La Plume d'Aliocha

06/01/2012

Pour la peau d’un chômeur

Filed under: détente — laplumedaliocha @ 14:19

Voilà trois nuits que je dors à peine…Et pour une fois, ce n’est pas le travail qui en est la cause, mais un excellent polar. Il n’est pas récent, mais après tout personne ne nous oblige à suivre le rythme fou de la société de consommation en considérant que la durée de vie d’un livre devrait se limiter à trois mois. Notez, quand je dis pas récent, Cadres Noirs de Pierre Lemaître est sorti en poche au printemps dernier, ce qui ne nous ramène pas aux calendes grecques non plus, même à l’époque de l’instantanéité twitteresque.

A 57 ans, Alain Delambre, ancien DRH d’un grand groupe au chômage depuis 4 ans, s’est résolu à accepter des petits boulots de manutentionnaire. Jusqu’au jour où l’inespéré se produit, une société internationale a retenu sa candidature. Il figure même dans le panel de  finalistes qui vont devoir s’affronter lors d’un jeu de rôle pour décrocher le poste. Le bout du tunnel, enfin ! Sauf que les dés sont pipés. Et à cet âge, quand on sait qu’on est arrivé tout au bout du désespoir, on n’a plus rien à perdre. Surtout si l’on a décidé de reconquérir l’estime de sa femme et de ses deux filles. Alors, le jeu de rôle, Alain Delambre va y jouer, mais c’est lui qui va en fixer les règles au nez et à la barbe du cabinet de consultant, d’un mercenaire inquiétant chargé d’organiser le fameux jeu et d’un PDG habitué à faire plier les échines.

C’est jouissif comme un combat de David contre Goliath, remarquablement articulé, et parfaitement haletant. En dehors de l’intrigue, l’auteur dresse le portrait d’un monde économique qui a perdu tout respect de l’humain, servi par des cadres prêts à faire n’importe quoi pour leur entreprise, à commencer par sacrifier leur dignité et toute notion de morale. Le désespoir du chômage pour celui qui le vit, ses conséquences dans les rapports sociaux et familiaux, tout y est. Jusqu’à l’instrumentalisation de la justice et des médias, en passant par les techniques de management, la promotion canapé, les licenciements de masse et l’abus des contrats de stage.

Un portrait aussi noir qu’exact du monde du travail et un thriller drôlement bien ficelé !

Publicités

28 commentaires »

  1. Je le mets sur la liste…

    Sur le sujet du chômage, il y a aussi « Le couperet » de Donald Westlake (un auteur d’habitude plutôt rigolo mais qui cette fois fait dans le roman noir, très noir.)

    Commentaire par Marquis de Mussipont (@Mussipont) — 06/01/2012 @ 14:24

  2. @Mussipont : yep, mais si ma mémoire est bonne, le héros du Couperet est un serial killer, tandis que celui-ci est un type ordinaire qu’on a juste poussé à bout. Du coup, j’ai préféré ce roman. Il a une dimension de revanche parfaitement réjouissante !

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/01/2012 @ 14:29

  3. Dans « le couperet » c’est le chômage qui fait du héros un tueur, il n’était qu’un cadre tout à fait banal avant le chômage.

    En passant, ce roman est loin d’être celui que je préfère Westlake, il faut absolument lire toute la série des « Dortmunder » ( = l’homme qui a donné un autre sens au mot récidive), un sommet dans la littérature d’humour.

    Commentaire par Marquis de Mussipont (@Mussipont) — 06/01/2012 @ 14:34

  4. @Mussipont : ah, je vais aller voir cela. Le côté humoristique de l’auteur ne saute pas aux yeux dans le couperet 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/01/2012 @ 14:45

  5. J’en profite pour vous faire partager le dernier roman que je viens d’achever, qui n’a certes que le caractère thriller/policer noir en commun avec l’ouvrage de Pierre Lemaître, mais vous tient tout autant éveillé les soirs de grand vent : Les Racines du mal, de Maurice Dantec, mon coup de coeur du mois. Il mélange subtilement science-fiction et intrigue policière, glauque il faut le dire, mais si prenante… Je ne peux que vous conseiller d’y goûter.

    Commentaire par Gaspard mais revient — 06/01/2012 @ 14:53

  6. « calendes grecques » = « saint Glin-Glin »

    Les calendes sont romaines, d’où l’usage classique et ironique pour un renvoi « sine die »… vers l’avenir.
    Je vous conseille donc l’usage de « Mathusalem », « Ante diluvien », « vieux comme Hérode » (voire la version déjantée « vieux comme mes robes » mais c’est de moins bon goût !) ) …

    Désolée pour ce quart d’heure culturel !

    Commentaire par fultrix — 06/01/2012 @ 15:02

  7. @laplumedaliocha : Le Couperet est vraiment un Westlake atypique. A noter que Westlake a aussi pondu deux ou trois romans dont l’héroïne est journaliste dans un magazine people, très très décapant!

    Commentaire par Marquis de Mussipont (@Mussipont) — 06/01/2012 @ 15:07

  8. @Gaspard mais revient : Dantec fait partie des auteurs que je n’ai pas lus, inexcusable. Merci de le rappeler à mon bon souvenir 😉
    @fultrix : je suis toujours friande de ce genre d’information, donc ne soyez surtout pas désolé, au contraire, les corrections, précisions et autres explications sont encouragées ici !
    @Mussipont : et c’est seulement maintenant que vous le dites !

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/01/2012 @ 15:39

  9. Bonjour Aliocha,

    Je retiens votre proposition bien que j’avoue avoir un faible pour Nestor Burma. Désolé de vous avoir gâché votre matinée quoique la lecture quotidienne du blog d’H16 (http://h16free.com/) mette plutôt de bonne humeur et fasse sourire. Pour ma part, je recommanderai non pas un polar mais un livre de circonstance « Mort aux cons » de Carl Aderhold au Livre de Poche. Je sais, c’est un vaste programme mais le livre est vraiment drôle car on en a tous eu envie (de faire comme le héros du livre).

    Bonne soirée

    Commentaire par H. — 06/01/2012 @ 15:44

  10. @H : j’ai un peu forcé le trait 😉 Notez, H16 aussi ! Ah ! Nestor, j’en ai lu un seul je crois, c’était très bien. Sinon, j’aime bien l’adaptation avec Guy Marchand (et j’assume !)

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/01/2012 @ 16:11

  11. […] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } laplumedaliocha.wordpress.com – Today, 9:55 […]

    Ping par Pour la peau d’un chômeur | Contemporary fiction | Scoop.it — 06/01/2012 @ 16:56

  12. N’oublions pas « Mon CV dans ta gueule », que je n’ai d’ailleurs toujours pas terminé hélas.

    Commentaire par Jérôme Laheurte — 06/01/2012 @ 18:26

  13. […] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } laplumedaliocha.wordpress.com (via @schnafon) – Today, 11:44 […]

    Ping par Pour la peau d’un chômeur : "Cadres Noirs" de Pierre Lemaître, un thriller sur fond de recrutement | "Privé de Salaire" | Scoop.it — 06/01/2012 @ 18:44

  14. La meilleure adaptation de Léo Mallet est à mon avis celle de Tardi, en BD. Autrement, tous les Nestor Bruma d’origine méritent lecture, notamment « Brouillard au Pont de Tolbiac ».

    Commentaire par Gwynfrid — 06/01/2012 @ 20:15

  15. « Il n’est pas récent, mais après tout personne ne nous oblige à suivre le rythme fou de la société de consommation en considérant que la durée de vie d’un livre devrait se limiter à trois mois. »
    Vous me rappelez la vendeuse du virgin à qui je demandais un livre assez récent, et qui ne voyait pas de quel livre je parlais. Ce livre est en effet sorti en 2007, et bien qu’il soit clairement dans la catégorie « récent » pour moi (parmi les derniers auteurs que j’ai achetés : Eugène Sue, Jules Vernes, E. Rice Burrough…), il était pour elle dans la catégorie déjà totalement vieux…

    Commentaire par Gathar — 06/01/2012 @ 22:06

  16. @Gathar : vous avez raison. En réalité, c’est une déformation journalistique qui me poursuit jusqu’ici. Tout ce que nous traitons doit pouvoir être rattaché à l’actualité, pas celle d’hier ou d’après-demain, mais ce dont on parle aujourd’hui. Par exemple, je bosse sur les agences de notation en ce moment, leur méthodologie, leur fonctionnement etc. Sauf que lorsque j’ai décidé de vraiment approfondir, avant Noël, on était en plein dans l’actu, là, moins. Donc, je me sens décalée. Et pour en revenir au roman, il est vieux, donc journalistiquement, il ne vaut plus un clou. D’où mon embarras. Vous assistez en live à un conflit entre la déformation professionnelle et le plaisir que j’ai lu à lire le bouquin. Le plaisir et l’envie de partager ont triomphé…Il faudra que je rédige un billet un jour sur la distorsion du rapport au temps dont souffrent les journalistes. Tout ce qui est arrivé hier me parait antédiluvien. Je sais que c’est absurde, mais c’est pathologique, je n’y peux rien.

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/01/2012 @ 22:16

  17. « sur la distorsion du rapport au temps dont souffrent les journalistes. »

    c’est en fait très commun

    on doit s’intéresser à la nouveauté qui doit être toute fraiche pour être dans l’air du temps
    ou aux classiques qui ont dû subir avec succès l’épreuve des siècles

    entre les deux c’est du plus grand ringard

    Commentaire par gilberto — 06/01/2012 @ 22:33

  18. Si vous en avez assez de répondre en vain aux offres d’emploi, organisez vous-même votre non-recrutement: déclinez poliment une offre d’emploi parue dans la presse.

    Lettres de non-motivation [Broché]
    Julien Previeux
    Editeur : Zones (22 novembre 2007)
    9€40

    jetez un coup d’oeil sur le lien ci-dessous…

    http://www.previeux.net/pdf/non_motivation.pdf

    Hilarant ou déprîmant…

    Commentaire par araok — 06/01/2012 @ 22:37

  19. @gilberto : en effet, c’est pourquoi je l’attribue dans le billet à la société de consommation, plus universelle que la déformation journalistique. Sauf que chez moi, je sais que c’est une déformation professionnelle. La nouveauté de m’intéresse pas en dehors de l’info, je me fous de la mode, dans tous les domaines. J’ai plutôt tendance à aimer ce qui porte l’empreinte du temps. Mais ici j’ai vraiment eu le sentiment de parler d’un vieux truc dont tout le monde avait déjà tout dit.

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/01/2012 @ 22:38

  20. @araok : c’est juste magique, j’invite tous les lecteurs fidèles ou de passage à cliquer sur votre lien ! Vous savez quoi ? En lisant cela, je me dis que c’est l’insolence qui sauvera le monde….D’ailleurs je remets le lien ici pour les paresseux et les difficiles à motiver 😉 http://www.previeux.net/pdf/non_motivation.pdf

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/01/2012 @ 22:45

  21.  » Les racines du mal » !
    Le talent indéniable de Maurice Dantec construit une intrigue policière dont on veut connaître l’issue, certes. Mais c’est un peu comme ces films qui se complaisent dans une violence gratuite au prétexte de la dénoncer.
    J’accepte volontiers la critique selon laquelle je n’aurais rien compris à l’oeuvre mais, selon moi, Dantec brode un scénario qu’il présente comme vraisemblable sur une fascination de l’abjection à laquelle mon « humanité » se refuse.
    C’est peut-être le seul bouquin dont je peux dire avoir eu honte de le terminer. D’autant plus honte que le fait qu’il se déroule en partie dans une région que je connais n’explique pas seul la curiosité qu’il a fait naître en moi. J’ai été content de le donner à quelqu’un que j’ai prévenu, en lui précisant: « garde le ou donne le mais ne me le rends pas ».

    Commentaire par Denis Ducroz — 06/01/2012 @ 23:04

  22. merci Araok j’ai bien ri… jaune !

    Ma dernière lecture : http://www.seuil.com/livre-9782020982658.htm
    Le Chinois de Henning Mankell : polar prétexte à plein de sujets captivants : dérive des systèmes juridiques occidentaux (suédois en l’occurrence), histoire de la révolution culturelle chinoise, méthodes utilisées au XIXe aux US pour équiper le jeune continent de voies ferrées; mais aussi : réflexion sur l’évolution de la génération maoïste de mai 68; analyses du comportement de la Chine contemporaine dans l’Afrique post-coloniale, etc etc…
    +++

    Commentaire par Ginkgo — 06/01/2012 @ 23:43

  23. Pâle Emploi : Appel aux chômeurs des 5 catégories à occuper toutes les anpe de France le 17 janvier 2012 !!!!!!!!!!!!

    Scarabée : Allo Rebecca, j’ai devant moi un candidat à l’emploi qui menace de se suicider, qu’est-ce que je fais ?
    Rebecca : Scarabée, je suis beaucoup moins bien servi, mon candidat m’a prise en otage et menace de me refaire le visage si je ne lui résous pas son problème. Et moi… qui va résoudre le miens?
    Scarabée : quoi, ne me dis pas qu’on n’a plus le choix ? Parce qu’entre laisser mourir et mourir… le monde a vite fait de choisir.
    Rebecca : mais je n’ai pas choisi de mourir… c’est ce que je me tue à lui dire.
    Scarabée : mon forcené voulait aussi me l’entendre dire : que notre devise c’est vivre et laisser mourir.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/01/pale-emploi/

    Commentaire par lejournaldepersonne — 07/01/2012 @ 03:37

  24. Une interview de psychiatre intéressante chez Marianne à propos du travail : http://www.marianne2.fr/philippepetit/La-crise-et-nous-1_a223.html

    Commentaire par laplumedaliocha — 07/01/2012 @ 11:43

  25. au passage, puisque nous sommes dans les livres, évitez « La Religion » de Tim Willocks….c’est de l’Alexandre Dumas revisité mode 21e siècle ( cad en rajoutant du sang, des tripes et du sexe ), aucun style, aucun humour, mauvaise traduction….
    quand certains le comparent à Stephen King ou à Umberto Eco !
    je me trompe rarement dans le choix de mes livres, mais le Pére Noel….

    Commentaire par gilberto — 07/01/2012 @ 22:16

  26. @Aliocha 20 : « c’est l’insolence qui sauvera le monde ».

    C’est sûrement en partie vraie. L’insolence, et l’insouciance. Revoir à ce sujet le Big Lebowski… Taking it easy : http://www.youtube.com/watch?v=K2PPgcNjols

    Commentaire par VilCoyote — 08/01/2012 @ 00:55

  27. J’ai lu ce livre à sa sortie, alors moi-même cadre au chômage…
    Drôle et réaliste quant au cynisme des grands groupes.
    Maintenir l’amour avec ses proches et sauver ce qui reste de confiance en soi. Ou changer radicalement de vie !

    Commentaire par Square — 08/01/2012 @ 14:34

  28. Reportage en cours sur France 2 sur une boite qui laisse une liberté totale à ses salariés, pas d’horaires, pas de chefs, indexation du salaire à 40% sur le CA de la boite. Enfin…. !

    Commentaire par laplumedaliocha — 08/01/2012 @ 20:24


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :