La Plume d'Aliocha

10/10/2012

L’anti-sarkozysme bouge encore

Filed under: Insolite — laplumedaliocha @ 16:43
Tags: ,

Quand François Hollande a été élu en mai dernier, le microcosme médiatique de la toile (blogueurs politiques inclus) a évidemment salué la victoire comme elle le méritait. Mais au fond, chacun se demandait secrètement avec un brin d’anxiété sur quoi il allait écrire maintenant que l’ennemi public numéro 1 était battu. Tout à coup c’était le grand vide. L’Adversaire ayant disparu, nos judokas amateurs ne pouvaient plus utiliser sa force pour le jeter à terre et, par un effet tape-cul se propulser en l’air (oui, je mélange judo et tape-fesse si je veux, Patrick Rambaud appelle cela un carpaccio journalistique).

Qu’allait-on donc faire de toute cette haine accumulée et qui cherchait encore à s’exprimer alors que l’actualité, cette garce tyrannique, entrainait l’attention du public ailleurs ? Je crois que finalement, on a trouvé le remède miracle. Il suffit de continuer à parler de Nicolas Sarkozy ! Le filon est quasiment intarrissable.  Par exemple, on peut s’amuser à comparer le traitement médiatique infligé à François Hollande par rapport à celui réservé à son prédécesseur. Ceux qui ont un sens relatif de l’observation et un peu de mémoire se souviendront sans doute des Une pour le moins agressives de Marianne à l’endroit de Nicolas Sarkozy durant tout le quinquennat et même avant, dont la fameuse « Le voyou de la République », mais aussi des couvertures sinistres du Point et de l’Express en fin de règne. S’il est vrai que l’amour est aveugle, il faut croire que la haine l’est tout autant. Car mon collègue Seb Musset, relayé par @si trouve, lui, que Nicolas Sarkozy a toujours été présenté de façon digne dans la presse (si,si !), tandis que François Hollande est systématiquement ridiculisé. Attention, les deux textes en liens supposent de chausser des lunettes militantes pour en comprendre le sens. Faute de quoi, vous risquez, comme moi, de ne pas saisir réellement où se situe le problème. Ou bien de songer que si Hollande a l’air dépassé et Sarkozy autoritaire, c’est peut-être qu’il y a un fond de vrai dans tout ça, allez savoir…

Allons, mes petits camarades journalistes et blogueurs militants de gauche, on se calme. C’est fini, il est parti Nicolas Sarkozy. « Avait, n’a plus », comme disent les p’tits zenfants.  Il est temps de lâcher les talonnettes de notre ancien président. A moins bien sûr que vos chiffres de fréquentation ne vous murmurent à l’oreille que l’anti-sarkozisme reste plus rentable, même post mortem, que la critique éclairée de la Normalité. Si c’est cela, je m’incline.

Publicités

11 commentaires »

  1. A chaque fois que je rentre chez moi, je passe devant une affiche de Une du Fig Mag représentant un Sarkozy barbu et vaguement souriant, avec ce titre, que dis-je ce titre, cette menace : « va-t-il revenir ? » Il n’y a pas que la gauche qui a du mal à tourner la page.

    Commentaire par Anna Musarde — 10/10/2012 @ 17:33

  2. Il faut quand même avouer que vous choisissez un exemple sacrément gratiné ! J’ai découvert ce sympathique Seb Musset pas plus tard que la semaine dernière via le mouvement des « geonpi ». La mauvaise foi (ou plus simplement l’incompétence politique et économique ?) semble être une habitude chez lui.

    Afin de préserver ma santé et limiter ma tension, je préfère généralement ignorer ce genre d’individus. Je vous invite à faire de même !

    Commentaire par Paul B. — 10/10/2012 @ 17:39

  3. @Paul B. : je vous trouve vache, Seb est un rebelle, et c’est un rebelle souffrant, à vif, j’aime bien. Il en fait trop mais c’est son charme. C’est le côté militant et donc binaire qui m’agace chez lui.

    @Anna Musarde : en fait, je proposerais bien qu’on adopte une loi pour interdire toute évocation du nom de Sarkozy, mais de quoi vivrait la presse ? That’s the question….

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/10/2012 @ 17:43

  4. Sous le précédent gouvernement, il n’y avait pas que de l’anti-sarkozysme comme sujet pour bloguer.
    Il y avait également un déluge d’annonces et de décisions prises qui, détricotant bien des pans de notre droit et donc de notre société, méritaient une réaction, un traitement, une prise de position, hostile.

    Il est vrai qu’à ce jour, lire légifrance est quasiment sans intérêt. Pas de texte, de décision ou de projet de loi méritant une bronca ou une levée de bouclier.
    Concernant l’actuel gouvernement, le temps des vacances a permis (je l’espère) de préparer des dossiers mais je n’ai pas encore entendu parlé de vote parlementaire selon la procédure d’urgence, pratique dénoncée mais quasi automatique depuis 2007 …
    Il y a un retour à un rythme plus ordinaire, normal et respectueux des institutions.
    Par contre, pour « justifier » d’une activité gouvernementale, il eut été préférable d’arriver au pouvoir avec des textes prèt à passer au parlement, avec annonce et explication des réformes auxquelles nombres d’électeurs ont été particulièrement sensibles : la justice, dans les juridictions (mais qui a fait attention à la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs, en exercices dans 3 départements ?), dans les impôts (mais qui a vu passé un texte redéfinissant l’assiette, les tranches ou l’assujettissement des français de l’étranger ?), dans la vie économique ( mais qui connaît le nombre et le nom des entreprises confisquées aux patrons voyous, délocaliseurs ou autres ?).
    C’est là le drame de ce gouvernement. Sans parler de couacs particulièrement destructeurs comme l’affaire du Tweet, du renvoi de la ministre écologiste à la suite de son refus de forage en grande profondeur au large des Antilles (ou ailleurs, j’ai perdu la référence) … C’est le problème des gens qui se présentent « plus blancs que blancs » : ils doivent tenir dans les actes ce que disent leurs bouches …
    Mais les sujets que je viens de citer ne sont pas financièrement porteur pour les média parce que trop techniques, donc pas de sexe, de mensonge ni de viédo pour que les foules imbéciles se jettent sur les publications en tout genre …

    Commentaire par fultrix — 10/10/2012 @ 17:50

  5. Vous dites « a plus le monsieur ». Je me permets de vous faire remarquer que ce n’est pas ce qu’affiche un célèbre journal de droite. Qu’ils titrent « au fait qu’est-ce qu’il fait de sa vie maintenant » s’ils le veulent, mais poser la question d’un retour à 4 ans et demi de la prochaine élection, si ce n’est pas de l’amour…

    Commentaire par Anna Musarde — 10/10/2012 @ 17:59

  6. Il me semble surtout que l’on parle des casseroles qui sont accrochées à ses fesses. Si la République décide de faire le ménage, je crois qu’on n’a pas fini d’entendre parler de lui.
    Eventualiser le retour de Sarkozy, c’est avertir les juges qu’il ne faudrait pas faire du zèle….
    Méthode déplorable pour protéger un prédateur de la France.
    Blutch.

    Commentaire par Blutch — 10/10/2012 @ 18:32

  7. @laplume

    Les bloggeurs de goche sont trop sympas. L’autre flan va signer le tsggchose. Ce dont sarkosy était le nom est toujours là. Les gens de droite ne peuvent pas trop critiquer, sauf à la marge, donc bien mou car c’est la même politique, les gens de gauche ne critiquent pas, ils ont trop mal de s’est fait avoir et maintenant comme c’est de la famille …

    Commentaire par herve_02 — 10/10/2012 @ 21:30

  8. Bon, quand même, un peu de respect merde, je me suis tapé 6 ans de couvertures.

    – Je confirme pour la première période. La comparaison des 9 premiers mois en couv de L’Express et du Point est sans appel. Par rapport au bombing qu’a récolté Hollande. On peut dire que c’est lié à l’opinion, mais « l’anti sarkozisme » est au moins aussi violent que « l’anti Hollandisme » dans l’opinion à ce moment-là.

    – Après il y’a une seconde période fev 2008-Juin 2010 où les critiques apparaissent mais comme je le dis « avec filtre » (l’illustration de droite chez ASI)

    – Puis, le vent de l’opinion tourne vraiment. Je n’en ai pas parlé dans le billet (j’en ferais peut-être un autre). Entre Juin 2010 et Oct 2011, ça part dans tous les sens. Effectivement quelques Unes assassines durant 2011, entrecoupées de Unes partisanes et de Unes tout autant assassines sur la Gauche. Puis un an avant l’élection, on se recalibre et ça tape plus souvent à gauche. 3 mois également bien occupés sur DSK.Comme tout le monde les 2 news mag ont raté la montée Hollande (sauf l’Express qui a fait une couv début 2011)

    Pour être honnête, sur l’ensemble de la durée, Hollande et Sarkozy subissent tous les deux un traitement presque équivalent sauf 1 / sur le graphisme. Les Unes sont ouvertement moches sur Hollande 2 / Et que l’on a mis 3 ans dans un cas pour en arriver à une critique acide en Une, et juste une semaine dans l’autre.

    Ce que je souligne dans l’article c’est :
    1 / Le pouvoir publicitaire de ces Unes affichées (et non le contenu des journaux)
    2 / qu’il est facile de reprocher à quelqu’un de « ne pas être président » quand on commence par ne pas le traiter en président.

    Commentaire par sebmusset — 11/10/2012 @ 09:10

  9. Bonjour Aliocha,

    Parlons net, la présidence de Nicolas Sarkozy a été globalement une catastrophe pour notre pays. Je dois avouer que, sans éprouver aucune sympathie pour l’intéressé, son parcours ministériel laissait penser qu’il possédait une vue juste des maux qui assaillent ce pauvre pays. Las, on sait ce qu’il en advint et j’en ai tiré les conclusions qui s’imposent. J’observe simplement que son successeur marchant sur les mêmes brisées, certes en utilisant d’autres bottes mais avec une rouerie, un zèle et un fanatisme plus qu’inquiétant, je ne peux qu’être très pessimiste pour l’avenir. Pour reprendre ce bon Churchill, le temps approche où grâce à l’action menée par Normal 1er, les français disposeront de tous les parkings qu’ils souhaitent mais sans voiture pour mettre dessus.
    Ceci dit, quand un mouvement de pensée est incapable de se définir autrement qu’à travers l’antisarkozysme ou l’antifascisme, il doit se poser des questions quant à son modèle de pensée. Pour reprendre Cyrano, on pourrait dire « C’est un peu court, jeune homme ». Je pense sincèrement que le socialisme nous fait rentrer dans le XXIème siècle à reculons, le regard tourné vers un pseudo âge d’or qui n’a jamais existé et qui de toute façon, s’éloigne de plus en plus. L’antisarkozysme ou l’antifascisme, tels qu’ils sont pratiqués et utilisés (on peut les qualifier de village Potemkine), témoignent bien de l’imbécilité atavique du socialisme et du danger que représente cette idéologie pour le simple respect de nos droits naturels et de nos libertés.

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 11/10/2012 @ 09:25

  10. @sebmusset : ce n’était pas malveillant de ma part, juste un petit clin d’oeil. Ton boulot est intéressant, mais au final, il tend à démontrer que Hollande est plus mal traité que Sarko. Franchement, allons…Les périodes de sont pas comparables, Sarko était en état de grâce certes, mais nous étions avant la crise de 2008. Hollande arrive en pleine galère. Sarko débarquait triomphant, il allait libérer la France de ses carcans, Hollande prend le contrepied et veut être normal, de là à être plat. Surtout, on n’attend pas la mise en oeuvre d’un programme réjouissant, mais un sauvetage in extremis d’une catastrophe…La période est morose et anxiogène, ce qui sans doute se reflète aussi dans les couvertures des magazines. Et puis tu oublies une chose, il n’est pas impossible que ces images soient justes quoique caricaturales.

    Commentaire par laplumedaliocha — 11/10/2012 @ 11:36

  11. Admettons – puisqu’il est effectivement difficile de prétendre le contraire – que NS a subi un tir de barrage indéniablement violent. Marianne vient immédiatement à l’esprit, mais la raison de cette ligne éditoriale tient vraisemblablement plus à une forme de complaisance excessive envers le lectorat, attitude qui n’est pas exclusive à ce périodique. « Le Point », journal de médecins et de notaires, titre toutes les 3 semaines sur les gabegies publiques, le scandale des fonctionnaires etc.., avec des articles aux contenus aussi prévisibles qu’un éditorial de Claude Imbert. Aussi triste à dire, le métier de patron de presse consiste aujourd’hui à repaître les lecteurs de mets qui recueillent leurs préférences et les comblent de satisfaction

    De plus, dans votre analyse, vous omettez de réunir ces deux facettes antagonistes que sont l’antisarkozysme et le prosarkozysme, pourtant si semblables dans leur expression outrancière et passionnée, ainsi que leur profonde mauvaise foi. Que pensez de gens, qui voient NS comme le meilleur dirigeant depuis de de Gaulle, dotés de talents surhumains, et à l’action si exemplaire qu’elle n’appelle aucune réserve. A la figure du Néron Neuilléen, avide de complots et coupable de tous les vices inimiginables (1) s’oppose celle du Christ réformateur, offrant son corps pour le salut des Français, et célébrée dans d’autres journaux tels que le Figaro, qui n’a jamais dissimulé qu’il entendait servir l’action du gouvernement – il me semble que les ventes de ce quotidien étaient à peu près aussi prospères que les affaires de Marianne durant le dernier quinquennat.

    il y a une déraison inexplicable dans tout ceci. Privés de cet opium puissant qui faisait chavirer leur sens, il ne semble finalement pas si étrange, que les Français peinent à faire le deuil d’un personnage aussi polémique – Sarkozy étant, au choix, selon nos affinités, E. von Stroheim « le personnage que vous adorerez détester » ou l’ange blanc, ce personnage de catch qui intervient à la fin pour faire triompher le bien dans une lutte scriptée à l’avance. Et pourtant, il y a bien un temps où il faut gagner en maturité et cesser de croire au Père Noël ou aux monstres tapis sous le lit.

    (1) dont celui de ne pas aimer le vin, puisqu’on vous dit que c’est un sauvage

    Commentaire par Switz — 11/10/2012 @ 15:30


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :