La Plume d'Aliocha

04/01/2012

Le blues du fruit défendu

Filed under: Mon amie la com' — laplumedaliocha @ 15:08

Oh ! Le joli communiqué de presse !

En 2012, l’infidélité, c’est tendance. Enfin non, c’est le contraire en fait. Il faut être fidèle à tous ses partenaires. Vous noterez la subtilité de la nuance. D’ailleurs, ce sont les « experts, auteurs, sociologues et psychologues » qui l’assurent. C’est dire si ce doit être vrai ! Autrefois, il fallait faire comme les religieux nous expliquaient que Dieu voulait que nous fassions. Aujourd’hui, il convient d’agir comme les marchands, entourés de leur clergé d’experts,  nous disent que les autres citoyens-consommateurs agissent. Il m’arrive de me demander si nous y avons gagné au change. Personnellement, je commence à regretter les carcans d’antan. Au moins, quand on transgressait on ressentait le délicieux frisson de l’interdit. Maintenant, on se sent juste « tendance ». Déprimant.

« Carton plein pour Gleeden et l’agence Melville L’année dernière, Gleeden créait l’évènement en présentant sa 1ère campagne EXTRA-conjugale dans le métro parisien. Son originalité et son impertinence lui ont même valu d’être nominé au Favor’i du jury 2011. En ce début d’année 2012, à l’heure des nouvelles résolutions, Gleeden joue la fidélité et présente sa toute dernière campagne signée par l’agence Melville.
 
 
Portrait de ces infidèles 30-50 ans, tranche d’âge la plus représentée
63% / 37% répartition hommes/femmes
91% sont des personnes mariées ou en couple
9% sont célibataires, souvent séparés ou divorcés
11% recherchent des relations homosexuelles ou bisexuelles. Ce que veulent les femmes… Gleeden le sait !

Gleeden.com est le premier site de rencontres extraconjugales pensé par des femmes. Dès le début de l’aventure, Teddy Truchot, co-fondateur du site, décidait de confier les rênes de la plateforme à un board de femmes. Des équipes marketing et communication aux équipes éditoriales en passant par les équipes de design, les femmes mènent la danse. Elles s’entourent également d’un cercle d’experts, auteurs, sociologues, psychologues, qui mènent une réflexion autour de la liberté dans le couple ».

Advertisements

16 commentaires »

  1. Des « experts » qui « mènent une réflexion autour de la liberté dans le couple”… Ben voyons. Il ne s’agit pas de réfléchir, il s’agit de baiser, c’est clair pourtant ! Bien sûr, on est en France, alors il faut une caution pseudo-intellectuelle pour faire joli.

    Commentaire par Gwynfrid — 04/01/2012 @ 16:04

  2. @Gwynfrid : on est surtout dans la nécessité d’émanciper le futur client de ses tabous pour le pousser à acheter le service. D’où à mon avis la caution scientifique, ajoutée à celle des statistiques. Les savants disent que c’est bien, les sondeurs confirment que c’est tendance. Mais dites-moi, ça ne vous rappelle pas l’expérience de Milgram ? 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 04/01/2012 @ 16:08

  3. Comme expert, je pense à une certaine personne qui a fait les choux gras des médias l’année dernière!!! Une reconversion toute trouvée.

    Commentaire par H. — 04/01/2012 @ 16:39

  4. Franchement, je trouve cela inacceptable. Qu’on puisse librement definir les parametres de ses relations (y compris le mariage) me semble normal et sain. Ma femme et moi decidons ensemble de ce qui est acceptable dans notre couple et je prendrais tres mal que quelqu’un vienne nous imposer un schema different. (qu’il soit traditionel ou « tendence ») Mais encourager les gens a « s’emanciper » des regles de leur mariage est vraiment degoutant. La malhonnetete dans le couple comme ailleurs est un parfait moyen de detruire les relations humaines. (enfin, sauf avec son electorat a qui il faut mentir autant que possible)

    Aussi, je suis parfaitement d’accords avec vous que la caution scientifique est particulierement douteuse. Les « experts » en question sont peut etres sinceres et professionels, mais ils n’ont surement pas ete choisis par hasard.

    Commentaire par PrometheeFeu (@PrometheeFeu) — 04/01/2012 @ 17:23

  5. @PrometheeFeu : hélas, il me semble bien en effet que le business est en train de détruire les relations sociales. Le plus étonnant, c’est que la finance se jette à corps perdu dans l’éthique (ne riez pas, je suis sérieuse, la finance ne se moralise pas pour le plaisir, elle a saisi le risque d’image lié au non-respect de l’éthique, c’est différent) et dans le même temps on assiste à un mouvement inverse dont j’ai du mal à mesurer l’ampleur, dans l’économie plus traditionnelle. Sur la « caution scientifique », vous noterez qu’on ne donne pas de précisions. Ce qui me fait penser que je devrais m’inventer un comité éditorial composé aussi d’experts et de spécialistes 😉 Tout ça sent le coach de base et le psychologue de presse féminine alignant les âneries consensuelles (en un ou deux mots au choix). Notons également que les statistiques fournies ne précisent pas la taille du panel, si ça se trouve on parle de 10 clients, mais bon, 60% c’est plus chic que 6 personnes…. ;-)Et voilà comment on « crée le besoin » et donc la tendance avec trois slogans vérolés, deux chiffres invérifiables, et 4 experts fantômes.

    Commentaire par laplumedaliocha — 04/01/2012 @ 17:33

  6. Même La Redoute se lâche : http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#12819
    Tout fout le camp !

    Commentaire par laplumedaliocha — 04/01/2012 @ 17:41

  7. @laplumedaliocha:

    Je suis moins optimiste que vous sur la capacite du marketing a creer un besoin. Je pense que le marketing c’est plutot util a convaincre le client qu’on peu satisfaire un besoin deja existant. A la marge, je ne doute pas que certains vont s’essayer a l’infidelite et foutre en l’air leur mariage a cause de cette campagne, mais je pense que la tres grande majorite des gens ne seront pas convaincus par cela. Je parle ici sur le cour terme. Je n’ai pas de doute que si vous faites une campagne de marketing sans opposition pendant des annees, vous pouvez changer les « besoins », mais c’est rare de ne pas voir une opposition se former.

    Sinon, pour votre commite, j’ai un Bachelor of Arts in International Affairs and Economics. (en anglais ca fait plus classe) Donc, je peut etres votre « expert en science sociale venant des etats-unis. »

    Commentaire par PrometheeFeu (@PrometheeFeu) — 04/01/2012 @ 17:50

  8. Finalement, autrui est un objet de consommation comme un autre…

    Commentaire par toto — 04/01/2012 @ 17:56

  9. @ Aliocha, je n’irais pas jusqu’à la comparaison avec Milgram quand même. Cette expérience consistait à pousser les cobayes à faire quelque chose qui n’était pas, a priori, dans leur nature. Ici ce serait plutôt le contraire 🙂

    Mais pour le reste je suis d’accord, on crée artificiellement une tendance, afin de vendre avec la caution de savants (soi-disant) et de sondeurs. Mais aussi, l’avez-vous remarqué, on utilise la caution des femmes en général: le site est « pensé par des femmes » et ce sont elles qui « mènent la danse » (terme soigneusement choisi par le département marketing). Alors que, sans surprise, les deux tiers des clients sont des hommes… Il s’agit donc de convaincre ces messieurs que même leurs femmes trouveront ça cool.

    Commentaire par Gwynfrid — 04/01/2012 @ 18:12

  10. La caution scientifique pour vendre l’infidélité…
    C’est fascinant. À la fois ridicule, inquiétant et fascinant.

    Elles (mais est-ce vraiment « elles » ?) y vont assez fort niveau caution : mode, science/réflexion, femmes, tout y passe. Je note aussi le renversement des valeurs : elles n’hésitent pas à utiliser le mot fidélité en leur faveur, liberté évidemment, et même la référence à l’eden. Finalement, le moins « faux » dans cette campagne reste la pomme croquée. Encore que. Peut-on vendre une mode et la transgression en même temps ?

    « Il s’agit donc de convaincre ces messieurs que même leurs femmes trouveront ça cool. »
    J’aimerais beaucoup voir la mine déconfite de celui qui y a cru, après qu’une bonne baffe lui ai remis les idées en place 🙂

    Commentaire par BN — 04/01/2012 @ 18:29

  11. @Gwynfrid : hé, ça se discute sur Milgram. Que nous dit l’expérience ? Qu’un individu placé dans une situation de conflit moral aura une forte propension à obéir à l’autorité, dans l’expérience originale, l’autorité scientifique, même si ce qu’exige cette autorité va à l’encontre des valeurs morales qu’on lui a inculqué. Ecartons l’hypothèse que nous sommes tous des sadiques frustrés, il est en effet désagréable ou au pire indifférent d’envoyer des décharges électriques à quelqu’un. A l’inverse, l’infidélité semble plus plaisante et surtout obéit à un moteur très puissant. Il n’empêche qu’à cet endroit, nous retrouvons notre conflit moral. Tentant, mais mal. Dans l’expérience de Milgram, on était plutôt sur le « désagréable et mal ». Dans les deux cas, nous avons une barrière à faire sauter. Et un argument scientifique pour y parvenir…Je ne vais pas vous faire le coup du monde sans repère, mais à partir du moment où on balance les cadres religieux et moraux, il faut bien trouver de nouvelles règles de vie, réaménager la distinction du bien et du mal, trouver de nouveaux paradigmes. Et on tombe sur la psychologie, le droit au bonheur et à l’épanouissement, l’approche scientifique de l’amour (une simple histoire de glandes olfactives). Du coup, les règles changent, et certains trouvent un intérêt à pousser le mouvement, quitte souvent à dévoyer les réflexions utiles de la science et de la psychologie…

    Commentaire par laplumedaliocha — 04/01/2012 @ 21:19

  12. L’adultère a toujours existé, là il s’agit simplement d’en faire un commerce lucratif, par conséquent on justifie la chose comme on peut. Il y a de fortes chances d’ailleurs que ce soit le concept de famille qui soit visé par l’intermédiaire de cette mode, parce qu’un couple, c’est aussi, (et j’ai tendance à croire) c’est surtout une famille, c’est à dire des parents et des enfants, soit la cellule souche de la société.
    J’espère que nous ne sommes pas sans le savoir les cobayes de la future fourmilière.

    Commentaire par HV — 05/01/2012 @ 06:58

  13. « …Au moins, quand on transgressait on ressentait le délicieux frisson de l’interdit. Maintenant, on se sent juste “tendance”.  »

    Et pas uniquement : il y a quelques temps j’ai vu sur Arte un reportage scientifique passionnant sur l’infidélité animale (pas uniquement chez l’être humain donc) et la conclusion des scientifiques est sans appel :

    « L’infidélité répond à un besoin naturel destiné à réduire les problèmes de consanguinité d’une race, surtout si elle est confinée dans un espace limité, et enrichir son patrimoine génétique par des croisements aléatoires et ainsi améliorer les qualités de l’espèce ».
    (Notez que l’homme d’aujourd’hui a un réel besoin de s’améliorer, et qu’un « espace confiné limité » peut être un bureau, un immeuble, un lotissement, un quartier, voire une commune !…)

    Depuis que j’ai vu ce reportage passionnant (merci les scientifiques, j’ai maintenant le sentiment de participer à l’amélioration de la race humaine), lorsque ma femme me demande : « Dis chéri, tu es fidèle ?… », je lui réponds : « Bien sûr mon amour, très souvent… ».

    Commentaire par Oeil-du-sage — 05/01/2012 @ 14:07

  14. …Je suis un peu surpris par tous vos commentaires…L’adultère existe depuis que le mariage existe, Gleeden est juste une mise à jour actuelle, ce n’est qu’un moyen supplémentaire pour faire une rencontre. Je ne pense vraiment pas que ce soit la pub ou la tendance qui me rendra adultère, c’est l’envie d’aller voir ailleurs qui me fera franchir le pas. Après la rencontre peu avoir lieu au travail, en allant chercher les enfants à l’école, au sport et maintenant sur Gleeden…

    …Je pense vraiment qu’il n’y a que les moules humaines (les décérébrés) pour suivre les conseils des soit disant expert…Le véritable problème de la tendance c’est quelle est créée de toute pièce par des personnes maitrisant l’ingénierie sociale, la manipulation de masse, elles ont le savoir et profite de ceux qui ignorent…

    En relecture mon post j’ai comme l’impression de devenir super méga ésotérique…

    Commentaire par Jack Corbeau Sauvage — 05/01/2012 @ 14:50

  15. Ca y est , Aliocha, c’est fait !

    Comme vous avez mis le lien vers le site Gleeden, j’ai fait comme tout le monde, enfin comme les lecteurs et lectrices de votre blog : je m’y suis inscrit !

    D’ailleurs j’espère que vous allez toucher des royalties car avec votre billet les inscriptions sur leur site vont connaître une explosion aussi qualitative que quantitative.

    Au fait, c’est quoi Aliocha votre pseudo sur Gleeden.com ? (ça évitera tout malentendu si on entre en contact fortuitement !).

    Commentaire par Oeil-du-sage — 05/01/2012 @ 16:21

  16. @OdS : Bon sang, je n’ai pas mis le lien, j’ai fait un copié-collé de cette chose et le lien est venu avec ….!!!! Vous voyez tout, vous ! Pour le reste, ne vous inquiétez pas, on ne risque pas la rencontre fortuite, je ne fréquente aucun site de rencontre, et je fuis les réseaux sociaux. Internet pour moi c’est travailler, s’informer, débattre, éventuellement rigoler, le reste, je le fais en trois D. 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 06/01/2012 @ 00:01


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :