La Plume d'Aliocha

13/11/2012

Saluons la naissance de l’info LOL

Filed under: Comment ça marche ?,questions d'avenir — laplumedaliocha @ 14:19
Tags: ,

C’est avec un intérêt sans cesse renouvelé que je découvre les splendides progrès de l’abrutissement collectif orchestrés par les médias. Tenez, par exemple, un article de Slate commente avec enthousiasme le génie de l’ équipe d’Europe 1 qui anime le Lab. C’est quoi me direz-vous ? Une poignée de journalistes, m’apprend Slate, qui développe depuis 2011 une approche du site d’info parfaitement ébouriffante. L’idée ? Transformer les tweets de célébrités ou d’individus lambda en articles, éplucher la presse pour y dégotter des petites phrases et les monter en mayonnaise, examiner toutes les vidéos dans l’espoir de dégotter un buzz, bref, exploiter les déchets de l’information.

Vous me direz, le recyclage actuellement c’est tendance. Pas faux. Et puis l’idée nous vient des Etats-Unis, c’est dire si elle doit être bonne ! Bref, il se pourrait que l’on tienne enfin une piste sérieuse pour rentabiliser l’information à l’ère d’Internet. Evidemment, la qualité des articles est à l’avenant. On vous y parle des bras d’honneur des ministres, du smartphone d’Ayrault, des abonnés twitter de Morano. Surtout, on met l’accent sur le LOL, comprendre le rigolo, le divertissant, le qui-prend-pas-la-tête. Le plus grand fait d’arme du site ? Avoir été le premier à sortir la phrase de Peillon sur le cannabis. Le Monde, Mediapart, France Info, Arte et tous les autres n’ont qu’à bien se tenir !  Sans vouloir casser l’enthousiasme de mon jeune confrère, tout ceci n’a de nouveau que l’apparence technique. Miser sur le communautarisme est une vieille ficelle de la presse spécialisée. Elle sait depuis longtemps que les gens aiment se lire et se voir en photo dans le journal, autant que surveiller leurs collègues, confrères, concurrents. Tout comme la presse locale s’enracine précisément dans l’information de proximité. Parler de la partie de pétanque de dimanche dernier fait plaisir aux intéressés, à leurs copains, leurs voisins et assure donc ventes et abonnements. Le Lab vient de réinventer la poudre ! Parfois il va un peu loin en faisant de l’information avec du presque rien, concède le journaliste de Slate (sans blague !), mais il se pourrait bien quand même que le Lab soit le meilleur site d’info du moment. Sur le terrain de la rentabilité, c’est possible, mais en termes de qualité, je suis un peu plus circonspecte.

Comme il semble loin le temps où l’on nous promettait qu’avec Internet c’en serait fini du racolage honteux de la presse écrite, que de la toile allait jaillir enfin une information libre, indépendante et de qualité. Nous y sommes. Il y a enfin de courageux esprits pour dénoncer, vidéos à l’appui,  la pratique du bras d’honneur dans le monde politique. Notons au passage que la technologie permet ici à nos envoyés spéciaux d’avancer les preuves irréfutables de leurs allégations. Le journalisme y gagne donc considérablement en crédibilité au regard de l’époque préhistorique où il sommait ses lecteurs de le croire sur parole, faute de pouvoir mettre ses documents en lien dans le papier. La démocratie est sauvée. Il était temps !

Note : Merci à Fredo de m’avoir signalé cet article.

Mise à jour 14/11 à 14h08 : Ci-après le commentaire d’Antoine Bayet, rédacteur en chef du Lab, que je trouve suffisamment bien tourné et pertinent, y compris dans sa critique à mon endroit pour être signalé.

Bonjour Aliocha,

Me voilà comblé : moi qui vous lis depuis de nombreuses années, voire le site dont je suis aujourd’hui le rédacteur en chef décortiqué sur cet espace me ravi, évidemment – quand bien même vous en écrivez beaucoup de mal.

Je suis un peu déçu, cependant : vous semblez avoir découvert et jugé Le Lab à partir d’un article le présentant, plus qu’à partir de votre propre lecture critique de nos articles.

Ca me chagrine énormément (ne pas pouvoir vous compter parmi nos lecteurs fidèles) et ça me surprend aussi un peu de votre part, vous qui, régulièrement, exhortez les journalistes à remonter à la source.

Mais c’est pas très grave : comme je suis gentil, je reprends les explications, pour vous raconter ce que vous auriez vu si vous étiez venue vous confronter au Lab.

Nos articles sont donc de deux genres :

> La curation, mot un brin barbare pour parler de « revue de presse ».

Mais attention, on ne fait pas toujours cela brut : on essaye non seulement de faire de la mise en avant d’infos et de déclarations qui finiraient, parfois, sans notre relais, dans les oubliettes de l’info ET de les décrypter, et de lire entre les lignes. Un de mes petits « slugs » préférés – ce mot clef par lequel on débute souvent nos articles – c’est « VOSTF » : traduire la langue politique en langue normale.

Un de nos récents cartons, en stat, c’est la rédaction de cet article, sur « Le Petit Copé Illustré » – où l’art et la matière, pour Copé, de ne pas répondre aux questions des journalistes.

http://lelab.europe1.fr/t/le-petit-cope-illustre-en-quatre-lecons-5614

Je vous en recommande la lecture, je suis sûr qu’il va vous plaire – et je puis vous assurer qu’il nécessite un temps d’écoute + d’analyse + de rédaction certain.

Toutes nos reprises ne sont pas aussi longues, aussi analytiques. Parfois, c’est plus court, ça tient en quinze lignes … et c’est très bien comme ça, aussi.

> La production d’infos 100% non vues ailleurs : et oui, figurez-vous que, malgré nos horaires en flux tendu et notre ouverture 7j/7 de 6 heures à 22 heures, on se débrouille pour sortir sur le terrain politique.

On essaye d’aller là où personne ne va : dans la cabine du réal des questions au gouvernement, sur France 3, par exemple :

http://lelab.europe1.fr/t/les-qag-decryptees-par-le-realisateur-de-france-3-5640

Et, exemple beaucoup plus chaud : quand on va dans la salle de presse de l’Elysée, c’est pour essayer de raconter, en live, comment ça se met en scène, une conf de presse présidentielle :

http://lelab.europe1.fr/t/en-direct-les-coulisses-de-la-premiere-conference-de-presse-de-francois-hollande-a-l-elysee-confpr-5875

Oh, je ne vous dis pas que l’on réussit toujours tout, hein. Mais on essaye.

Tout ça pour vous raconter qu’avec la chouette équipe du Lab, notre objectif, c’est de produire une info qui essaye de sortir des agendas officiels et ultra-dominants (ça devrait vous plaire, cette lecture bourdieusienne de l’info, je crois).

Une info qui creuse, qui fait des pas de côté et qui, en même temps, ne se prend pas non plus trop la tête.

Je suis sûr que si vous exercez votre vrai jugement, et-non-ce-que-vous-en-lisez, vous aimerez.

Beaucoup.

On en reparle après ?

Antoine Bayet

PS : Ah oui, quand même, pour la rentabilité -> il n’aura sans doute pas échappé à la journaliste spécialiste ès gros sous que vous êtes que Le Lab n’affiche, depuis un an, aucun espace pub ?

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.