La Plume d'Aliocha

24/08/2010

Parlons donc du sexe des blogs

Filed under: Débats,détente — laplumedaliocha @ 00:26

Rien de tel qu’une bonne petite polémique pour se remettre en plume à la rentrée !

Juan de Sarkofrance m’en offre une occasion rêvée en m’incluant fort civilement dans sa « revue de blogs de filles » (sic).

Fichtre ! Heureusement que je l’ai rencontré lors d’une réunion de blogueurs et que je l’ai trouvé tout à fait charmant, sinon, je crois bien que je me serais agacée. De l’intérêt au passage de ne pas s’en tenir aux seules relations virtuelles. Elles possèdent, je vous l’accorde, une part de vérité parfois supérieure aux relations réelles car elles sont débarrassées des contingences matérielles, mais cet avantage souvent se retourne et peut nous mener, précisément parce qu’on discute sans pouvoir se regarder au fond des yeux, à de regrettables malentendus.

Bref, me voici donc cataloguée, ce qui en soi m’apparait déjà insupportable car je hais les étiquettes, et qui plus est embrigadée à l’insu de mon plein gré dans la catégorie des « blogs de fille », celle-là même que je fuis par-dessus tout. Entendons nous bien. Pour ceux qui l’ignoreraient encore, je suis une fille, étant précisé qu’à mon  âge, le terme de femme me paraitrait plus adéquat quoique sans doute légèrement présomptueux. « On ne nait pas femme, on le devient » observait fort justement Simone de Beauvoir. Pour couper court à tout débat inutile, disons donc que je suis, c’est indiscutable,  de sexe féminin. Il est un autre fait tout aussi avéré : ce lieu est bien un blog. Ce qui, au terme d’une équation un peu simpliste nous mène tout droit à ce résultat : blog rédigé par une fille = « blog de fille ».

L’ennui, vous l’aurez compris, c’est que « blog de fille » ne signifie pas exactement blog rédigé par une fille. Eh non, on sent bien en maniant l’expression qu’elle comporte un sens caché, pétri par des siècles de culture et, il faut bien l’avouer, de préjugés. Ainsi donc, il y aurait une catégorie générique, là comme ailleurs, masculine par défaut, et puis une catégorie spécifique, celle des blogs rédigés par des filles. Et l’on prétend que le web est en passe de créer un nouveau monde, foutaise ! Je sais déjà ce qu’on me répondra. Cela correspond à une réalité, la majorité des blogs sont tenus par des garçons ou des hommes, c’est selon. Mais comment le sait-on puisque tout le monde fonctionne sous pseudos, lesquels, le mien en est un exemple, ne renseignent pas toujours sur le sexe de l’auteur, voire jouent précisément à le dissimuler. Peut-être le découvre-t-on alors en raison des sujets abordés ? Qui parle couture, mode, cuisine, enfants est forcément une femme, politique, faits de société, sciences, forcément un homme ? La présomption est forte mais pas irréfragable comme en témoignent précisément les « blogs de fille » cités par Juan. Y-aurait-il alors une distinction plus subtile fondée sur des valeurs, une manière de penser, d’aborder les problèmes, de choisir les sujets ? Vaste question que je me pose depuis que je suis en âge de réfléchir et à laquelle je n’ai toujours pas trouvé de réponse satisfaisante.

Figure-toi, Cher Juan, que le choix d’un pseudo masculin ne fut pas de ma part totalement innocent. A l’époque où j’ai opté pour Aliocha, j’avais deux raisons de le faire. D’abord, je songeais que le plaisir du masque est d’autant plus grand qu’il nous permet d’endosser une personnalité imaginaire la plus éloignée possible de la réalité. Ensuite, je ne pouvais me défendre à l’époque de l’idée qu’une pensée fémnine était moins facilement prise au sérieux. Qu’elle ouvrait aux interlocuteurs masculins, selon les cas,  le réflexe de la condescendance, le goût du marivaudage, ou bien encore qu’elle pouvait susciter, chez les plus élégants, une retenue, une délicatesse, susceptibles de perturber le bon déroulement d’un débat.

Chassez le naturel, il revient au galop disaient les anciens. Mon masque a eu tôt fait de glisser du bout de mon nez, révélant ce que j’entendais cacher. Ce qui montre que l’on peut bien rêver de supprimer la distinction des sexes, elle s’empresse de se frayer un chemin et de réapparaître, entre nous soit dit pour mon plus grand plaisir. Car ce que je fuyais alors m’apparait aujourd’hui tout à fait amusant et parfois même délicieux. Si les idéalistes dans mon genre pouvaient vivre ne serait-ce qu’une seconde dans leur monde rêvé, je gage qu’ils reviendraient très vite à la réalité en la trouvant au fond pas si imparfaite que cela.

De là cependant à me retrouver cataloguée dans les « blogs de filles », avec tous les préjugés stupides mais bien réels qui s’y attachent,  il y a un pas que j’espérais ne jamais franchir.

Et c’est donc perchée sur mes Louboutin, la taille ceinte de mon tablier de cuisine que je viens de finir de broder avec amour et totalement affairée à la préparation du dîner, que j’entends crier ici haut et fort : ce lieu n’est pas un « blog de fille ». Le prochain qui s’avise de soutenir le contraire sera chassé sans pitié à coups de rouleau à pâtisserie ou de talons aiguille.

Publicités

43 commentaires »

  1. aïe ! je ne voulais pas te heurter.
    Le titre du billet était sans doute mal choisi, c’était un clin d’oeil qui se voulait féministe; rappeler justement que les blogs de filles ne sauraient être réduite au triptyque mode/cuisine/déco. Je suis convaincu qu’il n’y a aucune différence sexuée dans l’analyse politique que l’on trouve sur nos blogs. Je vais te répondre par billet. tu as raison sur bien des points…

    Aliocha : j’aurais du aussi te mettre un mot sur ton blog, mais il était tard et je suis partie bille en tête. Cela étant, tu ne m’as pas heurtée du tout, juste un peu interpellée sur un sujet qui m’intéresse. Mon billet n’est qu’une gentille taquinerie 😉

    Commentaire par sarkofrance — 24/08/2010 @ 07:25

  2. Pour le dîner, il y aura de la danette en dessert?

    Aliocha : voui, à condition que vous vous leviez pour aller la chercher dans le frigo, je ne suis pas une esclave, mourdiou !

    Commentaire par adrien bis — 24/08/2010 @ 07:31

  3. Je n’avais pas imaginer une répartition des blogs entre filles et garçons.Quand j’ai du prendre un pseudo , j’ai repensé à la signature que je déposais sur les tableaux que je terminais de peindre.J’ai mis en hébreu  » S L W  » ce que était les initiales de mon prénom , de mon nom paternel et de mon nom marital.En traduisant en français cela donnait avec les voyelles qui ne sont pas écrites en hébreu « SALEWA  » J’ai donc gardé ce pseudo .Mais je suis sur un blog de retraités où je signe de mon prénom , mais je ne crois pas que ce soit un blog de vieux , si on voit les sujets d’actualité abordés.Les stéréotipes auront du mal de disparaître dans beaucoup de domaine.J’aime le prénom d’Aliocha , j’aime votre blog .J’allais dire ton blog, je suis comme Jacques Prévert qui disait » Je dis tu à tous ceux que j’aime.Amitiés de Jérusalem.

    Aliocha : j’adore Prévert ! Sinon, l’étiquette de « vieux » ne me parait pas plus pertinente que celle de blog de fille en effet 😉 On n’a pas fini de se battre contre les étiquettes….

    Commentaire par Sarah Wasilewski — 24/08/2010 @ 08:24

  4. Le plus curieux dans tout ça, c’est que pour le béotien, Aliocha a tout du prénom féminin. Je sais bien (maintenant, puisque je t’ai découvert sur le blog d’Eolas) qu’il s’agit d’un personnage russe de roman (je crois), mais avant j’aurais pu parier qu’il s’agissait d’une femme – double erreur, et donc vérité 😉

    Aliocha : sa consonance est très proche de mon vrai prénom, c’est sans doute la finale en « a » qui donne une impression de féminité. Aliocha Karamazov est l’un des héros des Frères Karamazov de Dostoïevski.

    Commentaire par Pierre Marot — 24/08/2010 @ 08:50

  5. « Qu’elle ouvrait aux interlocuteurs masculins, selon les cas, le réflexe de la condescendance[…] »
    Parce que les hommes auraient le monopole du sexisme ? 😉

    Aliocha : Non, en effet.

    Commentaire par loz — 24/08/2010 @ 08:53

  6. Bonjour Aliocha,

    Je ne comprends pas en effet, que l’on vous catalogue « blog de filles » alors que, de toute évidence, il s’agit surtout d’un blog de droite.

    Aliocha : Bonjour Fantômette, je vous trouve très en forme ! Dommage que Tschok ne soit pas là, il ajouterait, « et catho ». Le pire, c’est que je suis désormais de gauche, voyez comme les étiquettes sont absurdes et surtout périssables 😉

    Commentaire par Fantômette — 24/08/2010 @ 10:35

  7. Quel est le rapport entre blog de filles et blog de droite encore des catégories .Il y a sûrement des filles de droite et de gauche comme pour les garçons , les jeunes ou les vieux .

    Commentaire par Sarah Wasilewski — 24/08/2010 @ 11:14

  8. lorsque j’ai lu les frères Karamazov il y a fort longtemps, j’ai longtemps cru qu’Aliocha était une fille!
    et par ailleurs le pseudo avec lequel j’anime mon blog, fait que pas mal de gens pensent que je suis une fille!
    comme quoi!

    Aliocha : un indice se cachait pourtant dans le titre du roman….

    Commentaire par fredo — 24/08/2010 @ 11:30

  9. La frontière entre blogs de filles et de mecs peut effectivement s’avérer poreuse (et c’est heureux).

    Un excellent exemple de cette porosité a probablement été donné cet été par Jules, qui a régalé dans sa salle à manger ses invités avec des recettes de cuisine réellement propres à mettre l’eau à la bouche 😉

    Pour autant, je subodore que certains de vos lecteurs auraient apprécié d’avoir à votre retour de vacances la preuve renouvelée que vous étiez de sexe féminin.

    L’an dernier nous avions été gratifiés d’une superbe photo de pieds pédicurés. Un autre tronçon corporel était donc espéré cette fois-ci. Or, rien. Quelle déception !

    Aliocha : Dès qu’Eolas montre ses pieds pour prouver qu’il est un homme, je vous montre autre chose pour démontrer que je suis une femme. Mais pas avant 😉

    Commentaire par Goloubchik — 24/08/2010 @ 11:36

  10. @ Aliocha,

    On peut parfaitement changer d’étiquettes, c’est généralement plus facile que de changer d’identité. Que l’on change d’étiquettes n’est pas un problème, mais au contraire une solution. Leur nature périssable ne les rend pas absurdes, elle les rend utiles, quoique d’une manipulation délicate.

    Vous le savez aussi bien que quiconque, vous qui êtes la seule blogueuse qui m’ait jamais fait la remarque (et à plusieurs reprises) que mes commentaires étaient bien des « commentaires d’avocat » – même lorsque l’on ne discutait pas de sujets juridiques.

    Ces réflexions m’avaient à plusieurs reprises laissées songeuse, voire perplexe, car j’avais moi-même du mal à lire mes commentaires sous cet angle-là.

    Diriez-vous, si je qualifiais ce blog – ou les propos que vous y tenez – de « blog de journaliste » ou « blog d’expert » que je vous étiquette?

    Aliocha : touchée, coulée ! La profession est en effet une étiquette que j’utilise et même que j’adore, je trouve qu’elle renseigne énormément sur un individu, mais c’est sans doute parce que je suis une work addict. Quand je dis que vos commentaires reflètent votre métier, c’est parce que je trouve que votre esprit cherche naturellement la faille logique, l’incohérence, la contradiction. Certains commentateurs sont d’accord et ajoutent leurs arguments, d’autre ne le sont pas et avancent leur propre raisonnement, vous, vous appuyez méticuleusement sur ce qui est écrit pour en faire la critique, sans que l’on sache d’ailleurs, dans bien des cas, ce que vous pensez personnellement. Cela me parait lié au travail d’avocat, non ?

    Commentaire par Fantômette — 24/08/2010 @ 11:51

  11. @ Aliocha :

    Personnellement j’ai toujours trouvé votre blog très girly chère Aliocha. Pour s’interroger sur le sexe des blog, l’on peut avec profit faire un tour ici, le blog – devenu site – de mode le plus hilarant que je connaisse.

    Ca y est, vous êtes de gauche, le lobbying de Gilbert a porté ses fruits ? C’est par suite déceptionneuse de votre incompatibilité maritale d’avec Mussipont ?

    Commentaire par Gwynplaine — 24/08/2010 @ 12:04

  12. @ Aliocha

    Vous auriez écrit Koz, vous étiez cuite 😉

    http://www.koztoujours.fr/?p=8206

    Commentaire par Goloubchik — 24/08/2010 @ 12:04

  13. En refusant d’entrer dans la catégorie «blog de filles» sous prétexte que vous vous défendez de correspondre à certains préjugés ne participez vous pas vous aussi à répandre ces mêmes préjugés? 

    Ne faudrait-il pas au contraire revendiquer l’étiquette pour montrer justement qu’un blog de fille peut parler d’autre chose que de froufrou et cuisine…

    Commentaire par LordPhoenix — 24/08/2010 @ 12:46

  14. La catégorisation des blogs est un vrai problème. Car par essence un blog perso est le reflet des intérêts de son auteur, par opposition aux sites thématiques.

    Et il est heureux que l’on change de centre d’intérêt ou d’approche et donc, être rangé dans une catégorie est nuisible pour la vie d’un blog (et par extention pour l’image renvoyé à son auteur), même si on pourrait croire qu’une fille restera une fille toute sa vie. Quoique, elle peut devenir, femme, mère, chef d’entreprise, rebu de la société, leader, artiste, élue, handicapée, épouse… en des temps séparé ou tout en même temps selon la perspective.

    Commentaire par CedricA — 24/08/2010 @ 13:08

  15. je sais bien qu’il y a un indice dans le titre, mais jamais vous imaginerez à quel point ce bouquin m’a gonflé à part le gros chapitre où Jésus rencontre l’inquisiteur, allez savoir pourquoi.

    ok, je me sens ridicule.

    Y a pas que les blogs de fille, il y a les infos de fille!

    par exemple depuis ce matin la radio nous rebat les oreilles avec la mexicaine qui est devenue Miss Monde.
    Moi je veux bien, mais quelqu’un pourrait t’il m’expliquer pourquoi une telle non-info réussi à se hisser à la une des journaux qu’ils soient radio, web ou papier?
    Existe t’il un média, rien qu’un seul, qui a été assailli par ses lecteurs/auditeurs qui exigeaient d’avoir des infos sur ce sujet? En fait qui au juste suit ce genre de nouvelles autrement que tomber par hasard dessus, ce qui ne prouve en rien que les gens veulent lire ce genre d’info.

    je ne comprends pas bien, ce n’est pas que ce concours me scandalise spécialement, c’est juste une question de hiérarchie de l’information.
    La hiérarchie de l’information n’est-ce pas justement ce genre de plus que les journalistes professionnels prétendent apporter par rapport aux « amateurs »?

    Aliocha : ce bouquin, comme vous dites, est l’un des plus difficiles à lire qui soit, à mon sens. J’y ai passé l’été de mes 17 ans, puis un an, rien que sur la Légende du grand inquisiteur, pour mon mémoire de DEA quelques années plus tard. Cette légende est un chef d’oeuvre à l’intérieur du chef d’oeuvre, un texte au moins aussi passionnant que l’Antigone de Sophocle. Il n’y a rien de ridicule à avoir du mal à entrer dans un livre tel que celui-ci. J’ai décroché en tentant de le relire il y a quelques mois 😉 Pour Miss Monde, vous trouvez que c’est une info de fille ? Moi je pense que c’est plutôt une info dédiée aux hommes, à tort ou à raison d’ailleurs. Quant à la hiérarchie de l’info, c’est en effet notre boulot, sauf qu’on est encore en période estivale et que la presse en France s’obstine à penser que durant les week-end et les vacances, il vaut mieux s’en tenir au sport et aux informations distrayantes.

    Commentaire par fredo — 24/08/2010 @ 13:52

  16. @ fredo (15)

    La diffusion de l’info sur « la mexicaine » -qui au demeurant n’a pas été élue Miss Monde mais Miss Univers- est d’une importance primordiale .

    Cette miss est un étalon pour les autres filles qui peuvent ainsi se comparer physiquemnt (en se désolant le plus souvent) et un rêve inatteignable pour la quasi-totalité des mâles de la planète dont elle ne partagera jamais le canapé.

    Miss Univers participe donc activement à l’apprentissage de la frustration par une très importante quantité d’individus.

    Et cet apprentissage est absolument indispensable dans notre société consommatoire touchée par une crise économique majeure et durable.

    Commentaire par Goloubchik — 24/08/2010 @ 14:23

  17. @ Goloubchik (16)

    « Cette miss est un étalon »
    Faut oser, quand même.

    Commentaire par Clafoutis — 24/08/2010 @ 16:19

  18. @fantômette
    si Aliocha est de droite ce n’est pas de sa faute, c’est génétique : http://www.causette.fr/articles/lire-article/article-149/comment-vote-une-blonde.html

    Commentaire par paul — 24/08/2010 @ 16:19

  19. @ Clafoutis (17)

    🙂

    Commentaire par Goloubchik — 24/08/2010 @ 16:34

  20. Si seulement on arrêtait avec les a-priori et les étiquettes on ferait un pas en avant dans les discussions ramenées à l’essentiel; mais on ne s’adresse pas de la même façon à un homme ou à une femme et les jugements de valeur s’ensuivent .

    Pourquoi cherche-t-on à percer le mystère d’une personnalité qui se cache dans le virtuel d’un pseudonyme? Avoir un masque fait partie de la magie, tout connaître de quelqu’un n’a plus aucun intérêt.

    Commentaire par scaramouche — 24/08/2010 @ 17:08

  21. @ Aliocha,

    Arf.

    En fait, vous êtes la reine des étiquettes, vous savez ça? 🙂

    Je ne nierai pas avoir, sans doute, la tournure d’esprit que vous dites. Je m’en sers effectivement dans mon exercice professionnel pour étudier les textes, la jurisprudence, les écritures adverses, ou aussi bien pour écouter (et entendre, surtout) les propos parfois décousus que me tiennent mes propres clients. Cela dit, je ne vois pas dans le choix de ma profession la cause de cette disposition, mais bien plutôt l’un de ses effets. L’écoute – patiente et rigoureuse – fait non seulement partie de ma façon de concevoir mon métier, mais aussi de mon rapport aux autres. Je suis d’un naturel optimiste, j’ai confiance dans la capacité de mon prochain à rendre sa pensée intelligible. Donc, oui, je traque les inconsistances, les facilités, les inconsistances, et avec grand intérêt.

    Cela me parait en outre constitutif de l’idée même du commentaire, pour être franche.

    Dans le fond, la question soulevée ici est peut-être moins celle de l’étiquette que celle de l’identité, et ce n’est pas un hasard si, partant de la première, vous finissez sur la seconde, en revenant sur la genèse de votre identité secrète, « Aliocha ».

    Femme/fille : étiquette ou identité? Croyante? Catholique? De droite ou de gauche? Journaliste? Avocate? Blonde? Brune? Étiquette ou identité? Ce qui nous rend semblable, ou ce qui nous rend autres? Identiques ou uniques?

    Étant précisé que ce qui est intéressant ce n’est pas d’opposer les deux notions, mais de les articuler, bien entendu. Il en va de l’existence même de notre rapport aux autres, après tout.

    Aliocha : Que de sujets passionnants de discussion. D’abord, c’est amusant que l’écoute se traduise chez vous par une traque de la faille et j’ajouterais une obsession de la révéler. Je fais aussi un métier d’écoute, mais je dois avouer que la faille, la contradiction, l’incohérence dans un discours ne me dérangent sans doute pas autant que vous. Peut-être parce que je suis moins rationnelle ou par goût du paradoxe. Au demeurant, je vous dirais même que le raisonnement parfait m’inquiète bien davantage que celui qui comprend des failles, je me méfie comme de la peste du pouvoir de conviction 😉 Sur la question des causes et des effets, nous sommes d’accord me semble-t-il. J’envisage la profession d’un individu non pas comme l’expression de son moi profond, mais plus modestement comme une explication de certains réflexes acquis du fait de cette profession.
    Sur étiquette et identité enfin, je suis convaincue qu’une étiquette torture forcément l’identité en tentant de la faire entrer de force dans un cadre nécessairement trop étroit, figé, emprunt de préjugés. C’est pourquoi j’ai horreur des étiquettes, d’ailleurs au fond la profession est moins une étiquette à mes yeux qu’un indice, parmi d’autres, susceptible de m’aider à comprendre comment fonctionne la personne que j’observe.

    Commentaire par Fantômette — 24/08/2010 @ 20:02

  22. « Si les idéalistes dans mon genre pouvaient vivre ne serait-ce qu’une seconde dans leur monde rêvé, je gage qu’ils reviendraient très vite à la réalité en la trouvant au fond pas si imparfaite que cela. »

    Whouaouh, pas mal comme réflexion pour une Fille (blonde en plus) 😉

    « sa consonance est très proche de mon vrai prénom »

    Ah, après les jeux d’été des magazines, notre journaliste préférée nous propose un nouveau jeu : Alicia ? Anouchka ? Qui dit mieux ? (dans le fond de la salle : « Mieux ! »)

    @ Fantômette (# 21) et Aliocha :
    « Donc, oui, je traque les inconsistances, les facilités, les inconsistances, et … »

    Pour le coup, on peut dire que vous êtes constante, à défaut d’être consistante 😉

    Tiens, pour faire un lien avec la « pseudo-actualité » (c’est à dire l’actu voulue par nos dirigeants): Est-ce que ROM est une étiquette synonyme de VOLEUR DE POULES ?

    Commentaire par Yves D — 24/08/2010 @ 23:38

  23. […] sexe des blogs Posted on 25 août 2010 by sarkofrance| Laisser un commentaire Ma consoeur Aliocha a (gentiment) mal pris que je catalogue son blog comme « blog de filles » […]

    Ping par Le sexe des blogs | Les coulisses de Sarkofrance — 25/08/2010 @ 06:39

  24. La première intervention note que, bien entendu, il n’y a pas de . Eh bien justement, pas du tout! Tout démontre au contraire que les différences restent massives.
    Ainsi, malgré des dizaines d’années d’efforts, la présence de militantes femmes dans les organisations politiques est nettement inférieure à celle des hommes. Alors même que, en raison de quotas de plus en plus strictement suivis, la promotion des femmes dans les postes de responsabilités politiques (notamment dans les scrutins de listes et à la tête des organismes dirigeants des partis) est beaucoup plus assurée que celle des hommes.
    Bien sûr, on peut me répondre que l’activité politique elle-même n’est pas comparable aux analyses politiques qui ne seraient pas sexuées. Mais comment croire que l’activité politique (mesurable plus aisément) n’a rien à voir avec les analyses politiques (moins mesurables))?

    Commentaire par didier specq — 25/08/2010 @ 07:57

  25. Correction du début texte qui précède: la première intervention note que, bien entendu, il n’y a pas de différence sexuée dans l’analyse politique. Eh bien, justement, si…

    Commentaire par didier specq — 25/08/2010 @ 07:59

  26. Je dois avouer ne pas comprendre cette guerre perpétuelle autour des étiquettes (tout le monde doit ouvrir grand ses yeux : un adorateur des étiquettes ose parler !!!).

    Dès lors que ce mot est utilisé, immédiatement, nous citons la femme au foyer (parce qu’ici c’était l’étiquette fille). Suis-je le seul à penser qu’il y a amalgame entre étiquette et cliché. Peut-être ma connaissance du vocabulaire français est inexacte, mais je trouve qu’il y a une notion énorme qui différencie ces deux mots : la réflexion. Un cliché est une idée reçue et admise par une majorité sans réflexion critique, or dans l’étiquette, au sens littéral, c’est ce qui permet de classer des dossiers, en les nommant. Si j’associe le stéréotype à la base du cliché, dans le cas de l’étiquette, je mettrais la tendance.

    J’aime bien penser que les métiers du commerce et de la communication sont plutôt des métiers de femmes, et que le bâtiment, ou la mécanique sont plutôt des domaines masculins… En fait, en écrivant, je me rends compte que c’est lié à ma vision de la femme dans la société : je ne la veux pas égale à l’homme. Je la veux complémentaire. Pourquoi cette acharnement gommer les différences ?

    Aliocha : Loin de moi l’idée de gommer les différences, je les adore ces différences 😉 Et je les aime tant, que je supporte pas qu’on les annhile avec des étiquettes. Le problème est moins les clichés qui s’attachent à une étiquette par rapport à une autre (fille contre garçon, poupée barbie contre camion de pompier) que le fait qu’ils enferment une individualité dans un carcan, par exemple, je suis une fille donc j’aime les poupées Barbie. C’est à ce niveau là que ça m’agace et non pas au stade des caractéristiques générales qui distinguent les étiquettes entre elles.

    Commentaire par sansvoixenlair — 25/08/2010 @ 11:36

  27. En réalité, ce n’était pas l’article en lui-même qui a motivé ma réponse précédente, mais plutôt les commentaires des internautes. On sent clairement une haine des étiquettes :  » non, non, ne les utilisez pas, ce sont forcément des bêtises ». Je pense que c’est aux gens de savoir faire la part entre les étiquettes et les clichés. Les filles cuisinent, ce n’est pas un cliché, c’est une étiquette. Il y a une majorité de femme qui cuisine à cause de notre ancien système patriarcal. Il a de plus en plus d’exceptions, c’est un évidence, mais je vous assure que vous aurez plus de chance de rencontrer des femmes sachant cuisiner que d’hommes.

    Dire les roms sont des voleurs, ça, c’est un cliché. Y a pas eu d’études le prouvant.

    @aliocha en particulier

    « le fait qu’ils enferment une individualité dans un carcan » De toute manière, lors de la première approche d’une individualité, on va forcément faire plusieurs erreurs sur ce qui la caractérise. Il faut être proche d’une personne pour ne pas se tromper sur elle, et encore…

    Je sens dans vos propos que les étiquettes vous gênent car elles vous classeraient dans ce que vous n’êtes pas. Supprimez les étiquettes et les clichés, on continuera toujours par vous prendre pour ce que vous n’êtes pas forcément. Et pas uniquement à cause de votre sexe, votre métier, vos relations, mais aussi juste comme ça, sans raison apparente, simplement pour un mot ou une expression utilisé régulièrement…

    Commentaire par sansvoixenlair — 25/08/2010 @ 12:00

  28. J’ai essayé de suivre les réponses que de paroles pour ne rien dire . J’y inclus mes mots ou maux , faire des jeux avec les mots est bien plus amusant que de mettre des étiquettes que je mettais sur mes pots de confitures que je faisais avec mon mari et nos enfants.
    Voyez-vous des catégories ? moi pas .
    Amitiés à Aliocha nom masculin .

    Commentaire par Sarah Wasilewski — 25/08/2010 @ 14:00

  29. Bonsoir Aliocha,

    Vous vous méprenez sur mon compte, mais peu importe.

    L’étiquette torture forcément l’identité, écrivez-vous. Seulement parce que vous la définissez ainsi. En quoi le fait de dire de vous que vous êtes de gauche (donc) vient restreindre en quoi que ce soit votre liberté de penser? En rien.

    L’étiquette n’est une contrainte de la pensée que pour celui qui choisit d’y avoir recours.

    Gare à celui qui oublie qu’une étiquette n’est qu’une façon assez commode d’établir des connexions entre des personnes ou des façons de voir, qu’elles se décollent aussi facilement qu’elle se collent, et qu’elle simplifient toujours considérablement celui ou celle qu’elle prétend décrire.

    C’est lui qui court le risque de voir son jugement faussé, le jour où il confondra la réalité avec la lecture qu’il en fait.

    Aliocha : si c’est grave, défendez-vous que diable ! j’ai horreur de me tromper sur quelqu’un et je préfère encore qu’on me mette le nez dans mon erreur plutôt que de la laisser prospérer. Disons que si je hais les étiquettes, c’est que j’en ai été victime et que je l’ai mal vécue, quand j’étais jeune, avant d’apprendre à m’en moquer. Parce que j’ai la voix haut perchée on me prenait pour une sotte, parce que je fume des cigarettes fines, on me décrivait snob, parce que je suis distante par timidité, on me pensait prétentieuse. Aujourd’hui encore, quand je parle avec passion d’un sujet, c’est pour partager ce que j’aime, pour que ça rende heureux d’autres gens, et bien souvent je ne parviens qu’à effrayer mes interlocuteurs qui me prennent pour une intello pédante qui veut se mettre en valeur, ce que je ne suis absolument pas. Et encore, ce ne sont que des ennuis insignifiants à côté de ce que vivent ceux qui ont une étiquette à porter lourde de préjugés (couleur de peau, handicap etc.) Voilà pourquoi je hais les étiquettes, je trouve qu’elles trahissent autant qu’elles enferment dans cette trahison, qu’elles suscitent un premier jugement indéboulonnable, la plupart du temps erroné et prodigieusement nuisible.

    Commentaire par Fantômette — 26/08/2010 @ 18:30

  30. @ Aliocha :

    cadeau bonux n°9

    Commentaire par Gwynplaine — 27/08/2010 @ 08:57

  31. « d’ailleurs au fond la profession est moins une étiquette à mes yeux qu’un indice, parmi d’autres, susceptible de m’aider à comprendre comment fonctionne la personne que j’observe »

    Penser qu’une chose telle que la profession ou le sexe permet de mieux comprendre comment fonctionne une personne… En ce qui me concerne c’est bien la définition d’une étiquette plutôt que d’un indice.

    Comment une personne donnée exerce sa profession est un indice.
    Comment une personne donnée exerce son statut homme/femme est un indice.

    Considérer comme un indice l’appartenance a une categorie « artificielle » est pour moi la définition de l’étiquetage 🙂

    Commentaire par Khazan — 27/08/2010 @ 11:43

  32. Chère Aliocha,

    J’ai beaucoup aimé que tu discutes de l’expression « Blog de filles » avec SarkoFrance mais tu aurais pu ouvrir le débat avec BiBi. Aurais-tu oublié qu’en décembre 2009 j’avais déjà parlé de toi dans un de mes billets intitulé précisément « Quatre blogs de filles » (tu étais en numéro trois).

    Tu te fâches vraiment pour rien car si tu veux mon petit com’ le voici.

    Tu as pris un prénom masculin ALIOCHA mais demande autour de toi si ALIOCHA est une fille ou un garçon et tu seras surpris de la réponse massive : 90% diront qu’Aliocha est… une fille ( le A terminal faisant office souvent de féminin comme par exemple en arabe)
    Bah ! les voies de l’Inconscient sont parfois pénétrables. 🙂

    Bien à Toi

    http://www.pensezbibi.com/les-voyages-de-bibi/quatre-blogs-de-filles-2001

    Aliocha : Tiens, vous ne commencez plus vos phrases par « Bibi pense que… » ? C’est mieux. Cela étant, je ne pense pas que nous ayons gardé les blogueurs ensemble, donc le tutoiement me chagrine un peu, mais bon. Pour le reste, Aliocha est soudain plongée dans les affres de la désolation. Elle avait oublié, en effet. Et en plus, elle a chopé le virus delonesque de la troisième personne. Misère…..

    Commentaire par Pensez BiBi — 27/08/2010 @ 12:45

  33. BiBi pense qu’il t’adore.

    Commentaire par Pensez BiBi — 27/08/2010 @ 18:36

  34. @ Aliocha

    Avec une marge d’incertitude acceptable liée aux masquerades, le ratio commentateurs féminins/masculins sur votre blog apparaît écrasant au profit des seconds.

    D’évidence, il tient plus du salon de Madame Récamier ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Madame_R%C3%A9camier_painted_by_Jacques-Louis_David_in_1800.jpg ) que du fan-club de Justin Bieber.

    Même Sa Seigneurie Alain Bibi Ier se déclare. Un mec de plus, tiens donc.

    Pour une fille qui expose « effrayer [ses] interlocuteurs », dites, vous ne vous en sortez pas trop mal.

    Je ne suis pas un voyageur de blogs suffisamment documenté pour le savoir, mais je suis assez disposé à parier que peu de filles tenant un blog sur le territoire national recoivent autant d’hommages et de compliments masculins. Je serais une jeune femme, je ne le vivrais pas trop mal.

    Maintenant, c’est vrai, l’idée de vous entendre chanter d’une voix haut perchée « Le petit Bonhomme en mousse » sous la douche, ça calme les ardeurs 😉

    Commentaire par Goloubchik — 28/08/2010 @ 21:25

  35. Hello Aliocha,

    Me défendre? Quelle curieuse expression… Figurez-vous qu’elle ne serait pas venue sous ma plume ici – et cela bien que ce verbe appartienne définitivement à mon vocabulaire professionnel.

    Cela vous apprend-il quelque chose à mon sujet? Ou au vôtre? 😉

    Je ne me sens ni attaquée ni menacée par les erreurs que vous faites, je ne ressens donc nullement le besoin de me défendre. J’ai une conscience assez nette de mon identité. Je distingue ce qui en fait partie de ce qui n’en est qu’une lecture. Il ne serait ni très intéressant, ni très fructueux, de vous reprendre à ce sujet. Et puis, vos erreurs sont intéressantes de toute façon.

    Sinon, je vous confirme que oui, vous êtes un peu à côté de la plaque en fait.

    Voyez-vous, très chère, il y a un truc qui nous différencie assez nettement, vouzémoi, que tschok avait judicieusement énoncé ainsi en son temps: dans les discussions, vous raisonnez in personam, alors que je raisonne in rem. C’est là qu’on se loupe, le plus souvent.

    Pour vous, la discussion est un rapport de personne à personne, conçu généralement comme un rapport de force, et les arguments échangés sont les moyens de ce rapport.

    De là, par exemple, votre tendance à attribuer une couleur émotionnelle aux commentaires, je pense (vous imaginez facilement qu’un contradicteur est fâché, plein de colère, qu’il ricane, ironise, etc). De là, également, votre besoin (dont je ne nie pas qu’il est légitime, comme je l’ai dit plus haut) de situer vos interlocuteurs: qui sont-ils, d’où viennent-ils, quelle est leur parcours, leur profession… En d’autres termes, vous mettez des étiquettes, et c’est souvent une bonne chose, à mon sens.

    En ce qui me concerne, je vois, plus modestement, bien moins loin. Je ne m’attache qu’aux arguments. In rem, donc. C’est une sorte de fiction, si vous voulez. Bien sûr, je n’ignore pas que nous sommes tous traversés par des émotions – ce sont même elles qui déterminent nos prises de position. Mais je me passe – fort aisément, quoique de manière consciente – de conjecturer à ce propos.

    Pour ce qui me concerne, de là le fait que je ne ressens souvent pas le besoin de donner mon opinion. Parce qu’une opinion – qu’elle soit identique ou différente de la mienne – m’intéresse en tant que telle, et cela même lorsqu’elle me semble mal fondée, erronée, dissimulant de fascinants paradoxes (mes préférées) ou de redoutables contradictions (les plus irritantes). Je m’attache à cela, bien plus qu’à formuler ma propre position sur tel ou tel sujet.

    Les discussions qui ne consistent que dans l’accumulation des opinions des uns et des autres, plus ou moins argumentées, m’ennuient. Elles sont le plus souvent tellement rabâchées, convenues… bof, quoi.

    Ce qui est intéressant en revanche (à mes yeux en tout cas), c’est de faire un « pas de côté » et voir les choses de profil; examiner les arguments sous un autre angle, pour sortir d’un synopsis qui est 9 fois sur 10 programmé dès que vous avez rédigé un billet et appuyé sur « publier ».

    En fait, je m’attache à tenter de « suivre des yeux » la façon dont le sens des mots et des discussions circule, se diffuse, se répercute, rebondit, se développe ou au contraire se dégrade, et se perd.

    J’aime deux choses dans les discussions (et même plus généralement, dans le monde) : les mouvements et les connexions. C’est ça que je guette dans les coms.

    Ici, par conséquent, je tente d’articuler des notions conceptuelles en ne les opposant plus (étiquette et identité), et vous, renvoyez la discussion sur le terrain de l’expérience personnelle. Chacune dans sa logique donc. Et on a un peu de mal à trouver le point de connexion justement.

    (Cela dit, ça n’a rien de dramatique).

    Commentaire par Fantômette — 30/08/2010 @ 18:15

  36. Heureusement (cela dit , çà n’a rien de dramatique )
    Bravo ,Fantômette.

    Commentaire par Salewa — 30/08/2010 @ 19:47

  37. Malgré les promesses contenues dans le titre du billet, La Plume d’Aliocha ne sera définitivement pas étiqueté « blog érotique ». Déception. 🙂

    Commentaire par Kemmei — 30/08/2010 @ 21:59

  38. Le dénommé Bibi dit n’importe quoi. c’est vrai que nombre de prénoms en A sont féminins. Mais ce n’est pas une généralité pour les prénoms arabes. Pensez à Oussama. Et nombres de prénoms masculins russes ont un diminutif en A : Aliocha pour Alexis, Sacha pour Alexandre, Petrouchka pour Pierre.

    Commentaire par Barbara — 30/08/2010 @ 22:01

  39. Alors, c’est vrai? C’est confirmé? Zetes une donzelle? Une vraie? J’ai bien fait de venir, moi. J’crois même que j’vais rester.

    Surtout si vous avez faits des progrès en pole dancing cet été (au lieu de glandouiller à la plage…) 😉

    Aliocha : Ah, vous voilà vous ! Songez donc, arriver à placer sexe (plusieurs fois), Louboutin et talons aiguille dans un seul billet, c’est à l’évidence un appeau à Ferdy. Et puis non, point de Ferdy. Je finissais par m’inquiéter. C’est un peu comme si Frédéric Lefevre sortait une énormité juridique sur le droit des réfugiés sans qu’Eolas ne réagisse. Impensable.

    Commentaire par Ferdydurke — 31/08/2010 @ 10:30

  40. @ Aliocha (39)

    Allons, allons… Il n’y avait pas lieu de vous inquiéter, vous savez bien que I’m your man 😉

    Commentaire par Ferdydurke — 31/08/2010 @ 10:54

  41. @ Ferdydurke

    Vous devriez peut-être modérer votre enthousiasme, old chap. Vous savez bien qu’Aliocha est capable de la jouer aussi comme cela :

    http://www.dailymotion.com/video/x33fjd_patricia-carli-arrete-arreteby-onyx_music

    Commentaire par Goloubchik — 31/08/2010 @ 11:42

  42. @ Goloubchik

    Pas grave. J’ai toujours sous le bras cette autre superbe chanson de Cohen (accompagné pour l’occasion des Webb Sisters) qui commence ainsi :

    If it be your will / That I speak no more / And my voice be still / As it was before / I will speak no more / I shall abide until / I am spoken for / If it be your will

    Commentaire par Ferdydurke — 31/08/2010 @ 14:52

  43. @Barbara
    Où avez-vous lu que BiBi avait fait de TOUS les prénoms arabes finissant par a des prénoms masculins ? BiBi a juste écrit que « le A terminal faisant office SOUVENT de féminin comme par exemple en arabe ». SOUVENT, SOUVENT.
    Quant au A des prénoms russes, là aussi, vous avez mal lu BiBi qui a écrit : « demande AUTOUR DE TOI si ALIOCHA est une fille ou un garçon et tu seras surpris de la réponse massive : 90% diront qu’Aliocha est… une fille ».
    Merci de le faire plus bête qu’il n’est.
    Si BiBi avait écrit n’importe quoi, il aurait probablement ôté le A final de Barbara pour le remplacer par une autre voyelle mais voyez-vous, Barbara, BiBi reste poli ( même s’il écrit n’importe quoi) 🙂

    Commentaire par Pensez BiBi — 05/09/2010 @ 00:23


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :