La Plume d'Aliocha

10/05/2011

La Porsche de discorde

Filed under: Mon amie la com' — laplumedaliocha @ 00:22

Ah ! La photo de DSK devant une Porsche !  Elle nous aura bien occupés, celle-ci, toute la semaine dernière. Prétexte rêvé pour ses adversaires de le critiquer, écoeurement de ses supporters face à l’inanité du débat, agitation sur Twitter, relayée par les journalistes politiques. Un sacré buzz ! Daniel Schneidermann s’amuse  du fait que cette Porsche qui a tant fait couler d’encre soit celle d’un communicant de DSK. Il est effectivement très savoureux que le spin doctor du candidat présumé soit parvenu ainsi à nuire autant à l’image de son client avant même que les hostilités électives présidentielles ne débutent officiellement.

Une simple histoire de boule puante ?

Certes, on s’irritera à juste titre qu’une personnalité de ce calibre puisse être jugée – et surtout condamnée – sur un détail aussi dérisoire, à mille lieues du débat politique de fond auquel tout le monde aspire. Des critiques qui s’enracineraient dans notre héritage catholique si méfiant vis à vis de l’argent, m’explique-t-on. Il n’y a pas de mal à être riche, avancent les défenseurs de DSK, et moins encore à le montrer. La faute, la vraie, serait de jouer la carte de l’hypocrisie. Assurément. Et d’ailleurs, les anciens présidents de la Vème République étaient fortunés et n’hésitaient pas à le montrer. Si De Gaulle a roulé en DS alors DSK peut bien circuler en Porsche, soutient non sans humour mon confrère journaliste-blogueur Hugues Serraf. Circulez (c’est le cas de le dire), y’a donc rien à voir. La Porsche n’est qu’un détail sans importance saisi au vol par des esprits mesquins pour nuire au grand homme. Un faux prétexte, une boule puante, l’exemple typique du coup bas en politique. D’ailleurs, souligne Maurice Szafran, DSK n’est pas riche et n’a jamais voulu l’être, c’est sa femme qui l’est, par héritage. Voilà qui change tout en effet.

L’homme de droite fortuné est toujours suspect d’avoir bâti son bonheur sur le malheur des autres et surtout de vouloir à toute force maintenir les inégalités qui l’ont fait prospère. Tandis que l’homme de gauche a au moins le mérite de penser aux pauvres quand il déguste son caviar et de regretter que celui-ci soit réservé à une élite. Ce portrait pittoresque du clivage gauche/droite, aussi caricatural soit-il, est profondément ancré dans l’inconscient de la gauche germanopratine. On n’y peut rien. De fait, le procès intenté à DSK est d’autant plus scandaleux que l’homme pensait sûrement aux français en difficultés en contemplant le bolide. Ce qui bien sûr vaut absolution.

Le triomphe de la forme sur le fond

En réalité, ces attaques ne sont rien d’autre que la conséquence logique du triomphe en politique de la forme sur le fond, orchestré par les communicants. S’ils ne nous vendaient pas des hommes politiques maquillés comme des voitures volées, bronzés, amincis, envoyés sur les plateaux télé dans les émissions les plus sottes rien que pour leur donner l’air d’être « proches des gens », transformés selon les cas en bêtes de foires ou en pipoles pathétiques, s’ils ne les invitaient pas à ménager leurs effets comme des demi-mondaines, s’ils ne s’employaient pas à gommer toute spontanéité, alors peut-être qu’ils ne risqueraient pas la réputation de leurs poulains au moindre faux pas, si dérisoire soit-il. Car de quoi pourrions-nous parler, sinon de détails insignifiants, dès lors que la campagne se résume pour l’instant à un grand vide idéologique habillé d’effets spéciaux ?  C’est la faute des journalistes, ai-je lu ici et là. Ils ont bon dos les journalistes, n’est-ce pas ? On les tient toujours pour responsables de ce qu’ils décrivent. Ils devraient s’intéresser au fond, lance le public. Le fond, mais quel fond ?

Quincaillerie

Ô, je sais ce que vous pensez, amis communicants, le meilleur des programmes n’est rien si on ne parvient pas à le « vendre ». Vous avez raison, au stade où nous en sommes de superficialité, il faut en effet que les hommes et les femmes politiques séduisent en plus de convaincre. Malheur aux teints trop pâles, aux traits tirés, aux sourires pas assez resplendissants, aux rides, aux costumes gris et aux mines sévères. Ils trancheraient trop avec les intermèdes publicitaires à la télévision. Notre époque exige de belles images. Des campagnes hollywoodiennes. Des hommes et des femmes politiques à l’apparence irréprochable. Des contes à faire rêver l’électeur de base. Admettons. Le malheur, ce sont les valeurs que véhiculent vos images un peu trop lisses. Ou plutôt l’absence totale de valeurs qui les caractérisent. Tout ceci n’est que clinquante quincaillerie de marchand ambulant, techniques de maquignons et cabrioles d’acrobates forains.  Vous nous épargnez le fond en pensant sincèrement qu’il nous ennuierait ? Allons donc, remballez vos arguments de pacotille et vos paillettes. Goberiez-vous les âneries que vous tentez de nous faire avaler ? Au fond je crois que oui, et c’est bien là le problème. Un conseil alors, arrêtez de nous croire aussi stupides et superficiels que vous l’êtes. Les français ne rêvent ni de Porsche ni de Rolex, aussi surprenant que cela vous paraisse. Et c’est heureux d’ailleurs car sinon on compterait dans ce pays à peu près 60 millions de frustrés.

Un peu de simplicité, de franchise, et beaucoup de débats de fond, voilà ce qu’on attend d’une campagne présidentielle. A défaut, ça risque de très mal tourner et les communicants auront une lourde responsabilité à porter. Vous n’avez pas encore compris que les électeurs qui se tournent vers Marine Le Pen ne rêvent pas de bruits de bottes mais simplement de botter vos culs de camelots ?

Advertisements

59 commentaires »

  1. La dernière phrase est absolument savoureuse ! Je m’en vais dormir là-dessus.

    Commentaire par T0rv4ld — 10/05/2011 @ 00:39

  2. Chère Aliocha c’était roboratif! la cuiller a bon dos!

    La communication n’est rien sans suivi. Et vice versa.
    Bon, je sors…

    Commentaire par araok — 10/05/2011 @ 00:40

  3. Twitté !

    J’adore aussi la chute ;-))

    Commentaire par Médard — 10/05/2011 @ 07:09

  4. Bonjour Aliocha,

    Churchill aurait donc eu tort! Si le capitalisme, c’est peut être toujours une voiture pour tous, le socialisme, ce n’est plus des parkings pour tous mais des Porsches pour tous!!!

    Ceci dit, même si je partage vos conclusions, j’aimerai bien, vœu pieu, que vos confrères soient un peu plus incisifs quant à la situation matérielle des prêcheurs de gauche. Comme s’interroger sur la manière dont on peut acquérir un patrimoine de plus de 3 millions d’euros en vingt ans de cabinet ministériel ou bien sur la réalité d’exercice d’une profession de facteur pour ne citer que deux exemples. Soyez rassuré, j’en attends une identique curiosité pour leurs adversaires.

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 10/05/2011 @ 07:46

  5. Triomphe de la forme sur le fond ? Un peu forcée, je trouve, votre dénonciation de la mainmise des communicants – votre dada – en l’espèce sur la vie politique. Si Sarkozy illustre manifestement une dérive « people » dans l’art de communiquer des politiques, on peut dire qu’elle s’est retournée contre lui et qu’elle n’a pas vraiment fait d’émules. DSK ne s’est pas transformé en apollon sous la pression des spin doctors, seul Hollande – à la suite de sa femme – a fait quelques concessions à l’apparence.

    Je ne suis pas choqué par l’effet « Porsche » : la politique est aussi l’art de communiquer avec des symboles, on le sait plus que jamais depuis l’affaire du Fouquets. Ces symboles ne sont pas tous de pure forme, et opposer fond et forme n’est pas forcément pertinent : quand Mitterrant nationalise, il joue du symbole ; idem quand Jospin décrète les 35 heures, ou lorsque Sarko crée le bouclier fiscal. Et nous présenter le succès de Marine comme le résultat d’un dégoût des camelots est quand même piquant, tant le discours des Le Pen père et fils emprunte à la rhétorique du camelot.

    Quitte à analyser la dialectique du journalisme et du fait social ou politique, j’aurais préféré que vous nous donniez votre avis sur l’affaire qui nous a réellement occupés toute la semaine dernière : l’affaire des « quotas », qui n’aurait pas atteint ce degré d’hystérie collective si Mediapart n’en avait fait un coup médiatique parfaitement calculé. Daniel Schneidermann s’est d’ailleurs également distingué sur ce coup là.

    Commentaire par Tocquevil — 10/05/2011 @ 08:40

  6. Bonjour Aliocha,

    Je retrouve dans votre chronique du jour plein de choses avec lesquelles je suis d’accord. Et quelque part, ça me rassure, chère consoeur, de nous sentir en « harmonie ». Reste que je ne suis pas tout à fait convaincu par votre démonstration. Si la force de la communication et ses dérives ne sont à l’évidence pas seulement « de la faute des journalistes », il me semble toutefois qu’il reste de notre responsabilité de contourner lesdites dérives et de faire notre métier, qui commence par l’initiative et l’investigation. C’est aussi parce que les médias cèdent à la facilité et l’emballement que la (mauvaise) comm’ est si puissante, me semble-t-il.

    Très franchement, on a beaucoup parlé de la Porsche de DSK. On aurait tout aussi bien pu parler d’autre chose. Je ne vois pas ce qui l’interdit fondamentalement, même si c’est certainement moins facile.

    Suis-je encore par trop idéaliste ?

    Commentaire par Martin K — 10/05/2011 @ 09:04

  7. @Tocquevil : eh si, DSK s’est fait opérer les paupières, de mémoire, il y a quelques temps. Quant aux signaux divers et variés qu’il délivre sur son éventuelle candidature, c’est prodigieusement irritant, vous ne trouvez pas ? Donc, je vous repose la question, où est le fond ? Tout le monde communique depuis toujours et en particulier les politiques, je dénonce un excès, une forme qui occupe désormais tout le paysage au détriment du fond. Et par des gens qui s’inscrivent dans une logique de consommation. Quant à Mediapart, figurez-vous que l’affaire réunit deux composantes qui n’entrent pas dans mon viseur, le football auquel je ne connais strictement rien, et l’épouvantail du racisme qui ne m’intéresse pas. Plutôt que de fouiller les âmes dans une perpétuelle chasse aux sorcières, il me parait plus important de se pencher sur les faits, la difficulté réelle de trouver un appartement ou un travail quand on n’a pas la chance de s’appeler Albert Dupont.

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/05/2011 @ 09:09

  8. « Le triomphe de la forme sur le fond » ce n’est pas vraiment nouveau. Il y a 20 ans « le monde diplo » faisait ses numéros spéciaux sur « la communication victime des marchands » et si l’on veut remonter plus loin, Socrate s’opposait aux sophistes pour qui le meilleur orateur était celui qui savait le mieux flatter les opinions des foules. Ce qui a changé, ce sont plutôt les méthodes utilisées par les communiquants pour manipuler l’opinion et les medias. Voir ici par exemple : http://www.slate.fr/story/37901/porsche-dsk-grande-repetition-2012

    Commentaire par Monsieur Prudhomme — 10/05/2011 @ 09:11

  9. @Aliocha,
    pour les paupières, je ne savais pas, mais ce n’est pas très réussi : il les a un peu tombantes, ce qui lui donne une morgue peu sympathique, je trouve. Son succès sondagier est pour moi une énigme. Mais sur les signaux qu’il délivre, non cela ne m’irrite pas : il répond dans les limites que son statut au FMI lui impose à une demande pressante des… journalistes, qui nous bassinent depuis plusieurs mois sur le mode ivati ivatipa, pour lui comme pour Martine Aubry.

    Sur l’affaire Mediapart, la composante « football » est anecdotique : l’équipe nationale intervient comme métaphore de notre nation et de ses contradictions. La façon dont Mediapart a joué sur « l’épouvantail du racisme » comme vous dites si bien, et le relai que l’ensemble des médias lui ont apporté – la distanciation n’est pas venu des médias mainstream – sont pour moi les vrais sujets de cet épisode peu glorieux à de multiples niveaux.

    Commentaire par Tocquevil — 10/05/2011 @ 09:59

  10. Le problème que vous n’avez pas soulevé, c’est que les lecteurs sont bombardés d’informations immédiates et qu’ils n’ont ni le temps ni l’envie d’aller chercher des articles de fonds, de les éplucher et de les comprendre. Ils ont maintenant l’habitude de manger ce qui passe à leur portée et du coup n’y comprennent plus rien. On leur dit que DSK est un méchant, ils gobbent donc l’info au premier degré. J’en veut pour preuve le niveau d’abstention ( j’ai peut-être tort ) des dernières élections.

    Commentaire par Ceriat — 10/05/2011 @ 10:06

  11. @Tocquevil : je ne dis pas que l’affaire des quotas n’est pas intéressante, mais simplement qu’elle ne m’intéresse pas. Sur DSK, il avait une paupière tombante qui lui donnait l’air d’avoir un oeil de verre, d’où l’opération (à vérifier, c’est un souvenir flou). Quant à la dynastie Le Pen, bien sûr qu’elle se la joue camelots aussi, mais camelots adverses, camelots du mal, de l’interdit, camelots dénoncés par les camelots dominants, les camelots du bien qui irritent, déçoivent, mentent. D’où la tentation de la révolte. Dans l’homme révolté justement, Camus explique que Sade choisit le mal absolu par désespoir d’accéder au bien. Il me semble que c’est le ressort de la révolte. C’est pourquoi j’avance que la tentation Le Pen ne s’enracine ni dans le racisme latent dont souffriraient les français, ni dans une résurgence nationaliste, mais dans une dialectique du bien et du mal, opposant camelots contre camelots. Une révolte symbolique, de l’ordre du discours, de l’image, de la surface, que seul un retour aux débats de fond pourrait à mon avis endiguer.

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/05/2011 @ 10:22

  12. @Martin K : Nous pourrions, en effet, en nous forçant, échapper à ces pièges. En même temps, j’ai toujours été convaincue que les médias fonctionnaient en osmose avec la société, qu’ils étaient influencés par elle autant qu’ils l’influençaient. Ce qui m’intéresse donc, c’est d’observer le discours médiatique non pas pour ce qu’il est mais dans ce qu’il reflète des préoccupations d’une société, de son fonctionnement. La photo a fait du bruit, ça ne veut pas dire que tout le monde n’a parlé que de cela, mais que l’épisode a attiré l’attention, ce qui fait du sens. La porshe pose mille questions passionnantes sur l’image qu’on se fait du pouvoir en France, le rapport à l’argent, ce qu’on attend d’un candidat en général, de celui-ci en particulier, de l’irritation qu’a suscitée NS avec son côté bling bling etc. Je me demande si une presse sérieuse, raisonnable, prétendant uniquement se concentrer sur l’essentiel serait possible, et si même elle serait souhaitable. On ne peut pas nier qu’on vit dans une société de l’apparence, de la consommation, et qu’il faut bien que cela se reflète dans la presse. Après, se pose sans doute une question de mesure. Passionnant débat…

    Commentaire par laplumedaliocha — 10/05/2011 @ 10:34

  13. Et en plus je la trouve plutôt moche cette Porsche Panamera, elle a un coté massif qui me déplait souverainement. Je préfère nettement ma 911 Carrera4.

    Commentaire par Mussipont — 10/05/2011 @ 10:35

  14. @Aliocha, voilà un angle d’attaque du phénomène le Pen effectivement original. Espèrons qu’il joue son rôle d’appeau à Philarète, ou à défaut, d’appeau à tschok.

    Commentaire par Tocquevil — 10/05/2011 @ 10:39

  15. Moi aussi je trouve cet éclairage intéressant.

    Commentaire par Barbara — 10/05/2011 @ 13:02

  16. OK pour votre « recadrage », Aliocha. Dit ainsi, effectivement, le débat est loin d’être terminé et potentiellement passionnant. Mais pour ne pas aller trop loin dans la relance, je dirais juste que je regrette qu’à mener ce débat-là, on oublie aussi la valeur d’autres informations ô combien plus intéressants au fond.

    Hum ? Vous ne croyez pas ?

    Commentaire par Martin K — 10/05/2011 @ 13:47

  17. J’ai peur que les 361 jours qui nous séparent de la présidentielle ne soient consacrés à des buzz façon « Porsche Panaméra » soit à des propositions démago du type « faisons bosser ces feignasses de pauvres qui vivent du RSA »

    On est mal.

    Commentaire par Mussipont — 10/05/2011 @ 14:49

  18. @Aliocha en 7

    Figurez-vous que je m’appelle Albert Dupont, que je suis en fin de droits, et frappé d’un avis d’expulsion de mon appartement pour impayé !
    Merci de ne pas donner envie aux Abdelkrim et Abdelkader de ce monde de vouloir s’appeler Dupont. Nous sommes déjà assez nombreux…
    🙂

    Commentaire par Albert Dupont — 10/05/2011 @ 15:55

  19. @ Tocquevil,

    Nan!

    Je suis potiche.

    (je me fais chier aussi, remarquez)

    (on a pas assez disserté sur l’art d’être une potiche et aussi, celui qui va avec, l’art de se faire chier)

    Commentaire par tschok — 10/05/2011 @ 19:01

  20. « C’est la faute des journalistes, ai-je lu ici et là. Ils ont bon dos les journalistes, n’est-ce pas ? On les tient toujours pour responsables de ce qu’ils décrivent. Ils devraient s’intéresser au fond, lance le public. Le fond, mais quel fond ? »

    Allons, Aliocha, vous n’allez pas faire votre Jean-Michel Aphatie. Et qui, sinon les journalistes des grands médias audiovisuels, interrogent systématiquement les candidats sur les rivalités réelles ou supposées, les sentiments de l’un par rapport à l’autre, les tactiques d’appareil, les petites phrases dans les congrès, les combinaisons mesquines, les intentions cachées, l’anecdotique, le paraître… Et qui n’interroge jamais sur les questions programmatiques, sur les questions idéologiques, sur la politique, quoi, en osant même parfois dire : « ça n’intéresse pas les Français ».
    Vous exonérez trop facilement votre corporation.

    Commentaire par Gilbert — 10/05/2011 @ 21:51

  21. « Vous n’avez pas encore compris que les électeurs qui se tournent vers Marine Le Pen ne rêvent pas de bruits de bottes mais simplement de botter vos culs de camelots ?  »

    On croirait lire du Mélenchon… 😉

    Commentaire par javi — 11/05/2011 @ 08:02

  22. @Gilbert : ça faisait longtemps…
    Je n’exonère pas, je ne corporatise pas davantage. Qu’il y ait un travers des journalistes politiques tels que vous le décrivez, c’est exact, mais c’est un autre sujet. Nous parlons ici de com’ et de l’impact de la com’ sur la vie politique. Quand vous placez le débat, ou plutôt l’absence de débat, sur le terrain de la forme, de l’apparence, de l’image, il ne faut pas s’étonner ensuite que les regards se focalisent sur l’emballage en oubliant de s’intéresser à ce qu’il contient. Par ailleurs, j’essaie de distinguer ce qui relève de la responsabilité des journalistes et ce qui touche au fonctionnement médiatique global. On confond trop souvent les deux.

    Commentaire par laplumedaliocha — 11/05/2011 @ 09:28

  23. @ Tocquevil :

    c’est vrai que Dominique n’est pas un homme de communication, il nous l’a largement démontré par le passé…..euh….vous vous souvenez pas de l’épisode « Zidane y va gagner » ?

    allez, pour le plais’ :

    Je suis assez d’accord avec Aliocha, il faut prendre bien soin de distinguer la com’, la pure, du reste, même si en effet, ce n’est pas nouveau, car on atteint il me semble des proportions hallucinantes. Rien qu’à me remémorer la Ségolène en toge bleue, je ne sais pas si je dois rire ou pleurer. Tout ça dénote selon moi un mépris de plus en plus profond des politiques envers les citoyens, tendance « ces grosses buses à qui on va faire gober n’importe quoi ». Les Le Pen sont à fond là-dedans, même si il y a des vrais idéologues, comme dans chaque parti, chez eux ; ils sont comme les autres, au fond, à fond dans le système qu’ils dénoncent. Et au milieu de tout ça, sans doute quelques politiques sincères que ça désole d’en arriver là, mais qui se disent qu’ils sont « obligés » de se battre avec les même armes ; pour le bien du bon peuple (avec toujours cette idée de base que le peuple est un peu con et qu’il faut l’emmener malgré lui sur la voie du progrès).

    Quant aux journalistes, c’est vrai que c’est ambigu : certains vont dénoncer ces ficelles, d’autres vont aussi surfer dessus.

    Commentaire par Jalmad — 11/05/2011 @ 10:19

  24. @ Aliocha

    Raisonnons par l ‘ absurde : DSK et son épouse sortent d’une Logan Dacia ; que va penser le peuple de gauche et le peuple tout court ? Bof ces gens là sont des ringards , il ne nous font pas rêver ! Une Panaméra dans le for intérieur , çà fait rêver ! C’est humain , çà positive et çà correspond bien au standing que l’on attend des VIP . Les français ne sont jamais contents et ils ont la presse et les journalistes qu’ils méritent . Si les gens couchent sous les ponts ,ils pleurent , et si ces mêmes gens , deviennent soudainement riches et heureux ,ils les lapident ! ( Sic ) . Les français sont des veaux qui lisent une presse écrite pour des veaux et par des veaux . Heureusement qu’il y a les blogs qui nous informent comme le vôtre !

    Commentaire par padraig — 11/05/2011 @ 12:26

  25. @Jalmad : Ah ! Ségolène en toge, scandant FRA-TER-NI-TE ! Un grand moment. Je continue de me demander pourquoi elle n’avait pas pensé à faire venir Guignol et à le scénariser en train de donner des coups de baton à un Sarkozy en peluche…

    Commentaire par laplumedaliocha — 11/05/2011 @ 13:08

  26. @padraig : la question à ce stade est de savoir si un politique doit être un modèle de réussite sociale…

    Commentaire par laplumedaliocha — 11/05/2011 @ 13:09

  27. @Tschok : depuis le temps que vous faites la potiche au fond de la salle, vous commencez à devenir poussiéreux. Vous permettez que je vous donne un petit coup de chiffon ?

    Commentaire par laplumedaliocha — 11/05/2011 @ 13:13

  28. « Un peu de simplicité, de franchise, et beaucoup de débats de fond, voilà ce qu’on attend d’une campagne présidentielle. »

    Oui, c’est vrai, je suis entièrement d’accord – même si j’ajouterais « un peu d’intelligence » – mais tout cela nous l’avons. Chevènement, Bayrou, Boutin et d’autres aussi sans doute parmi les candidats (potentiels), ont ce peu que vous réclamez en matière de simplicité, de franchise – et d’intelligence – et ils sont capables de débats de fond. Le problème est que cela ne « nous » intéresse pas beaucoup et que « nous » préférons au fond les histoires que nous racontent les storytellers de service au sein des partis en place…

    Et c’est vrai, c’est le sens de votre combat, que les journalistes ont une responsablilité éminente en la matière. Il leur appartient, pas à eux seulement, mais à eux d’abord, de dégonfler toutes ces baudruches qu’on cherche à nous vendre

    A nous citoyens d’être un peu plus responsables, à eux journalistes de nous y aider.

    Commentaire par DMonodBroca — 11/05/2011 @ 13:37

  29. Une telle photo n’aurait probablement pas été commentée dans d’autres pays.

    Mais voilà on est en France !

    Et, en France que se soit les socialistes qui aient fustigé le candidat putatif, en opposant la gauche Porsche à la gauche scooter, ne manque pas de sel !

    Sur le terrain de la com. s’agit-il d’une « banale tentative de séduction », pour reprendre l’expression de DSK révélée dans « Sexus Politicus » (Christophe Deloire et Christophe Dubois – Albin Michel – 2006) ?

    En effet, les auteurs racontent qu’en 2003, je cite : « Une journaliste d’à peine vingt quatre ans prépare un livre sur les échecs professionnels des personnalités. Elle demande et obtient un rendez-vous avec DSK. L’entretien tourne court. Selon la journaliste, l’ancien ministre de l’Economie se serait montré très entreprenant, voire inconvenant. Au point qu’elle a songé à porter plainte. L’affaire, à l’époque, fait grand bruit dans les arcanes du pouvoir, mais la presse l’ignore […] finalement, l’affaire se règle à l’amiable. La mère (membre du parti socialiste) aura l’occasion de s’expliquer avec DSK lors d’un meeting […] elle lui fera remarquer son manque de délicatesse. Il invoquera une « banale tentative de séduction »

    On avait déjà la droite décomplexée. Y aura-t-il bientôt la gauche lubricité ?

    Ouf ! Sur cette photo ce n’est pas son engin qu’il nous montre !

    Plus sérieusement, ce n’est pas un scoop, dans l’histoire du socialisme français de Léon Blum à François Mitterrand, personne ne peut penser que DSK est issu de la classe ouvrière, sauf à croire qu’en France il y a 65 M. d’abrutis.

    Reste à savoir si cette « boule puante », en effet, résistera pendant la campagne présidentielle ?

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 11/05/2011 @ 19:43

  30. Bonjourbonsoir.

    On s’en contre-tape, bien sûr de cette bagnole. Je m’en contre-tape. Mais ça tombe mal, hein ? À croire que le prétendu communicant ne tend pas par hasard sa belle portière (de lusque) largement ouverte. Mais je m’en tape.

    Je m’en contre-tape nettement moins, par contre, de voir un type de droite, ruisselant de fric, dirigeant un des pivots du cacapitalisme (cacapitalisme qui est une sorte de crime permanent contre l’humanité, ou au moins à l’origine de tous les) tenter de se faire passer pour un Grand Homme de Gôche…

    Et vous en connaissez UN SEUL, vous, qui soit « de gauche » réellement et sincèrement ?
    Je ne vois absolument que des assoiffés de prétendu pouvoir.

    Si ce n’était que répugnant, ce serait sans gravité.
    ________________

    Votre article sur Oussama-Geronimo était fort bien balancé et rationnel, ce qui est rare dans l’actuel sale paysage.
    Et ce qui est rare est précieux, eh ?

    Commentaire par Karl-Groucho Divan — 11/05/2011 @ 20:29

  31. la question à ce stade est de savoir si un politique doit être un modèle de réussite sociale…

    Si le président du FMI (c’est bien ce qu’il est, DSK, non ?) ne peux plus être un « exemple de réussite sociale », on se demande qui l’est encore…

    Commentaire par lambertine — 11/05/2011 @ 21:45

  32. Padraig,

    Si le patron du FMI et sa riche et célèbre épouse sortaient d’une Logan Dacia, je me demanderais avant tout à quel pont ils se foutent de moi. Et ensuite, quel est leur plan com.
    Mais je me demande aussi comment le patron du FMI, quand on sait ce qu’est le FMI, peut prétendre à la magistrature suprême en se prétendant socialiste.

    Commentaire par lambertine — 12/05/2011 @ 07:48

  33. Hors sujet: Lire cet article sur Marianne2 http://www.marianne2.fr/Lara-Logan-reporter-violee-place-Tahir_a206037.html
    Il en dit beaucoup sur l’essence du journalisme de guerre, même si en l’occurrence il s’agit plutôt d’émeutes/révolution. Témoigner à tout prix, complexité des situations, et le risque personnel bien sur.

    Commentaire par kaeldric — 12/05/2011 @ 08:18

  34. @ Chevalier Bayard : « Une telle photo n’aurait probablement pas été commentée dans d’autres pays. Mais voilà on est en France ! » Euh….ça sort d’où, ça ? vous lisez la presse, à l’étranger ? Je veux dire, pas seulement the economist et courrier international ? C’est quoi encore ce truc « Nous les Français » blabla (en réalité comprendre « les français, tous des cons sauf moi et mes potes ; les journaleux, je vous raconte pas…. »)….z’allez me faire le coup des représentations mentales, aussi, vous ?

    ah merde, y a Tschok qui fait potiche (Tschok, tenez-moi cette lampe ultra-violet, que j’en profite pour bronzer, au moins, serez gentil).

    Bon, et donc, les français sont ces cons, qui s’intéressent à la porsche, et vous, vous vous intéressez au fait que DSK serait un sombre queutard qui aurait essayé de se taper une petite mignonne journaliste débutante ? perso, il est probable que dans une vingtaine d’années je cotise à l’ISF (enfin, sauf que ça aura disparu), je roule dans une bagnole à 18.000 et je gagne 4 fois un SMIC ; à 32 piges. Je vous parle même pas de mes pratiques sexuelles….Et comme une conne je vote pour les gars qui proposent d’augmenter mes impôts et de diminuer certains de mes avantages fiscaux (entre autre). Mes parents n’étaient évidemment pas des ouvriers et mon père a une bagnole (en fait 3) à 100.000. So what ?

    DSK, je m’en fous qu’il soit lubrique, pervers, roule en porsche ou quoi. S’il a un programme, c’est déjà pas mal ; un programme de gauche, ce serait encore mieux, mais bon, faudrait voir pas trop en demander non plus apparemment. En revanche, qu’il paye probablement la peau du cul un conseiller en com qui lui choisit ses costards et lui explique quel vocabulaire employer pour faire ni trop peur aux patrons, ni trop peur aux classes moyennes, ça, ça me bouffe.

    Commentaire par Jalmad — 12/05/2011 @ 08:37

  35. @ Jalmad,

    Je fais potiche, pas boniche. C’est pas la même chose tout de même. D’autant qu’il fait beau et qu’il vaut mieux profiter directement du soleil, plutôt que de la pauvre lumière d’une lampe à UV.

    Et si vous me parliez de vos pratiques sexuelles?

    Vous savez qu’une potiche écoute sagement ce qu’on lui dit, jusqu’à la dernière goutte, sans prétentions psychanalytiques, peut être parce qu’elle est justement un récipient où de temps en temps on jette quelques fleurs, et qu’on vide quand elles sont fanées.

    Commentaire par tschok — 12/05/2011 @ 10:03

  36. @ Aliocha,

    Décidément, faire le ménage devient une passion.

    Commentaire par tschok — 12/05/2011 @ 10:05

  37. @Tschok : nettoyer est une manière de changer de manière infime ce qui ne peut être transformé profondément. Or, j’aime que tout se transforme, régulièrement, que les choses bougent, évoluent, changent de visage

    Commentaire par laplumedaliocha — 12/05/2011 @ 10:20

  38. Pas la fête pour DSK : http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#11100
    et coming out exceptionnel par ce beau matin ensoleillé, j’adore Rocard !

    Commentaire par laplumedaliocha — 12/05/2011 @ 10:28

  39. Mouais…Bon ! Vous avez raison il faudrait être potiche (relevez que je n’ai pas dit une gourde !) pour ne pas s’apercevoir que l’humour (je n’ai pas votre talent) est toujours une affaire de schéma mental : il y a ceux qui ont une lecture au 1er degré et les autres…

    Le reste est d’un crétinisme crasse.

    Avec les stratèges en com., voyez-vous, c’est toujours plus complexe qu’il n’y paraît.

    Personnellement, je crois qu’il s’agit d’une première tentative de désamorçage de bombes médiatico-politiques et la thèse du plantage de com. ne me paraît pas sérieuse !

    C’est la raison pour laquelle j’en désamorçais une autre, à ma manière, qu’on retrouvera lors de la campagne présidentielle.

    Ah ! J’oubliais je lis également le Financial Times, je suis fils d’ouvrier, je ne roule plus en Porsche depuis 20 piges, et je me fous de votre vie privée vous n’êtes pas une femme publique… mais je vote à gauche !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 12/05/2011 @ 10:33

  40. @ Aliocha (en 38) : je comprends pas ce truc de fantasmer ou s’offusquer autour de l’argent de tel ou tel candidat, et cette idée selon laquelle il serait « plus scandaleux » d’être riche quand on est de gauche. Il y a un truc très simple, qui est la déclaration de patrimoine des Présidents, et qui est publié en même temps que le résultat de l’élection au JO (à ce propos, saviez-vous que Nicolas Sarkozy ne disposait d’aucun meuble meublant au 31/12/06 ?). Plutôt qu’on nous fasse le coup à chaque élection avec un nouveau candidat, pourquoi les candidats ne publient-ils pas d’emblée une telle déclaration, avant le vote, j’entends. Si ça dit à des gens d’en faire un critère de vote, ça les regarde ; mais ça aurait au moins le mérite d’être clair, et de désamorcer d’emblée ce type de mauvais procès. Cela se fait je crois dans certains pays.

    @ Chevalier Bayard : parce que si j’étais une femme publique, ma vie privée vous intéresserait ? c’est so french…..

    (le crétinisme crasse, je prends)

    @ Tschok : non Tschok : ça, non seulement ça ferait vraiment club privé, mais en plus ça ferait club privé. Enfin bref.

    Commentaire par Jalmad — 12/05/2011 @ 13:07

  41. Incroyable qu’entre gens intelligents, on soit encore à s’envoyer à la tête des « et je vote à gauche, moi monsieur » pour montrer qu’on est une belle personne… Mais au fond, je crois que c’est principalement pour cela qu’on vote à gauche, et qu’on le fait savoir.

    Commentaire par Tocquevil — 12/05/2011 @ 14:02

  42. Jalmad:si vous étiez une femme publique vous ne seriez qu' »une banale tentative de viol » depuis que je sais que vous voteriez pour un pervers !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 12/05/2011 @ 14:09

  43. @ Tocquevil : oh, vous me faites de la peine, là…dans mon esprit, cela n’a rien à voir avec montrer qu’on est ou non une belle personne, c’était juste histoire de dire qu’il est stupide de faire des rapprochements entre riche/pauvre, conducteur de porsche/de super 5, fils d’ouvrier/de patron et de gauche/de droite. On peut faire des stat si on veut, les étudier et sûrement en tirer quelque chose, mais des liens de cause à effet de l’ordre du systématique…. ou dire (ou sous-entendre, parce qu’au fond, ces polémiques, c’est ça) qu’on serait un « social-traitre » sous prétexte qu’on a de l’argent et qu’on aime en profiter (ou alors, faudrait pas que ça se voit? tout planquer aux caïmans ?)…en gros, c’est du même niveau que de dire que les gens de droite seraient nécessairement des sales égoïstes insensibles à la misère du monde.

    Maintenant, je vote à gauche, désolée : je vais pas dire non plus que je vote à droite. Ou le cacher pudiquement. Pour autant, je n’en tire aucune satisfaction (d’ailleurs, j’ai jamais gagné une élection !) ni gloire particulière. En revanche, je peux vous assurer qu’un certain nombre de mes proches qui eux votent à droite me font souvent des réflexions selon lesquelles (je caricature, mais en gros), en effet, c’est « un peu facile de voter à gauche pour se donner bonne conscience avec ton niveau de vie ». Et je peux aussi me prendre ce type de réflexion d’être de « gauche caviar » de la part de gens de gauche, d’ailleurs (à l’occasion, par exemple, d’un désaccord marqué avec une proposition d’un camps de gauche, ou au contraire d’un accord avec une mesure proposée par la droite). Bref, c’est le type d’argument débile qu’on sort quand, au fond, on a plus rien à dire : on se détourne du débat de fond pour se focaliser sur la personne de l’interlocuteur, en lui imputant des intentions cachées ou même, pire, en laissant entendre que, le pauvre, il n’est même pas conscient de ses réflexes innés de classe.

    Et comme dit Aliocha : le fond, il est où ?

    la porsche, en soi, on s’en fout ; son patrimoine aussi. Qu’il soit de droite ou de gauche, d’ailleurs. Je crois me souvenir qu’aux dernières présidentielles, le même « procès » de richesse avait été fait à Bayrou. En revanche, je persiste à penser qu’il serait intéressant de s’interroger sur cette pratique désormais généralisée par les politiques de recourir à des purs conseillers en com’, la part que ces conseillers prennent dans l’élaboration des discours, voire des programmes, car on peut à mon sens facilement glisser de l’un à l’autre.

    Commentaire par Jalmad — 12/05/2011 @ 14:23

  44. @Jalmad :
    c’est vrai que c’était un procès d’intention, mais je n’ai pas pu m’en empêcher 🙂 Que voulez-vous, je culpabilise de voter à droite, pourtant je le fais par pur altruisme.

    Et je suis d’accord : la Porsche, on la reprocherait à droite comme à gauche, mais je crois, comme Chevalier Bayard, que c’est un trait bien français : on n’aime pas les riches, et encore moins lorsqu’ils étalent leur richesses. Vous y avez vu un dénigrement des français, qui ne me paraît pas évident : moi, j’aime assez ce côté anti-bling bling chez nos compatriotes.

    Commentaire par Tocquevil — 12/05/2011 @ 15:23

  45. @ Tocquevil : non non, je n’y ai vu aucun dénigrement des français. Juste que je me demande d’où sort cette affirmation selon laquelle les français n’aimeraient pas les riches, ou plutôt selon laquelle ce serait typiquement français de s’attarder là-dessus. J’ai l’impression que c’est un gros cliché qui repose sur rien, mais bon …après, probablement qu’en effet le rapport à l’argent à une composante culturelle, mais bon, pas vraiment envie de repartir sur ce genre de discussion (d’autant que la potiche, là, surveille et n’en pense pas moins)

    Commentaire par Jalmad — 12/05/2011 @ 15:59

  46. Je m’offre le luxe d’un HS. Y’a des blogueurs rigolos. Hier je repère via mon tableau de bord qu’une blogueuse a reproduit l’intégralité d’un de mes billets sur son blog. Après l’avoir remerciée gentiment de l’intérêt qu’elle porte à mes modestes écrits, je lui demande tout aussi poliment de retirer mon billet de son blog. Et voilà que la dame me répond, que bon hein, elle bosse 20 heures par jour pour informer le monde, soit en écrivant elle-même soit en reprenant de bons billets, que bien sûr elle n’a pas le temps de demander les autorisations (non mais vous imaginez ça, ma bonne dame, si en plus d’informerles gens il fallait chercher les adresses mails des blogueurs qu’on pompe et leur demander s’ils sont d’accord pour l’aider à informer la planète), que d’ailleurs elle-même qui n’était pas une emmerdeuse (contrairement à qui, je vous le demande ?) laissait les gens faire ce qu’ils voulaient de ses billets (à mon avis : rien), mais que bon, elle allait accéder à ma demande et que c’était tant pis pour moi parce que ses trois blogs frisaient le million de visiteurs.
    Je l’ai trouvée très drôle.

    Commentaire par laplumedaliocha — 12/05/2011 @ 18:48

  47. @laplumedaliocha : « Je l’ai trouvée très drôle »

    en effet ;->

    à mon tout petit niveau (les rares visiteurs sont des robots ;-)) et quand le mood est bon je reprend quelques titres qui m’intéressent ;
    je ne cite que quelques lignes, pour allécher le potentiel visiteur, ou un petit résumé

    le problème avait été posé à propos de la lettre d’infos du sénateur Trégouet, qui reprend, lui, l’intégralité des articles (mais ce sont souvent des traductions, parfois mot-à-mot, « éventuellement » ;->)

    http://www.rtflash.fr

    Commentaire par Médard — 12/05/2011 @ 19:01

  48. @medard : en principe, il faut en effet s’en tenir à une courte citation. A la décharge de la dame rigolote, elle mettait un lien vers mon blog, mais bon. Je n’avais pas envie de participer à l’insu de mon plein gré à sa grande oeuvre d’information du monde. Quelle mesquine je fais quand même 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 12/05/2011 @ 19:12

  49. Aliocha, c’est vous qui aviez raison : l’aréopage de communicants – à la fois amis et conseillers – qui entoure DSK, et que je découvre, est effectivement flippant. Le premier d’entre eux, patron de boîte de pub, a embauché les autres, des proches de longue date de DSK, pour que ce dernier en dispose sans même avoir à les payer. Et celui à la Porsche de fonction mange en outre au ratelier de Lagardère… La République irréprochable n’est pas pour demain.

    Ah, mais Barbier nous prévient : il ne faut pas dire du mal de DSK, c’est de l’antisémitisme, sauf si on le dit en cover story sur 8 pages.

    Commentaire par Tocquevil — 13/05/2011 @ 15:42

  50. Chère Aliocha,
    Désolée de faire du hors sujet (sur un sujet par ailleurs très intéressant), mais j’aimerais avoir l’avis d’un journaliste sur la polémique qui oppose actuellement Serge Garde et Eric Dupont Moretti, Mathieu Aron, et Stéphane Durand-Souffland sur Outreau.

    La démarche de Serge Garde vous paraît-elle louable, ou même normale, ou partagez-vous l’avis du président de l’association des journalistes de la presse judiciaire qui y voit un « révisionnisme » judiciaire?

    Commentaire par Elyssa — 13/05/2011 @ 19:08

  51. oulah, la Posche à côté, c’était petit joueur….

    http://www.lefigaro.fr/politique/2011/05/15/01002-20110515ARTFIG00014-dsk-arrete-a-new-york-pour-agression-sexuelle.php

    Commentaire par Jalmad — 15/05/2011 @ 10:59

  52. C’était prévisible ! Il est de notoriété publique que son « art de la séduction » (pathologie ?)confine chez lui à l’obsession et n’a d’égal que son habileté intellectuelle. Ce qui en a fait une cible de choix pour ses adversaires.

    DSK, présente le profil type se Sexus Politicus.

    Je déteste tirer sur une ambulance ! Mais,là,à ce niveau de responsabilité,confondre inflation et fellation, c’est en quelque sorte violer, aux states, le fameux proverbe américain : « No zob in the job » !

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 15/05/2011 @ 11:42

  53. Diantre! Le FMI serait-il devenu le Fonds Mondial d’Insémination?

    Commentaire par Vil Railleur — 15/05/2011 @ 11:58

  54. Jalmad : « oulah, la Posche à côté, c’était petit joueur… »

    C’est vrai. Des chambres d’hôtel à 3000 € la nuit, il se mouche pas du coude !

    Commentaire par Gilbert Duroux — 15/05/2011 @ 18:03

  55. C’est bizarre comme votre billet, qui sur le fond reste tout à fait pertinent, paraît ce matin complètement dérisoire…

    Commentaire par Mussipont — 16/05/2011 @ 08:41

  56. @Elyssa : je n’avais pas vu cette polémique, depuis votre commentaire, j’ai regardé l’émission d’arrêt sur images. Je réfléchis, c’est compliqué…si vous avez des références, je suis preneuse

    Commentaire par laplumedaliocha — 16/05/2011 @ 12:20

  57. J’adore votre conclusion. Je pense (et la mojorité de mes proches aussi) la même chose, mais j’étais incapable de le formuler poliment. Je vous citerai.

    Commentaire par Grantumu — 18/05/2011 @ 14:49

  58. Le porche, les voûtes et le destin.
    Voûte, du latin « fornix » d’où « forniquer », en latin et en provençal « fornicar », vient parce qu’à Rome les prostituées se tenait sous des voûtes… et qu’on y faisait des « porchoncetés » pour mieux dire : des cochoncetés.
    Le destin était écrit : cochon qui s’en dédit.

    Commentaire par arbranesque — 20/05/2011 @ 13:12

  59. Oups !
    Lire : les prostituées se ***tenaient*** sous des voûtes.

    Commentaire par arbranesque — 20/05/2011 @ 13:14


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :