La Plume d'Aliocha

12/10/2010

Hugues Le Bret peut dire merci à ses potes journalistes

Filed under: Mon amie la com' — laplumedaliocha @ 13:49

C’est fou ce que les journalistes aiment Hugues Le Bret, l’ancien directeur de la communication de la Société Générale devenu entre temps Président de Boursorama (filiale de la Socgen). Et en particulier le site challenges.fr. On aimerait bien comprendre les raisons de cet étrange engouement.

Le lundi 4 octobre, on apprend officiellement que le président de Boursorama quitte ses fonctions. Challenges.fr nous en informe d’abord rapidement avec l’AFP, puis dans un article plus détaillé qui évoque  son livre sur l’affaire Kerviel et conclut qu’il lui a coûté sa place (les dates à prendre en compte sont celles figurant en bas des articles).

Le 5 octobre, dans un retour sur l’actualité de la semaine, on l’installe en bonne position.

Le 7 octobre, on nous propose un long article sur son livre, sorti la veille. Notez, c’est le moment puisque le jugement rendu deux jours avant dans l’affaire Kerviel occupe tous les esprits.

Le 8 octobre, on y va plein pot : une interview vidéo intitulée « Pourquoi j’ai quitté la Société générale » réalisée par le directeur délégué du site en personne. Serait-ce pour contrer les mauvaises langues du Monde (4 octobre) , du Point (5 octobre) et de France Soir  (8 octobre) qui parlent de révocation ?

Notez, en aurait tort de jeter la pierre à Challenges.fr, Le Figaro n’est pas en reste. C’est même lui, semble-t-il, qui a annoncé la démission du patron de Boursorama et la sortie à venir du brûlot, dès le dimanche 3 octobre à 17h05. Brûlot dans lequel précisément l’auteur raconte un déjeûner avec un rédacteur en chef du Figaro qu’il décrit comme un ami de 20 ans.  Mais ça n’a sans doute aucun rapport avec la fuite d’une information qui a donné le ton officiel de la campagne de presse …Laquelle au passage a été confirmée par l’intéressé lui-même sur son compte twitter le 4 octobre à 1 heure du matin, sauf erreur de ma part.

Résumons-nous : Hugues Le Bret annonce qu’il sort un livre et démissionne de ses fonctions pour exercer pleinement sa liberté d’expression.  Le Point, Le Monde et France Soir (j’en oublie peut-être d’autres) soutiennent qu’en réalité il a été remercié, son livre ayant  déplu en interne. Mais alors il ment, songez-vous indigné ! Absolument pas. Il a bien démissionné en raison de la sortie de son livre. Maintenant que vous compreniez « démission » comme une démarche forcément volontaire, c’est votre problème. Bienvenue dans l’univers de la communication où, par exemple, au hasard, un « j’ai été viré pour avoir osé sortir un livre sur ma boite » devient « je démissionne pour exercer pleinement ma liberté d’expression » !

Comme disait Proust, quand on sait dire, on peut tout dire…

Et si en plus on a des potes journalistes pour relayer le message, alors là, c’est Noël.

Publicités

14 commentaires »

  1. Bonjour Aliocha,

    Non, il n’y a pas eu d’entente préalable. Tout cela est le fruit du hasard qui, comme chacun sait, fait bien les choses ;).

    Bonne journée

    Commentaire par H. — 12/10/2010 @ 14:44

  2. Tiens, j’oubliais. Le communiqué de Boursorama, daté du 4 octobre est ici. http://groupe.boursorama.fr/FR/pdf/20101004hlb.pdf
    Ce qu’il y a de bien avec la com’ c’est qu’on peut tout s’imaginer.
    Hypothèse basse : la fuite au Figaro.fr garantit un buzz dans la presse. « Qoâ, qoâ, qoâ, le Figaro a un scoop qu’on n’a pas, allez enquête coco et sors moi un papier d’urgence », tandis que la confidence sur Twitter enflamme la toile. Enfin, façon de parler.
    Hypothèse haute : la fuite sur un site de presse coupe l’herbe sous le pied de Boursorama qui ne peut plus que confirmer la démission, sauf à créer un cirque médiatique en démentant, ce qui ne serait pas forcément une bonne idée car cela transformerait l’intéressé en victime. Or, question victime, la Socgen a eu sa dose avec Kerviel.
    Tout ceci n’est bien sûr que pures conjectures.
    L’un des mérites de la com’ et non des moindres, c’est que même si on ne la croit pas, on ne sait pas pour autant ce qui s’est passé réellement, vu qu’il y a plusieurs informations contradictoires qui circulent et presque autant de suppositions.

    Commentaire par laplumedaliocha — 12/10/2010 @ 14:52

  3. @ laplumedaliocha,

    D’où l’intérêt de faire des journalistes des experts du discours (faut pouvoir les démêler), mais bon, je dis ça, je dis rien 😉

    Aliocha : tiens, ça faisait longtemps 😉

    Commentaire par Fantômette — 12/10/2010 @ 17:48

  4. franchement lamentable…
    Son bouquin ne donne deja pas une belle image de la com’, mais là, ça devient du grand n’importe quoi !
    Mais entre potes, on se soutient (et au passage on fait de la pub)
    Mais parait il qu’en interne, ce cher Hugues etait un excellent communiquant, est ce que toute cette histoire ne serait elle pas orchestrée depuis le début : « démission » juste avant le jugement kerviel, bouquin sorti deux jours apres, et battage médiatique…
    Est ce que ce ne serait pas du marketing ca????

    Commentaire par misty — 13/10/2010 @ 08:40

  5. Et encore un journaliste qui fonce dans le mirage de la com’. Comment peut-on dire qu’un dir’com est un témoin privilégié quand ce n’est qu’un professionnel du travestissement de la réalité ? http://www.valeursactuelles.com/actualités/économie/faute-de-kerviel20101014.html

    Commentaire par laplumedaliocha — 14/10/2010 @ 08:40

  6. A suivre l’analyse séquentielle du plan média de Le Bret, il est manifeste qu’il bénéficie d’un « soutien » médiatique. C’est un publicitaire (je l’ai connu lors du rapprochement raté entre SG et PARISBAS)il maîtrise tous les codes de la captation de l’opinion.Il a ses réseaux.Il vend un produit « télécommandé ? », il est ou a été un proche voire un confident de Daniel Bouton. Le récit qu’il livre est-il une part de vérité orienté ?

    Aliocha : il a en effet une technique et des réseaux. Ce qui m’étonne, voire me choque, c’est que les journalistes qui font sa pub sont, par définition, ceux qui le connaissent et qui savent donc que son métier en fait un menteur professionnel. Et donc le contraire d’une source fiable. Par ailleurs, je me pose les mêmes questions que vous. Pour qui roule-t-il ? On dit qu’il se savait sur la sellette et en a profité pour sortir le livre et réorienter sa carrière. Daniel Bouton doit-il être flatté d’être présenté comme le sauveur de la banque ou humilité qu’on décrive le fait qu’il a craqué ? Fallait-il écrire qu’il avait craqué pour surligner un peu plus le statut de victime de la banque ? C’est la deuxième fois que je lis le bouquin, le crayon à la main, en l’analysant au millimètre (entre nous c’est pas épuisant mais c’est chiant comme exercice 😉 ) et j’ai encore du mal à me faire une idée de son niveau de crédibilité, des ses motivations secrètes etc.

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 14/10/2010 @ 11:40

  7. Très intéressante analyse de l’impact de l’affaire sur l’image de la Socgen : http://www.leblogducommunicant2-0.com/2010/10/17/kerviel-contre-societe-generale-agios-eternels-ou-erreur-de-la-banque/

    Commentaire par laplumedaliocha — 17/10/2010 @ 19:55

  8. Vous ne vous arrêtez donc jamais ? Vous êtes intarissable sur ce sujet ! Vraie pasionaria ?

    Je vous comprends ! Cette affaire contient tous les codes classiques du cinéma de genre celui du thriller psychologico-financier…

    1. Un « bo gosse » (je vous laisse juger !) seul contre tous ?
    2. Du fric : ah oui ! Des milliards partis en fumée (génial !)
    3. Des mâles avides (Greed is good) shootés à l’adrénaline et pour reprendre la métaphore inverse de Christine Lagarde : « They inject more libido and more testostérone … pour quelques (dollars) de bonus de plus … »

    Sauf que certaines femmes compensent par mimétisme masculin et dans certains cas elles deviennent alors plus viriles que les hommes…

    4. Et, du droit mais surtout pas la Justice…!

    So any way…

    En effet, la synthèse d’Olivier Cimetière met en évidence ce sentiment général négatif du monde de la finance que le journaliste John Gapper du Financial Times résume ainsi : « Kerviel est le symptôme d’un malaise bancaire »

    Par ailleurs, sous l’angle de la communication, le commentaire explore les stratégies communicationnelles qui ont été déployées par l’ensemble des acteurs de cette affaire et celles qu’ils devront préparer ou réparer pour l’avenir.

    Pour la Banque l’image dégradée par exemple, la « sacro-sainte réputation, est certes essentielle auprès du public mais pas seulement, car en termes d’actionnariat ce sont éventuellement les risques de retournement les pires.

    L’OPA hostile le « raid » de BNP sur Parisbas en 1999 est un excellent exemple. Quand Olivier Cimetière dit que : « l’ennemi intime et concurrent BNP Paribas a tenté de rafler la mise et de s’emparer de la banque affaiblie en distillant des rumeurs malveillantes… » on sait bien que dans le « milieu » des affaires les égos et les requins dans la place ne font qu’un !

    Enfin, le « teasing » de Le Bret incite finalement à le lire. C’est bien parce que, moi aussi, cette histoire me passionne alors… !

    Aliocha : tout me passionne dans la vie, même une querelle d’interprétation d’une norme IFRS. Alors vous pensez bien qu’une affaire pareille c’est le fantasme absolu qui se réalise 😉 Je pense que Le Bret vous intéressera en effet. Inutile de vous mettre en garde sur le fait que c’est un livre de communicant, qui ne dit que ce qu’il a envie de dire (premier prisme), ce qu’il sait lui-même (or on ne dit pas tout aux communicants, deuxième prisme), pour se mettre en valeur (troisième prisme) et dans l’objectif de faire rebondir sa carrière on ne sait trop où (quatrième prisme). Mais il est intéressant tout de même. Au second degré.

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 18/10/2010 @ 00:50

  9. Flore Vasseur, chroniqueur de France-Culture revient sur Marianne sur le « journal intile » de Hugues Le Bret http://www.marianne2.fr/Kerviel-Hugues-Le-Bret-vend-bien-son-livre-et-la-Generale_a198723.html

    Et la conclusion n’est pas tendre « En somme et malgré les valeureux efforts de Hugues le Bret, cette histoire est un vrai cas d’école de… plantage en com’. »

    Aliocha : vous avez vu ? Il n’y a plus guère qu’un nouvel article par jour sur le dossier Kerviel. La vague médiatique reflue…

    Commentaire par gabbrielle — 19/10/2010 @ 15:45

  10. intime et non intile oups

    Commentaire par gabbrielle — 19/10/2010 @ 15:46

  11. […] d’être présentés comme les dindons de la farce,  y vont à grand renfort d’articles élogieux sur l’auteur.  On croirait voir une prostituée tendre amoureusement le produit de sa journée à son mac. […]

    Ping par La “vérité” d’Hugues Le Bret sur l’affaire Kerviel « La Plume d'Aliocha — 28/10/2010 @ 11:09

  12. Je suis tombé sur ça, et ça se passe ce jeudi, à partir de 17h.
    Un TChat en direct et en vidéo pour poser toutes vos questions à Hugues Le Bret :
    http://www.canalchat.com/chat-hugues-le-bret-dialoguez-en-direct-avec-1229.html

    Commentaire par Bertrand — 04/11/2010 @ 10:24

  13. […] le blog « La plume d’Aliocha » – « Hugues Le Bret peut dire merci à ses potes journalistes » – 12 octobre 2010 – Lire le blog de Flore Vasseur – « Le cri d’amour d’Hugues Le […]

    Ping par Note de lecture : Journal Intime d’un banquier d’Hugues Le Bret | Le blog du Communicant 2.0 — 06/11/2010 @ 16:56

  14. […] la sélection. On se demande bien lequel…De même qu’on se demande qui peut bien être le candidat préféré de Challenges. Pour mémoire, le site avait consacré pas moins de 4 articles entre le 4 et le 7 octobre à […]

    Ping par Hugues Le Bret en lice pour le prix du livre d’économie ! « La Plume d'Aliocha — 19/11/2010 @ 09:43


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :