La Plume d'Aliocha

08/06/2012

La cour exige des preuves du « complot » contre Jérôme Kerviel

Filed under: Affaire Kerviel — laplumedaliocha @ 10:49
Tags: , ,

Palais de justice, jeudi 7 juin, 14 heures, troisième jour d’audience : Le clan Kerviel arrive au pas de course, chargé de deux valises et plusieurs cartables. Les avocats en extraient 4 épais dossiers à sangle rouges qu’ils posent sur les tables et plusieurs autres dossiers plus petits. Visiblement, la déculottée qu’ils ont subi la veille les incite à passer à l’attaque. Du côté de la Société Générale, on fait mine de ne rien voir. Les avocats discutent en riant avec Claire Dumas. On s’attendait à revenir en détail sur la théorie de la manipulation, las ! ce fut de loin la journée la plus ennuyeuse de la semaine. La présidente a poursuivi l’examen méticuleux des opérations passées en 2007. Cette fois, il s’agissait des mois de juin et juillet. A cette époque-là, Jérôme Kerviel porte une position de 30 milliards. Pour mémoire, les fonds propres de la banque s’élèvent à 29 milliards…Les techniques de dissimulation sont  les mêmes, les justifications apportées par l’ancien trader aussi. On en revient toujours à ces étranges mails destinés à dissimuler ce que tout le monde savait dans des termes d’une absurdité que nul ne pouvait ignorer.

Une perte latente de plus de 2 milliards

En juin, les positions de Jérôme Kerviel affichent une perte latente de plus de 2 milliards. Et ses supérieurs bien sûr ne disent rien. Jusqu’au 19 juillet où le marché se retourne enfin et où  Jérôme Kerviel empoche le bénéfice hallucinant de ses positions. Croyez-vous qu’il hurle de joie sur le desk ? Pas du tout, il se tait. Ses supérieurs aussi, semble-t-il, alors même qu’on nous soutient qu’ils savaient.  Ils sont décidément très stoïques, à la Société Générale. La journée n’a pas aidé l’ancien trader, mais elle a permis de mesurer quand même les insuffisances du contrôle interne de la Société Générale. Claire Dumas explique que les alertes s’allumaient mais en des lieux et à des moments différents et que Jérôme Kerviel était passé maître dans l’art de les éteindre. Si on ne l’a pas repéré, c’est qu’il n’existait pas à l’époque de contrôle transversal capable d’identifier qu’un seul agent déclenche de nombreux problèmes et d’avoir une vue d’ensemble de ses opérations.  « Et puis Jérôme Kerviel coopérait avec gentillesse. Compte-tenu des délais de clôture comptable, obtenir une réponse rapide permet de passer au problème suivant ». « Donc les contrôleurs ne contrôlent pas les gens qui leur parlent gentiment ? » lance David Koubbi. La présidente observe quand même que les contrôles fonctionnaient puisque les alertes se sont déclenchées, avant de conclure « ils n’étaient peut-être pas performants ».

« Je veux des témoins qui témoignent sous serment ! »

16h50 : Après une brève suspension d’audience, David Koubbi monte au feu. « On a procédé à un dégazage en pleine marée noire » explique-t-il à la Cour en tentant de revenir sur le terrain de la manipulation.

– Je veux des témoins qui témoignent sous serment et qui apportent des preuves écrites, s’emporte Mireille Filippini, on est prêt à les croire, on est prêt à croire à tout !

Sur ce, l’avocat remet à la Cour ainsi qu’à ses adversaires une chemise contenant des pièces qui déclenche un nouvel affrontement.

– vos pièces, il fallait les déposer au début du procès, qu’on ait le temps de les lire, tempête la présidente, tout en essayant de ranger les documents dans leur chemise jaune sans y parvenir tant elle semble énervée. Voilà 14 ans que je fais du pénal, je n’ai jamais vu cela. Vous êtes conscient qu’il y a déjà eu des demandes de report de l’adversaire pour des pièces déposées le premier jour et vous, vous les donnez maintenant. Si vous en avez d’autres à produire, c’est lundi au plus tard et ça vaut aussi pour la Société Générale !

L’un des avocats, François Martineau, demande l’autorisation de poser une question à Jérôme Kerviel. Cheveux poivre et sel, air patelin, un sourire perpétuellement aux lèvres, c’est le plus redoutable des conseils de la Société Générale.  Ses interventions sont aussi calmes que mortelles pour l’ex-trader.  Furieuse d’avoir perdu du temps dans son programme, la présidente n’accorde qu’une minute à l’avocat de la banque.

– Qui vous a demandé de faire cela, lance-t-il, visiblement décidé à pousser son avantage en faisant répéter à Jérôme Kerviel les explications sur lesquelles butte la présidente depuis la veille.

– c’est ce qu’on attendait de moi

proprio motu ? interroge l’avocat

– je ne parle pas….répond Kerviel avec embarras, il n’a visiblement pas saisi le sens de la formule latine.

– Il ne parle qu’anglais, commente la présidente.

– c’est dommage, plus personne ne parle latin, croit devoir placer David Koubbi avec un sourire de bon élève qu’on devine destiné à s’attirer de nouveau la bienveillance de la Cour.

– Pourquoi faire plaisir à votre hiérarchie, reprend François Martineau ? Quel était votre intérêt d’envoyer des faux e-mails ?

– Atteindre les objectifs irréalisables fixés par ma hiérarchie. Ils avaient une option gratuite sur moi : si ça gagne ils empochent sur mes gains, si ça perd, ils ne savaient rien.

Les débats se concentrent de nouveau sur la fastidieuse mais nécessaire analyse des positions, des pertes latentes, des techniques de dissimulation. En admettant que les supérieurs de Jérôme Kerviel lui aient dit ou laissé entendre qu’il faisait ce qu’il voulait à condition de ne pas déclencher les systèmes de contrôle ou, si cela arrivait, de parvenir à calmer les contrôleurs, on peut admettre qu’il dissimule ses positions, éventuellement ses pertes, mais pourquoi cacher aussi ses gains ?  Même la séduisante thèse du complot ne permet pas de résoudre cette incohérence. Sauf à considérer, comme semble le soutenir Jérôme Kerviel, que la banque a délibérément perdu 4,9 milliards pour que le marché oublie qu’elle avait englouti 2,2 milliards dans la crise des subprimes. Cinq milliards pour une couverture, c’est cher payé. A moins bien sûr que la mystérieuse cellule qui couvrait les positions directionnelles de Jérôme Kerviel à son insu ait aussi empoché les 4,9 milliards perdus lors du débouclage en janvier. Au point où on en est…

Publicités

74 commentaires »

  1. Des contrôleurs bernables, des supérieurs dans l’ignorance officielle qui se couvrent par position et par contre-attaque, une direction à la recherche d’un fusible pour cacher ses propres turpitudes …
    Cela me fait furieusement penser à l’ouvrage de William K. Black sur « Une fraude presque parfaite – Le pillage des caisses d’épargne par leurs dirigeants » mis en ligne, version pdf par l’éditeur lui-même (Edition Charles Léopold Mayer : http://docs.eclm.fr/pdf_livre/351UneFraudePresqueParfaite.pdf ).
    Si le résumé vous tente, suivez le lien : http://calamiite.wordpress.com/2012/04/11/une-fraude-presque-parfaite-de-w-k-black/

    Pour conforter l’argumentaire de défense de Kerviel, il faudrait tout simplement disposer des moyens d’investigation de l’autorité de contrôle des banques, du Trésor, du Budget et de l’AMF réunis … Ce n’est pas gagné !

    Commentaire par fultrix — 08/06/2012 @ 11:40

  2. @Fultrix : il aurait fallu surtout que le juge d’instruction lui accorde les mesures d’investigation qu’il réclamait, ce qui, selon lui, n’a pas été le cas. Si une comparaison est possible entre l’affaire que vous citez et celle qui nous occupe, pour ce que j’ai lu, c’est avant tout le regard que l’on porte dessus. Votre auteur diabolise notamment le système comptable comme si il s’agissait d’une opération concertée. Hélas, c’est plus simple que cela et plus inquiétant aussi. C’est le système qui a des défaillances, lesquelles se révèlent dans les crises. On peut alors rétrospectivement prétendre que tout était savamment calculé par une sorte d’officine remplie d’ultra-libéraux et de grands voyous. Personnellement, je pense plutôt que des individus isolés exploitent les défaillances. Une fois qu’on a dit ça, il me parait plus utile de chercher à corriger le système plutôt que de patauger dans des histoires dignes de romans d’espionnage. Mais ce n’est que mon avis…

    Commentaire par laplumedaliocha — 08/06/2012 @ 12:56

  3. @Fultrix: quitte à me faire l’avocat du diable (à tout le moins de la Société Générale), je ne vois pas en quoi dans le cadre de ce dossier précis une investigation en ce sens était nécessaire. Ce procès est celui de Kerviel. Pas de la Société Générale. La seule chose demandée est: Kerviel est-il ou non coupable des faits qui lui sont imputés. Les éventuelles turpitudes de la Société Générale, si on retient cette hypothèse, devrait faire l’objet d’un autre procès, où elle serait alors accusée.
    J’ai du mal à comprendre la position de Kerviel. De fait, il reconnait tout ce qui lui est imputé… Il ne peut qu’être condamné.
    A moins qu’il n’arrive avec des éléments très solides, il n’y aura pas de procès contre la Société Générale. Il perd à coup sur, pour pouvoir miser sur une très hypothétique poursuite contre son ancien employeur? Sans vouloir faire de psychologie à deux sous, ça ressemble fort à un suicide judiciaire.

    Commentaire par Kaeldric — 08/06/2012 @ 13:50

  4. Cela sent la bérézina pour les K-K. J’en conçois quelque compassion pour Kerviel, mais guère pour Koubbi; je le confesse.

    Commentaire par Tocquevil — 08/06/2012 @ 14:39

  5. Je ne crois pas une seconde à la manipulation invoquée par Kerviel. Pour moi, cette affaire est typique des dérives du contrôle interne de toute grande entreprise : à chaque échelon hiérarchique, les opérationnels et ceux qui les contrôlent sont satisfaits si eux-mêmes ou leurs subordonnés peuvent produire une justification formelle que les procédures sont respectées. Je dis bien « formelle » : on s’attache à la forme plutôt qu’au fond.

    Un certain niveau de complicité s’installe alors entre un manager et ses subordonnés, tous conscients que certaines justifications sont « limites » mais que c’est le prix à payer pour atteindre les objectifs du département. Par exemple, un portefeuille d’activité commerciale sera un peu « gonflé », quitte à ce que certaines notes soient antidatées, ou modifiées dans le sens qui arrange tout le monde…. Dans la mesure où ces notes sont stockées dans le référentiel qui va bien, tout le monde est content, les contrôleurs les premiers.

    Dans le cas de Kerviel, cette dérive a simplement pris des proportions gigantesques. Je crois cependant que les supérieurs de Kerviel n’en étaient pas pleinement conscients, mais qu’ils se sont trop facilement laissé abuser, de même que les contrôleurs, par l’apparence formelle de la conformité aux procédures. Une forme de biais cognitif liées aux énormes enjeux qui sont les leurs et à cette particularité que tous les échelons hiérarchiques sont financièrement intéressés à ce qu’on ne gratte pas trop sous cette apparence.

    C’est donc bien le contrôle des procédures qui pose problème, mais aussi, à mon sens, le niveau trop élevé de l’intéressement des traders et de leur hiérarchie.

    Commentaire par Tocquevil — 08/06/2012 @ 15:02

  6. Vous évoquez ces « étranges mails destinés à dissimuler ce que tout le monde savait dans des termes d’une absurdité que nul ne pouvait ignorer. »

    Sur ce point, la position de Kerviel peut donc se comprendre, si l’on accepte que tout le monde avait intérêt à ce que les justificatifs fournis par Kerviel soient reconnus comme formellement valides. Le biais cognitif que j’évoquais conduit donc les supérieurs à ne pas chercher à savoir, donc à fermer les yeux. Non, tout le monde ne savait pas, seul Kerviel savait. Mais personne parmi ses supérieurs ne voulait savoir. Il y a-t-il complicité, au moins implicite ? Je ne le crois pas, mais ce sont à mon sens des circonstances atténuantes pour Kerviel.

    Commentaire par Tocquevil — 08/06/2012 @ 15:51

  7. DK a déposé les « preuves du complot » http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5E8H824D20120608

    La « complicité implicite » de la SG remet-elle en cause la fameuse réduction fiscale de 1,7 milliards obtenue suite à la perte? Je suppose que c’est un point qui n’a pas à être évoquée dans ce procès, puisqu’elle concerne uniquement les services des Impôts, mais qui est aussi au centre de l’acharnement de la SG à se défausser entièrement sur JK.

    Commentaire par gabbrielle — 08/06/2012 @ 16:34

  8. SDS donne quelques détails sur le dossier déposé ce jour au greffe par DK http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/06/08/01016-20120608ARTFIG00657-la-defense-de-jerome-kerviel-abat-ses-cartes.php

    Le suspense est à son comble.

    Commentaire par gabbrielle — 08/06/2012 @ 17:31

  9. @gabbrielle : si ça se trouve, c’est DSK l’auteur de la lettre (je déconne !)

    Commentaire par laplumedaliocha — 08/06/2012 @ 18:00

  10. @Tocquevil : je suis d’accord avec vous de A à Z. Sauf sur votre deuxième commentaire. Je ne suis pas très fière de ces deux derniers billets rédigés à la va-vite plus pour me fixer les idées qu’autre chose, en revanche, je suis ocntente de la phrase que vous citez car elle synthétise l’incohérence mise en exergue par la présidente. JK dit que ses supérieurs étaient au courant, je dis bien, au courant. Donc vous avez raison sur le fait que ça arrangeait tout le monde que les problèmes se résolvent tout seuls, mais ce n’est pas ce que dit le trader. Pour lui, ses supérieurs suivaient de près ses opérations et faisaient semblant de ne rien voir. En fait, il se coince tout seul en essayant de surmonter les incohérences de ces déclarations successives depuis le début de l’enquête. Il lui faut trouver une cohérence entre deux arguments majeurs :
    1. : mes supérieurs savaient.
    2. : mes mails étaient si absurdes de toute façon que nul ne pouvait y croire.
    Question de Mireille Filippini : pourquoi écrire des choses fausses à des gens qui savent la vérité et sachant en plus qu’ils vont voir tout de suite que c’est absurde ?
    Réponse : pour les tiers, genre CAC
    Question MP : parce que les tiers sont plus bêtes que vos chefs ?
    Réponse JK : je ne sais pas, on m’a dit « demerde-toi, j’ai pensé que je devais faire cela ».
    Question de l’avocat général : qui savait ? donnez-nous des noms !
    Réponse JK : …….

    En fait, pour comprendre, il faut lire le livre sur les traders d’Olivier Godechot, il explique que dans une salle de marché, tout a plusieurs sens, c’est comme une grande partie d’échec permanente. JK a très bien pu croire sincèrement qu’on lui demandait cela, ou, ce qui me parait vraisemblable, finir par s’en convaincre. Ce qui ne l’empêche pas d’être dans l’erreur.

    Commentaire par laplumedaliocha — 08/06/2012 @ 18:47

  11. @laplume…

    oui sauf si il y a eu dans une des filiales socgen de part le monde (et dans un paradis fiscal par exemple) des positions inverses qui ont été débouclés en même temps.

    Je reste persuadé que pour avoir le fin mot de l’histoire, il suffit de savoir qui a gagné les 4,5 milliards, parce que cet argent n’a pas servi à allumer le feu : il a juste changé de mains. A qui le crime profite, comme toujours.

    Car de mémoire peu de temps après le débouclage, le cours était revenu à son point de « bénéfice »…..

    Commentaire par herve_02 — 08/06/2012 @ 19:32

  12. Comme le dit Gabrielle, « le suspense est à son comble » !

    Imaginons que lundi ce témoin mystère vienne déclarer à la barre, comme le suggère Le Figaro (« L’inconnu se dit toutefois prêt à «expliciter» son analyse devant la cour, renonçant ainsi à l’anonymat qu’il exigeait jusque là. ») :

    « Les opérations de Kerviel étaient couvertes secrètement par une contrepartie interne… Lors du débouclage, les 4,7 Mds€ ont été virés aux Bahamas sur un compte appartenant en fait à la SocGen… L’imputation de la perte à Kerviel a permis de récupérer 1,7 Mds€ du fisc, effaçant presque entièrement la perte sur les subprimes… L’augmentation de capital a été réalisée grâce à un transfert du compte Bahamas à J.P. Morgan… »

    Au fond, ça se tient ?

    Commentaire par ramses — 08/06/2012 @ 19:54

  13. @Ramses
    si c’est le cas, personne n’en saura jamais rien, raison d’état.

    Commentaire par herve_02 — 08/06/2012 @ 20:40

  14. @Herve_02 et Ramses : il y a de fortes chances pour que le témoin mystère vienne dire à la barre qu’il était possible pour la banque de couvrir les positions de JK sans qu’il le sache et de ramasser ensuite le bénéfice du débouclage en urgence des positions de JK. Il est possible aussi qu’il dise que c’est techniquement possible, que ça correspond aux années fric de Bouton, qu’il a déja vu faire des choses similaires et que d’ailleurs c’est la première idée qui lui est venue à l’esprit quand l’affaire a éclaté. Et il dira aussi sans doute qu’il n’est pas le seul à penser ainsi, que d’ailleurs des gens comme Fiorentino ou Touati ont douté dès le départ de la version de la banque, qu’ils l’ont exprimé publiquement et qu’ils ne sont pas les seuls. C’est même pour cela que j’ai plongé dans cette histoire durant deux ans, parce que tout le monde me répétait depuis 2008 qu’on ne comprenait pas, que c’était pas possible. L’ennui, voyez-vous, c’est que ce genre de témoignage est sans valeur. On peut toujours tout imaginer.

    Ce qu’il faut à JK à ce stade, c’est pas un ancien salarié qui pense que c’est possible, c’est quelqu’un en poste au moment des faits qui dise : voilà, on m’a dit de faire ceci et cela, ça s’est passé ainsi, untel et untel étaient au courant. Bref, il faut aux juges – comme aux journalistes – des faits, des dates, des noms, et des documents. C’est pour cela que la présidente a tiqué sur la lettre anonyme et réclamé des témoins qui viennent à la barre, de préférence avec des documents.

    Je suis allée interroger lors de mon enquête les gens qui pensaient que la thèse de socgen ne tenait pas. Aucun d’entre eux n’a pu argumenter, il ne s’agissait que d’un sentiment, d’une intuition, rien de plus. Bref je n’ai rien trouvé qui aille dans le sens de JK. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a rien, souhaitons lui de s’en sortir, mais attendons des preuves et gardons-nous des fantasmes. En l’état, je vous assure que la défaillance des contrôles est parfaitement plausible et beaucoup plus inquiétante pour nous tous qu’une complicité. Parce que si la thèse de socgen est vraie, alors cela signifie que ça peut se reproduire n’importe où, n’importe quand. D’où le titre de mon livre. J’en parlais hier à une soirée avec un consultant spécialisé en management chez un des Big Four, il m’a raconté des choses sur les risques attachés au pilotage de nos systèmes super sophistiqués à faire frissonner. Et ça vaut pour la banque, l’aviation, le nucléaire et le reste. Mais encore une fois, ce n’est que mon analyse, je ne prétends pas détenir la vérité 😉 Simplement, ça fait des années que j’entends des super spécialistes expliquer dans des colloques super confidentiels que si on ne replace pas l’intelligence au coeur des systèmes, on court à la catastrophe.

    Enfin, je vous signale que j’ai un peu regardé les autres affaires de perte de trading, presque à chaque fois on met en doute la thèse de l’aveuglement de la banque. C’est un grand classique. Là où JK innove, mais décidément cette affaire ne ressemble à aucune autre, c’est en avançant l’hypothèse d’une machiavélique manipulation….

    Commentaire par laplumedaliocha — 08/06/2012 @ 21:20

  15. La « fraude » a été dénoncée par SG le 24 Janvier 2008, faisant chuter le cours de l’action jusqu’à 59€.

    Début 2008, 8 et 9 Janvier, Robert A.Day, administrateur à la SG,et bailleur de fonds de G.W.Bush pour les élections de 2000 et 2004, a vendu pour plus de 100 000 000 d’€ d’actions de la SocGen à 95€ et des poussières http://www.easybourse.com/bourse/financieres/article/5452/societe-generale-robert-a-day-a-vendu-1m-de-titres.html

    L’AMF a juré, la main sur le coeur que R. Day, n’était pas au courant des pertes de trading de JK. http://www.lefigaro.fr/societes-francaises/2008/01/28/04010-20080128ARTFIG00464-un-delit-d-initie-a-la-societe-generale-.php. Il a été opportunément blanchi en 2010.

    Cà ne fait pas un peu beaucoup de monde qui n’est au courant de rien à la Socgen??

    Commentaire par gabbrielle — 08/06/2012 @ 21:35

  16. @Gabbrielle : amusant, votre commentaire était marqué « pending », au lieu de « en attente », c’est la première fois que le blog change cette appellation, or le compte « pending » est le héros technique du procès Kerviel 😉
    Attention à ne pas confondre corrélation et causalité. Cet administrateur a pu vendre ses titres pour des tas de raisons, à commencer par ce qu’il avait connaissance de la perte sur les subprimes de 2,2 milliards au lieu de 200 millions comme annoncé aux US par Daniel Bouton quelques semaines plus tôt. Si manquement d’initié il y a, (il a pu vendre aussi parce qu’il ne croyait plus au groupe, ou à cause de la crise des subprimes, ou par besoin de trésorerie), n’oubliez pas que Socgen s’apprétait à publier un profit warning le lundi 21 janvier pour annoncer cette perte et qu’elle allait forcément faire plonger le titre, même si avec le recul elle nous parait dérisoire au regard de la totalité de la perte subprimes plus tarding.

    Commentaire par laplumedaliocha — 08/06/2012 @ 21:44

  17. @aliocha

    Admettons que SocGen ait manipulé Kerviel à son insu… A votre avis, combien de personnes pourraient être au courant ? Pour moi, 2 ou 3 au maximum, dont le silence aurait été acheté à prix d’or… Peu de chances qu’elles viennent témoigner au procès !

    Par contre, le Tribunal devrait être en mesure de savoir qui a profité de la contrepartie des 4,9 Mds€ lors du débouclage… Cela pourrait ouvrir des pistes…

    Au sujet des alertes, ces gros « warning » qui s’affichaient chez les contrôleurs, elles n’ont pu disparaître qu’en passant des contreparties, les « explications » de Kerviel n’auraient pas suffi…

    Concernant les ventes massives de Robert A.Day, peu avant que les pertes réelles des subprimes et du trading soient connues, elles ressemblent furieusement à un délit d’initié, même si celui-ci n’a pas été retenu…

    A mon avis, toutes ces incohérences vont semer le doute dans l’esprit des Juges et les conduire à une responsabilité partagée… Sauf si un grain de sable révélait la fraude de SocGen, alors ce serait la « bérézina » pour la Banque.

    C’est aujourd’hui SocGen qui joue gros… Kerviel a pris le maximum en 1ère instance, il ne peut rien lui arriver de pire !

    Commentaire par ramses — 08/06/2012 @ 22:36

  18. @laplume

    Oui vous avez raison, ce qu’il faut c’est un témoignage avec des documents. Ce qu’il faut c’est un juge d’instruction qui accède AUSSI aux demandes de l’accusé qui demande des enquêtes complémentaires.. Hors cela a été (peut être opportunément) refusé. Pourquoi ? parce qu’il n’y avait rien à voir ? dans ce cas pourquoi ne pas montrer qu’il n’y avait rien à voir ? ca me rappelle les dialogue de la juge du moment et de kerviel, hier… Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

    Maintenant, nous savons tous ici que kerviel n’a aucune chance contre la banque, même s’il était innocent, too big to fail. Comme pour les frégates, comme tous les scandales d’armement qui font pschiit, dès que l’on sort du pecus vulgum la loi ne s’applique plus.

    C’est une société identique à la décadence romaine que nous vivons : une petite minorité au dessus du lot, comme des vampires qui s’abreuvent du sang du vulgaire.

    Commentaire par herve_02 — 08/06/2012 @ 22:38

  19. J’ai du mal à tout saisir…

    Pour résumer, si je comprend bien cette « théorie du complot ou de la manipulation » : la SG sait qu’elle va perdre beaucoup d’argent sur des subprimes, et pour ne pas trop perdre (en argent, réputation et crédibilité), elle organise préalablement une sorte de contre-feux sous forme de pseudo-perte en manipulant un jeune trader fougueux et inexpérimenté et l’inciter à miser sur des positions exorbitantes. Les sommes perdues, mais en partie récupérées au débouclage et par retour fiscal, se retrouveraient in fine sur un compte confidentiel de la SG ou d’une de ses filiales dans un paradis fiscal…

    C’est ça le scénario ?

    Commentaire par Oeil-du-sage — 08/06/2012 @ 22:49

  20. @Ramses : si, il peut prendre 5 ans ferme. D’ailleurs, de l’avis général des chroniqueurs judiciaires, c’est lui qui est en difficultés. Le premier procès avait laissé subsister des doutes sur la crédibilité de Socgen, la violence du jugement était le meilleur argument des avocats pour en obtenir la réformation en appel. Or, jusqu’ici, JK malheureusement est mis face à ses contradictions, son avocat se vautre de manière spectaculaire, la thèse du complot ne convainc en l’état personne – même si tout le monde est prêt à l’entendre -. Bref, à ce stade, c’est juste la catastrophe pour JK. Mais ça peut toujours se retourner. Simplement, il faudra pour cela des arguments en béton.

    @herve_02 : JK répète depuis le début de l’appel que les mesures d’investigation demandées au juge d’instruction ne lui ont pas été accordées, de sorte qu’il manque d’éléments factuels pour étayer sa défense. Il est exact que l’instruction a été très courte pour une affaire de cette ampleur et que beaucoup de demandes ont été rejetées. Maintenant, il faut savoir pourquoi. Pression de socgen songeront les internautes méfiants. Sur le terrain, les proches du dossier confient que JK a commis une erreur devant Van Ruyembeke, ou plutôt plusieurs. D’abord, il s’est obstiné dans sa thèse selon laquelle ses supérieurs ne pouvaient pas ignorer ce qu’il faisait sans convaincre, ensuite, il a avancé des faits que le juge est allé vérifier sur place. Et il a découvert sur un point précis que JK l’avait enfumé. On dit que c’est là que l’instruction a mal tourné pour lui. VR en a eu marre, l’instruction tournait en rond, JK n’était pas convaincant, il a cloturé.

    Commentaire par laplumedaliocha — 08/06/2012 @ 22:55

  21. @OdS : voui…au final, SG a fait passer la pilule des subprimes grâce à l’écran de fumée JK, récupéré par derrière les milliards perdus et empoché donc une jolie économie d’impôts. Si on tire le fil, elle est archi bénéficiaire. L’ennui, puisque vous en parlez – au-delà du caractère drôlement alambiqué du scénario – c’est que les milliards ne sont pas dans les comptes et ne servent donc pas à améliorer le résultat, que Socgen ne s’est pas remise de l’affaire JK comme en témoignent ses mésaventures lors de la crise de la dette souveraine en aout dernier et que tout ça lui coute des sommes folles en honoraires d’avocat depuis 2008. Sans compter que tous les pontes ont été remerciés, qu’il fallu investir dans la refonte totale du CI, que les salariés du groupe sont traumatisés, les actionnaires un tantinet irrités par la chute du cours, la réputation de la banque ternie durablement etc, etc…Et puis comme dit la juge, ils ont donc anticipé un an avant tout cela, sélectionné un trader, planifié ses investissements phénoménaux….Wahouuuu !

    Commentaire par laplumedaliocha — 08/06/2012 @ 23:02

  22. @aliocha

    Un condamné qui n’a pas d’antécédents judiciaires bénéficie toujours d’un sursis pour une partie de la peine… 2 ans de sursis sur une peine de 5 ans est vraiment un minimum, me semble t-il. Attendons le témoignage de la dernière heure avant de nous faire une opinion, le procès ne fait que commencer et SocGen va être également amenée à répondre à des questions embarrassantes.

    Je vous suis sur un point, Kerviel a indisposé le Juge Van Ruyembeke… Ce n’est pas une raison suffisante pour n’avoir pas été au bout des investigations et ça ne ressemble pas du tout à VR, qui devait instruire à charge, mais aussi à décharge… Un mystère de plus dans cette nébuleuse affaire !

    Commentaire par ramses — 08/06/2012 @ 23:10

  23. @aliocha

    Les milliards sont revenus par l’augmentation de capital et les 1,7Mds€ du fisc ont redonné au bilan une allure présentable…

    Pourquoi avoir « remercié » les N+ de Kerviel, puisque la Banque prétend qu’il est le seul responsable ? C’est très injuste vis-à-vis d’eux ! C’est vrai que l’indemnité de 7 ans de salaire que SocGen leur a octroyée les a aidés à faire passer la pilule !

    Aujourd’hui, SocGen s’apprête à dévoiler ses pertes sur la dette grecque… Oudéa est sur un siège éjectable ! Mais grâce à sa retraite chapeau et son golden parachute, il pourra jouer tranquillement au golf avec Bouton, en évoquant le bon vieux temps, tandis que Kerviel croupira en prison…

    Commentaire par ramses — 08/06/2012 @ 23:25

  24. @laplume

    Vous avez travaillez aussi avec des gens, ou pour des gens, où des « choses » étaient demandés sans l’être. Ca m’est arrivé aussi et à tout plein de gens. Imaginer que cela n’existe pas est au mieux de de l’angélisme et au pire de la bêtise.

    Maintenant peut être que kerviel a été au delà de ce qu’on ne lui demandait pas et qu’il a fondu un fusible, peut être même qu’on ne lui demandait même pas et qu’il se faisait des films tout seuls, peut être qu’il était malade …. mais ca reste, comme pour la thèse du complot, une suite de peut être.

    Maintenant sans vouloir être de mauvaise fois, j’ai un peu de mal à comprendre qu’un mec tout seul arrive à engager 50 milliards, surtout sur des produits dérivés ou l’appel de marge est journalière, surtout sur des positions déficitaires, surtout sur une aussi longue période.

    Et surtout, surtout, la « perte » de 4,5 milliards a été engrangée comme gain par quelqu’un (ou quelques uns) au même moment qu’elle est devenu une perte pour la socgen france, les 21,22 et 23 janvier. Savoir qui a gagné ces 4,5 milliards permettrait de connaître le fin mot de l’histoire. Mais je crois que, comme pour clearstream, personne ne veut vraiment savoir ce qui se passe, on a sacrifié, bien avant lui, des centaines de kerviel pour que le système perdure en l’état : il ne fera pas exception à la règle, sauf si il a un document qui montre les positions inverses prisent par un courtier affilié, mais ces documents ne seraient jamais publics et une transaction secrète serait faite.

    Le pouvoir ne sacrifie jamais un « géant » national : vous payez encore le crédit lyonnais de haberer (c’est dingue les coïncidences, les entrepôts d’archive qui brûlent.)

    Commentaire par herve_02 — 08/06/2012 @ 23:47

  25. Pour ceux qui n’ont pas pu voir hier soir le magazine d’ E.Lucet sur le trading HF, c’est en replay sur Pluzz pour 8 jours http://www.pluzz.fr/cash-investigation.html

    Commentaire par gabbrielle — 09/06/2012 @ 05:47

  26. @herve_02 : je suis, hélas, une abominable tête de pioche, c’est pourquoi je travaille seule 😉 les non-dits, les petits arrangements avec la vérité, les bidouillages suggérés, c’est pas mon truc. Mais je vous concède que ça existe puisque dès lors que vous avez une hiérarchie vous êtes potentiellement contraint de fonctionner ainsi. Je pense qu’il s’est laissé entraîner et qu’il se justifie a posteriori parce que la banque l’a violemment attaqué et qu’il lui en veut à mort, parce qu’il est convaincu que tout le monde bidouille et qu’il n’a fait qu’aller plus loin, parce qu’il a été porté par tous ceux qui ont dit : c’est pas possible etc. Je pense aussi que sa hiérarchie devait savoir qu’il ne respectait pas tout à fait les limites, qu’il était un peu doué, et peut-être même qu’il développait une stratégie innovante. Mais je reste convaincue que personne n’a su qu’il prenait des positions directionnelles de 30 milliards.
    Sur les techniques de dissimulation, elles étaient très variées et jouaient sur ce que nous connaissons tous dès lors que nous avons eu affaire au service client d’un FAI : le problème transversal, aussi bête soit-il, rend le système dingue. C’est la faiblesse de l’organisation en silo, où les tâches sont si fractionnées que chacun n’aperçoit qu’un tout petit bout du problème. Ajoutez à cela que nous sommes dans une banque qui manie d’énormes volumes financiers sur des produits dont les valeurs bougent à chaque instant, dont les échéances sont échelonnées dans le temps etc, où on consolide des achats, des ventes, des emprunts, des actions, des obligations, des futures, des warrants, des warrants à barrière désactivante etc…on est loin du compte de particulier gentiment présenté en débit/crédit.

    Commentaire par laplumedaliocha — 09/06/2012 @ 09:43

  27. @Aliocha (10) « JK a très bien pu croire sincèrement qu’on lui demandait cela, ou, ce qui me parait vraisemblable, finir par s’en convaincre. Ce qui ne l’empêche pas d’être dans l’erreur. ».

    Tout à fait d’accord, c’est ce que je voulais dire par « la position de Kerviel peut donc se comprendre » : il s’est lui-même convaincu que lorsqu’il produit une justification falsifiée, il répond à une attente implicite de ses supérieurs,

    Le fait que ces justificatifs étaient validés aussi facilement par les contrôleurs a dû aussi l’encourager dans cette vision qu’il ne trompait pas son employeur, que c’était son employeur lui-même qui le poussait à maquiller ses actes pour rester formellement conformes à des procédures, considérées comme une contrainte réglementaire extérieure imposée par les « tiers ».

    Lorsqu’il prétend- malheureusement sans preuves – que ses supérieurs étaient conscients de ce qu’il faisait, il se peut donc qu’il se trompe tout en étant sincère. Mais en allant encore plus loin, en invoquant une machination,, Kerviel risque de perdre toute crédibilité.

    Commentaire par Tocquevil — 09/06/2012 @ 10:08

  28. La remarque de herve_02 (« Savoir qui a gagné ces 4,5 milliards permettrait de connaître le fin mot de l’histoire »), est-elle
    judicieuse et réaliste ?

    Si il était possible de savoir où sont partis les Md€, l’identification des bénéficiaires pourrait être l’élément de preuve le plus solide pour la thèse du complot de la défense de JK. A contrario, ce pourrait être aussi l’argument le plus efficace des avocats de la SG pour anéantir une fois pour toute la défense de JK en démontrant que cet argent a été brulé inutilement sur les marchés par JK.

    Bref, si cela est possible, tout le monde a intérêt à tirer le fil de ces investigations… Sauf, si effectivement la SG a des choses a cacher sur la destination des (pseudos) pertes.

    Pour finir, je reprends votre remarque : « si on tire le fil, la SG est archi bénéficiaire ». (c’est une sacrée pelote cette affaire!). Certes, cette remarque repose sur l’hypothèse du complot, mais les faits concrets sont là (la récupération d’une partie des pertes), et tendent à conclure que le préjudice réel n’est pas si énorme.
    Et si on tire tous les autres fils (dont celui des bénéficiaires encore inconnus) on s’apercevrait peut-être que la SG est encore plus bénéficiaire !

    Du coup JK aurait peut-être droit à une prime exceptionnelle ! 😉

    Commentaire par Oeil-du-sage — 09/06/2012 @ 10:33

  29. @OdS : on peut aussi imaginer autre chose. JK parvient à démontrer que la banque savait, mieux, qu’elle l’a en effet manipulé, qu’il n’y a jamais eu de pertes. La cour annule les dommages intérêts de 4,9 milliards. JK cède les droits sur son histoire à Christophe Barratier, le réalisateur des choristes, dont tout le monde se demande ce qu’il fait dans la salle. Le film remporte un succès planétaire, et JK rafle la mise….après tout, puisque nous en sommes à bâtir des scenarii sur Socgen, pourquoi ne pas en imaginer d’autres en face…C’est le genre d’histoire qu’on se raconte autour d’une bouteille de vodka dans une boite branchée ; or nos deux jeunes premiers ont assez le profil 😉

    @Gabbrielle : émission intéressante. Ce qui a manqué à mon avis, c’est l’explication sur cette fuite en avant, y compris des banques françaises puisque Socgen et BNP Paribas sont des acteurs du THF. Tout le mal vient des anglo-saxons. De deux choses l’une, soit la finance française suit le modèle des banques anglo-saxonnes, soit elle est définitivement larguée dans la grande compétition internationale. Il est là, le coeur du sujet. L’autre élément important, – j’ai un peu enquêté sur le sujet – c’est que pas un seul économiste, même chez les libéraux, ne trouve une justification économique quelconque au THF. Pire, certains le décrivent comme destructeur de valeur. Seulement personne ne le dit officiellement parce que nos devons défendre nos grands acteurs sur la scène internationale. Et voilà comment on se laisse entraîner dans une mécanique folle qui risque bien de déclencher la prochaine crise financière mondiale. Où l’on voit que la médiocre réalité dépasse de loin toutes les théories du complot….

    Commentaire par laplumedaliocha — 09/06/2012 @ 12:49

  30. @laplume

    Ah non, avec le THF, on sait qui est le responsable : windows et la machine et là tout le monde sera d’accord : ce sera jamais la personne qui programme ni celle qui met en marche, ni celle qui décide des limites hautes et basses, ni celle qui doit vérifier que le logiciel fonctionne comme prévu, ni celle qui fait les tests unitaires, ni celles ….

    En fait tout comme pour kerviel, sauf qu’il n’y a même pas un kerviel qui se défend en disant c’est pas vraiment ma faute.

    Commentaire par herve_02 — 09/06/2012 @ 15:19

  31. Très intéressant, ce reportage sur le « speed trading », merci gabbrielle !

    La prochaine fois qu’une perte de trading sera dénoncée par une Banque, on présentera au Juge un robot !

    En comparaison, Kerviel fait vraiment « petit joueur » ! J’espère que Mme Mireille Filippini a vu le film !

    La cerise sur le gâteau, c’est le crédit impôt-recherche qui finance le speed trading !

    Et l’omerta des personnalités interrogées… Et l’AMF qui mène une longue enquête pour faire condamner un trader hollandais (toujours en activité) à… 10.000€ d’amende ! Je comprends que Kerviel soit furieux !

    Commentaire par ramses — 09/06/2012 @ 19:55

  32. Sur le reportage de speed trading, la chose qui m’est apparue le plus étrange c’est la possibilité de manipuler les cours en lançant 1 ordre puis de l’annuler. Quelle est la justification de la possibilité de cette annulation ?

    Commentaire par paul — 09/06/2012 @ 20:50

  33. @Herve_02 & Ramses : j’étais à la séance de sanction de l’amf concernant le trader hollandais. En réalité, la commission des sanctions de l’amf, distincte des autres services et composée en partie de magistrats, n’a retenu la manipulation de cours que sur une seule des 5 valeurs parce que les inspecteurs de l’amf avaient raisonné par analogie pour les autres. En clair, ils avaient parfaitement démontré sur quelques minutes et sur une valeur la technique utilisée, mais ensuite ils en avaient déduit que le trader avait fait la même chose sur les autres titres. La commission a donc profité de l’occasion pour expliquer aux services d’enquête que d’un point de vue légal, il fallait tout démontrer. Le problème, c’est qu’il s’agit d’un travail de titan. Rien que pour démontrer une manipulation de 5 minutes sur une valeur, il faut des mois de travail – je dis bien : des mois – pour dépouiller le carnet d’ordre, identifier la provenance des ordres, puis démontrer qu’il y a eu un taux anormal d’annulations prouvant la volonté de manipuler le cours (je fais semblant d’acheter, donc je fais monter le cours et je profite de la hausse artificielle en annulant mes achats in extremis pour passer des ordres de vente sur les titres que je détiens déjà). Pour ceux que ça intéresse, la décision de l’amf est ici (PDF) http://www.amf-france.org/documents/general/10006_1.pdf
    En clair, les régulateurs n’ont pas les moyens de surveiller le trading haute fréquence, ils n’ont ni les machines, ni le personnel. L’entreprise de marché, Euronext, le fait, mais une directive européenne nommée MIfid a ouvert la négociation à la concurrence en 2008 de sorte que de nouvelles plateformes de négociation ont émergé qui, elles, ne s’embêtent pas à traquer les manipulations.
    C’est pourquoi depuis plusieurs années Jean-Pierre Jouyet, le patron de l’amf, menace de demander son interdiction s’il n’est pas encadré strictement. Et on commence à l’encadrer au niveau européen via plusieurs directives en cours de refonte. Un autre outil utile c’est la TTF. Le reportage dit que son montant est dérisoire, 0,01% (0,1% pour les actions, et 0,01% pour certains dérivés, d’où ma confusion), ce n’est pas exact, le high frequency trading joue sur des écarts infimes de cours, de l’ordre justement de 0, 01% 0,1% (donc) et même moins puisque le pas de cotation (nombre de chiffres après la virgule) est de deux décimales, voire trois en Allemagne, donc c’est une idée très intelligente de taxer le THF à ce tarif là.

    Commentaire par laplumedaliocha — 09/06/2012 @ 20:54

  34. @Paul : d’après les chiffres Euronext, le taux d’annulation des ordres est en moyenne (et de mémoire) de 80%. En l’espèce celui de notre trader n’était que de 60%….L’annulation se justifie par le fait qu’en principe tant que l’ordre n’est pas exécuté, vous avez le droit de vous rétracter, comme dans n’importe quelle opération commerciale. Si vous demandez un kilo de cerise à votre maraicher et que soudain vous n’en voulez plus, il ne va pas appeler les flics pour vous forcer à acheter 😉 Mais pour l’amf, le taux d’annulation demeure quand même un indice de manipulation car c’est une technique courante de manipulation de cours (décrite ci-dessus). Avec le THF, le taux d’exécution des ordre est inférieur à 5%.

    Commentaire par laplumedaliocha — 09/06/2012 @ 20:57

  35. Quand je pense qu’on me disait que l’affaire Kerviel n’intéressait plus personne…les deux derniers billets de ce blog repris ensemble par Marianne 2 à midi ont suscité 80 000 visites : http://www.marianne2.fr/Proces-Kerviel-la-defense-en-serieuse-difficulte_a219430.html?com#comments
    comme quoi, il ne faut jamais se faire une idée de ce qui intéresse le public, mais juste suivre ses convictions.

    Commentaire par laplumedaliocha — 09/06/2012 @ 21:22

  36. Ce qui me surprend avec le THF c’est qu’on semble découvrir le système, or, au début des années 80 je me souviens très bien d’une affaire similaire au USA (nous l’avions évoquée en cours de fac), où des ordinateurs IBM s’étaient mutuellement auto-emballés en vendant des actions automatiquement provoquant une sorte de flash-crash boursier.
    Certes la vitesse et la sophistication des algorithmes n’étaient pas celle du THF actuel, mais le mécanisme existait donc déjà, et à l’époque on parlait déjà d’interdire ce procédé informatique automatisé.

    Commentaire par Oeil-du-sage — 09/06/2012 @ 22:29

  37. Le système est fou mais ce n’est pas lui qui est dans le box des accusés, c’est Kerviel. Et Kerviel se défend, semble-t-il, horriblement mal. Il cherche à se décharger en chargeant la banque, cela se comprend, mais en la chargeant au-delà du vraisemblable il perd toute crédibilité. Paradoxalement, c’est en s’accusant lui-même qu’il se dédouanerait le mieux. Il devrait dire et redire comment le système fonctionne, comment il vous entraîne, comment il s’est laissé entraîner. Que c’est comme une drogue. Que ça en devient inhumain. Il devrait avouer sa relative faiblesse (derrière sa résistance au stress), sa dépendance, sa incapacité à en sortir. Etc.
    Il devrait parler de lui, de ce qu’il sait, de ce qu’il faisait, de ce qu’il ressentait. Au lieu d’imaginer on ne sait quel manipulation menée par la banque.
    Parlant ainsi de lui il parlerait du même coup de tous les autres, de tous ceux qui font que le système existe et perdure, dans sa folie.
    Et on comprendrait que, quels que soient ses torts personnels, il n’était qu’un rouage.
    Au contraire, en se voulant par trop innocent, tout comme le fait la banque, il n’aide pas à la manifestation de la vérité. Ni il n’incite le tribunal à l’indulgence.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 09/06/2012 @ 23:06

  38. @Denis Monod-Broca

    De toute façon jamais d’indulgence pour les vaincus. Même s’il avait raison, il aurait tord.

    Commentaire par herve_02 — 09/06/2012 @ 23:47

  39. @Denis Monod-Broca

    Kerviel ne fuit pas sa responsabilité, il a toujours reconnu qu’il était allé trop loin. Simplement, il n’accepte pas que SocGen soit déclarée irresponsable.

    Pour moi, la responsabilité est partagée, ne serait-ce que sur le fait que les 70 alertes n’ont pas donné lieu à une enquête sérieuse. D’ailleurs, SocGen a fait l’objet d’une amende de 4M€ pour défaut de contrôle.

    Nous verrons bien lundi si la tendance s’inverse, à la lumière des nouvelles révélations produites vendredi.

    Commentaire par ramses — 09/06/2012 @ 23:48

  40. Oh misère. Je n’avais pas eu le temps de suivre cette semaine, je débarque sur vos trois billets à l’occasion d’une insomnie et je n’en reviens pas. Jérôme Kerviel a totalement pété les plombs. (Je néglige pour simplifier le 0,01% de probabilité qu’il y ait effectivement eu un complot géant, dont la motivation m’échappe d’ailleurs.) Qu’il soit contacté par des complotistes, c’était inévitable. Mais qu’il finisse par en citer un à sa défense, c’est incroyable.

    Je retiens ce détail de votre billet : toute sa carrière depuis 2000 était à la Société Générale, et depuis quatre ans il n’a plus rien à faire, pour occuper ses journées, que de penser à son « affaire ». C’est vraiment triste. On savait que l’histoire ne pouvait pas bien finir, mais je ne pensais pas qu’elle finirait si mal.

    Commentaire par Qoheleth — 10/06/2012 @ 01:18

  41. En cherchant des renseignements complémentaires sur le THF, j’ai trouvé, hors un petit topo sur le toujours très didactique ABCbourse pour ceux qui veulent s’initier aux mécanismes de la bourse (la rubrique « Apprendre » est très claire et complète) c’est ici http://www.abcbourse.com/apprendre/18_le_trading_haute_frequence.html , un blog Capitainéconomics, plus pointu tout en restant très drôle (le connaissez-vous, Aliocha?), le sous-titre « Le Captain’ décline toute responsabilité en cas d’analyses stupides entraînant une crise financière interplanétaire » donne le ton 😉
    http://www.captaineconomics.fr/theorie-economique/item/149-le-trading-haute-frequence-pour-les-nuls

    Allez voir le gif animé en milieu de billet sur l’évolution du nombre de transactions avec le THF, c’est impressionnant.

    L’auteur est prof assistant à l’IESG Paris, j’ai bien ri à la lecture de son CV http://www.captaineconomics.fr/mais-qui-est-le-captain-

    Commentaire par gabbrielle — 10/06/2012 @ 04:44

  42. Tiens, Olivier Berruyer a, lui aussi, visionné Cashinvestigation et propose la création « d’un crime de manipulation de cours, avec 10 ans ferme + une amende allant jusqu’à 1000 fois le profit réalisé, suivant l’appréciation du juge »
    http://www.les-crises.fr/investigation-robots-traders/

    Commentaire par gabbrielle — 10/06/2012 @ 06:26

  43. @ ramses

    Vous avez raison, Kerviel ne fuit pas ses responsabilités. Mon commentaire n’était pas des mieux rédigés. Ce que j’ai voulu dire c’est que sa façon d’impliquer la banque, « mes fautes sont la conséquence des siennes », n’est pas la bonne. Il ferait mieux ressortir les fautes de la banque en décrivant non ses fautes à elle mais ses fautes à lui, puisque ce sont, grosso modo, les mêmes : l’appât du gain, la fuite dans la complexité et la rapidité, la croyance en la compétition à outrance, la dépendance addictive, etc.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 10/06/2012 @ 10:18

  44. @Ramses & Denis Monod-Broca : il eut mieux valu en effet, comme le lui conseillaient ses précédents avocats, qu’il se pose en victime du système. Les juges n’apprécient guère qu’il attaque sa « victime », pas plus qu’ils n’apprécient l’ignorance qu’il semble manifester à l’égard des règles, du bien et du mal. A la question qu’est-ce que la loyauté, JK a répondu défendre les intérêts de la banque, et l’on a compris que pour lui, faire des faux était un acte de loyauté et non pas de tromperie comme le plaide Socgen. Dans le fil de l’interrogatoire, cela fait du sens, on l’accuse d’être déloyal, il rétorque qu’au contraire il a cru agir par loyauté. Mais extrait du contexte, c’est glaçant cette conception de la loyauté plus forte à l’égard de l’employeur que vis à vis des règles de la société. En cela, et c’est Pascale Robert-Diard qui l’a aperçu, il ne peut contester le système dès lors qu’il est le système. Personne ne ressemble plus à la caricature de l’image qu’on se fait d’un trader que JK. Elle a mis le doigt sur un ressort fondamental du procès.
    Sur le partage de responsabilité, en admettant qu’il soit reconnu, je me demande bien ce que ça peut donner en termes de dommages-intérêts : diviser la somme en deux pour considérer que Socgen doit supporter la moitié de son préjudice ? Reste 2,5 milliards sur la tête de JK, ce qui n’est pas moins délirant que 4,9……Ce dossier est décidément dingue 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/06/2012 @ 11:53

  45. @Gabbrielle 42 : derrière les actes que la société choisit de réprimer pénalement, il y les valeurs qu’elle entend protéger. Il y a quelques mois, Bruxelles a refondu sa directive sur les abus de marché (manipulation de cours, délit d’initié, fausse information financière). Un avocat m’a fait remarquer alors que pour la première fois, elle prévoyait, en plus des sanctions administratives prononcées par le gendarme boursier, une répression pénale (que nous avons déjà en France mais qui n’existe pas dans tous les Etats de l’Union). Pour lui, cela signifiait que la dernière crise avait montré quelque chose de fondamental : les infractions aux règles de marché n’affectent plus seulement la finance, mais la société toute entière. Donc l’idée consistant à passer des actuels délits au la qualification de crime, pourquoi pas, mais c’est lourd en symbolique 😉 ça veut dire qu’une manipulation de cours est aussi grave qu’un crime de sang…Aussi et surtout, il me semble que le vrai problème est moins dans la sanction, même si on peut la rêver lourde et donc dissuasive, que dans la capacité technique à identifier les fraudeurs. Personnellement, c’est plutôt là que je concentrerais les moyens. En octobre 2010, le législateur français a augmenté les amendes à 15 millions ou 10 fois le profit réalisé pour les personnes physiques et 100 millions pour les personnes morales, c’est déjà pas mal. Maintenant, si vous poursuivez à vélo des mecs qui roulent en Ferrari, vous pourrez toujours rêver avant de les rattraper et de les verbaliser.

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/06/2012 @ 12:11

  46. @ aliocha
    J’ai pourtant l’impression que la ligne de défense de ses précédents avocat (i.e. se poser en victime du système) a eu comme conséquence le verdict improbable que l’on connait tous. Ne pensez vous pas que reproduire cette stratégie aurait induit le même résultat ?

    Commentaire par Lea — 10/06/2012 @ 13:33

  47. @Lea : en effet, le résultat de première instance ne plaide pas en faveur de la stratégie que j’évoque. Mais celle-ci n’a pas non plus été suivie…Un dossier judiciaire ressemble toujours au client, même si les avocats impriment une stratégie, donnent des conseils, décommandent une attitude, ils restent partiellement tributaires du caractère de la personne qu’ils défendent. JK ne s’est pas expliqué à la barre du tribunal, n’a exprimé aucun regret, en revanche, il a évoqué la complicité de la banque, trop parlé aux médias, publié un livre analysé comme une tentative de pression avant le procès etc…..C’est ce que dans mon cabinet il y a près de 20 ans on appelait un client qui embarque. Quoique vous fassiez pour lui, il ira dans le mur.

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/06/2012 @ 13:52

  48. Aliocha : « on est loin du compte de particulier gentiment présenté en débit/crédit ».
    C’est bien là le problème. Si ce gouvernement était vraiment de gauche, il interdirait tous les instruments de spéculation pour privilégier l’économie réelle.

    Commentaire par Gilbert — 10/06/2012 @ 14:02

  49. @Gilbert : je crains hélas que la finance soit indissociable dans ses excès de tous nos autres excès, c’est pourquoi je crois davantage à une approche par l’écologie, c’est tout le modèle qui est à revoir….

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/06/2012 @ 14:06

  50. Pour sa défense initiale, il me semble que JK a tout simplement et maladroitement cru qu’en reconnaissant ses tords et en dévoilant les rouages intimes et incontrôlables du système, la Raison et le Bon Sens Commun lui donneraient en partie raison. Les juges qui l’ont condamné en première instance n’ont pas partagé ce point de vue !

    Il est vrai qu’en bruit de fond, du citoyen de base au spécialiste en finance, l’opinion publique est aujourd’hui unanime pour reconnaître que le système financier actuel est absurde, détruit une partie de l’économie, et est une vraie bombe à retardement. (La dernière émission Cash Investigation l’a d’ailleurs rappelé).

    Au sens strict du Droit, la condamnation de JK était sans doute cohérente, comme le serait la condamnation d’un chauffeur poids lourd ou celle d’un automobiliste alcoolique qui causent un accident… Sauf qu’aujourd’hui la justice lève les yeux plus haut que les seuls faits visibles et demande des comptes à l’employeur qui impose des conditions de travail délétères à ses chauffeurs poids lourd et au barman qui sert trop d’alcool à ses clients, car elle les considère comme en partie responsables des drames qui finissent par arriver.

    C’est sûrement l’idée que JK a voulu faire passer sans succès. Pour la nouvelle théorie du complot, soit c’est un coup de poker de JK, soit c’est une thèse qu’on cherche à lui fait croire… peut-être par manipulation !

    Commentaire par Oeil-du-sage — 10/06/2012 @ 14:53

  51. DK parle (trop?) et explique sa défense http://www.atlantico.fr/decryptage/proces-jerome-kerviel-compris-quoi-vraiment-servi-pour-societe-generale-deux-mois-seulement-david-koubbi-385561.html?page=0,0

    Ps: quel est le journaliste (p 3) qui écrit le contraire de ce qu’il comprend dans ses apartés avec DK? hou, le vilain! 😉

    Commentaire par gabbrielle — 10/06/2012 @ 15:59

  52. Atlantico a aussi interviewé une certaine Olivia Dufour sur la réforme du contrôle des traders après l’affaire K http://www.atlantico.fr/decryptage/banques-rien-changer-kerviel-reformer-controle-traders-trop-cher-olivia-dufour-381801.html?page=0,0

    😉

    Commentaire par gabbrielle — 10/06/2012 @ 16:15

  53. @Gabbrielle 51 : j’observe que les journalistes sont partie au complot : « je suis également un acteur du dossier. Tout comme le deviennent d’ailleurs certains journalistes… Il m’arrive de passer plus d’une heure avec l’un d’eux pour répondre à ses questions et évoquer le dossier, je vois bien qu’il comprend tout, puis écrit le contraire. L’intérêt de certains d’entre eux est de laisser durer pour faire leur job et continuer à écrire leurs articles plutôt que d’écrire ce qu’ils ont compris » déclare DK à Atlantico. Je disconviens respectueusement : l’intérêt des journalistes, envisagé cyniquement, c’est qu’il y ait le plus de rebondissements possibles. D’ailleurs, l’affaire n’a recommencé à intéresser que mercredi avec l’émergence de la théorie de la manipulation. J’en veux pour preuve le fait que mon billet sur la première audience repris par Marianne 2 n’a eu que 3000 lecteurs, quand les deux suivants ont attiré en quelques heures 80 000 personnes ! Plus profondément, je ne connais pas un journaliste digne de ce nom qui ne rêverait pas d’une démonstration magistrale à l’audience de la complicité de la banque, ou mieux, puisque DK confie recevoir les journalistes pour leur montrer les documents, pouvoir sortir le scoop avant même que la cour n’en ait connaissance. Là encore, il y a une explication bien plus simple aux papiers sceptiques dont se plaint l’avocat : la théorie pour l’instant n’apparait pas convaincante. C’est bête comme chou !

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/06/2012 @ 20:23

  54. @laplume

    Oui je veux bien croire que le complot, c’est un peu gros.

    Maintenant, il y a tout plein d’indices (un faisceau pas concordant) pour alimenter des interrogations qui restent sans réponses. Pourquoi des banques comme la socgen ont des filiales dans les paradis fiscaux dont on ne peut pas connaître les activités, pourquoi les chambres de compensations ont un fonctionnement si opaque. Comment imaginer de manière certaine qu’il est impossible qu’une banque puisse vendre « à perte » des positions (et perdre de l’argent) ici et qu’une filiale dans un autre pays (les iles caïman par exemple) achète au même moment (et fait donc la culbute) ? Alors vous allez me dire, avec le marché, on n’est pas certain que ce soit la filiale qui achète. SAUF qu’il y a des « marchés privés » qui ne sont pas connectés au « grand marché à la main invisible » ou il y a des transactions, qui échappent donc à cette main régulatrice.

    Vous le dites vous même, il est impossible de contrôler car les moyens mis en oeuvre sont de plusieurs ordres de grandeurs insuffisants pour se faire, et osons un peu le complot, parce que peu de politiques au pouvoir ont envie de voir des gendarmes se plonger dans les comptes off shore et les transactions pas nettes : comptes de campagnes, retour sur investissement, vente d’armes, cadeaux pour telle ou telle loi…

    On se serre les coudes entre amis.

    Commentaire par herve_02 — 10/06/2012 @ 21:07

  55. @Herve_02 : en l’état, je ne dis pas que ce n’est pas vrai, mais simplement que ce n’est pas crédible. Maintenant, nous verrons ce qu’on va nous expliquer dans les jours qui viennent. A observer l’argumentation de DK dans Atlantico, j’observe déjà des incohérences entre ce que j’ai vu à l’audience et la manière dont il le raconte, mais bon, disons que c’est de bonne guerre 😉 Plus généralement, je n’aime pas les théories du complot parce qu’elle empêchent de voir les vrais problèmes. Par exemple, les paradis fiscaux que vous évoquez, la démence de la finance que nous avons découverte en 2008, tous ces apprentis-sorciers qui ne maitrisent rien, s’en mettent plein les poches et savent se tirer avant la catastrophe (j’ai vu Margin call cet après-midi qui n’est qu’une déclinaison d’Inside job). Pourquoi aller chercher des trucs compliqués alors que les scandales sont là, sous nos yeux ?

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/06/2012 @ 22:15

  56. La 4ème journée d’audience a commencé, le live est à suivre là sur La Tribune http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120610trib000703069/proces-kerviel-suivez-en-direct-le-quatrieme-jour-d-audience.html

    Le témoin mystère s’est dévoilé et sera entendu jeudi, c’est un ex-SG, Philippe Houbé.

    Commentaire par gabbrielle — 11/06/2012 @ 10:13

  57. et bien j’ai lu le compte rendu, ca me donne pas l’impression d’un mec seul qui a pété les plombs, mais j’ai peut être une vision biaisée à cause d’un a-priori, mais bon comme je suis pas juge c’est pas très important mon avis.

    Ce que je veux juste faire remarquer, c’est que aliocha et eolas expliquaient au début de l’affaire que la tournure des évènements tournaient en faveur/défaveur de l’accusé suivant les « choix » pris dès le début ‘plutôt coupable’ ou ‘plutôt innocente’… et maintenant on n’en parle plus du tout, comme si on avait décidé que « c’est trop gros pour être vrai », c’est kerviel qui doit ramer tout seul contre tous pour montrer sa « non culpabilité exclusive »… pour moi c’est pas vraiment de la justice « équitable » mais bon, comme je dis, je suis pas juge alors….

    Commentaire par herve_02 — 11/06/2012 @ 19:59

  58. @herve_02

    Patience, moi aussi je lis les compte-rendus et chaque jour j’y découvre des énormités qui ne plaident pas en faveur de la Banque, comme ces 7 années de salaire « offertes » à tous ces collaborateurs que SocGen a voulu écarter pour qu’ils n’aient pas à répondre à des questions gênantes… C’est un montant exorbitant pour « virer » quelqu’un avec un protocole transactionnel, qui empêche toute action prud’homale ultérieure et ça ressemble fort au prix du silence.

    J’aimerais connaître le montant du « bonus » que Claire Dumas touchera pour « enfoncer » Jérôme Kerviel, si elle y parvient…

    Mais je reste confiant sur l’impartialité de Mme la Présidente Mireille Filippini, qui a l’air bien décidée à ne laisser planer aucun doute sur ce procès.

    Commentaire par ramses — 11/06/2012 @ 21:13

  59. ouais, attendons les attendus…. moi je ne me fais pas d’illusions.

    C’est comme l’histoire de Kerviel coupable parce que…. pour moi la justice est coupable d’être partiale, il faudra qu’elle rame autant que kerviel le fait pour prouver son innocence.

    Commentaire par herve_02 — 11/06/2012 @ 21:35

  60. Quand l’affaire Kerviel est sortie il y a eu rapidement de très nombreux spécialistes indépendants de la finance qui se sont exprimés dans les médias pour affirmer qu’il était très peu probable voire impossible que JK ait pu engager de telles montants sans que sa hiérarchie s’en aperçoive… Que disent aujourd’hui ces spécialistes sur la thèse de la manipulation ?

    Commentaire par Oeil-du-sage — 11/06/2012 @ 22:55

  61. @OdS : c’est la question que s’est posée la présidente aujourd’hui quand on a évoqué les fameux « nombreux spécialistes ». En ce qui me concerne, j’en ai interrogé quelques uns pour le livre et j’ai été déçue, ils n’avaient rien à dire.

    Commentaire par laplumedaliocha — 11/06/2012 @ 23:00

  62. « rien à dire » parce qu’ils n’y croit pas ou parce que cette thèse les inquiète ?

    Commentaire par Oeil-du-sage — 11/06/2012 @ 23:19

  63. @OdS : les deux, ils n’y croient pas parce qu’elle les inquiète ou plus exactement parce qu’ils surestiment le système auxquels ils appartiennent.

    Commentaire par laplumedaliocha — 11/06/2012 @ 23:22

  64. Aliocha tout à fait d’accord avec votre comm 44,

    pour une fois !

    si Kerviel ne voit aucun problème à faire passer les services rendus à la banque (selon ses dires) avant toute chose et en dehors de tous principes, au mépris de toutes règles, celles de la finance normale, si l’on peut dire, celles de l’honnêteté, les règles de la société, de la morale, du droit, et si pour « servir sa banque » il constitue des faux, parce que pour lui la banque passe avant tout, il s’identifie au système qu’il représente de manière paradigmatique avec tous ses traits que le citoyen lambda mais aussi l’Etat, réprouvent. Un système qui apparaît comme fou et qui mène le monde à sa perte.
    C’est pas une bonne défense de s’identifier à un système qui apparaît comme fou aux yeux de tous.

    Il aurait dû jouer la victime d’un système qui le contraignait à faire des folies et critiquer ce système pour s’en désolidariser. C’était sa seule défense possible, à condition de se dire pris dans un engrenage. Au lieu de faire passer pour normale la constitution de faux. Ce qui en justice, n’est pas terrible comme défense.

    Quant aux théories du complot, elles sont, comme tous les délires conspirationnistes, des délires et projections, mais qui n’emportent pas l’adhésion des esprits rationnels.

    Au total, beaucoup de mégalomanie, beaucoup de tricheries et… peu d’innocence.

    Il reste toujours cette question de la responsabilité partagée, de la banque qui pousse ses traders à risquer ce genre d’excès, car tous servent le système, le trader, comme la banque.

    Commentaire par Schmilblick — 12/06/2012 @ 00:47

  65. > »il reste toujours cette question de la responsabilité partagée, de la banque qui pousse ses traders à risquer ce genre d’excès, car tous servent le système, le trader, comme la banque. »

    c’est un peu théorie du complot, délires conspirationniste et projections, cette histoire de « système que l’on sert », pourquoi ne pas évoquer le Spectre tant qu’on y est : il n’y a pas de système, juste des individus. non ?

    Tout ça pour dire que chacun pose des limites qu’il juge « cohérentes », mais ca n’en fait pas des limites objectives non plus. Il suffit de mettre théorie du complot pour discréditer une idée sans avoir besoin de la réfuter par le raisonnement, ou dire populiste dès qu’une personne parle de mieux contrôler les pouvoirs politiques… ca n’en fait pas non plus un raisonnement …. pour les personnes rationnelles.

    Comme il y a des circuits très opaques (pour le secret des transactions, des données personnelles, des méthodes propres chaque institution qui peuvent être considéré comme secret industriel), des organismes de compensation dans plein de pays, des filiales dans des pays à imposition très modérés et/ou très chatouilleux sur la non divulgation de transactions ou de comptes on peut toujours dire conspirationnistes ou complotistes pour discréditer, il n’y a _aucun_ fait qui peut montrer que ce n’est pas vrai. Alors on décide « à la tête du client »,ou suivant ce qu’en pense l’un ou l’autre. Certes celui qui « accuse » doit prouver ses dires. Mais j’ai un peu de mal à comprendre pourquoi c’est kerviel qui doit prouver qu’il n’était pas seul et pas la socgen qui doit « prouver » que kerviel était seul. Parce qu’ils ont tiré les premiers ? parce que le dossier est « contre kerviel » depuis le début ? parce que la soc gen à un pool juridique mondial plus important à sa disposition que kerviel ? est-ce que c’est juste – et là je parle pas de droit ?

    Alors je ne me bats pas contre le « système », je pose juste une question simple. Pourquoi la générale n’a pas besoin de « prouver » que kerviel était tout seul ? Pourquoi ils ont mis au soleil un paquet de personne qui ne disent rien s’ils n’ont rien à cacher ? Tant que je n’aurais pas réponse à ces questions, je considérerais que l’on a pas résolu l’affaire, même si on a mis un mec en taule. Mais je conçois qu’on s’en moque de mes interrogations …. de conspirationnistes.

    Commentaire par herve_02 — 12/06/2012 @ 02:08

  66. @herve_02

    Je me pose les mêmes interrogations que vous.

    Tout se passe comme si « on » avait décidé d’entrée de jeu que JK est le seul coupable, qu’il doit payer pour sa « faute » et que SocGen est la pauvre victime qui n’a rien vu, rien entendu…

    C’est tellement grotesque que je me demande à quoi sert ce procès… A part rassurer les investisseurs !

    D’ailleurs, on se demande où est passée la perte… Hier, je me suis plongé dans les 4 derniers bilans en ligne de SocGen, destinés aux « investisseurs ». Aucune chute des profits, même la dette grecque a été entièrement provisionnée !

    Commentaire par ramses — 12/06/2012 @ 02:35

  67. Plus on échafaude des hypothèses sur la vérité de cette affaire, plus le floue s’épaissit.

    Finalement, la vérité ne serait-elle pas tout simplement faite d’un peu de tout ce qui a été évoqué ?

    – JK pris dans l’excitation et la fébrilité de son activité a perdu la notion du bon sens et est tombé dans une certaine folie des grandeurs, d’autant plus que gains et pertes hors norme se sont d’abord succédés.

    – JK sait qu’il a commis beaucoup d’erreurs et de fautes, et en commet de nouvelles pour tenter de masquer les précédentes jusqu’à une situation ingérable et intenable.

    – Ses supérieurs voyaient bien passer les chiffres extravagants de JK et ses explications fumeuses, mais retenaient leur souffle et restaient perplexes et transis d’interrogation, d’inquiétude avec l’espoir que les choses retrouvent vite une certaine normalité (avec pourquoi pas, quelques gains substantiels, malgré tout !).

    – Quand les choses sont arrivées a un point de non retour, la direction de la SG et ses services de contrôles ont compris leurs négligences qu’ils ont d’abord cherché à masquer. Puis, stratégiquement, ils ont cherché a exploiter cette déroute qui arrivait en même temps que celle des subprimes, tout aussi extravagante. Vu l’extravagance et la concordance des événements, il était préférable, voire profitable, de tout amalgamer pour tout noyer dans un floue technique.

    – La SG qui se rend compte de ses propres fautes professionnelles va aussi se lancer dans une manipulation tous azimuts pour complexifier l’affaire de façon à cacher ses propres erreurs et fautes, et que le plus simple au moment de donner des explications devant ses actionnaires et devant la justice soit de désigner JK comme coupable.
    Un montage logique et cohérent qui aurait du rassurer l’ensemble du système.

    etc…

    NB: finalement tout cela ressemble bien à un comportement addictif et compulsif aux jeux (pour JK et la SG) : on sait qu’on prend des risques insensés avec une infime probabilité de se refaire, mais on continue à jouer avec l’espoir de se refaire au prochain coup en se disant : « Après j’arrête… »

    Commentaire par Oeil-du-sage — 12/06/2012 @ 09:53

  68. @hervé 65

    « il n’y a pas de système, juste des individus »

    ah bon ? il n’y a pas un système de la finance qui doit compenser la baisse tendancielle du taux de profit (des entreprises, soit le taux de profit réel) par des placements de produits bancaires ayant pour fin de générer des profits financiers issus d’échanges boursiers multiples et permanents qui échappent à l’entendement moyen et qui sont largement dus à la spéculation boursière ? (de sorte que le « sans contrôle » sous le signe duquel se font ces opérations de trading, apparaît à un esprit normal / lambda observant tout cela de l’extérieur, comme étant parfaitement logique) Ce qui précisément explique les crises périodiques, régulières, de plus en plus rapprochées qui prennent dorme d’effondrement boursier, régulièrement, avant de devenir une crise continue qui s’étend à toute l’économie, aux Etats, et menace la démocratie , car les peuples réagissent en se tournant vers les partis d’extrême-droite pour exprimer leur révolte et leur colère.

    Ah bon, il n’y a que des individus ?
    Dans ce cas on a affaire, aussi bien pour la banque que pour Kerviel à des escrocs complètement crétins, car ils ont eu la bêtise de se faire prendre la main dans le sac et se renvoient la balle l’un l’autre.

    Alors si les banques et leurs agents, les traders, ne travaillent pas pour faire tourner un système qui s’appelle le capital financier, censé générer du profit aux forceps -du fait ce cette baisse tendancielle du taux de profit du capital- ils sont tous deux à égalité tout à la fois des crétins et des escrocs et il n’y a rien à dire de plus.

    Evidemment dire qu’il existe un système, le capitalisme, qui obéit à une logique, celle du capital financier qui le domine actuellement est une analyse du capitalisme dans ses formes actuelles et de ses contradictions, ce qui n’a rien à voir et plutôt s’oppose complètement à l’idée qu’il puisse y avoir là derrière un complot, une intention maléfique qui relèvrait de certains individus. La logique d’un système est sui generis et ne résulte pas d’un complot.
    C’est tout le contraire. Parler de logique d’un système évite de renvoyer à une intention et une volonté conspirationnistes.

    Commentaire par Schmilblick — 12/06/2012 @ 11:30

  69. Effectivement j’ai parlé d’un système fou, fait de spéculation et de « coups » boursiers, reposant donc sur des prises de risque permanentes qui sont des paris, un système qui est un vaste casino, engendrant inévitablement une addiction au jeu : chaque perte incite à miser davantage aux coups suivants pour tenter de remonter la pente, jusqu’au jour où cela explose au grand jour.

    Or la banque et le fonctionnement du système bancaire, comme tous les échanges financiers, reposent sur la confiance : confiance qu’aux conventions artificielles, du chèque aux mandats d’achats/ventes en bourse via internet, correspond une valeur garantie en monnaie, elle-même garantie par son équivalent or. De sorte que les clients qui placent leur argent doivent avoir confiance en la banque et ses placements. dans tout échange financier. Tout repose sur la confiance, confiance en sa banque / dans les banques supposées ne pouvoir faire faillite : d’où la garantie accordée aux banques par les Etats en cas de crise , en Europe et aux Etats-Unis, du moins, mais pas dans le reste du monde. cf le contre-exemple de l’Argentine en 2000.

    Or depuis le tournant du neo-libéralisme, les monnaies -le dollar- n’ont plus été indexées sur l’or et là a commencé la domination du capital financier, la prééminence de la Bourse, la Bourse devenant progressivement un vaste casino, les crises dues à la spéculation survenant régulièrement et de plus en plus rapprochées, jusqu’à la grande crise des subprimes ;

    Quid de la confiance fondement du système bancaire et monétaire, lorsque les monnaies sont détachées de tout rapport à l’or, lorsque la Bourse est devenue un vaste casino, dont on se demande s’il existe quelque part une référence dans le réel ? Les 50 milliards découverts de Kerviel illustrent cela. Touche-t-on encore au réel quand on est au coeur du système du casino , emporté par la tentation de miser à nouveau encore et encore et toujours plus ?

    Une question s’impose en effet : la forme de fuite en avant prise par le système bancaire et boursier actuels, confondus et fondus en un seul système, fonctionne-t-il encore à la confiance après que la crise des subprimes ait fait éclater la forme casino prise par le système du capital financier ?

    Car il s’agit bien d’un système, engendré par les contradictions structurelles du capitalisme , sus-nommées, un système qui a pris la forme du casino.

    D’où la question de fond en regard, qui est celle des règles et du contrôle, aussi bien des traders par la banque qui les emploie, que des banques par les pouvoirs publics et les Etats, encadrés par des règles de droit , c’est la question politique donc, du contrôle de la finance par le politique : est-elle possible ou non ? Et aussi bien pour des raisons politiques, càd. de volonté politique, que techniques, càd. de puissance ? Les Etats en ont-ils la capacité, en ont-ils le pouvoir ou sont-ils complètement démunis devant cette logique autonome des marchés financiers qui mènent le monde, en leur place ?

    Que peuvent les présidents, les Obama, les Hollande, les Merkel , les Monti etc. face à la Bourse, nouveau temple des temps modernes ou s’adore un dieu qui ressemble à un veau d’or ?

    Commentaire par Schmilblick — 12/06/2012 @ 12:15

  70. @ OdS 67

    Je partage entièrement votre point de vue et j’espère que le Tribunal parviendra à cette conclusion.

    Notons qu’en cas de partage des responsabilités, l’affaire se terminerait par un non-lieu pour JK… L’enjeu est de taille !

    @ Schmilblik

    Votre réflexion rejoint les thèses du « Nouvel Ordre Mondial », chères à certains (pas à Aliocha !)

    « Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. » Matthieu 10:16

    La vérité sort de la bouche des enfants :

    Commentaire par ramses — 12/06/2012 @ 19:40

  71. @Schmilblick

    Ok, donc c’est pas kerviel le responsable, non ?

    Commentaire par herve_02 — 12/06/2012 @ 20:23

  72. herve_02
    on ne peut dire que c’est Kerviel LE responsable, non, en effet
    mais qu’il a certaines responsabilités -à déterminer par les juges- et la banque certainement aussi ; tout cela au sein d’un système qui non seulement permet ce genre d’excès, mais les produit nécessairement

    Voilà ce que je dis ces excès sont un nécessaire produit d’un système. Ils appartiennent à sa logique et il est inévitable qu’ils se produisent.

    De même que les subprimes, produits pourris, spéculations diverses, création de bulles, etc. et au milieu l’argent mafieux, tout cela s’explique par la logique du système en quête de parer à la baisse tendancielle du taux de profit, même si celui-ci se nourrit des passions des individus. Mais ces franchissements de limites qui sont des facteurs de crises, il est inévitable qu’ils se produisent.

    Ce pourquoi il n’y a pas de complot ni conspiration. Jamais. Mais que des logiques systémiques.
    Au sein desquels s’agitent les individus mus par leurs passions, dont la folie du jeu et les addictions boursières.

    Commentaire par Schmilblick — 13/06/2012 @ 00:45

  73. oui c’est exactement cela, des logiques systémiques et ce sont ces logiques systémiques qu’on appelle le complot (ou la conspiration) parce que les politiques ne font rien pour enrayer ces logiques mortifères parce qu’ils en croquent, peut importe les dégats pour le pécus vulgum, qui, in fine, paye toujours pour les autres.

    Commentaire par herve_02 — 13/06/2012 @ 17:30

  74. essayer de décrypter et décrire la réalité en termes de logiques systémiques est l’exact contraire de l’hypothèse complotiste ou conspirationniste.

    dans le 1° cas, on comprend que la logique d’un système lui est intrinsèque, on en analyse les ressorts et la nécessité, objectivement : il s’agit d’un objet d’étude, soit dégager les règles du système, tel est le but recherché
    dans le 2° cas, on fait l’hypothèse que la réalité dépend de la volonté des individus et on est dans le subjectivisme et l’aléatoire : à supposer que sans cette volonté et cette décision, les choses seraient tout autre car en fait il y a de la manipulation partout et c’est l’explication la plus irrationnelle qui est censée être la bonne

    dans le 1° cas, on pense que la réalité fait système, les choses se tiennent, il y a des causes, et ces causes engendrent des effets, on peut donc les comprendre et les expliquer
    dans le 2° cas, on fait l’hypothèse que tout est possible, y compris le plus extraordinaire et le plus irrationnel, on est dans l’imaginaire et dans la magie : on voit des circonstances extraordinaires partout, des causes cachées, invisibles que personne n’a vu ni ne voit, qui sont à l’inverse de ce qu’apprend une analyse rationnelle, ou même simplement un compte rendu factuel, du genre vous avez vu les avions s’écraser sur les Twins Towers, mais pas du tout c’était une bombe posée par le camp qui subit l’attentat ; l’attentat a été revendiqué par x, mais pas du tout c’était y, la victime elle-même qui l’avait provoqué ; vous voyez Bachar el Assad massacrer son peuple en plein soulèvement, pas du tout, ce sont des terroristes étrangers et à la solde des Américains qui s’en prennent au gouvernement légitime de Bachar el Assad derrière qui son peuple est uni

    = inversion qui fait appel au subjectivisme de la volonté / manipulation de quelques individus qui auraient un pouvoir hors du commun, quasi magique, et secret, pour empêcher de saisir les vraies causes objectives, d’une réalité qui obéit à une logique également objective

    le recours à la thèse de la conspiration et l’appel au complot, c’est de la magie et de l’irrationnel à l’état pur

    Commentaire par Schmilblick — 14/06/2012 @ 23:55


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :