La Plume d'Aliocha

20/07/2010

L’actualité décryptée par les Shadoks

Filed under: détente — laplumedaliocha @ 10:26

Figurez-vous que j’ai pensé à vous, Chers lecteurs de ce blog, ce matin en m’éveillant.

Et je me suis dit, ils peinent à comprendre l’affaire Bettencourt-Woerth & Co, donc, en tant que journaliste, je me dois de les aider. Car le problème voyez-vous, c’est que l’actualité n’existe plus, elle a été remplacée par la communication sur l’actualité. Or, la communication a ceci de délicieux, c’est qu’elle s’émancipe sans remords de la tyrannie des faits en tordant  la logique, non sans avoir piétiné au passage le plus élémentaire bon sens. De fait, on découvre qu’un ministre pas tout à fait indépendant, dans les apparences tout du moins, a été blanchi par un rapport lui-même pas tout à fait indépendant. De même, une vieille dame fort riche qu’on nous dit un peu diminuée intellectuellement n’en est pas moins accusée de frauder le fisc, ce qui, comme le soulignait hier un avocat fiscaliste à la télévision, serait plutôt une preuve de santé mentale, à défaut d’honnêté. On nous explique encore que cette dame soupçonnée de fraude aurait bénéficié d’un cadeau de ce fisc dont elle se serait par ailleurs moquée, ce qui est pour le moins déstabilisant. Et puis on nous dit que le Monsieur à qui elle a donné une île ne peut pas l’avoir reçue car l’ile n’appartenait peut-être pas à la dame. Et je vous passe les à côtés tout aussi étranges, par exemple le fait que des politiques soient venus dîner chez la dame mais sans la connaître, ni au début du repas, ce qui est possible, ni après le repas, ce qui est tout de même plus compliqué à croire, sauf à ce qu’ils entendent « connaître » au sens biblique du terme.

Votre immense désarroi m’a profondément culpabilisée. Seulement j’étais bien en peine de vous aider, étant moi-même un peu perdue, je vous l’avoue.

Une simple histoire de passoire sans trous

C’est alors que je suis allée fouiller dans ma bibliothèque qui est toujours mon ultime recours dans les cas difficiles. Et j’ai trouvé, coincé entre « Les Fondements de la métaphysique des moeurs », à l’évidence inapplicable au cas d’espèce, et « La Conjuration des imbéciles » (tiens, on s’approche), le livre qui allait enfin m’éclairer : « Les Shadoks en Grande Pompe » de Jacques Rouxel. Eh oui, au stade où nous en sommes d’enfumage il faut, mais il suffit, de changer de paramétrage intellectuel pour que tout se mette en place miraculeusement.

Je vous livre l’extrait le plus adapté au cas qui nous occupe. Le problème de la communication politique contemporaine n’est plus en effet de nous faire passer des vessies pour des lanternes, mais, comme l’avait magistralement anticipé le créateur des Shadoks, de nous faire prendre les passoires pour des autobus :

« Pour qu’une passoire complexe laisse passer l’eau et pas les nouilles, il faut et il suffit que le diamètre des trous soit notabement inférieur au diamètre des nouilles. Pour qu’une passoire complexe laisse passer les nouilles et pas l’eau, il faut et il suffit que le diamètre des trous soit inférieur au diamètre de l’eau. Quant aux passoires du premier ordre qui ne laissent passer ni les nouilles, ni l’eau, il y en a de deux sortes : les passoires qui ne laissent passer ni les nouilles, ni l’eau ni dans un sens ni dans l’autre, et celles sui ne laissent passer ni les nouilles ni l’eau que dans un sens seulement. Ces passoires-là, on les appelle casserolles.

Il y a trois sortes de casserole. Les casserolles avec la queue à droite, les casserolles avec la queue à gauche, et les casseroles avec pas de queue du tout. Mais celles-là on les appelle des autobus ».

N’est-ce pas que ça va mieux ? Je vous l’avais dit.

D’ailleurs, c’est incroyable la puissance de décryptage de l’actualité contenue dans la logique Shadok.

Précieuses maximes

Tenez par exemple, si notre gouvernement communique trop, c’est encore par application d’un dérivé d’un principe Shadok : « il vaut mieux communiquer même s’il ne se passe rien que de risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne communiquant pas ».

Sa politique ne vous semble pas toujours efficace, ne vous inquiétez pas, les Shadoks vous expliquent : « En essayant continuellement on finit toujours par réussir, donc plus ça rate, plus on a de chances que ça marche ».

Vous êtes un peu surpris que Nicolas Sarkozy ne tire pas les conséquences de l’affaire Woerth ? Très simple, il faut mais il suffit d’adapter la maxime Shadok « S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème », laquelle devient au cas d’espèce :   « s’il n’y a pas de sanction, c’est qu’il n’y a pas de faute ».

Le bouclier fiscal vous révolte ? C’est que vous avez oublié que les Shadoks ont inventé il y a longtemps déjà le parapluie pour temps sec.

Et pour finir, je vous laisse méditer sur la formule la plus énigmatique et sans doute la plus profonde des Shadoks : « Avec un escalier prévu pour la montée on réussit souvent à monter plus bas qu’on ne serait descendu avec un escalier prévu pour la descente ».

Voilà, vous êtes désormais équipés intellectuellement pour décrypter l’actualité. Ne me remerciez pas, je n’ai fait que mon métier.

Note : ces passages sont extraits de « Les Shadoks En Grande Pompe », Textes choisis et dessins de Jacques Rouxel – Circonflexe Garnier 2008, 16 euros. Un bijou !

Publicités

108 commentaires »

  1. Merci Aliocha.
    Votre décryptage de l’actualité nous est précieux aujourd’hui.
    Et hilarant, ce qui ne gâte rien – même si, d’un certain point de vue, l’actualité nous offre suffisemment d’occasion de rire, ou de pleurer, c’est selon.

    En tout cas, une chose est sûre : pour pomper, ils pompent !
    Ils nous pompent l’air.
    Ils pompent les finances.
    Ils pompent leur chef.

    Commentaire par Pierre Marot — 20/07/2010 @ 11:05

  2. La différence entre la pompe des Shadoks et la pompe Sarkozyenne, c’est la talonnette.

    Commentaire par Emmanuel — 20/07/2010 @ 12:23

  3. Les Shadoks sont décidément indémodables. 🙂

    Valable pour les réformes, aussi : « Dans la marine c’est un principe, si on ne sait pas où l’on va, il faut y aller, et le plus vite possible ! » (Le Marin Shadok)

    Aliocha : incontournable en effet !

    Commentaire par Kemmei — 20/07/2010 @ 14:08

  4. J’ai une question hors sujet… Là sur le site du Point, je vois, dans la fenêtre consacrée aux dépèches:
    « Proxénétisme: Ribery et Benzema en garde à vue »…

    Ni Ribery ni Benzema ne sont soupçonnés de proxénétisme; « seulement » d’avoir couché avec une prostituée mineure. C’est pas bien, mais c’est loin du proxénétisme…

    Le gars qui écrit la dépèche, celui qui la reprend et la publie… ils le savent !…

    Alors pourquoi on tente de me faire croire un truc parfaitement faux ?!!! Est-ce que ces « journalistes » ne me prendraient pas un p’tit peu pour un con ?

    J’ai lu parfois que la presse « traditionnelle » avait été contaminée par les mauvaises habitudes du web. C’est pas ça !… La presse a en réalité été contaminée par les méthodes de la télé-réalité et de la – mauvaise – presse à scandale. Aujourd’hui, beaucoup de journalistes semblent tirer leur déontologie de l’Ile de la Tentation.

    J’aime pas.

    Aliocha : en tant que juriste, je peux vous dire que l’ignorance du droit dans la société est abyssale, dans les rédactions aussi….Je me souviens d’un de mes rédacteurs en chef me demandant le jour de mon arrivée dans un quotidien économique « tu vas nous faire des articles en droit juridique ? ». Véridique. Je lui ai répondu que s’il était sympa, je pouvais même lui faire des papiers en comptabilité comptable. L’était tout content 😉

    Commentaire par Arnaud — 20/07/2010 @ 14:13

  5. Aaaaah ben voilà!

    Là je vous retrouve (youpi!)

    Aliocha : Cher Tschok, je ne peux pas tous les jours jouer sur le terrain de la dérision, j’ai des états d’âme, comme tout le monde. Parfois, je suis gaie, d’autre fois un peu amère.

    Commentaire par tschok — 20/07/2010 @ 14:15

  6. Toutes les citations skadokiennes sontbien sûr à lire avec les intonations de Claude Piéplu! 😉

    Ma préférée : Dans la marine on salue tout ce qui bouge et on peint le reste. Bon d’accord, pas facile à placer dans l’affaire qui nous occupe.

    Aliocha : Figurez-vous que je l’ai observée de près celle-là, et je me suis dit, non, on n’y est pas encore, gardons-là pour la prochaine occasion. Mais je vais vous dire, comme ça, entre nous, le jour où on pourra l’appliquer à l’actualité, ce sera vraiment la fin 😉

    Commentaire par Mussipont — 20/07/2010 @ 16:30

  7. Je vous assure, que c’est bien plus que votre métier, car vous faites encore mieux comprendre certaines chose par ce texte jubilatoire ! Et tellement bien vu…

    Commentaire par Itvan — 20/07/2010 @ 16:55

  8. @ Mussipont

    J’en ai une moi aussi dont je suis sûr qu’elle vous plaira :

    « Nous parlons de nos navires comme de nos femmes car ils nous coûtent aussi cher en poudre et en peinture. », Chester Nimitz

    Commentaire par Ferdydurke — 20/07/2010 @ 20:32

  9. @ Ferdydurke :

    +1

    Commentaire par Gwynplaine — 20/07/2010 @ 21:57

  10. J’adore ce billet.
    Pour la loi des passoires, je me rappelle l’avoir lue formulée légèrement différemment. En particulier, pour qu’une passoire laisse passer les pâtes mais pas l’eau, le diamètre des trous doit être supérieur au diamètre des pâtes (bien sûr), mais inférieur au diamètre de l’eau.

    Bon, je chipotouille, je vous l’accorde…

    Aliocha : non, non, vous avez raison, il faut être précis quand on cite les grands philosophes. Cela étant, je viens de vérifier, c’est bien la version que je reproduis qui figure dans le livre. Il y en a sans doute d’autres…

    Commentaire par jor — 20/07/2010 @ 22:51

  11. @ Aliocha : vous avez raison, le jour où la maxime du marin Shadok devient d’actualité, c’est qu’on est dans la mouise jusqu’au cou!

    @ Ferdyduke : excellente! Et en plus elle est de cher Nimitz, tout pour plaire! 🙂

    Commentaire par Mussipont — 20/07/2010 @ 23:10

  12. Bonjour Aliocha,

    je cherche depuis trois ans une grille de lecture pour comprendre notre actualité française, et enfin, grâce à vous, je la trouve !
    Bon sang mais c’est bien sûr ! J’hésitais entre Jarry et Roussel, vous m’avez convaincu.

    Bonne soirée.

    Commentaire par Nicolas W — 21/07/2010 @ 00:06

  13. Nul doute que ce cher Claude Piéplu, s’il était encore de ce Monde, aurait inventé d’autres maximes, à la lumière de cette « affaire » rocambolesque et néanmoins scandaleuse…

    Par exemple : « Si vous sollicitez les faveurs d’une prostituée, vous aurez droit à un Juge d’instruction, par contre, si ce sont des enveloppes, vous devrez vous contenter d’un Procureur »…

    Ou encore « A force de pomper, le puits s’assèche… Il faut donc lui mettre un entonnoir sur la tête »…

    Commentaire par ramses — 21/07/2010 @ 00:38

  14. Je ne sais si vous avez pris connaissance des deux assignations en référé pour aujourd’hui à 13h devant la Cour d’Appel de Paris, délivrées à Mediapart par Liliane Bettencourt et Patrice de Maistre ?

    http://www.mediapart.fr/files/Assignation_appel_Bettencourt.pdf

    http://www.mediapart.fr/files/Assignation_appel_de_Maistre.pdf

    J’espère que la Cour d’Appel confirmera l’Ordonnance rendue par le TGI de Paris…

    http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/files/2010/07/bettencourt.1277999467.pdf

    Mais j’ai un petit doute, en relisant l’entretien du 23 avril… « En première instance, on ne peut rien faire de plus, mais on peut vous dire qu’en Cour d’Appel, si vous perdez, on connait très très bien le Procureur »…

    Ce volet de l’affaire est d’une importance capitale… Il oppose deux notions, celle du respect de la vie privée, par rapport à la divulgation de délits ou de crimes… La Cour dira ce qui à ses yeux revêt le plus d’importance et l’opinion publique s’exprimera.

    Commentaire par ramses — 21/07/2010 @ 02:59

  15. @ ferdydurke :

    en effet, merci pour la citation : tant de condescendance machiste ramassée en une seule phrase, c’est admirable. Il n’y a pas à dire, c’était quand même d’un autre niveau que les blagues sur « les blondes ».

    il devait certainement avoir aussi de bonnes plaisanteries sur les « djaps » ce charmant amiral, vous n’en connaissez pas ? allez, quoi, j’ai envie de me marrer….

    Commentaire par jalmad — 21/07/2010 @ 09:26

  16. Tiens, j’avais loupé celle-ci qui correspond si bien à la communication contemporaine : « pour guérir quelque chose qui ne va pas ou qui fait trop de bruit, il faut et il suffit de taper dessus avec quelque chose qui marche mieux ou qui fait plus de bruit ». Vous l’aurez compris, c’est la raison pour laquelle le gouvernement traite la presse de fasciste !

    Commentaire par laplumedaliocha — 21/07/2010 @ 09:37

  17. @ ramsès,

    Sauf erreur de ma part, le Procureur Général auquel il est fait allusion dans les enregistrements était celui de Versailles. Ici, la procédure se déroulera devant la Cour d’Appel de Paris, et sans intervention du Parquet, puisqu’il s’agit d’une affaire civile.

    Commentaire par Fantômette — 21/07/2010 @ 10:30

  18. En même temps, c’est peut-être ma mémoire qui me joue des tours, ça fait longtemps que je l’ai pas lu, et j’arrive pas à retrouver cette formulation nulle part sur le net…
    Bon ça m’a quand même permis de retrouver celle-là, pas encore citée: « Pour qu’il y ait le moins de mécontents possibles il faut toujours taper sur les mêmes ».
    Nos hommes politiques ne l’ignorent certainement pas, celle-là !

    Commentaire par jor — 21/07/2010 @ 11:02

  19. Pour ma part, je reprendrais cette grande phrase d’un illustre philosophe contemporain :: « on s’habitue avec style à des trucs qui devraient normalement nous faire bondir immédiatement ».

    Et grâce aux shadocks, on peut même compléter cette maxime : « on s’habitue avec style [et humour] à des trucs … »

    Commentaire par Oeil-du-Sage — 21/07/2010 @ 14:28

  20. Tiens, je viens de trouver une autre maxime qui correspond bien à la communication gouvernementale dans cette affaire :
    « La légèreté du mammouth est souvent plus efficace et discrète que la lourdeur du papillon ».
    (Surtout en politique, bien que cela se vérifie dans bien d’autres domaines aujourd’hui).

    Commentaire par Oeil-du-Sage — 21/07/2010 @ 14:48

  21. @ Jalmad

    rhooo… tout d’suite, les grands mots montés sur de grands chevaux. Avec un p’tit soupçon de xénophobie pour nous emballer tout cela. Tss.. tss..

    Première objection : je crois que si l’on se réfère à la vie de marin (qui plus est en situation de guerre), on perçoit rapidement ce que représentait leur navire pour ces hommes-la: leur quotidien, leur lieu de vie et de mort, ainsi que leur premier moyen de survie.

    Le rapprochement femme-navire n’est peut-être pas si condescendant que cela.

    Je crois en outre que si l’on pense à la vie qu’ils devaient mener, avec les risques qu’ils courraient, éloigné des mois durant de leurs épouses/petites amies/soeurs/mères, sans jamais être certains de les revoir, cette plaisanterie ironique – et il est vrai, teinté de sexisme – révèlent surtout que ces personnes qui leur étaient chères leur manquaient et qu’ils avaient peur de ne pas les revoir. Vous ne croyez pas?

    Deuxième objection : les hommes du front étaient rarement à l’origine des plaisanteries xénophobes car c’était plutôt le fait de la propagande orchestrée par l’arrière.

    Pour la petite histoire : Chère Jalmad, j’ai eu un grand-père qui a connu la branlée de 1940 (de très près en ce qui le concerna) et les difficultés qui la suivirent. Je l’entendis toujours employer les termes de boches, chleus, frisés, fridolins, et cetera, quand il s’agissait des soldats ennemis. Ce qui ne l’empêcha pas de venir en Allemagne quand nous y vivions, de partager 45 ans après la guerre vin de Bourgogne et bière bavaroise, ainsi que les éternelles histoires de vétérans, avec des individus de l’autre bord du Rhin qu’il aurait qualifié de boches (et cetera) quarante-cinq auparavant, sans qu’il lui vienne à l’esprit de les considérer autrement que comme des Allemands et de les nommer autrement que par le terme « Allemands ».

    Pourquoi? Parce qu’ils avaient cessé d’être des ennemis et que même un vieil homme, très orgueilleux, ancien militaire, plein de mauvais souvenirs de cette sombre période, sait faire la part des choses.

    😉

    Aliocha : vous, je vous tiens à l’oeil. Si vous croyez que je vais vous laisser foutre le bins comme l’an dernier ici, vous vous mettez le doigt dans l’oeil, non mais des fois ! Espèce de phallocrate. Et ce n’est pas la peine de lorgner mon Chateau Giscours 1989, vous n’en aurez pas. Il y a un petit vin de table ouvert depuis à peine trois semaines sous l’évier, il est parfait pour les machos de votre espèce 😉

    Commentaire par Ferdydurke — 21/07/2010 @ 15:04

  22. …et j’allais oublier Aliocha (com.4) : j’aime beaucoup vos billets sur le droit juridique, la comptabilité comptable et la politique politicienne, surtout quand vous faites de l’humour rigolo.

    Bien que moins profond que l’esprit shadocks, pour détendre et illustrer le côté politique de l’affaire Bettancourt , j’ai trouvé ça :

    – « En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal. (Nicolas Machiavel)

    – « En politique, une absurdité n’est pas un obstacle. » (Napoléon Bonaparte)

    « Grand concours de plaisanteries politiques en URSS. Premier prix : dix ans en Sibérie ! » (Coluche). L’adaptation française pourrait être : « Grand concours de plaisanteries politiques en France. Premier prix : dix ans de procédure judiciaire ! »

    – « Il n’y a point de grand conquérant qui ne soit de grand politique. Un conquérant est un homme dont la tête se sert, avec une habileté heureuse, du bras d’autrui. » (Voltaire)

    – « Je ferai aimablement remarquer aux hommes politiques qui me prennent pour un rigolo que ce n’est pas moi qui ai commencé. » (Coluche)

    Commentaire par Oeil-du-Sage — 21/07/2010 @ 15:11

  23. Quelle chance que vous vous soyez révéeilée en pensant à nous ce matin ! je vais pouvoir m’offrir les Shadoks en grande pompe quand on aur

    Commentaire par scaramouche — 21/07/2010 @ 16:00

  24. @ Ferdydurke : mon cher, je dois dire que vous êtes irrésistible lorsque vous sortez les rames (notez le sens de l’à propos…).

    vous savez, parfois, mon petit plaisir à moi, c’est de faire la féministe de base, et de piquer une gueulante lorsqu’une énième blague sexiste est balancée, provoquant tapes dans le dos virils (cf Mussipont) sans même que cela provoque la moindre gêne. Ma réflexion sur la blague sur les « Djaps » était certes un mauvais procès d’intention à ce bon vieil amiral dont je ne sais s’il était ou non xénophobe, ce dont je n’ai d’ailleurs que foutre, mais surtout une façon de vous demander subtilement (si si) si vous assumeriez avec le même aplomb une blague équivalente en terme de condescendance, paternalisme, envers une nation.

    Ensuite, c’est assez typique de l’à côté masculin (ouais, moi aussi je vais me jeter dans le gros cliché) : vous pensez que ce qui me gêne, c’est la comparaison entre femme et bateau ??? bien sûr que non, ce n’est pas ça ! c’est bien le « nous coûtent (aussi) cher en poudre et peinture » : ça donne une image de la femme assez flatteuse, non ? nécessairement dépendante économiquement (ce qui, à sa décharge, était vrai dans probablement 99 % des cas à l’époque), et teeeeeellement dépensière en choses frivoles……

    enfin, s’agissant de votre : « les hommes du front étaient rarement à l’origine des plaisanteries xénophobes car c’était plutôt le fait de la propagande orchestrée par l’arrière. », je vais vous faire une confidence : je n’en sais rien, mais si vous avez une littérature scientifique de nature à étayer votre propos, je suis preneuse, ça m’intéresse. Parce que ce que j’ai lu, moi (mais ce n’est pas exhaustif), relativement à certains conflits (sud est asiatique notamment) ou génocides, me fait justement penser, non pas l’inverse, mais que ceux du front, pour pouvoir efficacement aller à la boucherie, doivent à un moment donné (une sorte de réflexe d’autodéfense psychologique, si vous voulez) déshumaniser leur ennemi ; la xénophobie, ça sert à ça : faciliter, permettre et/ou justifier la boucherie. Il est à cet égard assez intéressant que vous notiez l’évolution sémantique de votre grand père, qui, hors contexte de guerre, n’utilise plus les termes bosch, etc….Vous savez, les racistes absolus, les idéologues, les purs, ceux qui vous justifient une discrimination sur une infériorité génétique, il y en a au fond peu (déjà trop, mais peu) ; en revanche, beaucoup sont ceux qui vont essayer de vous justifier une différence de traitement en réaction à une situation donnée, bref, on présente toujours l’autre comme l’agresseur. Alors peut-être que ceux du front ne sont pas « à l’origine » des blagues xénophobes, et se contentent de les reprendre à leur compte. Peut-être même que certains du front ne sont pas xénophobes, et sont même des humanistes en ce qu’ils pensent véritablement se battre pour un idéal juste ; c’est même parfois le cas, peut-être. Et ?

    Commentaire par jalmad — 21/07/2010 @ 17:12

  25. @ Jalmad : oui Madame le Juge, j’avoue les yeux emplis des larmes d’un sincère repentir, l’ignoble blague sexiste de Ferdyduke (que son pseudo soit maudit sur 7 générations!) m’a fait sourire, j’assume, je ne suis qu’un ignoble sexiste et je bats ma coulpe. Pitié…

    A ma décharge (vous êtes juge, vous instruisez à charge et à décharge n’est ce pas?), je vous apprendrais que les blagues sur les hommes (si si, il y en a plein, ma femme ne manque jamais de me les raconter) me font tout autant rire que celles sur les femmes. Car s’il est bien un exercice que l’honnête homme se doit de pratiquer assidûment, c’est bien l’autodérision. Essayez, Madame le juge, c’est magique. 😉

    Commentaire par Mussipont — 21/07/2010 @ 19:15

  26. @ Fantômette (17)

    Cet Appel n’est pas QUE civil… L’assignation de Liliane Bettencourt est également délivrée au Procureur de Paris (qui a aussi fait appel du Jugement du TGI)…

    Bizarrement, Patrice de Maistre fait aussi appel de la décision, alors qu’il n’était pas demandeur en 1ère instance… Le peut-il juridiquement ? (J’aimerais avoir votre point de vue de juriste, merci d’avance !)

    Etrange demande, qui consiste à faire retirer du site Mediapart les extraits des conversations « volées » (dont l’authenticité n’est pas contestée…), alors que ces extraits ont été largement repris, non seulement en France (Le Monde, Le Point, Le Figaro…) mais aussi par d’autres quotidiens étrangers… Aucun d’eux n’est assigné…

    Le but de cette manoeuvre est, me semble t’il, de tenter de « couler » Mediapart, en lui infligeant de lourdes astreintes et dommages-intérêts.

    Cet Appel n’est que l’un des volets de « l’affaire », au sujet de laquelle plusieurs enquêtes sont ouvertes par le Parquet de Nanterre et le TGI de Paris…

    Il semble que le « dépaysement » soit en cours, qu’en pensez-vous ?

    Commentaire par ramses — 21/07/2010 @ 19:30

  27. La citation qui, à mon sens les représente le mieux c’est : « il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que sa connerie sur des choses intelligente ». Malheureusement, ils l’appliquent avec toute la célérité et la ferveur de nouveaux convertis en faisant combo : « les 2 mon capitaine ».

    Commentaire par herve_02 — 21/07/2010 @ 20:01

  28. @ Mussipont :

    vous savez, vous avez parfaitement le droit de sourire d’une blague sexiste, sans que ça ne fasse de vous un atroce sexiste. Il n’y a aucun pb là-dessus. Même à moi, il m’arrive, quand je ne suis pas en train de brûler mon soutien-gorge, de sourire à ce genre de blagues ou à des tout aussi sexistes sur les hommes.

    Mais puis-je, en retour, oui, siouplé, puis-je parfois, manifester quelque agacement, lassitude, ou tout simplement exprimer que je trouve une blague PAS DRôLE, sans passer pour une atroce mégère pisse-froid ?

    (le premier qui me demande si j’ai mes règles, et bien, euh….voilà quoi).

    Commentaire par jalmad — 21/07/2010 @ 20:20

  29. @ jalmad :

    « Mais puis-je, en retour, oui, siouplé, puis-je parfois, manifester quelque agacement, lassitude, ou tout simplement exprimer que je trouve une blague PAS DRôLE, sans passer pour une atroce mégère pisse-froid ?  »

    Euh, … non… 😉

    Aliocha : lisez cela, au lieu de suivre Ferdydurke sur la mauvaise pente du machisme primaire. C’est une belle leçon de modestie pour les hommes 😉

    Commentaire par Mussipont — 21/07/2010 @ 20:44

  30. Bravo de ce billet !

    Les Shadoks sont étonnamment d’actualité !

    Aliocha : Le Shadok est éternel, si ça se trouve, le secret de l’immortalité, c’est tout simplement de pomper.

    Commentaire par Galuchat — 21/07/2010 @ 21:48

  31. Il est toujours plus facile d’exécuter un ordre idiot que d’en émettre un subtil.

    Quand le discours est creux, il faut en retenir l’essentiel.

    Bon, revenons aux choses sérieuses. Mademoiselle Aliocha que nous conseillez-vous comme lecture pour les vacances?
    Je risquerais bien « HhhH » de Laurent Binet (l’exécution à Prague du chef SS Heidrich)qui est passionnant.
    Bonne soirée.

    Commentaire par araok — 21/07/2010 @ 23:47

  32. @ Mussipont (29)

    + 1

    Commentaire par vieuxcon1789 — 21/07/2010 @ 23:50

  33. @ Fantômette

    Au temps pour moi, Le Point était également assigné…

    L’Arrêt sera rendu vendredi à 15h…

    Les conclusions des Appelants tendraient à démontrer que le rôle du Journaliste doit se bormer à relater des faits, pas à entreprendre des investigations… Aliocha, votre avis ? Un « Watergate » est-il impensable en France ? Où commence et où s’arrête la liberté de la Presse ?

    Commentaire par ramses — 22/07/2010 @ 00:39

  34. Chère Aliocha, j’ai lu avec un vif intérêt l’article que vous me proposiez en 29 et je me permets de vous citer pour conclure sur le sujet le philosphe majeur du XXème siècle, Pierre Desproges, qui écrit dans son ouvrage majeur -Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des biens nantis- :

    « Dépourvue d’âme, la femme est dans l’incapacité de s’élever vers Dieu. En revanche, elle est en général pourvue d’un escabeau qui lui permet de s’élever vers le plafond pour faire les carreaux. C’est tout ce qu’on lui demande. »

    Etonnant, non?

    Aliocha : vous me faites rire, donc je vous adore, mais vous ne le méritez pas 😉

    Commentaire par Mussipont — 22/07/2010 @ 08:06

  35. Moi aussi je vous adore, même si vous êtes blonde! 😉

    Commentaire par Mussipont — 22/07/2010 @ 08:33

  36. @ Jalmad

    Je reviendrai vers vous en longueur un peu plus tard, surtout à propos de la fin de votre commentaire. Pour vous faire patienter, en réponse à votre taquinerie « vous sortez les rames« , je vous réponds : ah ben, vous savez… avec les femmes, on est vite en galère. 😉

    @ Aliocha

    Avant, il était chevaleresque mon machisme… Ai-je fait quelque chose de mal (dont je n’aurai pas connaissance) pour être rétrogradé au stade primaire?

    En outre, vous référer à l’article de Rue89 n’est pas forcément de nature à valoriser la femme et à inciter l’homme à la modestie. La preuve, on y lit :

    « Les hommes sont spécialistes et les femmes sont généralistes, car elles utilisent les deux hémisphères du cerveau. Là où les hommes accomplissent très bien une seule tâche, elles feront plusieurs choses à la fois, mais de manière plus superficielle. »

    J’appelle cela se tirer une balle dans le pied. Pas vous?

    Aliocha : Meuh non, vous n’avez rien fait de pire que d’habitude, j’anticipe, c’est tout 😉 sinon, ça ne vous réjouit pas, vous, qu’un article évoque la capacité des hommes à utiliser un hémisphère de leur cerveau ? A mon sens, c’est exagérément optimiste et lourdement démenti par une observation même très partielle de la réalité, mais bon. La science, comme chacun sait, se bâtit sur ses erreurs.

    Commentaire par Ferdydurke — 22/07/2010 @ 11:01

  37. @ Mussipont (34)

    Pierre Desproges était drôlissime mais pas historien.

    D’après mes sources, c’est (seulement) en 586 que, réunis en concile à Mâcon, les évêques ont conclu que, tout bien pesé, les femmes avaient une âme.

    Mais bon, ces évêques étaient des hommes comme les autres et, comme tels, ils ont pu se tromper 😉

    Commentaire par vieuxcon1789 — 22/07/2010 @ 11:32

  38. Dans le temps, dans le Petit Larousse Illustré, à « homme », facétie ou retour inconscient du refoulé, l’histoire ne le dit pas, on trouvait ceci :
    homme: n.m. terme générique embrassant la femme

    Commentaire par Denis Monod-Broca — 22/07/2010 @ 11:47

  39. @ Denis Monod-Broca

    Embraser ne prend qu’un seul S.

    Aliocha : joli 😉

    Commentaire par Fantômette — 22/07/2010 @ 12:01

  40. @ Fantômette

    Très joli, même!

    @ Aliocha

    Ouf! Tant que ça n’est pas pire, tout va bien!

    Oh que oui, cela me réjouit de « très bien accomplir une seule tâche » en n’utilisant qu’un seul hémisphère alors que les femmes utilisent les deux « de manière superficielle« !

    Un exemple tiré de l’article le montre :

    « Quand une femme veut préparer le même plat, elle mettra en route la machine à laver, rangera la cuisine, mouchera le petit dernier, nettoiera la gamelle du chien… et en option, elle téléphonera à sa copine… »

    J’sais pas… Quand je cuisine (oui, je cuisine! Et pas que des trucs en boîte et des nouilles!), je prépare le plat sans avoir besoin de mettre en route la machine à laver, de ranger la cuisine, et cetera.

    Au moins, maintenant, je comprends pourquoi c’est si long quand je ne m’en charge pas!

    Bon, j’vous laisse. J’ai l’hémisphère qui fatigue. 😉

    Aliocha : Mais nous savons, Messieurs, que vous ne faites rien de tout cela. Parce que, une fois que vous avez terminé la confection du super plat inspiré du Curnonsky, celui que vous réalisez une fois dans l’année et dont vous êtes si fier, nous, nous sommes obligées de nettoyer la cuisine de fond en comble, histoire de préparer les repas des 364 jours restants dans un lieu décent. Généralement, quand vous quittez la cuisine, c’est Tchernobyl, en pire.

    Commentaire par Ferdydurke — 22/07/2010 @ 12:28

  41. @ vieuxcon1789 : il faut bien vous l’avouer mais cette histoire de concile de Mâcon n’est qu’une fable. En fait, un des évêques de ce concile s’était simplement demandé si le terme latin « homo » recouvrait ou non la femme, et cela a été mal interprêté par la suite. De toute façon, les femmes ont dès les premiers temps du christianisme été baptisées ce qui n’aurait pas été possible si elle n’avait pas eu d’âme.

    De toute façon, à Mâcon, la vraie et seule question primordiale qui se pose c’est de savoir si certains Saint Véran sont meilleurs que les Pouilly-Fuissé. Je le sais, j’y ai passé ma prime jeunesse. 😉

    Commentaire par Mussipont — 22/07/2010 @ 12:40

  42. Je préfère les belles rebelles aux moches remoches. (N.Sarkozy)

    Commentaire par araok — 22/07/2010 @ 14:08

  43. Pour l’histoire des femmes et des bateaux, la blagounette de Nimitz est également liée au fait que le bateau soit un des rares objets qui ne soient pas désignés en anglais par le neutre (it) mais le féminin : the boat, she…

    D’où un rapport des marins anglophones à leur bateau un peu différent de celui des francophones, sauf dans le cas de La Jeanne bien sûr.

    Commentaire par Emmanuel — 22/07/2010 @ 14:22

  44. @ DMB, com 38:

    Je connais aussi celle-ci:

    Femme: animal sans fourrure dont le poil est très recherché.

    @ Jalmad,

    Moi c’est plutôt le rameur que je sors (c’est d’ailleurs le seul effort physique que l’horrible instrument a pu me soutirer, ce qui m’a épuisé).

    Commentaire par tschok — 22/07/2010 @ 15:41

  45. Ma chère Aliocha, vous saurez qui si je cuisine mal je n’en confectionne toutefois pas moins environ 75% des repas. Na. Et en plus je fais la vaisselle (enfin, je la mets dans la machine magique).

    Aliocha : vous avez gagné, je vous épouse ! Tschok et Fantômette seront nos témoins, si Ramses parvient à se libérer, j’aimerais qu’il m’accompagne à l’autel, Ferdy s’occupera des boissons (soyez chou Ferdy, j’ai un faible pour le Dom Perignon, et voyez si vous pouvez nous trouver quelques caisses de Château Haut-Brion). Jalmad, on a trois heures à peine pour trouver la robe, j’ai besoin de votre aide. Je ne vois pas Goloubchik, dommage, je lui aurais bien demandé de nous rédiger un joli discours rappelant les circonstances de notre rencontre chez Eolas. Mussipont, midi ça vous va pour la cérémonie ? Gilbert m’a déjà proposé de jouer l’Internationale au biniou, ça nous changera de la marche nuptiale ! Ah, j’oubliais, le menu c’est Danette pour tout le monde.

    Commentaire par Mussipont — 22/07/2010 @ 17:08

  46. @ Tschok : chuuuut, j’attends que Ferdydurke « revienne vers moi en longueur ». Je m’attends à un coup de pied retourné ou un truc du style….

    Commentaire par jalmad — 22/07/2010 @ 18:44

  47. JCVD doit également pomper les shadoks…;-)

    http://mieuxavant.wordpress.com/2010/07/22/dead-antalvic/

    Commentaire par mieuxavant — 22/07/2010 @ 21:07

  48. Fichtre !
    Au vu des caractéristiques décrites, je me rends compte que je suis hybride.

    Mais au vu de quelques caractéristiques techniques, j’en doute quand même :p

    Commentaire par DePassage — 23/07/2010 @ 11:43

  49. @ Emmanuel

    Bien vu!

    @ Jalmad

    Tout de suite les soupçons de violence. Je peux faire bien mieux (ou pire selon le point de vue)! I’ll be back.

    @ Aliocha

    J’vous adore… En 20 lignes vous parvenez à me vilipender pour faire ensuite votre midinette afin d’obtenir une faveur. C’est mignon. 😉 Je prendrai aussi en charge la playlist. Soyez assurée que je vous ferai danser là-dessus !

    Aliocha : Voyez-vous, Cher Ferdy, quand je vois avec quelle maestria vous transformez la fille droite et honnête que je suis en peste capricieuse et manipulatrice, je me dis que si les hommes ont une fâcheuse tendance à jouer les machos avec moi, je dois en être responsable. Je vous remercie de ce très salutaire exercice d’auto-analyse 😉 La question maintenant est de déterminer ce que je peux bien faire de maladroit pour déclencher ainsi des crises de machisme. Si vous avez une idée, je suis preneuse.

    Commentaire par Ferdydurke — 23/07/2010 @ 12:39

  50. @ Aliocha : l’attention me touche, Aliocha, mais vraiment, s’il y a bien un truc qu’il ne faut pas me confier, c’est la recherche d’une robe ; mettez moi au biniou plutôt, je vous assure que ce serait encore moins désastreux…

    mais, Aliocha, vous avez conscience que vous allez épouser un « gros con de droite » repenti ? (c’est pas moi qui l’ait dit ! c’est lui-même !)

    Aliocha : Mais justement, il est repenti, y’a pas mieux. Imaginez que je tombe sur un type sympa de gauche qui brusquement devienne un gros con de droite ? ce serait l’horreur. Tandis que là, je suis certaine que ça n’arrivera pas.

    Commentaire par jalmad — 23/07/2010 @ 12:45

  51. @ Jalmad : « gros con de droite » repenti, j’assume d’autant plus facilement qu’Aliocha me semble de moins en moins à droite elle aussi…

    @ Aliocha : je suis forcément très touché par cette fort romantique demande au mariage mais je suis au regret de vous opposer une fin de non recevoir car vous devez savoir que parmi mes innombrables qualités, dont la modestie n’est d’ailleurs pas la moindre, il en est une particulière que j’ai su élever à la perfection, à savoir la fidélité. Car, voyez vous je suis déjà marié et ma femme est absolument parfaite (à part deux ou trois rondeurs de ci de là mais bon j’aime bien ça finalement). Et elle est tellement sûre de l’amour que je lui porte qu’elle me laisse même draguer honteusement sur le net des journalistes blondes !

    Aliocha : et vous m’annoncez ça deux heures après la cérémonie ! Pft, tous les mêmes. Je ne vous épouse plus. Quant à la fidélité masculine, Ah, Ah, Ah ! Splendide oxymore.

    Commentaire par Mussipont — 23/07/2010 @ 14:24

  52. J’ai vraiment du mal à suivre… Comment « l’actualité (de la très sérieuse affaire Bettencourt-Woerth & Co) décryptée par les shadocks » peut-elle arriver en quelques dizaines de commentaires aux différences de fonctionnement cérébrales entre les hommes et les femmes et à la demande de mariage d’Aliocha à Mussipont ? C’est encore de la manipulation !

    Aliocha : de la même façon qu’une querelle d’héritage entre une mère et sa fille devient un woerthgate….

    Commentaire par Oeil-du-sage — 23/07/2010 @ 16:44

  53. @ Aliocha,

    C’est bien volontiers que je vous aurais accompagnée à l’hôtel (pardon, à l’autel…) Mais une chose me trouble… Avez-vous vraiment envie de déguster de la Danette avec du Dom Perignon et du Haut-Brion ? Cela me semble pire qu’iconoclaste, carrément monstrueux…

    Mais je vois que la cérémonie a tourné court… Tout comme l’Appel de Liliane Bettencourt et Patrice de Maistre contre Mediapart… Et la seconde demande de mise sous tutelle demandée par la fille de l’héritière…

    Je partage l’avis d’Oeil du Sage… Ca dérape grave !

    Aliocha : Sachez, Cher Ramses, que le plaisir de mes invités prime sur tout le reste. En conséquence de quoi, bien qu’ayant une sainte horreur de la nourriture industrielle en général et de la Danette en particulier, je cède avec joie à l’insupportable culte qu’ils ont instauré en ces lieux. Evidemment, je ne toucherai pas à la Danette, qu’ils me laissent le Haut-Brion 😉

    Commentaire par ramses — 24/07/2010 @ 00:02

  54. @ Aliocha

    C’est, dans un premier temps, avec ébahissement que j’ai appris que vous aviez requis de mon mari qu’il vous épouse. Mais ma surprise s’est curieusement accrue lorsque j’ai réalisé que le retrait ultérieur de votre requête me causait, en réalité, une grande déception…

    Entendons nous bien: Muss’ (ainsi que je le surnomme dans notre intimité) est bien le compagnon parfait dont rêve toute femme. L’autoportrait qu’il a tracé fait même l’impasse sur plusieurs de ses autres qualités . Apprenez donc en sus, Aliocha, que cet homme repasse à la perfection mes chemisiers en soie sauvage et ses pantalons en lin. Qu’il tient en permanence du pinson la gaîté, du chêne-roseau la souple solidité et du filet de bœuf la tendresse. Qu’il me fournit toujours un soutien psychologique quand je rencontre des tracas professionnels (titulaire d’un doctorat d’astrophysique, je dirige à l’Observatoire du Ballon de Guebwiller, à l’âge de 29 ans, une équipe de 15 personnes). Qu’il m’épargne de me gonfler au dîner avec ses propres soucis professionnels (Muss’ est gérant des «Dentelles d’Adèle», LE magasin de lingerie fine de Pont-à-Mousson). Qu’il compose, joue à la guitare et chante à ma gloire chaque semaine des ballades amoureuses en comparaison desquelles les chansons de Francis Cabrel ne sont que mièvres contines pour ados attardées. Qu’il est au surplus absolument exceptionnel sur le plan sexuel: appliquant lors de nos ébats ses vastes connaissances en stratégie et tactique militaires, il rejoue de ses doigts et de sa bouche sur le territoire de mon corps les grandes batailles de l’histoire. Je décolle à Arcole, j’ m’emballe à Guadalcal, à Lépante je déjante, à Jemmapes je jappe, à Khartoum ça fait boum et à Crécy, je jouis.

    Et pourtant, Aliocha, et pourtant… Entre sœurs de genre, reconnaissons que les hommes sont en droit de nous adresser un reproche ne tenant ni du machisme de bas étage, ni de l’idée reçue: nous les femmes, ne sommes JAMAIS satisfaites…En vérité, la perfection de Muss’ est telle qu’elle constitue parfois un fardeau lourd à porter. Votre demande d’épousailles m’a ouvert à l’idée que vous pourriez m’y aider en partageant notre union. Le concept monogamique étriqué de fidélité invoqué par Muss’ ne vaut bien entendu pas le poids d’un pet de lapin: il est en effet parfaitement possible à un homme d’être fidèle à deux femmes au lieu d’une seule, le tout étant qu’il n’aille pas courir le guilledou ailleurs. L’affaire ne me paraît pas davantage soulever de difficulté juridique réelle: la bigamie est illégale en France mais pas la polygynie. Rien n’interdit enfin d’organiser pour la célébration de vos épousailles avec mon mari une cérémonie factice (il serait dommage de se priver de l’occasion d’une fête et parmi vos commentateurs, vous en trouverez bien un qui accepte de tenir le rôle du prêtre).

    Merci donc par avance de bien vouloir revenir sur votre décision de retrait et restant en l’attente d’une réponse que j’espère positive.

    Aliocha : Chère soeur,
    Vous permettez n’est-ce pas que j’exprime ainsi l’attachement qui soudain m’unit à vous bien que nous n’ayons pas le plaisir de nous connaître. Voyez-vous à vous lire, je vous sens si proche de moi que j’aimerais vous serrer comme une soeur contre mon coeur. Le portrait que vous dressez de votre époux est fidèle à l’image que j’en avais bien que les multiples qualités et vertus que vous décrivez m’aient échappées, n’ayant jamais eu la douce opportunité de le rencontrer. Ainsi vont les amours virtuelles, c’est leur beauté, leur limite aussi. Ah, si vous me voyiez, Chère soeur, à cet instant précis. Comme vous auriez pitié de mes larmes (et sans doute aussi de mon clavier d’ordinateur que l’inondation menace), car c’est bien dans les affres des plus atroces tourments que je me débats. Comment vous avouer, sans blesser une sensibilité que je devine aussi délicate que la mienne, et sans vous apparaître totalement dénuée de coeur, que ma décision est irrévocable. Quels tourments suis-je en train de créer par ma seule faute dans votre âme délicate en refusant ainsi votre si noble et généreuse proposition. Quelle effroyable honte m’étreint à vous faire cet aveu, mais il faut bien m’y résoudre. Le refus de votre époux a transformé mon coeur en un champ de ruine. Mon âme dévastée saigne depuis deux jours (également sur mon clavier d’ordinateur qui n’en peut plus). Seule la plus plus extrême sincérité à votre endroit pourra je l’espère compenser à vos yeux l’insupportable affront que je vous inflige bien malgré moi. La vérité aussi affreuse soit-elle doit vous être livrée : je ne puis plus aimer. Mon coeur qui s’était épanoui dans l’espoir fou d’une splendide union virtuelle enfin consacrée, s’est déchiré sur les brisants de son atroce indifférence. C’est à genoux que j’implore votre pardon.
    Votre soeur à jamais reconnaissante,
    Aliocha

    Commentaire par Madame Mussipont (p.i. Goloubchik) — 24/07/2010 @ 16:30

  55. @Aliocha,53 : « de la même façon qu’une querelle d’héritage entre une mère et sa fille devient un woerthgate… »

    Certes, mais en général dans les querelles mère-fille, il est rare de voir autant de millions d’euros qui volent et de politiques qui passent !

    Commentaire par Oeil-du-sage — 25/07/2010 @ 10:41

  56. @ Goloubchik : heureusement que la vraie madame Mussipont (qui au passage ne me surnomme pas « Muss » mais bien « gros » en bonne lorraine qu’elle est!) ne lit pas toutes les bêtises qui se recontent ici car je pourrais bien être alors le premier homme à mourir décapité et pendu en même temps! Gloups….

    Aliocha : Et ce serait justice, infâme bourreau de mon coeur trop fragile 😉

    Commentaire par Mussipont — 25/07/2010 @ 21:09

  57. @ Mussipont

    Désolé. Il n’était pas dans mes intentions de vous faire encourir les risques d’une décapendaison, dont j’ignorais qu’elle fût une spécialité locale. J’imagine en outre qu’après traitement, le fautif est exposé en exemple sur une croix quadribranche…Mes hommages (les plus respectueux) à la vraie Madame Mussipont.

    Commentaire par Goloubchik — 26/07/2010 @ 09:55

  58. @ Mussipont

    Bon sang, je réalise avec un temps de retard qu’il doit s’avèrer incommode de pendre un homme décapité. Ou alors par les pieds ?

    Commentaire par Goloubchik — 26/07/2010 @ 10:03

  59. Pour tout vous dire, je crois que j’ai pompé inconsciemment cette idée de pendaison/décapitation à notre maître à tous, à savoir le sieur Marcel Gotlib mais je ne sais plus dans quel album…

    Aliocha : le supplice est trop doux. J’ai d’autres idées vous concernant.

    Commentaire par Mussipont — 26/07/2010 @ 10:46

  60. Chère Aliocha, si j’ai su si subtilement faire part de mes innombrables qualités sur votre blog j’ai tout aussi subtilement su vous cacher les quelques défauts inhérents à mon inestimable personne. Aussi, afin de soulager votre peine de coeur, je vais vous en faire une liste (non exhaustive, je cache encore les pires) de mes défauts :

    – Si ma femme m’appelle « gros », ce n’est pas qu’une expression lorraine amicale. Disons, que je bedonne doucettement.
    – Je suis non-fumeur (Ah ah!)
    – Je peux facilement rouler pendant 300 kilomètres avec un doigt dans le nez (Madame Mussipont adore cela, vous vous en doutez),
    – Je ne suis pas riche et je gagne assez modestement ma vie,
    – Je regarde le foot à la télé. Mais aussi le rugby. Mais ce n’est rien à coté de ma passion pour le foot américain.
    – Je bois de la bière de grande marque, même pas de la bière artisanale ou trappiste.
    – J’aime bien les barbecues avec les copains,
    – Je ronfle comme un sonneur,
    – J’aime me réveiller avec Hell’s Bells à fond sur la chaîne,
    – Je n’aimes pas voyager (je pars en vacances une année sur deux et je trouve que les charentes maritimes sont un dépaysement largement suffisant),
    – Je passe beaucoup trop de temps à zoner sur internet (mais ça, vous le savez!).

    Toujours partante? 😉

    Aliocha : c’est bien une vision masculine que de croire que l’on aime les qualités d’un être quand ce qui bouleverse vraiment, ce sont ses défauts. Ainsi, à la seule idée de vous contempler allangui devant un match de je-ne-sais-quoi, échangeant des blagues grasses avec vos copains, ronflant durant les pubs, vous réveillant à la bière, un doigt délicatement glissé dans le nez et le ventre sortant joyeusement de sous votre tee shirt, mon coeur frissonne, ma raison chavire, tiens c’est pas compliqué, je vous réépouse, à condition que vous divorciez. Je ne me sens pas capable de partager avec qui que ce soit l’inestimable trésor que vous êtes.

    Commentaire par Mussipont — 26/07/2010 @ 13:52

  61. Ah mince, j’ai donc tout faux…La peste soit des infernales arcanes de la psychologie féminine!

    D’ailleurs ça c’est un défaut que vous ne pourrez pas supporter, je suis incapable de comprendre comment fonctionne une femme. Vraiment nul.

    Commentaire par Mussipont — 26/07/2010 @ 14:38

  62. @ Aliocha

    A propos de machisme…si ça peut vous rassurer.

    Dans les rapports hommes/femmes la domination est souvent un élément de jouissance : soit l’homme l’emporte (ce qui est le plus fréquent car nous vivons dans une civilisation plutôt phallocratique) soit que la femme l’emporte sur l’homme et le domine ce qu’un auteur analysait finement en ces termes : « L’homme donne ; la femme se donne – oui – mais elle se donne pour mieux prendre… »

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 26/07/2010 @ 14:59

  63. @ Mussipont

    Amateur de bourgogne : définitivement Pouilly-Fuissé.

    Avez-vous tranché ?

    Commentaire par Le Chevalier Bayard — 26/07/2010 @ 15:04

  64. @ Mussipont

    Mais non vous n’êtes pas nul. Enfin, pas plus que les autres mecs. Aucun homme n’est capable de comprendre comment fonctionne une femme. Et surtout elles ne le souhaitent en rien, quoiqu’elles en disent, les rouées. Sont encore plus fortes que la Guilde des Magiciens Professionnels pour préserver le secret. D’ailleurs, je soupçonne que le secret, c’est qu’il n’y en a pas. De l’irrationnel pur, quoi. On peut pas lutter. On est carbo d’avance.

    Bon, après cette manifestation de solidarité masculine basique, je cours me mettre à l’abri, des fois que jalmad ne soit pas en train de s’exercer à jouer du biniou, à cuisiner un prévenu ou à cambrioler la réserve de vin de noix de son voisin parti en vacances, qui lui a bêtement confié les clés de sa villa « okzou » (un de plus qui ne comprend rien au « sexe faible », pas plus que celui qui a inventé cette expression idiote). Et puis vous tenez très bien le fer avec elle 😉

    Commentaire par Goloubchik — 26/07/2010 @ 15:20

  65. @ Chère Soeur traîtresse,

    A vous lire, Aliocha, j’en ai gros sur le râble
    Vos décisions fluctuent, la souffrance m’accable,
    Du flot de mes sanglots la Moselle déborde,
    Huit campeurs emportés, en sus il pleut des cordes.
    La Bretonne est têtue ? En versatilité ?
    Pour disputer mon Gros, rendez-vous sur le pré
    Avec nos quatr’ témoins, nous l’jouerons au croquet.
    Et la perdante ira, damnée à tout jamais.

    Aliocha : vos alexandrins ne sauraient excuser votre effroyable grossièreté. Non, je ne jouerai pas votre « gros » au croquet, ni à rien d’autre d’ailleurs. Sachez Madame que d’une manière générale je ne « joue » pas les hommes. Je les séduis, les envoûte et les maintiens ensuite sous ma douce influence par des artifices dont votre esprit balourd ne soupçonne même pas l’existence et c’est heureux, car ils feraient monter à vos joues que j’imagine bien trop rebondies un carmin du plus mauvais effet sur votre teint déjà couperosé.

    Commentaire par Madame Mussipont (by Goloubchik) — 26/07/2010 @ 15:46

  66. @ Chevalier Bayard : Essayez quand même le Saint Véran de chez Corsin ( http://www.domaine-corsin.com/ ), et puis essayez aussi le Clessé de Jean Thévenet ( http://www.lemillesime.ch/fr/N246/jean-thevenet-fils/ ) . De quoi vous régaler, n’en doutez pas!

    @ Goloubchik : Quoi??? Les femmes agiraient de manière irrationnelle??? Non ???? Je ne puis en croire un mot !

    @ Jalmad (par avance!) : Pardon m’ame le juge, je ne recommencerai plus, promis m’ame le juge…

    Commentaire par Mussipont — 26/07/2010 @ 15:52

  67. @ Madame Mussipont : je refuse tout net d’être joué au croquet, quelle infamie, vous n’y pensez pas.

    Par contre, pourquoi un combat de catch dans la boue, c’est rigolo ça, non?

    Commentaire par Mussipont — 26/07/2010 @ 16:58

  68. @ Mussipont

    Permettez, mon doux dodu, que j’use en réponse d’un commentaire typé Fantômette :

    Hé hé !

    (J’la prends au catch quand elle veut, la blonde !)

    (Non mais !)

    Commentaire par Madame Mussipont (by Goloubchik) — 26/07/2010 @ 17:14

  69. @ Mussi (permettez que je vous appelle ainsi ?) et Glbk : vous êtes un peu contradictoires à simultanément affirmer que les femmes sont des êtres inconstants et irrationnels, et à miser sur une réaction de ma part assurément conforme à celle qui était la mienne il y a quelques jours.

    c’est d’un manque de logique….(soupir)….

    @ Glbk : voler du vin de noix à mes voisins ? meuhhhh non. Simplement les noix. Et encore, celles qui sont sur les branches qui dépassent chez moi (ou que j’arrive à atteindre depuis mon escabeau). Et puis, la maison des voisins n’est même pas habitée ; ou quasi-pas. Et puis, c’est pour la bonne cause ; enfin, une cause, la mienne et celle de mes miens amis franciliens.

    Commentaire par jalmad — 26/07/2010 @ 17:44

  70. @ Mme Mussipont (Copyright Goloubchik)

    Ma vraie spécialité, dans la boue, c’est le rugby, figurez-vous.

    Haha, tremblez, Aliocha, car en vérité, vous ne ferez pas le poids face à ma technique de mêlée unipersonnelle à responsabilité limitée.

    (Oui, j’ai beaucoup fait évoluer les tactiques rugbystique lors de mon année de 5ème)

    Aliocha : ne sous-estimez pas mon turbo warrant à triple piston inversé et double salto jeté, il fait des ravages.

    Commentaire par Fantômette — 26/07/2010 @ 17:49

  71. @ Bonjour jalmad

    …(soupir)…quand on vous dit qu’on ne comprend pas comment vous fonctionnez…CQFD

    Sinon, alors il est comment le vin de noix du voisin qui habite sa maison sans l’habiter (méfiez-vous, à part un fantôme, je ne vois pas qui puisse correspondre à un tel descriptif)? Et puis recel stomacal de vin de noix piqué, dites donc, vos amis parisiens prennent de gros risques 😉

    Commentaire par Goloubchik — 26/07/2010 @ 18:19

  72. @ Hello Fantômette

    Ah! Ah! Vous avez joué au rrrruby ! Cela doit être pour ça que j’ai fugacement l’impression d’arriver à vous suivre dans certains de vos raisonnements !

    @ Aliocha

    L’idée de Mussipont-le-Futur-Trophée est, à la réflexion, de forts bons goût et aloi.

    Et votre combat de catch dans la boue contre l’actuelle Mme Mussipont pourrait être précédé, en vedette américaine, d’un tournoi de même nature opposant toutes vos commentatrices. On pourrait peut-être organiser cette affaire sur le terrain du voisin de jalmad. Ca lui fera de la distraction, de voir plein d’autres mauvais esprits…

    Aliocha : Allons, allons, Goloubchik, vous, un homme si cultivé, sombrer dans le fantasme affligeant de banalité du combat de catch. Vous vous égarez mon Cher….

    Commentaire par Goloubchik — 26/07/2010 @ 18:49

  73. Que la meilleure gagne !

    (Hello Mussipont, « comment qu’c’est ? ». Vot’ dame me semble avoir le dessus pour le moment.)

    Commentaire par Gwynplaine — 26/07/2010 @ 19:48

  74. Excellent Gwynplain, tout à fait ça! Toutefois il me semble qu’Aliocha est peut être en train de préparer un Death Valley Driver dont elle est la spécialiste et qui pourrait tout à fait lui permettre d’inverser le cours du match…

    Commentaire par Mussipont — 26/07/2010 @ 22:16

  75. @ Aliocha,

    (Avertissement avant lecture : Aliocha, ma blogueuse favorite, nous sommes d’accord, hein ? Nous défendons une position théorique au poison, à la dague, au couteau de tranchée, à la hache d’abordage et au gaz moutarde. Mais après, on va boire ensemble un mojito au Café du Palais, OK ? Alors, c’est parti.)

    « Ma grande sœur miséreuse, mon amie, mamie,

    Votre réponse en 65 m’a fort peinée mais bien moins pour moi que pour vous. J’avais ouï des atteintes de l’âge, qui rime avec naufrage, mais ne pensais point qu’à Paris la Seine charriait de telles épaves. Croyez-vous pouvoir si facilement me voler mon Gros ? Quelle désolante suffisance de votre part, quelle pathétique arrogance de Parisienne crâpie envers la concurrente de province que je suis ! Mais je vous pardonne, ma très grande sœur : sans doute la lecture laborieuse d’un article de Femme Actuelle sur les femmes-couguar vous aura-t-elle tourné l’esprit. Soyez également assurée que j’ai pris bonne note de vos conseils : je surveillerai ma peau des méfaits fort lointains de la couperose. Rassurez-vous, pour l’instant, elle est suffisamment éclatante pour que Shisheido m’ait choisie pour égérie. D’évidence la votre vous inquiète. Je comprends mieux votre intérêt pour le sort de L’Oréal. Si l’entreprise fermait, sous quel artifice cosmétique pourriez-vous dissimuler vos tavelures ? Ne paniquez pas, des tâches brunes sur la peau d’une femme-cougar, quoi de plus normal finalement ? Pour vous ramener à plus de raison, je vous adresse une photo de ma personne : http://misspontamousson.canalblog.com/ Je suis aisée à trouver : cherchez la plus jolie.
    Affectueusement»

    Aliocha : Vous, une concurrente ? Laissez-moi rire. Je ne vous emploierais même pas en cuisine de peur que votre sale mine ne fasse tourner le lait ou rancir le beurre. Pensez-vous un instant que je puisse ajouter foi à cette photographie que vous avancez pour preuve de ce que vous êtes ? Allons, elle est si ancienne qu’elle vire déjà au sépia. Visiblement vous êtes née à une date où mes parents ne l’étaient pas. Je serais vous au demeurant, je ne me vanterais guère d’un tel cliché, ces deux génisses sentent le foin et le crottin de cheval. Quel homme accepterait de se commettre avec de telles créatures sauf à vouloir satisfaire un besoin aussi impérieux que fugace. Sachez Madame que les parisiennes sont faites pour l’amour et non pour de simples accouplements bestiaux derrière une fosse à purin. Je vous crois en revanche quand vous dites travailler pour Shisheido, je me suis laissée dire qu’ils cherchaient des femmes particulièrement abimées par le temps pour tester dans la plus grande discrétion l’inocuité de leurs produits. Et l’on imagine difficilement en effet ce qui pourrait vous arriver de pire, même si l’on vous badigeonnait la face à l’eau de javel. Une femme couguar, moi ? Il n’est pas impossible en effet que je le devienne, mais pas avec votre gros qui a le même âge que moi et surtout qui s’obstine à brutaliser mon coeur. Mais s’il advenait que je croise par hasard un jeune homme beau à damner une journaliste, pourquoi pas ? Je m’emploierais à enflammer son coeur et ses sens, comme l’ont fait avant moi quelques unes des femmes les plus belles du monde, celles-là même qui ont lancé cette délicieuse nouvelle mode. Un rêve qui restera pour vous à jamais inaccessible, tant je devine que même à 18 ans vous faisiez fuir les vieux barbons.
    A vous lire, Très Chère et Tendre Amie.

    (NB : l’argument relatif à Shisheido est bien entendu une plaisanterie dictée par l’exercice. A ma connaissance, cette marque ne teste pas ses produits sur les animaux et produit un travail de très grande qualité, ça va sans dire mais c’est encore mieux en le disant)

    Commentaire par Madame Mussipont (by Goloubchik) — 27/07/2010 @ 08:20

  76. @ Aliocha (sous 72)

    M’enfin ! Un combat de catch de chouettes nanas dans la boue, Aliocha, dans la boue ! Y’a que des mecs hypocrites qui prétendront que c’est sans attrait !

    Et puis posséder quelque culture n’empêche nullement à un homme d’avoir un côté bad guy, ce que les vraies femmes, quoiqu’elles s’en défendent, ne détestent pas en général. Question de limites…

    (putain, la méchante volée de bois vert que je risque, là….).

    @ Mussipont

    Whâââ, la démo ! Z’avez vu leur faculté de passer en trois secondes de la mielleuserie la plus glucosée (« Oh, t’es trop ma bestha, soeurs pour la vie !») à (« Grosse pouffe, ton mec, j’t’le pique-nique quandj’veux, mêmque»…

    Aliocha : Misère, quand je pense que durant toute notre enfance on nous décrit les hommes comme des chevaliers sur de magnifiques chevaux combattant les pires dragons pour nous prouver leur amour et que, dans le même temps, les hommes rêvent de nous voir pratiquer le catch dans la boue en lisant des revues que la morale réprouve. Etonnez-vous ensuite de la légère incompréhension qui affecte parfois les rapports entre hommes et femmes 😉 Et en plus, ils s’amusent à semer la zizanie entre nous, rien que pour assister à leur fichu combat de catch. Affligeant. Si je tenais les pitres qui écrivent les contes de fée je leur….oui, enfin passons.

    Commentaire par Goloubchik — 27/07/2010 @ 08:26

  77. Oh oui Goloubchik, nous avons là un exemple parfait de cette inconsistance féminine qui nous désole tant. Il me semble bien d’ailleurs que le terme « écervelée » ne peut pas s’écrire au masculin, faudra que je vérifie ce soir dans le Litré.

    Mesdames, veuillez cesser cette dispute qui, je vous assure, ne vous grandit pas, loin de là.

    Aliocha : Bah voyons, on jette de l’huile sur le feu et ensuite on s’écrit « mince, ça s’enflamme ». Je suis sûre que vous êtes du genre à sortir le très crispant : « ce que t’es belle quand t’es en colère ! ». Mourdiou !

    Commentaire par Mussipont — 27/07/2010 @ 10:12

  78. @ Aliocha (sous 75), ô vieille chouette que nul paysan ne daignerait même clouer sur la porte de sa grange, ma douce amie,

    Laissez-moi deviner, soeur chérie. Au temps lointain où elles étaient encore le ventre de Paris, vous travailliez aux Halles ? Rayon poissonnnerie ? Cela laisse des traces, je les hume d’ici. Sachez que la chaudière à fiel qui vous tient lieu de coeur n’atteint point le pelage de la charmante colombe que je suis. Oh, je l’imagine bien la conception détraquée de l’amour physique qui peut être la votre : mon Gros encagoulé, un anneau dans le nez, le dard embarbelé dans un étui pénien…
    Et serrez en vos placards, qui fleurent bon l’anti-mites, vos espoirs de lever un jour un jeune et beau garçon. Toutes ne peuvent s’offrir un Banier percé. Vu l’apparence que je vous prête, ll vous faudrait pour cela détenir des moyens financiers infiniment supérieurs à ceux que vous procure votre profession de servile gratte-papier. Je vous quitte pour gagner la fosse à purin, Muss’ ayant tantôt d’ardents et impérieux besoins à satisfaire. Bien et toujours à vous, très chère.

    Aliocha : eh bien voilà, nous y sommes. Vous avez accouché de votre vraie nature en direct et en public. Que pourrais-je ajouter de plus au sinistre portrait que vous dressez de vous-même ? Ah! puissante jouissance que la vérité enfin mise à nue. Madame, merci, vous venez de m’offrir l’un des plaisirs les plus intenses et les plus raffinés dont puisse rêver un journaliste.

    Commentaire par Madame Mussipont (by Goloubchik) — 27/07/2010 @ 11:04

  79. @ Aliocha

    Si vous pensez avoir gagné en ce combat douteux et que cela vous rempli d’aise, j’y consens, pour votre plaisir.

    Bon, on va se le prendre ce mojito ?

    Aliocha : je parlais de la vraie nature du personnage que vous avez fabriqué, pas de la vôtre mon cher 😉 je ne confonds par le romancier et son personnage. Il est déjà servi votre mojito, là, sur la table, si vous lachiez votre numéro de « catch féminin magazine » vous le verriez !

    Commentaire par Goloubchik — 27/07/2010 @ 12:07

  80. @ glbk : « posséder quelque culture n’empêche nullement à un homme d’avoir un côté bad guy, ce que les vraies femmes, quoiqu’elles s’en défendent, ne détestent pas en général ». Hummmm…ce n’est pas faux. Mais encore faudrait-il savoir distinguer le côté bad guy du côté gros beauf….ce qui n’est manifestement pas donné à tout le monde : un combat féminin de catch dans la boue, un fantasme de « bad guy », je me marre….oui oui, de « poète maudit » (2 ème catégorie qui rencontre en général un franc succès chez la gent féminine), même, tant qu’on y est….

    quoiqu’il en soit, autant je ne me voyais pas participer à ce combat de poules, autant le mojito, je suis pour (au besoin, il y a aussi de la menthe dans le jardin de mon zombie de voisin).

    Commentaire par jalmad — 27/07/2010 @ 13:07

  81. @ Aliocha

    Je ne m’étais pas senti personnellement visé. Merci pour le mojito. Délicieux et parfaitement dosé. Vous pourriez vous reconvertir sans souci comme barmaid en chef au Fouquet’s (une mine pour recevoir les ragots).

    Euh, je ne vous laisse pas « Catch féminin magazine – n° spécial boue ». Après lecture, je dois le passer à Mussipont, Gwynplaine et Ferdydurke, qui y apprécient la rubrique littéraire. Puis à Fantômette : il y a une nouvelle variante du ciseau javanais qui pourrait lui être utile en audience à l’encontre d’un confrère lui ayant transmis ses écritures la veille à 23h53, sans possibilité de renvoi.

    @ jalmad

    Je vous concède volontiers que le bad guy n’est pas non plus celui qui affiche une barbe de 3 jours soigneusement travaillée, qui pique minablement le peignoir de bain de la chambre d’hôtel (« chéri, tu es fou et si nous étions pris ! ») ou fraude le paiement de la redevance télé.

    Ceci étant, si pour bénéficier de cette aura aux yeux des dames, il convient de braquer un fourgon, ce sera sans moi. Seul tenir la bibliothèque pourrait m’intéresser comme activité en prison et avec le bol que j’ai, la place sera déjà prise par un normalien en longue peine.

    Compte tenu de vos fréquentations professionnelles, vous détenez d’ailleurs un niveau élevé d’expertise à ce sujet et je serais curieux de connaître votre définition (si elle existe) du bad guy socialement et amoureusement acceptable pour une femme.

    « Poète maudit » c’est pas du tout mon genre, j’ai trop de mal à rester sérieux longtemps. Mirliton à la rigueur, mais ça permet pas d’emballer des masses, sauf dans la France profonde et encore ça marche de moins en moins bien maintenant qu’ils captent même M6.

    Encore un truc : comme tant d’autres, vous discriminez abominablement les frères en surcharge pondérale de frères ou soeurs nantis d’un conjoint. Curieusement, les belles-soeurs échappent à toute critique, y’aurait un complot féminin mondial là-dessous que cela ne m’étonnerait pas. Evidemment, tant que ça ne leur tombe pas rôti dans la bec, les journalistes n’enquêtent pas et les parquetiers s’en poncepilatent le coquillard…

    Commentaire par Goloubchik — 27/07/2010 @ 14:52

  82. @ Goloubchik :

    bad guy, j’aurais du mal à définir précisément, mais je le voyais plus comme « rebelle dans l’âme », anticonformiste, avec un rien de mauvais caractère, sans forcément que ça ne signifie violer la loi. Par ailleurs, mon expérience me fait penser justement qu’il n’y a souvent personne de plus à fond de société de consommation, matérialiste, « travailler plus pour gagner plus » (bon, après, c’est sur la définition de « travailler » que ça correspond pas nécessairement au modèle UMP) qu’un dealer ou un braqueur. C’est sûr, le bad guy, c’est aussi quelqu’un d’un peu tourmenté, compliqué, qui a du mal avec l’autorité et la gestion de la frustration, qui a tendance à s’autodétruire, mais par principe, pas par intérêt ; un type fragile et révolté à la fois. Alors, c’est sûr, ce trait de caractère fait qu’on en rencontrera plus avec un passé délinquantiel que dans une promo de l’ENA. D’ailleurs, le bad guy, poussé à bout, il peut péter un plomb, voire devenir violent même avec ceux qu’il aime ; on le sent toujours à fleur de peau, il vit les trucs passionnément, le bad guy. Il nous fait croire qu’on va réussir à le changer, ouais, il est prêt à changer par amour le bad guy, et il le dit souvent d’ailleurs. La barbe de 3 jours, c’est un bon critère (pas taillée scrupuleusement, en revanche, en effet); un bon vieux jean bleu un peu usé, c’est bien aussi. Et qui boit le lait direct au goulot le matin en le sortant du frigo, en se grattant le ventre, les cheveux ébouriffés. Bon, je vous la fais clair : le bad guy est un connard (qui souffre, mais un connard quand même) mais ultra sexy.

    quant au poète maudit, je suis d’accord avec vous : trop chiant, le poète maudit.

    Commentaire par jalmad — 27/07/2010 @ 19:08

  83. super bon article

    Commentaire par turquoise — 28/07/2010 @ 00:09

  84. @ jalmad

    Intéressant descriptif.

    J’en retiens notamment que les compagnes de certains des bad guys (connards, je valide) doivent se réveiller le matin au Service des Urgences avec la gueule remastérisée et la tête comme un cabanon parce que P’ôv Chou -c’est pas sa faute, docteur- s’est fait humilier la veille par son chef et qu’il fallait bien qu’il passe ses nerfs sur de la viande. Et là je coince complet sur les motivations rédemptrices qui me paraissent plus spécifiquement propres à la gent féminine (je ne connais pas d’hommes battus, lesquels doivent pourtant exister, mais, j’imagine, en proportion moindre). En tout cas, ça plaide en faveur de ma thèse selon laquelle le catch féminin devrait être matière obligatoire dès l’école primaire 😉

    Commentaire par Goloubchik — 28/07/2010 @ 09:07

  85. @ Aliocha

    A votre avis, Mussipont, c’est le petit médaillé au blazer blanc chapeau pointu (turlututu), ou le géant en culottes bouffantes ?

    Commentaire par ramses — 28/07/2010 @ 18:03

  86. @ ramses, mais où avez vous donc trouvé cette merveille! Et au fait, je ne suis ni l’un ni l’autre, c’est moi qui prend la photo! 😀

    Commentaire par Mussipont — 28/07/2010 @ 21:42

  87. @ ramses

    Moi je sais…

    ramses, ramses, ténébreux et providentiel inconnu, vous avez réussi à m’égayer, malgré mon vague à l’âme.

    Je perçois bien que le Gros est tout chantroublé par les manigances de cette parigote à plume de paon et me sens tellement délaissée…

    Si vous saviez…(soupir)….Votre pseudo parle si telluriquement à mon âme d’odalisque ! Les sables torrides de l’Egypte, ces pyramides érigées à la gloire de rois dont les profils sculptés évoquent les pectoraux jaillissants des Chippendales, ces obélisques symboles d’une virilité indémantibulable, ces pschents prêts à faire pschitt, ces balades romantiques en felouque que l’on peut faire à Memphis, capitale du rock’n roll, à ce que l’on m’a dit…cela fait me rêver…

    Je serai ce week-end à Paris pour un déplacement professionnel…

    Si vous connaissez un hôtel accueillant, merci de me l’indiquer.

    Commentaire par Madame Mussipont (by herself) — 28/07/2010 @ 22:15

  88. @ Aliocha

    Intervenez je vous prie, c’est indécent!

    Votre blog commence à ressembler aux petites annonces de Libé !

    Et Gilbert va encore vous faire remarquer que vous êtes de gauche !

    Aliocha : ce qui nous amène à cette question fondamentale sur laquelle je souhaiterais que tous les lecteurs de ce blog se mobilisent : le sexe est-il de gauche ou de droite ?

    Commentaire par Goloubchik — 28/07/2010 @ 22:34

  89. @ Aliocha

    « le sexe est-il de gauche ou de droite ? »

    Normalement, il est au centre, non ?

    @ Madame Mussipont

    Je vous recommande l’Old Catarract à Assouan… Un peu désuet, mais charmant… La suite « François Mitterrand » (il y séjournait régulièrement en compagnie de Mazarine) est souvent libre…

    Commentaire par ramses — 29/07/2010 @ 01:18

  90. @ Aliocha

    A mon sens, le sexe est exclusivement de droite.

    D’un point de vue marxiste, il est en effet constitutif d’une occupation ludique captatrice d’énergie, détournant de l’objectif révolutionnaire visant à mettre à bas l’ordre bourgeois pour le remplacer par le Paradis des Travailleurs. C’est ainsi qu’à une époque, à Lutte Ouvrière, il fallait, pour « fréquenter », une autorisation spéciale, délivrée par le Bureau après une enquête approfondie sur la moralité idéologique du (ou de la) partenaire.

    @ ramses

    Je crains que votre recommandation à Madame Musssipont ne date un peu. A ma connaissance, l’hôtel Old Catarract a en effet été transformé il y a quelques mois en Maison de retraite pour ophtalmologistes.

    Commentaire par Goloubchik — 29/07/2010 @ 07:38

  91. @ Ramses et Goloubchik :

    Je croyais que chez la majorité des hommes le sexe portait à gauche, non ?

    Commentaire par Gwynplaine — 29/07/2010 @ 08:43

  92. @ Gwynplaine

    Sur un plan statistique, votre observation est exacte. L’explication scientifique tient en peu de mots. Comme chacun sait, le pénis sans le cerveau (où naît l’excitation), c’est comme un sandwich sans pain, ça sert à rien, même devant le portrait en 3D de Megan Fox. Or l’activation des appétits sexuels s’opère le plus souvent dans l’hémisphère gauche du mâle. Comme il y a urgence, le cerveau intime au pénis de se dresser par le chemin le plus court, qui n’est pas la diagonale (sauf dans l’hyperespace courbe mais c’est un autre sujet). Une étude publiée dans Nature (je ne retrouve malheureusement pas la référence du numéro correspondant) établit parallèlement de manière catégorique que les rares hommes portant à droite sont davantage consommateurs d’adjuvants (médocs, lingerie, etc) et leurs copines moins satisfaites sexuellement que celles du groupe majoritaire.

    Aliocha : je conserve dans un coin de mon esprit cette précieuse information 😉 pourquoi n’ai-je donc jamais songé à observer de près une aussi passionnante question….

    Commentaire par Goloubchik — 29/07/2010 @ 09:21

  93. En tant que gros con de droite repenti, malgré ma repentance je continue à porter à droite. On se refait pas.

    Je conteste les affirmations péromptoires du sieur Goloubchik car ma femme est largement satisfaites sexuellement (ne me surnomme t on pas « Monsieur 50 bars » ?) et les seuls adjuvants que je consomme viennent exclusivement de la vigne.

    Commentaire par Mussipont — 30/07/2010 @ 08:37

  94. @ Mussipont

    La science peut s’avérer cruelle. Elle impose aux âmes bien nées de se plier au principe de réalité. Au-delà d’une consommation de 2 litres de vin par jour titrant 13 % en moyenne, la performance sexuelle du mâle (mesurée en termes de durée du rapport et de turgescence) diminue de 82,07 %.

    Ne vous est-il pas venu à l’esprit qu’on pouvait vous surnommer « Monsieur 50 bars » (très classieux comme surnom) parce que vous représentiez à vous seul 50 % du chiffre d’affaires des établissements de boisson de votre ville ?

    Commentaire par Goloubchik — 30/07/2010 @ 10:12

  95. Merci pour ce texte .

    Commentaire par 411 Lookup — 30/07/2010 @ 10:40

  96. @ Goloubchik : mais mon ami je suis loin de consommer 2 litres de vin par jour, je préfère la qualité à la quantité (hier c’était Ruinart en entrée suivi d’un Meursault 2006 pour accompagner une délicieuse déclinaison de poularde de Bresse). Mes performances au lit ne sont donc point affectées par la boisson, bien au contraire car le bon vin est réputé contenir quantité de pounièmes d’oligo-éléments divers et variés dont les bienfaits pour la santé ne sont plus à démontrer.

    Et sachez que je ne fréquente pas les bars de ma ville car les vins qu’on y sert ne correspondent guère à mon standing de Marquis de Mussipont. Mon surnom de « Monsieur 50 bars » m’a bel et bien été donné par les nombreuses conquêtes féminines qui furent les miennes, d’avant mes épousailles avec Madame faut il le préciser et ma fidélité n’a d’égale que ma modestie comme je l’ai déjà précisé plus haut.

    Commentaire par Mussipont — 30/07/2010 @ 11:29

  97. j’y crois à peine ! après le fantasme partagé des catcheuses dans la boue, nos plus-beauf-que-bad-guy et gros-con-de-droite-repenti préférés en sont quasi à (pardonnez l’expression, mais je n’en vois pas qui convienne mieux) se la mesurer….

    je rigole : qui est-ce qui se gaussait de la propension des femmes à passer en une demi seconde de la rodomontade à la flatterie ?
    ahhhh, ne changez rien, messieurs, vous êtes un délice. Mais juste une chose : vous avez vu ce film, « baril de poudre » ? parce que sous la douche, ça se finit dans un bain de sang quand même…

    Commentaire par jalmad — 30/07/2010 @ 13:06

  98. @ jalmad

    Serviteur, Madame. Reconnaissez à mon camarade « Monsieur 50 bars » et à moi-même au moins un mérite: nous avons pris le risque fou d’exposer à la face du monde le ridicule absolu de nos minables egos à la seule fin de vous distraire, vous dont il se pressentait que la semaine serait difficile. Selon votre aveu, nous avons pleinement rempli notre noble mission. Soyez assurée que, prêts à de nouveaux sacrifices, nous restons lui et moi à votre entière disposition.

    Commentaire par Goloubchik — 30/07/2010 @ 14:45

  99. @ Mussipont

    Faites gaffe, jalmad semble un peu nerveuse en cette fin de semaine. Je la soupçonne d’avoir engagé depuis lundi une brève relation sentimentale avec tschok, laquelle comme c’était prévisible, s’est brutalement terminée. Et puis, j’en ai parlé à mon psy, cette obsession pour les noix, paraît que c’est pas clair clair.

    Commentaire par Goloubchik — 30/07/2010 @ 14:56

  100. @ Goloubchik :

    Jalmad est surtout en vacances ce soir pour 5 semaines, hé hé hé….alors, certes les derniers temps furent difficiles et la virent a little bit nervous (aucun lien d’ailleurs avec quique ce soit dont le pseudo commencerait par un T, et qui d’ailleurs, semble plutôt s’être tiré eavec une certaine F dévoreuse de danette, ceci sans vouloir lancer de ragot, bien évidemment), mais qui, d’ici 1 petit jugement, 1 petite ordonnance, 3 petits mandats de comparution, et 4 ou 5 dernières consignes de convocations à lancer pour la rentrée, taille ses crayons et pis s’en va….

    alors, allez y, pouvez y aller tant que vous voulez, rien n’entamera son émerveillement devant le cadeau de chaque instant qu’est la vie….

    Commentaire par jalmad — 30/07/2010 @ 15:53

  101. @ jalmad

    Bonnes vacances. Et si vous partez, n’oubliez pas d’emporter votre code de procédure pénale pour vous endormir le soir 😉

    Commentaire par Goloubchik — 30/07/2010 @ 16:00

  102. @ jalmad

    Flûte ! J’ai oublié de vous féliciter. Votre anglais s’améliore: « a little bit nervous »…Bigre !

    Commentaire par Goloubchik — 30/07/2010 @ 16:06

  103. @ Goloubchik : merci.

    attendez, j’essaye un truc : 🙂

    Commentaire par jalmad — 30/07/2010 @ 19:23

  104. cool ! ça marche, jamais rien compris à ces machins. Bon, je tente autre chose : /-(
    et aussi ;-(

    Commentaire par jalmad — 30/07/2010 @ 19:24

  105. zut. Tant pis, je sais au moins sourire et cligner de l’oeil, ça me paraît plus essentiel.

    Commentaire par jalmad — 30/07/2010 @ 19:27

  106. @ jalmad

    Très impressionnant. Encore un petit effort et Bill Gates vous embauche à prix d’or pour piloter le projet du prochain système d’exploitation de Windows.

    Commentaire par Goloubchik — 30/07/2010 @ 19:33

  107. Après les récentes communications du chef Shadok et son devin robinet, il convient, peut être, de se rappeler d’un autre dicton du Shadok Marin « Pour avoir le moins de gens malheureux possible, il faut toujours taper sur les mêmes ».
    Comme les commentaires ont tourné autour des relations entre hommes et femmes ce proverbe peut s’adapter à la situation du mariage : « Pour avoir le moins de gens malheureux possible, il faut toujours se taper le ou la même. »
    Mais là, je monte par une échelle prévue pour la descente.

    Commentaire par Loki — 11/08/2010 @ 00:26

  108. @ Ferydurke et Mussipont

    A votre retour de vacances, allez jeter un oeil sur ça 😉 : http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/deux-salaries-sur-trois-preferent-que-leur-boss-soit-un-homme_912350.html

    Commentaire par Goloubchik — 14/08/2010 @ 12:22


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :