La Plume d'Aliocha

26/09/2011

« M » comme marketing !

Filed under: Coup de griffe — laplumedaliocha @ 10:44

Oh misère ! Avez-vous lu la nouvelle formule du supplément week-end du Monde ? Gilles Klein chez Arrêt sur Images analyse les rapports discutables entre le rédactionnel et les publicités, pointant les allusions plus ou moins discrètes aux annonceurs dans les articles, autant que la confusion entre la maquette du journal et celle des pages de publi-rédactionnel. Notez, la recette est payante, on compte pas moins de 50 pages de publicité sur un total de 130 pages. En termes d’annonceurs, c’est une incontestable réussite. Quant au lectorat,  le premier numéro  attire traditionnellement beaucoup de curieux et quelques collectionneurs. Il sera intéressant d’observer sur la durée si les lecteurs suivent.

Draguer le CSP+

Mais il n’y a pas que les liaisons dangereuses avec la publicité qui heurtent.La maquette qu’on nous décrit guidée par un souci d’originalité visuelle sur fond de simplicité et d’élégance donne surtout le sentiment que le journal est vide, tant il y a de blanc. On se croirait face à une assiette concotée par un spécialiste de la cuisine moléculaire : quelques bidules excentriques mais rien de solide à se mettre sous la dent. La typo choisie et surtout sa faible graisse rendent la lecture désagréable par manque de contraste. Evidemment, la taille des « articles » est à l’avenant. On observe beaucoup de brèves, quelques papiers de 2500 signes à vue de nez et pas grand chose d’autre. Heureusement que l’enquête sur Arnaud Lagardère, survendue en Une, permet de se rappeler qu’on est dans un magazine et pas dans un catalogue de Noël du Bon Marché. Nous voilà en plein dans l’illustration du fameux diagnostique des consultants en presse « les lecteurs n’ont plus le temps de lire, il faut faire court, aéré et mettre beaucoup de photos » avec la petite touche « luxe » en plus pour draguer le CSP+ cher aux annonceurs. Personnellement, quand j’ouvre un « journal » pareil, je me dis qu’il est inutile de perdre du temps à ingérer ces petits textes ridicules qui sont au journalisme ce que le biscuit apéritif de grande surface est à la gastronomie. Un triste poison industriel à la saveur factice.

Délivrez-nous de Beigbeder !

Quant aux choix « rédactionnels », ils sont proprement affligeants. On y trouve par exemple un papier pro-Facebook qui évite soigneusement les sujets qui fâchent, au hasard la question de la protection des données personnelles, et un autre sur les tablettes tactiles. Il faut bien flatter les marottes du lectorat BoBo que l’on tente de séduire. Le mode d’emploi au début du journal nous promet aussi une place exceptionnelle réservée à la photo : 6 à 10 pages. Las ! Il s’agit d’un portfolio dédié à ….la marque Gucci dans le cinéma. Notez, je comprends ce choix, il ne se passe réellement rien d’intéressant dans le monde en ce moment. Evidemment, on ne coupe pas à la rubrique tarte à la crème des lieux favoris d’une célébrité. Et qui a-t-on choisi, je vous le donne en mille ? Frédéric Beigbeder, bien sûr.

Cet objet médiatique non identifié coûte la coquette somme de 3,20 euros. Mais dites-moi, les catalogues publicitaires, en principe, ils sont offerts, non ?

Comme je n’aimerais pas terminer sur un note négative s’agissant d’un journal qui conserve une bonne tenue, je signale que le supplément Idées contenait un beau dossier sur la notion de guerre juste. De quoi se demander ce qu’il y a de commun entre la qualité du travail de la rédaction et le machin publicitaire dénommé « M ».

Entre nous, à part Jacques Séguéla, je ne vois pas qui peut s’intéresser à « M »…

Publicités

36 commentaires »

  1. Bonjour Aliocha,

    Ben, pour tout vous dire, je l’ai acheté le supplément WE du Monde. Bon, je dois vous avouer que je l’ai mis directement dans la poubelle à part évidemment le DVD fourni avec (Si je vous suis bien, j’ai plutôt bien fait. J’ai simplement gardé pour mon fils « L’école des All Blacks »). Pour une somme modique (moins de dix euros), des films d’excellentes factures sont proposés au quidam. La série a commencé avec « Pépé le Moko » de Duvivier, « Plein soleil » de René Clément et, ce week-end, « La belle et la bête » de Cocteau. Du bonheur à faible prix, les films qui suivent valent le détour.

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 26/09/2011 @ 11:11

  2. Hou là ! Si même « Le Monde » se met à ne plus tourner rond, où va-t-on ?

    Commentaire par Ceriat — 26/09/2011 @ 11:20

  3. @H. : Sauf à vous sentir une proximité d’âme avec Séguéla, oui, vous avez bien fait ! Personnellement, je bouillonnais de rage à chaque page. Sur les DVD, c’est ce que les gens du marketing de presse appellent un « Plus produit ». On vous offre ou on vous vend pour un prix modique un objet, de préférence sous forme de série, pour vous fidéliser. Nous avons là deux exemples d’outils pour renflouer les caisses d’un journal, le supplément stupide et gorgé de pub, et la série de DVD chefs d’oeuvres du cinéma. Franchement, je préfère la seconde et je me demande encore pourquoi dans le premier cas on n’a pas réussi à glisser quelques morceaux de journalisme, mais bon…

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/09/2011 @ 11:22

  4. Et tandis que le monde, vendu aux grandes marques et aux intérêts de l’argent, croule sous les déficits et n’en finit plus de dégraisser, le Canard Enchaîné prospère, prospère (youpla boum !). Prendre le TGV le mercredi est à ce titre très illustrant : en semaine c’est 3/4 de parts de marché pour l’Equipe parmi les voyageurs mâles, contre seulement 1/4 le mercredi les trois autres quarts allant au Canard.

    C’est à se demander si les quotidiens ne devraient pas renoncer à la pub, se l’interdire, par ethique et bon sens économique. Le lecteur sait bien, ou sent bien, qu’une fois le journal rempli de pubs pour EDF ou SFR, la rédaction sera peu encline à se fâcher avec un bon client. Que le journal redevienne redevable de son chiffre d’affaires à ses seuls lecteurs, et là on verra probablement une presse plus mordante, et des lecteurs plus fidèles et plus nombreux.

    Pour l’instant, les quotidiens sont comme des putes endettées prêtes à tout trahir pour un peu de répit financier.

    Commentaire par Emmanuel — 26/09/2011 @ 11:36

  5. alors, pour le pendant « bonne nouvelle » en matière de nouvelles parutions : voici l’anti-M : du contenu, zéro pub, des articles longs longs longs, des enquêtes de fond sur des sujets divers, des traductions d’articles parus à l’étranger (et surtout aux states), et, en plus, on se paye le luxe de publier quelques nouvelles/articles de véritables plume (dans le n° 1; Mendelshon et Franzen, rien que ça).

    15 € trimestriel (ça revient moins cher au final que M donc)

    http://www.revuefeuilleton.com/

    (Tschok : dans le n° 1, un article d’Anne Nivat, qui va sortir d’ailleurs un bouquin sur l’afghanistan).

    Commentaire par Jalmad — 26/09/2011 @ 12:29

  6. Je ne lis pas Le Monde et ne suis donc pas au courant de l’évolution du journal (je lis La Croix…).

    Aliocha, un journal revient de plus en plus cher. Les recettes qui proviennent de la vente du journal ne permettent évidemment pas de contrebalancer les dépenses ( A cet égard, Aliocha, donnez-nous ces chiffres ). On ne peut donc pas contester au journal de chercher des recettes. Le recours à la publicité est regrettable mais nécessaire ou alors il faudrait accepter un journal « officiel »……

    Si vous voyez d’autres solutions Aliocha, donnez-les nous. Soit dit en passant, n’étant pas lecteur du Monde, après tout je m’en f… puisque je ne suis pas concerné. Mais je ne vois pas comment ce journal pourrait continuer à vivre. J’attends avec impatience vos propositions.

    Commentaire par hélios — 26/09/2011 @ 14:36

  7. @ hélios

    Vous croyez que le journal pourra continuer à avoir des lecteurs s’il les prend pour des cons ?

    Commentaire par DG — 26/09/2011 @ 14:50

  8. Anne Nivat, excellente journaliste !
    http://www.revuefeuilleton.com : le lien me désole, où est-il possible de trouver la version « papier » ?

    Pour la nouvelle version de « M », c’est forcément plus court, moins dense, dès le titre ! De la page 1 à 8, que de la publicité pour des marques hors de toute atteinte de mon budget. J’ai quand même l’impression que le fond se vide quand le portefeuille se rempli, tant pour le produit que pour le lectorat, un effet « vase communiquant » (avec jeu de mot !) sans doute.

    Je me demande ce que je vais bien pouvoir me mettre dans les synapses et les neurones à l’heure du p’tit dej’ …

    Commentaire par fultrix — 26/09/2011 @ 15:37

  9. @Hélios : figurez-vous que la situation de la presse papier m’interpelle d’autant plus que c’est elle qui me nourrit. Je n’ai rien contre la pub, mais contre la fausse bonne idée du doi-disant canard de luxe dont j’entends parler depuis 10 ans et dont on parlait sans doute déjà bien avant. Même un féminin a plus de contenu que « M » et croyez-moi, je ne suis pas une fanatique des féminins 😉 On a ici la bonne vieille recette éculée des articles de complaisance (à de rares exceptions près dont le papier sur Lagardère) vantant un mode de vie réservé à 1% de la population, à coups de poncifs et de références culturelles d’une affligeante banalité.

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/09/2011 @ 16:02

  10. @ fultrix : distribué en librairie ; vous trouverez les points de vente sur le site.

    @ hélios : la pub serait « nécessaire »…mais oui, mais bien sûr. Expliquez moi donc comment font les canards qui fonctionnent sans pub : le diplo, le canard, XXI, feuilleton donc (mais on verra s’il trouve sa place et survit), alteréco, le tigre, la rdL, (ex-RILI, qui vient de ressortir sous un nouveau format, et que je recommande ++ aussi) j’en oublie certains, et d’autres que je connais sans doute pas. Ah oui, ils ont une diffusion plus confidentielle. Mais ils continuent de tourner.

    figurez-vous qu’il y a des cons comme moi qui sont prêts à payer plus cher et à s’abonner à un canard pour justement éviter un financement par la pub. En même temps, quand je dis plus cher et que je compare le prix de mon diplo à ce M……

    Commentaire par Jalmad — 26/09/2011 @ 16:13

  11. @ 6

    Votre numéro dans les pages blanches est à « Palice secours » ?

    Commentaire par gf — 26/09/2011 @ 16:38

  12. Étant abonné, je l’ai reçu sans rien demander. Il est passé à la poubelle quand j’ai constaté que le sommaire était en page 12, après autant de publicités…

    Commentaire par Jérôme Laheurte — 26/09/2011 @ 17:09

  13. Chers amis,
    Tout d’abord, un blog comme celui-ci est un blog où il est possible d’exprimer des idées sans pour autant être brocardé ou alors on reste entre soi et tout le monde est content.

    Je pense que les directeurs du Monde ne sont pas plus bêtes que vous et s’ils avaient une autre solution, ils l’utiliseraient. Certainement cette pub de luxe rapporte gros et il ne faut pas tuer la poule aux oeufs d’or que vous le vouliez ou non. Tout est possible, c’est un mot d’ordre de Mai 1968. Non, tout n’est pas possible et si l’équilibre des comptes de mon journal est en jeu, je suis obligé de trouver des solutions. Pierre Bergé est un homme de gauche que je sache.

    Ceci dit, je dis cela d’autant plus aisément que je ne suis pas lecteur du Monde. Je lis quotidiennement La Croix et s’il le fallait je suis prêt à payer plus cher mon journal parce que j’y tiens et que c’est une affaire de foi.

    ceci dit, je respecte toutes les expressions et je demande la réciprocité. Merci beaucoup.

    Commentaire par hélios — 26/09/2011 @ 17:18

  14. Le « Diplo » (Le Monde diplomatique) ne fonctionne absolument pas sans pub, même si elle semble mieux (moins mal ?) choisie qu’à une pas très lointaine époque.
    Le Canard fait de la pub plus discrètement et de la manière faux-cul qu’il dénonçait il n’y a pas si longtemps (On recense le bouquin du Chef, mais au lieu de citer simplement la parution, on tartine. Ou dans « Plouf ! », Jean-Luc Porquet, coordinateur de l’ouvrage, vante « Les Jours Heureux » (ouvrage dans lequel Martine Orange, nous apprend que la SNCF est un service public (absolument privatisé dans les faits, non ?) qui s’en sort bien grâce au TGV (en réalité propriété d’Alst(h)om et que feu la SNCF paie en leasing, n’étant propriétaire d’aucune rame.
    Tout ceci affirmé sous réserve que je ne délire pas totalement ;-))
    Merci, le cas échéant, de bien vouloir le signaler.

    Le Monde, je l’ai lu quelques dizaines d’années. Il est mort ± à la sortie de M. Fontaine.
    Libération est mort dès l’abandon du salaire unique.

    Etc.

    Restent, pour l’instant,
    C.Q.F.D.,
    http://www.cequilfautdetruire.org/
    Siné Mensuel,
    http://www.sinemensuel.com/
    et puis quoi ?
    & bientôt, une publication d’Acrimed
    http://www.acrimed.org

    Il ne faut pas se plaindre de la pub, des annonceurs, etc. si, en toute conscience, on décide de faire partie de leur sale marché (ce qui est purement et simplement collaborer. Un peu de réflexion. & beaucoup de conscience, que diable !)

    Résister ! Bon sang !

    Commentaire par Karl-Groucho Divan — 26/09/2011 @ 17:42

  15. @13

    En fait, l’idée que vous tentez d’exprimer, c’est qu’un journal peut tout se permettre (mises en scène et amalgames en une, suppléments creux remplis de pub…) pour tenter de se renflouer, c’est bien ça ?

    Commentaire par gf — 26/09/2011 @ 17:57

  16. Je suis allé sur le lien donné par Aliocha. Ce supplément du Monde présente beaucoup de pub. Mais présenter de la pub, « est-ce tout se permettre ? » gf ?

    Autre chose, vous semblez oublier que derrière la pub, il y a des marques mais aussi des entreprises et des hommes qui travaillent (ouvriers, graphistes, concepteurs de projets) et ces entreprises ont besoin de vendre ces produits. Les produits de luxe ne sont pas fabriqués par des robots mais par des hommes. On dirait que certains bloggueurs sont gênés par ces produits de « luxe ». Alors quoi ? Vous voulez qu’on mette les hommes et les femmes qui y travaillent au chômage ? Allons voir des pays comme la CHINE, vous serez étonnés de l’importance prise par les produits de luxe, les « marques ».

    Alors, si je suis patron de presse, oui j’aurais recours à la publicité y compris des produits de luxe et mes journalistes me suivront parce qu’ils savent qu’il en va de leurs emplois.

    Commentaire par hélios — 26/09/2011 @ 18:20

  17. @gf
    L’idée que « j’ai tenté d’exprimer ». Je vous trouve très suffisant cher gf et chaque fois je vous ai répondu avec courtoisie. Non, l’idée que j’ai exprimé est très claire et vous êtes sans doute le seul à faire mine de ne pas comprendre. Dans un véritable échange, on n’est pas forcément d’accord. A vous de trouver des arguments et non une sorte de morgue qui n’est pas acceptable entre personnes honnêtes. Merci de votre attention. Hélios

    Commentaire par hélios — 26/09/2011 @ 18:28

  18. À « Helios »

    . . . . . . . . . . . .

    En suivant votre raisonnement, il faut donc soigneusement préserver les industries du nucléaire, des armements, des pesticides, des gaz de combats, et j’en passe. En effet, derrière, il y a des salariés, etc. ?

    Ben non. Qu’ils travaillent, ces salariés, dans des domaines qui ne sont pas nuisibles, et on en reparlera.

    La bonne excuse. « Vous comprenez, faut faire bouillir la marmite, c’est pour ça que je pollue et que je suis complice de meurtres de masse et d’empoissonnement généralisé, etc. »

    Le salarié est-il donc dispensé d’avoir une conscience ? C’est bien là-dessus que comptent ceux qui se prennent pour nos bons maîtres (quand eux-mêmes ne sont que les valets des « marchés ». Ah les « marchés » et leur « main invisible »).

    & que viens soudain faire la Chine dans votre raisonnement ?
    Vous pensez ce pays « communiste » ?
    Euh…

    . . . . . . . . . . . .

    « Résister se conjugue au présent »
    (Lucie Aubrac)

    & aussi :

    « […]
    Produire et entretenir
    Produire sans s’approprier
    agir sans rien attendre
    Guider sans contraindre
    voilà la vertu primordiale. »
    (Tao-tö king, X,
    Lao-tseu)

    Commentaire par Karl-Groucho Divan — 26/09/2011 @ 19:10

  19. « les lecteurs n’ont plus le temps de lire, il faut faire court, aéré et mettre beaucoup de photos »

    Je n’arrive vraiment pas a comprendre comment les « specialistes » du marketing peuvent continuer a dire cela. C’est faux, archi-faux. Les lecteurs veulent des articles en longueur et de la substance. L’avantage de la presse professionelle, c’est les journalistes formes qui vont sur le terrain, ecrivent bien, savent comment decrire ce qui se passe etc… Quand les reseaux sociaux sont arrive sur le terrain du journalisme, la presse aurait du les coopter et se concentrer sur ses atouts. Au lieu de cela, la presse semble essayer d’importer les methodes des reseaux sociaux sur le papier avec une information tres courte, peu riche en details et lourde en pub. Ce qu’il faut que la presse realize c’est que les reseaux sociaux sont des outils de partages de liens directement ou non. Quand je lit une info sur Twitter, ce n’est que le debut de ma consommation d’information. Parfois ca s’arrete la, mais souvent, je clique sur un lien, je fais une recherche sur Google, j’en parle avec des amis etc.. Mais ce que je veux en fin de compte, c’est une information detaille, des persectives nuancees, du journalisme quoi… Je ne sais pas si la presse pourra survivre en retournant aux articles en longueur, mais une chose est sure: Elle ne survivra pas en nous donnant du vide court.

    Commentaire par PrometheeFeu (@PrometheeFeu) — 26/09/2011 @ 19:25

  20. @16

    Effectivement je vous vois bien à la tête d’un gratuit. 🙂

    Commentaire par gf — 26/09/2011 @ 19:29

  21. @Karl-groucho Divan

    Tout d’abord, je ne vois pas du tout ce que viennent faire toutes les industries que vous signalez (gaz de combats, pesticides, nucléaire). Ai-je parlé de ces industries oui ou non ?

    Si votre discussion est d’emblée idéologique, eh bien vous la poursuivrez tout seul. Donc, vous ne répondez pas sur les questions que j’ai posées concernant des industries qui n’ont rien à voir avec celles que vous citez. Ensuite, le sujet, c’est la place de la pub dans un journal. Je vous répète que je ne suis pas lecteur du Monde mais je souhaite que ce journal comme les autres vivent.

    Alors, la question est là. Vous, d’emblée vous allez dans des positions idéologiques que je respecte mais qui ne répondent pas au problème posé. La Chine est un pays communiste, je confirme. Peut-être que ce communisme-là ne vous plait pas et sur ce plan je vous suivrais totalement, Groucho, mais il l’est à sa manière. Il y a un Parti Communiste Chinois qui dirige l’économie. Seulement les Chinois ont bien compris que l’économie étatisée entièrement ça n’allait pas bien loin. Encore une fois, je ne fais pas du tout l’apologie de la CHINE. Merci de votre attention et j’aime beaucoup la citation de Lucie AUBRAC.Hélios

    Commentaire par hélios — 26/09/2011 @ 19:34

  22. @ gf

    Vous avez beaucoup d’intuition !

    Hélios

    Commentaire par hélios — 26/09/2011 @ 19:40

  23. À Helios.

    Ce que vous écrivez vous-même est bien entendu absolument idéologique
    http://www.cnrtl.fr/lexicographie/id%C3%A9ologiques

    Quelles que soient les industries, mon propos est valable.
    Ce n’est pas une question de foi mai de conscience.
    Et de conscience adulte et responsable.
    C’est purement rationnel et scientifique.
    Votre réflexe est de dire « si c’est idéologique c’est pas bon », ce qui est totalement irrationnel. Votre foi est parfaitement idéologique, par exemple. Et je serais étonné que vous la considériez comme mauvaise. Alors ?

    Quand à l’« économie », étatisée ou non, tout dépend de laquelle ! Capitaliste ? Mutualiste ? Coopérative ? etc.

    Vous êtes aimable de considérer le Monde comme étant encore un journal. le problème est justement qu’il ressemble maintenant un peu trop à un support de publicité (qui est une industrie dont le but est de faire consommer, ce qui à brève échéance amène la mort de l’humanité) et que, partant, il n’est plus libre de son contenu. Il ne faut pas déplaire aux « annonceurs » sous peine de perdre des « marchés » conclus avec eux. Informez-vous. Ouvrez les yeux.

    Quant aux industries « de luxe », elles valent celles que j’ai cité. L’empoisonnement est en apparence peut-être moins rapide, mais il advient. EEt ne parlons pas de l’empoisonnement psychologique.

    « Il y a un Parti Communiste Chinois qui dirige l’économie. » Il n’a de communiste que le nom, bien sûr. Quant aux partis « soviétiques », ils ont usurpé le beau nom de Soviet (conseil ouvrier). Ne vous laissez pas prendre aux appellations mensongères.

    (Si je ne poursuis pas rapidement ce n’est pas que je fais la gueule, mais que je limite fortement mes passages sur interpanet 😉

    Bonne soirée.

    Commentaire par Karl-Groucho Divan — 26/09/2011 @ 19:52

  24. […] « M » comme marketing ! […]

    Ping par « M » comme marketing ! | Chronique des Droits de l'Homme | Scoop.it — 26/09/2011 @ 20:18

  25. @ Groucho. (je raccourcis, pardonnez-moi)

    Je ne suis pas d’accord sur tous les points que vous abordez mais j’apprécie le ton que vous utilisez.

    Un point, mais il faudrait beaucoup trop développer, la foi n’est pas une idéologie. On reprendra Groucho….

    Je suis d’accord sur un point avec vous: la place que doit occuper la pub dans un journal. Il est absolument évident que, à partir d’un certain seuil, la publicité prend le pas sur l’information et là il y a danger. Ensuite, il ya le risque que vous signalez et qui existe que les annonceurs puissent intervenir sur un article qui leur déplairait. Ces deux dangers existent et il ne faut pas les nier, je suis entièrement d’accord avec vous. C’est une affaire de dosage, de place « raisonnée ». Mais la presse ne peut pas vivre sans la publicité. Aux lecteurs évidemment ensuite de réagir en n’achetant pas le journal.

    Commentaire par hélios — 26/09/2011 @ 20:22

  26. @ Groucho

    Merci pour l’excellent lien que vous avez communiqué dans votre réponse.

    Commentaire par hélios — 26/09/2011 @ 20:48

  27. A quand « Le Monde MADAME » ?, « Le Monde Patrimoine (privé, s’entend) », « Le Monde LUXE », « Le Monde tendance » ?
    La gangrène sarkosienne progesse avant le raz de marée de printemps.
    Vivement le joli moi de mai !
    Félicitation pour vos analyses : elles donnent de l’air dans l’étouffoir médiatique actuel.

    Commentaire par popekmomek — 27/09/2011 @ 11:36

  28. À Hélios (après, je vais me promener ailleurs, hein. J’arrête quand je veux ; -)

    La foi, hélas, est bien affaire d’idéologie (je sais d’où je viens ; -)…

    La censure par les « annonceurs » (les acheteurs de temps de cerveau disponible ) :
    une affaire récente :
    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12019

    La presse peut parfaitement vivre sans pub. Si elle a une conscience. Si sont but prioritaire est d’informer plutôt que de faire le profit le plus rapide (donc brutal) possible.
    C.Q.F.D., Le Canard, Siné-Mensuel, la prochaine publication d’Acrimed (liste non exhaustive), et pas mal de sites internet sont ainsi LIBRES de publicité.

    Quant aux histoires de pouvoir, prise de pouvoir, prétendu chefs petits et grands, tout ça, c’est du niveau CE2, CM1, pas plus.

    Un jour, les humains vivront peut-être entre adultes libres et conscients.

    Un jour.

    Sur ce,
    Bonne soirée !

    Commentaire par Karl-Groucho Divan — 27/09/2011 @ 18:49

  29. @Karl-Groucho Divan : on ne peut pas aligner tous les titres sur le modèle sans pub, il faut distinguer les périodicités, les publics visés, la nature de l’info etc….à différents supports, différents modes de financement. Le problème est une question de mesure, d’organisation et d’intelligence, comme souvent. Ce qui choque dans « M », ce n’est pas la pub en soi, ça fait depuis le 19ème siècle qu’on vit sur un modèle mixte : vente au numéro, abonnements/recettes publicitaires, le problème c’est le fait que le journal ici est entièrement conçu comme un aspirateur à pub. Donc la pub ne vient pas en raison du lectorat « naturel » du journal, de sa renommée etc. on l’attire en concevant le contenu rédactionnel, la ligne éditoriale et même la maquette pour lui plaire. C’est une perversion absolue du système et c’est cela qui est scandaleux. Le bon réflexe consiste à être une publication reconnue par son sérieux, sa qualité, son talent et, de ce fait, attirer les annonceurs qui vont miser sur la visibilité du journal et vouloir en profiter. En l’espèce, on a l’inverse, on conçoit de toute pièce un canard pour avoir des annonces. Et on se fout de la gueule du lecteur, autant qu’on méprise sa vocation d’information.

    Commentaire par laplumedaliocha — 27/09/2011 @ 21:25

  30. @Aliocha

    Merci beaucoup de votre mise au point très claire et nuancée par rapport à votre billet qui, lui, était plus abrupt (mais c’est ma perception des choses). Oui, formulée ainsi je souscris à votre point de vue.

    Pardonnez-moi, Aliocha, mais votre blog gagne à être « ouvert » avec une expression des points de vue qui cherchent vraiment à s’enrichir mutuellement. Vos sujets sont intéressants mais il me semble, voyez-vous Aliocha, qu’un sujet sur « l’économie de la presse » serait bien. Un journal est un produit. Il s’achète, il se vend. Mais il a une particularité c’est aussi un produit culturel. Merci et passez une bonne soirée, en évitant toutefois la consommation de café que vous avez l’air de faire et qui n’est pas raisonnable!! Hélios

    Commentaire par hélios — 27/09/2011 @ 22:19

  31. @Groucho

    Mais vous êtes anarchiste Groucho….! En tout cas merci pour votre réponse. Le lien arrêt sur images avait été donné par Aliocha.

    Je n’ai pas compris cette histoire de chefs…….ou quelque chose m’a échappé. Bonne soirée à vous.

    Commentaire par hélios — 27/09/2011 @ 22:22

  32. et ça continue : http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#12136
    pire que les algues vertes en Bretagne !

    Commentaire par laplumedaliocha — 27/09/2011 @ 22:36

  33. La culture passe par trépas et la littérature ( et a un certains points les infos) par les aléas du buzz instantané.

    Les quotidiens passent du relai et du travail de l’information comme une fin en soin, recadre ca en une étape intermédiaire, ou ces informations sont la pour soutenir d’autres « informations » marketing.

    Pour les quotidiens, les recettes ont pu ainsi s’amenuiser. Même un quotidien devait trouver sa place dans ce système car même un quotidien doit payer ses factures a la fin du mois .

    et puis bon nombre d’instruments digitaux nous transforme quotidiennement comme écran publicitaire, non, suivez mon regard, oui les réseaux sociaux, cette nouvelle télé a écran montrant une chaîne unique, bon ok avec contenu différent, c’est vrai.

    Un article sur cette culture, sur les réactions de Mr Beigbeder et des ebooks, qui me tiennent a coeur, dans notre monde moderne.
    http://stotb.blogspot.com/2011/09/en-voie-de-ca-me-derange-un-peu-quand.html

    bref Délivrez-nous de Mr Beigbeder. délivrez-nous du buzz global et supra-existant.

    Henri Moufettal
    stotb.blogspot.com

    Commentaire par Henri Moufettal — 27/09/2011 @ 23:03

  34. À « Hélios »

    Encore :
    http://observatoiredelacensure.over-blog.com/article-25-septembre-2011-luxe-volupte-et-collaboration-paris-85336273.html

    Pour clarifier les termes tournant autour de l’anarchisme, souvent biaisés ou inversant le véritable sens :
    « L’anarchie est la plus haute expression de l’ordre » (Élisée Reclus).

    Cette histoire de « chefs » ? Pourtant évident. Chercher le « pouvoir », vouloir le « prendre », etc., c’est du niveau CE2, CM1, pas plus.
    L’ennui c’est que, des adultes qui ne le sont pas, ça saigne un peu plus que dans les cours de récré.
    Et ça tue une majorité d’innocents.

    Et pour finir avec la pub (si seulement 😉 : c’est une plaie, et qui fonctionne de plus en plus de manière à manipuler l’information. Tout en augmentant la consommation. Deux crimes de masse pour le prix d’un.
    Il faut choisir, c’est tout.
    Aucun journal n’est obligé de se compromettre et de renoncer à sa mission.

    ( & j’ai travaillé un certain nombre d’années dans la presse 😉

    Bonne continuation !

    Commentaire par Karl-Groucho Divan — 28/09/2011 @ 18:54

  35. @Groucho

    Merci quand même pour votre réponse.

    Commentaire par hélios — 28/09/2011 @ 19:00

  36. Abonné, je trouvais que le magazine du Monde (ancienne formule) était un très bel objet, agréable à lire, à regarder. Leur nouvelle M…. m’a fait bondir. Je me sens insulté par tant de pub. Qu’ils gardent leur CSP+ (ça a quoi comme coeff intellectuel un CSP+ si ça aime lire ça ?).
    Je garde mes sous. J’achèterait autre chose. XXI par exemple.

    Commentaire par M. RAYNAUD Christophe — 05/10/2011 @ 21:19


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :