La Plume d'Aliocha

31/05/2012

Une page pour discuter du livre

Filed under: A propos du blog,Affaire Kerviel — laplumedaliocha @ 09:53

Comme promis, je viens de créer une page dédiée au livre sur l’affaire Kerviel qui sort aujourd’hui en librairie pour que nous puissions y mener une discussion au long cours, en parallèle des billets d’actualité. Elle est ici. Vous pouvez y accéder aussi dans le menu à droite de l’écran, à la rubrique « Pages ». Pour les curieux, je signale que plusieurs médias m’ont contactée en prévision de l’ouverture du procès lundi…

Publicités

38 commentaires »

  1. Je suis content de votre livre et votre blog vous ouvre des portes. Ce que vous ecrivez sur le monde de la finance merite qu’on y prette attention. Je pense toujours que vous avez tort sur beaucoup de sujets, mais au moins, vous connaissez les sujets et on peu donc avoir une discussion intelligente avec vous. Si votre notoriete vous permetait d’eduquer plus de monde sur les sujets financiers et economiques, ce serait une tres bonne chose.

    Commentaire par PrometheeFeu — 31/05/2012 @ 17:35

  2. Je viens de lire in-extenso les 72 pages du 1er Jugement :

    http://asset.rue89.com/files/020839481374_print.pdf

    Rédigée dans un langage abscons pour le profane, la chronologie des évènements indique clairement que SocGen était informée depuis longtemps des « dépassements d’engagements » de Jérôme Kerviel (pas moins de 75 alertes, notamment d’EUREX, qui aboutiront d’ailleurs à une amende pour SocGen de 4 M€ de la Commission bancaire pour défaut de surveillance, ce qui indique clairement une co-responsabilité).

    Mon sentiment est que SocGen comptait sur Kerviel pour « effacer » les pertes sur les subprimes et a fermé les yeux, jusqu’au jour où le retournement du marché rendait les pertes inévitables. Une étude sur un débouclage 3 ou 6 mois plus tard indique que les pertes auraient pu atteindre 10 ou 15 Md€ !

    Le moment était donc venu de décréter « game over », de laisser tomber son trader et de se prétendre « victime » d’une escroquerie…

    Tous les témoins étant à charge (ce sont des employés de la « victime » !), je ne suis pas surpris du résultat.

    J’espère sincèrement que le procès en appel qui débutera dans quelques jours remettra les choses à plat et condamnera moins sévèrement Jérôme Kerviel, dont l’objectif était clairement de faire gagner de l’argent à SocGen. Le « marché » en a décidé autrement, mais si les choses avaient bien tourné, on n’aurait jamais entendu parler de cette affaire… Kerviel aurait débouclé avec 4 Md€ de profits et aurait obtenu une promotion !

    Au-delà des termes techniques, cette affaire révèle les dessous peu ragoutants de la nature humaine, admirative devant les « winners » et sans pitié pour les « loosers ».

    Aliocha, j’attends le livre avec impatience (je l’ai commandé sur Amazon).

    Jérôme Kerviel, vous avez toute ma sympathie.

    Commentaire par ramses — 31/05/2012 @ 22:23

  3. @Ramses : je ne vais pas réécrire le livre en commentaire, je vous gâcherais le plaisir. Juste un conseil, vous pouvez en effet vous passionner pour le mystère des responsabilités respectives dans cette affaire, mais n’oubliez pas de regarder aussi ce qu’elle révèle du fonctionnement de nos systèmes. Entre nous, j’aurais adoré découvrir que Jérôme Kerviel était un ange et la banque le diable en personne. C’est, hélas, beaucoup plus compliqué et donc infiniment plus intéressant.

    Commentaire par laplumedaliocha — 31/05/2012 @ 22:31

  4. «si les choses avaient bien tourné, on n’aurait jamais entendu parler de cette affaire… Kerviel aurait débouclé avec 4 Md€ de profits»
    C’est exactement ce qui s’est passé ! Pas pour Kerviel, mais pour sa contrepartie.
    Il me semble -mais je peux me tromper- que personne n’a cherché a savoir qui fût l’heureux gagnant. Dommage.

    Commentaire par Pilou — 02/06/2012 @ 08:40

  5. Bonjour Aliocha

    C’est ici la page pour râler ?

    Je ne trouve pas votre livre sous format numérique……… oouuuuuuuinnnnnnnnnnnnn. Pourtant vous avez dit qu’il y aurait…….ooouuuuuuuuuuuuinnnnnnnnnnnnn

    Commentaire par ranide — 02/06/2012 @ 10:14

  6. @ranide : mince un geek en détresse ! désolée, j’ai oublié de me renseigner, je vais voir cela lundi. L’éditrice lors du premier rdv m’avait dit qu’elle voulait une version électronique, ensuite tout a été très vite et je n’ai pas suivi…

    Commentaire par laplumedaliocha — 02/06/2012 @ 10:21

  7. Ben , suffisait de me demander, 😉
    http://www.amazon.fr/Kerviel-enqu%C3%AAte-s%C3%A9isme-financier-ebook/dp/B00873SP0E/ref=sr_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1338625676&sr=1-3
    12,99€ au lieu de 17,10 en broché

    Commentaire par gabbrielle — 02/06/2012 @ 10:29

  8. @gabbrielle : vous êtes une perle !

    Commentaire par laplumedaliocha — 02/06/2012 @ 10:33

  9. Bonjour Aliocha,
    Je viens de terminer votre récit sur l’enquête consacrée à Jérôme Kerviel
    Je suis sidéré et comprends difficilement les mobiles du trader malgré le portrait
    que vous tentez de proposer . L’humain supplante sa faute mais pas ses conséquences
    mais tout de même !
    Il est difficile de s’identifier aux protagonistes, la banque a peut-être péché
    en pensant que ses systèmes de contrôles étaient suffisamment
    bien calibrés .Les organisations d’entreprises ne peuvent correctement
    fonctionner sans la loyauté et la responsabilité des acteurs majeurs.
    De cette retranscription hors norme de ce procès, je n’ai pas perçu
    qu’il existait « un mauvais esprit » au moment des faits dans le service mais une tension
    inhérente aux salles des marchés en temps de crise.
    Immaturité de ses actes …c’est un peu court.
    Difficile de prendre de prendre position contre la banque ,les progiciels sont complexes et les opérateurs induits
    en erreur alors que les enjeux sont broyés par des événements sans précédent.
    J’ai lu ce livre comme un thriller mais la conclusion me laisse
    très mal à l’aise et je devine votre hantise durant deux ans
    de chercher au plus profond de votre expérience journalistique
    une vérité … « La vérité fait mal » Harlan ELLISON.
    Chère Aliocha permettez –moi de vous remercier pour
    ce partage pour un profane de la finance, de la justice et
    des codes déontologiques du journalisme !

    Commentaire par Денис — 02/06/2012 @ 16:01

  10. @ Pilou

    De l’aveu même de Daniel Bouton, si les positions avaient été gagnantes, il n’y aurait jamais eu « d’affaire Kerviel »…

    http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/au-proces-kerviel-daniel-bouton-raconte-ses-reves-etranges_234442.html

    « 16h50: Bouton se met à raconter ses nuits. Dans un rêve étrange Kerviel reconnait avoir menti, et admet qu’aucun membre de la hiérarchie ne l’a poussé à frauder. Et dans ce rêve, Kerviel explique pourquoi il a fait ça. Il s’en explique devant les dizaine de milliers de salariés de la Société Générale qui eux aussi ont droit à des réponses… Une question reste en suspens: est-ce qu’il y aurait une affaire Kerviel si ses positions avaient été gagnantes? Pour Bouton, bien sûr que non. La banque repose sur la confiance que lui donnent ses collaborateurs. L’ex PDG tente même un peu d’humour. Avec le 1,4 milliard gagné, « la banque aurait peut-être pu sauver les âmes des jeunes déboussolés des salles de marchés ». Bouton reconnaît quand même à Kerviel de l’astuce du talent, et même une « capacité de dissimulation tout à fait exceptionnelle ». Avec sa sympathie et son physique, il était donc impossible de se méfier, conclut l’ex patron de la SG. »

    Cela démontre avec cynisme que les opérations frauduleuses seraient admises seulement en cas de gain…

    Extrait du Jugement (pages 54-55) :

    « B) Sur le délit d’introduction frauduleuse de données

    Attendu que l’élément matériel de l’infraction définie par l’article 323-3 du code pénal repose sur l’introduction, la modification ou la suppression de données dans un système de traitement automatisé ; que l’introduction suppose l’incorporation de caractères informatiques nouveaux sur un support du système et la suppression, une atteinte physique à l’intégrité des données ; que l’élément moral du délit résulte essentiellement de la conscience et de la volonté de l’auteur de porter atteinte à la fiabilité du système en y introduisant, en connaissance de cause, des données fausses ;

    Attendu qu’en l’espèce il est reproché à Jérôme KERVIEL d’avoir saisi puis annulé des “opérations fictives destinées à dissimuler tant les risques de marché que les résultats latents des positions directionnelles non autorisées” ; qu’il lui est également reproché d’avoir saisi d’une part des “couples de transactions fictives d’achat-vente pour des quantités identiques sur un même produit mais à un prix différent dans le but de dégager un résultat fictif compensant le résultat réellement dégagé et portant ainsi la position nette à zéro” et d’autre part “des provisions en cours de mois permettant d’annuler et donc de dissimuler sur cette période, un résultat précédemment dégagé” ;

    Attendu que la Société Générale, partie civile, mentionne également au titre des opérations fictives les modifications et ajouts de certaines données contenues dans le système relatives à ces opérations financières réellement passées par Jérôme KERVIEL dans le cadre de son mandat aux fins de masquer certaines des opérations fictives ; qu’elle suggère au tribunal d’inclure sous cette même qualification l’ensemble des positions prises hors mandat constitutives par ailleurs de l’abus de confiance ;

    Attendu cependant que ces faits n’ayant pas été inclus dans la saisine du tribunal sous la qualification d’introduction frauduleuse de données, aucun d’eux ne sauraient, au stade actuel de la procédure, donner lieu à poursuite ; »

    Il faudrait rajouter à l’Art. 323-3 du code pénal que l’introduction frauduleuse de données n’est autorisée que pour obtenir un gain (Kerviel) ou limiter une perte (SocGen) !

    En l’état actuel du code, le Tribunal exclut, dans son dernier Attendu, que SocGen puisse tomber elle-même sous le coup de l’article 323-3 !!

    Commentaire par ramses — 02/06/2012 @ 16:49

  11. Ayé, je l’ai trouvé.
    Votre éditeur a fait son job.
    Pour ceux qui comme moi n’ont pas le Kindle, il est dispo en format epub et pdf ici http://izibook.eyrolles.com/produit/2251/9782212165371/Kerviel%20%20enquete%20sur%20un%20seisme%20financier . A noter mais que le livre n’est pas protégé par drm mais par marquage. Coup de chapeau donc.

    Commentaire par ranide — 02/06/2012 @ 16:53

  12. @ranide : je suis contente de ce coup de chapeau, à ceci près que je ne comprends pas ce que mon éditeur a fait de bien 😉 éclairez-moi !

    Commentaire par laplumedaliocha — 03/06/2012 @ 19:36

  13. @Ramses : allez à la source, c’est-à-dire aux remarquables compte-rendus d’audience en live qu’ont fait notamment mes confrères de 20 minutes et de La Tribune : http://www.20minutes.fr/article/580123/Societe-Bouton-a-la-barre-au-proces-Kerviel-Suivez-l-audience-en-direct.php
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/banque/20100608trib000517576/jerome-kerviel-contre-la-societe-generale-suivez-le-proces-minute-par-minute-15.html (à partir de 16 heures)
    j’y étais moi-même et je ne me souviens pas d’avoir entendu Bouton dire que si JK avait gagné il n’y aurait pas eu d’affaire Kerviel.

    Commentaire par laplumedaliocha — 03/06/2012 @ 20:24

  14. @ Aliocha

    La source de l’Expansion que j’ai citée me semble tout autant digne de foi… Le passage de Daniel Bouton à 16h50, notamment sa dernière phrase cynique que je souligne ici ne peut pas avoir été inventée…

    « Une question reste en suspens: est-ce qu’il y aurait une affaire Kerviel si ses positions avaient été gagnantes? Pour Bouton, bien sûr que non. La banque repose sur la confiance que lui donnent ses collaborateurs. L’ex PDG tente même un peu d’humour. Avec le 1,4 milliard gagné, “la banque aurait peut-être pu sauver les âmes des jeunes déboussolés des salles de marchés”.

    N’existe t-il pas une version « officielle » de l’enregistrement des débats ? Comme au scrabble, chaque lettre compte !

    Et que pensez-vous du 4ème Attendu, qui réduit à néant l’argumentation des 3 précédents ?

    « Attendu cependant que ces faits n’ayant pas été inclus dans la saisine du tribunal sous la qualification d’introduction frauduleuse de données, aucun d’eux ne sauraient, au stade actuel de la procédure, donner lieu à poursuite ;”

    N’est-ce pas contradictoire avec la condamnation ?

    Commentaire par ramses — 03/06/2012 @ 22:16

  15. Prête, Aliocha, le bloc-note à la main et les crayons bien taillés? Bon courage pour ces nouvelles audiences.

    La Tribune, avant le procès, nous raconte ce que sont devenus les ex-SG http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120602trib000701621/l-affaire-kerviel-revient-a-la-barre.html

    Commentaire par gabbrielle — 04/06/2012 @ 06:15

  16. J’entends à l’instant la revue de presse sur i-télé « 1% de psychopathes dans la population, 10% chez les traders »!! pas entendu le nom du quotidien.

    Commentaire par gabbrielle — 04/06/2012 @ 06:17

  17. @Gabbrielle : moi aussi 😉 c’est le dossier du Parisien si je ne m’abuse qui fait sa Une sur l’affaire.

    Commentaire par laplumedaliocha — 04/06/2012 @ 06:39

  18. Est-ce que, malgré vos chroniques pour un média (belle reconnaissance de votre travail), nous aurons droit aussi à des billets sur le blog?

    Commentaire par gabbrielle — 04/06/2012 @ 07:09

  19. Ça y est, j’ai lu « Kerviel, enquête sur un séisme financier »
    Votre livre se lit comme un polar, même si on connaît la fin.
    Vous avez su rester objective, me semble-t-il, et ce n’était pas facile.
    L’intérêt de l’affaire réside en effet, comme vous le dites, dans ce qu’elle révèle de la folie de notre monde moderne, de ses complexités, de ses gigantismes, de ses oublis du « facteur humain » (sauf quand il s’agit de designer un coupable)…
    La Société Générale contre Jérôme Kerviel, la Place de Paris contre Jérôme Kerviel : si c’est cela l’enjeu, l’individu ne compte pour rien, tant pis pour lui ! Mais est-ce cela que nous voulons, est-ce conforme aux principes que nous défendons, le triomphe d’entités créées de main d’homme (ou d’esprit d’homme) aux dépens des individus ?..
    Le malheur de Kerviel est qu’il ne semble pas avoir adopté ce point de vue : comme ses adversaires il pense indispensable qu’on trouve le ou les coupable(s) et qu’ils payent.

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 04/06/2012 @ 16:40

  20. Notre Aliocha interviewée sur son livre dans le 12-15 de BFM Business. Chapeau!
    http://www.bfmbusiness.com/interview/j%C3%A9r%C3%B4me-kerviel-pense-payer-pour-un-syst%C3%A8me-160078

    Cette fois, anonymat complétement levé, désolée 😉 mais l’interview est trop intéressant pour ne pas le signaler.

    Commentaire par gabbrielle — 04/06/2012 @ 19:06

  21. @gabbrielle : ne vous excusez pas, je ne l’ai pas dit parce que j’ai horreur de l’auto-promo et encore plus horreur de me voir en photo ou, pire, en train de parler comme ici. D’ailleurs, je n’ai pas pu regarder jusqu’à la fin 😉 en fait, j’étais aujourd’hui sur BFMTV, BFM Business, France 24, RMC, TFS Jazz (ma radio du matin, je la recommande), France Inter et RFI (en tout cas, c’est ce que j’ai enregistré)

    Commentaire par laplumedaliocha — 04/06/2012 @ 21:00

  22. @DMB : c’est un honneur pour moi que vous l’ayez lu. En effet, l’humain disparait, et c’est cela qui m’a passionnée. On ne m’ôtera pas de l’esprit que ce dossier n’est pas un problème de turbo warrants et à peine un dossier de finance. C’est une affaire d’homme pris dans le piège d’un système et qui en révèle l’absurdité. Hélas pour lui, je crains qu’après le piège de la finance, ce soit le piège de la justice qui se referme sur lui…Il n’est pas innocent, à mon avis, mais il n’est pas non plus totalement coupable. C’est un peu comme s’il avait absorbé cette folie pour la pousser jusqu’au bout.

    Commentaire par laplumedaliocha — 04/06/2012 @ 21:04

  23. Bonsoir Aliocha,

    Je vous ai trouvé très bien et assez objective dans votre approche et, en tous cas, sans vous laissez décontenancé par votre interlocutrice qui visiblement avait un « chat dans la gorge ».

    On sent que vous avez pris du recul depuis 2 ans, à tous le moins, que vous maîtrisez votre sujet !

    Ma question (si vous avez assisté aux débats d’aujourd’hui) : est-ce que vous avez le sentiment ou est-ce qu’on peut dire, comme certains de vos confrères ou comme j’ai pu le lire, que Me Koubbi se rend-il compte que la présidente Mireille Filippini (qui a été juge d’instruction au pôle financier) décomplexifie à dessein le dossier et que moins le dossier est complexe, plus Jérôme Kerviel est nu devant la justice ?

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 04/06/2012 @ 22:02

  24. @ lpda
    J’aimerais bien quand même savoir, et comprendre, ce qu’est un turbo warrant à barrière désactivée, ou à barrière activée aussi d’ailleurs… mais vous avez raison ce n’est pas là le cœur du sujet.
    En quelques clics, à l’abri de quelques justifications bidons, un homme seul peut mettre en jeu des dizaines de milliards d’euros : il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Et, comme le dit la couverture de votre livre, cela peut (et donc va) arriver à nouveau, n’importe où, n’importe quand !
    C’est prêter un pouvoir magique aux règles et procédures que de penser qu’elles l’empêcheront. (D’autres s’imaginent bien qu’ils empêcheront la récidive par des lois !)
    La vérité est qu’on est prêt à sacrifier un Kerviel de temps à autre pour pouvoir continuer vers le toujours plus (toujours plus de business, toujours plus de progrès et d’innovation, toujours plus d’argent, etc…)
    Nos yeux s’ouvriront-ils un jour, avant qu’il ne soit trop tard ?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 04/06/2012 @ 22:46

  25. @Le Chevalier Bayard : la pauvre souffre d’allergie, une affection que je connais bien 😉
    Sur la défense, j’étais à l’audience uniquement ce matin, l’après-midi, j’ai un peu travaillé et beaucoup couru les plateaux.

    Le début des débats a confirmé ce que je pensais, David Koubbi a cédé la main à Jérôme Kerviel, ce que celui-ci n’avait jamais réussi à obtenir de ses avocats jusqu’à présent. D’abord en amont sur la stratégie consistant à attaquer Socgen et à le faire savoir aux médias. Ensuite ce matin en demandant à la Cour que JK puisse s’exprimer parce qu’il avait des choses à dire. La présidente l’a interrogé sur de nombreux points techniques, JK a souvent répondu « ça dépend ». A chaque fois, elle le ramenait non pas à des choses de bon sens, mais à des arguments techniques simples et logiques. Le plus drôle, c’est que lors de sa présentation de l’affaire, elle a souligné à plaisir qu’elle ne parlait pas l’anglais, traduit et défini chaque terme, dérapé sur certains mots (elle dit par exemple Pé et èl pour P&L), de sorte que je voyais JK comptabiliser dans sa tête les erreurs et mesurer l’ignorance de son « adversaire ». Alors quand il est venu à la barre, il a cru pouvoir prendre la main et là, surprise, la présidente l’a coincé régulièrement sur son propre terrain technique, sans se laisser piéger à aucun moment par le fameux « en fait, c’est plus compliqué ». David Koubbi était assez passif (mais ça peut être une stratégie) et – mais ce n’est que mon sentiment – embarrassé par la tournure que prenaient les choses. Le point positif pour JK, c’est que la présidente est une femme, et il s’entend mieux avec les femmes parce que leurs questions sont moins abruptes, plus souvent axées sur la psychologie, l’intuition et la volonté de comprendre. Le danger, c’est évidemment que l’intuition alliée aux connaissances techniques, cela constitue un cocktail redoutable. Pour moi, oui, JK est nu. Il a dépassé les bornes, mais comme tout le monde dans la banque explique-t-il. Hélas, c’est lui qui est jugé, pas « tout le monde ». Ses supérieurs savaient, avance-t-il encore. Mais le mail censé le prouver a disparu des scellés. Il n’y avait ni mandat, ni limite ? Mais il a signé le cahier de procédures de trading et le dossier montre en outre que les limites bon an mal an étaient respectées par tout le monde, y compris par JK dans son activité officielle.

    Au fond, après deux ans immergée dans ce dossier, c’est tout simplement son argumentation qui m’apparait incohérente…

    Commentaire par laplumedaliocha — 04/06/2012 @ 23:16

  26. @Denis Monod-Broca : comme j’ai eu du mal à reconnaître qui commentait sous lpda, je me suis aperçue de ma goujaterie, mille pardons 😉
    Pour les warrants, il suffisait de demander : http://www.boursorama.com/bourse/derives/aide.phtml
    Prêts à sacrifier un Kerviel je ne sais pas, disons qu’on est surtout convaincu qu’on ne peut pas grand chose contre les Kerviel. Personnellement, je pense au contraire qu’on les fabrique avec ces procédures absurdes. Tenez, je viens d’envoyer un livre par courrier. La dame de la poste m’a regardée de haut avec mon pli en me disant que s’il y avait un livre à l’intérieur, ce n’était plus une lettre mais un colis. Elle m’a fait entrer dans une procédure, coûteuse, qui permet soi-disant de suivre son « colis ». Quand je cherche l’info sur le site de La Poste, on m’apprend qu’il est en cours d’acheminement. Pensez-vous que cette procédure soit utile ? J’ai envoyé un colis, je me doute qu’il est en cours d’acheminement, en tout cas je l’espère. Il y a quelques mois, j’avais raconté ici comment le facteur avait laissé chez moi un avis de passage précisant que mon recommandé ne pouvait m’être délivré en raison du fait que l’adresse était illisible. Si l’adresse était illisible, alors comment le facteur avait-il pu me laisser le papillon (archi-lisible) de mon recommandé ? Et quand je suis allée à la poste le réclamer, avec mon papilllon portant mon adresse archi-lisible, on m’a dit que le pli était retourné à l’envoyeur pour adresse illisible et que je devais faire une réclamation par voie de formulaire. Comment s’étonner ensuite que des petits malins s’immisce dans ces absurdités et jouent avec le système ? Avec La Poste, il n’y a pas d’enjeu particulier, mais transposez ces absurdités dans un lieu où leur contournement permet de gagner de l’argent…

    Commentaire par laplumedaliocha — 04/06/2012 @ 23:32

  27. Je vous ai posé la question parce que quand on fait le tour de la presse il ressort très nettement, à tout le moins, du Monde (Pascale Robert-Diard) du Figaro (Stéphane Durand-Souffland) en passant par les Echos (Valérie de Senneville) que Me Koubbi a été mis en difficulté et Kerviel poussé dans ses retranchements par la présidente de la Cour qui a donné aux uns et aux autres : « leçon de finance, cours de droit… Mireille Filippini a, telle une maîtresse d’école, distribuer les mauvais points et mis au coin les dissipés » (l’Express).

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 05/06/2012 @ 00:03

  28. @ Aliocha

    Je ne trouve pas que l’argumentation de Kerviel soit incohérente… Il est toujours sur la même ligne de défense : « J’ai sans doute été trop loin, mais la Banque savait et a laissé faire… »

    Les prochaines audiences le démontreront… ou pas et dans ce cas la sentence sera identique à la première instance. De toutes façons, il a déjà pris le maximum, alors il ne risque pas grand chose de plus !

    Concernant les « limites », il est quand même d’ores et déjà démontré qu’elles étaient régulièrement pulvérisées et qu’elles avaient donné lieu à pas moins de 74 alertes… Lorsque Kerviel avait engrangé 1,4 Md€ de profits virtuels « cachés », ceux-ci avaient néanmoins donné lieu au paiement d’énormes commissions bien réelles au profit de son « broker », des appels de marges avaient été crédités aux contreparties… D’autres intervenants que Kerviel sont forcément impliqués dans toutes ces opérations, qui ont certainement attiré l’attention sur leur caractère inhabituel…

    Comme le dit le témoin pour le moment anonyme dans l’Express, c’est faire injure à tous les cadres de la Banque de faire croire que Kerviel était le seul à assurer son fonctionnement !

    J’ai bien aimé la vanité de Me Veil au reproche de la Présidente qu’il « squattait » le banc de la partie civile… « J’ai oublié qu’il était loué pour 4,9 Mds€ » !

    Premières passes d’armes… Le procès doit se clôturer fin juin… A mon avis, des surprises en perspective et Kerviel n’est pas tout nu, il est simplement seul dans la cage aux lions.

    J’ai lu que Kerviel passait environ 800 transactions (deals) par jour… Environ 2 chaque minute… Ca donne le vertige !

    Commentaire par ramses — 05/06/2012 @ 02:18

  29. @Le Chevalier Bayard : comme une maitresse d’école c’est un peu vache. Elle a montré d’entrée de jeu qui présidait les débats, il me semble que c’est assez courant. Jean Veil était très drôle il est parti se réfugier sur le dernier banc au fond de la salle. On était plus près du gamin contrarié que de l’avocat en colère ! La présidente a montré me semble-t-il qu’elle était prête à entendre, à comprendre, mais pas à se faire enfumer.

    @Ramses : les 74 alertes correspondent aux activités dissimulées de Jérôme Kerviel. Il est démontré que le contrôle interne dysfonctionnait gravement (décision de la commission bancaire et témoignage des inspecteurs de la commission en première instance) et que son supérieur venait d’arriver et ne connaissait rien au trading. Mais JK lui, tente de démontrer que tout le monde pulvérisait les limites, or on a plutôt compris hier que même lui les respectait dans son activité officielle. Il avance aussi que ses supérieurs savaient ce qu’il faisait. Alors pourquoi dissimule-t-il son gain de 1,4 milliard en 2007 ? Puisqu’il a gagné et qu’il l’a fait avec l’assentiment de sa hiérarchie, à quoi bon dissimuler ? Au contraire, fallait faire péter le champagne ! Il y a un problème de logique dans ce dossier quand vous l’observez attentivement…

    Commentaire par laplumedaliocha — 05/06/2012 @ 07:18

  30. Bonjour Aliocha,

    Vache ? Non ! La métaphore de la maîtresse d’école c’est au contraire pour dire, c’est en tout cas comme ça que je l’ai compris, qu’elle entendait non seulement faire la police de l’audience mais aussi qu’elle n’était pas dupe du discours technique d’enfumage et que « la patronne » de la 5 ème chambre de la cour d’appel de Paris c’était bien elle.

    Quand je pense que Jérôme Kerviel a pu écrire qu’il avait une connaissance vague du ratio Cooke dont il rappelle parfaitement le concept page 31 et 32 de son livre, c’est pour le moins comique si ce n’est habile dans l’expression de sa part de vérité.

    En effet, rappelons, simplement que ce ratio de solvabilité bancaire a pour but de maintenir un volant de liquidité afin de protéger la banque contre un éventuel défaut de ses contreparties (depuis 2005 avec Bâle II, on ne parle plus de Cooke, mais de Mc Donough qui est normalement plus contraigant) ce qui impose de détenir des fonds propres égaux à 8% de leur encours de risque.

    C’est du niveau d’un étudiant de 1ère année en Banque/Finance (Kerviel est titulaire d’un DESS).

    La notion ne vous quitte plus tout au long d’une carrière bancaire.

    Or, quand le procureur, Dominique Gaillardot, un ancien de l’AMF qui fut aussi avocat général dans le procès Clearstream, lui pose la question du risque voilà ce que ça donne :

    DG : En première instance, vous affirmiez avoir été trop loin dans votre mandat. Précisez-nous.

    JK : Sans parler de mandat, 50 milliards d’euros représentait une somme astronomique.

    DG : Que représente la notion de risque pour vous ?

    JK : Perdre de l’argent pour la banque.

    Cette réponse, laconique, tient compte que du résultat et pas des moyens engagés ?

    Le risque d’engager 1,5 les fonds propres de son employeur et de renvoyer 160 0000 collaborateurs à pôle emploi ne lui est pas venu à l’esprit ?

    Rogue trader ? Sans faire de la psychologie de comptoir, je comprends mieux la raison pour laquelle sans doute, la présidente, à la reprise de l’audience dans l’après-midi, a beaucoup interrogé le prévenu sur les dépassements des limites de trading qui lui auraient été fixées.

    Il est vrai que pour avoir gagner plus d’un milliard d’euros il lui était difficile d’avouer qu’il avait dû engager un certain montant d’engagement…alors rogue trader pas forcément mais manque de maturité certainement !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 05/06/2012 @ 10:13

  31. @ laplumedaliocha

    Regrettable quiproquo. Je ne vois nulle goujaterie dans « DMB », plutôt une amicale bien que virtuelle familiarité, que j’ai voulu vous retourner avec « lpda ».

    Merci pour le lien vers la définition du « turbo warrant à barrière desactivé ». Maintenant je sais, enfin façon de parler, sait-on quand on ne comprend pas ?

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 05/06/2012 @ 19:25

  32. @Denis Monod-Broca : un malentendu peut-être, mais regrettable, sûrement pas, c’est toujours bon d’éclaircir les choses. J’ai passé la journée à pester contre l’impolitesse généralisée qui rend nos journées tristes et grises, pour ne pas dire pire. Tant mieux si vous ne l’avez pas mal pris, mais je préférais m’en assurer. Voilà qui est fait 😉 C’est fou ce que l’obsession de vivre vite (pour faire quoi et aller où, on se le demande…) peut nous inciter facilement à faire des choses disgracieuses. Disons donc qu’à l’avenir on se « résumera » éventuellement par commodité. Et continuons donc de deviser joyeusement !
    Votre deuxième observation met le doigt sur un problème qui me passionne et qui est l’un des aspects de l’affaire Kerviel. Nos juges ont travaillé en profondeur leur dossier, ils maitrisent le vocabulaire, les raisonnements, les mécaniques, mais atteignent-ils la substance, celle-là même que seule l’expérience permet de vraiment connaître, là est la question. D’ailleurs, JK en joue. Le problème est le même pour les journalistes, on parle de chose qu’on observe de l’extérieur ; l’intérêt, c’est l’indépendance, le hic, c’est le doute sur la compétence et la compréhension réelle et intime des choses. Donc j’ajouterais à votre question : sait-on quand on ne pratique pas ?

    Commentaire par laplumedaliocha — 05/06/2012 @ 21:40

  33. @Le Chevalier Bayard : vous avez mis le doigt sur le problème, je crois….et sur la tragédie aussi que constitue cette affaire, car je suis convaincue au fond, qu’il y a une part de sincérité chez lui, il ne comprend vraiment pas ce qu’il a fait de mal. D’ailleurs, il le dit et le répète : je n’ai rien volé. Je vous assure que cette histoire aurait pu inspirer au 19ème siècle un romancier de génie. Je ne désespère pas qu’un artiste s’en empare.

    Commentaire par laplumedaliocha — 05/06/2012 @ 21:44

  34. “1% de psychopathes dans la population, 10% chez les traders”

    Toute proportion gardée, c’est un peu le même phénomène que dans certaines grosses entreprises qui ont connu de gros problèmes de dépression et de suicide.

    La question est de savoir si ce sont les « psychopathes » qui choisissent telles entreprises ou tels métiers, ou si ce sont ces entreprises ou ces métiers qui « fabriquent des psychopathes ».

    Nous avons tous une limite de stress, de fragilité, et un coefficient de malléabilité, et certains apprentis sorciers des Ressources Humaines savent bien comment exploiter cette faille. (cf. les nombreuses « techniques de management » qu’on a pu découvrir depuis des décennies).

    Le système de la finance et de la spéculation doit être probablement très efficace pour pousser ses employés jusqu’à leur limite, voire au-delà si l’entreprise y trouve un intérêt « suprême » ou « supérieur ».
    JK devait être un élément très intéressant pour ce jeu.

    Commentaire par Oeil-du-sage — 07/06/2012 @ 10:37

  35. @Aliocha : Sur la version numérique, l’epub ne contient pas de verrou numérique (DRM) limitant le nombre de copies ou les supports de lecture. On peut donc le lire sur son PC, sa tablette, sa liseuse et son téléphone sans se poser la question de l’installation d’un logiciel compatible avec les DRM des uns mais pas ceux des autres. C’est quelque chose que la plupart des éditeurs français n’ont pas compris.
    Amusant sinon de renvoyer pour la définition des warrants à Boursorama, qui est une filiale du groupe SG.

    Commentaire par Mathieu P — 12/06/2012 @ 16:35

  36. @Matthieu P : Ah, merci de m’avoir éclairée ! Du coup, ça m’a permis de tempérer mes grognements contre l’éditeur (le livre est en rupture dans les FNAC….) par des félicitations sur le numérique. On m’a répondu qu’en effet, Eyrolles avait de l’avance sur ce terrain.

    Commentaire par laplumedaliocha — 12/06/2012 @ 16:58

  37. @OdS 34

    Quand une Banque se transforme en Casino, il ne faut pas s’étonner que les traders deviennent des joueurs adicts.

    Je pense que le stress de Kerviel devait être inouï, lorsqu’il a constaté que son « gain » de 1,5 Md€ se transformait en perte…

    Mais ce niveau de stress se retrouve aussi chez les commerciaux qui concluent de gros contrats (aviation, armement, etc…) En cas d’échec, c’est souvent une carrière qui part en fumée, un licenciement, avec en prime une rupture conjugale…

    Malheur aux vaincus !

    Commentaire par ramses — 12/06/2012 @ 21:29

  38. Bonjour
    Merci pour ce livre qui se lit très bien, sans pourtant céder dans la facilité de l’émotionnel. Maintenant, les articles sur l’appel me paraissent très clairs.

    Et c’est bien de l’avoir tout de suite prévu en livre numérique, quand on a un lectorat sur le net, ça devrait devenir un reflexe.

    Bonne continuation
    Alixe

    Commentaire par alixe75 — 14/06/2012 @ 10:51


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :