La Plume d'Aliocha

19/11/2010

Hugues Le Bret en lice pour le prix du livre d’économie !

Filed under: Coup de griffe,Mon amie la com' — laplumedaliocha @ 09:43

Connaissez-vous le Prix du Livre d’Economie ? Non ? Eh bien voilà de quoi il s’agit :

« Le Prix du livre d’Economie est décerné par un jury de journalistes représentant tous les grands médias français (agence, presse écrite, presse audiovisuelle, Internet), lors de la Journée du Livre d’Economie. D’un montant de 7700 euros, il récompense un ouvrage paru récemment et qui contribue à la revalorisation de la pensée et de la réflexion politique et socio-économique ».

Le prix 2010 sera remis le 25 novembre lors de la 12ème journée du livre de l’économie, sous le haut patronage de Bercy. Le programme de la manifestation est ici.

C’est en lisant le blog de Pierre-Henri de Menthon, directeur délégué de Challenges, que j’ai découvert la liste des nominés :

« De l’univers magique au tourbillon créateur » de René Passet (éditions LLL),

« La Banque » de Marc Roche (Albin Michel),

« Le temps de l’Afrique » de Jean-Michel Severino et Olivier Ray (Odile Jacob)

et……..

 » La semaine ou Jérôme Kerviel a failli faire sauter le système financier mondial », d’Hugues Le Bret (Les Arènes).

Pierre-Henri de Menthon précise sur son blog que l’un des ouvrages en question a fait l’objet d’un âpre débat, certains participants estimant qu’il n’avait pas sa place dans la sélection. On se demande bien lequel…De même qu’on se demande qui peut bien être le candidat préféré de Challenges. Pour mémoire, le site avait consacré pas moins de 4 articles entre le 4 et le 7 octobre à Hugues Le Bret, suivis d’une interview vidéo le 8, par…Pierre-Henri de Menthon en personne.

Je gage que c’est le livre d’Hugues Le Bret qui déclenche une polémique décrite comme inédite dans ce cénacle. En tout cas je l’espère. Parce que s’il venait à l’esprit de mes confrères de considérer que le meilleur livre de l’année en matière économique est celui dans lequel le directeur de communication de la Société Générale raconte ses nuits d’angoisse, décrit les costumes de son président et s’étend avec complaisance sur la manière dont il a notamment « géré » les médias, ce serait à désespérer de la lucidité et même seulement de l’intelligence journalistique. Au demeurant, je ne vois pas en quoi ce livre, que l’ai lu attentivement, « contribue à la revalorisation de la pensée et de la réflexion politique et socio-économique ». Il ne contient absolument aucune révélation et pas l’ombre d’une analyse. Je n’irais pas jusqu’à soutenir ici que Jérôme Kerviel mériterait davantage de figurer parmi les nominés. Là encore, il s’agit d’un simple témoignage  qui ne contribue guère à la compréhension de l’économie, sauf à nous confirmer ce que nous savions déjà : il y a quelque chose de pourri au royaume de la finance. Mais à tout prendre, il est beaucoup plus intéressant de savoir ce qui s’est passé dans la tête du principal protagoniste de cette affaire exceptionnelle que de se plonger dans les confidences d’un communicant.

Accessoirement, commettre une telle erreur de casting au regard de l’esprit du prix  ne serait pas à la gloire du ministère de l’Economie, sous le haut patronage duquel s’inscrit l’événement.

Voilà donc une affaire à suivre de très près.

Réponse la semaine prochaine.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.