à rien.

Oh,  il arrive bien de loin en loin que l’un d’entre nous se retrouve devant un tribunal pour avoir outrepassé quelque limite élastique, sur la vie privée par exemple. Ou bien pour s’être égaré dans l’injure ou la diffamation.

Tout au plus quelques groupes actifs défendant des intérêts catégoriels avec fureur parviennent-ils de temps en temps à fouetter la liberté d’expression jusqu’au sang, lui rappelant le temps de sa jeunesse, lorsqu’elle devait se battre à chaque instant pour exister. Alors, certaines voix s’élèvent pour dire que décidément on n’a plus le droit de parler de rien en France…Ah  ? J’ai plutôt tendance à penser qu’on ne sait plus parler de rien, ce qui est différent. Que l’on trompe l’ennui sur les forums d’internet en poussant quelque gueulante dont la grossiéreté, à l’abri de l’anonymat, donne à son auteur l’illusion de la liberté. Liberté d’insulter, liberté d’être vulgaire, liberté de haranguer, embusqué derrière son masque et son écran. Jolie liberté que celle du corbeau ou du fou furieux…

Jolie liberté aussi que celle des médias, jouant en permanence la surenchère de bruit et de fureur, de jugements à l’emporte-pièce et de foutaises montées en épaisse et indigeste mayonnaise.

Et si la liberte d’expression, c’était autre chose ? Si c’était par exemple pour un avocat, lors d’un exercice d’éloquence, d’interpeler sa profession, son bâtonnier, le ministre de la justice et chaque citoyen sur la mort de Bel Laden et la manière dont nous faisons semblant de ne pas voir ce qu’elle a violé en nous de si précieux ? Installez-vous confortablement et regardez cette vidéo (Discours de Benjamin Mathieu). C’est celle du discours du Deuxième secrétaire de la Conférence. La cérémonie a eu lieu le 7 décembre au Théâtre du Châtelet. Seulement la télévision ne retransmet pas ce genre d’événement. Pas assez distrayant. Voire en l’espèce, bien trop subversif. Tant que vous y êtes, écoutez aussi l’éloge d’un grand nom du barreau, Joe Nordmann, par le Premier secrétaire de la Conférence, Quentin Lancian (sur la même page en lien que ci-dessus). Et puis revenez ici, nous parlerons de la liberté d’expression, la vraie. Celle qui n’a besoin ni de superlatif ni de grossiéreté pour se sentir exister, mais simplement d’un référent, de courage et de réflexion.

Propulsé par WordPress.com.