La Plume d'Aliocha

14/05/2010

Trinquons à la santé de Facebook

Filed under: Brèves — laplumedaliocha @ 11:57

Allons, vous reprendrez bien un petit coup de polémique entre rebelles du web et tyrans politiques du monde réel défendus par leurs chiens de garde, les médias traditionnels ?

Mais si, rien que pour la route.

La mort d’un jeune homme hier à Nantes lors d’un « apéro géant », mes pensées accompagnent ses proches, déclenche de nouveau la mécanique désormais bien rodée :

– les politiques pointent du doigt Internet puisqu’il s’agissait d’un apéro organisé via Facebook,

– la télévision relaie,

– la toile s’enflamme contre ces imbéciles-qui-ne-connaissent-rien-au-web-mon-bon-geek et accusent Facebook qui n’y est pour rien.

Fort heureusement, au milieu de ce concert d’âneries maintes fois répétées, quelques voix s’élèvent pour dire des choses bien plus intéressantes. Philippe Cohen, sur Marianne 2, prend de la hauteur et soulève de vraies questions. Quant aux snipers de Cultural Gang Bang, pour reprendre l’expression de Philippe, ils adoptent une position d’une réjouissante férocité.

Publicités

29 commentaires »

  1. « Marianne » comme toujours réserve d’excellentes surprises.
    Le danger en portant tout le blâme sur le Net est sans doute de pousser à en limiter la force et l’impact donc par extension nos libertés, celui qui en tirera les ficelles sera le grand manitou du monde.
    le mot d’ordre de notre société de l’instant est « Festif Festif » et ce n’est pas Philippe Muray qui dira le contraire.. de tous temps c’est « panem et circenses » et les orgies ne sont pas un scoop, donc, puisque nous sommes un peuple libre pourquoi s’étonner que ce peuple s’amuse avec ses moyens intellectuels ou autres?
    Sinon parce que c’est préjudiciable à la liberté des autres et pour des raisons de sécurité interdisons fermement tous les rassemblements comme à l’époque du général.

    Rien à dire sur les journalistes qui ont une éthique, ceux qu’on aime et qui font leur métier d’informer, aux éditorialiste de fond aux reporters etc .. mais un bémol sur ceux qui n’ont pas la vocation pipole et qui se complaisent dans le climat « bling bling » en attisant les petites haines ordinaires et je pense à la couverture du magazine Express qui nous avait habitué à autre chose et un autre niveau. Q’en pensez-vous Aliocha ?

    Commentaire par scaramouche — 14/05/2010 @ 13:37

  2. Tching!

    Commentaire par tschok — 14/05/2010 @ 18:12

  3. (Aliocha, je me permets de vous rappeler que jalmad a du vin de noix et qu’on emmerde fessebouk! On peut très bien se faire un mini apéro bloguesque!)

    Commentaire par tschok — 14/05/2010 @ 18:14

  4. Sans vouloir faire mon rabat-joie réactionnaire, il me semble qu’on oublie une notion fondamentale dans cette affaire, une notion fondamentale dans nos sociétés théoriquement basées sur l’idée de liberté: le libre-arbitre.

    Cette personne qui s’est tuée en tombant d’une balustrade s’est soûlée de son plein gré, me semble-t-il. Personne ne l’a forcée, et surtout pas Facebook – on voit d’ailleurs mal comment Facebook aurait pu le faire.

    Ce n’est pas non plus Facebook qui lui a dit de monter sur une balustrade, surtout alors qu’elle était ivre et donc pas avec un contrôle psychomoteur optimal.

    Mais non! On fait comme si le citoyen était un mouton, qui dès qu’on lui présente une invitation à un évènement, va s’y rendre, et s’il y a une bêtise à faire, la faire.

    Le problème est que plus on prend les gens pour des moutons et on adopte des lois pour les gérer ainsi, plus ils se comportent comme tels, et plus on adopte de lois. À l’extrême, on finit par traiter des adultes comme des enfants d’école primaire.

    À propos d’enfants, on peut en revanche s’interroger sur le côté « je laisse la puissance publique nettoyer mes cochonneries » de ce genre d’évènements. C’est un peu comme les gens qui prévoient des rave parties sur des terrains qui appartiennent à autrui et ne prévoient pas l’intendance (WC mobiles, poubelles, etc.).

    Mais là encore, on peut se demander si ces « apéros » sont un cas isolé. Le sport professionnel draine des foules de supporters, d’où mise en place de postes de sécurité, de CRS et gendarmes mobiles, etc. Il ne me semble pas que les clubs, qui déjà jouissent de subventions de fait par usage de stades payés par les collectivités locales et loués à un coût inférieur à leur amortissement, remboursent les frais occasionnés.

    Que l’on m’explique qui paye les cars de « mobiles » que je vois quand le GF38 joue, et peut-être je blâmerai Facebook.

    Commentaire par DM — 14/05/2010 @ 19:22

  5. Il y a deux options :
    Ou bien on est vraiment adulte libre et responsable donc on assume et on paie toutes les conséquences de ses actes
    Ou bien on se lance dans l’aventure les sports extrêmes les souleries à mort on casse tout etc ..et pour les pots cassés c’est l’Etat donc la société qui paie.

    Dans le deuxième cas on est infantilisé et pris en charge et « l’Etat-nounou » interdit à ses enfants de se conduire en irresponsables.

    Commentaire par scaramouche — 15/05/2010 @ 08:11

  6. Tant il est vrai que jamais ô grand jamais, on n’ a jamais vu de gens ivres, en bande, dans nos rues.
    Tant il est vrai que jamais ô grand jamais, on n’a jamais vu de rassemblement de gens alcoolisés, un soir de réveillon, de victoire de l’équipe de nos-neuneus-en-short-qui-courent-après-un ballon, sur la plus belle avenue du monde, par exemple.
    Tant il est vrai que jamais ô grand jamais, qu’à chaque fois, la mairie de Paris ne déplore la moindre canette qui traîne par terre après de tels rassemblements,
    Tant il est vrai que que jamais ô grand jamais, tout s’y passe si bien qu’il n’y a ni vol ni violence, et qu’un simple garde-champêtre débonnaire y suffirait pour assurer la sécurité.

    Tout ça, c’est la faute à Phacebohok, Ternet, les zordinateurs. L’électricité.

    Par ce que jamais ô grand jamais, personne n’avait utilisé un journal, une radio , une télé, pour dire : ce soir de réveillon / si la France gagne la coupe, on va sur les Champs.

    Commentaire par DS — 15/05/2010 @ 08:26

  7. @ Tschok :

    Cependant, j’ai cru comprendre que le tout-venant de la production 2010 de jalmad a été piraté par de siens et franciliens amis. Qu’est-ce qu’on fait ? On se risque sur le bizarre ?

    Commentaire par Gwynplaine — 15/05/2010 @ 12:17

  8. P.S. : à la vôtre.

    Commentaire par Gwynplaine — 15/05/2010 @ 12:20

  9. @ Tschok : vin de noix 2009 terminado – 2 verres (autant dire que la cuvée 2009 va faire ses adieux définitifs ce soir, je suis en train de réfléchir au film ou au bouquin qui irait bien avec).

    @ Gwynplaine : y en a aussi : une bouteille vintage (estampillée « tchekoslovakia », c’est dire si on la garde pour les grandes occas’) de bekerovzcka (comment ça s’écrit ce truc ?)ou encore toute une série d’alcool italien de montagne aux herbes et à l’oeuf, genre sirop pour la toux à réveiller les morts (je suis en train d’étudier la faisabilité d’un tel breuvage « maison »).

    Commentaire par jalmad — 15/05/2010 @ 14:25

  10. Bonsoir jalmad,

    Puis-je vous suggérer « Pas de vacances pour Fantômette« ?

    (snif).

    Sinon, deux verres, dites, ça ne va pas faire assez pour tout le monde ou je me trompe? Le réassort est pour bientôt?

    Commentaire par Fantômette — 16/05/2010 @ 23:01

  11. Jalmad,

    c’est une journée de deuil.

    Une profonde tristesse qui, en elle-même, appelle la dose d’alcool prête à l’enfouir.

    Raisonnement d’alcoolique, quoi.

    Comment se fait il qu’une femme aussi belle que vous, magistrate de surcroît, se demande avec qui passer sa soirée, entre un film ou un bouquin??

    Mais il vous manque un Vendredi!

    Un Vendredi avec qui partager ces deux dernier verres.

    Gwynplaine, toujours plus intelligent que nous autres, a déjà remarqué qu’il suffit d’être francilien pour vider votre cave.

    300 km pour être à votre portée, quoi.

    Inutile de vous dire que je ne suis pas le seul à saisir ma carte.

    Commentaire par tschok — 17/05/2010 @ 12:19

  12. Grande nouvelle : les deux verres de vin de noix se sont vu octroyer un sursis qui ne doit son existence qu’à la mise à mort d’un excellent Bourgueil (paix à son âme).

    Ceci étant, je retiens la proposition de Fantômette, même si j’ai tendance à penser que le vin de noix s’accommoderait plutôt mieux avec un bon vieux « rouge et or », le vin de framboise m’apparaissant plus adapté au titre proposé. Et pour répondre à la question du réassort (dont je note qu’il semble déchaîner les passions de certains ici : mes amis franciliens apprécieront la sollicitude, je n’en doute pas).

    Quant à Tschok, ce vil flatteur, je ne lui répondrai même pas, tant la grossière ficelle du « prêcher le faux pour savoir le vrai » est usée jusqu’à la corde : 300 km ? Bien tenté l’ami, mais il eût fallu y aller franco comme dans le coup du nombre de burqa pour être crédible, et dire disons : environ 381,7 km. Par ailleurs être francilien n’est ni une condition nécessaire (élitiste mais pas sectaire), ni une condition suffisante (mais élitiste).

    Commentaire par jalmad — 17/05/2010 @ 15:05

  13. ah, pardon, j’ai oublié le réassort, c’est le problème quant on digresse par parenthèses : récolte et préparation fin juin début juillet, pour une solution buvable à compter de mars 2011. Oui. Catastrophe, je sais.

    Commentaire par jalmad — 17/05/2010 @ 15:08

  14. Bonjour jalmad,

    Finissons-en avec ce suspens insoutenable du supplice du deuxième verre.

    Voilà ce que je vous propose.

    Pour commencer, j’en appellerai aux mannes des Grands Anciens (souvenez-vous, nous avons fréquenté les mêmes bancs de la faculté, souvenez-vous, la basoche) et invoquerai la très grande solidarité – que dis-je, la très grande fraternité – des gens de robe pour demander que l’attribution du deuxième verre de vin de noix à un auxiliaire de justice, sélectionné au hasard parmi les tops coms du blog d’Aliocha.

    Bon.

    Vous allez me dire, il y en a plus d’un.

    C’est parfaitement exact, et je ne chercherai pas à le nier.

    Je poursuis donc ma réflexion.

    Il conviendrait donc de déterminer un second critère qui vous permettra de désigner, avec la rigueur et l’impartialité dont je devine qu’ils vous caractérisent, parmi les quelques impétrants (dont le nombre exact m’échappe, mais je n’ai pas un esprit très matheux).

    Alors, j’ai plusieurs idées, que je soumets à votre sagacité.

    – On pourrait donner l’avantage à une personne quelconque qui, en plus d’être auxiliaire de justice, serait pape d’une religion résolument moderne et tournée vers l’avenir, comme le danettisme, par exemple, afin de donner un lustre légèrement spirituel à la consommation de vin de noix. (Ce serait mon cas, par exemple.)(Mais ce n’est qu’un exemple.)

    – On pourrait également donner l’avantage à une personne quelconque dont le pseudo commencerait par une lettre située dans la première moitié de l’alphabet (mettons), plutôt que la seconde. Là, encore ce n’est qu’un exemple, bien entendu. On pourrait dire l’inverse également. Ou pas.

    – Alors, une question se pose: ne faudrait-il pas, par principe, exclure toute personne qui exercerait sa profession à Paris? je ne fais que poser la question, sans nécessairement y apporter de réponse (je vous laisse décisionnaire, de toute façon, c’est votre vin de noix), mais il n’est pas com-plè-te-ment faux, non plus, de dire que quand on a déjà la chance d’exercer dans la plus belle ville du monde, hein, on peut s’arrêter là dans les demandes extravagantes d’attribution de privilèges.

    Cela dit, c’est votre deuxième verre de vin de noix, il vous appartient, et il va de soi que vous déciderez seule de celui OU CELLE à qui vous vous proposeriez éventuellement de l’attribuer.

    Je me plie par avance à votre sage décision, qui sera sans nul doute dictée par la sagesse, et soumise à la rigueur de votre sage conception d’une sagesse attributive infiniment sage.

    Commentaire par Fantômette — 18/05/2010 @ 10:24

  15. Jalmad,

    Vil flatteur, moi?

    L’auréole du saint, qui illumine le sommet de mon crâne au moment où je vous parle, hurlerait mon innocence s’il avait des cordes vocales.

    Mais je note les 381,7 km.

    Je crois me souvenir que vous aviez parlé d’un tas de cailloux?

    Pourriez vous m’en dire trois mots?

    Commentaire par tschok — 18/05/2010 @ 11:21

  16. Fantômette,

    Par les cornes de Belzébuth, seriez vous prête à vous damner pour un verre de vin de noix en proposant des critères si justes et si équitables qu’ils en viennent à évincer tout autre impétrant que vous?

    Allons, papesse de la Danette!

    Danette ne nous a t’elle pas enseigné les vertus du partage?

    (avec une paille)

    Je ne vais pas vous faire une Cène, mais quand même.

    Commentaire par tschok — 18/05/2010 @ 11:25

  17. @ Bonjour jalmad

    Peut-être, dans la vie civile, avez-vous déjà eu l’impression fugitive qu’un unique -mais bien précis- acte de générosité était de nature à rééquilibrer mille faits de méchanceté intervenus sur notre planète.

    Et le sentiment de formidable empathie que j’éprouve pour mes frères et sœurs humains m’oblige, de façon lancinante, à considérer que l’Attribution par Vos Soins du Verre Résiduel de Vin de Noix pourrait être constitutif d’un tel acte de salvation à portée universelle.

    Fantômette vous a soumis ses suggestions.

    J’ai en trop haute opinion l’honnêteté intellectuelle de l’intéressée pour envisager une seule seconde que lesdites suggestions aient été formulées aux fins de vous inciter à la désigner comme la bénéficiaire du Don…

    Je vous concède qu’un esprit médiocre aurait certes pu y voir un type de manipulation « à l’entonnoir » assez proche de celui dont use subtilement tegeneria dualica.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Tegenaria_gigantea

    Soulignons incidemment que Bernardo Bertolucci eût été mieux inspiré d’intituler son film, sorti en 1970, « La tactique de l’araignée » plutôt que « La stratégie de l’araignée »…

    Nous pardonnerons toutefois à cet artiste : par l’effet magique d’une correspondance quasi-baudelairienne, la séquence-clé dudit film trouve inspiration dans un air d’opéra donnant sens et signification au choix qui vous incombe.

    C’est là : http://www.youtube.com/watch?v=8A3zetSuYRg

    (si l’opéra vous ennuie mortellement, avancez directement à 1’00, vous comprendrez).

    Pour revenir à notre mouton, Fantômette en a appelé à votre sagesse, j’en appelle à votre folie.

    Le Verre Résiduel de Vin de Noix doit être attribué hors de tout esprit de connivence, collusion ou rapprochement physique ou intellectuel.

    Seul un parfait inconnu peut en conséquence en recevoir donation.

    Je vous propose pour ma part le mode opératoire suivant.

    Demain, à 16h tapantes, le verre à la main, soyez à la Fontaine St Michel.

    Remettez le verre à un inconnu (n’importe lequel, bien sûr) portant barbe noire, chapeau à grelots, poulaines et ayant « Le Monde » sous le bras droit.

    Et ferez justice et acte de bonté.

    Commentaire par Glbk — 18/05/2010 @ 14:07

  18. @ jalmad,

    Bon, vous avez des pailles chez vous ?

    Commentaire par Fantômette — 18/05/2010 @ 15:55

  19. Mais, Glbk (si je vous ai reconnu, même avec votre nez rouge)

    Qu’est ce qui vous fait penser que pour être pur et parfait – apte en ce sens à racheter par lui-même tous les péchés du monde – un acte de donation doit être fait à un inconnu?

    (un inconnu qui, comme par hasard, porte barbe noir, chapeau à grelot, poulaines, et journal du soir mondialement connu sous le bras, le tout, à heure dite, Fontaine Saint Michel).

    Bref un inconnu qui est suffisamment connu pour fixer un rendez-vous.

    (je vous demande ça, abstraction faite des Evangiles, plus vaste entrainement à la connerie humaine depuis l’édition du petit manuel d’instruction militaire de 1914, qui prescrivait, pour réduire les nids de mitrailleuses adverses, les assauts en ordre serré).

    (histoire, sans doute, que l’ennemi ne tire pas bêtement une cartouche pour rien)

    Charles Peguy, qui en fut l’un des grands inspirateurs (du manuel, hein, pas des Evangiles) en a conçu l’honneur, à titre posthume, d’être parmi les premiers à figurer sur les monuments dressés à la mémoire de tous ceux qui tombèrent pour défendre une telle conception de la morale (dont on a par ailleurs tiré une Maxim: http://fr.wikipedia.org/wiki/Mitrailleuse_Maxim)

    (oui, je sais, c’est nul)

    Tout cela pour vous dire que si vous offrez en contrepartie du dernier verre de vin de noix cuvée 2009 Chateau Jalmad existant à la surface de cette planète le simple avantage pour le donateur de l’offrir à un inconnu, dans le but assez illusoire et en tout état de cause absolument hasardeux de soulager sa conscience des fautes qui grèvent le destin de l’humanité de ses plus lourdes hypothèques, vous invitez votre victime à conclure un marché dont la dupe est trop facile à désigner pour dire qu’il est honnête.

    C’est pourquoi, tel que vous me voyez, du haut duquel de ce pourquoi dont il est question, susditement, euh, j’ai l’honneur de faire opposition.

    (humpf!)

    Commentaire par tschok — 18/05/2010 @ 17:00

  20. Oui. j’ai des pailles. Chez moi : depuis la flèche de Notre-Dame, vous prenez la route goudronnée, vous faites 381,7 km, et au troisième dolmen, vous prenez à gauche. Venez, tous autant que vous êtes, avec barbe noire, chapeau à grelots, poulaines et « Le Monde » sous le bras droit, même (surtout) avec Victor soigneusement dissimulé si ça vous chante. Vous serez les bienvenus.

    Mais cette solution, si satisfaisante de prime abord, me pose, dans mon souci prégnant d’égalitarisme non pas primaire, mais inspiré de cette nouvelle spiritualité qui a touché mon âme et me fait me lever séant, question.

    Oui, je vous fais part de mes doutes, sans rougir. Car, avant de trancher, il faut douter. c’est ce qu’on m’a appris à l’ENM.

    En effet, comment admettre, comment envisager pouvoir plus longtemps supporter mon reflet dans le miroir, malgré ma grande beauté, de magistrate de surcroît, que je puisse siroter seule un plein verre tandis que, tels des manants, vous vous partageriez les bribes du reste des miettes que j’aurais bien voulues vous laisser ?

    Car, vous l’avez tous posé comme paradigme, sans même chercher à négocier : le deuxième, ou plutôt, le Premier, ou encore, selon que l’on aime contempler le côté vide ou le côté plein de la bouteille, l’Avant-Dernier verre m’était acquis. C’est admirable. Je vous en sais gré, mais crains de ne savoir le tolérer sans renier ce sentiment de formidable empathie que j’éprouve pour mes frères et sœurs humains, même au pseudonyme imprononçable.

    Je doute, et hésite à devoir remettre en jeu également le Premier-Deuxième-Avant-Dernier Verre du Saint Breuvage.

    Bref : vous êtes des putains d’alcooliques (l’alcoolisme vous tenant lieu de stratégie), doublés d’excellents tacticiens, ça ne fait aucun pli. Mais vous avez omis un détail : le Juge sait tout, voit tout, comprend tout, et, accessoirement, vient de syphonner sa bouteille en lisant et répondant à vos âneries.

    Commentaire par jalmad — 18/05/2010 @ 17:21

  21. Bonjour,

    Pour information, Aliocha a écrit un billet sur l’anonymat.

    Aliocha : désolée Fantômette pour cette petite rectif’ sur votre commentaire, mais puisqu’on me demnde l’anonymat, je pratique l’anonymat 😉 et merci pour votre message.

    Commentaire par Fantômette — 18/05/2010 @ 17:43

  22. Le juge boit tout, oui.

    Je parle pour la tribu des gosiers secs et je proclame: gardons espoir, mes frères, j’ai des bouteilles en réserve.

    Nous avons perdu une bataille, mais pas la guerre!

    Et comme parler donne soif, je retourne à mon thé vert (oui, il n’y a pas que des alcooliques ici, qu’on se le dise!)

    (mais pas trop fort, j’ai encore un peu mal à la tête, because la cuite d’hier)

    PS: (Aliocha : j’interviens pour anonymiser), il y a un mail pour les messages perso. Et côté modération, c’est plutôt sur l’étiquette de la bouteille que le mot figure, mais ici on l’emploie assez peu.

    Commentaire par tschok — 18/05/2010 @ 18:24

  23. @ tschok

    Parfaitement décrypté le nez rouge, qui m’a secrètement semblé de circonstance au sein de cette association d’alcooliques pseudonymes.

    Ne vous tracassez pas autant avec les Evangiles et la religion catholique. Une intransigeance si affirmée à leur encontre pourrait bien en Haut Lieu être interprétée comme un appel détourné à recevoir la Grâce.

    Exercant très accessoirement des talents naturels de voyant extralucide (le voyant intralucide restant à juste titre de faible réputation), je vous vois, pour ne rien vous cacher, un destin à la Maurice Clavel.

    Evitez notamment de visiter les églises et, si une lumière jaillit brutalement de derrière l’autel, réfrénez votre curiosité. Votre entrée dans la vie monastique présenterait en effet le désagrement de priver ce blog de vos commentaires.

    Pour m’en tenir au Vatican des Caves, et en évacuant arbitrairement toute interférence avec les idées de sentiment de culpabilité, de rachat à bon compte des fautes et d’effort d’accession à la pureté, le don à inconnu m’apparaît susceptible d’être davantage porteur de gratuité que le don à proche.

    Qui d’ailleurs parmi nous n’a jamais été violemment critiqué lors d’un repas de famille pour avoir offert un sex-toy à une de ses belles-soeurs?

    Pour le reste, sachez que votre entreprise de démasquage me coûte: j’avais déjà loué les accessoires nécessaires auprès d’un costumier qui me refuse le remboursement. Ne me reste plus qu’à tenter de revaloriser l’affaire en investissant ce soir, en tenue de carnaval, la couche de ma chérie. Je ne vous le cache pas, je nourris quelques doutes sur l’émoustillement escompté.

    @ jalmad

    Misère, finalement vous avez tout bu!

    Comme le chante si bien l’autre d’une époque où le sexisme machiste n’était pas puni par la loi, la donna è mobile…

    @ (Aliocha : comme pour Tschok, au passage, je vous transmets à tous les remerciements de votre interlocuteur pour votre aide)

    Pas de blème, quand on a vu que c’était perso, on a pas lu.

    Euh… « le masque de l’anonymat », cela facilite quand même un peu la liberté d’expression.

    Vous imaginez que jalmad, par exemple, se lâcherait autrement comme cela ?

    Commentaire par Glbk — 18/05/2010 @ 19:15

  24. @ Glbk,

    Vous me faites penser, avec vos repas de famille et vos profondes réflexions sur le caractère résolument désintéressé du don du sex toy, que c’est la fête des mères prochainement.

    Je crois que nous avons tous une fascination secrète pour le mauvais goût. N’est ce pas une pas une magnifique occasion de la mettre à l’épreuve?

    PS: alors, cette soirée, ça s’est passé comment?

    Commentaire par tschok — 19/05/2010 @ 13:21

  25. @ Tschok : et qu’est-ce qui serait le plus terrifiant ? que votre père vous foute à la porte, ou que votre mère vous remercie chaleureusement (ou l’inverse, d’ailleurs) ? perso, je prendrais pas le risque.

    Commentaire par jalmad — 19/05/2010 @ 14:20

  26. A vrai dire je l’ignore, Jalmad. La terrification n’est pas une idée qui me viendrait facilement à l’esprit dans une situation pareille, même en invoquant la tragédie d’œdipe du plus profond de mon inconscient. Je ne crois pas être très œdipien, dans le fond.

    Et puis le mauvais goût se fiche des conséquences, c’est à ça qu’on le reconnait, non?

    Commentaire par tschok — 19/05/2010 @ 14:29

  27. @ tschok

    N’oubliez pas le 30 mai de présenter mes hommages personnels à Madame votre mère.

    J’ose espérer que cette sainte femme a été décorée de l’Ordre du Mérite pour vous avoir élévé 😉

    Et pour répondre à votre seconde question, je déconseille vivement.

    « Succès comique au déduit, désastre érotique au pié du lit » sentenciait déjà Triboulet en 1530.

    Commentaire par Glbk — 19/05/2010 @ 16:13

  28. @ Jalmad :

    Saperlopopette! en fin stratégo-tacticien, j’arrive après la bataille. C’est dommage, parce que, étrangement proche au « avant de trancher, il faut douter » que vous apprîtes à l’ENM, mon école de boucherie-charcuterie m’a appris qu’ « après avoir trancher, il faut goûter », et j’avais débité un saucisson au noix qui aurait été du plus bel effet avec votre vin… Caramba, encore raté !

    Commentaire par Gwynplaine — 19/05/2010 @ 17:33

  29. ce site

    Trinquons à la santé de Facebook | La Plume d’Aliocha

    Rétrolien par ce site — 24/07/2014 @ 12:29


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :