La Plume d'Aliocha

05/01/2012

Ô mon Franc-Marronnier chéri !

Filed under: Coup de griffe — laplumedaliocha @ 14:42

Olééééé ! L’Express nous offre le premier numéro de l’année sur les Francs-Maçons.

Quelle joie !

Notez, ils ont raison de se dépêcher, c’est le genre de sujet qu’on se fait facilement souffler par un concurrent. Bref, c’est fait, L’Express a séché ses potes dès la ligne de départ.

Evidemment, le dossier est à la sauce « élections présidentielles », actualité oblige. Je souhaite à l’hebdomadaire de Barbier que le mélange de ces deux sujets « vendeurs » lui soit profitable. Personnellement, je trouve la recette un peu lourde, mais bon…Ce qui m’étonne avec ce marronnier légendaire, c’est qu’il puisse encore marcher. Mais il y a une autre chose qui m’intrigue davantage encore. Ayant dans mon entourage plus ou moins proche de ces « Frères » qui semblent tant intriguer le public français, en tout cas aux yeux des médias, je connais un tout petit peu la chose. Et franchement, comment dire… En province, je suppose que cela distrait de l’ennui et donne l’illusion d’être quelqu’un. A Paris, il est sans doute difficile de ne pas « en être » quand on évolue dans certains milieux. Mais soyons sérieux cinq minutes. Il n’y a pas plus de mystère dans la Franc-maçonnerie que de beurre en broche. C’est une distrayante comédie humaine, habillée de rites enfantins, qui se déroule dans des bâtiments laids à faire peur ornés de symboles de Prisunic. Le ridicule des vanités le dispute à la clownerie empoulée du cérémonial. Ici l’on fait semblant de croire que l’on appartient à la catégorie des Maîtres du monde ! Chacun se distrait comme il peut…

J’attends avec impatience l’hebdomadaire qui aura le courage de le dire et de mettre fin à l’une des escroqueries médiatiques contemporaines les plus comiques. Hélas, je sais que j’attendrai en vain. Non pas que les journalistes craignent pour leur carrière (quoique….), mais parce que tout le monde a intérêt à faire tourner la machine à fantasmes. Pour les Frères, c’est une occasion d’entretenir le mythe. Qu’importe si l’on dénonce leurs pressions souterraines et leur affairisme, puisque toujours on les décrit comme puissants (sauf Marianne qui, il y a quelques semaines, a tenté de se démarquer un peu). Pour la presse, c’est une inépuisable source de revenus, au même titre que les prix de l’immobilier, le palmarès des hopitaux ou le guide des vins. Personne n’a donc intérêt à dégonfler cette bulle médiatique.

Dans l’histoire, c’est le public qui est marron…comme souvent.

Advertisements

28 commentaires »

  1. Pourquoi ce ridicule marronnier ? Parce que les magazines sont flemmards ? Pas du tout: parce qu’en général ça se vend mieux qu’autre chose, c’est tout. L’Express le reconnaît sans faire trop de chichis (http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/01/04/indigestion-les-francs-macons-eternel-marronnier-de-la-presse-magazine/).

    La question n’est donc pas, pourquoi les médias sont-ils des escrocs, mais, pourquoi les clients sont-ils demandeurs, même en l’absence de tout élément nouveau. À ma connaissance c’est là un phénomène français (je peux me tromper, mais je ne sais pas comment vérifier).

    Commentaire par Gwynfrid — 05/01/2012 @ 15:49

  2. Ben, faut bien vivre ma bonne dame !
    Et puis, les bulles, c’est tendance avec le champagne … ou les marchés qui font pschitt à la bourse.

    Sérieusement, si le gros des lecteurs achète, pourquoi se gêner ?!
    Demandez-vous pourquoi les gens « marchent », plus tôt.

    Commentaire par fultrix — 05/01/2012 @ 15:50

  3. Vos commentaires sur la province sont désobligeants. On peut parfaitement s’y distraire sans être Franc-maçon.

    Commentaire par Laurent — 05/01/2012 @ 15:52

  4. @Fultrix et Gwynfrid : les lecteurs achètent justement parce que c’est survendu, sur le mode influence occulte, complotisme, puissances cachées manipulant le monde. Or, à mon sens, c’est surtout très con, c’est même ce qui m’a sauté aux yeux quand j’ai commencé à m’approcher de la chose. Du coup, je n’en reviens pas du décalage entre la présentation médiatique et la réalité.

    @Laurent : si vous saviez ce que je pense de la vie à Paris, vous me trouveriez particulièrement tendre à l’égard de la province 😉 j’admets que la formule est réductrice, je réfute qu’elle soit désobligeante.

    Commentaire par laplumedaliocha — 05/01/2012 @ 16:16

  5. Le prochain numéro sera:
    « Dieu: son influence sur le prix de l’immobilier à Paris »

    Commentaire par JaK — 05/01/2012 @ 16:31

  6. @JaK : moi je verrais bien : Enquête au coeur de la Franc-maçonnerie : son influence sur les prix de l’immobilier, la qualité des hopitaux et le classement des grandes écoles en période d’élections présidentielles. Une sorte de 4 en 1.

    Commentaire par laplumedaliocha — 05/01/2012 @ 16:46

  7. Bonjour Aliocha

    Pour tout savoir sur les rites secrets (c’est parait-il la partie la plus intéressante car assez juste) des frères, quoi de mieux que de regarder ce petit film: http://www.youtube.com/watch?v=XjZK0ip0owg. Vous saurez ainsi tout sur le complot qui nous menace tous et que ce courageux périodique tente de dénoncer une nouvelle fois, noble combat s’il en est. Au-delà de son caractère outrancier (http://fr.wikipedia.org/wiki/Forces_occultes), contexte oblige, ce n’est pas pire que tous les n° spéciaux que l’Express peut consacrer à ce sujet. Vivement un papier de Marc Covet dans le Crépuscule.

    Pauvre presse

    Commentaire par H. — 05/01/2012 @ 16:57

  8. H: Ce qui est désolant, sur les francs-maçons comme sur les petites phrases, c’est que le temps et l’énergie consacrés à ces sujets sans intérêt sont volés à des enquêtes de fond. Personnellement, j’ai le sentiment que nous sommes loin d’être assez nombreux pour couvrir les besoins d’information, ce qui est déjà un problème grave. Alors si en plus on gaspille ces maigres moyens à des conneries…Le grand apport du web va sans doute être de nous délester de cette info facile, mais il va y avoir beaucoup de casse dans le métier le temps qu’on comprenne le message et qu’on réajuste le tir.

    Commentaire par laplumedaliocha — 05/01/2012 @ 17:22

  9. @ Aliocha

    Je partage votre point de vue. C’est proprement désolant mais c’est malheureusement ce que sont actuellement les médias d’information en France dans leur très grande majorité. Heureusement que le web existe mais combien de temps cette fenêtre de liberté va-t-elle rester ouverte? J’avoue éprouver quelque crainte quand j’entends parler de ce style de projet: http://www.presse-citron.net/sopa-stop-online-piracy-act-aux-usa-menace-de-censure-et-activisme-des-internautes. On peut être sûr qu’il franchira l’Atlantique plus vite qu’il ne faut au Parlement pour voter un budget en équilibre. N’oublions pas que si les hommes politiques aiment bien leur liberté, ils craignent énormément celle dévolue aux électeurs et que cette dernière n’est douce à leurs yeux que si elle est installée et maintenue dans un doux cocon anesthésiant.
    Ceci dit, je crains fort que votre métier ait du mal à échapper à la casse que vous prévoyez. Souhaitons que ce ne soit que la fin d’un cycle de Schumpeter propre à votre profession.

    Bonne soirée

    Commentaire par H. — 05/01/2012 @ 19:05

  10. Quand j’ai lu « Franc-Maronnier », je me suis dit, « Mince alors, Aliocha connait notre confrérie ésotérique de Province ! ».
    Vous savez, la province, sa nature, sa campagne, ses paysans,… et ce réseau solidaire et fraternel qui oeuvre pour le perfectionnement de l’être humain proche de la terre… Bref, je veux parler de la confrérie des Francs-Jardiniers ».

    Et puis non, Franc-Maronnier n’était qu’un jeu de mot laid pour gens bêtes. Comme quoi, nous, les Francs-Jardiniers, nous sommes encore bien méconnu et encore secrets !

    Commentaire par Ods — 05/01/2012 @ 19:31

  11. @Aliocha :

    Dites donc, vous : z’auriez pas été lectrice de Fluide Glacial, des fois ???

    Pour vous (mais rien que pour vous, hein ??) voici le texte d’une nouvelle de Bruno Léandri…

    Ordre Secret du Petit Doigt et de la Gratouille — O.S.P.D.G

    Le compagnon releva les yeux sur le Grand Maître.

    Celui-ci le considérait avec bienveillance, calé dans un antique fauteuil,
    derrière le bureau.
    Au-dessus de sa tête, les insignes maçonniques accrochés aux murs et les
    objets symboliques soigneusement exposés dans la lumière solennelle de deux
    candélabres, augmentaient encore le caractère sacré du lieu.

    – Je vous écoute, dit le Grand Maître.

    – Eh bien voilà, commença le visiteur. J’ai sollicité cet entretien, car je
    crois avoir découvert des détails insolites qui concernent ma loge, et qui,
    je crois, peuvent bientôt concerner toute l’obédience.

    – De quoi s’agit-il ?

    – Ça a commencé il y a cinq mois, lors d’une réunion ordinaire de la loge à
    laquelle j’appartiens. Dans le couloir, avant la réunion, j’ai repéré deux
    frères qui, très brièvement mais sans équivoque possible, se sont échangé un
    signe de reconnaissance codé.

    Le Grand Maître haussa les sourcils et dit en souriant :
    – En dehors du fait que je n’en comprenne pas l’utilité dans un lieu
    maçonnique, je ne vois pas non plus ce qu’il y a là de bien
    extraordinaire…

    – Attendez. Intrigué, j’ai observé ces deux frères très discrètement. Après
    plusieurs réunions, j’ai remarqué avec surprise que ces signes de
    reconnaissance étaient échangés par sept autres personnes de ma loge, dont
    le Vénérable.

    – Les signes de reconnaissance entre francs-maçons sont choses courantes, je
    ne vois toujours pas ce qu’il y a là d’anormal…

    Le visiteur se redressa.
    – Ce qu’il y a d’anormal, c’est que ces signes n’appartiennent pas à la
    tradition maçonnique.

    – Allons. Il devait s’agir de signes propres à un grade que vous n’avez pas
    encore atteint, ou peut-être s’initiaient-ils à un rite que vous ignorez…

    – Non ! Non ! Je suis catégorique ! Croyez-moi. A mon degré, je connais TOUS
    les signes maçonniques, et le triple croisement du majeur et de l’annulaire
    n’en est pas un ! Mais il y a pire.

    Le Grand Maître s’était accoudé à son bureau et se frottait le menton d’un
    air dubitatif.
    – Pire ?

    – En continuant à observer ces frères au comportement singulier, j’ai
    découvert qu’ils portaient un emblème cousu dans des endroits invisibles de
    leurs vêtements : tois petits fils rouges en Y. Ce ne peut être un hasard.

    Les yeux du Grand Maître se perdirent dans les coffrages du haut plafond.
    – De fait, il ne me semble pas que cet emblème soit répertorié dans les
    emblèmes maçonniques… Quoiqu’il en soit, vous avez bien fait de venir me
    voir, dit-il. Continuez votre enquête discrète et revenez dès que vous aurez
    des éléments nouveaux.

    Six mois plus tard, le compagnon était de retour dans le bureau du Grand
    Maître.
    – Alors? Avez-vous découvert de quoi il s’agit ? demanda le chef de
    l’obédience.

    – Mieux : je me suis infiltré parmi eux. Ils ont un système de parrainage
    extrêmement cloisonné, mais à force d’entêtement, ils ont fini par
    m’accepter. Oh, je n’en suis encore qu’au tout premier degré d’initiation.

    – Initiation ? Parrainage ? Que voulez-vous dire ?

    – Connaissez-vous l’OCECU? l’ordre Conventuel Expiatoire des Charpentiers
    Universels?

    – Non. Le frère secoua la tète d’un air entendu.

    – C’est leur nom. Ils prétendent que l’initiation à la Franc-Maçonnerie
    actuelle n’est qu’un vulgaire apprentissage réservé au tout-venant. Que les
    rites et les secrets qu’on y apprend ne sont que poudre aux yeux et
    balbutiements, qu’ils permettent tout juste, pour les meilleurs,
    d’entretenir l’espoir d’accéder un jour à la véritable initiation.

    – Et quelle est la véritable initiation ?

    – Celle des Charpentiers Universels, les seuls qui connaissent les vrais
    secrets de l’univers…

    Le Grand Maître resta un moment immobile et silencieux à contempler son
    visiteur.
    – Si je comprends bien, vous prétendez qu’il y a une société secrète à
    l’intérieur même de la Franc-maçonnerie ?

    – C’est exactement cela. D’après ce que j’ai appris, leur réseau s’étend sur
    toutes las loges, sur toutes les obédiences. Ils serait plusieurs centaines.
    Ils recrutent les membres qu’ils estiment dignes dans le plus grand secret.
    Ils ont leurs propres rites, leurs symboles, leur langage et leur
    hiérarchie. Ne vont-ils pas jusqu’à affirmer que leur puissance occulte est
    le réel dirigeant de la Franc-Maçonnerie ? Que celle- ci n’est qu’une
    façade, destinée à protéger en son sein les seuls authentiques détenteurs de
    la Vérité Universelle ?

    – C’est incroyable ! Comment de véritables francs-maçons peuvent-ils se
    livrer à de telles puérilités ?

    – Vous devez en savoir quelque chose, si j’en crois les fils rouges cousus
    en Y qui se trouvent sur la doublure de votre porte-documents… Le Grand
    Maître soupira.

    – Bien. Ça nous permettra d’aller plus vite. Je suis ravi d’accueillir parmi
    nous un membre jouissant d’un don d’observation tel que le vôtre… D’autant
    que vos talents vont nous être immédiatement utiles. Imaginez qu’à la
    dernière réunion de la Maîtresse Charpente, j’ai surpris deux Grands
    Menuisiers en train d’échanger des signes étrangers à notre ordre
    conventuel.

    – II s’agissait de messages en morse basés sur les rythmes de respiration.

    – Comment le savez-vous ?

    – En tant que chevron de premier degré, j’ai assisté moi-même à cette
    réunion, ce qui m’a permis d’enquêter sur le phénomène, Il s’agit d’une
    société méta-secrète qui s’est formée au sein même de la Charpente
    Universelle et qui se sert de notre ordre comme couverture. Leur nom est le
    Consistoire des Plombiers-Zingueurs de la Sainte Etanchéité. Leur élite est
    d’autant plus restreinte qu’ils ne sont que douze, comme les apôtres. Mais
    la vérité qu’ils détiennent est plus vraie que toutes les autres vérités.

    – Ne me dites pas que vous en faites partie…

    – J’ai été désigné hier Joint-Clapet de 1° classe, pour occuper le douzième
    siège vacant. Vous ne pouviez pas me reconnaître derrière le masque de
    soudeur sacramentel mais moi, je vous ai bien vu.

    – Alors c’était vous le nouvel initié ?

    – C’est exact. Ce qui m’amène à vous poser une question. Lors de cette
    cérémonie rituelle pour mon adoubement, vous avez échangé un message
    télépathique avec votre voisin de droite, ce qui n’est pas prévu dans le
    Rite de la Plomberie Zinguerie Initiatique…

    – Je voulais vous en parler. Le Consistoire des Plombiers Zingueurs
    constitue la plus haute étape vers la vérité universelle, mais n’est qu’une
    étape. Seuls ses membres les plus parfaits peuvent être admis au sein de la
    société supra-secrète des Maîtres Électriciens du Circuit Absolu. Car eux
    seuls ont accès à la Vérité Ultime. Nous sommes deux. Voulez-vous être le
    troisième ?

    – Mais pourquoi m’accepter si rapidement ?

    – J’ai besoin de vous. C’est grave. Lors de la dernière réunion de polarité,
    j’ai eu la conviction de ne pas être franc avec moi-même et avec mon frère
    Maître Electricien…

    – Que voulez-vous dire ?

    – J’ai l’impression d’appartenir à mon insu à une société plus suprêmement
    secrète que les autres, et dont je suis le seul membre : la société de
    l’Entrepreneur-Chef de Chantier Cosmique-Bureau de vente au Rez-de-chaussée,
    qui ne peut détenir de vérité plus vraie, puisqu’il prend ses instructions à
    la source : chez Dieu lui-même.

    – A la bonne heure ! Si c’est vrai, vous ne pouvez pas monter plus haut,
    aller plus loin, connaître plus avant et rester plus secret. Alors,
    qu’est-ce qui vous gêne ?

    -A la dernière réunion de communion avec moi-même, j’ai nettement senti ma
    main gauche échanger des signes de connivence avec mon omoplate droit.

    Commentaire par Zarga — 05/01/2012 @ 19:51

  12. J’aime bien votre billet. Je ne dois pas lire assez, mais je ne m’ennuie pas en cambrousse, car c’est la première fois que je lis dans votre sens sur les francs-camarades.
    Maupassant trouve dans « Mon oncle Sosthene » que les chiens ont une manière très franc-maçonne de faire connaissance.

    Commentaire par Grantumu — 05/01/2012 @ 20:21

  13. @Zarga : merci, j’adoooooooooore !!!!!! J’ai assisté une fois à une visite des symboles maçonniques dans les rues de Paris. Je me suis demandée à un moment donné si le pigeon posé sur la statue n’était pas aussi franc-maçon….
    @tous : ce n’est pas moi qui ai inventé la distinction, absurde je vous l’accorde, Paris/province. Si j’avais le choix, j’habiterais en province d’ailleurs. Il me semble qu’à Paris on risque le nervous breakdown à chaque instant tant nous vivons de manière hystérique, par opposition, je trouve la « province » plus calme, c’est tout. C’est de l’analyse de risque, rien de plus…. 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 05/01/2012 @ 21:00

  14. @Zarga, 11

    Qu’est-ce que j’ai ri quand j’ai lu votre commentaire, tout seul devant l’écran de votre ordinateur.
    Je vais le garder et l’envoyer à mes connaissances que je sais appartenir à la franc-maçonnerie et à ceux que je crois en faire partie.

    Commentaire par Oeil-du-sage — 05/01/2012 @ 21:08

  15. @Oeil-du-sage :

    Je dois rendre à César ce qui lui appartient : le commentaire en question cite in extenso (si ma mémoire est bonne…) une courte nouvelle de Bruno Léandri, que j’avais lue alors que j’étais un fidèle de Fluide Glacial dans les années 80.

    Si vous faites suivre le contenu du texte, merci de mentionner son auteur.

    Si la nouvelle en question vous a plu, sachez que Léandri a publié des recueils de textes. Les anciens lecteurs de Fluide Glacial se souviennent encore de la rubrique « Palinodies », où l’on trouvait de tout. Je suis tombé en extase, une fois, dans un numéro de Fluide, sur une double page de « Palinodies » consacrée à Albert Simon…
    Ah, si je pouvais vous la faire lire !

    Merci encore à monsieur Bruno Léandri ! Et merci à Aliocha : elle a le don de touiller là où il faut ! C’est le propre du bon journaliste, ça… non ?

    Commentaire par Zarga — 05/01/2012 @ 23:53

  16. Ah, ça y est, le doute me saisit…. voilà-t-y pas que je ne sais plus si la rubrique consacrée à l’immortel Albert Simon s’appelait déjà « Palinodies », ou si elle portait un autre nom !

    J’ai la mémoire qui flanche… faut dire aussi que j’ai bazardé mes vieux Fluide (hérésie !) et la plupart de mes (à suivre), alors c’est dur de tout garder au clair.

    Nos lecteurs auront corrigé d’eux-mêmes (si erreur il y a…)

    Commentaire par Zarga — 06/01/2012 @ 00:07

  17. @ Aliocha

    Une simple mini-remarque :
    ampoulée, plutôt que empoulée, encore que cela pourrait constituer un néologisme …

    Commentaire par Pirouge — 06/01/2012 @ 05:03

  18. Bonjour Aliocha,

    Peut être sévère mais si juste: http://h16free.com/2012/01/06/11959-le-web-na-pas-tue-la-presse-papier-elle-sest-suicide

    @ Zarga

    Excellent. J’ai beaucoup ri. Mon préféré: « Joint-Clapet de 1° classe »

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 06/01/2012 @ 09:16

  19. @H. Vous avez décidé de me plomber le moral dès l’aube, vous, c’est pas bien 😉
    @Pirouge : oups, merci. Plus ça va, plus je m’aperçois que sorti du vocabulaire, des temps et des tournures grammaticales que j’utilise professionnellement, le reste, je ne sais plus du tout l’écrire…

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/01/2012 @ 09:36

  20. On n’a meme pas cherché à dissimuler la faute, en publiant une telle couv dès la première semaine de l’année.

    Marianne avait il y a quelques années, ce me semble, produit une délicieuse parodie des ces marronniers, avec un numéro sur le classement des « hôpitaux où passer son 31 décembre » et le « marche de l’immobilier dans la Creuse ».

    Commentaire par Switz — 06/01/2012 @ 10:10

  21. @17 et 19

    Oui « ampoulée » est la forme correcte aujourd’hui mais « empoulée » était utilisée autrefois (cf. Littré qui cite plusieurs expressions de Ronsard).
    C’est donc plus désuet qu’inexact.

    Commentaire par gf — 06/01/2012 @ 10:37

  22. J’attends avec impatience le hit-parade des grandes écoles (surtout de commerce).

    Commentaire par DM — 06/01/2012 @ 13:17

  23. Excellent blog repéré grâce à @si, celui d’un photographe de Libération qui explique ses photos. Vous noterez que quand les journalistes parlent de leur travail, on découvre que c’est un vrai métier, pratiqué par des pros, au-delà des apparences trompeuses entretenues par le brouhaha médiatique : http://photoactu.blogs.liberation.fr/calvet/

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/01/2012 @ 13:39

  24. Merci à Zarga pour sa reprise de cette délicieuse parodie.

    Commentaire par Gwynfrid — 06/01/2012 @ 20:11

  25. @gf : merci, je m’aime bien en désuète !

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/01/2012 @ 22:51

  26. Votre billet et vos commentaires sur la province et la FM
     » C’est une distrayante comédie humaine,
    habillée de rites enfantins,
    qui se déroule dans des bâtiments laids à faire peur ornés de symboles de Prisunic.
    Le ridicule des vanités le dispute à la clownerie empoulée du cérémonial.
    Ici l’on fait semblant de croire que l’on appartient à la catégorie des Maîtres du monde ! Chacun se distrait comme il peut… »
    sont d’une rare condescendance qui confine même au mépris.

    Qui êtes-vous pour vous permettre de porter de tels jugements ?
    Vous affirmez :  » je connais un tout petit peu la chose. « .
    Je vous réponds : Non vous n’y connaissez rien et quand on ne connaît rien, souvent on caricature à l’extrême pour nuire. C’est ce que vous faites.

    Commentaire par Bruno VINCENT — 07/01/2012 @ 14:13

  27. On vous écoute, Bruno.

    Commentaire par kuk — 07/01/2012 @ 17:34

  28. @Bruno, 26 Une fois n’est pas coutume, mais pour le coup, là, je m’érige en fervent défenseur d’Aliocha et rejoint ses propos sur la FM de Province.

    D’abord, j’y habite, et dans une commune où la FM est souvent évoquée, en particulier pour un secteur professionnel.
    Ensuite, j’y suis entouré de proches qui font souvent allusion à la FM, pour ne pas dire l’encensent avec une rhétorique contorsionniste surprenante : tout est dit sans être dit, en faisant mine de ne rien évoquer tout en évoquant, en faisant mine de ne pas en faire partie tout en insinuant en faire partie, au point que la FM semble faite de nuances aussi profondes qu’incongrues.

    Ceci dit, à part cette « particularité » si discrètement flagrante, ces proches sont très agréables, cultivés et intéressants. D’ailleurs, pour tout vous dire, j’ai même l’impression qu’ils savent souvent des choses inaccessibles et inintelligibles au plus banal commun des mortels que je suis.

    Ce qui me gêne néanmoins, pour un mouvement se prétendant humaniste, c’est l’importance, voire l’admiration inconditionnelle, donnée à cette fraternité FM qui me semble souvent prioritaire sur l’attention donnée à sa propre famille (et je parle en connaissance de cause) : un frère 3 points semble plus important qu’un frère tout court, qu’un parent, ou qu’un enfant…

    Commentaire par Oeil-du-sage — 07/01/2012 @ 20:28


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :