La Plume d'Aliocha

13/08/2010

Sarkozy voyou ?

Filed under: Débats — laplumedaliocha @ 10:02

Fichtre ! Marianne n’y est pas allé par le dos de la cuillère en titrant cette semaine sur Sarkozy « Le voyou de la République ». Certains lecteurs de ce blog me diront sans doute : « vous voyez Aliocha, quand on vous dit que leurs couvertures sont trop racoleuses à notre goût ». Et en effet quand on se plonge dans le long article de Jean-François Kahn qui justifie le titre de Une, on s’aperçoit que, paradoxalement, il s’agit presque d’une défense du chef de l’Etat, ce qui ne correspond pas exactement au titre. Kahn réfute  les accusations de « pétainiste » et de « raciste » à l’encontre de Nicolas Sarkozy pour expliquer en substance que ses préoccupations sont purement électoralistes, de sorte qu’on ne peut en tirer aucune conclusion sur ses convictions réelles, lesquelles iraient même à l’encontre de ses décisions. L’article est plutôt juste, même si on est tenté de se demander si Nicolas Sarkozy diffère beaucoup de ses collègues de droite comme de gauche sur pareil sujet. L’immobilisme de Jacques Chirac n’était-il pas lui-même le fait d’une volonté de se faire réélire ?

Toujours est-il que ce numéro s’est vendu à 160 000 exemplaires nous apprend @si, un record pour la saison. C’est donc que l’hebdomadaire a frappé juste pour réussir ainsi à secouer la torpeur estivale réelle ou supposée des français. Car voyez-vous, durant l’été, la presse française se repose, persuadée que les lecteurs ne s’intéressent à rien d’autre en juillet et surtout en août qu’au plaisir de consommer un rosé bien frais à l’ombre d’une tonnelle. Du coup, les journaux réduisent leur pagination et tout donne à penser que le monde s’arrête de tourner. Une idée typiquement de chez nous que ne partagent pas nos voisins européens si j’en crois la taille des quotidiens italiens ou espagnols qui reste la même durant les congés. Il se trouve que je séjournais à l’hôtel ces derniers jours et que j’ai pu constater l’épouvantable vacuité du Figaro qu’on nous offrait gratuitement tous les matins. A l’exception des pages saumon consacrées à l’économie, qui ressembaient encore à de la presse, le reste n’était que tissu d’âneries estivales, avec une mention spéciale pour la Der (la dernière page dans notre jargon), consacrée aux tribus de l’été et articulant en une poignée de phrases et un tableau, quelque comparaison sur le modèle êtes-vous juilletiste ou aôutien ?  Passionnant. Même un féminin n’aurait pas osé. Bref, tout cela pour dire que Marianne a eu le mérite jusqu’à présent d’offrir un vrai contenu, y compris durant les congés. Rien que pour cela, je dis Chapeau ! Quant à l’incontournable cahier estival censé distraire le lecteur sur la plage, il était de très bonne tenue.

Reste que le journal serait, dit-on, allé trop loin en traitant le Président de la République de voyou. Possible. C’est en tout cas mon opinion, ce qui ne m’empêchera pas de continuer à lire Marianne parce que son contenu de qualité m’incline à lui pardonner ses Unes racoleuses et ses attaques contre Sarkozy parfois limite. J’avais bien davantage été choquée par sa tentation fut un temps de se livrer à une psychanalyse sauvage de Nicolas Sarkozy pour déterminer s’il n’était pas fou. Il me semblait alors que l’exercice était déplacé et frisait la psychologie de comptoir. Au demeurant, comme l’avait souligné lors d’une émission d’@si une journaliste politique du Figaro dont j’ai oublié le nom, le fait de penser que l’on puisse diriger un pays n’est-il pas toujours le signe d’un déséquilibre psychologique ?

Surtout, dans un pays qui réclame le droit de se torcher avec le drapeau au nom de la liberté d’expression, je ne vois guère comment on pourrait reprocher à un journal de manquer de déférence à l’égard du Chef de l’Etat. On a la presse qu’on mérite et, plus profondément, celle qui nous ressemble. Les ventes de ce numéro de Marianne en sont la preuve. Jean-François Kahn a répondu aux critiques via un communiqué à l’AFP, Maurice Szafran, le directeur du journal a fait de même. Par ailleurs, il s’exprimera dans le prochain numéro du journal à paraître demain. Je gage qu’il rappellera à l’occasion ce qu’il a déjà plusieurs fois évoqué : quand un président traite avec la plus grande décontraction les journalistes qui lui déplaisent d’ « enculés », quand des ministres crient au fascisme parce que la presse s’empare de l’affaire Bettencourt,  il faut s’attendre à ce qu’en retour, les journalistes se débrident. Ce n’est pas forcément très sain pour la démocratie, mais il serait encore plus regrettable qu’on se laisse marcher dessus sans réagir.

Note du 14/08: les commentaires sont de nouveau soumis à modération préalable et ne seront débloqués que dans une semaine. A bientôt….

Advertisements

25 commentaires »

  1. ce qui me choque, bien que n’étant pas un défenseur de Nicolas sarkozy, au contraire, c’est justement le raccolage du titre. un autre Nicolas à été victime d’un titre raccoleur: Nicolas Anelka.
    ce qui n’a pas été sans conséquences.
    et tout ça pour vendre du papier.
    je ne suis pas contre la provocation, j’en suis meme un adepte, mais à condition que cette provocation reste justifiée.
    est si Nicolas Sarkozy est un grossier personnage, on ne doit pas marcher dans son jeu.
    la liberté de la presse ne doit pas etre contrainte au rendement.

    Aliocha : vous m’avez collé un doute affreux, moi aussi j’écrivais raccolage avec 2 « c » avant, mais il n’y en a qu’un seul 😉 Sinon, la Une est faite pour vendre, on n’y changera rien. Et puis c’est l’esprit Marianne, on aime ou pas. Moi j’aime quand la presse s’agite, qu’elle est insolente, ça me console des autres qui s’aplatissent.

    Commentaire par leinad — 13/08/2010 @ 11:38

  2. bonjour,

    JFK s’est exprimé dans le C dans l’air du 11 Août « Sarko l’impopulaire » que l’on peut revoir en ligne pendant 7 jours http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1505

    bon retour de vacances

    gabbrielle

    Commentaire par gabbrielle — 13/08/2010 @ 12:51

  3. Comme quoi Marianne prouve qu’on peut vendre autre chose que des unes sur le sexe l’été.
    Et puis « voyou » quelle insulte ouh lala ! J’aurais bien aimé « Nicolas le sauvageon » mais bon…

    Aliocha : voui, à croire que les français ne font l’amour qu’en été, si c’est vrai, c’est un peu triste 😉

    Commentaire par Eric — 13/08/2010 @ 13:28

  4. ah non, encore une fois vous vous en prenez à la presse féminine!!!

    C’est hon-teuuuuuuuux.

    Prenons – au hasard – un magazine haut de gamme: Grazia. Je sais que vous le lisez avec avidité, sans oser l’avouer.

    Alors place à l’info!!!!!
    Déjà sur la couverture on apprend que Grazia est « Elu meilleur nouveau magazine de l’année ».
    Est-ce que Marianne a un jour été élu meilleur nouveau magazine de l’année par la rédaction de Grazia? Non!!!!

    Si ce n’est pas une preuve que vous faut t’il?

    Et puis la magazine regorge d’articles de fonds rédigés par de talentueux Grands Reporters.
    Au hasard j’en cite un ou deux.

    Voyons…

    Si, si ça vient

    Je vous assure je n’ai que l’embarras du choix.

    Ah mais deux secondes, je tourne une page.

    ….

    Aaaah voici: des cheveux sexy en deux minutes!!!
    Moi je croyais qu’il fallait au moins 2 minutes et 30 secondes pour avoir des cheveux sexy, ben non , deux minutes suffisent.
    Vous voyez, j’ai en quelques instant amélioré ma culture générale d’au moins 80%. La lecture de Grazia devrait être obligatoire dans les écoles.

    Par contre sur Marianne j’ai beau regarder, rien sur les cheveux sexy. Un vrai torchon ce journal.

    Aaaah, un article extraordinaire de profondeur philosophique « tendance: les nouvelles bimbos font leur numéro ».

    Si après avoir lu ça vous ne vous sentez pas intelligente.
    Par contre Marianne, par charité chrétienne je n’en dirai rien. Que de la daube, pas même un article de fond sur le nouveau sex toy de Paris Hilton

    Journaliste, y a pas à dire, un métier qui fait rêver!

    Aliocha : à voir comment réagissent les commentateurs quand je m’absente, je crois que je vais partir plus souvent 😉

    Commentaire par fredo — 13/08/2010 @ 13:32

  5. @aliocha: c’est pas d’ma faute, m’dame, le correcteur orthographique, y marche pas dans les commentaires. et j’étais persuadé que le racolage était comme ça.
    et je suis d’accord pour une presse insolente, mais je ne souhaite pas une presse racccoleuse (là, j’en mets 3 pour le plaisir)

    Aliocha : C’est vrai qu’on a envie de lui coller deux « c » à ce mot-là, 2 « c » pour le claquement des talons aiguille sur le pavé, 2 « c » pour des cils alourdis de mascara, 2 « C » pour un décolleté trop plongeant, pour 2 jambes infinies, ou pour une Une de presse qui fait de l’oeil aux passants 😉

    Commentaire par leinad — 13/08/2010 @ 14:09

  6. Concernant la presse l’été, Aliocha, le feuilleton « Chirac, le roman d’un procès », publié sous la plume du pseudo Cassiopée (couvrant une alliance de vos consoeurs PR-D et Raphaëlle Bacqué ?) mérite à mon sens au moins une citation. Un vrai petit délice quotidien.

    Aliocha : j’ai zappé cela. Ah, si seulement on distribuait Le Monde, plutôt que Le Figaro, dans les hôtels….

    Commentaire par Goloubchik — 13/08/2010 @ 16:24

  7. De même qu’Eric, je ne laisses pas de m’étonner du retour en force du terme « voyou » qui avait pour moi totalement perdu de sa charge négative. Je l’associais plutôt à l’emploi qu’en faisais ma grand-mère à mon encontre quand elle voulait me traiter de chenapan.

    @ Aliocha :

    Je n’ai pas entendu le pays réclamer le droit de se torcher avec le drapeau (ou alors peut-être parlez-vous de sa frange invisible et silencieuse, mais peut-on être silencieux et réclamer ?), je crois plutôt qu’il souhaiterait que les parlementaire ne passe par leur temps à étudier une nouvelle loi réprimant un tel acte dès qu’il en vient l’idée à un hurluberlu quelconque. Et je ne vois pas ce qu’il y a de malsain pour la démocratie à ce que les journalistes se débrident quand on voudrait toujours plus les brider.

    Aliocha : Vous avez évidemment raison de corriger ma tendance à prétendre savoir ce que veut le pays. Cela étant, je m’inquiète un peu qu’on ne respecte plus grand chose. Il est possible que les concepts de nation, de frontières et de drapeau n’aient plus de sens, il est possible aussi que la fonction de Président de la République ne mérite plus de respect particulier. Je suis la première à penser que si un président se permet de traiter les journalistes d’enculés, il mérite d’être qualifié en retour de voyou, mais la question que je me pose à ce stade est la suivante : quand on aura tout désacralisé, il nous restera quoi ? Peut-on vivre sans limite, sans territoire sacré et surtout sans possibilité de transgresser ? Il me semble parfois que la règle, le tabou, n’ont d’autre mérite que de nous permettre de rêver d’affronter les interdits. J’ai peur à l’idée que ce rêve, cette liberté inaccessible au-delà du sacré ne disparaisse au profit d’un vide sidéral et désespérant. Dostoïevski l’avait pressenti et Camus, son fils spirituel, l’avait prédis….Nous y sommes.

    Commentaire par Gwynplaine — 13/08/2010 @ 17:57

  8. Que vous me semblez mou, très mou !
    Face à la violence de Sarkosy : violence verbale, violence sociale, violence policière…
    Il me semble un tantinet justifié de réagir !

    Vous préférez le style chamalow comme Francois Hollande, c’est bien triste mais tant pis je vais aller voir ailleurs.

    Salut

    Aliocha : dans mes bras, cher commentateur anonyme ! Vous êtes la première personne à me trouver molle, quel délice, quelle jouissance. Je vais enfin pouvoir me reposer, me vautrer dans cette molesse fraîchement découverte. Enfin, à condition que les hurlements de rire des commentateurs habituels de ce blog ne m’empêchent pas de dormir.

    Commentaire par dd — 14/08/2010 @ 01:23

  9. Balle de voyou

    Quand on qualifie quelqu’un de voyou, il faudrait peser ses mots pour que l’adjectif ne devienne pas un substantif.
    Voyou et ce n’est pas nouveau, c’est le mot qui pue dans toutes les revues, le mot qui court les rues, le mot qui tue.

    Q U E S T I O N :
    Qu’y a-t-il de commun entre
    a- Un gamin éperdument voyou
    b- Un patron prétendument voyou
    c- Et un président indûment voyou ?

    R E P O N S E :
    Tout ce que « Marianne » et la morale réprouvent.

    Dans tous les cas de figures, on a affaire à des durs qui sont prêts à tout pour imposer leur sens de la mesure.
    Pour eux, comme on dit, la fin justifie tous les moyens.
    Sauf que nos trois figures ne relèvent pas de la même caricature.
    Le premier, le beau gosse de rue cherche d’abord à nuire.
    Le second, chef d’entreprise cherche surtout à s’enrichir.
    Quant au troisième, pour le saisir il faudrait relire « le Prince » de Machiavel pour comprendre ce qu’il faut dire ou ne pas dire pour se faire réélire !
    C’est ce qu’on appelle la politique, qui depuis la Grèce antique est restée fondamentalement cynique : à chaque fois qu’elle distingue devoir et pouvoir, elle devient voyoute !

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20voyou

    Commentaire par tueursnet — 14/08/2010 @ 10:31

  10. Chère Aliocha, permettez mois pour une fois de ne pas partager votre opinion.
    En effet traiter le Président de la République de voyou c’est justifier le choix de la vulgarité qu’à fait cet homme. Or si lui a fait ce choix de donner l’image d’un Président « ordinaire » nous n’avons pas le droit d’en faire autant car c’est faire sa démonstration que les valeurs de notre République ne valent pas grand chose. Et là il y a danger car la petite blonde n’attend que ça !

    Aliocha : Nous ne sommes pas en désaccord total, je penche en faveur de Marianne, mais je n’applaudis pas pour autant. Mon premier réflexe a été d’être choquée. « Ils vont trop loin » me suis-je dit. En réalité, j’ai trouvé presque autant d’arguments pour eux que contre eux. Contre, il y a le respect dû à la fonction, la courtoisie minimale qui doivent présider aux relations humaines (le journalisme français en abuse de cette courtoisie habituellement d’ailleurs), l’argument stratégique consistant à ne pas descendre aussi bas que l’adversaire (je rappelle que Szafran et Domenach se sont fait insulter en privé par le Chef de l’Etat, et de bien belle manière, « enculés », ça n’est pas très digne comme injure), il y a aussi la crédibilité d’un organe de presse, la cohérence entre sa Une et son contenu dont on a vu ici qu’elle n’était pas au rendez-vous, ce qui pose un problème intellectuel mais aussi commercial, il n’est jamais bon de décevoir son lectorat habituel, fut-ce pour le plaisir d’en conquérir un nouveau par un titre accrocheur qui déclenche la curiosité et donc l’acte d’achat. Pour, il y a le réveil du journalisme français qui rompt donc avec une trop longue tradition de lèche-bottisme, l’esprit Marianne dont j’aime l’impertinence -seulement voilà, quand on prend des risques, parfois on va trop loin, c’est le jeu-, le fait qu’on ne peut pas demander décemment à des journalistes de se faire insulter en off et de garder officiellement un ton courtois. Mais au fond, l’argument qui a été pour moi décisif est celui-ci : la presse est le reflet d’une société et de ses valeurs. Dès lors, si on dépasse l’irritation suscitée par le titre pour tenter de comprendre à quoi il nous renvoie, on s’aperçoit que la manière de gouverner de NS a fait bouger les lignes. En lançant son fameux « casse toi pov’con », il a lui-même dévalorisé sa fonction, il l’a même désacralisée. Dès lors, il n’est pas étonnant que Marianne en prenne acte et ajuste son discours par une sorte d’effet miroir ou de parallélisme des formes. Un citoyen est un pov’con ? Dont acte. Alors le président qui dit cela peut à son tour se faire traiter de « voyou ». C’est regrettable, je vous l’accorde, mais infiniment intéressant et significatif.

    Commentaire par marsan — 14/08/2010 @ 23:07

  11. « Marianne » qui est l’image de la république n’a pas à traiter son président de voyou même si le désaccord est profond et la conduite de Sarkozy discutable. C’est se mettre au même niveau; de même que justifier le vide de la presse en été en citant le Figaro n’a jamais été une excuse pour sa propre indigence.
    On a en effet remarqué une surabondance de premières parges de couverture aux titres raccoleurs avec grande déception à l’intérieur pour les amateurs du genre.
    La publicité dans tous les domaines essaie d’être de plus en plus choquante pour qu’on s’intéresse aux produits. Attention au phénomène inverse de « rejet ».

    Commentaire par scaramouche — 17/08/2010 @ 09:21

  12. Je « raccole » moi aussi ..avouez qu’on est nombreux à faire cette faute!

    Commentaire par scaramouche — 17/08/2010 @ 09:26

  13. Selon mes sources bien informées, la rédaction de Marianne aurait longuement hésité entre « Sarkozy Voyou », et « Sarko Enculé ! »…
    La première version l’a emporté d’une courte tête… Pour combien de temps encore ?

    Commentaire par Arnaud — 17/08/2010 @ 10:54

  14. Pour ma part, je ne suis pas d’accord avec cette façon qu’a Jean-François Kahn d’exonérer Sarkozy dans ce qu’il fait de pire. Les mesures racistes qu’il souhaite mettre en œuvre, ce n’est tout de même pas rien. Peut me chaut qu’on fond Sarkozy ne soit pas un raciste ou un fasciste, ce qui compte, c’est la politique qu’il mène et qui a quelque chose de pétainiste. Faire le tri entre les Français, selon le moment où ils sont devenus français, on n’avait jamais vu ça depuis Vichy. Arrêter les Roms et séparer les hommes des femmes et des enfants, on n’avait jamais vu ça non plus depuis la guerre. Même à droite on s’en est ému.
    Alors, qualifier simplement de « voyou en politique » quelqu’un qui dresse les Français les uns contre les autres, c’est presque un mot doux. Je ne comprends pas le scandale que ça suscite.

    Commentaire par Gilbert — 17/08/2010 @ 13:53

  15. @ Aliochas dans votre réponse à #7

    « Il est possible que les concepts de nation, de frontières et de drapeau n’aient plus de sens, il est possible aussi que la fonction de Président de la République ne mérite plus de respect particulier »

    Je remplacerais dans votre formulation le mot « possible » par « fortement souhaitable »

    « quand on aura tout désacralisé, il nous restera quoi ? »

    … la liberté, l’universalité, une gouvernance planétaire démocratique à mettre en place…. 2 ou 3 trucs quoi !
    L’abus de l’usage du mot « sacré », fortement lié à des croyances religieuses surannées, nous renvoie en politique à des concepts monarchiques.
    Personnellement, le sacré me donne du diabète.

    Bonne journée

    Commentaire par Ginkgo — 18/08/2010 @ 10:18

  16. […] Aliocha n’a pas apprécié que Marianne, qu’elle continuera d’apprécier, traite Sarkozy de voyou de la République. […]

    Ping par Revue de blogs de filles « Les coulisses de Sarkofrance — 19/08/2010 @ 07:31

  17. bon, alors perso, je trouve que Marianne est un journal sans contenu (ou quasi, parce que au mileu de 15 pubs et articles sans intérêt, évidemment, il y aura 2 ou 3 trucs intéressants), je ne m’attarderai pas à débattre de cela, ce qui n’a absolument aucun sens. Chacun ses goûts.

    en revanche, que vous sombriez dans la remarque sur ce pays qui réclame qu’on se torche avec le drapeau » (d’ailleurs, j’étais à l’étranger, j’ai dû louper les grosses manif réclamant ce « droit »), sous-entendu « ah, ma pauv’dame, y a plus d’respect », ça, je dois dire que ça me scie…. vous ne faites pas la diffréence entre réclamer le droit de se torcher avec le dreapeau et juste réclamer qu’on inquiète personne parce qu’il a envie de se torcher avec le drapeau ?

    c’est un peu comme si je vous disais : ah la la, Aliocha, quand je vous vois réclamer que la presse ait le droit de traiter le Président de la République de voyou, je me dis que tout fout l’camps dans ce pays….

    bon, voilà, c’était juste histoire de ronchonner entre deux séjours de vacances….

    Aliocha : je crois qu’ils adoreraient avoir 15 pubs, vous devez confondre avec l’Obs ou un autre 😉 Sur le contenu, question de goût. Moi je trouve qu’il y en a beaucoup, ou plus exactement qu’il y a exactement ce que je cherche. Il est toujours plus ou moins en ligne avec ce qui m’intéresse dans l’actualité et pousse en outre à la réflexion sur bien des sujets au lieu de s’en tenir au purement factuel. Quant à l’affaire du drapeau, ce qui m’afflige est moins le sujet de la photo que l’infinie médiocrité avec laquelle le sujet est traité. C’est de la provoc de base, sotte, dénuée de sens, nulle d’un point de vue technique, et susceptible de choquer sans apporter quoique ce soit en contrepartie. Que l’on n’embastille pas son auteur, fort bien. Mais qu’il y ait eu des gens pour récompenser cette pitrerie de bas étage, les bras m’en tombent. C’est bien que cela correspond à quelque chose de plus profond, non ? Je n’aime guère la haine de soi que l’on cultive actuellement dans ce pays parce qu’elle me fait craindre un retour de balancier du côté du nationalisme, tout simplement. Les excès attirent toujours les excès.

    Commentaire par jalmad — 21/08/2010 @ 15:51

  18. Bonsoir Aliocha, bon retour.

    Sur l’affaire du drapeau, certes il est affligeant qu’on ait pu récompenser cette photo (pour ce que vous en dites : médiocrité de la réalisation par rapport au thème du concours), et même je dirai qu’il est regrettable qu’on organise un concours sur un thème aussi conformiste que « non politiquement correct », mais qu’on enclenche une procédure de licenciement contre deux personnes (psdte jury et responsable com’ national de la Fnac) qui n’ont fait que ce qu’on leur a demande, moi, c’est ça qui me fait tomber les bras. On provoque une provocation puis l’on s’en offusque en disant « ça va trop loin », je trouve ça révoltant.

    Aliocha : Merci Gwynplain, heureusement que vous êtes là, on ne se marche pas dessus ici en ce moment 😉 Cette histoire est d’une infinie médiocrité, du début à la fin. Peut-être justement parce qu’au-delà du sacré, il n’y a que l’ennui et le vide. Allez savoir…

    Commentaire par Gwynplaine — 22/08/2010 @ 20:13

  19. Le journal Marianne racoleur? Allons, les journalistes de Marianne font leur travail comme ceux de Médiapart. Heureusement qu’il en reste encore quelques uns qui refusent de s’aplatir devant le pouvoir de ce pays!

    Commentaire par chris — 23/08/2010 @ 00:36

  20. SarkoGate : Raccompagnons Nicolas Sarkozy à la frontière … de l’Elysée : http://www.facebook.com/group.php?gid=142284815808171

    Rejoins moi !

    David CABAS
    david.cabas.over-blog.fr

    Commentaire par David CABAS — 27/08/2010 @ 01:25

  21. « je crois plutôt qu’il souhaiterait que les parlementaire ne passe par leur temps à étudier une nouvelle loi réprimant un tel acte dès qu’il en vient l’idée à un hurluberlu quelconque »

    oui, c’est exactement cela( merci à ce commentateur)…mais c’est tellement plus intéressant d’être choqué et relevé que c’est médiocre, qu’on a plus de valeur et que tout fou l’camp ma brave dame…( tout le monde est environ d’accord sur la médiocrité de la chose, ce qui ne remet pourtant pas en cause la nécessité de pouvoir le faire librement) .C’est ce que beaucoup de gens reproche à la presse, polémiquer sur du vide et passer à coté de ce qui est vraiment important….Je ne crois pas non plus qu’on ai la presse qu’on mérite.

    Aliocha : Ah ben oui, ma bonne dame. Dès qu’on prononce le mot liberté tout le monde doit se mettre au garde à vous. Surtout s’il s’agit de se dresser contre une nouvelle loi liberticide voulue par un gouvernement liberticide. Alors si en plus, penser le contraire peut aboutir à défendre le drapeau et donc, hop !, à passer pour une immonde facho, là le choix de la belle pensée unique bien grasse est vite fait : laissez-nous nous torcher avec le drapeau si on en a envie. Eh bien voyez-vous, moi je trouve que si le dernier bastion à conquérir par la liberté c’est le droit d’être con et de l’exprimer haut et fort, je laisse à d’autres le soin de prendre les armes. Ce genre de combat ne m’intéresse pas.

    Commentaire par Céline — 27/08/2010 @ 07:45

  22. votre réponse correspond à ce que j’ai pu découvrir en une après midi de navigation sur les blogs dit sérieux: une belle plume et des grands mots qui ne savent comprendre ni ce que pensent les gens,ni être au service d’idées constructives, alors d’après vous: est-il primordial de legiferer sur le sujet ? ou a-t-on d’autres sujets plus importants à traiter ? c’est bien une pensée franco-française d’assimiler la défense de la liberté d’expression à la pensée unique politiquement correct… »si le dernier bastion à conquérir par la liberté » : reste la moitié de la planète pour lesquels ce droit est loin d’être acquis et dans lesquels votre blog serait censuré pour pensée dissidente…je respecte le drapeau au moins autant que vous et ne m’insurge pourtant pas du fait que certains s’amusent médiocrement à se torcher avec,ils peuvent le faire comme je peux leur dire que c’est médiocre, y’a bien des choses plus importantes contre lesquels s’insurger, ce sont des non-évênements pour lesquels on crée ( la presse) des non-polémiques.

    Commentaire par Céline — 27/08/2010 @ 17:37

  23. Vous voyez Aliocha, quand je vous dit que leurs couvertures sont trop racoleuses à mon goût 😉

    Je ne suis guère convaincue pas vos arguments en défense de la une de Marianne.
    Avoir été insulté en privé ne légitime pas à mon sens que des journalistes se laissent aller à une Une racoleuse. De même, invoquer le « casse toi pov’con’ (qui n’avait pas vocation à être public) ou plus généralement les manières de soudard de Nicolas Sarkozy sur le mode « Msieu, c’est lui qui a commencé » est une excuse bien commode pour ses contradicteurs pour s’autoriser des épithètes ou des arguments où la haine et l’approximation tiennent lieu de pensée.

    Commentaire par Tocquevil — 31/08/2010 @ 16:37

  24. Je l’ai trouvée pas mal cette Une.

    Il fallait en quelques mots illustrer une idée complexe selon laquelle notre bien aimé président, avec un manque de scrupule totalement cynique qui est devenu sa signature, n’hésite pas à casser les objets du culte républicain les plus sacrés afin d’amener ses adversaires à crier au scandale, dans le but de les tourner en dérision sur le mode du « vous, vous ne faites rien, alors que moi j’ose m’attaquer aux problèmes de fond sans tabou », et dans le but de faire oublier toutes les casseroles qu’il se traine.

    L’idée de prendre l’iconoclaste à son propre piège n’est pas idiote. C’est une façon de lui dire: vous n’avez aucun tabou? Ben nous non plus. On va jouer au plus vulgaire et on verra bien.

    Ce qui est très intéressant, c’est de voir qui a sifflé la fin du match.

    Fillon… Redorant au passage le blason de SA fonction.

    J’ignore si cela avait été prévu par les stratèges présidentiels qui, en fait, ont organisé tout ce bordel. Si oui, ces mecs sont très intelligents. Si non, ils ont vraiment été cons.

    Techniquement parlant, la Une « Le voyou de la république » est très intéressante quand elle vise un homme qui, par ailleurs, est président de la république. Ce qui choque dans l’expression n’est pas tant l’emploi du mot « voyou » appliqué à un président que la substitution du mot « voyou » au mot « président » dans l’expression « président de la république ».

    Un voyou est une personne d’un rang social très inférieur à celui d’un président.

    Dire d’un président de la république qu’il est devenu un voyou de la république revient à dire que l’homme n’est plus digne donc n’est plus à la hauteur de sa fonction, ce qui est à peu près le pire qu’un organe de presse pouvait dire à ce président, sachant que l’autre signification de l’expression (l’instrumentalisation de la fonction présidentielle afin de commettre des actes de voyou) a suscité de la part du pouvoir des réactions décalées.

    Les lieutenants chargés de la défense présidentielle se sont en effet placés sur le terrain de la légitimité (respect dû au chef de l’Etat élu au suffrage universel par les Français pour appliquer une politique qu’ils approuvent « massivement ») pas sur celui de l’honorabilité ou de l’intégrité de la personne qui occupe la fonction.

    Ce faisant ils ont donné l’impression qu’on avait effectivement voté pour un voyou devenu chef de l’Etat, fonction qui appelle le respect indépendamment de la personne qui l’occupe. Or, ce n’était pas seulement du chef de l’Etat dont il fallait prendre la défense. Il fallait aussi défendre l’homme. Et l’UMP, comme les lieutenants du président, ont « oublié » de le faire.

    Une défense en forme d’aveu, quoi.

    En somme, ce qui est le plus scandaleux dans cette Une, c’est la réaction du pouvoir, pas le fait qu’il ait réagi, ce qui est bien normal: si eux mêmes sont persuadés que le président est un voyou, mais qu’il faut quand même respecter sa fonction, c’est leur vérité.

    A partir de là, je me dis que cette Une n’est pas si mal, parce qu’elle a constitué un moment de vérité démocratique, ce qui est le rôle du journalisme.

    Commentaire par tschok — 03/09/2010 @ 17:21

  25. Le terme « voyou » est un terme en vogue, non?

    Il est suranné au point d’avoir une connotation presque flatteuse lorsqu’il est utilisé dans le langage courant. Je peux dire de mon neveu qu’il est un petit voyou, comme je dirais un petit filou, sur le ton de la tendresse amusée, sans que cela n’offense sa maman.

    (D’ailleurs, si ça se trouve, le nom voyou a déjà été déposé pour un dessert lacté quelconque, ou un biscuit au chocolat).

    « Quel voyou celui-là! » …

    On peut même y voir une sorte d’éloge, un discret hommage rendu à l’esprit de ruse, la mètis, l’habileté à concevoir des stratagèmes trompeurs mais efficaces, sans dévotion particulière pour le respect des normes.

    Pourtant, tout de même, on a créé – en assez peu de temps me semble-t-il – les « patrons-voyous » et les « États-voyous », et maintenant, le « voyou de la république »…

    Le mot retombe du mauvais côté de la barre, mais il semble conserver une certaine ambiguïté qui en rend l’interprétation malaisée.

    C’est un mot qui ne parle plus, qui ne se suffit plus à lui-même. Son sens est aléatoire, il faut voir qui le dit, dans quel contexte, sous quelle forme, à quel sujet…

    Il doit être tissé dans la trame complexe d’un réseau de mots et de liens sociaux, c’est étrange.

    Je parie que c’est un mot qui ne dérange pas tellement Nicolas Sarkozy, en réalité.

    Commentaire par Fantômette — 15/09/2010 @ 16:59


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :