La Plume d'Aliocha

26/04/2011

C’est un beau roman…

Filed under: Mon amie la com' — laplumedaliocha @ 12:54

Eh bien voilà, nous y sommes.

L’information lancée par Closer samedi selon laquelle Carla Bruni-Sarkozy serait enceinte gagne en consistance avec la révélation par Atlantico que la première dame aurait été vue ce matin sortant d’un service d’obstétrique. Juan de Sarkofrance s’en délecte déjà. La mère de la première Dame dément, croit savoir  Gala. L’Elysée se refuse à tout commentaire. Sachez enfin que Carla discutera avec les lecteurs du Parisien vendredi prochain. A ce stade, maintenons donc le conditionnel car ce n’est pas la première fois qu’une rumeur de ce type se propage. Si la bonne nouvelle se confirme, nous aurons donc vécu avec émotion un divorce présidentiel, une nouvelle love story, un mariage et une naissance en l’espace de moins de 5 ans. A côté, le mariage princier prévu vendredi chez nos amis anglais fait quand même petit joueur.

Citoyens, réjouissons-nous de vivre une si belle histoire, elle a été concoctée spécialement pour nous plaire !

« On s’en fout » songeront certains, légèrement écoeurés par la désagréable sensation de se faire enfumer.

A ceux qui ne l’auraient pas encore lu, je recommande  l’excellent Storytelling de Christian Salmon (La Découverte – 2007)  et, à défaut, cet article de Wikipedia.

Vous y découvrirez qu’on ne nous invite plus désormais à voter pour un candidat sur la base d’un programme, mais à adhérer à une belle histoire. L’émotion prend la place de la raison. Et pour cause, il est plus facile d’agir sur les sentiments que sur le sens critique. De la différence bien connue engtre convaincre et persuader… Nicolas Sarkozy est le pionnier en France de cette évolution en politique, il en est sans doute aussi quelque part la victime, à en croire les bénéfices mitigés qu’il en retire. Suivez bien ce qui va se passer à partir de maintenant sur le terrain de la communication. Comment la nouvelle va être confirmée ou infirmée et par qui ? Quels vont être les supports médiatiques choisis ? Rien n’est anodin dans ce type d’affaire, tout est savamment orchestré. Autant donc en observer le déroulement de très près. C’est un exercice citoyen. Car croyez-moi, le storytelling en politique ne fait que commencer.

Note : je vous propose, amis lecteurs, que nous collections sous ce billet tout ce qui a trait à la rumeur, cela nous permettra d’observer en live le fonctionnement de notre système médiatique. Le résultat devrait être tout à fait intéressant.

Publicités

57 commentaires »

  1. ça commence, un mail de Closer m’alerte sur le fait que le journal maintient son information : http://www.closermag.fr/News-people/Dernieres-News/Exclusif-closer.fr-Carla-Bruni-Sarkozy-enceinte-Closer-maintient-ses-informations

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/04/2011 @ 13:11

  2. bof, Ségolène a elle aussi basé toute sa campagne sur l’émotion,
    et si on en croit cet article, http://bit.ly/fGMAVS , tous les partis empruntent le même chemin.
    émotion pour émotion,
    je crois que je préfère encore voter pour ceux qui font des gosses que pour ceux qui incitent à la haine.

    Commentaire par do — 26/04/2011 @ 13:19

  3. Si ça se confirme, je propose Brandon comme prénom :
    – c’est comme ça paraît-il qu’on nomme le fer pour marquer le bétail, qui donne « branding« , stratégie de storytelling des marques,
    – sinon c’est aussi une torche en paille qui sert à allumer les feux (comme une rumeur qui s’allume au brandon de la presse people).

    Commentaire par Gwynplaine — 26/04/2011 @ 13:30

  4. Pour moi qui écris des fictions, le caractère « construit » de la narration présidentielle est évident, et de là, se démêle assez bien. Parce qu’effectivement, c’est bâti comme une fiction, ça suit les mêmes ficelles, et ça espère la même adhésion finale.
    En face, à côté, on surfe sur les émotions en tentant de ramener la vague sous ses pieds, mais on n’en est pas au même niveau de mise en scène, il me semble.

    À qui faut-il maintenant rappeler que la réalité dépasse la fiction ?

    Aliocha : j’ai rencontré il y a quelques mois Hannelore Cayre, avocate et auteur de trois romans policiers chez Métaillié de très bonne tenue. Elle m’a dit qu’elle ne pouvait pas écrire ce qu’elle voyait dans son métier « les lecteurs ne me croiraient pas » et en effet, quand elle m’a raconté quelques anecdotes, je suis tombée d’accord avec elle. Personne ne l’aurait crue 😉

    Commentaire par Oph — 26/04/2011 @ 13:34

  5. je ne suis pas le père

    si si , ça participe à la rumeur je vous assure

    putain, mais j’en ai rien cirer de ce genre d’info

    Aliocha : idem, c’est la machine à communication qui est intéressante. Vous allez voir…

    Commentaire par fredo — 26/04/2011 @ 15:27

  6. Bonjour Aliocha,

    Vous écrivez : « …on ne nous invite plus désormais à voter pour un candidat sur la base d’un programme, mais à adhérer à une belle histoire. L’émotion prend la place de la raison. Et pour cause, il est plus facile d’agir sur les sentiments que sur le sens critique. »

    Plus facile « d’agir » sur les sentiments, plus facile de les exploiter, également. Le storytelling n’est pas une technique réservée au seul usage des communicants; les journalistes en sont également de fervents adeptes, et depuis un moment.

    « Parle à mon cœur, ma tête ne lui revient plus ».

    Il faut s’indigner! Se révolter! Rire! Avoir peur!

    S’exciter, en un mot. Le premier devoir du citoyen, lecteur de journaux, voyeur d’informations, c’est l’excitabilité. Tout le monde compte sur notre sensibilité de shootés aux flots d’émotion. Tous ensemble, vibrons! Notre nouveau programme commun. La synchronisation de nos états émotionnels successifs (éventuellement antagonistes – ou antagonisés) nous tient lieu de solidarité.

    C’est étrange et épuisant.

    Commentaire par Fantômette — 26/04/2011 @ 16:15

  7. Je n’ai qu’une chose à dire à part « on s’en fout mais ce n’est pas cela qui les empêchera de nous faire ch*er » et ce n’est pas moi qui le dis mais Fantômette :

    C’est tellement bien résumé.

    Commentaire par Ferdydurke — 26/04/2011 @ 16:48

  8. Oh p’tain ! Je découvre à quel point la mise en forme d’un statut Twitter pète grave sa race. J’ kiffe à mort, là !

    (C’est Fantômette qui va être contente)

    Commentaire par Ferdydurke — 26/04/2011 @ 16:52

  9. Bonjour Ferdydurke,

    Oh WOW! Vous avez fait comment? Insertion d’une image?

    Commentaire par Fantômette — 26/04/2011 @ 17:22

  10. @ Fantômette

    Juste en collant le lien vers un tweet. D’ailleurs tous les liens sont actifs. Tenez, je récidive.

    Cela en jette un max, pas vrai ?

    Commentaire par Ferdydurke — 26/04/2011 @ 17:34

  11. Ferdy, on a compris, maintenant vous arrêtez. Depuis qu’on a mis un peu d’ordre ici, les discussions sont plus intéressantes. Merci 😉

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/04/2011 @ 17:37

  12. @ Aliocha

    Je suis un garçon poli et gentil donc je réponds à la question que me pose la dame. Et toc. 😉

    Commentaire par Ferdydurke — 26/04/2011 @ 17:45

  13. @ Fantômette en 6 : oui, travaillons à synchroniser, et uniformiser. Faudrait d’ailleurs que les japonais s’y mettent de meilleur coeur : z’avez pas remarqué comme ils restent « flegmatiques » face à l’adversité ? c’est pas possible, ça, faudrait un poil plus d’émotivité à fleur de peau (et un peu moins au Magrehb et dans les territoires occupés : les youyous, c’est too much). Et je crois que le stade ultime de ce grand projet sera réalisé lorsque toutes les femmes du monde entier auront leurs règles en même temps. Comme dans les internats de jeune fille et les couvents.

    Commentaire par Jalmad — 26/04/2011 @ 17:50

  14. @ Jalmad,

    Oui.

    Mais synchroniser n’est pas tout à fait équivalent à uniformiser, je crois. Ça peut parfois même être le contraire: on antagonise. On « clive », comme on dit – sauf que ça va encore un peu au-delà: il ne faut pas de contenter de séparer, mais de créer du conflit. Le conflit permet de synchroniser des états de stress parfaitement similaires dans les deux camps qu’il crée et installe face à face.

    Rien ne ressemble plus à un héros que son ennemi mortel. Et ce n’est pas qu’une vérité littéraire.

    (Et sinon, moi aussi, j’ai été frappée par l’ambivalence des commentaires sur le calme des japonais.)

    Commentaire par Fantômette — 26/04/2011 @ 18:10

  15. @ Fantômette

    Oui mais antagoniser, est-ce vraiment créer le conflit ? Ne serait-ce pas plutôt faire éclater un conflit larvé, froid – dont attestent les états de stress respectifs – en conflit ouvert, chaud, à des fins bien ou mal intentionnées ?

    Commentaire par Ferdydurke — 26/04/2011 @ 18:53

  16. @fantômette : à force de faire des pas de côté, vous finissez par perdre de vue les sujets. C’est dommage. Poser un thème de réflexion n’est pas nier tous les autres mais en choisir un parmi une multitude ; que cela ne vous intéresse pas, je le conçois, ce n’est pas pour autant que le sujet est stupide et ne mérite même pas que vous condescendiez à le traiter.

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/04/2011 @ 18:58

  17. Arf. Navrée, je pensais être dans le sujet en posant la question de savoir pour quelle raison le storytelling marche, côté « récepteur » et non pas côté « émetteur ». Mais côté « émetteur », je ne sais pas quoi vous dire. Vous êtes beaucoup mieux placée que moi pour en parler. Je ne peux vous parler que de ce que j’en retire passivement, en tant que « destinataire » de ces stimuli. Et ce que j’en retire, c’est ça: l’impression d’être toujours stimulée (sur-stimulée) sur le plan de l’émotion (la technique de storytelling que vous décrivez, si j’ai bien compris), et pas assez (voire pas du tout) sur le plan de la réflexion, ou de la compréhension.

    Commentaire par Fantômette — 26/04/2011 @ 19:26

  18. Tiens, on savait déjà que Carla allait discuter vendredi avec les lecteurs du Parisien, on apprend qu’elle a donné une interview à Match à paraître jeudi : http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/2012-si-sarkozy-est-candidat-carla-roulera-pour-lui-26-04-2011-1423932.php
    si c’est pas un plan médias, moi je suis championne de Sumo

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/04/2011 @ 20:09

  19. Intéressante mise en perspective : http://www.ozap.com/actu/carla-bruni-sarkozy-grossesse-paris-match/415014

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/04/2011 @ 20:15

  20. Histoire de faire reculer le débat j’ai une théorie du genre qui va me faire passer pour super intelligent. Si si, c’est possible, merci bien (si c’est pas du teasing ça!).

    il y a 3 semaines un journal (oublié lequel) titrait sur le mariage royal qui selon lui pa-ssio-nnait les français. Et faisait mine de s’interroger sur ces français
    parait t’il fascinés par la famille royale d’angleterre.
    Bon il disaient ça façon plus commerciale, mais moi le marketing…

    Pas de bol les français se fichent du fameux mariage (je les comprends, le mien a lieu la semaine suivante est il autrement plus important) résultat ils se retrouvent avec des camions de papier et d’encre à refourguer chez Closer et autres journaux d’auteur.

    Est-ce que ce plan com qui tombe à l’eau ne serait pas à l’origine de l’opération CarlaBoom qui va coïncider avec la sortie du nouveau Woody Allen pour plus de synergie?

    Alors mon pronostic: le débat va passionner au plus les canards du bassin de l’elysée et deux ou trois Jessica de 14 ans (à 14 ans et demi elles sont déjà trop vieilles).
    Peut être aussi le père si TF1 titre sur un fait divers sur les mamans et de nous pondre une loi qui oblige les hommes à être enceintes en alternance les jours pairs pour plus de parité.

    PS: si quelqu’un connaît un restau pour faire le repas de mariage ça m’intéresse. Voilà un vrai sujet d’actualité Aliocha et vous le laissez passer. Vous êtes certaine d’être journaliste 🙂

    Commentaire par fredo — 26/04/2011 @ 22:43

  21. Aliocha : « Nicolas Sarkozy est le pionnier en France de cette évolution en politique, il en est sans doute aussi quelque part la victime, à en croire les bénéfices mitigés qu’il en retire ».

    Sarkozy victime ? Vous voulez rire ? Les victimes, ce sont d’abord les pauvres toujours plus pauvres « grâce » à sa politique.

    Bénéfices mitigés ? Là encore, vous voulez rire. Le pionnier du story telling, rappelons-le, a gagné la Présidentielle, ce qui n’est pas rien comparé au concours de pêche de Dompierre sur Helpe.

    Aliocha : Yep, c’est pourquoi j’écris « mitigé ». Il a gagné la présidentielle mais il se prend trempe sur trempe depuis dans les sondages. Il communique comme jamais aucun président ne l’a fait et il est détesté par la presse comme aucun président ne l’avait été avant lui (quoique, je ne suis pas assez vieille pour établir une comparaison crédible). Je ne le plains pas, je pense juste qu’il est en avance sur les délires à venir de la communication politique dans les grandes démocraties et que par conséquent, il essuie les plâtres.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 26/04/2011 @ 23:05

  22. @fredo : d’abord mes félicitations pour votre mariage. On s’intéresse en effet plus facilement au mariage de quelqu’un que l’on cotoie, fut-ce virtuellement, qu’à celui d’un prince d’Outre-Manche. Tout nous ramène à la théorie du mort au kilomètre chère à la presse, même un heureux événement. Ensuite, si j’en crois les rares lectures qui me sont tombées sous les yeux concernant le couple présidentiel, notre Carla aurait du mal à ce qu’on s’intéresse à autre chose qu’elle, en particulier sur la scène internationale. Il n’est donc pas impossible qu’elle choisisse d’annoncer sa grossesse (si celle-ci est avérée) pour faire pâlir l’aura de la future princesse d’Angleterre, le jour même du mariage de cette dernière. En tout cas, l’entretien au Parisien vendredi est perçu comme une fenêtre médiatique de choix pour une telle annonce par les journaux people. Eh oui, c’est insoutenable de vanité et de bêtise, mais c’est ainsi. Dans le cas contraire (Carla pas enceinte), le buzz aura l’infini mérite d’attirer l’attention sur son interview dans Match jeudi dans laquelle elle dit qu’elle soutient son mari dans le cadre de la campagne à venir, et sur le dialogue le lendemain avec les lecteurs du Parisien qui sera sans aucun doute l’occasion d’en remettre une couche sur Chouchou bosse, c’est un mec génial. Donc, vous l’aurez compris, deux scénarios sont possibles :
    – la grossesse est avérée et la fuite organisée sert à nourrir le buzz pour mettre en valeur la révélation de l’info
    – la grossesse n’existe pas et la fausse rumeur organisée attire l’attention sur – comme c’est bizarre – deux interventions dans la presse en 48 heures.
    Inutile d’ouvrir Match fébrilement jeudi matin, on sait déjà que l’entretien, réalisé par Alexandre Jardin (intellos passez votre chemin), n’évoque pas l’hypothétique grossesse. Le scoop, si scoop il y a, est plutôt attendu le lendemain.
    Match, Le parisien, vous aurez noté le choix de titres populaires, de qualité certes, mais pas forcément réputés pour leurs analyses politiques de haute volée.
    J’attends la suite du plan médias avec impatience. Radios, télé, 20 heures ? Presse italienne ou pas ? Presse régionale ? Et Le Figaro dans tout ça ? Les photos dans Match, c’est pour quand ? Tiens, ‘jy pense, si l’entretien de Match ne fait pas allusion à l’affaire qui nous occupe, les photos parleront peut-être…
    Quel suspens ! Bref, observez au lieu de dire avec agacement « on s’en fout », avec un peu de chance, ce que vous allez voir se dérouler là sera un joli exemple en live de la nouvelle com’ politique.

    Commentaire par laplumedaliocha — 26/04/2011 @ 23:17

  23. Aliocha, vous oubliez l’hypothèse 3 : elle est enceinte, mais pas de beaucoup, et elle fait une fausse couche (c’est fréquent déjà dans l’absolu, sans doute un peu plus à son âge). Et on se tape la mater dolorosa d’un côté et la dignité dans la douleur de l’autre. On est pas rendu…

    Commentaire par Anna — 27/04/2011 @ 10:59

  24. Pourquoi est-ce que vous estimez que sarko est une sorte de pionnier en matière de Storytelling à la française ? je suis OK si c’est en terme quantitatif : lui, il mise tout là-dessus, il est à un degré d’utilisation bien au dessus de ce qu’on avait pu voir avant chez d’autres. Mais vous semblez (ou alors j’ai pas bien compris) y voir carrément une espèce de révolution dans la façon d’utiliser la com’.

    Pourtant, Balladur dans le métro ou qui fait du stop, ou même Giscard avec son accordéon et son « au revoir », on était pas déjà en plein dedans ?

    Commentaire par Jalmad — 27/04/2011 @ 11:18

  25. Moi, ce qui m’intrigue quelque peu dans ces histoires de rumeur, c’est à quel moment le plan de communication prend le pas sur la vraie rumeur spontanée.

    Dans le cas présent, en admettant qu’elle soit bien enceinte, est-ce que les toutes premières fuites sont voulues ou non ? S’agit-il de préparer en douceur le terrain à la révélation officielle (pour faire monter la tension et faire mousser avant l’annonce officielle), ou est-ce qu’une vraie fuite a eu lieu (fuite au sens que ça n’était pas voulu par les principaux intéressés, ce qui n’exclut évidemment pas une arrière pensée de la part de la source de cette fuite !) ?

    Dans le premier cas, il y a une vraie planification depuis le début, et ça révèle une vision entièrement médiatisée (tout doit être contrôlé). Dans le 2ème cas, il y a évidemment un plan de communication, mais il se met en place un peu dans l’urgence, en réaction aux toutes première fuites non-contrôlées. C’est un peu plus naturel, comme approche (après tout, qui peut leur reprocher de vouloir garder la main sur les rumeurs les concernant ?), mais évidemment plus risqué. Inversement, la planification depuis le début a aussi un risque, qui est exactement ce qu’on discute ici : à force de tout planifier, la planification elle-même devient visible et on parle plus de ça que de l’événement lui-même…

    Une fois la rumeur lancée, ça n’a plus vraiment d’importance (ou plutôt, il est trop tard pour changer d’approche), mais tout au début, quand un journaliste reçoit une information, j’imagine que cette question le travaille.

    Sinon, moi, je n’avais pas entendu cette rumeur avant de lire cet article, mais il faut dire que de là où je suis, les seules questions importantes sont de savoir que l’armée à répété son défilé de vendredi cette nuit, que plein d’arbres ont été livrés à l’abbaye hier et que l’officiant pense que les futurs époux doivent être nerveux. Ah là là, quel suspense… 🙂

    Commentaire par Rémi — 27/04/2011 @ 11:29

  26. Je me rappelle qu’à une certaine époque (pas si lointaine), les hommes politiques critiquaient la façon dont les américains menaient leurs campagnes en y joignant quelques larmes destinées à soudoyer l’émotion de leur partisans. Les politiques français affirmaient qu’ils n’en arriveraient jamais à de telles bassesses. Etrange, non ?

    Commentaire par Ceriat — 27/04/2011 @ 11:55

  27. Il y a un truc qui me gêne.

    C’est parler de storytelling. Instinctivement, j’emploierai le mot propagande. D’autant plus que toutes les techniques de communication sont inspirées des techniques de propagande.

    Mais je reconnais que storytelling, c’est plus hype et plus « propre sur soi ». Y aurait-il un storytelling du storytelling ?

    Commentaire par Ferdydurke — 27/04/2011 @ 13:40

  28. Ferdydurke : je ne suis pas une spécialiste, mais il me semble que le storytelling est une forme précise de propagande. Une sous-catégorie, si vous voulez. Maintenant, on pourrait lui trouver un autre nom. Le Shéhérazade, peut-être ? Après tout, il s’agit bien de raconter des histoires pour manipuler les gens…

    Commentaire par Anna — 27/04/2011 @ 13:49

  29. « Nicolas Sarkozy est le pionnier en France de cette évolution en politique »

    Je rejoins Jalmad, en estimant qu’il faut apporter un léger tempérament à cette affirmation.

    Le règne de Sarkozy a effectivement marqué un accomplissement, un apogée en matière de communication politique, à cet égard le barnum de l’intronisation à la tête de l’UMP constitue le lancement d’un storytelling qui a culminé par la suite: le petit rejeton sur écran géant encourage son père devant un
    parterre de militants UMP en transe au moment du lancement de la campagne en 2005, puis l’accession à l’Elysée s’accompagne de multiples tirages photos représentant une famille recomposée autour du candidat devenu président, qu’on dit apaisé et réconcilié avec ses proches, ainsi qu’avec lui-même. Ces cartes postales factices ont précédé de peu la décomposition conjugale, imminente à cet instant comme on l’aura vu ensuite. Le marketing politique se veut démiurge, mais il se heurte inéluctablement au mur du réel.

    il n’y a néanmoins rien d’inédit dans l’histoire de la 5ème république. Giscard se mettait en scène, en short, en pullover, avec Casimir, au petit déjeuner, avec son épouse ou ses enfants. Le signifiant faisait corps indissoluble avec le signifié, ces photos véhiculaient un message: le président donnait à voir qu’il était l’homme par qui l’Histoire avec majuscule s’abolissait, que son mandat serait la fin des grands récits de l’ère moderne et des grandes idéologies, y compris le gaullisme et l’exaltation de la grandeur française.

    La désacralisation de la personne présidentielle avec la confusion des deux corps du Roi était alors le marqueur de l’ère giscardienne, comme elle est aujourd’hui le marqueur de l’idéologie Sarkozy, le plus giscardien des présidents français – les deux hommes partagent notamment ce même désir irrépressible d’être aimé par les autres, alors qu’ils n’aiment personne autre qu’eux-mêmes. Mais, après tout, les deux n’ont fait qu’accompagner un mouvement propre à leur époque, qu’ils ont suivi plutôt qu’ils ne l’ont organisé: de même que Giscard a compris que les électeurs étaient fatigués des vaines promesses de la modernité et préféraient le repli sur l’espace privatif plutôt que l’aventure collective, Sarkozy entend incarner l’égoïsme narcissique particulier à notre époque. Sarkozy, c’est la réussite du vulgaire et du cuistre, le fils de divorcé qui fait la nique aux bourgeois, même si par après il devient leur valet. il est notre semblable sous ce point de vue – le médiocre n’a-t-il d’autres rêves plus secrets et plus intenses que de tringler Carla et de lui faire un gosse.

    Si, pour l’instant, cette stratégie semble connaître l’échec, peut-être est-ce d’ailleurs que nous n’avons pas aimé voir notre propre image dans ce miroir qui nous était tendu. Sarkozy a cru rallier les clameurs lorsqu’il a daubé sur la Princesse de Clèves qui lui a pourri son enfance, bien au contraire, il a rendu tout le monde honteux de n’avoir pas lu ce classique – les ventes de l’édition folio de cet ouvrage ont connu une reviviscence en librairie à la suite de cette polémique.

    Commentaire par Switz — 27/04/2011 @ 14:09

  30. Pour répondre à Jalmad, je crois que la différence avec Balladur et Giscard, c’est qu’ils organisaient des « coups » (l’accordéon, le petit-déjeuner à l’Élysée avec des travailleurs, l’auto-stop) tandis que le gnome nous raconte une histoire sur la durée. Un vrai feuilleton avec des rebondissements.
    Et contrairement à Aliocha, qui croit qu’il se prend gamelle sur gamelle et que ça ne marche plus, je ne l’enterrerais pas aussi vite s’il fallait miser sur lui pour un deuxième mandat. Cet homme est une bête de campagne et il faut compter sur la gauche la plus bête du monde.

    Commentaire par Gilbert Duroux — 27/04/2011 @ 14:17

  31. C’est comme aux Galeries Lafayette « Il se passe toujours quelque chose »
    Le moteur de Sarko c’est de ne pas nous laisser une seconde de repos, mouche du coche ou illusionniste c’est selon..
    Après la tauromachie élevée au statut de la culture française, les films concernant sa carrière jusqu’à la présidence, nous voici cette semaine dans l’espérance d’une reproduction tardive mais néanmoins enthousiasmante de son personnage.
    Une fille qui ressemble à son papa.. vous imaginez ?
    Gageons que nous allons tous tricoter au cours des mois avec attendrissement.

    Non Aliocha, mon grand âge n’a pas vu non plus un tel président ! Ni si détesté ni si peu représentatif de l’idée qu’on s’en fait, en tout il est exceptionnel .
    Feuilleton à suivre..

    Commentaire par scaramouche — 27/04/2011 @ 17:23

  32. Info twitter à vérifier : closer aurait courtcicuité le plan com’ de l’Elysée sur la grossesse

    Commentaire par laplumedaliocha — 27/04/2011 @ 18:04

  33. Le storytelling est partout Aliocha, on baigne dedans même :

    http://lestorytelling.com/sandbox/blog/?paged=6
    http://largeur.com/?p=3165

    Aliocha : yep, sauf que je ne le vois pas dans votre premier lien. je l’entends au sens restreint, c’est-à-dire comme stratégie de communication délibérée. Que les séquestrations de patrons racontent une histoire sans doute, tout est prétexte à histoires, mais à mon avis, on reste dans la simple volonté de donner un impact à son message. Le storytelling tel que je le comprends invente un mythe, une légende, auquel il convient d’adhérer. NS a inventé un mythe d’une famille à la Kennedy, qui s’est effondré. Il a donc renouvelé l’histoire avec une love story, un mariage avec un mannequin, et peut-être un enfant, bref un président jeune, amoureux, comme tout le monde, mais en plus beau, plus riche, plus heureux, une sorte de résurgence de la monarchie, si on y réfléchit, dans son volet « touché par la grâce » et faisant envie au peuple.

    Commentaire par toto — 27/04/2011 @ 20:58

  34. L’avis d’Hervé Gattegno, rédacteur en chef du Point : http://www.lepoint.fr/politique/parti-pris/28-04-11-faites-taire-la-premiere-dame-28-04-2011-1324302_222.php

    Commentaire par laplumedaliocha — 28/04/2011 @ 12:20

  35. http://www.royet.org/nea1789-1794/notes/acteurs/robespierre.htm

    ça c’est  » de la storytelling « : dans son volet « touché par la grâce » et faisant envie au peuple.

    Commentaire par Bourguignon — 28/04/2011 @ 14:26

  36. C’est « confirmé en off » !! Vous avez raison, chère Alliocha, les stratèges de la comm élyséenne sont à l’oeuvre.
    http://www.adobuzz.com/news/30530-carla-bruni-enceinte-vsd-rumeur.html

    Pouffons de conserve. Il fallait ça pour ne pas laisser la famille royale anglaise occuper complètement le terrain.

    Commentaire par Ginkgo — 29/04/2011 @ 15:47

  37. Oups, pardon pour les 2 ailes d’Aliocha

    Commentaire par Ginkgo — 29/04/2011 @ 15:48

  38. Oui, enfin en même temps, ça traine. Les papiers de la presse pipole depuis hier sont rigolos. C’est confirmé en titre et ensuite ils disent que ça va être annoncé aujourd’hui au Parisien, donc c’est pas confirmé, et que je t’enfumes….

    Commentaire par laplumedaliocha — 29/04/2011 @ 16:07

  39. Habituelle frénésie pour ne pas louper la prétendue « info ». Pardon pour mon scepticisme absolu, mais, d’après vous, qui serait encore dupe de cette « belle histoire » ?

    Commentaire par Martin K — 29/04/2011 @ 16:12

  40. @martin K : personne, mais avouez que c’est amusant justement de voir comment ils vont s’en dépatouiller et nous vendre le truc. Si truc il y a, évidemment

    Commentaire par laplumedaliocha — 29/04/2011 @ 16:16

  41. Que c’est beauuuuuu : http://www.lefigaro.fr/politique/2011/04/29/01002-20110429ARTFIG00567-carla-bruni-laisse-planer-le-doute.php

    Commentaire par laplumedaliocha — 29/04/2011 @ 16:34

  42. http://www.urtikan.net/dessin-du-jour/evenements-cosmiques/

    Et hop!

    Aliocha : j’adore Chimulus !

    Commentaire par araok — 29/04/2011 @ 18:53

  43. Bon, nous sommes dans la stratégie du ni ni comme le souligne 20 minutes http://www.20minutes.fr/article/715535/societe-carla-bruni-sarkozy-joue-ni-ni-possible-grossesse Vie privée a répondu la première dame, qui ne confirme ni n’infirme. Ce qui fera hurler de rire Juan de Sarkofrance, n’en doutons pas. Je rappelle aux sceptiques qu’il y a deux catégories de gens dans le pipole. Ceux qui utilisent les médias pour faire leur promo et ceux qui se taisent et n’ont jamais de problème avec lesdits médias. Autrement dit, les journalistes ne vont pas traquer les gens sans une bonne raison. NS a fait de sa vie privée un argument politique, il en paie le prix. On apprend aussi que la première dame a beaucoup parlé de politique avec les lecteurs du parisien. Ce qui soulève une autre question : au nom de quoi NS mêle-t-il ses épouses à la vie politique ? Il avait déjà amené Cecilia, de mémoire, au ministère de l’Intérieur et cela avait choqué. Autant Bernadette avait un solide bagage, autant ces mannequins sont plus sujets à caution. Sans compter que n’importe quelle entreprise sait à quel point mêler vie professionnelle et vie privée est délicat pour des salariés, et carrément ravageur quand le big boss impose sa douce là où elle n’a pas lieu d’être. D’ailleurs, j’utilise à tort le terme de « première dame » puisque sauf erreur de ma part, l’épouse du président de la république en France n’a pas d’existence politique. Tout faux, de A à Z. Mais continuons donc de suivre attentivement ce feuilleton à rebondissements, on va s’amuser.

    Commentaire par laplumedaliocha — 29/04/2011 @ 20:51

  44. @Aliocha
    >Mais continuons donc de suivre attentivement ce feuilleton à
    >rebondissements,

    Ouais c’est comme un feuilleton M6, sauf qu’on a même pas besoin d’avoir m6, c’est ça le web 3.0 : ça remplace en même temps la télé-poubelle et la presse à grand-tirage (celle qui sert à allumer le feu).

    Rien que le fait d’en parler, de faire les liens, ca crée de l’importance sur les moteurs de recherche, ça donne une justification « sémantique » de bien le référencer, ça fait parler de « ça » et pas, par exemple du changement de règlementation de l’UE sur l’augmentation du taux de radiation autorisée (jusqu’à x20) pour l’importation des produits alimentaires. Ça dilue la vrai information dans le bruit. On se croirait en face de lapins de l’année. En parler, même en le critiquant c’est augmenter sa visibilité et donc son intérêt.

    Aliocha : théoriquement oui. Sauf que là, je propose de suivre avec attention le déroulé plutôt que de le subir, et de désosser la machine à manipuler.

    Commentaire par herve_02 — 30/04/2011 @ 00:30

  45. Sarkozy détesté par la presse ? Vous voulez rire ? Lagardère son frère tient Paris-Match, le JDD etc etc etc. Bernard Arnault l’ami fait Echos à son camarade Président, Dassault plane pour lui dans le Figaro etc etc etc. Vous voulez que je continue sur la concentration de la Presse et sur ses Amis de la Presse ?
    Sarkozy, victime ? Vous voulez rire ? Non, ce sont les pauvres qui le sont. Tenez, je vous signale un article paru dans Sarkophage (12 mars/14 mai 2011, cette autre presse. Titre : « Les Pauvres à l’abandon » pour remettre des remarques-BiBi.

    Commentaire par Pensez BiBi — 30/04/2011 @ 00:32

  46. Ferdydurke a vu juste : il y a un storytelling du storytelling, particulièrement en France où il est devenu un fromage pour Christian Salmon, dont la chronique régulière dans le Monde s’est vite mise à tourner à vide, l’effet « grille de lecture » devenant trop appuyé.

    Il est frappant de constater que, outre le Wikipedia anglais, seul le Wikipedia français a une entrée pour cette notion, et qu’elle recouvre un sens sensiblement différent en anglais.

    En politique, il est vieux comme le monde : l’origine prétendument divine des empereurs romains et des rois français en est un exemple frappant. Plus près de nous, Napoléon et De Gaulle ont été des maîtres du genre. Nos démocraties modernes ont cru un instant qu’elle pouvaient être gouvernées par la Raison : c’était bien sûr une illusion, comme celle qui nous a fait croire à la fin des religions et des superstitions.

    Ce qui me frappe chez Sarkozy, c’est le mélange paradoxal de cynisme et de sincérité : il est difficile de soutenir, si la maternité est avérée, qu’elle n’a pour but que de nous enfumer dans la perspective des prochaines élections. Je crois profondément que NS a été sincère dans sa relation amoureuse avec Cecilia et Carla, et qu’il est sincère dans son désir d’enfant : ce n’est pas une histoire qu’il nous raconte, mais une histoire qu’il se raconte. Il y a chez lui un côté petit enfant qui se raconte ses propres histoires et les transpose dans la vraie vie.

    Il me semble qu’une partie du désamour que connaît Sarkozy vient de cette ambivalence cynisme/sincérité, et de la dissonance cognitive qu’elle provoque en nous. Son électorat – et le corps des journalistes – avait envie de croire en sa sincérité, y a cru, puis a été déçu, a tel point que chacun de ses gestes – même le plus intime comme le désir d’enfant – est désormais suspecté de cynisme, et donc, de storytelling.

    Commentaire par Tocquevil — 30/04/2011 @ 08:34

  47. Dans le dernier numéro du Monde recension d’un ouvrage intitulé « Les gourous de la com' » qui semble aller dans le même sens que vous

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 01/05/2011 @ 21:49

  48. Comme l’écrivait Alfred de Vigny, « seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse ». Donc, je me tais et vous livre ce fascinant entretien : http://www.leparisien.fr/politique/carla-bruni-sarkozy-je-suis-ultra-sarkozyste-02-05-2011-1431610.php

    Commentaire par laplumedaliocha — 02/05/2011 @ 11:57

  49. Encore un : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20110502.OBS2193/carla-bruni-je-suis-bouche-cousue-pour-proteger-quelque-chose.html
    qui doit reprendre ce qui a été dit au Parisien.
    Rapprochement intéressant : grossesse puis 2ème mandat.
    On a l’impression que Carla veut se montrer « humaine » et proche du peuple.. elle reprend la stratégie de communication de son époux, non ??

    Commentaire par ausa92 — 02/05/2011 @ 15:16

  50. Fascinant entretien, effectivement.
    Monmari a dû bicher un max en relisant l’interview.

    Commentaire par Tocquevil — 03/05/2011 @ 09:09

  51. Aliocha,
    je doute que cela vous échappe, mais au cas où…
    http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#11001

    « Communication partout, info nulle part ». Un de vos chevaux de bataille…

    Commentaire par Tocquevil — 03/05/2011 @ 15:14

  52. ça continue : http://divertissements.fr.msn.com/people/photo.aspx?cp-documentid=156142568&page=1
    avec un possible scoop : des jumeaux….. est-ce que ça suffira à damer le pion à Ben Laden ??

    Commentaire par ausa92 — 03/05/2011 @ 18:37

  53. N’oublions pas les deux « mamelles » de la « communication » : cynisme et niaiserie.

    Commentaire par popekmomek — 05/05/2011 @ 08:19

  54. […] UMP déjà en campagne tant sur le plan politique (RSA et Wauquiez, vous connaissez?) que people (Elle attend on bébé… Et alors?), des écologistes à la recherche desespéré d’un leader pour  2012 (il faudra […]

    Ping par (Essai de) Reprise « Le Regard de P'tit Jeune — 12/05/2011 @ 22:02

  55. Et hop ! un petit lâcher de lest en plein DSKgate, histoire de bien marquer l’opposition entre cette belle histoire-ci avec cette fange-là.
    http://www.news-de-stars.com/carla-bruni/carla-bruni-son-beau-pere-nie-avoir-annonce-sa-grossesse_art48683.html
    Du grand art

    Commentaire par Ginkgo — 17/05/2011 @ 17:42


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :