La Plume d'Aliocha

24/07/2010

Informer n’est pas fauter

Filed under: Brèves — laplumedaliocha @ 11:22

La Cour d’appel de Paris a rejeté le 23 juillet les recours intentés par Patrice de Maistre et Liliane Bettencourt à l’encontre des ordonnances de référé du TGI de Paris en date du 1er juillet 2010 qui avaient fait droit à Mediapart en refusant d’ordonner le retrait de la reproduction des enregistrements des conversations de Madame Bettencourt (voir l’ordonnance rendue sur la demande de cette dernière).

On retiendra que les deux arrêts comportent exactement le même considérant ainsi rédigé :

« Les informations révélées qui mettent en cause la principale actionnaire de l’un des premiers groupes industriels français et dont l’activité et les libéralités font l’objet de très nombreux commentaires publics, relèvent de la légitime information du public ; qu’il en est a fortiori de même lorsque ces informations concernent l’employeur de la femme d’un ministre de la République, alors trésorier d’un parti politique ».

Les arrêts sont disponibles sur le site de Mediapart. Pour ceux qui ne seraient pas encore abonnés, c’est le moment de vous lancer.

Jolie victoire pour la liberté de la presse et le droit à l’information !

Advertisements

18 commentaires »

  1. « Informer n’est pas fauter » mais « Ne pas informer est-il fauter »? Pour ma part je pense que oui.

    A http://www.orvinfait.fr/respect_de_la_vie_avant_tout.html je pense démontrer, preuve à l’appui, que les journalistes ne font pas leur métier et à cause de cela sont responsables des 15000 décès qui se sont produits au moment de la canicule de 2003.

    L’information pour lutter contre la canicule et alertant sur le nombre de morts qu’elle pouvait produire était disponible sur le site de l’Organisation Mondiale de la Santé en décembre 2001. Si les journalistes avaient mis en avant cette information aussitôt en montrant que la France n’était pas préparée, ils auraient évité 15 000 morts en France.

    Si ma démonstration est exacte cela signifie aussi que l’information journalistique peut-être vitale. A partir de ce moment là elle a une réelle valeur. Elle est vendable et à un bel avenir devant elle.

    Commentaire par Serge Cheminade — 24/07/2010 @ 13:07

  2. « Pour ceux qui ne seraient pas encore abonnés, c’est le moment de vous lancer. »

    Bonjour Aliocha. Plenel, ce n’est pas celui qui a licencié Schneiderman car ce dernier avait dénoncé la tentative d’étouffement du livre de Péan? Ce journalisme du « circulez, ya rien à voir » quand il est sur la sellette, non merci, vraiment. Plenel passe trop facilement du contre-pouvoir à l’abus de pouvoir et l’intimidation. On va s’en rendre compte, encore une fois.

    Commentaire par araok — 25/07/2010 @ 09:22

  3. Nous voilà rassurés : d’après Patrice de Maistre, Liliane Bettencourt aurait voulu retirer 500.000 euros, non pas pour financer une quelconque campagne politique, mais simplement pour s’acheter une bagounette !…

    Au fait, vous connaissez la dernière petite blague au sujet de Liliane Bettencourt ? Non ? Bon je vous la fait courte.

    Liliane Bettencourt accepte enfin de voir un expert psychiatre et subir un examen médical afin de prouver qu’elle a encore toute sa tête.
    Tout se passe bien et à la fin de l’examen le médecin annonce à Madame Bettencourt : « Hé bien voilà Madame, je suis heureux de vous annoncer que vous allez bien et que vous avez toute votre tête », et Madame Bettencourt de répondre : « Ha merci docteur… Bon, combien de millions d’euros je vous dois ?… Je peux vous payer en espèces ?… ».

    Commentaire par Oeil-du-sage — 25/07/2010 @ 10:23

  4. Dans le même genre, il y a cette petite scène de la vie courante enregistrée par hasard :

    Liliane B. :
    « Grand Dieu, j’ai promis à des amies que nous irions faire quelques emplettes aujourd’hui et je m’aperçois que je n’ai plus de monnaie dans mon sac !
    Claire, vous serez gentille d’aller vite me retirer un peu d’espèce à la banque »

    (Les enregistrements ne disent pas si Mme W. fait partie des quelques d’amies prévues pour les emplettes).

    Claire T. :
    « Bien Madame. Je vous retire encore 500000 euros comme hier ?… »

    Commentaire par Oeil-du-sage — 25/07/2010 @ 12:38

  5. Où commence et se termine la vie privée?
    Un larbin qui espionne sa patronne et des employés qui vendent des informations aux journaux ce n’est pas de l’information c’est du journalisme poubelle.
    Oui nous avons le droit de savoir comment sont financés les partis politiques mais nous savons que TOUS le sont par les grandes fortunes et quelquefois à part égales, non nous n’apprécions pas les fuites de capitaux mais ne faut-il pas mieux fermer les yeux que de les voir tous partir?
    Et par dessus tout nous sommes certains qu’il y a une affaire très convoitée qui risque le morcellement et un certain nombre de choses qui sont cachées pendant qu’on nous amuse avec des hochets.
    Or il s’agit de milliers d’emplois.

    Madame Bettencourt mange son usufruit, c’est son droit le plus strict , avec qui elle veut, cela la regarde et si elle était gâteuse on se demande pourquoi alors elle serait  » auditionnée » en justice?

    Cette affaire est pain bénit pour une certaine presse mais à trop tirer sur l’ambulance gouvernementale il ne faudrait quand même pas arriver à nous la rendre sympathique.

    Commentaire par scaramouche — 25/07/2010 @ 21:02

  6. @ Tous

    Cette « affaire » est passionnante à plus d’un titre… Elle nous fait, entre autres, toucher du doigt ce qu’est la vie d’une milliardaire (que je n’envie pas, par parenthèse)…

    Ce genre de personne est évidemment très courtisée pour son argent… Les « entretiens volés » en sont la confirmation… Mais quand elle veut 500.000 euros en espèces, toutes proportions gardées, c’est comme si vous et moi retirions 300 euros au DAB du coin… Comme le disait le slogan de Bordau-Chesnel « nous n’avons pas les mêmes valeurs » !

    Et après tout, elle fait ce qu’elle veut de son argent… Je pense qu’elle n’a même pas conscience d’avoir enfreint la Loi…

    Si j’étais elle (comme dirait Julien Clerc !), j’irais me domicilier en Suisse pour y finir mes jours… La Suisse n’extrade pas facilement et justement, il y a un chalet à Gstaad qui se trouve disponible… Deuxième décision, je révoquerais la donation à ma fille Françoise (car elle ne la vaut pas)… Et je ne répondrais sûrement pas aux questions de la Police, même si elle se donne la peine de venir m’interviewer chez moi…

    Mais je ne suis pas Liliane Bettencourt !

    Commentaire par ramses — 26/07/2010 @ 03:30

  7. Le problème n’est pas ce que fait Liliane Bettencourt avec ses sous, mais ce que les destinataires en font, pour quels motifs, et dans quelle « éthique ».

    Si je donne dix euros à quelqu’un qui me les demande, ce n’est pas un problème.
    Le problème survient si avec ces dix euros, il s’enfile deux ou trois bouteilles avant de prendre le volant.
    Le problème est plus partagé si de surcroit je connais ces habitudes avant de donner les dix euros.

    On fait ce qu’on veut avec ses sous, ça n’empêche pas je crois de suivre une certaine éthique dans la distribution qu’on en fait.

    Mais on peut aussi en effet penser que chacun fait ce qu’il veut, et que les lois, les règles de société etc ne servent qu’à ceux qui y voient une quelconque valeur …

    Commentaire par DePassage — 26/07/2010 @ 08:03

  8. La belle OTERO, courtisane de la Belle Epoque, aurait dit: La fortune vient en dormant, mais pas en dormant seule

    Surement, que le bon ami de Mme Bettencourt pourrait en dire autant

    Commentaire par Cyd — 26/07/2010 @ 10:36

  9. ahhh, on voit arriver les « laisser la sinon elle va partir avec les millions d’emplois », les « c’est pas grave si ils sont au dessus de la loi, ils ont de l’argent et on en profite d’une manière ou d’une autre » …

    A partir du moment ou on a plus confiance en la justice, ce qui nous fait adhérer au « consensus social » n’existe plus. S’il n’existe pas un « pouvoir » au dessus de tous, indépendant, qui juge tout le monde de la même manière, il n’y a aucune raison de se soumettre à son jugement. Si la loi n’est pas la même pour tous, je ne lui doit rien et encore moins de la respecter.

    Si la police peut taper sur la gueule d’un mec pour x raisons, l’accuser en plus de rébellion, et ne pas être poursuivie, pourquoi n’aurais-je pas le droit, moi, de taper sur la gueule des policiers ? Quelles différences entre moi en tant qu’homme et le flic boxeur en tant qu’homme ? S’il n’est pas garant d’une vrai égalité, s’il n’est pas soumis aux même lois que moi, si son objectif est juste que je ferme ma gueule, c’est que soit je suis dans une prison, soit que nous sommes dans un pays totalitaire, soit ce policier doit être ramené a sa juste place (et s’il ne reste que la force, il ne reste que la force !)

    Si le « pouvoir » est au dessus des lois, il est hors de question que je m’y plie, aux lois.

    Commentaire par herve_02 — 26/07/2010 @ 12:19

  10. Selon que l’on s’identifie à l’une ou l’autre des parties prenantes dans cette affaire on trouve toutes les excuses :

    – Liliane Bettencourt : elle fait bien ce qu’elle veut de son argent, et puis comme le dit ramses, 500000 euros pour elle c’est comme 300 euros pour nous.

    – Françoise Meyers-Bettencourt : peut-on lui reprocher de se soucier de voir le patrimoine familial s’évaporer et s’inquiéter de voir tous ces vautours tourner autour de sa pauvre mère ?
    C’est d’autant plus légitime que sa mère n’est pas la fondatrice de l’Oréal mais une simple héritière de premier rang de cette fortune. Que restera-t-il aux enfants et petits enfants ?

    – Patrice de Maistre : son métier c’est simplement de faire du fric avec du fric. La fin justifie tous les moyens, il a entre les mains une pompe a fric, normal qu’il pompe un maximum… (tel un shadok !)

    – François-Marie Banier : une vieille héritière lui donne tout ce qu’il demande, il ne va tout de même pas refuser, ce serait très impoli !

    – Claire Thibout : En tant que comptable elle a du en voir passer des sommes folles… tellement folles qu’un comptable ne peut rester sans rien dire !

    – Le couple Woerth : On va quand même pas reprocher à un mari de donner un petit coup de pouce à sa femme, et à un trésorier de parti politique de tourner le dos à un robinet à fric aussi facile à actionner.
    Et puis en tant qu’homme politique, dans l’intérêt de son pays il doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour que cette femme d’affaire reste en France ; c’est l’économie du pays qui en dépend quand même.

    – La justice : quand on voit autant d’infractions, normal que cela finisse par chatouiller le justice.
    D’ailleurs c’est amusant d’entendre dire que les centaines de milliers d’euros retirés de-ci de-là ne servaient qu’à payer divers achats sans importance… Il me semble qu’en France il est interdit de payer en espèce plus de 3000 euros.

    – Le citoyen de base : on lui répète depuis des mois, voire des années qu’il n’y a plus d’argent nul part, que toutes les caisses sont vides et qu’il va falloir se serrer la ceinture… Il s’aperçoit finalement que toutes les caisses ne sont pas si vide que ça, normal qu’il demande des comptes !

    – etc.

    Voilà, que chacun choisisse son camp.

    Commentaire par Oeil-du-sage — 27/07/2010 @ 00:19

  11. Il n’y a aucun camp à choisir pour ceux qui trvaillent chez l’Oréal et entendent garder leur emploi.
    Tout le reste c’est de la tarte à la crême pour amuser nos vacances pendant qu’on vote la loi sur les retraites.

    Commentaire par scaramouche — 27/07/2010 @ 08:43

  12. @ scaramouche, 11 : « Il n’y a aucun camp à choisir pour ceux qui trvaillent chez l’Oréal et entendent garder leur emploi »

    Pas sûr que l’employé de base au smic chez l’Oréal partage votre avis de façon inconditionnelle, d’autant plus que les turpitudes et autres mégalomanies financières de sa patronne n’ont à priori pas d’effet positif au niveau de sa considération, pas plus que sur la valorisation de son salaire, ni même sur la stabilité de son emploi.

    J’aurais plutôt tendance à penser que c’est inversement proportionnel : plus les oligarques s’amusent, plus les salariés de bases trinquent !

    Commentaire par Oeil-du-sage — 27/07/2010 @ 11:17

  13. Les affaires Bettencourt n’affectent peut-être tout simplement pas l’entreprise L’Oréal.
    Vu que :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/L'Or%C3%A9al

    Lorsqu’on regarde les marques sur lesquelles s’appuie cetet entreprise, les différentes personnes du conseil d’administration, les différents directeurs généraux qui se suivent …

    Je ne vois pas trop comment le nom Bettencout peut avoir un impacte concret.

    Je pense donc que les salariés de cette société peuvent avoir leur propre avis sur ces histoires au même titre que n’importe quelle personne n’ayant qu’un lien lointain avec le nom Bettencourt.

    Enfin, il n’est pas impossible de choisir plusieurs camps en même temps.

    Commentaire par DePassage — 27/07/2010 @ 11:33

  14. @ DePassage

    Entièrement d’accord avec vous, le domicile fiscal de Liliane Bettencourt n’a aucune incidence sur l’avenir de la Société l’Oréal… Seul le fisc français y perdrait 300 millions € d’impôts sur 10 ans (400 millions de revenus moins 100 millions de rétrocession au titre du bouclier fiscal), ce qui représente environ 30 millions € par an… Une goutte d’eau, par rapport au déficit prévisionnel (40 milliards €) du régime de retraites (40 Banier, selon la nouvelle unité de mesure équivalant au milliard €).

    Pas sûr d’ailleurs qu’en Suisse, Liliane Bettencourt s’en sorte uniquement avec 30 millions € d’impôt annuel (là-bas, on négocie le montant avant de devenir « résident »), ce qui représente 0,001875 % de son immense fortune… Je trouve qu’en France elle s’en tire très très bien !

    Commentaire par ramses — 28/07/2010 @ 03:21

  15. Cadeau bonux n° 8 :

    Un peu hors-sujet, mais pas tellement, vu qu’il s’agit de presse numérique. Voici donc le gag du siècle (n° 2016).

    Commentaire par Gwynplaine — 28/07/2010 @ 09:24

  16. @DePassage, 13 et ramses,14 :
    « Entièrement d’accord avec vous, le domicile fiscal de Liliane Bettencourt n’a aucune incidence sur l’avenir de la Société l’Oréal… »

    Ca c’est comme l’argument des pétroliers qui dégazent en pleine mer : « Vu l’immensité des mers, c’est tellement infime ce qu’on pollue… »

    Ceci dit le vrai problème n’est pas de savoir si les turpitudes de L.Bettencourt ont une incidence sur l’Oréal, mais sur le principe, je suis gêné (litote) de savoir qu’une actionnaire puisse percevoir des sommes d’argent aussi démentes pour se permettre de faire des dons de milliards d’euros et claquer des centaines de milliers d’euros en toute insouciance pour des bibelots et autres conneries qui remplissent probablement tous les tiroirs de ses commodes Louis XV et toutes les armoires de ses villas et appartements luxueux des quartiers chics dans chacune des grandes métropoles mondiales.

    Dans un sens, L’Oréal c’est un peu une métaphore de la société française :

    – d’un côté il y a des RMIstes et des smicards qui vivent à la limite de la pauvreté et de la décence (notez au détour les scandales d’enfants de nantis qui percevaient alloc, aide au logement et rmi…),

    – de l’autre des individus dont la hauteur des revenus est telle que leur pouvoir d’achat dépasse l’entendement au point qu’ils ne pourraient profiter de tous les biens qu’ils pourraient acheter, pour eux-même et leur descendance sur plusieurs générations…

    Désolé je m’emporte un peu… c’est vrai qu’au final ce n’est pas si grave et personne encore n’a pu démontrer scientifiquement le lien de cause à effet entre les nantis qui s’amusent et s’affichent dans leur confort sans limite et des citoyens désespérés qui commencent à mettre la société à feu et à sang.

    Mais ça c’est encore la faute aux journalistes qui n’arrêtent pas de nous taquiner avec ces extrêmes qui se côtoient.

    Commentaire par Oeil-du-sage — 28/07/2010 @ 17:07

  17. Dans cette affaire, les « informateurs » sont sérieusement plus maltraités que les « fauteurs » :

    – Claire Thibout en est à son 6ème interrogatoire en un mois, dont la durée cumulée dépasse largement celle d’une garde à vue, sans que son Avocat puisse l’assister ni prendre connaissance du dossier…

    – Françoise Meyers-Bettencourt est « perquisitionnée » (en son absence) à l’heure du laitier (6h30)…

    Par contre, ceux sur qui pèsent des soupçons étayés d’évasion fiscale, de conflit d’intérêts, de trafic d’influence et peut-être de concussion, font l’objet d’égards inattendus…

    Manifestement, on est plus sévère envers ceux « par qui le scandale arrive » que vis-à-vis des « mis en cause »…

    Est-il plus grave de dénoncer un acte délictueux, voire criminel, que de le commettre ?

    Le monde à l’envers ?

    Commentaire par ramses — 28/07/2010 @ 18:49

  18. @Oeil-du-sage :
    euh, pour reprendre l’exemple des dégazages, ce n’est pas parce qu’on connait le nom d’un des capitaines de l’un des navires qui dégazent que la situation change pour les machinistes.
    C’est plus ça que j’veux dire.

    Ce qui ne signifie pas que je dis que le dégazage n’a pas d’incidence.

    @ramses :
    J’ai lu « la guerre des gaules » très récemment, il me semble que le monde a depuis toujours été à l’envers, si tant est qu’il possède un sens …

    Commentaire par DePassage — 29/07/2010 @ 10:56


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :