La Plume d'Aliocha

26/10/2011

Vivre pour consommer

Filed under: Réflexions libres — laplumedaliocha @ 13:04

Dans son livre intitulé « L’âge de l’accès » publié en 2000 aux éditions La Découverte, l’essayiste américain Jeremy Rifkin explique qu’on ne vend plus des produits aujourd’hui, mais l’accès à des univers. Des marques comme Nespresso ou Apple en sont deux exemples parmi tant d’autres. Accessoirement, il souligne que la consommation a envahi à ce point nos vies qu’il n’est plus un domaine dont elle soit absente.  Ainsi, Facebook, au hasard, gère désormais nos relations avec les autres. De même, les centres commerciaux ont remplacé les places de villages.

Ce communiqué, que je viens tout juste de recevoir, en est une  illustration édifiante. A méditer…

« Bonjour,

 Pour vos prochains dossiers, je vous suggère une idée de sujet stratégie et tendances marketing /consommation, nouveaux lieux d’expérience et nouveaux défis du retail, à l’occasion du partenariat inédit entre les centres de shopping Unibail-Rodamco et le Cirque de Soleil pour des expériences clients forte et une série d’animations exclusives jusqu’au 26/11.

 Stratégie d’entreprise : Vers le renouveau des centres commerciaux : une nouvelle destination de loisirs et d’expériences ?

Un constat : Même s’ils ne s’y rendent pas forcément pour effectuer des achats, les Français sont nombreux à fréquenter les centres commerciaux comme un lieu de promenade ou de loisirs pour s’occuper.

 La question à se poser / un sujet à débattre :
Souvent décriés, mais malgré tout incontournables, les centres commerciaux sont souvent bien loin de l’image poussiéreuse qui leur colle souvent à la peau. Ils sont souvent précurseurs de tendances fortes, que ce soit en matière d’architecture, de services, d’usage ou de consommation.
Ainsi, comment les centres de shopping se renouvellent-ils aujourd’hui pour s’adapter aux nouvelles attentes des consommateurs et proposer des expériences uniques et inédites à leurs visiteurs pour devenir ainsi des lieux de vie et de détente ?
En dehors du shopping, peut-on espérer profiter aujourd’hui d’autres types d’activités ou de loisirs au sein des centres commerciaux ?
Quels sont les prospectives en la matière et les prochains défis et enjeux des centres commerciaux ?

 Unibail-Rodamco et le Cirque du Soleil : un partenariat gagnant-gagnant exclusif , une association sans précédent et un dispositif global fort à 360 degrés.

Pour faire vivre des expériences nouvelles à ses clients, Unibail-Rodamco a sollicité le Cirque du Soleil autour d’une opération participative, familiale où se mêlent partage, apprentissage et découverte.
Pour la 1ère fois du 17/10 au 26/11, le Cirque du Soleil sort de son chapiteau et offre aux visiteurs des centres de shopping Unibail-Rodamco une immersion totale dans son univers féérique. En parallèle, le Cirque du Soleil bénéficie d’une visibilité optimale et se rend accessible et populaire auprès d’un très large public.

 Au programme : une série d’animations et d’ateliers gratuits à tester par le grand public pour découvrir les coulisses du spectacle Corteo et s’initier aux métiers du Cirque du Soleil (jonglage, funambulisme, maquillage, etc.).

Ce partenariat est complété par un plan marketing et communication fort (annonce presse, partenariat média, relations publiques, …).

 Infos pratiques en pièce jointe.

 Interviews possibles avec les portes-paroles institutionnel/stratégie, marketing communication et responsable brand Event Unibail-Rodamco autour de la stratégie Unibail-Rodamco, du partenariat mis en place avec la troupe du Cirque du Soleil, des perspectives 2012″.

 

Publicités

37 commentaires »

  1. Ca me rappelle un passage dans un bled du Quebec, Mont Laurier, où les employées du syndicat d’initiative, questionnées sur ce qu’il y avait à visiter dans la région, nous avaient envoyé vers ….. le mall.

    Elles n’avaient que 10 ans d’avance sur nous…

    Commentaire par FoxAlfaBravo — 26/10/2011 @ 14:02

  2. @Tous : au passage vous avez là un exemple typique de communiqué de presse. On donne l’info au journaliste, mais on lui vend aussi derrière des idées d’angle d’article et, cerise sur le gâteau, on lui propose des contacts qui veulent s’exprimer. C’est du journalisme en kit, vous n’avez plus qu’à passer un coup de fil à l’attachée de presse, elle vous monte un rendez-vous téléphonique avec un type habilité à s’exprimer officiellement, choisi par avance, et en deux heures vous pouvez boucler un papier d’une demi-page de journal. Voilà comment la communication exploite le manque de moyens (et d’imagination) de la presse. Et voilà comment les difficultés économiques des médias rejaillissent sur la qualité de l’information, et plus globalement sur les idées qui gouvernent une société. Pour casser la mécanique, il faut qu’un ou plusieurs journalistes, à force de voir passer ce genre de communiqués, se prennent après la peau du sujet non pas pour vendre la magnifique idée du cirque dans le centre commercial, mais pour démonter les nouvelles techniques marketing ou encore se pencher avec des sociologues sur la place de la consommation dans nos vies. De la différence entre le bon et le mauvais journalisme…

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/10/2011 @ 14:17

  3. Rien de neuf sous le soleil!
    Les communiqués de presse existent depuis belle lurette, tout au moins dans l’industrie chimique et pharmaceutique où les services marketting, médicaux et autres chefs de projets peaufinaient leurs dossiers qu’ils adressaient (et adressent toujours sans aucun doute) à la presse spécialisée. Et ce depuis plus de trente ans. Avec les dérives qui s’en sont suivies et qu’on découvre en ce moment.

    Quant à celui, spécifique (mais ils le sont toujours), que vous développez aujourd’hui, il met en évidence une réalité économique qui lamine les villes de province; à savoir la désaffection d’une clientèle dans les commerces de proximité au profit des centres commerciaux où nulle amende n’est offerte au retour du chaland qui aurait 5 mn de retard. Quand il arrive à se garer en ville!

    Cela étant dit, il est certain que vous et vos confrères ou consœurs devriez avoir l’esprit un peu plus critique vis à vis de ces papiers mâchés.

    Commentaire par patrick pike — 26/10/2011 @ 15:53

  4. Non, je vous l’accorde, ce n’est pas un scoop, ni dans le contenant, ni dans le contenu. D’ailleurs, j’évoque une illustration et je cite le bouquin de Rifkin qui a…11 ans. Je vais vous confier un secret. Les lecteurs de ce blog me disent souvent que bon, c’est bien ce que je leur raconte du métier, mais c’est mon regard, mes autres confrères ne sont pas comme moi. Franchement si, ils bossent comme des brutes, ils aiment leur boulot, ils ne sont pas idiots, et ils sont en très grande majorité honnête. Là où j’ai peut-être une toute petite spécificité, c’est que je ne m’intéresse pas aux scoops. Ce qui me passionne personnellement, c’est de saisir le sens profond, caché, des évolutions que l’on vit. Je m’inscris plus dans l’analyse que dans la course à l’événement. D’où l’importance que j’attache à ce communiqué de presse apparemment ordinaire. Je le trouve plein de sens, à la fois sur la com’ et sur la manière dont l’économie influe sur nos vies.

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/10/2011 @ 16:30

  5. Holala, j’en ai encore froid dans le dos, mais au cours de nos dernieres vacances, nous avons fait la connaissance de ceci:

    http://www.festivalshopping.co.uk/

    Un genre de mall gigantesque avec des attractions pour tous ages et meme des systemes de garderie gratuite.
    Ce qui m’avait impressionne, plus que le fait de concentrer des commerces a un endroit donne, etait la publicite qui en etait faite … c’est carrement presente comme un parc a themes, une source de divertissement de meme ordre.

    Commentaire par Ferdi — 26/10/2011 @ 16:32

  6. C’est presque insultant pour un journaliste de recevoir ce type de communiqué. Aucune subtilité dans le propos, il donne l’impression de vouloir réduire l’interlocuteur à un simple porte voix décérébré !

    Commentaire par Paul B. — 26/10/2011 @ 16:50

  7. Sur le fond, rien ne me surprend, rien ne me semble bien nouveau. Cirque marketing à la rencontre de centres commerciaux poussifs, c’est banal. Par contre la langue dans laquelle ce texte est écrit, sa forme, sa syntaxe, son ton, son absence totale de subtilité, je dirais presque son réalisme cynique, son mépris sous-jacent pour ceux auxquels il s’adresse, me révoltent. On dirait que c’est traduit du texan, un coupé-collé de la filiale RP France à partir d’un texte américain datant des années 80. Il m’est arrivé d’écrire quelques communiqués de presse, je n’ai jamais imaginé pouvoir être aussi grossièrement rentre-dedans. Ce côté business is business, no bullshit etc. me déprime profondément…

    Commentaire par Massilian — 26/10/2011 @ 17:12

  8. @Paul B. et Massilian : vous comprenez pourquoi les journalistes prennent en grippe les communicants et les attachées de presse ? Ce communiqué malheureusement est loin d’être une exception…Toutefois, si on écarte l’agacement légitime, quelle mine d’informations ! Ce côté parfaitement décomplexé est un aveu.

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/10/2011 @ 17:44

  9. Au passage, on voit qu’on passe des centres commerciaux aux « centres de shopping », je suppose que c’est pour casser le côté Mammouth écrase les prix 😉 ses caddies, sa jolie cafétéria, son talon-minute et autres caractéristiques glamour…Ce qui est amusant, c’est que pour moi le cirque véhicule des valeurs à l’opposé du centre commercial, par son côté libre, baladin, un peu suranné et en même temps éternel. Ce serait amusant de creuser la comparaison entre cirque et centre commercial…

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/10/2011 @ 17:53

  10. @ Aliocha

    Comme vous dites, ce n’est pas un scoop. Les supermarchés modifient souvent l’aménagement intérieur des magasins afin de sortir les habitués de leurs habitudes et de leurs faire découvrir de nouveaux horizons-rayons (au passage, je serai curieux de connaitre les algorithmes d’optimisation utilisés et les différents critères de paramétrage, circulation remplissage, temps moyen ? DM, si tu es ici …).

    Je reçois assez souvent des com’ d’industriels vantant leurs nouveaux domaines d’études afin que je puisse les mettre en valeur auprès de mes collègues et plus généralement de mon labo (si on pouvait mettre un sujet de thèse dessus, c’est pas cher et ça peut rapporter). Et honnêtement, je reconnais que je valorise ces com’ : directement dans la poubelle recyclage papier … Comme vous, j’ai en Sainte Horreur qu’on me prenne pour un CON, malgré un sourire gourmand à l’idée que l’on puisse me relancer par téléphone …

    Commentaire par CTPjano — 26/10/2011 @ 19:57

  11. Si ça continue, les centre commerciaux seront les parcs d’attractions de demain. 😉

    Commentaire par Ceriat — 26/10/2011 @ 21:09

  12. L’exemple est vraiment très bien choisi pour éclairer ces pratiques du « pré maché rédactionnel » qui a beaucoup plus de prise qu’on ne le croit. Certains envoient à la poubelle, d’autres en font des suppléments de week end pour bobo de gauche, un bon nombre s’en servent effectivement.
    Ceci étant, j’adore cette manie de décrire nos passe temps comme des « expériences ». Nous ne nous distrayons pas , nous expérimentons, il n’y a qu’à fréquenter assidûment les centre commerciaux pour juger de cet appétit intellectuel qui nous anime le Samedi !
    Il n’en reste pas moins vrai que, quand on vit en famille dans 50 m/2 toute la semaine et que la sortie de l’immeuble relève plus de l’épreuve que de l’acte plaisir, les centre commerciaux sont un refuge temporaire pour ceux qui ne peuvent goûter aux joies de l’exposition à ne pas manquer au Grand Palais, ou de la dernière prestation de ce chef d’orchestre incroyable à l’Opéra.
    Cruel réalisme effectivement que ce communiqué.

    Commentaire par vercaud — 26/10/2011 @ 22:06

  13. Deux aspects m’impressionnent : la com sur la com, et le côté « publi-rédactionnel à l’oeil ». Vous répondez en renvoyant la grille tarifaire de la publicité du canard ?

    Commentaire par TheologieduCorps.fr (@incarnare) — 27/10/2011 @ 00:27

  14. Je suis plutôt heureux de voir que les centres commerciaux « s’adaptent aux nouvelles attentes des consommateurs et proposent des expériences uniques et inédites à leurs visiteurs pour devenir ainsi des lieux de vie et de détente ».

    Tiens, le week-end prochain je dois organiser une animation pour des jeunes de banlieues : je vais leur préparer un jeu de piste dans les rayons du supermarché du coin dont ils se souviendront…

    Et pour les plus grands, les sportifs et autres amateurs de sensations fortes, j’organise un « Paint-Ball » spécial « Ménagères de moins de 50 ans ». (j’hésite entre les rayons lingerie fine, bricolage ou produits frais…)

    Commentaire par Oeil-du-sage — 27/10/2011 @ 12:11

  15. Mince, côté nouveau produit marketing qui surfe avec l’actualité voilà autre chose !
    (vous souvenez-vous Aliocha : j’avais eu l’idée il y a quelques mois de faire un jeu vidéo-ludique -ou vidéo-lubrique- d’action, de combat ou de jeu de rôle avec l’affaire DSK ?)

    Et bien d’imaginatifs marketeurs viennent de sortir ceci : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/10/27/luxxxure-laffaire-dsk-declinee-en-version-x/

    L’acronyme « DSK » est en phase de devenir un support marketing qui va probablement se décliner encore en de nombreux produits et services !

    Commentaire par Oeil-du-sage — 27/10/2011 @ 13:14

  16. Pour revenir à votre billet, le fond du sujet ne concerne-t-il pas plutôt les méthodes pseudo-marketing pour faire croire à du nouveau en faisant réchauffer du vieux ?

    Aussi loin que je m’en souvienne, les centre commerciaux ont toujours eu des actions de rabattage de clients plus ou moins imaginatives et originales, qu’il s’agisse de la cabane à frites ou à saucisses, du manège enchanté pour enfants à la balade à poney sur le parking, en passant par le Père Noël (qui va bientôt ressortir) ou de la Grande Tombola de la Toussaint (qui est déjà là).

    De-là à dire que ce sont de nouvelles stratégies marketing…

    (le jour où effectivement il y aura un paint-ball en rayon ou une course d’endurance en charriot de super-marché, là d’accord ! 😉 )

    Commentaire par Oeil-du-sage — 27/10/2011 @ 13:34

  17. « les centres commerciaux ont remplacé les places de villages »
    C’est beau comme du Francis Cabrel 🙂

    Commentaire par VilCoyote — 27/10/2011 @ 13:56

  18. @ vercaud (13) :
    « J’adore cette manie de décrire nos passe temps comme des « expériences ». Nous ne nous distrayons pas , nous expérimentons. »

    Je crois surtout que c’est un anglicisme de plus, couplé à un faux-ami. « To experience », en anglais, ça n’est pas « faire une expérience » mais simplement « vivre quelque chose ». C’est un peu comme « évidence », utilisé dans son sens anglais alors qu’il en a un tout autre en français.

    Ça rend le texte d’autant plus désagréable à lire, tout ça. « nouveaux lieux d’expérience et nouveaux défis du retail », quelle horreur (linguistique) ! À moins qu’ils ne parlent d’un laboratoire travaillant sur la retaille de tissus (avec une faute d’orthographe) ?

    Commentaire par Rémi — 27/10/2011 @ 15:40

  19. @ Aliocha

    A propos de supermarché et l’influence de la com’ (pour le coup pas celle du dit supermarché mais celle du net), vous avez vu cela ? http://blog.veronis.fr/2011/10/buzz.html

    Une phrase va vous faire plaisir :
    « Il n’y a pas que sur Twitter que cette affaire a été évoquée, me semble-t-il.
    D’autres médias, moins influents je vous l’accorde, en ont parlé : télévisions, radios, journaux …  »

    Pas mal, non, comparer le nombre de tweets avec l’audience de … France Info par exemple (et je suis gentil).

    Commentaire par CTPjano — 27/10/2011 @ 19:32

  20. @CTPjano : ce qui est intéressant en réalité dans cette affaire, c’est qu’elle est partie d’un titre papier régional, qu’elle est passée à la radio, donc deux médias dits traditionnels et j’ajouterais surtout deux médias professionnels. Les médias à eux seuls ne l’auraient peut être pas sauvée, mais la capacité d’expression publique des citoyens via Internet permet de mesurer en temps réel si l’info délivrée par les professionnels de l’information touche le public ou pas. Ici, elle a touché, donc la boite n’avait plus le choix. Twitter peut bien se frotter le nombril et se considérer comme un média plus puissant que les médias dits traditionnels, en réalité, ce n’est pas le sujet. Le sujet à mon sens, c’est qu’on voit se construire ce qui me parait important, à savoir un dialogue et une coopération entre les journalistes et le public. Nous lançons une information, elle ne tombe plus dans le vide, elle suscite – ou pas – une réaction immédiate et visible, une réaction qui a les moyens de se médiatiser toute seule. C’est un grand progrès démocratique qui mérite mieux que de se demander qui fait pipi le plus loin, autrement dit qui est plus puissant d’Internet ou des médias traditionnels, des professionnels ou des amateurs, des anciens ou des modernes. Coopérons bon dieu au lieu de rivaliser.

    Commentaire par laplumedaliocha — 27/10/2011 @ 22:26

  21. @OdS : surtout prévenez-moi quand vous organisez votre paint ball, que j’en rende compte ici 😉 quant à DSK version X, Ô misèèèèèèère…J’ai toujours pensé que si un jour je devenais milliardaire, je ferais un musée du laid, le laid me fascine parce qu’il est souvent drôle (je parle des objets, la toile loupée façon faune dans le film le cave se rebiffe, la chaise en cornes d’élan, la télécommande décapsuleur etc.) Je crois que j’y ajouterai un centre d’archives sur la bêtise et ce DSK version X y figurera en bonne place. La bêtise parfois fait preuve d’une inventivité et d’un talent qui frise le génie…

    Commentaire par laplumedaliocha — 27/10/2011 @ 22:32

  22. CTPjano, le commentaire – tronqué – que vous citez se voulait ironique.

    Oeil-du-Sage, vos idées me semblent séduisantes. Le fin du fin, je crois, serait que vous rédigiez votre projet à la même sauce que le communiqué reçu par notre hôtesse, le tout tourné de telle façon que la direction du supermarché, éblouie par votre faconde et n’ayant retenu que les mots « jamais encore vu à ce jour dans un centre commercial » sponsorise votre projet en finançant votre matériel en plus de vous ouvrir les portes. Ensuite bien évidemment, n’oubliez pas de convoquer la presse.
    Mon âge et mon état de santé ne me permettent pas de me mettre sur les rangs pour vos projets actuels, mais si vous prévoyiez du tir à l’arc au rayon vaisselle pour les ménagères de plus de 50 ans, je pourrais me laisser tenter. Je vous promets d’essayer de ne toucher que la faïence et d’épargner la porcelaine, autant que faire se pourra.

    Commentaire par Barbara — 28/10/2011 @ 09:30

  23. Tiens, tiens, tiens, quelques petits romans d’espionnage pour le week-end, enfin quand je dis romans…..en réalité, il s’agit des officines qui transforment notre beau pays démocratique en décor pour mauvais James Bond : http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#12357

    Commentaire par laplumedaliocha — 28/10/2011 @ 09:35

  24. @Barbara : c’est aussi ainsi que je l’avais interprété, toutefois, il renvoie à une conviction profonde du web sur sa supériorité vis à vis de tout ce qui l’a précédé

    Commentaire par laplumedaliocha — 28/10/2011 @ 09:37

  25. @ barbara

    le commentaire – tronqué – effectivement, n’était utilisé ici que pour mettre de l’ambiance, comme je demande à Aliocha comment remplacer les journaux non pour l’info mais le nettoyage des vitres !

    @ Aliocha

    L’idée d’utiliser le WEB comme chambre de résonance peut effectivement être attirante mais un bémol toutefois : si certains sites ou blogs sont de grande qualité, nombres d’entre eux ne sont que des tambours (sans cervelle et sans principe). Penser qu’une coopération limitée entre les pros et les autres est possible me semble hautement dangereux sur le WEB : une fois l’info transmise, comment faire pour la contrôler et la maitriser. N’oubliez pas que bien des informations (réelles) sont tronquées et déformées par le WEB. Par exemple, l’extrait de commentaire que j’ai mis sur votre site, les moteurs à rendement surnuméraire ou la théorie du complot sur la destruction des tours jumelles.

    Un petit concours pour tous : prendre une info transmise par les médias traditionnels et la déformer pour un faire un sujet de buzz.

    Un début d’analyse : PARIS, 25 octobre (Reuters) – Le gouvernement français n’envisage pas de réduire le salaire des fonctionnaires pour réduire les déficits publics, a déclaré mardi le ministre de l’Économie François Baroin. Néanmoins, d’après l’agence Ifrap http://www.ifrap.org/Economiser-2-7-milliards-d-euros-sur-les-salaires-des-fonctionnaires,12377.html, une telle réduction permettrait au gouvernement de dégager une marge de manœuvre substantielle. Malgré la volonté affichée du ministre et du chef de l’état, on ne peut que se rappeler la promesse du candidat Sarkozy sur la baisse des impôts et la réalité des faits.

    On continue ?

    Commentaire par CTPjano — 28/10/2011 @ 12:29

  26. Comment existe un journaliste ? En cherchant la vérité. Il se distingue du communiquant qui agit en vue, non de dévoiler la vérité, mais de produire un effet sur nos désirs. Là où le journaliste dévoile, le communicant agit, il bonimente (il fait l’article, lui aussi, mais autrement, pour produire le bien — le nouveau, il vient de sortir, il lave plus blanc que blanc)

    Par exemple, Dominique Leglu, dans son compte-rendu journalier sur FUKUSHIMA, rendait compte des faits, autant qu’elle le pouvait et en donnait une lecture autant que son savoir le lui permettait. Au même moment, des centaines de reportages radio, tv, articles de presse surgissaient de nulle part, où l’on interrogeait AREVA, Cohn-Bendit, le représentant de TEPCO, le ministre de l’écologie … et tous ces reportages, tous ces articles, parce qu’ils n’étaient pas écrits à la première personne, assumant la rencontre avec le réel, étaient le fait de communicants au service de ……brandissant leur carte de presse, certes, mais qui n’ayant en vue que de laisser ceux dont l’intérêt était plus ou moins menacé par ces événements, tenter de nous faire l’article, en minimisant ou en exagérant la vérité (en l’arrangeant un chti-peu : arranger veut dire qu’on prend un bout de vrai, pour faire vrai, puis une fois cela établi, on change de cap et on minimise, on omet, sciemment, et en toute abjection, on ment, pour faire croire, pour que les gens ne s’affolent pas, pour sauver notre économie, notre entreprise, pour profiter de cette fenêtre pour communiquer, bref, pour tout un tas de bonnes raisons, qui n’ont que l’inconvénient de faire de la vérité un moyen, au service de ce qui devient de fait le vrai bien (celui du boni-menteur, généralement son intérêt bien compris).

    Quand la presse devient du blabla, elle meurt.. Le journaliste arriviste est mort, dès l’instant où il s’offre, dès qu’il se fait tirer en plein vol par les chasseurs du palais, dès qu’il se couche dans l’herbe, se laisse tenter, vend son âme au diable, dès qu’il apprend à manger dans la main du patron quand celui-ci le siffle. Bref, dès qu’il se constitue un réseau, dès qu’il fait ami-ami : il coche dans sa liste, Hollande, celui-là, je l’ai, Sarkozy, pour lui, c’est OK, Melanchon, je dois me le faire demain ..

    Et les propos de bonimenteur se suivent et se ressemblent (sur toutes les façades, sur tous les murs, comme hier soir) ; seuls les harmoniques changent ………parfois on entend en filigrane : je peux compter sur toi pour ce coup, ou non, tu me le dis, je ne te mets pas le couteau sous la gorge, ou bien, tu sais que c’est vital pour moi, aide-moi mon vieux, sur ce coup, si je coule, tu coules ou encore tu me dois bien ça, rappelle-toi quand je t’ai sorti du pétrin, et rappelle-toi aussi que c’est moi qui ai trouvé du boulot à ta fille, … entre amis….

    La presse ne se vend pas parce qu’elle est vendue au ….

    Commentaire par Bray-dunes — 29/10/2011 @ 00:34

  27. Très joli site pour voyager dans l’histoire de l’imprimerie : http://www.garamond.culture.fr/

    Commentaire par laplumedaliocha — 29/10/2011 @ 12:05

  28. @notre hôtesse 28
    Merci pour ce joli voyage.

    Commentaire par araok — 30/10/2011 @ 15:47

  29. Tiens, en zappant sur TF1, j’ai entendu Harry Roselmack (qui porte maintenant la moustache) annoncer un sujet sur le Cirque du Soleil !!
    Ils ont reçu aussi ce communiqué de presse à la Rédac’ de 7 à 8 ??

    Commentaire par Yves D — 30/10/2011 @ 20:53

  30. Donc un « reportage » sur « LA multinationale du spectacle » : http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/dans-les-coulisses-du-cirque-du-soleil-6797930.html

    Commentaire par Yves D — 31/10/2011 @ 01:55

  31. Parmi toutes les nouvelles pas trop réjouissantes de ce matin, je viens d’apprendre une nouvelle qui a du réjouire Aliocha :
    Le magazine XXI a un cousin (depis fin septembre) : http://revuefeuilleton.com/

    Commentaire par Yves D — 31/10/2011 @ 10:31

  32. L’ascèse du journaliste.
    Il sait qu’il ne sait pas tout ; juste des bouts épars.
    Un journaliste n’est pas un acteur. Il ne participe pas au pouvoir.
    La vérité n’est pas pour lui un moyen.
    Il s’efface devant elle.
    Il est libre. Il peut écrire sur Internet, au jour le jour, le résultat de ses recherches.
    Ce qu’il écrit n’est pas pure fantaisie : il n’est pas là pour faire joli.
    Il décrit les faits importants. Il ne parle pas des chiens écrasés sauf par métaphore.
    Il n’est pas narcissique ; il nous épargne ses humeurs, ses affects.
    Il dédaigne le pathos dans lequel s’esbaudissent « les gens des médias » pour lesquels ce n’est pas l’événement qui est médiatisé mais leur personne (exemple BHL),
    Seul un solide désir peut le soutenir dans cette ascèse.
    Seule une solide réflexion sur l’avenir de l’homme, peut le soutenir dans sa recherche.
    Il se fait peu d’amis et beaucoup d’ennemis.

    à rapprocher de ce qu’écrit Victor Hugo : Ce petit être est joyeux. Il ne mange pas tous les jours et il va au spectacle, si bon lui semble, tous les soirs. Il n’a pas de chemise sur le corps, pas de souliers aux pieds, pas de toit sur la tête ; il est comme les mouches du ciel qui n’ont rien de tout cela. Il …. bat le pavé, loge en plein air, porte un vieux pantalon de son père qui lui descend plus bas que les talons, un vieux chapeau de quelque autre père qui lui descend plus bas que les oreilles, une seule bretelle en lisière jaune, court, guette, quête, perd le temps, culotte des pipes, jure comme un damné, hante les cabarets, connaît des voleurs, tutoie des filles, parle argot, chante des chansons obscènes, et n’a rien de mauvais dans le cœur. C’est qu’il a dans l’âme une perle, l’innocence, et les perles ne se dissolvent pas dans la boue..

    Commentaire par Bray-dunes — 31/10/2011 @ 21:00

  33. @Bray-dunes : c’est assez juste ce que vous écrivez et même très juste. Par ailleurs, je n’adore pas Hugo mais le texte que vous citez m’enchante, c’est quoi ? On dirait une description de Gavroche…

    Commentaire par laplumedaliocha — 31/10/2011 @ 21:29

  34. Je ne pensais pas qu’Hugo avait cette finesse de comprendre qu’on peut chanter des chansons obscènes et n’avoir rien de mauvais dans le coeur…Que c’est joli, que c’est profond. La faute à Kleber Haedens qui, dans son anthologie de la littérature française, écrit très méchamment d’Hugo : il est au poète inspiré ce que l’acrobate forain est à l’athlète antique, et c’est vrai que parfois Hugo est lourd et chiant, mais j’avoue humblement l’avoir trop vite jugé. Mea culpa.

    Commentaire par laplumedaliocha — 31/10/2011 @ 21:33

  35. Bravo Aliocha ! C’est en effet « presque » Gavroche.
    Il s’agit en fait de la description du « Gamin de Paris » idéalisé par Hugo, Gavroche n’étant que « un petit garçon de onze à douze ans qui eût assez correctement réalisé cet idéal du gamin ébauché plus haut, si, avec le rire de son âge sur les lèvres, il n’eût pas eu le cœur absolument sombre et vide. »

    Commentaire par Yves D — 01/11/2011 @ 12:23

  36. Vous nous parlez souvent de « votre amie la com' ». Cet exemple pratique nous montre de quoi il s’agit, de première main. Je vous imagine abreuvée de semblable prose en continu ; effectivement, il faut se blinder. Merci.

    Note : le responsable « brand Event » ? Il étudie la respiration des baleines ?

    Commentaire par Charles — 02/11/2011 @ 14:04


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :